Version classiqueVersion mobile

Niakhar, mémoires et perspectives

 | 
Valérie Delaunay
, 
Alice Desclaux
, 
Cheikh Sokhna

Partie 2. Les apports scientifiques du suivi

Annexe 14.1 Prise en charge des fièvres à Toucar (2002-2009)

Philippe Brasseur, Pap Ndao, Jean François Trape et Cheikh Sokhna

Texte intégral

Introduction

1L’introduction des tests de diagnostic rapide (TDR) et celle du traitement par les combinaisons à base des dérivés de l’artémisinine (ACT) entre 2006 et 2007 au Sénégal s’est traduite par un changement important dans la prise en charge des fièvres et l’épidémiologie du paludisme. Entre 2002 et 2006, en l’absence de confirmation biologique, toutes les fièvres suspectées de paludisme étaient traitées systématiquement par des antipaludiques. À partir de 2006, les traitements par l’artésunate-amodiaquine (AS/AQ) et à partir de 2007, l’utilisation des TDR pour le diagnostic du paludisme à Plasmodium falciparum sont devenus des recommandations nationales. Depuis mai 2010, les TDR sont pratiqués gratuitement chez les malades fébriles consultant dans les dispensaires et les centres de santé du Sénégal ; lorsque le diagnostic est positif, le traitement antipaludique est délivré gratuitement au malade.

Méthode et résultats

2L’enquête visait à décrire les modalités de prise en charge des malades fébriles dans un dispensaire de Niakhar parallèlement au changement des recommandations nationales. Les données sur le diagnostic et le traitement des fièvres ont été recueillies à partir des registres de consultation du dispensaire de Toucar (District sanitaire de Niakhar) entre 2002 et 2009.

3Pendant cette période, 34 193 consultations ont été enregistrées au dispensaire dont 20 585 (60,2 %) avaient pour motif une fièvre. Parmi ces cas, 13 033 (63,3 %) étaient suspectés d’être dus au paludisme et seulement 13,8 % d’entre eux ont été testés avec des TDR. Parmi les cas testés, 35,9 % étaient positifs. Tous les cas positifs et 0,4 % des cas négatifs ont été traités par des antipaludiques. Tous les autres cas négatifs ont été traités par des antibiotiques ou du paracétamol. Les patients fébriles suspectés de paludisme mais non testés par un TDR ont reçu un traitement antipaludique dans 99 % des cas (Figure 1).

4Les autres cas de fièvres non suspects de paludisme ont été diagnostiqués cliniquement. Dans 60,1 % il s’agissait de fièvres dues à des infections respiratoires hautes ou basses et dans 7,5 % à des infections de la sphère ORL. Ces infections étaient retrouvées principalement pendant la saison des pluies, de septembre à octobre chaque année. On a observé en outre à Toucar en janvier et février 2002 une épidémie de rougeole dont 160 cas ont été pris en charge au dispensaire.

5Le diagnostic clinique des fièvres dues à d’autres causes que le paludisme s’est amélioré, passant de 29,4 % de l’ensemble des cas de fièvre en 2002 à 79,6 % en 2009.

6Entre 2002 et 2005, la quinine, normalement réservée au traitement des paludismes graves a représenté 55 % en moyenne de tous les traitements antipaludiques prescrits, en dépit de la recommandation à partir de 2003 d’utiliser l’association amodiaquine/sulfadoxine-pyriméthamine (AQ/SP) pour le traitement des paludismes non compliqués. De 2003 à 2006, le pourcentage maximum d’utilisation pour cette indication n’a pas dépassé 47,5 %. À partir de 2006, l’association AS/AQ est devenue la nouvelle recommandation pour le traitement du paludisme non compliqué. Son utilisation est passée rapidement de 44,4 % en 2006 à 95,5 % en 2009 (Figure 2). La chloroquine a totalement cessé d’être utilisée pour le traitement dès janvier 2004.

7Si l’on compare la période 2002/2006 à celle de 2007/2009, on constate que le nombre total de consultations au dispensaire a augmenté de 16,4 %, alors que celui ayant pour motif un état fébrile a diminué de 14,3 %. Entre 2002 et 2009, le nombre des traitements antipaludiques administrés a diminué de 71 %.

Conclusions

8L’utilisation des TDR à Toucar a contribué à une diminution importante de la consommation d’antipaludiques qui étaient prescrits auparavant sur la seule suspicion clinique sans confirmation biologique. Le diagnostic clinique des fièvres qui n’étaient pas dues au paludisme s’est considérablement amélioré. Le nombre de cas de paludisme confirmés a diminué de 391 à 112 entre 2008 et 2009.

Figure 1. Prise en charge des fièvres à Toucar (2002-2009)

Figure 1. Prise en charge des fièvres à Toucar (2002-2009)

Figure 2. Distribution des traitements antipaludiques prescrits à Toucar (2002-2009)

Figure 2. Distribution des traitements antipaludiques prescrits à Toucar (2002-2009)

Auteurs

VITROME, Campus International IRD-UCAD de Hann, Dakar, Sénégal.

Infirmier chef de poste, Dispensaire de Toucar, district sanitaire de Niakhar.

MIVEGEC IRD, CNRS, Université de Montpellier, Montpellier, France.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search