Version classiqueVersion mobile

Niakhar, mémoires et perspectives

 | 
Valérie Delaunay
, 
Alice Desclaux
, 
Cheikh Sokhna

Partie 2. Les apports scientifiques du suivi

Chapitre 7. Cinquante ans de transition de la mortalité à Niakhar (1963-2012)

Michel Garenne, Pierre Cantrelle, Valérie Delaunay, Charles Becker, Laetitia Douillot, Djibril Dione, Aldiouma Diallo et Cheikh Sokhna

Texte intégral

Introduction

1Ce chapitre traite des tendances de la mortalité à Niakhar au cours des 50 ans du suivi démographique (1963-2012). Il s’agit d’un sujet complexe, qui mériterait des analyses plus approfondies que celle qui est présentée ci-dessous. Cette étude ne fournit que les principaux éléments des grandes tendances observées à Niakhar au cours du demi-siècle. Cette analyse est présentée dans un cadre plus général, avec une mise en perspective géographique des grandes tendances de mortalité au niveau des grandes régions du Sénégal, voire au niveau africain et mondial. L’accent est mis sur la mortalité des jeunes enfants, le groupe d’âge des moins de cinq ans étant le plus touché par la mortalité précoce, et aussi celui pour lequel on dispose d’abondantes données comparatives. L’étude donne aussi des éléments sur les tendances de la mortalité adulte.

2La première étude démographique dans l’arrondissement de Niakhar (1963-1965) donnait des chiffres saisissants : l’espérance de vie était de 27 ans, la mortalité des moins de 5 ans de 479 pour 1000 ; les décès des moins de 5 ans représentaient pratiquement les deux tiers (64,6 %) de l’ensemble des décès tous âges confondus. D’autre part, l’enquête démographique faisait apparaître un schéma exceptionnel de mortalité, avec une mortalité extrêmement élevée entre 1 et 5 ans, considérablement supérieure à celle que l’on attendait d’après les tables type de mortalité ou d’après les données disponibles venant des autres pays africains, des pays d’Asie du Sud ou d’Amérique latine. Ce schéma par âge, mesuré en particulier par le rapport de la mortalité juvénile à la mortalité infantile (4q1 /1q 0), fit couler beaucoup d’encre, et reste à ce jour sujet à controverses, voire à l’incrédulité (Cantrelle et al. 1968 ; Cantrelle 1969 ; Cantrelle & Léridon 1971 ; Cantrelle et al. 1986 ; Garenne 1981a et b ; Garenne 1982 ; Garenne & Cantrelle 1984 ; Garenne et al. 1999).

3Plusieurs études ont poursuivi l’analyse des premières années. Les travaux ont surtout porté sur la mortalité des enfants, sur la mortalité générale, sur la mortalité par maladie infectieuse (rougeole, coqueluche, tétanos, paludisme, choléra, méningite, maladies diarrhéiques, maladies respiratoires) et sur la mortalité maternelle. Toutes ces études ont souligné la baisse importante de la mortalité à Niakhar (Becker 1992 ; Delaunay et al. 1998, 2001, 2013 ; Étard et al. 2004 ; Leroy & Garenne 1987a, b).

4Le but de ce chapitre est de donner une vision synthétique et analytique des tendances de la mortalité dans la zone de Niakhar. Quelles ont été ces tendances au cours des 50 ans ? Comment se situent ces tendances par rapport aux régions du Sénégal, voire à l’Afrique au sud du Sahara ? La zone de Niakhar est-elle représentative du milieu rural sénégalais ou présente-t-elle des particularités ? La présence des équipes de recherche en démographie, épidémiologie et médecine tropicale a-t-elle eu un impact sur les niveaux et tendances de la mortalité ? La population a-t-elle bénéficié de la présence des équipes de recherche qui se sont succédées dans la zone de Niakhar, surtout depuis 1983 ?

5L’article est structuré en quatre parties : il présente d’abord les données comparatives, puis les tendances de la mortalité infanto-juvénile à Niakhar, puis une analyse de l’évolution du schéma par âge de la mortalité des jeunes enfants et enfin les tendances de la mortalité aux autres âges.

Données comparatives

Grandes tendances en Afrique et dans le monde

6La baisse de la mortalité à Niakhar s’inscrit dans le mouvement général de la transition sanitaire dans le monde et en Afrique, caractérisé par la baisse tendancielle de la mortalité à tous les âges. Le graphique 1 montre les grandes tendances de la mortalité des enfants de moins de 5 ans dans le monde, en Afrique au sud du Sahara et au Sénégal, d’après les reconstructions réalisées par les Nations Unies à partir des données des enquêtes démographiques. Dans les années 1950-1969, la mortalité des enfants au Sénégal est supérieure à la moyenne africaine, elle-même considérablement supérieure à la moyenne mondiale. De plus, la mortalité au Sénégal augmente dans les années 1960, et ce n’est qu’à partir des années 1970 qu’elle entame une baisse spectaculaire. En 1965-1969, la mortalité infanto-juvénile au Sénégal est de 23 % supérieure à la moyenne africaine et de plus du double de la moyenne mondiale. En 2005-2009, elle n’est supérieure que de 39 % à la moyenne mondiale, et se retrouve de 35 % inférieure à la moyenne africaine. Sur l’ensemble de la période 1950-2010, la baisse de la mortalité au Sénégal a été de −2,5 % par an, alors qu’elle n’a été que de −1,6 % pour l’ensemble de l’Afrique subsaharienne. Deux accidents sont cependant à remarquer : des remontées de mortalité dans les années 1960 et dans les années 1990, phénomènes que l’on retrouve à Niakhar. Il faut aussi noter que le Sénégal a échappé à l’impact du sida sur la mortalité des jeunes enfants qui est notable dans les pays d’Afrique australe et orientale (Garenne 1996 ; Garenne & Gakusi 2003, 2004, 2006 ; Garenne et al. 2000 ; Garenne & van Ginneken 1994a et b ; Garenne 2011).

Graphique 1. Tendances de la mortalité des jeunes enfants au Sénégal, en Afrique subsaharienne et dans le monde

Graphique 1. Tendances de la mortalité des jeunes enfants au Sénégal, en Afrique subsaharienne et dans le monde

Source : Nations Unies, Division de la Population, Perspectives de la population mondiale, révision de 2012.

Tendances régionales au Sénégal

7Pour bien juger des progrès réalisés au Sénégal, il est important de distinguer le milieu urbain et le milieu rural, dont les dynamiques de mortalité sont différentes, ainsi que les profils régionaux. Au Sénégal, on observe en effet de nettes différences de niveaux et de tendances entre les grandes régions géographiques et entre l’urbain et le rural. On a donc reconstruit pour cette étude les tendances de la mortalité infanto-juvénile pour les régions du Sénégal à partir des enquêtes démographiques réalisées en 1978 (EMF), 1986, 1993, 1997, 2005, 2008, 2011 et 2013 (DHS/MIS). La méthode est la même que celle utilisée pour l’étude par pays et milieu urbain ou rural à travers l’Afrique (Garenne & Gakusi 2004). En bref, pour chaque enquête, on a recalculé les taux de mortalité par année de calendrier, de 1950 à 2012, et pour les deux groupes d’âge : moins de 1 an et 1-4 ans. Les quotients de mortalité infantile (1q0) et juvénile (4q1) ont été calculés en prenant un schéma constant par âge (1a 0 = 0,30 et 4a1 = 1,30), dont on déduit le quotient des moins de cinq ans (5q0).

8Les 14 régions actuelles du Sénégal ont été d’abord réparties en cinq groupes : l’Ouest (Dakar, Thiès), le Centre (Diourbel, Fatick, Kaolack, Kaffrine), le Nord (Louga, Saint-Louis, Matam), le Sud (Zinguichor, Sédhiou, Kolda) et l’Est (Tambacounda, Kédougou). Pour le milieu urbain, on a distingué dans un premier temps Dakar et les autres villes. Puis, comme les niveaux, les tendances et le schéma par âge étaient assez similaires dans certains groupes, on les a regroupés en quatre catégories pour l’analyse finale : le milieu urbain (Dakar et autres villes), le Centre rural, le Nord-Ouest rural (Nord et Ouest), et le Sud-Est rural (Sud et Est). Ces quatre grandes régions ont des effectifs de décès observés entre 1950 et 2012 du même ordre de grandeur (respectivement 6 898, 10 439, 7 288, 8 772 décès) dans l’ensemble des enquêtes, ce qui permet une analyse fine.

9Les enquêtes démographiques montrent une baisse importante de la mortalité des moins de cinq ans dans toutes les régions. (Tableau 1, Graphique 2) Les niveaux sont sensiblement différents en début de période (1950-1954) variant du simple au double, voire plus (amplitude de 183 à 443 pour 1000), mais proches en fin de période (2010-2012) (amplitude de 49 à 81 pour 1000), ce qui montre la convergence de toutes les régions vers des niveaux de mortalité relativement faibles.

10Le milieu rural du Sud-Est est celui qui a la plus forte mortalité au cours de la période, suivi du milieu rural du Centre, puis celui du Nord-Ouest, le milieu urbain ayant toujours une plus faible mortalité. Mais la différence relative entre l’urbain et le rural a fortement diminué : d’un ratio de 1 à 2 dans les années 1970, elle devient, au cours des années récentes, négligeable dans la zone Nord-Ouest et faible pour les deux autres régions. En valeur absolue, la différence des quotients entre urbain et rural est passée de plus de 179 pour 1000 en 1970-1974 à 19 pour 1000 en 2010-2012. Ces phénomènes de convergence entre l’urbain et le rural se retrouvent dans de nombreux pays africains (Garenne 2010, 2011b).

11La baisse de la mortalité n’a pas été régulière. Ainsi, la première période des années 1950 et 1960 est une période de stagnation, voire d’augmentation dans les zones Centre et Sud-Est (Graphique 2). En urbain, la baisse est plus régulière, mais cependant marquée par deux accidents mineurs, dans les années 1980 et à la fin des années 1990. Dans le milieu rural du Nord-Ouest, la baisse est plus tardive : elle se produit dans les années 1970, avec aussi un accident mineur à la fin des années 1990. Dans le milieu rural du Centre et du Sud-Est, la remontée de mortalité des années 1990 est nettement plus forte, mais est suivie d’une récupération rapide. En fin de période (2010-2012), les grandes différences de niveau ont disparu et le milieu rural des trois grandes régions y a pratiquement rejoint le milieu urbain.

Tableau 1. Tendances de la mortalité infanto-juvénile selon la région et le milieu, Sénégal 1950-2012 (q(5) pour 1000 naissances)

Tableau 1. Tendances de la mortalité infanto-juvénile selon la région et le milieu, Sénégal 1950-2012 (q(5) pour 1000 naissances)

Source : Reconstruction d’après les données des enquêtes EMF/EDS.

Graphique 2. Tendances de la mortalité des moins de 5 ans au Sénégal, par grande région

Graphique 2. Tendances de la mortalité des moins de 5 ans au Sénégal, par grande région

Source : Reconstruction d’après les données des enquêtes EMF/EDS

Tendances de la mortalité infanto-juvénile à Niakhar

Données de Niakhar

12Pour les tendances de la mortalité des enfants à Niakhar, on dispose de trois séries de données :

  • la première enquête de 1963-1965, qui regroupe tout l’arrondissement de Niakhar (65 villages, population moyenne de 34 365 personnes) (Cantrelle 1969). Ces données consistent en données prospectives pour les trois années (de janvier 1963 à décembre 1965) et des données rétrospectives (enfants nés vivants/enfants survivants), recueillies au passage de 1966, qui permettent une estimation indirecte des niveaux et tendances précédentes en utilisant la méthode de Brass (schéma par âge d’Asie du Sud, le seul qui fonctionne aux très hauts niveaux de mortalité) ;
  • la seconde série regroupe les 8 villages de la zone de Ngayokhème (population moyenne de 4 674 personnes) et couvre les 20 années de décembre 1962 à février 1983 ; elle fait partie de la nouvelle zone (Garenne 1982) ;
  • la troisième série couvre les 30 ans de l’actuelle zone de Niakhar (de mars 1983 à décembre 2012), soit les 30 villages des zones de Ngayokhème, Toucar et Diohine, qui ont eu une population moyenne de 30 954 personnes (Delaunay et al. 1998, 2013).

Tendances de la mortalité infanto-juvénile à Niakhar

13La mortalité des jeunes enfants à Niakhar apparaît extrêmement élevée dans les premières années. Les données rétrospectives recueillies en 1966 donnent des chiffres supérieurs à 500 pour 1000. Par exemple, la proportion d’enfants décédés chez les femmes de 40-44 ans est de 527 pour 1000, ce qui correspond à un quotient de mortalité de 559 pour 1000 entre 0 et 15 ans, et à 502 pour 1000 entre 0 et 5 ans, d’après la table type d’Asie du Sud, pour une période assez large centrée autour de l’année 1952. La méthode de Brass indique une baisse de la mortalité, suivie d’une hausse, qui est consistante avec les autres données disponibles (voir ci-dessous) (Tableau 2). La période prospective 1963-1965 donne un quotient de mortalité de 479 pour 1000 entre 0 et 5 ans, qui est tout à fait consistant avec les données rétrospectives et les données de Ngayokhème.

Tableau 2. Estimations rétrospectives de la mortalité des enfants, Arrondissement de Niakhar, 1966

Tableau 2. Estimations rétrospectives de la mortalité des enfants, Arrondissement de Niakhar, 1966

Source : Cantrelle 1969. Calculé avec Mortpak, table type d’Asie du Sud.

14Pour ce qui concerne les données prospectives, il faut tout d’abord noter que les données des trois zones successives (arrondissement de Niakhar, zone de Ngayokhème, zone de Niakhar) sont identiques en niveau et en tendance, ce qui permet de n’utiliser qu’une seule série. La mortalité remonte un peu dans les années 1960, comme c’est d’ailleurs le cas dans les données de l’enquête EMF de 1978, ce qui fait que les premières années du suivi de population (1963-1965) correspondent à un maximum de mortalité (479 pour 1000). À Ngayokhème, la mortalité reste très élevée jusqu’en 1970, avant d’entamer une baisse rapide, avec un niveau de 284 pour 1000 en 1978-1982, suivie d’une remontée en 1983-1985 au début du suivi de la nouvelle zone de Niakhar. Puis la mortalité va baisser à nouveau rapidement jusqu’en 1990, avant de se stabiliser à un niveau de 185 pour 1000 pour quelques années. Cette stagnation sera suivie d’un pic de mortalité en 1998-1999 (255 pour 1000), puis d’une baisse très rapide, atteignant 57 pour 1000 en 2010-2012 (Tableau 3, Graphique 3).

Tableau 3. Tendances de la mortalité des moins de 5 ans à Niakhar, et comparaison avec le milieu rural de la région Centre du Sénégal

Tableau 3. Tendances de la mortalité des moins de 5 ans à Niakhar, et comparaison avec le milieu rural de la région Centre du Sénégal

Graphique 3. Tendances de la mortalité des moins de 5 ans dans la zone de Niakhar, et comparaison avec le milieu rural de la région Centre du Sénégal

Graphique 3. Tendances de la mortalité des moins de 5 ans dans la zone de Niakhar, et comparaison avec le milieu rural de la région Centre du Sénégal

Sources : Arrondissement de Niakhar : méthode indirecte avant 1966, et suivi de population pour 1963-1965 ; Zone de Ngayokhème (8 villages) suivi de population 1963-1982 ; Zone de Niakhar (30 villages), suivi de population 1983-2012.

Les périodes de remontée de la mortalité des enfants

15Les remontées de mortalité ne font aucun doute d’un point de vue statistique (Tableau 4). Les tendances ont été estimées à partir des données originales et testées par un modèle Logit-linéaire sur la période : Logit(5q 0)=A + B × Année

16Tant à Niakhar que dans les zones rurales du Centre du Sénégal, on observe des stagnations ou des augmentations significatives de la mortalité des enfants dans les années 1960, 1980 et 1990 (Tableau 4). Le pic de mortalité des années 1969-1971 est plus marqué à Niakhar (529 pour 1000) que dans la région Centre (382 pour 1000) ; il en va de même pour le pic de 1984-1985 (329 pour 1000 à Niakhar contre 225 pour 1000 dans le Centre-rural) et surtout le pic de 1998-1999 (283 pour 1000 à Niakhar contre 184 pour 1000 dans le Centre-rural, soit 54 % de plus, toutes ces différences étant largement significatives (P <0,001).

Tableau 4. Comparaison des pentes de la mortalité infanto-juvénile par période à Niakhar et dans la région Centre, milieu rural

Tableau 4. Comparaison des pentes de la mortalité infanto-juvénile par période à Niakhar et dans la région Centre, milieu rural

Tendances de la mortalité des enfants à Niakhar comparées avec le Centre-Sénégal

17Les données de la comparaison entre Niakhar et les zones rurales du Centre du pays apparaissent dans le Tableau 4. Les tendances ont le même signe, la différence pour la période 1961-1969 n’étant pas significative. La mortalité évolue pratiquement de la même manière entre 1963 et 1969, la baisse est plutôt plus rapide entre 1969 et 1990, la remontée de mortalité est plus forte entre 1990 et 1999 et, enfin, la baisse est plus rapide entre 1999 et 2012. Au total, la baisse de la mortalité (−5,98 % par an) a été plus rapide dans la zone de Niakhar entre 1969 et 2012 que dans le milieu rural du Centre Sénégal (−4,31 % par an), la différence entre les pentes étant très significative. Cette baisse plus rapide s’est effectuée malgré un niveau plus élevé de mortalité au départ dans les années 1960, cela malgré une apparente plus grande susceptibilité aux accidents de mortalité, comme le montre le pic des années 1998-1999.

Le schéma par âge de la mortalité des jeunes enfants

18On reprend ici l’analyse du schéma par âge de la mortalité mesuré par le rapport de la mortalité juvénile à la mortalité infantile, c’est-à-dire le rapport des quotients 4q1 / 1q0. Ce rapport est très atypique à Niakhar, et beaucoup plus élevé que celui que l’on trouve dans les tables-type à même niveau de mortalité. Ce point avait été bien démontré dès les premières analyses (Cantrelle 1969 ; Cantrelle & Leridon 1971). Ce rapport est susceptible d’évoluer dans le temps au cours de la transition sanitaire, comme prévu par les tables-type de mortalité.

Le rapport 4q1/1q0 dans les régions du Sénégal

19Au Sénégal, le rapport 4q1/1q0 varie fortement selon le milieu naturel et selon le niveau de mortalité. Il est le plus élevé (2,23) dans les années 1960 dans la région rurale du Centre. Il faut noter qu’il a tendance à augmenter entre les années 1950 et les années 1960, parallèlement à l’augmentation de la mortalité, puis à diminuer avec le niveau, pour atteindre un niveau beaucoup plus bas (0,59) en 2010-2012. L’évolution est parallèle en rural dans la région Nord-Ouest, mais à un niveau nettement plus faible, ainsi qu’en urbain. Par contre, l’évolution est différente dans la région Sud-est où ce rapport reste assez constant, malgré la baisse de la mortalité comparable aux autres régions. (Graphique 4).

La relation avec le niveau de mortalité

20Comme dans les tables-type de mortalité, mais à un niveau beaucoup plus élevé, le rapport de la mortalité juvénile à la mortalité infantile tend à diminuer avec le niveau de mortalité. Le Graphique 5 montre cette relation dans les enquêtes démographiques sénégalaises pour les quatre grandes régions au cours du temps. Aux forts niveaux de mortalité, le rapport juvénile/infantile est typiquement de l’ordre de 1,50, pratiquement le double de la valeur correspondante dans les tables-type. Le rapport diminue rapidement quand la mortalité baisse en dessous de 200 pour 1000, tendant vers 0,30 lorsque la mortalité est de l’ordre de 50 pour 100, soit une valeur proche des tables-type d’Asie du Sud. Les très fortes valeurs du rapport (> 2,0) ne se trouvent que dans le milieu rural de la région Centre et à de très forts niveaux de mortalité (Graphique 5).

Graphique 4. Tendances du rapport de la mortalité juvénile à la mortalité infantile dans les régions du Sénégal, 1950-2012

Graphique 4. Tendances du rapport de la mortalité juvénile à la mortalité infantile dans les régions du Sénégal, 1950-2012

Source : Reconstruction d’après les données des enquêtes EMF/EDS.

Graphique 5. Relation entre le rapport de la mortalité juvénile à la mortalité infantile et le niveau de mortalité des moins de cinq ans dans les régions du Sénégal, 1950-2012 (enquêtes EMF/EDS)

Graphique 5. Relation entre le rapport de la mortalité juvénile à la mortalité infantile et le niveau de mortalité des moins de cinq ans dans les régions du Sénégal, 1950-2012 (enquêtes EMF/EDS)

Le rapport des quotients de mortalité juvénile et infantile à Niakhar

21Le rapport des quotients de mortalité juvénile et infantile à Niakhar est particulièrement élevé et se rapproche de ce que l’on trouve dans les enquêtes EMF/EDS. Le rapport est plutôt plus faible dans les années 1963-1982, pratiquement identique dans les années 1983-1992, puis plus fort dans les années suivantes, avec un pic nettement plus marqué en 1998-1999. Rappelons que la mortalité est plutôt plus forte à Niakhar en début de période et plus faible en fin de période. Il s’agit donc d’une distribution des décès différente dans le groupe d’âge 0-4 ans. Dans la période 1963-1982, les mortalités infantile et juvénile sont plus fortes à Niakhar que dans la région Centre-rural, mais en proportion, la mortalité infantile (RR = 1,41) l’est plus que la mortalité juvénile (RR= 1,16), ce qui fait que le rapport juvénile/infantile est un peu inférieur. Dans la dernière période 2003-2012, la mortalité infantile est plus faible à Niakhar (RR = 0,56), alors que la mortalité juvénile reste équivalente à celle du Centre-rural (RR= 0,98), ce qui inverse le rapport juvénile/infantile. Si la situation de Niakhar ressemble le plus à la région Centre-rural, la zone de Niakhar garde sa particularité. Cependant, il ne faudrait pas pousser trop loin la comparaison, car les âges au décès dans les enquêtes démographiques ne sont pas précis, du fait de leur nature rétrospective sur plusieurs années.

Tableau 5. Comparaison des rapports de mortalité juvénile/infantile à Niakhar avec les enquêtes démographiques, Centre-rural

Tableau 5. Comparaison des rapports de mortalité juvénile/infantile à Niakhar avec les enquêtes démographiques, Centre-rural

Nota Bene. Arrondissement de Niakhar (<1963), zone de Ngayokhème 1963-1982.

22On note en particulier une forte incertitude autour de l’âge de 12 mois qui peut affecter le rapport juvénile/infantile. En moyenne, dans les enquêtes utilisées, la proportion de décès déclarés à 12 mois est 8,2 fois supérieure à ce que l’on attendrait d’après les décès à 10-11 mois et à 13-14 mois. Si on répartit ces décès pour moitié avant – et pour moitié après – le premier anniversaire, le rapport juvénile/infantile est réduit de 17 %, ce qui donne la marge d’incertitude des données des enquêtes DHS.

Graphique 6. Comparaison des rapports de mortalité juvénile et infantile à Niakhar avec les enquêtes démographiques (EMF/EDS), Centre-rural

Graphique 6. Comparaison des rapports de mortalité juvénile et infantile à Niakhar avec les enquêtes démographiques (EMF/EDS), Centre-rural

Mortalité infantile et mortalité juvénile selon le niveau de mortalité

23Une autre manière de mettre en valeur l’exceptionnelle mortalité des jeunes enfants à Niakhar consiste à la comparer avec des tables-type de mortalité de même niveau de mortalité adulte. Le niveau de mortalité adulte a été défini comme l’espérance de vie à 15 ans, notée e °(15). On a donc comparé pour les périodes décennales la mortalité infantile (<1 an), juvénile (1-4 ans), et celle des autres enfants (5-14 ans) avec les valeurs attendues par les tables-type préparées par les Nations Unies pour les pays en développement (modèle Général). Dans l’ensemble, la mortalité des enfants de moins de 15 ans à Niakhar est largement supérieure à celle attendue, l’ordre de grandeur, allant de 2,69 à 1 en 1963-1972 et restant supérieure à 2,0, sauf au cours de la dernière période (2003-2012). La mortalité à Niakhar est pratiquement toujours supérieure à la valeur attendue à tous les âges, sauf la mortalité infantile dans la dernière période. Mais le fait le plus frappant est l’extraordinaire mortalité à 1-4 ans, qui est de 4,3 à 5,5 fois supérieure à la valeur attendue, sauf au cours de la dernière période, où elle n’est plus que deux fois supérieure. C’est principalement cette anomalie qui crée le fort rapport de la mortalité juvénile à la mortalité infantile et qui n’a pas complètement disparu dans la dernière période, même si elle a nettement diminué. Au contraire, la mortalité adulte est pratiquement la même, un peu plus forte avant 50 ans, un peu plus faible après (Tableau 6).

Tableau 6. Rapport de la mortalité observée à Niakhar à la mortalité attendue dans la table-type ayant le même niveau de mortalité adulte

Tableau 6. Rapport de la mortalité observée à Niakhar à la mortalité attendue dans la table-type ayant le même niveau de mortalité adulte

Tendances de la mortalité aux autres âges

24L’analyse de la mortalité présentée ci-dessus a été focalisée sur les enfants. Mais la mortalité a aussi baissé à tous les âges, conformément au schéma de la transition sanitaire. Le Graphique 7 présente les tendances de mortalité pour les grands groupes d’âge de 15 ans d’amplitude : 0-14, 15-29, 30-44, 45-59, et 60-74 ans. Le graphique présente les résultats sous forme d’indice par rapport à une référence (base 1,00) qui est la mortalité enregistrée dans l’arrondissement de Niakhar à l’enquête de 1963-1965. Par rapport à ces niveaux très élevés, la mortalité baisse à tous les âges, mais de moins en moins en valeur relative au fur et à mesure que l’âge augmente. Ainsi, au cours de la période, la mortalité des 0-14 ans a baissé de 82 %, la mortalité des 15-29 ans de 62 %, celle des 30-44 ans de 51 %, celle des 45-59 ans de 49 % et celle des 60-74 ans de 15 %. La comparaison avec d’autres sources est difficile car les enquêtes démographiques ne fournissent pas de table de mortalité complète.

Graphique 7. Baisses relatives de la mortalité par âge à Niakhar (référence= arrondissement de Niakhar 1963-1965)

Graphique 7. Baisses relatives de la mortalité par âge à Niakhar (référence= arrondissement de Niakhar 1963-1965)

Tableau 7. Quotients de mortalité (pour 1000) par groupe d’âge de 15 ans dans la zone de Niakhar

Tableau 7. Quotients de mortalité (pour 1000) par groupe d’âge de 15 ans dans la zone de Niakhar

Discussion

25La baisse de la mortalité dans la zone de Niakhar a été très rapide et reste tout à fait impressionnante : l’espérance de vie de 27 ans en 1963-1965 est passée à 67,7 ans en 2010-2012, soit une augmentation comparable à celle que la France a connu entre le XVIIIe siècle et 1953. La mortalité infantile est passée de 180 pour 1000 à 27 pour 1000 en 2010-2012, soit une baisse, en 50 ans, comparable à celle de la France en 140 ans, entre 1820 et 1960. Les décès d’enfants de moins de 5 ans ne représentent plus que 30 % du total des décès tous âges, contre plus du double en 1963-1965. La baisse de la mortalité a été plutôt plus rapide à Niakhar que dans le milieu rural de la région Centre, plus rapide que la moyenne du Sénégal, elle-même plus rapide que la moyenne africaine. Le contraste est fort par rapport à certains pays d’Afrique australe, où la mortalité a fortement augmenté du fait du VIH/sida au cours de la même période (Garenne 2011a ; Newell et al. 2004 ; Stanecki et al. 2010).

26Si la baisse de la mortalité est assez similaire à celle du reste du milieu rural sénégalais, la zone de Niakhar présente un certain nombre de particularités par rapport aux régions environnantes. Tout d’abord, la mortalité dans les années 1950 ou 1960 y était plutôt plus élevée que dans le milieu rural de la région Centre du Sénégal et même plus élevée que dans toute autre zone rurale du Sénégal Oriental ou de la Casamance. La baisse de la mortalité des enfants de moins de 5 ans a été plus rapide qu’ailleurs, si bien que le niveau de mortalité en 2010-2012 approchait celui du milieu urbain, alors qu’il était deux fois et demi supérieur en 1963-1965. Enfin, la zone de Niakhar semble plus sensible aux chocs, avec des pics de mortalité dans les années 1960, 1980 et en 1998-1999, qui apparaissent plus prononcés qu’ailleurs.

27Les principaux pics de mortalité se démarquant des grandes tendances sont dus à des épidémies de grande ampleur : rougeole et coqueluche certaines années avant les grandes campagnes de vaccination, méningite (pic de 1998-1999), choléra chez l’adulte (1985, 1987, 1995-1996), certaines maladies diarrhéiques (shighellose) et paludisme causant une forte mortalité au cours de certaines années (Cantrelle et al. 1980 ; Garenne et al. 1985 ; Garenne & Cantrelle 1986 ; Roquet et al. 1998).

28Deux éléments pourraient expliquer les particularités de la zone de Niakhar : la densité de population et le rôle du paludisme. L’analyse de l’effet de la densité de population reste à faire, mais il est vraisemblable qu’elle a joué un rôle dans les plus forts niveaux de mortalité des premières années à travers divers mécanismes : pauvreté, malnutrition et diffusion plus rapide des maladies transmissibles. Le rôle du paludisme a été exploré à plusieurs reprises (Trape et al. 1998 ; Munier et al. 2009a, b, c). Il est possible que le paludisme ait un profil particulier dans la zone de Niakhar, ce qui pourrait à la fois expliquer les pics plus importants et la baisse récente très rapide. Les remontées de mortalité des années 1960 et la stagnation des années 1990 semblent être associées à des augmentations de la mortalité par paludisme et à l’émergence de paludismes résistants aux traitements par chloroquine. La baisse très rapide des années 2000 semble être associée aux nouveaux traitements contre le paludisme, bien plus efficaces. Le changement frappant du rapport de la mortalité juvénile à infantile dans les années 2000 semble aussi être associé aux progrès du contrôle du paludisme.

29La population de la zone de Niakhar semble avoir bénéficié de la présence de l’équipe de recherche, puisque la baisse de la mortalité y a été plus rapide que dans les zones environnantes. Cependant, il faut noter que peu d’interventions spéciales ont été conduites dans la zone avant 1983, hormis les premières vaccinations contre la rougeole (1966), avant les campagnes nationales (1969 et après). Il faut toutefois remarquer que la zone a bénéficié, entre 1978 et 1982, d’un projet de soins de santé primaire, appelé « Projet sénégalo-hollandais », géré à partir de Fatick par une infirmière belge. Ce projet a couvert toute la zone et a fourni une bonne couverture vaccinale ainsi qu’une bonne distribution d’antipaludéens et de divers médicaments. Il explique probablement pourquoi la mortalité dans la zone de Niakhar est plus basse que prévu en 1978-1982. Après 1983, l’équipe de recherche a apporté la présence de plus en plus régulière de médecins, avec diverses interventions, en particulier sur le traitement de la diarrhée et de la malnutrition (1983-1986), une excellente couverture vaccinale et le suivi des grossesses (à partir de 1987), puis le traitement du paludisme et diverses autres interventions (Faye 1988 ; Chippaux et al. 2006). C’est probablement cet ensemble qui explique la baisse plus rapide de la mortalité depuis 1983, malgré la période de stagnation des années 1990.

30La baisse particulièrement rapide de la mortalité au Sénégal en général et à Niakhar en particulier est probablement due à l’effet combiné des médecines modernes préventives et curatives, tout particulièrement des vaccinations, des antibiotiques, des antipaludéens, ainsi que des traitements des diarrhées et de la malnutrition. En effet, les revenus par tête ont peu augmenté en 50 ans, les niveaux d’instruction sont restés faibles, malgré une augmentation de la scolarisation, et les comportements d’hygiène se modifient lentement en milieu rural. Cet exemple montre ce qui peut être changé par la médecine moderne et la santé publique, indépendamment du développement économique et social. Cela a été bien montré dans la zone de Keneba en Gambie, à une échelle beaucoup plus petite de quelques centaines de personnes (Billewicz & McGregor 1981 ; Lamb et al. 1984).

31La qualité des données de Niakhar n’a pas été mise en question, ni celle des données des enquêtes démographiques. Cela se justifie d’abord par la méthode de collecte : la mise à jour des histoires des maternités chaque année réduit le risque d’omission à une quantité négligeable. De plus, compte tenu de la très forte mortalité en début de période, il est vraisemblable que très peu de décès aient pu être omis. Les taux de mortalité néonatale (premiers 28 jours) sont aussi très élevés, de l’ordre de 50 pour 1000 en début de période, mais cette estimation est imprécise, car l’âge au décès n’était pas enregistré en jours ou semaines avant 1983. Les décès classés comme néonataux avant 1983 sont en fait ceux qui sont enregistrés comme s’étant produit le même mois que le mois de naissance, ce qui sous-estime probablement la mortalité néonatale. Enfin, l’estimation de la mortalité néonatale en 1983-1989, avec des questionnaires plus précis, donne à peu près le même chiffre : 48 pour 1000. Cette valeur est aussi consistante avec celles des enquêtes DHS conduites en 1993, 1997 et 2005 (46, 47 et 48 pour 1000 respectivement), et qui couvrent approximativement la même période et la même région (Centre-rural). La consistance des données obtenues par les histoires des maternités avait déjà été démontrée avec l’enquête DHS de 1986 (Garenne & van Ginneken, 1994a, b).

32Beaucoup de recherches complémentaires restent à faire dans la zone de Niakhar pour mieux comprendre ce qui s’est passé en un demi-siècle. Une analyse fine du rôle du paludisme est particulièrement souhaitée, ainsi que de l’impact net des vaccinations, de l’amélioration des conditions de l’accouchement, de l’amélioration de l’état nutritionnel, de l’usage approprié ou non des antibiotiques et des antipaludéens, ainsi que de bien d’autres éléments. D’autres aspects de la mortalité, qui n’ont pas pu être évoqués dans cet article, comme les différences par sexe et la saisonnalité, ont déjà fait l’objet de certaines études qui mériteraient d’être prolongées pour aboutir à de nouvelles synthèses (Garenne 1981, 1982).

Bibliographie

Bibliographie

Becker C., 1992. « Caractéristiques de la zone d’étude et de la population » [: 3-13] et « Bibliographie » [: 57-76], in A Chahnazarian (éd.), Population et santé à Niakhar. Niveaux et tendances des principaux indicateurs démographiques et épidémiologiques de la zone d’étude, 1984-1991, Dakar, ORSTOM, 76 p. multigr.

Billewicz W.Z., McGregor I.A., 1981. “The Demography of Two West African (Gambian) Villages, 1951-75,” Journal of Biosocial Science, 13, 2:219-40.

Cantrelle P., 1969. Étude démographique dans la Région du Sine-Saloum (Sénégal). Etat-civil et observation démographique, 1963-1965, Paris, ORSTOM (Travaux et Documents de l’ORSTOM, 1), 121 p.

Cantrelle P., Diagne M., Raybaud N., Villode M.-T. (éds), 1968. Mortalité de l’enfance dans la région du Sine-Saloum (Sénégal), 1963-1965. (Mortalité de l’enfant en zone rurale au Sénégal, IV, Dakar, février 1967, Paris, CIE : 134-136.

Cantrelle P., Diop I.-L., Garenne M., Guèye M., Sadio A., 1986. “The Profile of Mortality and its Determinants in Senegal, 1960-1980,” in Determinants of Mortality Change and Differentials in Developing Countries. The Five-Country Case Study Project, UN Population studies No. 94, New York, United Nations: 86-116.

Cantrelle P., Léridon H., 1971. “Breast Feeding, Mortality in Childhood and Fertility in a Rural Zone of Senegal,” Population Studies - A Journal of Demography 25: 505–533.

Cantrelle P., Leridon H., Livenais P., 1980. « Fécondité, allaitement et mortalité infantile : différences inter-ethniques dans une même région (Saloum, Sénégal) », Population, 35, 3 : 623-648.

Chippaux J.-P., Marra A., Diallo A., Simondon F., Étard J.-F., 2006. « Analyse de l’évolution de la couverture vaccinale à Niakhar, région rurale du Sénégal, entre 1984 et 2003 », Bulletin de la Société de Pathologie Exotique, 99 : 391-399.

Delaunay V. et al., 1998. La situation démographique et épidémiologique dans la zone de Niakhar au Sénégal 1984-1996, Dakar, Projet Population et Santé à Niakhar, 132 p.

Delaunay V., Étard J.-F., Préziosi M.-P., Marra A., Simondon F., 2001. “Decline of Infant and Child Mortality Rates in Rural Senegal Over a 37-Year Period (1963-1999),” International Journal of Epidemiology 30: 1286-1293.

Delaunay V., Douillot L., Diallo A., Dione D., Trape J.-F., Medianikov O., Raoult D., Sokhna C., 2013. “Profile: The Niakhar Health and Demographic Surveillance System,” International Journal of Epidemiology 42, 4: 1002-1011.

Étard J.-F., Le Hesran J.-Y., Diallo A., Diallo J.-P., Ndiaye J.-L., Delaunay V., 2004. “Childhood Mortality and Probable Causes of Death Using Verbal Autopsy in Niakhar, Senegal; 1989-2000,” International Journal of Epidemiology 33, 6: 1286-1292.

Faye A.L., 1988. Projet Santé rurale Sénégal/USAID (1978-1988). 10 ans d’expérience en matière de SSP au Sénégal., Kaolack – Fatick, Ministère de la Santé publique du Sénégal. Régions médicales de Kaolack et Fatick, 157 p. multigr.

Garenne M., 1981a. La structure par âge de la mortalité infanto-juvénile, Paris, ORSTOM, Section de Démographie, Mémoire d’élève, octobre 1981.

Garenne M., 1981b. The Age Pattern of Infant and Child Mortality in Ngayokheme (Rural West Africa), Pennsylvania, Population Studies Center - University of Pennsylvania, 37 p.

Garenne M., 1982. Variations in the Age Pattern of Infant and Child Mortality with Special Reference to a Case Study in Ngayokheme (Rural Senegal), Pennsylvania: Presented to the Graduate Faculties of the University of Pennsylvania in Partial Fulfillement of the Requirements for the Degree of Doctor of Philosophy, 247 p. multigr.

Garenne M., 1996. “Mortality in Sub-Saharan Africa: Trends and Prospects,” in L. Wolgang (ed.), The Future Population of the World: What Can We Assume Today?, Laxenburg, Earthscan Publications and IASSA: 149-169

Garenne M., 2011, “The impact of HIV/AIDS on the health transition among under-five children in Africa”, in G. Letamo (ed.), Social and psychological aspects of HIV/AIDS and their ramifications. (Chapter 13). In-Tech Publishers, Rijeka, Croatia: 237-248.

Garenne M., Cantrelle P., 1984. La baisse de la mortalité à Ngayokhème, 1963-1982 ou quelle transition démographique dans les villages du Sine Saloum ?, Journées démographiques de l’ORSTOM, 19-21 septembre 1983, Paris, 13 p. multigr.

Garenne M, Cantrelle P., 1986. Rougeole et mortalité au Sénégal. Etude de l’impact de la vaccination effectuée à Khombole 1965-1968 sur la survie des enfants. Séminaire CIE INSERM ORSTOM « Estimation de la mortalité du jeune enfant (0-5 ans) pour guider les actions de santé dans les pays en développement » Paris, décembre 1985, INSERM, vol. 145 : 515-532.

Garenne M., Cantrelle P., Diop I.L., 1985. « Le cas du Sénégal », in J. Vallin et A. Lopez (éds.), La lutte contre la mort. Influence des politiques sociales et des politiques de santé sur l’évolution future de la mortalité, Paris, PUF : 307-329.

Garenne M., Gakusi E., 2003. Reconstruction des tendances de la mortalité des jeunes enfants en Afrique sub-saharienne à partir des données d’enquêtes démographiques. CERDI, Études et Documents, no E-2003 8, 94 p.

Garenne M., Gakusi E., 2004 “Reconstructing Under-Five Mortality Trends in Africa from Demographic Sample Surveys,” DHS Working Papers No. 26, Calverton, Maryland, IRD-Macro.

Garenne M., Gakusi E., 2006. “Health Transitions in Africa: Overview on Child Mortality Trends Since 1950,” Bulletin WHO, 84: 4.

Garenne M., Gakusi E., Lery A., 2000. La transition sanitaire en Afrique subsaharienne, Paris, Haut Comité de santé publique, Actualité et dossier en santé publique, no 30 (Dossier : Santé publique et pays pauvres), mars 2000 : 2026-2030

Garenne M., van Ginneken J., 1994a. “Retrospective Surveys with a Longitudinal Follow-up in Senegal,” European Journal of Population 10, 5: 203-221.

Garenne M., van Ginneken J., 1994b. « Enquêtes rétrospectives et suivi longitudinal : comparaisons sur les Sereer” [: 385-407], in Yves Charbit & Salif Ndiaye (éds), La population du Sénégal, Dakar-Paris, DPS-CERPAA, VIII-618 p.

Garenne M., Sarr I., Cantrelle P., 1999. « Ngayokhem 1963-1989, in André Lericollais (éd.) Paysans sereer. Dynamiques agraires et mobilités au Sénégal. Paris, ORSTOM : 75-93.

Garenne M., 2010. “Urbanisation and Child Health in Resource Poor Settings, with Special Reference to Under-Five Mortality in Africa,” Archives of Disease in Childhood, 95, 6: 464-468. doi: 10.1136/adc.2009.172585

Garenne M., 2011a. The Impact of HIV/AIDS on the Health Transition among Under-Five Children in Africa,” in G. Letamo (ed), Social and Psychological Aspects of HIV/AIDS and their Ramifications (Chapter 13), Rijeka, Croatia, In-Tech Publishers: 237-248.

Garenne M., 2011b. Will Urban and Rural Mortality Converge in Africa? Paper presented at the IUSSP seminar on “New Approaches to Death in Cities during the Health Transition,” Sevilla, Spain, December 15-16, 2011. (à paraître)

Lamb W.H., Foord F.A., Lamb C.M., Whitehead R.G., 1984. “Changes in Maternal and Child Mortality Rates in Three Isolated Gambian Villages over Ten Years,” The Lancet, 2 (8408): 912-914.

Leroy O., Garenne M., 1987a. “The Two Most Dangerous Days of Life: a Study of Neonatal Tetanus in Senegal,” in E. van de Walle, G. Pison & M. Sala-Diakanda (eds.), Mortality and Society in Sub-Saharan Africa, Oxford, Clarendon Press, 1992: 160-175. (Proceedings of the IUSSP Seminar Held in Yaounde, Cameroon, 13-23 October 1987).

Leroy O., Garenne M., 1987b. « La mortalité par tétanos néonatal : la situation à Niakhar au Sénégal », in G. Pison, E. van de Walle & M. Sala-Diakanda (éds.), Mortalité et société en Afrique au Sud du Sahara, Paris, PUF/INED, 1989 : 153-167. (Actes du Séminaire de l’UIESP tenu à Yaoundé, Cameroun, 19-23 octobre 1987).

Munier A., Diallo A., Cot M., Ndiaye O., Arduin P., Chippaux J.-P., 2009a. “Anti-Malarial Prescriptions in Three Health Care Facilities after the Emergence of Chloroquine Resistance in Niakhar, Senegal (1992-2004),” Malaria Journal, 8, 1: 83.

Munier A., Diallo A., Marra A., Cot M., Arduin P., Ndiaye O. et al., 2009b. “Evolution of Malaria Mortality and Morbidity after the Emergence of Chloroquine Resistance in Niakhar, Senegal,” Malaria Journal, 8: 9.

Munier A., Diallo A., Marra A., Cot M., Arduin P., Ndiaye O., Mboup B.M., Gning B., Chippaux J.-P., 2009c. “Trends in Mortality and Morbidity Attributable to Malaria do not Follow Resistance to Chloroquine in Niakhar Rural Area, Senegal, 1992-2004,” Tropical Medicine & International Health 14: 117-117.

Newell M.L., Brahmbhatt H., Ghys P.D., 2004, “Child mortality and HIV infection in Africa: a review”. AIDS, 18 Suppl 2:S27-34.

Roquet D., Diallo A., Kodio B., Daff B.M., Fenech C., Etard J.-F. 1998 ‒ “L’épidémie de choléra de 1995-1996 au Sénégal : un exemple de démarche de géographie de la santé.” Cahiers Santé 8 :421-428.

Stanecki K., Daher J., Stover J., Akwara P., Mahy M., 2010, “Under-5 mortality due to HIV: regional levels and 1990-2009 trends”, Sexually Transmitted Infections, 86 Suppl. 2: ii56-61.

Trape J.-F., Pison G., Préziosi M.-P., Enel C., Desgrées du Loû A., Delaunay V., Samb B., Lagarde E., Molez J.-F., Simondon F., 1998. « Impact of Chloroquine Resistance on Malaria Mortality », Comptes-rendus de l’Académie des Sciences, série 3, Sciences de la Vie, 301 : 689-697.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Tendances de la mortalité des jeunes enfants au Sénégal, en Afrique subsaharienne et dans le monde
Légende Source : Nations Unies, Division de la Population, Perspectives de la population mondiale, révision de 2012.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Tableau 1. Tendances de la mortalité infanto-juvénile selon la région et le milieu, Sénégal 1950-2012 (q(5) pour 1000 naissances)
Légende Source : Reconstruction d’après les données des enquêtes EMF/EDS.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31447/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Graphique 2. Tendances de la mortalité des moins de 5 ans au Sénégal, par grande région
Légende Source : Reconstruction d’après les données des enquêtes EMF/EDS
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31447/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Tableau 2. Estimations rétrospectives de la mortalité des enfants, Arrondissement de Niakhar, 1966
Légende Source : Cantrelle 1969. Calculé avec Mortpak, table type d’Asie du Sud.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31447/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 3. Tendances de la mortalité des moins de 5 ans à Niakhar, et comparaison avec le milieu rural de la région Centre du Sénégal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31447/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Graphique 3. Tendances de la mortalité des moins de 5 ans dans la zone de Niakhar, et comparaison avec le milieu rural de la région Centre du Sénégal
Légende Sources : Arrondissement de Niakhar : méthode indirecte avant 1966, et suivi de population pour 1963-1965 ; Zone de Ngayokhème (8 villages) suivi de population 1963-1982 ; Zone de Niakhar (30 villages), suivi de population 1983-2012.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31447/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau 4. Comparaison des pentes de la mortalité infanto-juvénile par période à Niakhar et dans la région Centre, milieu rural
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31447/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Graphique 4. Tendances du rapport de la mortalité juvénile à la mortalité infantile dans les régions du Sénégal, 1950-2012
Légende Source : Reconstruction d’après les données des enquêtes EMF/EDS.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31447/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Graphique 5. Relation entre le rapport de la mortalité juvénile à la mortalité infantile et le niveau de mortalité des moins de cinq ans dans les régions du Sénégal, 1950-2012 (enquêtes EMF/EDS)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31447/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 5. Comparaison des rapports de mortalité juvénile/infantile à Niakhar avec les enquêtes démographiques, Centre-rural
Légende Nota Bene. Arrondissement de Niakhar (<1963), zone de Ngayokhème 1963-1982.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31447/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Graphique 6. Comparaison des rapports de mortalité juvénile et infantile à Niakhar avec les enquêtes démographiques (EMF/EDS), Centre-rural
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31447/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 6. Rapport de la mortalité observée à Niakhar à la mortalité attendue dans la table-type ayant le même niveau de mortalité adulte
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31447/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Graphique 7. Baisses relatives de la mortalité par âge à Niakhar (référence= arrondissement de Niakhar 1963-1965)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31447/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Tableau 7. Quotients de mortalité (pour 1000) par groupe d’âge de 15 ans dans la zone de Niakhar
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31447/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

Auteurs

Résiliences, IRD, Paris France ; Institut Pasteur, Unité d’Épidémiologie des Maladies Émergentes, Paris, France ; Medical Research Council (MRC)/Wits Rural Public Health and Health Transitions Research Unit (Agincourt), School of Public Health, Faculty of Health Sciences, University of the Witwatersrand, Johannesburg, South Africa.

VITROME, Campus International IRD-UCAD de Hann, Dakar, Sénégal ; Georges Washington University, Washington, USA.

VITROME, Campus International IRD-UCAD de Hann, Dakar, Sénégal.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search