Version classiqueVersion mobile

Niakhar, mémoires et perspectives

 | 
Valérie Delaunay
, 
Alice Desclaux
, 
Cheikh Sokhna

Partie 2. Les apports scientifiques du suivi

Annexe 10.1. Mobilités, vulnérabilité et réseau social

Charlotte Guénard

Texte intégral

1Un volet du projet de recherche MOPREAS (Mobilités et précarité économique en Afrique subsaharienne) s’inscrit dans la problématique générale des migrations internes (Chung & Guénard 2013 ; 2012). La mobilité de la population rurale de Niakhar y est étudiée à travers la mobilisation de données rétrospectives annuelles au départ de la zone d’étude qui se caractérise par une forte tradition migratoire vers le reste du pays. Cette recherche s’appuie sur des données collectées entre janvier et avril 2010 en milieu rural sérère, auprès d’un échantillon représentatif de la région (500 « cuisines », ou ménages), à partir d’un protocole d’enquête d’observation des mobilités à différentes échelles temporelles (mobilités sur l’année passée et biographies résidentielles et professionnelles notamment).

2L’ubiquité résidentielle des ménages sereer n’est pas un phénomène démographique nouveau dans la zone. Cette étude réinterroge la pertinence actuelle des stratégies de mobilité, en tant que stratégies familiales face à des situations de vulnérabilité, révélées dans plusieurs travaux qui fondent leurs analyses sur les décennies 1960-2000, l’année étudiée la plus récente étant 2003. On s’attache en particulier à caractériser les individus en situation de mobilité sur l’année (les « résidents » temporairement absents de la zone d’étude) et à décrire la saisonnalité récente des mobilités observées.

3Il en ressort que les habitants de la zone de Niakhar restent de nos jours très mobiles durant l’année, particulièrement les classes d’âge jeunes. Les femmes sont tout aussi mobiles que les hommes, mais à des âges plus jeunes encore. Elles se déplacent très majoritairement, et plus encore que les hommes, pour des motifs d’emploi, dans le secteur des services et du commerce.

4L’étude des déterminants de la mobilité montre qu’en dehors des caractéristiques familiales et individuelles des migrants, les facteurs qui jouent de manière significative sur la mobilité annuelle sont :

  1. La vulnérabilité alimentaire des ménages, appréhendée par les aides en denrées reçues, qui semblent avoir un effet positif sur la probabilité d’être mobile malgré un effet marginal très faible. Les ménages sereer, traditionnellement très mobiles, sont donc désormais très largement multilocalisés au sein du Sénégal, du moins une partie de l’année, et cela au moins partiellement pour faire face à des situations de vulnérabilité alimentaire dans une région qui subit des conditions climatiques extrêmes de sécheresse.
  2. Les liens forts que représente la fratrie, à travers sa taille et ses caractéristiques, qui incitent à la mobilité. Une raison tient aux frais occasionnés par la scolarité des jeunes : alors que les filles, parfois très jeunes, autofinancent leurs études par des migrations en ville durant l’hivernage et souvent par le biais d’un membre de la fratrie, allégeant ainsi la charge familiale, les fournitures scolaires sont payées aux garçons comme une sorte de rétribution pour le travail agricole fourni durant l’année. Les sœurs migrantes y contribuent parfois.
  3. La possibilité de mobiliser un réseau social large qui semble inciter à renoncer à la mobilité. Si les ménages sont aidés, soutenus par ce réseau et que ce réseau est constitué de beaucoup de personnes en activité professionnelle, ils ont moins besoin de recourir à la migration.

5La capitale, Dakar, reste la destination principale de ces déplacements intra-annuels qui sont principalement motivés par une recherche d’emplois, soit ponctuels quand les obligations familiales relatives aux cultures agricoles ont été remplies, soit plus durables en termes d’insertion en milieu urbain. La mobilité vers les autres régions du Sénégal est également importante alors que celle vers les pays étrangers, dans et en dehors du continent africain, semble être une exception pour ces ménages ruraux.

6Des recherches à venir fondées sur les biographies résidentielles et professionnelles pourraient s’avérer plus riches d’enseignement sur les évolutions qui ont eu lieu dans la région avec les jeunes générations par rapport à leurs aînés et pourraient mettre en évidence les relations entre mobilité de courte durée et mobilité plus permanente, la première n’étant pas nécessairement une étape vers la seconde, comme le pressent Roch dès 1975 à propos des déplacements saisonniers dans le bassin arachidier : « L’importance marginale de l’installation en ville des vrais ruraux est expliquée par un cercle vicieux difficile à briser : analphabétisme, manque de qualification dans les métiers modernes, pléthore d’offres de services dans les activités que presque chaque adulte est apte à pratiquer. Tout laisse penser que la migration saisonnière ne peut pas déboucher sur l’exode rural massif. […] la migration saisonnière devrait rester ce qu’elle est : un palliatif périodique précaire » (Roch 1975). Le constat de l’époque peut avoir évolué si de jeunes ruraux mieux formés et éduqués s’autonomisent et s’insèrent sur le marché du travail urbain, même dans de petites localités proches de la zone de Niakhar. Ce sujet d’étude nécessite des données fines sur la diversification des activités non agricoles en zone rurale et aux alentours que ne permet pas le recueil d’informations mobilisé dans ce travail.

Bibliographie

Bibliographie

Chung E. H.-C., Guénard C., 2012, Mobilités, vulnérabilité et capital social : une analyse en milieu rural sénégalais, Document de travail DIAL, DT 2012-16, 32 p.

Chung E. H.-C., Guénard C., 2013, « Mobilité en milieu rural sénégalais : une exploration de la relation avec la vulnérabilité alimentaire et le réseau social », in C.

Duchêne-Lacroix, P. Mäder (eds.), Ici et là : Ressources et vulnérabilités dans la vie multilocale, Itinera, no 34, Basel, Société Suisse d’histoire, 161-184.

Roch J., 1975, « Les migrations économiques de saison sèche en bassin arachidier sénégalais », Cahiers de l’ORSTOM, série Sciences Humaines, XII, 1, 55-80.

Auteur

IEDES, Université Panthéon-Sorbonne, Paris, France ; DIAL, IRD, Université Paris-Dauphine, Paris, France.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search