Version classiqueVersion mobile

Niakhar, mémoires et perspectives

 | 
Valérie Delaunay
, 
Alice Desclaux
, 
Cheikh Sokhna

Partie 2. Les apports scientifiques du suivi

Chapitre 10. Relations à distance et insertion des migrants de Niakhar à Dakar1

Abdou Salam Fall

Texte intégral

  • 1 Le texte présenté ici reprend en grande partie un travail publié en 1993 dans le Bulletin de l’APA (...)

1Le maintien de forts courants migratoires du milieu rural vers les villes et surtout en direction de la grande agglomération de Dakar compte parmi les problèmes cruciaux du Sénégal. Cette permanence des flux migratoires vers l’agglomération de Dakar entraîne une explosion urbaine devenue préoccupante. Les déplacements obéissent à des motivations à la fois individuelles et collectives et sont intrinsèquement liés aux déséquilibres affectant les zones de départ. Migrer signifie élargir son espace de vie, aller à la recherche des moyens de production, de survie et de création de richesses. C’est donc s’investir ailleurs temporairement, périodiquement ou durablement. Par la migration, les forces productives se délocalisent et se redisposent dans un espace élargi dépassant le simple milieu d’origine. Plus qu’un mouvement d’acteurs sociaux individuellement considérés, ce sont des groupes ou communautés qui se forment, mettant ainsi en rapport des unités économiques « dé-spatialisées » (Fall 1993, 1998).

2Par des réseaux sociaux multiformes, les migrants maintiennent des relations à distance plus ou moins permanentes, plus ou moins occasionnelles, avec leur localité d’origine. Plusieurs raisons expliquent cette stratégie. Dans certaines localités comme Niakhar, où la crise de l’agriculture est la plus prononcée, la dépendance de la production et des budgets des ménages des apports attendus des migrants en ville semble irréversible. C’est ce que nous avons relevé en pays sereer auprès de chefs de famille considérant « qu’une maison qui ne compte aucun émigré ne peut vivre décemment » (Fall 1991d).

3Migrer, c’est le plus souvent créer de nouveaux liens sans que cela n’induise la rupture d’anciennes relations structurantes ou fonctionnelles. Les raisons évoquées par G. Pontié et A. Lericollais (1995) sont illustratives de cette logique relationnelle de nombreuses sociétés rurales : « La nature des relations sociales, religieuses mais aussi économiques entre migrants et société d’origine est largement conditionnée par la possibilité qui leur est offerte de retourner éventuellement cultiver au pays, en cas d’échec dans son entreprise migratoire, à la “retraite”, ou encore si la situation familiale (mort d’un aîné par exemple) le lui commande. La possibilité d’accès à quelques parcelles, même après une très longue absence, est pour le migrant la marque de reconnaissance de sa citoyenneté villageoise et lignagère autant qu’une nécessité économique ».

4Nous proposons d’étudier les relations à distance des migrants vis-à-vis de leur milieu d’origine sous le prisme des réseaux d’insertion urbaine. Une des manières de saisir le recours à un réseau est de déterminer à quelle personne l’enquêté a fait appel pour trouver un travail, pour obtenir un logement, pour maintenir ou non des liens avec son milieu d’origine. Le réseau social désigne un tissu complexe de rapports sociaux qui apparaissent sous la forme de circuits d’accueil et/ou d’insertion socioprofessionnelle, résidentielle, de solidarité humaine, de relations privilégiées. Le réseau est identifié à un relais social, mais un relais qui serait construit parallèlement aux appareils et institutions sociales et quelquefois opposé à eux (Fall 1991b). En partant du recours éventuel aux réseaux d’insertion urbaine pour situer l’effectivité des relations à distance des migrants vis-à-vis de leur lieu de provenance, nous avons fait le choix de privilégier une lecture du phénomène migratoire à partir de la ville. Nous nous sommes intéressé à mesurer la persistance ou le développement de liens à distance entretenus depuis la ville, en les comparant à l’importance de nouvelles relations sociales rendues nécessaires par les formes actuelles d’urbanité.

Éléments de méthode

5Nombreuses sont les méthodes utilisées pour analyser l’impact des migrations aussi bien sur les zones de départ que de destination. Selon le tableau dressé par G. Pontié et A. Lericollais (1995) les méthodes les plus pertinentes tentent de mesurer les effets des migrations par une approche globale et interactive à partir du lieu d’observation. Ainsi, dans une étude consacrée aux migrants sereer (Sénégal), ces auteurs ont privilégié une combinaison de trois types d’approche se réalisant sur un même terrain : l’approche socio-anthropologique fondée sur une étude qualitative intensive d’un nombre restreint et significatif d’unités socio-économiques en partant d’une reconstitution des liens d’ordre généalogique afin de passer en revue chacun des membres d’un lignage tout en s’informant sur leur localisation actuelle et leur apport éventuel dans leur unité familiale ; le contrôle des mouvements migratoires par des données démographiques collectées sur une longue durée ; les méthodes de mesure et de suivi pratiquées en géographie agraire, notamment le contrôle par le parcellaire, les techniques culturales et la main-d’œuvre mobilisée, la provenance et le niveau de l’équipement agricole dans les segments de patrilignage considérés comme l’unité fonctionnelle de gestion de la terre. Ce procédé particulièrement riche et fiable demande cependant une présence prolongée et renouvelée de l’équipe pluridisciplinaire sur un terrain qui ne saurait être vaste. Une telle monographie permet de relever la pertinence de l’interaction entre différents phénomènes et disciplines, le croisement de différents outils de collecte et d’analyse. Elle ne peut s’appliquer qu’à un point d’observation situé en milieu rural. Elle permet de mettre en relief tout, ou presque, l’espace de vie des acteurs et groupes « dé-spatialisés » dont le milieu d’origine est à l’étude. Elle est donc révélatrice des relations à distance complexes entretenues par les migrants vis-à-vis de leur milieu d’origine.

  • 3 Cet aspect ne sera pas abordé ici.

6Pour notre part, en partant de la ville comme point d’observation, nous avons considéré l’identification des migrants de la zone de Niakhar, notamment le village de Niakhar, celui de Ngayokhem et Sob. À partir du programme « Système agraire sereer », nous avons tiré profit des données de l’équipe Lericollais/Pontié pour suivre les migrants de ces trois villages vers Dakar, la capitale sénégalaise (Fall 1987). Par la suite, en 1988, nous avons focalisé nos recherches sur les relations à distance des Sereer de la zone de Niakhar à Dakar (Fall 1988). Enfin, de 1989 à 1991, au sein de l’équipe de P. Antoine et A.B. Diop portant sur « L’insertion urbaine à Dakar », nous avons préconisé une méthode à la fois quantitative et qualitative d’analyse de l’impact des migrations. Grâce à un questionnaire biographique quantitatif comme instrument de mesure des modalités de l’insertion urbaine, nous avons interrogé les migrants vivant dans différents quartiers de l’agglomération de Dakar selon une base de sondage définie pour toute l’enquête. Quatre types de questions concernaient les relations à distance. Les visites effectuées par les migrants, les biens possédés avant la migration avec possibilité de les comparer avec ceux possédés au moment de l’enquête3, et enfin les possibilités de recours aux réseaux d’origine notamment par le moyen de personnes localisées dans le milieu d’émigration pour l’accès à l’emploi ou au logement à Dakar. Afin d’approfondir ces données, un sous-échantillon a été sélectionné selon le principe du choix raisonné et soumis à des entretiens/récits de vie (Fall 1991a). Ce va-et-vient du quantitatif au qualitatif permet de combiner la représentativité et l’exemplarité.

7Ces deux approches sont évidemment complémentaires. Elles ont en commun de partir de l’individu pour ensuite saisir le groupe social dans une démarche à la fois exploratoire et approfondie. Elles privilégient les stratégies mises en œuvre par les individus et les groupes dans un contexte économique de survie.

Les migrants de la zone de Niakhar (Niakhar, Ngayokhem, Sob)

8L’arrondissement de Niakhar est au nord-est de la région historique du Siin dont il était, comme son nom l’indique, le grenier. Il appartient à la région administrative de Fatick et totalise 65 villages sur une superficie de 410 km2 avec une population évaluée en 1985 à 47 646 personnes soit une densité de 116 habitants au km2. La superficie cultivable à la même date était de l’ordre de 35 000 ha.

9Le recensement auquel nous avons procédé nous a amené à dresser une liste des migrants ressortissants des trois villages pris en compte. Ainsi, avec 443 migrants actifs, nous avons plus de 6 % de la population des trois villages réunis, constitués d’immigrants présents à Dakar en 1987. Comparé à la population active des trois villages, ce pourcentage pourrait être révisé largement à la hausse. C’est dire que la part des Sereer de l’arrondissement de Niakhar dans l’accroissement de la population urbaine dakaroise n’est plus aussi négligeable. On y retrouve des migrants de 10 à 59 ans. Comme le montre le Graphique 1, il y a une forte concentration au niveau de la tranche d’âge de 20 à 29 ans et de 30 à 39 ans, soit 80 % de l’échantillon. Ce graphique est illustratif de l’évolution de la migration rurale-urbaine. La tranche d’âge de 10 à 14 ans concerne les filles dans leurs premières expériences de vie.

10En revanche, la seconde tranche d’âge entre 15 et 19 ans semble la plus représentative de la période à laquelle les migrants quittent leur village pour un séjour à Dakar. En effet, c’est l’âge qui correspond à la fin du cycle primaire de l’école française. Pour les non-scolarisés, c’est aussi l’âge où ils sont valides et où, n’ayant aucune responsabilité familiale importante (mariage), ils peuvent aller tenter leur chance en ville. La très forte concentration des migrants au niveau des deux tranches d’âge 20 à 29 ans et 30 à 39 ans dans l’échantillon permet simplement de dater les flux les plus importants de la force de travail des Sereer de l’arrondissement de Niakhar vers Dakar. Ces tranches d’âge concernent les migrants nés entre 1948 et 1957 et entre 1938 et 1947.

11Les générations qui sont venues un peu avant à Dakar, tranches d’âge comprises entre 40 et 49 ans et 50 et 59 ans, soit au total 9 %, ont surtout préparé le terrain à leurs cadets. En vérité, ces dernières générations de migrants sont plutôt du village de Niakhar qui est entré le premier dans la migration rurale-urbaine (Graphique 1).

12La migration rurale-urbaine s’accompagne de changement d’activité productive. Ce changement se traduit par une conversion et souvent une ou plusieurs reconversions du migrant dans des activités proprement urbaines. Ce phénomène de transformation sociale qui donne à l’étude de la migration une importance particulière ne peut être saisi dans ses grandes caractéristiques que dans des recherches prenant en charge le fait migratoire en amont et en aval.

Graphique 1. Répartitions par groupe d’âge des migrants selon le village

Graphique 1. Répartitions par groupe d’âge des migrants selon le village

Source : Fall, 1987.

13Nous nous contentons de relever le fait qu’à un moment où il devient force productive (réelle ou potentielle), le migrant quitte le milieu qui l’a entretenu. Il se retire donc d’une économie domestique pour s’intégrer dans la vie urbaine marquée du sceau du mode de production capitaliste, même si ce retrait n’est pas radical dans le cas des Sereer de l’arrondissement de Niakhar.

14En établissant les catégories, nous avons été guidé par un souci de commodité, mais il reste évident qu’elles sont globalisantes. Ainsi, nous avons essayé de camper au mieux les spécificités des activités socioprofessionnelles des migrants. Il se dégage du Graphique 2 qu’il y a une forte concentration (35,6 %) de domestiques : il s’agit de femmes, employées de maisons effectuant essentiellement des travaux ménagers. Les manœuvres et gardiens constituent la catégorie socioprofessionnelle qui reçoit le plus d’hommes. En effet, les migrants arrivent à Dakar sans aucune qualification professionnelle et souvent sans une instruction scolaire leur permettant de s’ouvrir de plus grandes possibilités de travail dans le secteur moderne. Ils n’ont que leurs bras, c’est-à-dire leur force de travail. En revanche, d’autres migrants parviennent à se former et à s’armer d’une qualification professionnelle. C’est l’exemple des ouvriers et chauffeurs.

Graphique 2. Répartition des migrants par catégorie socioprofessionnelle selon le village

Graphique 2. Répartition des migrants par catégorie socioprofessionnelle selon le village

15Les artisans sont tous des hommes de métier et travaillent pour leur propre compte. Ce sont les tailleurs, les réparateurs de radio, maçons. Cette filière n’est pas sollicitée par les migrants sereer. Les artisans sont la plupart des saisonniers. Non seulement ils retournent assez souvent au village durant l’hivernage pour s’adonner à l’agriculture, mais ils entretiennent aussi des rapports suivis avec leur clientèle rurale. Certains d’entre eux, les tailleurs par exemple, sont amenés à retourner au village à l’approche des grandes fêtes. Dans la catégorie agents de police/soldats (4,6 %), il y a aussi les pompiers, les gendarmes et les marins. On y retrouve des migrants qui ont bénéficié d’une instruction scolaire primaire. Ce sont ceux qui avaient perdu leur emploi ou ceux qui n’étaient pas encore insérés dans une activité productive en milieu urbain au moment de l’enquête.

16L’analyse du Graphique 3 permet de noter, à propos des catégories professionnelles que, curieusement, le secteur dit informel est presque déserté par les migrants. Ce fait est relatif aux créneaux empruntés par les premières générations de migrants de l’arrondissement de Niakhar. En revanche, la quasitotalité des migrants est dans le circuit du travail salarié.

17Par ailleurs, ce Graphique montre qu’il y a un équilibre pour les trois villages pris ensemble concernant le statut professionnel des migrants. Même si les migrants originaires de Niakhar semblent plus stabilisés, du fait du taux élevé de travailleurs permanents, soit 50 %, cela reste inhérent à l’ancienneté relative au phénomène d’exode rural dans ce village.

Graphique 3. Répartition des migrants par statut professionnel et village

Graphique 3. Répartition des migrants par statut professionnel et village

Source : Fall, 1987.

18Il y a néanmoins quelques cas isolés de migrants avec un salaire mensuel relativement élevé qui initient à Dakar de petites unités productives rentables, notamment des magasins de produits de consommation, ateliers de couture, etc. Il est important de relever sept cas de salaires relativement élevés, trois cas se situant entre 125 000 et 149 999 F par mois et 4 cas ayant 150 000 F ou plus. Il s’agit de cadres supérieurs, d’agents de maîtrise ou autres migrants bénéficiant d’une responsabilité professionnelle importante. Enfin, la grande majorité des migrants travaille dans des conditions souvent défavorables. Leur travail n’est pas du tout satisfaisant pour l’essentiel. Ils occupent une position marginale dans l’usine, la maison de commerce, l’atelier du coin (Graphique 4).

19En résumé, le déplacement de la force de travail est largement consécutif à la crise des systèmes agraires. Ainsi, le migrant est guidé par le principe du « maximum de temps de travail pour un maximum de revenu ». C’est ainsi que leur présence dans le quartier d’habitation est sommaire. La tendance des migrants à vivre en groupe est dictée par la nécessité de réduire les charges à Dakar. Le village et la ville (capitale ou villes secondaires) sont les espaces d’expression des réseaux ou filières migratoires, ce qui amène à formuler l’hypothèse de stratégies migratoires multipolaires, plaçant le migrant dans un faisceau de relations dynamiques. Ce faisant, les observations faites en partant de Niakhar comme milieu de départ des migrants, entre autres, sont complétées par l’étude des relations à distance depuis la ville de Dakar où les processus d’insertion urbaine sont tout autant examinés.

Graphique 4. Répartition des migrants par revenu mensuel selon le village

Graphique 4. Répartition des migrants par revenu mensuel selon le village

Source : Fall, 1987.

Les relations à distance milieu urbain/milieu rural

20Les processus migratoires s’enracinent souvent dans des traditions de mobilité spatiale qui remontent parfois à quelques générations. Le migrant est membre d’une communauté de parenté, de famille et de lignage souvent étendue, et laisse des membres de sa communauté dans le village pour en trouver d’autres anciennement installés en ville. Il maintient, par conséquent, des liens plus ou moins forts avec son milieu d’origine. Par ailleurs, les associations de ressortissants, qui réunissent des originaires d’une même région ou d’un même village, sont actives en ville. Ces associations jouent un rôle clé pour maintenir des liens privilégiés avec le milieu d’origine, ou éviter l’assimilation totale avec le milieu d’accueil ; elles renforcent parfois le contrôle social comme dans le cas des jeunes bonnes Joola (Diop 1989). Les données considérées dans cette partie résultent des observations faites à Dakar sur une population large où les milieux d’origine sont diversifiés. Les données de l’enquête IFAN/ORSTOM (1989) permettent d’élargir la base d’observation des relations à distance des migrants avec leur milieu d’origine.

21Il existe un flux important d’échanges et d’offres de vivres d’origine vers le milieu d’accueil. Des flux monétaires de la ville vers les milieux d’émigration sont aussi remarquables. De même, les envois d’argent sont volontaires. Néanmoins, l’effet du style de vie et des traditions communautaires encore vivaces en Afrique nous amène à relativiser cette autonomie de décision d’envoi monétaire par les migrants et quelques citadins à la faveur de leur communauté d’origine.

22Les visites des ruraux et des migrants au milieu d’origine (villages, villes secondaires, pays...) sont des indicateurs du dynamisme des relations ville/village. Ces visites s’effectuent selon des circonstances variables. Dans notre enquête, près de 90 % des migrants et 80 % des migrantes entretiennent des relations avec la localité d’origine ; mais le poids relativement important de ceux qui déclarent ne plus être allés dans la localité d’origine (16,5 % chez les migrants de la génération 25-34 ans et 22,5 % chez les jeunes migrantes) conduit à s’interroger sur les types de migration. Il n’est pas exclu que certains migrants aient rompu avec leur localité d’origine. La génération la plus jeune est plus portée à effectuer ces visites, aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Chez ces dernières, les motifs invoqués sont les cérémonies familiales qui l’emportent sur les fêtes religieuses, avec respectivement 61,2 % et 38,5 % pour les moins de 35 ans. Des transferts et échanges d’argent s’effectuent au cours de ces cérémonies.

23L’émiettement des groupes structuraux villageois en milieu urbain n’aliène pas les liens socioculturels entre ruraux et résidents dakarois. La migration temporaire en ville se maintient même si elle est mineure, du moins c’est ce que semblent indiquer des retours au village d’origine pour les travaux saisonniers agricoles et pour des raisons assimilées. Là également, les jeunes migrants sont plus concernés (10,7 %) ; par contre les migrantes retournent peu à peu dans la localité d’origine pour les travaux agricoles saisonniers. Peu de migrants vont en congé dans leur localité d’origine, où peu de personnes effectuent des visites régulières (Tableaux 1 et 2).

24Les Dakarois soutiennent leurs noyaux conjugaux (le conjoint et les enfants) localisés dans la même ville, tandis que les migrants envoient des dons aux noyaux conjugaux dans leur lieu d’origine. Les natifs de Dakar de même que les migrants de la génération 35-44 ans restent les plus concernés par les dons destinés au noyau conjugal. L’ensemble des dons intéressant le noyau conjugal consentis par cette génération concerne 16 % des individus natifs de Dakar et 21 % des migrants. Pour toutes les générations, la contribution des migrants semble plus importante que celle des Dakarois, ce qui s’explique par le fait qu’une part des migrants ont leur épouse à l’intérieur du pays.

Tableau 1. Type de visite des migrants dans leur localité d’origine par génération

Tableau 1. Type de visite des migrants dans leur localité d’origine par génération

Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.

Tableau 2. Type de visite des migrantes dans leur localité d’origine par génération

Travaux saisonniers et raisons assimilées

0

2,7 %

0,8 %

Fêtes religieuses et cérémonies familiales

14,6 %

12,4 %

9,8 %

Congés et fêtes religieuses et cérémonies familiales et cérémonies familiales

2,2 %

0,9 %

0

Congés et cérémonies familiales et divers

2,2 %

1,5 %

Congés et cérémonies familiales

1,1 %

2,7 %

0

Congés seulement

0

0,9 %

0,8 %

Cérémonies familiales et visites périodiques

1,1 %

0,9 %

0,8 %

Cérémonies familiales et autres

18,0 %

19,5 %

25,6 %

Cérémonies familiales seulement

29,2 %

37,2 %

32,3 %

Visites périodiques

0

0

1,5 %

Fêtes religieuses seulement

2,2 %

0,9 %

0

Autres raisons

5,6 %

8,0 %

6,8 %

Ne va jamais

22,5 %

14,2 %

21,1 %

Total

88

113

132

100 %

100 %

100 %

Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989

25L’effet de génération observé chez les hommes s’inverse pour les femmes aussi bien natives de Dakar que migrantes. Ainsi on peut relever que 18 % des Dakaroises âgées de 25 à 34 ans soutiennent leur père ou mère et associés, tandis que 10 % seulement de celles âgées de 35-44 ans font des dons aux mêmes personnes. Les jeunes migrantes contribuent dans leur localité d'origine pour 31,5 %, alors que celles plus âgées envoient au père ou mère et associés un peu moins (26,6 %). Parmi les destinataires, c'est évidemment le père ou la mère qui reçoivent le plus de soutien (Graphique 5).

Graphique 5. Soutien financier reçu d’autres personnes selon l’âge du bénéficiaire. Sexe féminin

Graphique 5. Soutien financier reçu d’autres personnes selon l’âge du bénéficiaire. Sexe féminin

Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.

26Les migrants les plus âgés sont plus préoccupés par l’envoi de dons à la parenté en général. De tels dons sont plus importants pour ceux qui sont restés dans la localité d’origine. Cependant la solidarité entre migrants de la même parenté demeure effective et s’exprime, entre autres, par la participation financière aux associations qui sont surtout fonctionnelles à Dakar (Graphique 6).

Graphique 6. Don à la parenté par génération. Hommes migrants

Graphique 6. Don à la parenté par génération. Hommes migrants

Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.

27En règle générale, les hommes de la génération 25-34 ans nés à Dakar donnent peu, alors que ceux de la génération 45-59 ans, qui ont en général un ménage de taille déjà élevée, aident en plus d’autres membres de la parenté. Il y a là des éléments pour se demander si les générations de l’indépendance (les 45-59 ans) ne sont pas une génération charnière qui supportent le plus le poids de la crise. Les jeunes vivent la crise, les aînés la supportent (Graphique 7) (Antoine et al. 1995).

Graphique 7. Soutien financier reçu d’autres personnes selon l’âge du bénéficiaire

Graphique 7. Soutien financier reçu d’autres personnes selon l’âge du bénéficiaire

Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.

28La précarité des conditions de vie dans les localités d’origine des personnes enquêtées explique le peu de soutien qu’elles reçoivent. Le soutien du père ou de la mère, des frères ou des sœurs est important pour les jeunes Dakarois (7 %). L’appui des collatéraux en faveur des migrants est effectif d’une génération à l’autre, néanmoins l’intérêt manifesté par les plus jeunes est notable (10 %). Les personnes âgées entre 45 et 59 ans, particulièrement les Dakarois, sont soutenues par leur noyau conjugal (6 %). Cet état de fait peut être expliqué par l’implication des femmes polygames dans la gestion de la survie de leur ménage respectif. Les relations interpersonnelles informelles en marge des groupes d’origine semblent être d’un bon concours pour les Dakarois comme pour les migrants (6 % pour les premiers et 7 % pour les seconds). Les soutiens reçus d’autres personnes sans lien de parenté ou d’alliance sont permanents pour toutes les générations, même s’ils semblent moins établis pour la génération intermédiaire des 35-44 ans. Les jeunes Dakaroises ont la faveur de tels soutiens (16 %). On relève également des soutiens reçus des associations au profit des migrants et des migrantes (Graphique 7).

Le recours aux réseaux pour l’accès au logement

29Le recours à un intermédiaire pour accéder à un logement semble moins fréquent que nous le pensions lors de l’élaboration de l’étude. D’après les résultats de l’enquête, environ 50 à 60 % des migrants arrivés à l’âge de 20 ans n’ont pas eu recours à un intermédiaire pour trouver un logement. Cette proportion est plus faible pour la génération la plus jeune (Graphique 8).

Graphique 8. Lien avec l’intermédiaire par génération pour l’accès au logement (migrants arrivés à Dakar après l’âge de 20 ans) pour tous les statuts résidentiels

Graphique 8. Lien avec l’intermédiaire par génération pour l’accès au logement (migrants arrivés à Dakar après l’âge de 20 ans) pour tous les statuts résidentiels

Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.

30Le recours à la parenté prend de plus en plus d’importance. Alors que les générations précédentes n’y avaient recours que dans 20 % des cas, ce recours est plus fréquent pour les individus de la génération 25-34 ans (33 %). En effet 12 % de la génération de 45 à 54 ans s’est appuyée sur des amis afin d’accéder au premier logement, tandis que 11 % de la génération suivante (35 à 44 ans) agit ainsi. Le recours est moins fréquent pour la génération la plus jeune (3 %).

31Lors de l’accueil des migrants dans l’agglomération de Dakar, les réseaux parentaux en ville jouent un rôle essentiel. Parmi les hommes hébergés ou vivant en colocation, 41 % vivent avec leur père (ou mère) ou un ascendant. Le recours aux collatéraux est également fréquent. En revanche, on vit plus rarement chez une tierce personne n’appartenant pas à la famille (5 % des cas pour la génération 25-34 ans, et 17 % pour la génération 45-54 ans). En règle générale, on peut retenir que « une famille de Dakar sur deux (et plus particulièrement les classes moyennes) accueille des migrants, à l’exception des dakarois de souche qui sont moins sollicités » (Antoine 1991) (Graphique 9).

Graphique 9. Lien des cohabitants (hébergés et colocataires) dans le premier logement à Dakar par génération (migrants arrivés à Dakar après l’âge de 20 ans)

Graphique 9. Lien des cohabitants (hébergés et colocataires) dans le premier logement à Dakar par génération (migrants arrivés à Dakar après l’âge de 20 ans)

Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.

Recours aux réseaux pour le premier emploi

32L’essentiel des installations de l’économie moderne est implantée dans la capitale. Cependant ce pôle attractif est incapable d’offrir des emplois dans le secteur structuré à une bonne part des résidents ; faute de mieux, plus de la moitié des actifs exercent dans le secteur informel et le taux de chômage est estimée à 22 % de la population active (Bocquier & Fall 1992).

33Le premier emploi constitue souvent un apprentissage de la capacité des travailleurs indépendants à assumer un nouveau statut professionnel. L’appel à des personnes-ressources intervient seulement quand l’individu a fait ses propres armes. Le recours à un intermédiaire est de plus en plus pratiqué d’une génération à l’autre tant pour les personnes non natives de Dakar que pour les Dakarois. La sollicitation adressée aux personnes « sans lien de parenté » est dérisoire. Cela est attribuable à la faiblesse des réseaux extra-familiaux et professionnels lors de la première période d’installation des indépendants, aussi bien pour les migrants que pour les natifs de Dakar. Ceux qui ont trouvé un emploi peu après leur arrivée à Dakar (Graphique 10) consultent de plus en plus un parent parmi les ascendants et les collatéraux (12 % pour la génération des 45-54 ans et 34 % pour la dernière génération 25-34 ans), et relativement peu les autres parents (1 %) ou les individus avec lesquels ils n’ont pas de lien de parenté ou d’alliance (3 %). Le recours à la parenté était moins fréquent pour les générations précédentes, même si le rôle du père reste prépondérant. Ceux qui ont connu une période d’attente après leur arrivée à Dakar avant d’accéder à un premier emploi font aussi, d’une génération à l’autre, de plus en plus appel à un intermédiaire qui est avant tout un ascendant. On constate dans le cas des indépendants nés à Dakar, que la personne prêtant ses ressources matérielles ou relationnelles vit avec celui qu’elle soutient et appartient à son réseau d’origine.

Graphique 10. Répartition des répondants selon le lien avec personnes-ressources par génération (répondants indépendants hommes nés hors de Dakar / Pikine, emplois juste arrivée à Dakar)

Graphique 10. Répartition des répondants selon le lien avec personnes-ressources par génération (répondants indépendants hommes nés hors de Dakar / Pikine, emplois juste arrivée à Dakar)

Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.

34Pour les indépendants nés hors de Dakar, la génération la plus jeune a davantage recours que les précédentes à des personnes résidant hors du logement. Les indépendants qui ont suivi tout ou partie de leur formation à Dakar, alors qu’ils n’avaient eu recours à pratiquement personne dans les générations âgées de 45-54 ans, plus de 50 % des migrants et non-migrants n’ont eu recours à personne. Parmi les intermédiaires, les non-migrants ont de plus en plus recours au père et aux oncles et autres parents (Graphique 11).

Graphique 11. Répartition des répondants selon le lien avec personnes-ressources par génération (indépendants hommes nés hors de Dakar / Pikine emploi après une période de chômage, d’apprentissage, d’étude ou d’inactivité)

Graphique 11. Répartition des répondants selon le lien avec personnes-ressources par génération (indépendants hommes nés hors de Dakar / Pikine emploi après une période de chômage, d’apprentissage, d’étude ou d’inactivité)

Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.

35À l’échelle des lieux de travail, l’étroitesse du marché de l’emploi va de pair avec le cloisonnement de l’information sur les éventuelles ouvertures de postes et admissions comme apprenti avec ou sans promesse de recrutement futur. Les personnes les plus proches intervenues pour la recherche d’un emploi salarié travaillent plus fréquemment dans la même entreprise que ceux qu’ils ont soutenus, et ce, indépendamment du statut migratoire, avec toutefois des tendances inverses : c’est de moins en moins le cas pour ceux nés hors de Dakar et de plus en plus le cas pour les Dakarois. Cela reflète les procédés de cooptation intervenant à partir du lieu de travail devenu une zone de pouvoir dont le contrôle n’est pas du seul ressort des décideurs. On peut faire l’hypothèse d’une proximité sociale reliant les intermédiaires à leurs protégés, ce qui indique le maintien de leurs liens d’origine (Graphique 12).

Graphique 12. Lieu de travail de la personne-ressource d’hommes nés à Dakar pour accès au travail salarié par génération

Graphique 12. Lieu de travail de la personne-ressource d’hommes nés à Dakar pour accès au travail salarié par génération

Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.

36Les grandes lignes du recours à un intermédiaire pour l’accès à l’emploi se présentent comme suit : s’agissant des hommes salariés, ils recourent dans une large majorité à d’autres hommes. En général, il n’y a pas de recours systématique à une personne dans la parenté. En dépit des critères de recrutement supposés fondés sur la compétence dans le salariat, on relève l’effectivité d’un recours à un intermédiaire même dans le secteur public. Dans l’ensemble, pour le salariat, on observe un report du recours vers les collatéraux dans le cas de ressources limitées auprès des ascendants : c’est le cas des nouveaux arrivants à Dakar et des jeunes générations.

37Les hommes travaillant comme indépendants sollicitent beaucoup moins d’intermédiaire que les salariés. Ils comptent plus sur eux-mêmes. Cependant, à la différence des salariés, et des indépendants âgés ou migrants, les jeunes Dakarois (génération née entre 1955 et 1964) mobilisent fréquemment leur père pour accéder à l’emploi. Il semblerait donc que la transmission de patrimoine de père en fils commence à montrer ses effets chez les travailleurs indépendants, plus particulièrement dans le domaine de la production et des services.

38Comparativement aux hommes qui, rappelons-le, ne sollicitent presque pas de femme pour obtenir un emploi, les femmes ont recours de manière plus équilibrée à des hommes et à des femmes. À l’exception des migrantes exerçant comme indépendantes dans la production et les services, les femmes, lorsqu’elles ont recours à un tiers, sollicitent quasi systématiquement leur époux pour travailler à leur compte propre. Mais comme pour les hommes, on observe chez les femmes plus de cas de non-recours à un intermédiaire pour l’accession à l’emploi.

Le continuum rural/urbain

39Les récits de vie collectés auprès des migrants à Dakar et Pikine confirment que les associations de ressortissants ou d’originaires de villages ou de communautés rurales ainsi que les regroupements familiaux, lignagers et ethniques en ville sont d’importants relais pour l’accueil et l’insertion des migrants. Des personnes reliées par une origine commune et pouvant appartenir à des catégories sociales différentes s’y côtoient et partagent leurs préoccupations. Mais comme toute communauté d’origine, de telles associations ont une logique normative. Elles constituent un système lourd de fonctionnement et conservateur du point de vue des valeurs reproduites. Les besoins quotidiens des membres sont difficilement pris en charge. Il arrive également que les valeurs socioculturelles entretenues se heurtent aux velléités modernistes que les besoins d’adaptation ou de créativité urbaines des membres mettent en relief. Dès lors, c’est en marge du système que se développent potentiellement des réseaux et segments de réseaux. Or O’Ndeye (1985) présente ces associations d’originaires et de ressortissants comme un moyen d’intégration au sein du lignage tout en servant de réceptacle des velléités opposées au sein du groupe des migrants organisés dans cette entité.

40Ainsi « la ville reconstruit les associations » (O’Ndeye 1985 : 37). Par ailleurs, la ville, Dakar en particulier, n’est pas à considérer comme un lieu privilégié de prolongements des relations traditionnelles villageoises. Nous avons plutôt observé l’émergence de nouvelles formes de relations résultant de la dynamique de sociabilités urbaines. L’acteur urbain est un faiseur de réseaux. La restructuration permanente des réseaux de sociabilité semble être une caractéristique essentielle de l’urbanisation dakaroise. En effet avec l’aggravation de la crise économique et les contraintes de la vie urbaine, les acteurs sociaux développent des stratégies visant l’élargissement de leur espace de sociabilité. L’émergence de nouvelles relations en ville est désormais un indicateur de la dynamique d’insertion urbaine des migrants à Dakar et Pikine. L’acteur social construit ses réseaux en fonction de son patrimoine relationnel qui peut être diversifié avec un ancrage pluriel rural et urbain.

Maintien des réseaux ruraux et importance des réseaux urbains

41Les travaux de recherche font de plus en plus de place aux rôles privilégiés des réseaux sociaux, comme phénomène construit d’accueil et d’insertion urbaine des migrants. Leur fonction « d’amortisseur » de la crise économique et sociale généralisée se heurte à la problématique de leur permanence et de leur renouvellement. L’effet de la dynamique de groupe aidant, les réseaux d’origine (structures familiales, communautés ethniques, villageoises...) occupent une position centrale au moment de la préparation des candidats à la migration et aussi lors des premières étapes de l’installation à la ville avant de se laisser relayer, dans les étapes futures, par des réseaux plus spécifiquement urbains, tout en étant l’une des formes dominantes du processus d’insertion en ville. Cela est insuffisamment mentionné et analysé dans les travaux sur les migrations en Afrique. Comme on le sait, des réseaux sociaux, familiaux, culturels, religieux se sont ainsi constitués et consolidés sur la base de l’esprit de solidarité et de la survie des communautés impliquées. Ces réseaux sont des instruments efficaces d’accueil, d’entraide, de recherche d’emploi et de logement pour le migrant. Tout en s’organisant sur les rapports traditionnels de solidarité, mais aussi de hiérarchie et d’inégalité entre les membres, les réseaux se « modernisent » en quelque sorte, en intégrant d’autres types de solidarité et de liens créés par de nouvelles appartenances : relations informelles, de voisinage, politiques, religieuses, sportives, syndicales et professionnelles.

La permanence des réseaux d’origine

42Ce contexte de la migration rurale-urbaine met en relief le rôle des réseaux d’origine, tout au moins dans le processus d’accueil des migrants à Dakar. De même, les réseaux parentaux, ethniques, et d’autres types de réseaux bâtis autour de l’appartenance à une même aire régionale et socioculturelle (région, département, communauté rurale, village...) interviennent plus ou moins fortement pour l’accès du nouveau migrant au premier logement et au premier emploi ou occupation professionnelle. Évidemment, ils sont plus accessibles que les réseaux intégrés ou créés avec un temps de présence plus important en ville. Mais les réseaux d’origine ne sont pas non plus des relais sociaux existant d’avance, et qu’il suffit d’intégrer en cas de besoin. Ils sont naturellement des phénomènes élaborés, construits différemment en fonction des ressources propres à chaque espace relationnel impliquant les acteurs concernés ou des communautés structurées ou informelles. On peut néanmoins relever la permanence des réseaux d’origine dans ce processus migratoire. C’est ce qui a fait dire à Antoine et Savané (1990 : 56) : « la migration entretient la migration ». Selon ces auteurs, la migration résulte des membres d’une famille. Ainsi les migrants s’appuient sur des réseaux relationnels en vue de leur insertion en ville. Le pont est donc établi entre le milieu rural et la ville pour bâtir l’hybridation. Les migrants occupant des postes à responsabilité en ville réinvestissent parfois, économiquement et socialement, dans leur région d’origine : par la participation à la construction d’écoles, de dispensaires, de nouvelles maisons, aux achats d’équipements agricoles, et également participation à la vie politique et sociale. Le maintien de relations avec le milieu d’origine entraîne d’importants flux financiers entre la ville et le milieu rural.

43Les pôles de la famille se multiplient. Des circuits d’accueil et d’insertion s’instaurent dans la ville. Les transferts de fonds, de vivres, de médicaments etc. sont effectués. C’est la famille au sens élargi qui se déploie. Au Sénégal, des femmes appartenant à des ménages polygames prennent leur tour en ville ou au village sous forme de rotation pendant que le mari fait son expérience urbaine. On peut donc noter l’existence d’une composante urbaine des stratégies rurales et inversement.

L’émergence de nouvelles formes de relations à Dakar

44Les réseaux ne sont pas référés à des structures organisées dont le mode de fonctionnement est explicite. À force de prospecter plus largement, on découvre la richesse des relations informelles révélant d’autres mécanismes de mise en place de réseaux. On peut repérer dans la ville plusieurs exemples de regroupements informels : des voisins s’asseyant devant l’atelier d’un tailleur presque tous les jours depuis plusieurs années ; une « grande place » où des personnes jouent à la belote ou aux dames depuis une trentaine d’années ; des courtiers qui monnayent leur expertise de l’intermédiation pour la vente et la location de logements, des cadres intellectuels jouant aux boules le week-end. Afin de montrer le champ assez grand de noyaux relationnels pouvant être dynamisés pour générer des réseaux sociaux, quelques cas de figure sont brièvement évoqués dans ce qui suit.

45Du fait du rétrécissement progressif du marché de l’emploi salarié occasionné entre autres par la politique d’ajustement structurel, le secteur de l’économie informelle se présente de plus en plus comme la porte d’entrée privilégiée des migrants dans le tissu économique dakarois. La sous-qualification professionnelle des nouveaux migrants en est une explication. L’économie informelle est relativement souple pour autoriser l’accueil des nouveaux migrants préoccupés d’avoir un métier pour s’insérer durablement en ville. Pour se former, les migrants s’appuient davantage sur des réseaux familiaux.

46Mais à mesure que se déroule l’apprentissage, le migrant s’implique dans des réseaux que génèrent ses rapports de prestation de services pour une partie de la clientèle de l’atelier où il travaille. Son installation future comme indépendant dépendra largement de sa capacité à fidéliser sa clientèle acquise à la défaveur de son patron et surtout des possibilités de profiter de ses réseaux de relations qu’il aura suscités tout au long de son apprentissage.

47Nous avons observé que les migrants ayant réussi dans l’économie informelle s’impliquent activement dans d’autres réseaux confrériques, regroupements d’opérateurs économiques, et même au sein des réseaux de commerçants. Pour réussir dans l’informel, il apparaît nécessaire de jouer des rôles importants dans des réseaux d’ascension sociale. En effet, les réseaux confrériques se sont beaucoup développés à partir de l’économie informelle. Cette forte interdépendance s’explique par le caractère socio-économique des confréries religieuses. À ce titre, leur fonction de groupe de pression sociopolitique attire une clientèle de plus en plus nombreuse, en particulier tous ceux qui sont appelés à se repositionner et à conquérir de nouveaux statuts.

48Le principe des vases communicants est applicable entre l’économie informelle, les migrations et les réseaux confrériques. On constate des convergences quasi-naturelles qui favorisent le passage de l’un à l’autre. Les réseaux fondés sur les religions peuvent être considérés comme des réseaux d’origine car l’adhésion à une religion participe au processus de socialisation. On ne choisit pas sa religion, on l’hérite de ses parents. La religion est un élément culturel d’origine. En revanche, l’appartenance à des associations religieuses et de plus en plus à des confréries religieuses peut procéder des deux registres d’origine et optionnel. Le passage des réseaux villageois aux réseaux optionnels est ici à mettre au compte de la plasticité des réseaux confrériques et du caractère populaire de l’économie informelle à Dakar et Pikine.

49Dans le secteur structuré, les relations professionnelles sont pour la plupart activées, générant ainsi des réseaux sociaux typiquement urbains. Les syndicats constituent un espace de sociabilité favorisant l’émergence de réseaux à l’échelle et hors de l’entreprise. À partir d’une désignation comme délégué du personnel, un quelconque travailleur accède à des informations souterraines lui conférant une parcelle de pouvoir au sein de l’entreprise. Ce pouvoir de médiateur est souvent le moyen d’accéder à des faveurs lui permettant de placer parents ou amis à un nouveau poste et d’avoir ses protégés et ses protecteurs au sein de l’entreprise, aussi bien au niveau de la direction que parmi les agents. Le style militant des activités d’entreprises différentes constitue un facteur à la fois objectif et subjectif facilitant la création d’espaces de sociabilité et de réseaux sociaux en milieu urbain. La culture ouvrière est une composante de la culture typiquement urbaine.

50L’intensité de la vie professionnelle dans l’entreprise et la « proximité interindividuelle » favorisent les réseaux d’amitié. En effet, au sein de l’entreprise, les travailleurs vivent souvent en commun des épreuves de tous genres qui resserrent leurs liens. La durée d’emploi dans l’entreprise fait que les lieux de travail permettent le développement de relations continues et l’approfondissement de la connaissance interindividuelle. Ces relations d’amitié se prolongent hors de l’entreprise et fraient la voie à des réseaux sociaux denses et d’une vitalité insoupçonnée.

51Les associations religieuses ou « daayira » au sein des entreprises sont également un moyen courant d’activer les relations interprofessionnelles. Les réseaux sociaux qui se mettent en place à la faveur de la même appartenance confrérique donnent de l’intérêt aux relations par petits groupes au sein de l’entreprise. Ils sont les moyens de « socialiser » la vie de l’entreprise et réciproquement de prolonger les relations professionnelles privilégiées hors de l’entreprise (Diop 1982 ; Ndiaye 1989). Tout comme les rapports de travail, les relations contingentes de voisinage peuvent subir des transformations et développements générant des réseaux promotionnels. Il est établi que le voisinage fait partie intégrante de leur identité sociale. On peut également considérer que les migrants, notamment ceux bénéficiant d’une longue expérience résidentielle à Dakar, s’accommodent de cette référence identitaire (Fall 1991c). Les réseaux de voisinage, les réseaux informels et les réseaux religieux confrériques occupent de nouveaux espaces créés en ville. Ils constituent, par leur grande accessibilité, des moyens privilégiés d’insertion sociale dans le contexte urbain dakarois. Une autre caractéristique non moins importante de ces réseaux est la meilleure intégration de l’anonymat et la consolidation d’un brassage à la portée du public.

Conclusion : élargir son espace de sociabilité (du dedans et du dehors) et accéder à plus d’opportunités

52Le passage des réseaux d’origine aux réseaux urbains ne relève pas d’un procédé balistique. Il correspond plutôt à un processus heurté et discontinu. L’originalité des réseaux sociaux réside dans le fait qu’ils procèdent tout à la fois de stratégies des acteurs du dedans comme du dehors des institutions sociales en vue de la satisfaction de leurs besoins. Ils se constituent et se fortifient en mettant à contribution, au cas où c’est nécessaire, les ressources propres ou potentielles des institutions, ou inversement, à les contourner en se développant sur leurs marges, comme pour défier la rigidité des systèmes et laisser se profiler les changements en termes de réadaptation ou de rupture. Les réseaux s’estompent au fur et à mesure que les besoins des acteurs sociaux qui les animent sont satisfaits ou nécessitent d’autres relais sociaux. Ils peuvent donc être déviés de leur raison sociale fondatrice.

53La stratégie pour contrôler des « zones de pouvoir » au sein ou à l’échelle de plusieurs institutions rend nécessaires les réseaux sociaux. Les réseaux traversent les institutions et transgressent leurs limites. Ils n’ont pas pour rôle de se substituer aux institutions ; ils tentent plutôt de les dépasser et de les vivifier en les dynamisant.

54Le migrant n’a pas besoin de s’opposer aux institutions sociales d’origine pour réussir son insertion urbaine. Les réseaux urbains s’édifient sur l’espace de sociabilité comme moyen de conquérir d’autres zones de possibilités favorables à l’insertion des migrants en ville. Le passage des uns aux autres s’opère concomitamment à l’élargissement et à la complexification de l’espace de sociabilité du migrant en ville. Réseaux villageois et réseaux urbains conservent leur logique informelle et implicite. Mais les réseaux d’origine ne s’apparentent pas totalement aux réseaux villageois qui n’en sont qu’une composante. La permanence des réseaux d’origine n’a d’égale que la vitalité des réseaux sociaux urbains qui constituent désormais un centre d’intérêt privilégié pour l’analyse de la dynamique d’insertion des migrants à Dakar. Il demeure cependant établi que le développement fulgurant de nouveaux réseaux sociaux permettant « d’amortir » la crise − les relations à distance étant une des modalités de cette solidarité − va de pair avec l’émiettement des groupes structuraux d’origine.

Bibliographie

Bibliographie

Antoine P., 1991, « Croissance urbaine et insertion des migrants dans les villes africaines : l’exemple de Dakar », Pratiques sociales et travail en milieu urbain : Les Cahiers 16, 9-23.

Antoine P., Bocquier P., Fall A.S., Guisse Y.M., Nanitelamio J., 1995, Les familles dakaroises face à la crise, Dakar-Paris, IFAN-ORSTOM, 285 p.

Antoine P., Savané L., 1990, « Urbanisation et migration en Afrique », in UEPA (éd.), The Role of Migration in African Developement: Issues and Policies for the 90s, 55-81.

Bocquier P., Fall A., 1992, Le recours aux réseaux sociaux pour l’accès à l’emploi, le cas d’une ville en développement : Dakar, Papier présenté à la 21ème conférence de l’Association canadienne des études africaines, Montréal, 24 p.

Diop M., 1982, « Le phénomène associatif mouride en ville : expression du dynamisme confrérique », Psychopathologie Africaine XVIII, 3, 293-317.

Diop M., 1989, « Un exemple de non insertion urbaine : le cas des migrantes saisonnières de Basse Casamance à Dakar », in P. Antoine & S. Coulibaly (éd.), L’insertion urbaine des migrants en Afrique, Paris, ORSTOM, 79-89.

Fall A.S., 1987, La migration des Sereer du Siin (Niakhar, Ngayokhem et Sob), Université Cheikh Anta Diop (UCAD).

Fall A.S., 1988, Réseaux migratoires des Sereer Siin-Siin à Dakar. Approche sociologique, Université Cheikh Anta Diop (UCAD).

Fall A.S., 1991a, « Du questionnaire biographique quantitatif aux entretiens approfondis sur les réseaux de sociabilité en ville », Cahiers de l’ORSTOM 14, 37-59.

Fall A.S., 1991b, Réseaux de sociabilité et insertion urbaine dans l’agglomération de Dakar, Université Cheikh Anta Diop (UCAD).

Fall A.S., 1991c, « Une autre “famille” ? Les réseaux féminins de voisinage en ville », in Femme, Famille et Population, UEPA, Ouagadougou, 54-67.

Fall A.S., 1991d, « Une réponse à la crise de l’agriculture. La migration des Sereer du Siin (Sénégal) », Sociétés-Espace-Temps 1, 1, 138-149.

Fall A.S., 1993, « Relations à distance des migrants et réseaux d’insertion à Dakar », Bulletin de l’APAD, 5.

Fall A.S., 1998, “Migrants’ Long-distance Relationships and Social Networks in Dakar,” Environment and Urbanization 10, 1, 135-146.

Ndiaye A.M.I., 1989, Les associations dasn l’entreprise industrielle : le cas des daayire du Port Autonome de Dakar, Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

O’Ndeye M., 1985, Les associations en villes africaines, Dakar et Brazaville, Paris, L’Harmattan.

Pontié G., Lericollais A., 1995, « Relations à distance des migrants Sereer », in P. Antoine & A.B. Diop (éd.) La ville à guichets fermés ? Itinéraires, réseaux et insertion urbaine. Dakar - Paris, IFAN - ORSTOM, 303-322.

Notes

1 Le texte présenté ici reprend en grande partie un travail publié en 1993 dans le Bulletin de l’APAD (Fall 1993), puis en anglais en 1998 dans la revue Environment and Urbanization (Fall 1998), mais réorienté sur la migration issue de l’observatoire de Niakhar.

3 Cet aspect ne sera pas abordé ici.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Répartitions par groupe d’âge des migrants selon le village
Légende Source : Fall, 1987.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Graphique 2. Répartition des migrants par catégorie socioprofessionnelle selon le village
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31482/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 3. Répartition des migrants par statut professionnel et village
Légende Source : Fall, 1987.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31482/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 4. Répartition des migrants par revenu mensuel selon le village
Légende Source : Fall, 1987.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31482/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Tableau 1. Type de visite des migrants dans leur localité d’origine par génération
Légende Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31482/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Graphique 5. Soutien financier reçu d’autres personnes selon l’âge du bénéficiaire. Sexe féminin
Légende Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31482/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 6. Don à la parenté par génération. Hommes migrants
Légende Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31482/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Graphique 7. Soutien financier reçu d’autres personnes selon l’âge du bénéficiaire
Légende Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31482/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Graphique 8. Lien avec l’intermédiaire par génération pour l’accès au logement (migrants arrivés à Dakar après l’âge de 20 ans) pour tous les statuts résidentiels
Légende Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31482/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Graphique 9. Lien des cohabitants (hébergés et colocataires) dans le premier logement à Dakar par génération (migrants arrivés à Dakar après l’âge de 20 ans)
Légende Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31482/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Graphique 10. Répartition des répondants selon le lien avec personnes-ressources par génération (répondants indépendants hommes nés hors de Dakar / Pikine, emplois juste arrivée à Dakar)
Légende Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31482/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Graphique 11. Répartition des répondants selon le lien avec personnes-ressources par génération (indépendants hommes nés hors de Dakar / Pikine emploi après une période de chômage, d’apprentissage, d’étude ou d’inactivité)
Légende Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31482/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 12. Lieu de travail de la personne-ressource d’hommes nés à Dakar pour accès au travail salarié par génération
Légende Source : Enquête Insertion Urbaine, IFAN-ORSTOM, 1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31482/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

Auteur

Formation doctorale « Sciences sociales appliquées au développement », Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), et Laboratoire de Recherche sur les Transformations Économiques et Sociales (LARTES), Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN) - Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search