Version classiqueVersion mobile

Niakhar, mémoires et perspectives

 | 
Valérie Delaunay
, 
Alice Desclaux
, 
Cheikh Sokhna

Partie 1. Du Niakhar des origines à la création d'un dispositif de recherche

Chapitre 5. Les fils qui relient les passés. De l’étude démographique du Sine-Saloum à l’histoire de Niakhar

Noémi Tousignant

Texte intégral

1Célébrer le cinquantenaire de Niakhar : qu’est-ce que cela signifie ? Depuis le début des années 1960, une aire géographique située dans la région administrative de Niakhar – tantôt un arrondissement au complet, tantôt un, ou huit, ou douze, ou trente de ses villages – a été visitée, parfois même habitée, par des équipes scientifiques. Diverses études – socio-anthropologiques, cliniques, géographiques ou épidémiologiques – y ont été menées, souvent dans un cadre pluridisciplinaire. En quoi ces différents lieux, moments, objectifs et acteurs d’enquêtes sont-ils reliés par une histoire de la recherche faisant de Niakhar une entité assez stable pour qu’on en fête les cinquante ans ?

  • 2 La zone suivie comprenait initialement tout l’arrondissement de Niakhar (65 villages). Elle a été (...)
  • 3 Ce chapitre a été rédigé dans le cadre du Projet « Mémoires et Traces de la Recherche Médicale en (...)

2La continuité du suivi démographique est souvent mise au cœur de l’historicité « profonde » de Niakhar. Cela suppose qu’une ligne continue pourrait être tracée du démarrage de ce suivi par le premier recensement de l’Étude du Sine-Saloum en 1962, en passant par chaque répétition du recueil de données démographiques, jusqu’au présent. Or, la fréquence des recueils a varié : annuelle au début, avec des interruptions à plusieurs reprises pendant les années 1970, hebdomadaire pendant environ une décennie, puis ralentie en 19972. De plus, l’observation a porté sur une aire géographique rétrécie en 1967, puis élargie en 1983. Qu’il s’agisse d’un projet ou d’une perception du passé portée par les récits, cette continuité a aussi été menacée par – et maintenue en dépit – de nombreux tournants dans les conditions et objectifs de la recherche à Niakhar. L’objectif de ce chapitre est d’identifier les déterminants, les défis et les enjeux d’une pérennisation de l’observation démographique. Portant sur les deux premières décennies d’activité scientifique à Niakhar (de 1962 à 1983), ce chapitre s’interroge sur les bénéfices et les bénéficiaires de la répétition des recensements. En particulier, il pose la question de l’avenir visé par une continuité de l’observation, et celle du passé qu’on cherchait à exploiter, à récupérer ou à conserver. La continuité du suivi apparaît ainsi jalonnée non seulement de redéfinitions de la zone à recenser, mais aussi de nouvelles formes et logiques de la mémoire et de l’anticipation dans la collecte des données démographiques3. Ce chapitre apporte donc une réflexion historique en réponse à une des grandes questions qui anime cet ouvrage : qu’est-ce-que Niakhar ? Si ce terme a désigné des lieux délimités pour l’observation et la recherche, lieux définis par une capacité à y mener une activité scientifique, on doit aussi comprendre Niakhar, objet de ce cinquantenaire, comme le produit de relations entre le passé et l’avenir – et entre des personnes – nouées par la répétition des pratiques de recensement.

3Une grande partie de ce chapitre est dédiée à l’Étude démographique dans la région du Sine-Saloum menée par Pierre Cantrelle de 1962 à 1966. Elle décrit de manière détaillée les objectifs de départ de l’observation renouvelée ou répétée dans cette zone. Cette innovation méthodologique ne visait pas à lancer un suivi continu sur plusieurs décennies, mais plutôt à améliorer la précision et la fiabilité des données de population, à des fins de statistiques administratives. C’est-à-dire que cette étude n’a pas fixé l’avenir de Niakhar comme observatoire de population. Elle en a néanmoins, par sa méthode, ses acteurs et ses ambitions, porté la possibilité. Au terme de l’étude, la répétition des recensements prenait une nouvelle signification, elle servirait dorénavant à préserver les séries longitudinales de données sur des cohortes spécifiques. Un nouvel avenir, celui des données accumulées depuis 1962, plutôt que celui des statistiques administratives et des méthodes démographiques, entrait en jeu dans la décision de poursuivre l’observation. La deuxième partie du chapitre suit le devenir de ces données, et les valeurs attribuées à leur renouvellement, à partir de 1967 jusqu’au démarrage, en 1983, d’un projet plus cohérent et ambitieux pour la recherche dans une zone qui sera désormais étendue.

4Ce chapitre ne vise pas une chronologie détaillée des actions scientifiques menées dans la zone, mais plutôt une histoire de la conception et du maintien de l’observation démographique pendant une période de débuts multiples entre 1962 à 1983. Il s’agit de réexaminer ce qui lie le Niakhar de 2014 au Niakhar (ou plutôt à d’autres appellations d’aires d’observation telles que Sine-Saloum et Ngayokheme) de 1983, de 1967 ou de 1962. Le suivi démographique n’y apparait pas comme une ligne de chemin de fer d’un train de la recherche qui aurait été construite d’avance, solide et stable, menant vers une destination fixe. Je propose plutôt l’image de fils multiples, tirés du passé et tendus vers l’avenir, parfois avec une vision à long terme mais souvent avec des objectifs de courte durée, par une diversité d’acteurs et d’ambitions. Cet imaginaire nous mène à Niakhar, construit comme un objet historique tissé et dynamique, qui n’est pas déterminé par ses passés mais en émerge continuellement, se tournant constamment vers de nouveaux horizons. Les fils de l’observation démographique se croisent et nouent les passés aux avenirs, mais parfois aussi s’en séparent, se replient et menacent de s’effilocher.

  • 4 Souvent comprise en terme des soins associés à la recherche clinique, sous-tendant la formation d’ (...)

5Penser l’histoire de Niakhar de cette manière porte l’attention sur trois de ses caractéristiques dominantes : l’hétérogénéité, l’incertitude et la dimension relationnelle. Les moteurs qui ont conduit l’observation dans le Sine vers l’avenir découlent d’actions et d’ambitions hétérogènes. Plusieurs projets scientifiques (issus de différentes disciplines ou configurations pluridisciplinaires) et professionnels s’y sont croisés, évaluant différemment la valeur et les conséquences d’une observation « continue ». Plutôt qu’un processus unique qui lie deux moments d’observation ou d’intervention scientifique, Niakhar est produit par un ensemble hétérogène de « liants » : accumulation et utilisation de données concernant une population identifiable, identité et expertise d’un groupe d’enquêteurs, conceptions scientifiques et institutionnelles d’une « zone » d’enquêtes et d’observation sur le long terme, attentes de la population associées à sa participation à la « recherche »....4

6Que Niakhar ait ainsi acquis une histoire cohérente comme site de recherche et d’observation, dans la mémoire collective ou dans l’histoire institutionnelle, n’était pas donné d’avance. Au contraire, cette histoire a été ponctuée de moments d’incertitude face à l’avenir, faisant de Niakhar un objet émergent, façonné au fur et à mesure par une réévaluation de son potentiel et de son passé en tant que lieu de recherche et de suivi. Cette émergence fut aussi relationnelle, entretenue à travers des relations temporelles et surtout sociales. Les fils de l’histoire tissent ainsi un espace ancré dans les relations entre les acteurs de la recherche : la population et ses représentants, les chercheurs, les stagiaires, les enquêteurs, etc. La continuité historique de Niakhar est issue de relations renouées et remémorées (d’autres étant dissoutes ou oubliées), évoquant des questions éthiques et affectives depuis longtemps enchevêtrées avec les questions méthodologiques et scientifiques qui animent la pratique de la recherche dans ce site.

L’étude du Sine-Saloum : la démographie se tourne vers l’avenir africain

  • 5 Les objectifs de l’étude sont décrits dans Cantrelle (1969b) et de manière plus synthétique dans G (...)
  • 6 Le poste d’expert avait été publié pour une durée d’un an, avec un salaire du bureau d’assistance (...)

7L’étude démarrée fin 1962 par Pierre Cantrelle à la demande du Service de la Statistique du Sénégal émanait d’une double volonté de rupture, la première au niveau des méthodes en démographie, et la deuxième dans le gouvernement des populations. Appelé à évaluer et améliorer le système d’enregistrement de l’état civil sénégalais, tout en fournissant des séries statistiques appropriées aux besoins de la planification nationale, Cantrelle expérimenta une méthode dont la base était la répétition des passages de collecte de données5. Le sens et la validité du recensement initial seraient définis par un ou des retour(s) sur le terrain, et donc ancrés dans une intention prospective. Les mouvements de population enregistrés auraient lieu pendant le temps de l’observation, et non avant celui-ci comme c’était le cas de la plupart des enquêtes qui se fiaient à des questions rétrospectives posées lors d’un passage unique. Il faut cependant noter que ce temps d’observation était délimité par un financement ponctuel, et validé par l’atteinte d’un seuil de « personnes-années » donnant des taux significatifs et permettant ainsi d’évaluer la valeur des données et de la méthode. Le financement de départ ne couvrait qu’un cycle annuel complet. Cantrelle a dû prolonger son propre contrat, puis assurer une nouvelle convention entre le Ministère de la coopération française et l’ORSTOM, qui l’avait engagé en 1964, afin de compléter deux cycles annuels de plus6.

  • 7 L’association française Économie et Humanisme prend forme autour du père Lebret, en 1941, et jouer (...)
  • 8 Ces études sont citées par les démographes comme l’entrée de l’Afrique francophone dans l’ère de l (...)
  • 9 Voir aussi Anonyme (2007).
  • 10 On lit dans le rapport d’activités de l’ORSTOM de 1965, p. 4 : « Enfin, le développement considéra (...)

8Si l’avenir prospectif de la méthode de collecte était limité par la durée de l’étude, celui-ci s’insérait cependant dans un projet à plus long terme : celui de la planification du développement économique et social, principal outil de gouvernement du jeune État sénégalais. Cantrelle (dans cet ouvrage) nous le rappelle : l’étude du Sine-Saloum était, à l’origine, un « projet sénégalais ». Le projet de société postcolonial avait pour principal outil la planification du développement par lequel l’État serait le chef d’orchestre d’une ambitieuse restructuration de l’économie, du (ré)aménagement du territoire et d’une mobilisation d’une nouvelle conscience citoyenne, celle du « nouvel homo senegalensis » de Senghor. Cet « homme » (sic.) serait à la fois produit et moteur du développement national (Markovitz 1969). Profondément influencée par Louis-Joseph Lebret, père dominicain, directeur de recherches au CNRS et fondateur d’Économie et Humanisme, la conception d’un développement qui se voulait intégral, inclusif à l’échelle nationale ainsi qu’arrimé aux valeurs et potentialités « locales », demandait une intensification de l’investigation des réalités sociales dans leurs dimensions économiques, biologiques et agronomiques7. Déjà, depuis 1954, une série d’études par sondage, coordonnées par des chercheurs de l’INSEE (Institut National de Statistiques et d’Études Économiques), organisme français, avait pour but d’informer la planification du développement qui orientait la politique coloniale depuis l’après-guerre (Cooper 1997). Focalisées au départ sur la démographie, ces études étaient devenues pluridisciplinaires, rassemblant des informations sur les systèmes fonciers, les pratiques agronomiques, l’économie domestique ou le statut médical et nutritionnel8. Lebret, conseiller à l’élaboration du premier plan de développement du Sénégal, poursuivit sur cette lancée en commandant des études de grande envergure à la CINAM (Compagnie d’Études Industrielles et d’Aménagement du Territoire), la SERESA (Société d’études et de Réalisations Économiques et Sociales dans l’Agriculture) et l’ORANA (Organisme de Recherche sur l’Alimentation et la Nutrition Africaine) (Diouf 1997)9. Pour Lebret, les pratiques et priorités de développement devaient être définies sur la base d’abondantes données de terrain. Les sciences humaines et sociales étaient particulièrement visées par cette demande des planificateurs du développement au Sénégal et ailleurs en Afrique, et connurent un essor à l’ORSTOM dans les années 196010.

  • 11 Voir aussi, sur la « création des identités » par l’état civil, Gendreau (1996).

9La croissance rapide et la densité de la population sénégalaise préoccupaient le Père Lebret. Comme il l’exprime dans une conférence de 1958, la population était conçue par les planificateurs comme un problème spatial, lié à l’accès à la terre et sa distribution sur le territoire, plutôt qu’un problème sociobiologique demandant un contrôle de la reproduction (Lebret, in Becker et al. 2007 : 96-102). L’aménagement du territoire, clé de voûte de la planification, visait l’optimisation de la distribution, de l’utilisation et de la productivité des terres ; rien de moins, selon l’historien Mamadou Diouf, que la production d’une « nouvelle territorialité » (Diouf 1997 : 299. Les interventions de l’État dans ce domaine, en plus de l’extension des services de santé et de scolarisation liée au déploiement d’un État-providence en construction, demandaient donc des statistiques démographiques fiables. C’était une des tâches mentionnées dans la description du poste que décrocherait Cantrelle. L’autre tâche qui lui a été confiée était celle d’accompagner les efforts mis en œuvre par le gouvernement pour rendre universelle la couverture du système d’état civil. La loi du 23 juin 1961 rendait obligatoire l’enregistrement de tous les citoyens. Celle-ci suivait une extension de la couverture qui avait été lente et inefficace depuis les années 1930 (Gervais 1996 : 116). Comme le note Gérard Noiriel à propos de l’état civil français, l’enregistrement ne sert pas qu’à produire des statistiques vitales, mais instaure aussi un « rituel civique » par lequel l’appartenance à une communauté de citoyens est affirmée et reconnue (Noiriel 1993)11. En travaillant sur l’amélioration de l’état civil, l’équipe de Cantrelle participait donc à intensifier la reconnaissance mutuelle de la population rurale et du nouvel État sénégalais.

  • 12 Cantrelle (1965b : 6) note ainsi : « On ne prononce pas le mot recensement, qui rappelle l’impôt »
  • 13 Par exemple Blanc (1969 : 13) écrit : « tout au long de la période dite préstatistique », c’est-à- (...)

10En s’orientant vers l’avenir d’une population citoyenne élargie, planifiée et suivie « en temps réel », l’étude du Sine-Saloum tournait le dos au passé. Ce passé était avant tout celui d’une administration coloniale pour laquelle la population ne comptait, et ne devait être comptée, que partiellement. La mémoire du recensement colonial représentait pour Cantrelle et son équipe un obstacle aux effets concrets, car elle était associée dans l’esprit de la population à l’impôt et la coercition12. Mais l’héritage colonial se manifestait aussi par des flous et des trous dans la connaissance démographique de l’Afrique. Plusieurs démographes qualifient la période avant la Deuxième Guerre mondiale en Afrique coloniale française de « préstatistique »13. Raymond Gervais écrit : « le système colonial accorda une prééminence certaine à l’acte de compter sur sa crédibilité méthodologique, car l’acte lui-même devint une partie intrinsèque du mode d’administration » (Gervais 1996 : 106-107). C’est-à-dire que « l’acte de compter », et « l’océan de chiffres » ainsi produit, s’auto-justifiaient, l’objectif principal étant « d’identifier les imposables » et non de représenter statistiquement les réalités, incluant la structure et les dynamiques démographiques africaines. La planification, adoptée comme stratégie de développement colonial dès la veille de la Deuxième Guerre mondiale, élargit les horizons temporels et spatiaux du gouvernement des populations colonisées africaines. C’est avec l’établissement d’une Direction du Plan et de la Statistique de l’AOF en 1945, mais surtout avec les premières enquêtes démographiques par sondage en 1954, qu’on est passé, selon Gervais, du « temps comptable » à celui de la planification, et donc de la statistique et de la démographie, s’intéressant aux dynamiques de population dans l’espace et le temps (Gervais 1996 : 119-122).

  • 14 Un des rapports de P. Cantrelle sur l’étude du Sine-Saloum présente aussi une histoire détaillée d (...)

11Pendant cette période post-guerre, on tentait également d’élargir la couverture de l’état civil. Une loi de 1950 rendait obligatoire la déclaration à tout individu résidant dans un périmètre de 10 km d’un centre d’état civil, touchant donc pour la première fois à la population rurale n’ayant pas de liens directs avec l’administration. On supprimait donc la distinction entre sujet et citoyen devenue inacceptable après la conférence de Brazzaville (Gervais 1996 : 121-122). Mais cette loi, et encore celle de 1961, étaient hantées selon Cantrelle par les exclusions antérieures de l’état civil. À partir de 1916, l’administration coloniale ne rendait l’enregistrement obligatoire que pour les originaires des Quatre Communes (Dakar, Saint Louis, Rufisque et Gorée) bénéficiant de droits civiques. Cette obligation fut étendue à certains groupes d’intérêt particulier à l’administration coloniale en 1933 (militaires, fonctionnaires, chefs, etc.) pour « de façon sélective... accorder des droits à des membres de l’élite africaine » (Gervais 1996 : 116)14. Après la guerre, la montée de la planification et la timide extension de droits à la population rurale africaine (notamment suite à la suppression du code de l’indigénat) ont contribué à donner une nouvelle légitimité à l’administration coloniale face aux pressions internationales mais surtout africaines venant des milieux politiques et syndicaux (Cooper 1996). Elles s’accompagnaient d’une nouvelle quête de savoir à propos des populations à gouverner (Cooper 2004).

  • 15 Cantrelle exprime ses préoccupations dans un survol historique de la rougeole en Afrique de l’Oues (...)

12D’une part, l’étude du Sine-Saloum peut être située dans ce courant d’amplification et d’affinement de l’étude des populations africaines entamé dans les années 1950. Cantrelle y avait participé par une étude monographique de village qui venait en complément de la première enquête démographique par sondage en Guinée (1954-55) et en tant que membre de l’équipe pluridisciplinaire de la Mission socio-économique du fleuve Sénégal (MISOES 1957-58). On peut même dire, à l’instar de « l’itinéraire scientifique » rédigé par ses collègues démographes à l’occasion de sa retraite, que cette participation fera naître non seulement une démographie moderne en Afrique francophone, mais aussi Cantrelle en tant que démographe (Gendreau, Livenais & Vaugelade 1995). Il y a certes des continuités entre l’enquête MISOES et celle du Sine-Saloum dans le souci d’une démographie fine, de suivi de la mortalité infantile et de quantification des causes de décès (dont la rougeole, thème repris à Niakhar)15. L’expertise acquise a aussi été transmise d’une étude à l’autre par le biais des modèles de fiche de collecte et des enquêteurs du service de la statistique sénégalais (notamment Mamadou Diagne qui joua, selon Cantrelle et le sociodémographe Bernard Lacombe, un rôle essentiel dans la mise en œuvre de l’Étude du Sine-Saloum). Cette dernière étude se démarque néanmoins par une innovation méthodologique qui rompt avec le passé, notamment celui des enquêtes rétrospectives, fondé sur le recours à la mémoire des populations enquêtées, il s’agit donc d’une prise de distance à la fois d’un passé méthodologique et d’un passé mémoriel.

13La méthode des passages répétés cherchait à améliorer la fidélité des données en « recourant le moins possible à la mémoire des personnes interrogées » (Cantrelle 1969a : 1). Si on demandait tout de même aux interrogés de se souvenir des mariages, décès, naissances... survenus depuis le dernier passage, celui-ci avait préalablement généré une base de vérification et de suivi (par l’enregistrement, par exemple, des grossesses déclarées ou visibles). On pourrait dire que cette méthode créait une nouvelle mémoire d’événements personnels et familiaux, une mémoire portée vers l’avenir de la recherche par des chiffres et des fiches et non puisée dans le passé du souvenir domestique. Cantrelle supposait également que « les erreurs volontaires sont sans doute très réduites par le fait que les contacts entre les enquêteurs et la population sont régulièrement répétés » (Cantrelle 1965c : 24). La répétition des échanges d’information cultivait donc à la fois une vigilance technique et des relations de confiance permettant d’améliorer l’exactitude des données recueillies. Une nouvelle forme de mémoire scientifique, conservée sur les fichiers (qui sont réutilisés sur plusieurs passages), dans les registres et les bandes magnétiques, est formée à partir d’une observation répétée à intervalles réguliers (chaque trimestre pendant la première année, puis chaque année). L’exactitude de ces données est non seulement améliorée par les passages, mais aussi assurée pour des événements séparés dans le temps (par exemple, un mariage, une naissance, un sevrage, une mort, une autre naissance) pouvant ainsi alimenter l’étude très précise de dynamiques de population et de leurs déterminants. La fiabilité de la méthode a été vérifiée par Cantrelle, qui a comparé les données obtenues par son équipe à celles de l’enquête démographique de 1960-1961 qui avait eu recours à l’interrogation ponctuelle rétrospective sur un échantillon national (Garenne & Cantrelle 1991).

  • 16 Cantrelle (1969a : 1) écrit : « On sait que la planification exige un certain nombre de données dé (...)

14L’avenir dessiné par l’étude du Sine-Saloum n’était ni celui de la population de l’arrondissement de Niakhar (ou celle de Paos-Koto, arrondissement du Saloum partiellement couverte par l’étude), ni celui de ces lieux comme espaces de collecte de données. Les objectifs et la justification de l’étude étaient d’abord orientés vers l’avenir de la fiabilité des statistiques démographiques au service de l’État et de la planification16. En effet, Cantrelle avait même envisagé que son étude soit conduite sur un échantillon de population (donc dispersée dans l’espace) plutôt que sur la totalité des habitants d’une zone, mais le coût plus élevé d’une enquête par sondage, le manque de temps et la priorité donnée aux qualités de précision et de fiabilité sur celle de la représentativité consacrèrent la deuxième option (Cantrelle 1965a : 3). Pour améliorer la représentativité des données obtenues, Cantrelle proposait qu’on utilise la méthode sur un échantillon dispersé sur un plus grand territoire. Cette extension spatiale aurait pu fournir les données de base, représentatives à l’échelle nationale, recherchées par les jeunes États africains, vouées au développement. Cantrelle alla jusqu’à proposer que l’enquête démographique nationale de 1970 serve de premier passage d’un suivi sur échantillons de grappes de villages. Il suggérait par contre que la responsabilité d’une telle stratégie « incomberait... normalement au service statistique du pays... » (Cantrelle 1969c : 7). L’autre option pour l’État, moins chère, était de poursuivre les tentatives d’amélioration de l’état civil jusqu’à ce que celui-ci atteigne « un niveau convenable pour une utilisation démographique » (Cantrelle 1969a). La méthode des passages répétés pouvait donc aussi être utile en produisant des données « idéales » dont la comparaison indiquerait l’atteinte d’un seuil de fiabilité pour les données de l’état civil.

15L’étude du Sine-Saloum était donc, avant tout, une expérimentation méthodologique. Ses conclusions traçaient pour la méthode ainsi validée deux avenirs possibles : soit d’être appliquée selon une nouvelle logique spatiale et de représentation qui déborderait de l’arrondissement de Niakhar, donnant ainsi à celle-ci, rétrospectivement, un statut de zone pilote plutôt que de zone de suivi ; soit de signaler le moment auquel elle serait devenue obsolète comme productrice de statistiques administratives. Mais cette méthode, fondée sur la répétition du recueil de données sur la population rattachée à un espace donné, portait en elle un autre avenir possible pour Niakhar.

Faire survivre les données de l’Étude du Sine-Saloum

  • 17 Voir aussi Cantrelle (1966b).
  • 18 Voir également Lacombe (1999).

16Au terme des deux premiers cycles annuels d’observation, un autre avenir attirait déjà l’attention de Cantrelle : celui des données accumulées, et donc celui de la population enquêtée. Il s’intéressait particulièrement à deux cohortes potentielles : les femmes mariées et les enfants nés pendant le temps de l’étude. L’enregistrement précis de la date des événements marquant le statut dans ces cohortes (mariage et enfantements successifs pour les premières, naissance et décès précoce pour le deuxième groupe) pouvait mener à une information beaucoup plus précise sur la fécondité et la mortalité infantile que celle que donnaient les études rétrospectives (Cantrelle 1965c)17. Le prolongement du suivi d’une population déjà engagée dans le temps de l’observation était particulièrement propice à mesurer les intervalles entre événements, et donc à « aborder les schémas explicatifs des tendances démographiques » (Cantrelle 1966b : 7). La décision de poursuivre le suivi dans le temps plutôt que de l’étendre dans l’espace donnait donc un nouvel avenir à la méthode d’observation : un avenir arrimé à la population observée et à sa délimitation spatiale (bien que celle-ci fut rétrécie, mais toujours imbriquée à l’ancienne), et vers lequel serait portée la mémoire d’événements survenus pendant l’étude du Sine-Saloum. Mais c’était un avenir qui ne découlait pas des objectifs de cette étude et qui éloignait l’observation démographique des besoins en statistiques de l’État18.

17Prolonger l’observation d’une partie de la population de Niakhar (celle des huit villages du secco de Ngayokheme) a demandé un travail acharné. Celui-ci consistait non seulement à organiser et financer chaque nouveau passage, mais à rattacher les données accumulées et cumulatives de l’étude du Sine-Saloum à de nouvelles questions et logiques scientifiques (ainsi que spatiales et temporelles). À l’échéance du financement de la coopération française en 1966, un passage annuel ultérieur fut assuré en début 1968 par une convention de l’ORSTOM avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans le cadre d’une étude multi-site sur les déterminants de la fécondité. Cette étude mettait en relation les données obtenues à Niakhar sur les taux de fécondité « naturelle » avec celles d’autres sites d’observation sanitaire et démographique, dont Pikine et Khombole-Thiénaba, ou l’on recueillait une information plus précise sur la disponibilité de contraceptifs et les facteurs de contrôle de la fécondité par des enquêtes « CAP » (connaissances, attitudes, pratiques). Pour les femmes de Ngayokheme, un fichier fut établi pour celles dont le mariage ou l’accouchement avait été enregistré pendant l’étude du Sine-Saloum afin de suivre les intervalles entre événements (naissances, sevrages, mortalité infantile) (Cantrelle 1968a). Dans cette étude, les données issues de l’Étude Sine-Saloum, augmentées d’une année, furent mises dans une perspective longitudinale, ainsi qu’en relation avec d’autres espaces de suivi sanitaire et démographique.

  • 19 Par exemple, l’étude de Khanna en Inde, voir Connelly (2008 : 171-172).
  • 20 Connelly (2008 : 241). Cette enquête entamée en 1972 fut, selon l’auteur, la plus grande étude de (...)

18La précision recherchée plaçait ces données dans une nouvelle cartographie, et un nouveau calendrier, non seulement de la collecte et de l’analyse (comparative et longitudinale), mais aussi du savoir et des politiques démographiques à l’échelle mondiale. L’enquête fécondité, coordonnée par l’OMS mais aussi financée par le Population Council, émanait d’une conception de la croissance de la population comme problème global dont la gestion demandait une intervention transnationale au niveau de la reproduction biologique. Cette dernière organisation venait, en 1967, d’augmenter ses moyens grâce au soutien accru du gouvernement américain par le biais de l’USAID (United States Agency for International Development) (Connelly 2008). Ngayokheme n’a pas été un lieu d’expérimentation de techniques contraceptives comme l’ont été d’autres sites d’étude démographique soutenus par les promoteurs de la planification familiale pendant cette période19. Néanmoins, l’investigation très fine des paramètres et déterminants de la fécondité « naturelle » acquérait un nouvel intérêt dans cette perspective, et c’est grâce aux crédits fournis par le Population Council que le chiffrement et le traitement des données « Sine-Saloum » par triage de cartes perforées fut entamé (Cantrelle 1968b). C’est aussi grâce à Cantrelle qu’un module sur les « facteurs autres que la contraception » fut introduit dans l’enquête mondiale sur la fécondité (World Fertility Survey)20.

  • 21 D’autres études dans l’aire d’observation démographique s’étaient intéressées aux Sereer en tant q (...)
  • 22 Sur l’école de Fann, voir Collignon (2000) ; Kilroy-Marac (2010).
  • 23 Entretien de l’auteure avec Bernard Lacombe, juillet 2013. Sur l’ancrage des réflexions éthiques à (...)

19Le passage de début 1970 entra dans le cadre d’une nouvelle convention avec l’OMS pour l’étude des effets de la migration urbaine sur la santé (physique et mentale). L’Étude migration santé, entamée en 1969, tira sa base de sondage des données recueillies en 1962-1966. Celles-ci furent soumises à une analyse informatique à l’université de Harvard (dont un chercheur faisait partie de l’équipe) pour la sélection aléatoire mais représentative d’un échantillon de 12 villages sur les 65 de l’arrondissement (Diouf, Lacombe, Vaugelade & Bavière 1973). Cette étude mit la zone de Niakhar en relation avec l’espace dakarois en tant que zone de départ d’un flux migratoire spécifiquement sereer. Pour l’Étude Sine-Saloum, la population de l’arrondissement (et donc du « fichier » établi) avait été qualifiée surtout par sa ruralité, son homogénéité et sa densité. Pour l’étude de la migration, ces données sont mises en relation avec des informations qui tiennent compte de la spécificité socioculturelle21. Cette spécificité était également soulignée par une conception des troubles de santé mentale comme étant profondément ancrés dans la culture mise en avant par les collaborateurs de cette étude, chercheurs du Centre de Recherches psychopathologiques de l’Université de Dakar (volet académique de la fameuse École de Fann d’Henri Collomb)22. Si l’étude ne décela pas de problèmes significatifs d’adaptation urbaine, elle stimula des investigations sur les conceptions locales de la santé mentale qui furent pionnières pour le champ de la psychiatrie transculturelle (Beiser, Burr, Collomb & Ravel 1974) (Beiser 2011). Le recours à l’examen physique et la prise de sang, qui entraîna le refus de participation d’un village, fit aussi émerger une réflexion sur les implications éthiques et pratiques d’une intrusion dans les vies et les corps de la population dans le cadre d’une activité scientifique sur la longue durée23.

20Si les crédits de l’OMS de 1967-1968 ont permis « de poursuivre l’observation ininterrompue de l’enquête du Sine-Saloum », c’est le soutien institutionnel de l’ORSTOM qui laissa envisager une temporalité ouverte pour le suivi démographique (ORSTOM 1968). À partir de 1969, Ngayokheme se retrouve avec Ndemene, Pikine et les Unités expérimentales de Bambey sous une nouvelle rubrique du rapport annuel, celle des « enquêtes permanentes », dont la durée est « indéterminée » et qui visent à « obtenir des séries aussi longues que possible de chiffres portant sur la natalité et la mortalité » (ORSTOM 1969).

21Cette dénomination, utilisée dans les rapports annuels jusqu’en 1973, laisse entendre un avenir long pour le suivi de Ngayokheme, mais ce sont aussi les données accumulées pendant l’Étude du Sine-Saloum qui sont valorisées. Le chiffrement, l’exploitation et l’analyse de ces données se poursuivront pendant plusieurs années. En 1968, Cantrelle lance une étude de l’épidémiologie de la rougeole qui récupère les données collectées depuis 1962 pour interroger l’impact de la vaccination. Après son départ en 1969, la rubrique d’enquête permanente comprendra toujours un volet d’« exploitation des données démographiques recueillies depuis 1962 par le Dr. Cantrelle » (ORSTOM 1969).

22Bernard Lacombe, par exemple, reprendra les données de Niakhar comme « sous-produit d’enquête » leur donnant une nouvelle fonction sous l’angle de l’analyse sociologique de la migration (Lacombe 1969 ; 1988). Bien que les objectifs de départ aient posé des contraintes sur l’analyse ultérieure des données, ceux-ci n’ont pas fermé la porte aux possibilités d’analyse imprévues. Cantrelle disposa aussi de moyens de l’ORSTOM pour le dépouillement et l’analyse sur ordinateur à partir de Paris (ORSTOM 1970). C’est en 1971 que celui-ci publia avec le démographe de l’INED (Institut national d’Études démographiques) Henri Leridon un article phare sur l’impact de la durée d’allaitement sur la fécondité et la mortalité infantile à partir des données longitudinales issues de la cohorte de femmes formée par l’étude du Sine-Saloum suivie par l’étude fécondité jusqu’en 1968 (Cantrelle & Leridon : 1971 : 505-533). Ses étudiants en démographie connaîtront aussi le fichier de population dont l’analyse sert à des exercices méthodologiques et aux projets de recherche. Notamment, au début des années 1980, Michel Garenne utilisera le « fichier de Ngayokheme » pour appuyer d’une étude de cas son analyse des variations et tendances à long terme de la mortalité infantile dans le cadre d’une thèse de doctorat (Garenne 1982). La vie des données recueillies à Niakhar de 1962 à 1966 aura donc été longue, bien au-delà du cadre fixé pour l’étude.

  • 24 Entretien par Aïssatou Mbodj et l’auteure avec Pierre Cantrelle, juillet 2013.
  • 25 Voir ORSTOM 1977. C’est aussi le cas de Dominique Waltisperger arrivé en 1972.

23Depuis Paris, Cantrelle continua aussi à « envoyer » de jeunes démographes au Sénégal pour poursuivre la collecte de données à Ngayokheme24. Certains y sont venus pour accomplir leur devoir de service national (en tant que Volontaire du Service National), comme Gilles Pison, qui eut pour mission de reprendre en 1977 l’observation de Ngayokheme interrompue depuis 197425. Cette reprise était motivée par deux utilisations potentielles d’une série continue de données démographiques. La première concernait une cohorte de filles qui, nées pendant le temps de l’observation, seraient à l’aube de la vie reproductive et dont on pourrait mesurer les modalités d’entrée (puberté, mariage, etc.) avec précision. Il s’agissait donc de faire fructifier, par la poursuite de l’observation, la valeur de données déjà acquises. La deuxième découlait de l’intérêt de l’USAID, dans le cadre d’un programme de santé rurale, à reprendre l’héritage et l’infrastructure de l’observation démographique afin de déceler l’évolution d’indicateurs pertinents. Ce fut donc l’occasion de réévaluer le passé, la continuité, la durée et la poursuite de l’acquisition de données démographiques à Ngayokheme. Cette réévaluation se fait aussi par une réflexion méthodologique sur les variations et erreurs introduites par l’alternance de chercheurs, le manque de standardisation des pratiques d’enquête, l’interrogation rétrospective (réintroduite pour enregistrer les événements depuis 1974), et les catégories employées (notamment la définition de résidence qui sera modifiée). Disposant de peu de moyens, Pison se joignit aux enquêteurs Ahmed Tidjane Sène, Michel Ndiaye et Takhy Diop sur le terrain et dans l’exploitation manuelle des données recueillies (Pison 1978).

  • 26 Lacombe remarquait dans un rapport administratif de 1969 au sujet de l’équipe d’enquêteurs : « Ceu (...)
  • 27 Pison (1978) en fait le bilan à la fois critique et positif.

24La disponibilité de ces enquêteurs expérimentés découle d’une vision institutionnelle de la pérennité du suivi démographique à Ngayokheme. À partir de la fin des années 1960, l’ORSTOM entame l’embauche graduelle d’un noyau d’enquêteurs stables (Pison 1978 : 2). Ceux qui travaillent sur Ngayokheme (et Ndemene) sont parmi les premiers à obtenir un statut permanent au Sénégal, selon les rapports administratifs. Dans le rapport de 1968, Ahmed Tidjane Sène et Ernest Faye sont les seuls à avoir ce statut. Michel Ndiaye l’obtient en 1969. Takhy Diop est embauché en 1973 (puis Émile Ndiaye en 1982) (ORSTOM 1968 ; 1969 ; 1977 ; 1987). Leur expertise en enquête démographique sera essentielle au maintien du suivi pendant les années 1970, qui sera pendant plusieurs années assuré sans la présence d’un chercheur démographe. Si, pendant les deux premières décennies post-indépendance, les chercheurs expatriés de nationalité française sont presque les seuls visibles dans la production scientifique, les entretiens oraux et une lecture fine des notes et remerciements des rapports indiquent le rôle scientifique important de ces agents de terrain sénégalais26. Ils formeront ainsi une mémoire qui mêle étroitement les dimensions pragmatiques de la collecte de données (techniques de questionnement, cartographie des concessions) à la dimension affective et relationnelle de la durée du suivi. Participant à d’autres études dans la zone Niakhar mais aussi ailleurs au Sénégal, ils créeront par leurs mouvements et leurs relations des liens entre populations et cadres d’étude, et porteront en eux une mémoire du suivi démographique qui persiste au-delà de l’alternance des chercheurs et des hiatus survenus au milieu puis à la fin des années 197027.

Un dispositif de suivi

  • 28 ORSTOM (1981). Ce genre de récupération post hoc d’une « fondation » de l’observation en 1962, et (...)
  • 29 Selon Garenne & Cantrelle (1991 : 12), ce traitement information a reçu un financement de la Fonda (...)
  • 30 Entretien d’Aïssatou Mbodj et Ashley Ouvrier avec Michel Garenne, 21 juin 2012.

25Lorsque Cantrelle revient en mission dans le Sine accompagné de Garenne en 1981, ce sera l’occasion de voir plus grand pour l’avenir du suivi de population, après plusieurs années de maintien minimal. L’ancienne appellation d’Étude démographique du Sine-Saloum retrouve sa place dans les rapports officiels de l’ORSTOM. Ses débuts sont datés « 1962 », raccordant le présent du suivi au moment « fondateur » du recensement initial de l’équipe de la statistique dirigée par Cantrelle28. Concrètement, la récupération d’un suivi long et continu passe par la codification et le traitement informatique des données recueillies de 1974 à 1981 (travail d’ailleurs nécessaire au projet de thèse de Garenne)29. Sur le terrain, la possibilité d’un avenir plus « solide » se manifeste dans la planification d’une station dans le village de Niakhar en 1981. Fonctionnelle dès 1982, cette station modeste traduit, d’un côté, la volonté de faire du suivi l’affaire d’une équipe permanente à laquelle pourra être arrimé un véritable programme de recherche pluridisciplinaire, approfondi et à rayonnement international. D’un autre côté, sa légèreté matérielle exprime une réticence à s’installer trop durablement et visiblement, en partie par souci de discrétion (« ne pas être visible »), mais aussi, selon Garenne, parce que le financement n’est pas encore assuré30. En effet, l’acquisition du terrain et la construction des premières cases seront payés par les chercheurs et enquêteurs de longue date ayant formé une association. Si la station n’est pas intégrée à l’organigramme institutionnel, elle bénéficie néanmoins du soutien de l’administration.

26Rapidement, Garenne, ayant formé équipe avec des nutritionnistes de l’ORSTOM-ORANA, fera de Niakhar une infrastructure scientifique de plus grande envergure. Profitant de la conjoncture favorable d’une restructuration de la recherche à l’ORSTOM (création de la ligne « département – unité de recherche – programme ») et de l’obtention d’un financement de la Communauté économique européenne, il monta en 1983 un nouveau programme pluridisciplinaire intitulé « Population-Santé à Niakhar » mené par l’Unité de recherche Population et santé (ORSTOM 1983 ; Garenne & Cantrelle 1991). L’embauche de nouveaux enquêteurs à temps partiel permet l’extension de la zone de suivi à 30 villages pour une étude sur les relations entre nutrition, morbidité et mortalité, surtout chez les jeunes enfants et les mères. Dès 1985, le terrain est aussi préparé pour l’essai d’un vaccin contre la rougeole qui demandera, à partir de 1987, d’embaucher à temps plein une équipe d’enquêteurs qui seront désormais installés dans les villages de la zone (ORSTOM 1985 ; 1987).

  • 31 La détermination du caractère « pionnier » du suivi de population à Niakhar, que ce soit dans les (...)

27Ces deux grands projets n’amènent pas qu’un changement d’échelle, mais une nouvelle conception du suivi de routine plus étroitement imbriqué avec la recherche en santé. S’ils utilisent le fichier de population comme base de sondage et de données de référence, comme d’autres enquêtes l’avaient fait, ces projets mettent également graduellement en place un dispositif de suivi permettant la surveillance continue d’événements (naissances et décès, mais aussi morbidité et effets secondaires de la vaccination) pertinents pour les recherches en cours. Les modèles cités par Garenne comme sources d’inspiration étaient les études de Khanna en Inde, de l’INCAP (Instituto de Nutrición de Centroamérica y Panamá) au Guatemala et de Keneba en Gambie, mais dans une perspective d’approche démographique des questions de santé31.

  • 32 Cette question revient régulièrement dans les entretiens d’histoire orale menés avec les enquêteur (...)

28Si ces deux projets contribuent effectivement à la pérennisation et l’intensification du suivi, le temps de Niakhar continue à se compter, pour certains, en « durées déterminées ». C’est le cas des enquêteurs embauchés en 1983 ou en 1987, qui ont longtemps travaillé sur des contrats « à durée de chantier ». Certains ont dû attendre près de vingt ans pour acquérir une sécurité d’emploi « à durée indéterminée », d’autres n’ont pas pu renouveler leurs contrats à la fin des années 1990 au terme des financements majeurs pour la recherche sur les vaccins (rougeole puis coqueluche)32 [cf. Annexe 5.2 de cet ouvrage].

L’histoire de Niakhar : une coproduction émergente

29La cohérence historique de Niakhar et la continuité du suivi de population qui en est une des trames principales n’ont pas jailli tout fait d’un unique moment fondateur. Certes, il y a eu des moments, des actions, des acteurs décisifs. Mais aucun n’a, à lui seul, fixé la mémoire et l’avenir de la recherche dans cette zone du Sine. Plusieurs ont tendu, tissé et raccordé les fils de l’histoire pour créer Niakhar comme lieu pérenne de suivi et de recherches. Les passés de l’observation démographique ont été portés vers l’avenir, mais en ont aussi été coupés puis récupérés. Leur avenir s’est ouvert puis refermé à plusieurs reprises. À certains moments, l’administration de l’ORSTOM est intervenue avec des crédits et salaires permettant la poursuite ou la reprise du suivi démographique, ouvrant la possibilité de sa pérennisation. Mais elle a aussi parfois hésité à y laisser trop de traces, et refusé des investissements entraînant une empreinte institutionnelle rémanente sur un territoire et une population sénégalaise. Au-delà des fluctuations du soutien institutionnel, la trame historique de Niakhar n’aurait pu être tissée sans les individus, chercheurs et enquêteurs, qui ont mobilisé ressources et relations, dans le contexte d’objectifs scientifiques et politiques changeants, pour assurer l’avenir du suivi.

30L’histoire n’a pas de leçons à donner pour l’avenir de Niakhar. Cette histoire est jalonnée de réflexions sur la valeur et le sens de la répétition et de la succession des pratiques de recherche, de la continuité et l’accumulation des séries de données, de la mémoire portée par celle-ci et les moyens de leur conservation et leur mise en valeur. Une réflexion sur les enjeux de « faire durer » la recherche à Niakhar évoque des questions qui sont à la fois éthiques et méthodologiques, sociopolitiques et épistémologiques. Le débat sur l’histoire écoulée et potentielle de Niakhar doit, comme cela a été le cas dans le passé, tenir compte de l’enchevêtrement de ces enjeux à travers le temps.

Bibliographie

Bibliographie

Astier I., Laé J.-F., 1991, « La notion de communauté dans les enquêtes sociales sur l’habitat en France. Le groupe d’Économie et humanisme, 1940-1955 », Genèses, 5, 1, 81-106. https://doi.org/10.3406/genes.1991.1078.

Bamba A.B., 2010, « Mémoires épistémiques et pouvoir d’experts dans une postcolonie africaine : le cas de l’usage des savoirs africanistes par l’ORSTOM en Côte d’Ivoire », Canadian Journal of African Studies / Revue canadienne des études africaines, 44, 1, 1-34. https://doi.org/10.1080/00083968.2010.9707558.

Becker C., Misséhoungbé P.-P., Verdin P., 2007, Le père Lebret, un dominicain économiste au Sénégal (1957-1963). Textes choisis, préparés et présentés par..., Dakar, Fraternité Saint Dominique de Dakar, 153 p.

Beiser M., 2011, “A Career in Culture and Psychiatry Research : Reflections on Forty-plus Years,” Transcultural Psychiatry, 48, 1-2, 6-23.

Beiser M., Burr W.A., Collomb H., Ravel J.-L., 1974, “Pobough Lang in Senegal,” Social Psychiatry, 9, 3, 123-129.

Blanc R., 1969, « Bilan encore fragile de la démographie africaine », Économie et statistique, 3, 1, 13-22. https://doi.org/10.3406/estat.1969.1867.

Cantrelle P., 1965a, Étude démographique dans la région du Sine-Saloum (Sénégal). Déroulement de la campagne 1964-65 (et des observations antérieures), Dakar, ORSTOM, 25 p. Consulté à l’adresse : http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/num-dakar-02/22711.pdf

Cantrelle P., 1965b, Étude démographique dans la région du Sine-Saloum (Sénégal). Déroulement de l’enquête, Dakar, ORSTOM, 26 p. Consulté à l’adresse : http://horizon.documentation.ird.fr/exldoc/pleins_textes/pleins_textes_5/b_fdi_01/010016317.pdf

Cantrelle P., 1965c, Étude démographique dans la région du Sine-Saloum (Sénégal). Résultats des années 1963 et 1964, Dakar, ORSTOM, 40 p. Consulté à l’adresse http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/num-dakar-02/15123.pdf

Cantrelle P., 1966a, Étude démographique dans la région du Sine-Saloum (Sénégal). État-civil et observation démographique 1963-65, Dakar, ORSTOM, 85+ 127 p. Consulté à l’adresse http://horizon.documentation.ird.fr/exldoc/pleins_textes/num-dakar-02/11754.pdf

Cantrelle P., 1966b, Orientations souhaitées : extension étude en 67 et 68 sur échantillon des enfants nés en 63-65 en laison avec sociologues et géographes, dans Rapport annuel de l’ORSTOM au Sénégal, Dakar, ORSTOM.

Cantrelle P., 1968a, Enquête fécondité Sénégal : rapport mars 1968, Dakar, ORSTOM. Consulté à l’adresse http://horizon.documentation.ird.fr/exldoc/pleins_textes/pleins_textes_5/b_fdi_10-11/13594.pdf

Cantrelle P., 1968b, Enquête fécondité Sénégal : situation août 1968, Dakar, ORSTOM. Consulté à l’adresse http://horizon.documentation.ird.fr/exl doc/pleins_textes/pleins_textes_5/b_fdi_10-11/13595.pdf

Cantrelle P., 1969a, Étude démographique dans la région du Sine-Saloum (Sénégal). État civil et observation démographique 1963-65 [Travaux et Documents de l'ORSTOM, 1), Paris, ORSTOM, 121 p.

Cantrelle P., 1969b, « Mortalité par rougeole au Sénégal », Médecine d’Afrique noire 16, 17-19.

Cantrelle P., 1969c, « Orientations de la recherche démographique au Sénégal », Cahiers ORSTO Série Sciences Humaines 6, 4, 3-10. Consulté à l’adresse http://horizon.documentation.ird.fr/exldoc/pleins_textes/pleins_textes_4/sci_hum/19815.pdf

Cantrelle P., 1997, « Tempo d’une épidémie sur quarante ans en Afrique Occidentale : la rougeole », in C. Becker, S. Mbaye & I.Thioub (dir.), AOF : réalités et héritages : sociétés ouest-africaines et ordre colonial, 1895-1960, Dakar, Direction des Archives du Sénégal, 1240-1241. Consulté à l’adresse http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:010017244.

Cantrelle P., Leridon H., 1971, Allaitement, mortalité de l’enfance et fécondité dans une zone rurale du Sénégal, Dakar, ORSTOM, 47 p. Consulté à l’adresse http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers11-01/04916.pdf [version française de “Breast Feeding, Mortality in Childhood and Fertility in A Rural Zone of Senegal,” Population Studies - A Journal of Demography 25, 505-533.

Collignon R., 2000, « Santé mentale entre psychiatrie contemporaine et pratique traditionnelle (le cas du Sénégal) » Psychopathologie africaine, 30, 3, 283-298.

Connelly M.J., 2008, Fatal Misconception : The Struggle to Control World Population, Cambridge, Belknap Press - Harvard University Press, 544 p.

Cooper F., 1996, Decolonization and African Society: The Labor Question in French and British Africa, Cambridge, Cambridge University Press [African Studies Series 89], xvii-677 p.

Cooper F., 1997, “Modernizing Bureaucrats, Backward Africans, and the Development Concept,” in F. Cooper & R. Packard (dir.), International Development and the Social Sciences: Essays on the History and Politics of Knowledge, Berkeley, University of California Press, 64-92.

Cooper F., 2004, « Development, Modernization, and the Social Sciences in the Era of Decolonization : the Examples of British and French Africa », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 10, 1, 9-38. https://doi.org/10.3917/rhsh.010.0009.

Diouf B., Lacombe B., Vaugelade J.,, Bavière M., 1973, Santé et migration rurale-urbaine : adaptation des migrants serer à la vie urbaine de Dakar : rapport technique final. OMS, Dakar, ORSTOM. Consulté à l’adresse : http://horizon.documentation.ird.fr/exldoc/pleins_textes/pleins_textes_5/b_fdi_16-17/22756.pdf.

Diouf M., 1997, “Senegalese Development: From Mass Mobilization to Technocratic Elitism,” in F. Cooper & R. Packard (dir.), International Development and the Social Sciences : Essays on the History and Politics of Knowledge, Berkeley, University of California Press, 291-319.

Garenne M., 1982, Variations in the Age Pattern of Infant and Child Mortality with Special Reference to a Case Study in Ngayokheme (Rural Senegal), PhD Thesis, University of Pennsylvania, 247 p.

Garenne M., Cantrelle P., 1991, Three Decades of Research on Population and Health : The ORSTOM Experience in Rural Senegal : 1962-1991, Paper presented for the Seminar on Socio-Cultural Determinants of Morbidity and Mortality in Developing Countries : the Role of Longitudinal Series, Liège, IUSSP, 43 p. Consulté à l’adresse : http://horizon.documentation.ird.fr/exldoc/pleins_textes/pleins_textes_7/divers2/38681.pdf.

Gendreau F., 1995, « Pour un renouveau de l’observation démographique en Afrique au sud du Sahara », in Collectif, Commission scientifique de Démographie de l'ORSTOM (éd.), Populations du Sud et santé. Parcours et horizons. Hommage à Pierre Cantrelle, Paris, ORSTOM, 117-131. Consulté à l’adresse : http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:42992.

Gendreau F., 1996, « L’élaboration du savoir démographique et son rôle dans les pays du Sud », Cahiers Québécois de Démographie 25, 1, 1-12.

Gendreau F., Livenais P., Vaugelade J., 1995, « Itinéraire scientifique de Pierre Cantrelle », in Collectif, Commission scientifique de Démographie de l'ORSTOM (éd.), Populations du Sud et santé. Parcours et horizons. Hommage à Pierre Cantrelle, Paris, ORSTOM, 13-19. Consulté à l’adresse http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:42985.

Gervais R.R., 1996, « État colonial et savoir démographique en AOF, 1904-1960 », Cahiers québécois de démographie 25, 1, 101-131. https://doi.org/10.7202/010202ar.

Gervais R.R., Mandé I., 2007, « Comment compter les sujets de l’Empire ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 95, 3, 63-74.

Gupta M.D., Aaby P., Garenne M., Pison G. (dir.), 1998, Prospective Community Studies in Developing Countries, Oxford, New York, Clarendon Press.

Hellegouarch R., Giorgi R., Monjour L., Toury J., Linhard J., 1968, Enquête alimentaire et nutritionnelle dans une zone pilote du Sénégal (multigraph No. 01113), Dakar, Bibliothèque de l’ORANA, 11 p.

Kilroy-Marac K., 2010, The Impossible Inheritance: Memory and Postcolonial Subjectivity at the Fann Psychiatric Clinic in Dakar, Senegal, PhD Dissertation, New York, Columbia University.

Lacombe B., 1969, « Mobilité et migration : quelques résultats de l’enquête du Sine-Saloum Sénégal », Dakar, ORSTOM, 47 p. Consulté à l’adresse : http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers13-03/13570.pdf.

Lacombe B., 1970, Rapport annuel d’activité 1969, « Section d’économie-démographie », Bulletin de Liaison Sciences Humaines - ORSTOM, 12, 80-87. Consulté à l’adresse : http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers12-03/14774.pdf

Lacombe B., 1988, La notion de sous-produits. ORSTOM. Consulté à l’adresse http://horizon.documentation.ird.fr/exldoc/pleins_textes/pleins_textes_6/divers1/010022555.pdf.

Lacombe B., 1999, Pratique du terrain : méthodologie et techniques d’enquête, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2 tomes. Consulté à l’adresse http://horizon.documentation.ird.fr/exldoc/pleins_textes/pleins_textes_6/divers1/010019439.pdf.

Lebret L.-J., 2007, « Conférence de synthèse pour la définition de la problématique du développement au Sénégal, 30 décembre 1958 », in C. Becker, P.-P. Misséhoungbé & P. Verdin, Le père Lebret, un dominicain économiste au Sénégal (1957-1963). Textes choisis, préparés et présentés par..., Dakar, Fraternité Saint Dominique de Dakar, 93-126.

Markovitz I.L., 1969, Léopold Sédar Senghor and the Politics of Negritude (First Edition), London, Atheneum.

Mondain N., Bologo E. A., 2009, « L’intentionnalité du chercheur dans ses pratiques de production de connaissances : les enjeux soulevés par la construction des données en démographie et santé en Afrique », Cahiers de recherche sociologique 48, 175-218.

Noiriel G., 1993, « L’identification des citoyens. Naissance de l’état civil républicain », Genèses 13, 1, 3-28. https://doi.org/10.3406/genes.1993.1196.

ORSTOM, 1968, Rapport annuel de l’ORSTOM au Sénégal, Dakar, ORSTOM.

ORSTOM, 1969, Rapport annuel de l’ORSTOM au Sénégal, Dakar, ORSTOM.

ORSTOM, 1970, Rapport annuel de l’ORSTOM au Sénégal, Dakar, ORSTOM.

ORSTOM, 1977, Rapport annuel de l’ORSTOM au Sénégal, Dakar, ORSTOM.

ORSTOM, 1981, Rapport annuel de l’ORSTOM au Sénégal, Dakar, ORSTOM.

ORSTOM, 1983, Rapport annuel de l’ORSTOM au Sénégal, Dakar, ORSTOM.

ORSTOM, 1985, Rapport annuel de l’ORSTOM au Sénégal, Dakar, ORSTOM.

ORSTOM, 1987, Rapport annuel de l’ORSTOM au Sénégal, Dakar, ORSTOM.

Ouvrier A., 2014, Faire de la recherche médicale en Afrique. Ethnographie d’un village-laboratoire sénégalais, Paris, Karthala.

Pison G., 1978, Études démographiques dans la région de Sine-Saloum (Sénégal) : La reprise de l’enquête à passages répétés de Ngayokhème en 1977 : méthodes d’enquêtes et premiers résultats, Dakar, ORSTOM. Consulté à l’adresse http://horizon.documentation.ird.fr/exldoc/pleins_textes/pleins_textes_6/b_fdi_37-38/00762.pdf.

Notes

2 La zone suivie comprenait initialement tout l’arrondissement de Niakhar (65 villages). Elle a été réduite en 1967 aux huit villages du secco de Ngayokheme. L’extension aux limites de la zone actuelle de 30 villages s’est faite en 1983. Il n’y a pas eu de passages en 1967, en 1975 et 1976, puis en 1979. La fréquence des passages a aussi varié : elle a été à peu près annuelle jusqu’en 1987 où elle devient hebdomadaire, le temps du projet rougeole. Voir Garenne & Cantrelle (1991).

3 Ce chapitre a été rédigé dans le cadre du Projet « Mémoires et Traces de la Recherche Médicale en Afrique » (MEREAF), portant sur « ce que laisse » la recherche comme héritage matériel, affectif, social et épistémologique dans trois sites ayant une longue histoire d’activités médicales et scientifiques dont Niakhar ainsi que Amani, en Tanzanie, et Ayos, au Cameroun. Ce chapitre se fonde principalement sur la lecture de rapports et de publications disponibles en ligne sur la base de données du fonds documentaires de l’IRD « Horizon/Pleins textes », et puise dans les entretiens d’histoire orale avec les agents de terrains (enquêteurs, superviseurs, etc.) de Niakhar, menés par Ashley Ouvrier et Aïssatou Mbodj-Pouye et l’auteure.
Le travail de l’auteure a été financé par la subvention ES/I014535/2 du British Economic and Social Research Council. L’équipe a aussi bénéficié d’un financement de l’ANRS.

4 Souvent comprise en terme des soins associés à la recherche clinique, sous-tendant la formation d’une relation de « don contre-don » entre ceux associés avec « l’ORSTOM/IRD » et « la population », comme l’a montré Ashley Ouvrier (Ouvrier 2014).

5 Les objectifs de l’étude sont décrits dans Cantrelle (1969b) et de manière plus synthétique dans Garenne & Cantrelle (1991).

6 Le poste d’expert avait été publié pour une durée d’un an, avec un salaire du bureau d’assistance technique des Nations unies assuré de juillet 1962 à juin 1963. Une extension du poste d’un an, puis le recrutement de Cantrelle à l’ORSTOM, lui ont permis de continuer son travail. Le financement des travaux de terrain a aussi dû être renouvelé. Une première subvention du Fonds d’aide et de coopération (France) au Service de statistique de la République du Sénégal couvrait le premier cycle annuel complet (d’octobre 1962 à mars 1964) avec des contrôles trimestriels. Deux cycles annuels additionnels ont été assurés par une convention avec l’ORSTOM (no 6500 348) jusqu’en janvier 1966. Ces détails sont donnés dans Cantrelle (1969b) ; Garenne & Cantrelle (1991) ; Cantrelle (1965b).

7 L’association française Économie et Humanisme prend forme autour du père Lebret, en 1941, et jouera un rôle de premier plan dans la reconstruction de la France post-guerre, privilégiant l’organisation communautaire à petite échelle et l’enquête fine des conditions sociales et d’habitat. Voir Astier & Laé (1991). Sur l’influence du Père Lebret sur la planification du développement au Sénégal, voir M. Diouf (1997) ; Becker, Misséhoungbé, & Verdin (2007).

8 Ces études sont citées par les démographes comme l’entrée de l’Afrique francophone dans l’ère de la démographie moderne, voir par exemple Gendreau (1995 : 119) ; Blanc (1969 : 22).
Abou D. Bamba introduit la notion de « mémoire épistémique » pour expliquer l’influence sur les politiques de développement des chercheurs de l’ORSTOM ayant déjà, au moment des indépendances, accumulé du savoir et savoir-faire de terrain auprès de populations africaines (Bamba 2010).

9 Voir aussi Anonyme (2007).

10 On lit dans le rapport d’activités de l’ORSTOM de 1965, p. 4 : « Enfin, le développement considérable qu’ont connu les sciences humaines au cours des trois dernières années a été essentiellement motivé par la demande des États eux-mêmes. Qu’il s’agisse de sociologie, d’économie, de démographie ou de géographie, les thèmes de recherche sont définis dans tous les cas en fonction des programmes d’aménagement élaborés par les Services nationaux du Plan, les études de l’ORSTOM constituant ainsi une documentation de base appréciable pour les sociétés d’intervention et les bureaux d’études ». Voir aussi Bamba (2010).

11 Voir aussi, sur la « création des identités » par l’état civil, Gendreau (1996).

12 Cantrelle (1965b : 6) note ainsi : « On ne prononce pas le mot recensement, qui rappelle l’impôt ».

13 Par exemple Blanc (1969 : 13) écrit : « tout au long de la période dite préstatistique », c’est-à-dire jusqu’aux années 1945-1950, les objectifs (à des fins fiscales et de recrutement) et les « modalités de collecte et de rassemblement » des données démographiques « ont réduit quand elles ne l’ont pas supprimée sa signification statistique ».
Raymond Gervais et Issiaka Mandé font une lecture plus fine des logiques et de l’efficacité du recensement colonial lié à une conception mercantiliste de la population comme source de moyens et de main-d’œuvre pour la mise en valeur des colonies (Gervais & Mandé 2007).

14 Un des rapports de P. Cantrelle sur l’étude du Sine-Saloum présente aussi une histoire détaillée de l’état civil, notant que la sélectivité antérieure de l’enregistrement et la distinction entre population urbaine et rurale posent des obstacles à la couverture universelle (Cantrelle 1966a). Voir aussi Garenne & Cantrelle (1991).

15 Cantrelle exprime ses préoccupations dans un survol historique de la rougeole en Afrique de l’Ouest (Cantrelle 1997).

16 Cantrelle (1969a : 1) écrit : « On sait que la planification exige un certain nombre de données démographiques de base ».

17 Voir aussi Cantrelle (1966b).

18 Voir également Lacombe (1999).

19 Par exemple, l’étude de Khanna en Inde, voir Connelly (2008 : 171-172).

20 Connelly (2008 : 241). Cette enquête entamée en 1972 fut, selon l’auteur, la plus grande étude de science sociale à cette date, conduite sur 12 ans, dans 62 pays, grâce à un financement majeur de l’USAID dans l’espoir de démontrer que l’amélioration des moyens de contraception entraînerait une plus forte demande.

21 D’autres études dans l’aire d’observation démographique s’étaient intéressées aux Sereer en tant que Sereer, comme l’étude de terroir d’André Lericollais ou celles ethnographiques de Marguerite Dupire, mais sans lien direct avec le fichier de population démographique. C’est avec la ‘ré-utilisation’ des données du Sine-Saloum par Bernard Lacombe pour l’étude sociodémographique des migrations qu’on commence à voir émerger une spécificité culturelle, qui s’affirme avec les études sur la santé mentale, voir Lacombe (1969) ; Diouf, Lacombe, Vaugelade & Bavièr 1973).

22 Sur l’école de Fann, voir Collignon (2000) ; Kilroy-Marac (2010).

23 Entretien de l’auteure avec Bernard Lacombe, juillet 2013. Sur l’ancrage des réflexions éthiques à l’intention de « faire durer » l’observation démographique, voir Mondain & Belogo (2009).
Ce n’était pas la première intervention physique associée à l’observation démographique. Un essai et une campagne de vaccination rougeole avaient été entrepris par Cantrelle et collaborateurs, mais celle-ci s’apparentait aux interventions routinières de santé publique et à une logique de « contre-don » de soins en échange de participation à l’enquête démographique (voir Cantrelle, cet ouvrage). Les premières prises de sang et examens cliniques non accompagnés d’une intervention thérapeutique étaient récentes : une enquête de l’ORANA (Organisme de recherches sur l’alimentation et la nutrition africaines, sous-régionale) s’était déroulée dans les villages de Ngayokheme, Ngane Fissel et Sob en 1968, qui comprenait un volet d’examens cliniques et biochimiques. On note dans le rapport l’impopularité des prises de sang qui limite les observations souhaitées sur l’anémie chez les enfants (Hellegouarch, Giorgi, Monjour, Toury & Linhard 1968 : 7).

24 Entretien par Aïssatou Mbodj et l’auteure avec Pierre Cantrelle, juillet 2013.

25 Voir ORSTOM 1977. C’est aussi le cas de Dominique Waltisperger arrivé en 1972.

26 Lacombe remarquait dans un rapport administratif de 1969 au sujet de l’équipe d’enquêteurs : « Ceux-ci acquièrent une certaine qualification à travailler à l’ORSTOM et étant sans contrats, ils risquent fort de nous être enlevés par d’autres organismes... Leur niveau est nettement relevé cette année (BEPC). Leur encadrement est précisé par la nomination de A. T. Sène comme chef d’équipe... Leur formation reste déficiente et ce problème sera en partie résolu par le stage de formation qui sera mis sur pied pour l’enquête migration-santé » (Lacombe 1970 : 85).

27 Pison (1978) en fait le bilan à la fois critique et positif.

28 ORSTOM (1981). Ce genre de récupération post hoc d’une « fondation » de l’observation en 1962, et donc d’une histoire longue pour Niakhar, se fera à d’autres occasions.

29 Selon Garenne & Cantrelle (1991 : 12), ce traitement information a reçu un financement de la Fondation Ford.

30 Entretien d’Aïssatou Mbodj et Ashley Ouvrier avec Michel Garenne, 21 juin 2012.

31 La détermination du caractère « pionnier » du suivi de population à Niakhar, que ce soit dans les années 1960 ou dans les années 1980, dépend de comment on le définit en comparaison à d’autres types d’observation longitudinale sur population ou zone géographique restreinte, surtout avant la standardisation du référent de « DSS » et « HDSS » (Health and Demographic Surveillance System). Si Niakhar est généralement considéré comme étant le DSS « le plus ancien » d’Afrique, il existe néanmoins plusieurs précédents dont les études prospectives de communauté, à caractère épidémiologique (suivre une population afin d’identifier certains déterminants de morbidité ou mortalité), dont la première fut une étude sur le Pellagra en Caroline du Sud en 1916-1921, et des études de suivi de population qu’on fait généralement remonter à une étude de la vallée de la rivière Yang Tze en Chine dans les années 1930, et une étude au Brésil (Guanabara) dans les années 1940. Si ces dernières, à caractère démographique, sont citées comme modèles pour l’étude du Sine-Saloum en 1962, l’étude du Medical Research Council britannique en Gambie (Keneba), dont les premières enquêtes remontent à 1949 et qui fait maintenant partie du DSS de West Kiang, ressemble plus en termes de durée et d’objectifs au suivi de Niakhar. L’étude de Khanna avait des objectifs plus ciblés d’évaluation de l’impact potentiel de la contraception sur la croissance de la population, mais nécessitant évidemment un suivi démographique fin, combiné à des études de pratiques et « attitudes » ayant un impact sur la reproduction ; elle a duré de 1953 à 1960, avec des retours sur le terrain en 1969, puis en 1984-1988. L’étude de l’INCAP avait pour but de tester des interventions nutritionnelles sur trois villages au Guatemala et s’est déroulée de 1959 à 1964. Donc si Cantrelle et Garenne citent des « précédents » pour leurs actions à Niakhar, il est clair que ni l’initiation d’un suivi, ni sa continuation sur une durée « indéterminée » ne se calquaient sur un seul modèle bien défini. Voir Cantrelle (1966b) et Gupta et al. (1998).

32 Cette question revient régulièrement dans les entretiens d’histoire orale menés avec les enquêteurs de Niakhar par Aïssatou Mbodj-Pouye et Ashley Ouvrier.

Auteur

Department of Science and Technology Studies, University College London, London, Great Britain.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search