Version classiqueVersion mobile

Niakhar, mémoires et perspectives

 | 
Valérie Delaunay
, 
Alice Desclaux
, 
Cheikh Sokhna

Partie 1. Du Niakhar des origines à la création d'un dispositif de recherche

Annexe 6.1. Le développement des observatoires et le réseau international Indepth

Cheik Mbacké et Valérie Delaunay

Texte intégral

Niakhar – Un membre actif du réseau INDEPTH

  • 3 Jusqu’en juin 2018. Le changement de lieu est prévu, mais non encore précisé au moment de la publi (...)

1En l’absence d’un système d’état civil performant, les observatoires de population se sont imposés comme un dispositif de production de données de choix sur les dynamiques de population, l’épidémiologie ainsi que les causes de décès dans un nombre croissant de pays en développement. Le réseau international pour le suivi démographique des populations et de leur santé (INDEPTH Network) a été lancé en 1998 pour développer et exploiter le potentiel collectif de ces observatoires. Le secrétariat du réseau se trouve à Accra, Ghana3. Actuellement, l’ensemble de ces observatoires couvre une population totale d’environ 3,8 millions d’habitants sur trois continents (Afrique, Asie, Océanie). Le réseau INDEPTH mène des activités essentiellement dans le renforcement des capacités d’analyse, la recherche collaborative, l’assistance technique et la facilitation de l’accès de la communauté scientifique aux données des observatoires.

2L’observatoire de Niakhar est un des membres les plus anciens du réseau. Il a participé à plusieurs groupes de travail (analyse de la mortalité, causes de décès, arrangements résidentiels, éthique de la recherche) et est leader dans le groupe de travail sur la fécondité, un sujet (parmi d’autres) sur lequel il a une expérience solide à partager avec les autres membres du réseau.

Années 1950 - les premiers observatoires

3Les systèmes de suivi démographique (SSD) sont nés à la faveur d’études d’épidémiologie des maladies tropicales et le premier a été initié par le centre de santé de Pholela en Afrique du Sud en 1940 (NGOM et al. 2001). Cette étude qui suivait une population d’environ 10 000 habitants dura une quinzaine d’années. Le suivi de Keneba lancée par Sir Ian McGregor de la British Medical Research Council en 1950 en Gambie introduisit comme innovation l’enregistrement d’événements non vitaux comme la situation matrimoniale, les migrations et d’autres caractéristiques importantes des résidents. Mais c’est seulement avec l’avènement de Niakhar en 1962 que les observatoires de population ont commencé à jouer le rôle de sources de données incontournables qui est le leur aujourd’hui.

4Si le nombre des observatoires est longtemps resté modeste en raison de leur coût élevé et de leur non-représentativité, ils se sont multipliés depuis la fin des années 1980. Cela en réponse à deux besoins : celui d’une meilleure connaissance de la santé des populations et de données précises sur les niveaux et tendances démographiques en raison de l’incomplétude des données d’état civil (Pison 2003 ; 2005) et celui d’un renforcement de la prise en charge des maladies par l’amélioration des protocoles de prévention et de traitement des maladies infectieuses et parasitaires telles que la rougeole, le paludisme ou les maladies diarrhéiques. Beaucoup de sites de suivi démographique sont aujourd’hui associés à des programmes de santé ou des essais cliniques et thérapeutiques et assurent aussi un suivi épidémiologique.

Saly 1991 - un focus sur les études longitudinales

5La prise de conscience de la multiplication des expériences d’études longitudinales dans le domaine de la santé en Afrique, en Amérique Latine et en Asie a conduit les chercheurs à organiser une rencontre dans le cadre des séminaires de l’Union internationale pour l’étude scientifique de la population (UIESP). Cette rencontre sur le thème « Socio-Cultural Determinants of Morbidity and Mortality in Developing Countries : The Role of Longitudinal Studies » s’est tenue à Saly Portudal, au Sénégal en octobre 1991. Elle a fait l’objet d’une publication en 1997 (Das Gupta et al. 1997). Cet ouvrage, qui fut le premier à synthétiser les différents résultats obtenus grâce aux méthodes longitudinales, a montré au monde académique des démographes et chercheurs en santé publique, comme au monde professionnel des planificateurs et des producteurs de données, tout l’intérêt des études prospectives en population générale.

Dar es Salaam 1998 - la création du réseau Indepth

6Dans ce contexte d’intérêt croissant pour les études longitudinales, un groupe d’acteurs académiques impliqués dans des sites d’observation longitudinale a œuvré à rendre visible les résultats de ces projets disparates par la création d’un réseau. L’université de Witwatersrand en Afrique du Sud (Programme sur la santé et la population d’Agincourt), le département d’hygiène tropicale et de santé publique de l’université de Heidelberg en Allemagne (partenaire du ministère de la Santé du Burkina Faso sur le site de Nouna), le ministère de la Santé du Ghana (Navrongo) et la Fondation Rockefeller (Bellagio, Italie) ont tenu une série de réunions à Londres, Heidelberg, Bellagio, Navrongo et Genève qui ont montré l’intérêt croissant pour la méthodologie d’observatoire, l’accélération du nombre de sites en préparation et la plus-value potentielle en terme de renforcement de capacités et production de résultats par la mise en réseau. Cette série d’activités a atteint un point culminant avec la réunion de fondation organisée à Dar es Salaam, en Tanzanie, du 9 au 12 novembre 1998, qui a permis de constituer un réseau de 17 sites disséminés dans 13 pays d’Afrique et d’Asie (INDEPTH 2003). Le réseau fut baptisé l’International Network for the continuous Demographic Evaluation of Populations and Their Health in developing countries (INDEPTH). Il fut déclaré ONG Internationale en 1999 avec incorporation comme organisation caritative aux États-Unis et au Ghana où il est basé jusqu’en juin 2018.

  • 4 http://www.indepth-network.org/about-us/governance-structure/foundingdocuments/founding-documents.
  • 5 Un groupe indépendant (Independant Expert Advisory Group), constitué de 20 experts internationaux (...)

7À l’heure de la révolution de l’information, il paraît irrecevable que demeure un vide statistique pour une large part de la population mondiale, qui plus est parmi les populations les plus pauvres et les plus fortement touchées par les maladies. Le réseau INDEPTH se donne donc pour mission de produire des informations fiables au service des politiques publiques en matière de santé4. Il s’inscrit dans la démarche de « révolution des données5 » attendue par les acteurs internationaux (IEAG 2014), avec le début de l’évaluation des activités sur indicateurs, appliquée aux institutions d’intervention ou de définition des politiques et programmes (comme les agences des Nations Unies) en plus des institutions de recherche.

Le réseau INDEPTH aujourd’hui

8Le réseau INDEPTH n’a cessé d’attirer de nouveaux membres depuis sa création (Graphique 1). Il compte aujourd’hui 53 sites dans 30 pays différents. Parmi ces sites, 41 se trouvent en Afrique, 11 en Asie, 1 en Océanie (Carte 1). La taille des sites membres du réseau varie entre 8 000 personnes à Mlomp, Sénégal et 260 000 personnes à Kilifi, Tanzanie, avec une moyenne de 77 000 personnes. Les sites sont relativement jeunes : 20 d’entre eux ont moins de 10 ans, et seulement 15 ont plus de 20 ans d’existence en 2015 (Tableau 1).

  • 6 Il s’agit de questionnaires administrés par des enquêteurs qui retracent l’histoire de la maladie (...)

9Les critères pour être membre à part entière du réseau sont de procéder à au moins un passage par an, de collecter les données de base (naissances, décès, migrations, grossesses et issues de grossesses), d’administrer des autopsies verbales (pour identifier les causes de décès)6, d’avoir la capacité de produire des statistiques de population de qualité, de contribuer autant que possible aux projets intersites et de financer la participation du responsable de site à l’Assemblée générale annuelle. Les membres associés ne remplissent pas les critères, mais peuvent participer aux réunions, conférences. Le réseau finance les activités des groupes de travail pour les membres permanents et subventionne la participation des jeunes chercheurs aux conférences scientifiques.

10Outre les données de base, d’autres événements sont enregistrés par les sites selon leurs intérêts de recherche, tels les changements de chefs de ménage, la formation et la dissolution des ménages, la scolarisation des enfants. Certains collectent à intervalles de temps réguliers des données sur le niveau économique des ménages et certaines caractéristiques socioculturelles des individus. Des enquêtes ponctuelles sur des sujets divers viennent enrichir l’arsenal de données collectées, selon les besoins de l’observatoire et les projets scientifiques s’appuyant sur ces données.

Graphique 1. Évolution du nombre des observatoires de population

Graphique 1. Évolution du nombre des observatoires de population

Carte 1. Carte des sites membres du réseau Indepth, 2015

Carte 1. Carte des sites membres du réseau Indepth, 2015

Source : www. indepth-network. org

Tableau 1. Observatoires membres du réseau Indepth en 2015

Site

Pays

Année de création

Population suivie 2015 (en milliers)

Durée du suivi 2015

Afrique de l’Est

Éthiopie

Butajira

1986

75

29

Éthiopie

Kersa

2007

53

8

Éthiopie

Dabat

1996

46

19

Éthiopie

Gilgel Gibe

2005

60

10

Éthiopie

Kilitie Awlaelo

2009

65

6

Éthiopie

Arba Minch

 ?

69

69

Kenya

Kinsumu

2002

230

13

Kenya

Nairobi

2002

62

13

Kenya

Kilifi

2005

260

10

Kenya

Kombewa

2007

125

8

Kenya

Mbita

2006

55

9

Ouganda

Rakai

1988

50

27

Ouganda

Iganga/Mayuga

2004

80

11

Ouganda

Kyamulibwa

22

Tanzanie

Ifakara

1997

161

18

Tanzanie

Magu

1994

35

21

Tanzanie

Rufiji

1998

97

17

Malawi

Karonga

2002

36

13

Mozambique

Manhiça

1996

90

19

Mozambique

Chokwe

100

Afrique Australe

Afrique du Sud

ACDIS/Hlabisa

2000

94

15

Afrique du Sud

Agincourt

1992

90

23

Afrique du Sud

Dikgale

1995

35

20

Afrique de l’Ouest

Burkina Faso

Nouna

1992

93

23

Burkina Faso

Ouagadougou

2008

83

7

Burkina Faso

Sapone

2005

87

10

Burkina Faso

Kaya

2007

65

8

Burkina Faso

Nanoro

2009

62

6

Gambie

Farafeni

1981

48

34

Ghana

Kintampo

2010

143

5

Ghana

Navrongo

1993

160

22

Ghana

Dodowa

2005

112

10

Guinée Bissau

Bandim

1978

105

37

Sénégal

Bandafassi

1970

15

45

Sénégal

Mlomp

1985

8

30

Sénégal

Niakhar

1962

44

53

Nigeria

Cross River

31

Nigeria

Nahuche

2009

136

6

Côte d’Ivoire

Taboo

2009

43

6

Asie

Bangladesh

Matlab

1966

225

49

Bangladesh

Bandardan

2009

20

6

Bangladesh

Chakaria

1999

120

16

Inde

Ballabgarh

1961

90

54

Inde

Vadu

2002

90

13

Inde

Birbhum

2008

60

7

Indonésie

Purworejo

1994

35

21

Thaïlande

Kanchanaburi

2002

60

13

Viet Nam

FilaBavi

1999

52

16

Vietnam

Chililab

2003

58

12

Viet Nam

Dodalab

2007

40

8

Source : www.indepth-network.org.

Bibliographie

Bibliographie

Das Gupta M., Aaby P., Garenne M., Pison G. (ed.), 1997, Prospective Community Studies in Developing Countries, Oxford, Clarendon Press, viii-350 p.

Gray R., Smith G., Barss P., 1990, The Use of Verbal Autopsy Methods to Determine Selected Causes of Death in Children, Liège, IUSSP Papers no 30, 46 p.

IEAG, 2014, A World that Counts. Mobilising the Data Revolution for Sustainable Development. Report from the United Nations Secretary-General’s Independent Expert Advisory Group on a Data Revolution for Sustainable Development (IEAG), United Nations, 32 p.

INDEPTH, 2003, Population et santé dans les pays en développement. Volume I. Population, santé et survie dans les sites du réseau INDEPTH, Ottawa, CRDI, 375 p.

Pison G., 2003, « Les observatoires de population, outils pour étudier les changements démographiques et sanitaires dans les pays du Sud », in V. Hertrich & S. Keïta (éd.), Questions de population au Mali, Bamako, Le Figuier Éditions, 229-250.

Pison G., 2005, “Population Observatories as Sources of Information on Mortality in Developping Countries,” Demographic Research 13, 13, 301-334.

Snow B. Marsh K., 1992, “How Useful Are Verbal Autopsies to Estimate Childhood Causes of Death?,” Health Policy And Planning 7, 1, 22-29.

Notes

3 Jusqu’en juin 2018. Le changement de lieu est prévu, mais non encore précisé au moment de la publication de cet ouvrage.

4 http://www.indepth-network.org/about-us/governance-structure/foundingdocuments/founding-documents.

5 Un groupe indépendant (Independant Expert Advisory Group), constitué de 20 experts internationaux se penche sur la question de la « révolution des données » nécessaire pour atteindre et suivre l’évolution du Développement Durable. Deux grands challenges y sont traités : 1) celui de l’invisibilité (écart entre ce que les données nous enseignent et l’accès (est-ce le délai ou l’accès même ?) à la connaissance) ; 2) celui de l’inégalité (écart entre ceux qui ont de l’information et les autres pour orienter les prises de décisions).

6 Il s’agit de questionnaires administrés par des enquêteurs qui retracent l’histoire de la maladie et/ou des circonstances qui ont conduit au décès et proposent un algorithme de questions portant sur des symptômes précis permettant à des médecins d’attribuer une cause probable de décès.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution du nombre des observatoires de population
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Carte 1. Carte des sites membres du réseau Indepth, 2015
Légende Source : www. indepth-network. org
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search