Version classiqueVersion mobile

Niakhar, mémoires et perspectives

 | 
Valérie Delaunay
, 
Alice Desclaux
, 
Cheikh Sokhna

Partie 1. Du Niakhar des origines à la création d'un dispositif de recherche

Chapitre 3. À propos de quelques programmes de recherches sur la santé, la population, la société : Niakhar, le Siin et au-delà (1960-2000)

Charles Becker

Texte intégral

  • 2 Becker C., Ndiaye É., Delaunay V., 2014, Bibliographie des travaux réalisés en lien avec l’observa (...)

1Cette contribution veut montrer par quelques exemples l’intérêt la vision du fondateur de Niakhar, pour qui la recherche sur la population et la santé, utilisant les méthodes démographiques et biomédicales, pouvait, et même devait, s’ouvrir pour concerner d’une manière plus globale la société rurale sereer, ainsi que d’autres sociétés (dans la zone d’étude “pluri-ethnique” de Paos-Koto). Cette perspective a considérablement élargi les thématiques des recherches entreprises à Niakhar, et l’essai de bibliographie mené à bien à l’occasion du Cinquantenaire de Niakhar (Becker, Ndiaye & Delaunay 2018)2 manifeste l’importance des approches « pluridisciplinaires » développées par la suite.

Des dialogues pluridisciplinaires initiaux

  • 3 Certains résultats d’enquêtes (par exemple le recueil des traditions orales villageoises, les cart (...)

2Dès les premières études réalisées dans le Sine-Saloum, Pierre Cantrelle a saisi l’importance de collaborations avec des chercheurs d’autres disciplines. Ainsi les questionnements ont été constamment élargis et des chercheurs de disciplines diverses ont pris part à des projets plus ou moins formels qui marquaient une volonté de décloisonnement. Les deux Journées sereer, organisées à Mbour en 1969, à l’initiative de Marguerite Dupire, puis en 1970 à Bel Air, sur la demande commune des participants à la première réunion, ont manifesté dès les débuts d’une longue aventure scientifique l’ambition de parvenir, grâce à des approches diverses, à une connaissance globale des sociétés étudiées, sensible aux situations présentes et soucieuse de leur avenir. Ainsi ont été développés divers types d’études et d’échanges, autour des travaux de géographes comme Paul Pélissier et André Lericollais, d’une ethnologue comme Marguerite Dupire qui travailla avec l’équipe « sereer » dirigée par Jean-Marc Gastellu, autour des études sociodémographiques menées par Victor Martin et Charles Becker3.

3Des échanges ininterrompus ont été poursuivis entre Victor Martin et Pierre Cantrelle pour le déroulement des enquêtes, qui ont été réalisées en liaison avec le service de la statistique, dirigé par Louis Verrière durant la première décennie après l’indépendance. Ainsi, Victor Martin, qui avait utilisé les registres paroissiaux pour ses travaux sociodémographiques dans les groupes sereer christianisés, a orienté Bernard Lacombe vers une étude plus détaillée des registres paroissiaux de Palmarin, mais a, par ailleurs, recommandé plusieurs de ses enquêteurs qui ont poursuivi leur carrière à l’Orstom de l’époque.

4La publication dans Population de l’article de Victor Martin en 1970 sur la structure des ménages serer et wolof, a exploité les données de l’enquête par sondage de 1960 menée par L. Verrière et les a rapportées aux recensements effectués par nos soins, dans l’ensemble des villages entièrement ou partiellement sereer. Des documents sur les traditions orales ont été recueillis systématiquement, dans une perspective de démographie historique, comme l’atteste le recueil des traditions pour les quatre arrondissements du Siin comportant les cartes ethno-démographiques correspondantes. La base de documentation constituée lors des enquêtes effectuées de 1966 à 1968 a été utilisée bien après, dans le programme de retour sur les terroirs anciens, dirigé par Lericollais.

5Ces travaux initiaux ont démontré l’intérêt des traditions orales villageoises, qui apportent des éléments solides pour la démographie historique, non seulement pour qualifier les régimes migratoires, mais aussi pour comprendre les structures sociales et les mutations religieuses. Parmi les études publiées, on note celles concernant les répartitions des noms de familles – patronymes et matronymes – qui ont permis de comprendre les spécificités de l’organisation sociale dans les différentes parties du pays sereer. Enfin, les sources recueillies ont donné lieu à diverses publications, dans une perspective historique large, pour contribuer à l’écriture de l’histoire sociale et politique dans laquelle s’inscrivaient les évolutions démographiques et sanitaires étudiées par l’équipe dirigée par Pierre Cantrelle.

L’étude des déterminants de la santé et de la mortalité

6Un projet de recherche mené dans le cadre de l’action scientifique programmée (ASP) conjointe entre le CNRS et l’ORSTOM, intitulée “Les déterminants de la santé et de la mortalité d’une population rurale sénégalaise. Approche disciplinaire” a démarré en juillet 1985 et s’est poursuivi jusqu’en fin 1988. Ce projet a comporté plusieurs opérations, qui ont suscité des collaborations pluridisciplinaires remarquables, articulées autour du thème central des déterminants de la santé des Sereer de la région de Fatick. Six opérations sont présentées ci-dessous.

Le recueil des proverbes sereer

7Le recueil des proverbes sereer concernant la santé a été mené en utilisant les données précieuses déjà disponibles dans le Dictionnaire sereer du Père Léonce Crétois, et en réalisant une collecte spécifique, grâce au concours de Guédj Faye et de Tékheye Diouf. Un travail de transcription phonétique, ainsi qu’une traduction, ont été réalisés avec l’aide du linguiste Waly Coly Faye et de l’anthropologue Raphaël Ndiaye. Les travaux ont consisté à définir les conditions contextuelles d’usage de ces proverbes, pour parvenir ainsi à leur interprétation. Ce travail sera prolongé par la suite, dans le Programme sida.

Les enquêtes socio-anthropologiques

  • 4 Ces documents ont été déposés aux archives de l’IRD à Dakar et à Bondy.

8René Collignon présente dans sa contribution les thèmes de ses travaux concernant des représentations, pratiques, rituels, recours et procédures traditionnelles de soins en milieu sereer. Les entretiens réalisés auprès des différentes personnes concernées par ces thèmes, transcrits en sereer et traduits en français, ont fait l’objet d’une édition sous forme de documents de travail publiés dans la série des Documenta sereer4.

La mise en perspective historique des problèmes de santé

  • 5 Version électronique disponible auprès de C. Becker.

9Le travail de préparation d’une bibliographie commentée sur la santé, la population et les épidémies dans la région sénégambienne, a été particulièrement important. Il a abouti à la publication d’un livre par l’INED, Santé et population en Sénégambie des origines à 19605. Cet ouvrage a manifesté non seulement la grande quantité de sources disponibles pour écrire une histoire de la santé et de la population dans l’espace sénégambien, mais aussi leur intérêt et, sur certains points, leurs lacunes.

  • 6 La préparation du code de la santé publique a permis la remise d’un projet de loi portant code de (...)

10L’exploitation des archives a été complémentaire pour connaître de manière plus précise le contenu de ces sources qui sont restées insuffisamment exploitées. Diverses séries ont été dépouillées et la réflexion sur les politiques de santé publique menées face aux crises sanitaires a engagé à étudier en particulier les dispositifs réglementaires mis en place pour répondre aux épidémies, qui ont eu un impact réel sur les sociétés africaines au cours des derniers siècles. Ce travail sera prolongé considérablement dans le cadre du Programme sida et sera à l’origine d’orientations majeures de mes recherches personnelles ultérieures. Il a permis de souligner en particulier le caractère largement obsolète des textes juridiques concernant la santé, puisqu’un bon nombre de ceux-ci dataient de la période coloniale et sont restés en vigueur jusqu’au début du XXIe siècle. Mais il a aussi servi à mettre en évidence l’absence d’un code de la santé au Sénégal, qui était à mettre en relation avec l’inexistence d’enseignements du droit de la santé et de la bioéthique, ainsi que la faiblesse des débats autour de l’éthique dans les pratiques médicales et dans le domaine de la recherche biomédicale6.

Le recueil de généalogies

  • 7 Les fichiers semblent avoir été perdus lors du déménagement des locaux de l’ORSTOM à Bel Air en 20 (...)

11Un projet de recueil de généalogies dans le village de Ngayokhème a commencé à prendre forme, mais ne sera pas mené à terme. Il a été engagé en collaboration avec l’équipe du programme d’André Lericollais, qui utilisait aussi le même type de données dans la même région. Une fiche informatisée pour un recueil systématique a été discutée et testée sur le terrain, en vue d’une analyse concernant tous les chefs de concession, leur patrilignage, leur matrilignage, le patrilignage de leur mère et le matrilignage de leur père. Les généalogies ont été recueillies à Ngayokhème, mais n’ont pas été informatisées7. Le but de ce travail était de constituer sur microordinateur un fichier permettant d’analyser simplement les structures de la parenté dans la société sereer.

L’histoire démographique

12La mise en perspective historique des problèmes de population et de santé représente une nécessité découlant des approches biodémographique et socio-anthropologique. Elle a été retenue pour apporter un éclairage original sur le devenir des populations sénégambiennes, en particulier celles qui vivent dans l’actuel bassin arachidier. L’objectif de l’équipe, constituée par Charles Becker, René Collignon, Mohamed Mbodj et Mamadou Diouf, était l’élaboration d’une démographie historique et d’une histoire démographique, dont les sources demeuraient peu connues et les méthodes spécifiques mal définies.

13Les études ont porté sur toutes les périodes de l’histoire, mais surtout sur le XXe siècle pour lequel la documentation est plus abondante et diverse. Cela pour tenter de reconstituer les étapes de la mise en place des peuplements, en justifiant la périodisation retenue et en soulignant les modifications des équilibres démographiques qui ont résulté de faits comme les migrations, les guerres, la traite des esclaves, les crises de subsistance, la conquête européenne et les phases de la colonisation. Le propos était aussi une analyse des situations générales, variables selon les zones du pays, et essentiellement des crises sociodémographiques et sanitaires : présentation des épisodes dans leur contexte historique global, description des attitudes des populations face aux fléaux collectifs (famines, conflits armés, épidémies), évaluation de l’impact des politiques sanitaires.

14L’approche mise en œuvre devait permettre de relier les données découvertes ou recherchées dans les fonds d’archives d’une part, aux renseignements importants, mais très insuffisamment collectés, de la tradition orale d’autre part. Les deux types de sources, dont on devait mettre en relief la complémentarité et les apports spécifiques pour résoudre certaines questions démographiques et comprendre les réactions des sociétés et de leurs groupes constitutifs, restaient encore à explorer à la fin du projet. Les investigations menées ont toutefois apporté des informations nombreuses, mais à compléter sur certains points. Les travaux prévus consistaient en particulier à rechercher tous les types de documents éclairant les phases de l’évolution démographique, à exploiter les renseignements déjà recueillis à propos de la répartition ancienne et des mouvements de la population, puis à rédiger une histoire des peuplements, dont une partie doit traiter des conditions sanitaires du passé, des épidémies et des endémies qui ont ponctué cette histoire et affecté les populations.

15La construction de l’histoire démographique s’est accompagnée d’une réflexion méthodologique sur les sources et leur utilisation, sur les lacunes documentaires, sur les limites incontournables et surtout sur les possibilités d’une discipline trop négligée dans les études africaines.

16De nombreuses publications ont rendu compte de ces travaux et présenté les résultats obtenus, à propos :

  • du contenu des traditions orales multiformes recueillies (traditions familiales, villageoises, provinciales et dynastiques),
  • de la méthodologie et des sources de l’histoire démographique. L’équipe et les étudiants ont rassemblé et examiné les sources écrites et traditionnelles disponibles, pour souligner leurs apports spécifiques, leurs limites et leur complémentarité éventuelle pour l’élaboration d’une histoire démographique. Ainsi, on apprécie mieux les thèmes démographiques couverts par la documentation et ceux qui restent encore moins bien connus.
  • de l’histoire démographique des pays sereer. Grâce à un corpus des traditions orales villageoises et aux données tirées des archives, qui offrent des éclairages croisés sur l’histoire des peuplements, on peut suivre l’évolution démographique des pays sereer, du Siin en particulier. Ainsi un texte sur l’évolution contrastée du Bassin arachidier a été publié dans un ouvrage édité en 1987 par D. Cordell et J. Gregory (Becker et al. 1987). Cette étude a été développée et affinée, en insistant sur le cas du Siin, en particulier sur la zone Niakhar-Toukar-Ngayokhème, pour décrire de manière détaillée la mise en place du réseau des villages et des quartiers, en notant le rôle des patrilignages et des matrilignages et en mettant particulièrement en relief les mouvements de population durant la période coloniale jusqu’à l’époque récente.

L’analyse des consultations au dispensaire

17Un travail particulier a été réalisé en vue d’une analyse des consultations au dispensaire dans la zone d’études. Ainsi, l’ensemble des registres des dispensaires de Ngayokhème (mai 1983 - décembre 1984) et de Toukar (janvier 1983 - mars 1984) a été recopié et mis sous une forme exploitable par informatique. L’exploitation statistique par Michel Garenne et René Collignon n’a pas totalement abouti et l’idée de parvenir à établir une liaison et une mise en perspective par rapport à des séries antérieures n’a pas été possible. Toutefois, même si elles étaient fragmentaires, les données ont été utilisées à l’époque, à la fois pour comparaison avec les enquêtes démographiques sur la morbidité et pour évaluation de la consommation médicale dans les dispensaires.

Les « retours sur les terrains anciens »

18Ce programme pluridisciplinaire, initié par un géographe, André Lericollais, un agronome, Pierre Milleville, et un sociologue, Guy Pontié, est allé au-delà de Niakhar, vers la zone des Terres Neuves accueillant l’émigration sereer. Il a été mené avec des chercheurs de nombreuses disciplines, en particulier des démographes et des historiens qui ont élargi le champ au-delà du Siin, sur l’ensemble des pays sereer et sur les espaces migratoires.

19L’article des initiateurs du projet, sur la méthodologie et les objectifs, s’intitule « Terrains anciens, approches renouvelées : analyse du changement dans les systèmes de production sérères au Sénégal » (Lericollais et al. 1998). Il montre les préoccupations et la méthodologie, affinée au cours de ce projet pluridisciplinaire dont les résultats ont été présentés à Niakhar, à la station, et sont à l’origine du livre publié en 1999 sous la direction d’André Lericollais, Paysans sereer. Dynamiques agraires et mobilités au Sénégal (Lericollais 1999).

20Cet ouvrage majeur a mis en évidence les relations à distance et a imposé la nécessité d’analyses considérant les unités liées, dans une société sereer unissant les membres restés sur le terroir d’origine, ceux partis depuis le début du XXe siècle à l’occasion de migrations rurales de plus en plus lointaines, et ceux engagés, à partir de la fin de la Deuxième Guerre mondiale dans les migrations vers les centres urbains et surtout vers la capitale Dakar. Les études y ont observé des permanences culturelles, mais aussi des changements de l’organisation familiale dans les lieux de la dispersion des familles sereer, en s’intéressant particulièrement au devenir des villages de la zone de Niakhar. Ce vaste projet a représenté une expérience très riche pour tous les participants qui ont apporté leur contribution par des approches disciplinaires spécifiques, pour aboutir à des constats partagés et à des éclairages nouveaux sur les réalités vécues par la société sereer et leurs membres.

L’étude des facteurs de risque de l’infection à VIH

  • 8 Renvoie aux modélisations épidémiologiques élaborées à cette période.

21Le Programme national pluridisciplinaire de prévention du sida (CNPPS) du Sénégal avait souligné « la nécessité dès le début pour le programme de prendre en compte aussi bien le milieu urbain (où le problème semble classiquement plus visible) que le milieu rural où il ne faut pas minimiser les risques potentiels de propagation de l’infection (phénomènes migratoires temporaires, phénomènes de modélisation8) ». En effet, à la fin des années 1980, les facteurs de risque de transmission des virus VIH en milieu rural de l’Afrique tropicale étaient encore mal connus et la plupart des données existantes sur l’étendue de l’épidémie et les facteurs de risque de transmission restaient circonscrits au milieu urbain et aux principaux “groupes à risque” : prostituées et leurs clients, voyageurs internationaux, utilisateurs de drogues, transfusés, leurs partenaires et leurs enfants. Le milieu rural demeurait très peu étudié et d’autres comportements corrélés à un nombre important de partenaires étaient négligés, en particulier les migrations des jeunes adultes, qui ont souvent pour corollaire une grande liberté sexuelle, et la nuptialité très particulière en Afrique, marquée par la polygamie et de fréquentes ruptures d’unions suivies de remariage.

22Le protocole subventionné par l’Agence nationale (française) de recherche sur le sida (ANRS) devait aborder d’importantes questions : les facteurs de risque et la séroprévalence du VIH associés à la migration, à la nuptialité et aux comportements sexuels hors union des jeunes adultes, l’histoire de la présence du virus, l’importance de la transmission verticale et les corrélations de séropositivité entre ascendants et descendants, la probabilité de passage à la maladie. Le programme a comporté deux volets, l’un épidémiologique et l’autre anthropologique. Il a concerné les 30 villages de la zone de Niakhar, dans le but ultime de sensibiliser les autorités sanitaires et les responsables de la lutte contre le sida aux risques encourus par les villageois de l’Afrique de l’Ouest. L’enquête a pris en compte les données démographiques connues pour cette zone :

  1. une très forte propension à migrer chez les jeunes adultes (parmi les filles âgées de 13-16 ans, 37 % vont à Dakar en saison sèche ; parmi les hommes de 15-29 ans, 24 % vont à Dakar en saison sèche) ;
  2. une très forte polygamie (en moyenne 1,8 femme par homme marié) ;
  3. une très forte divortialité (en moyenne 41 % des mariages se terminant par un divorce).

23Une étude préliminaire avait mis en évidence une séroprévalence du VIH de 0,5 % (2/402) chez les enfants de trois mois, ce qui pouvait être considéré comme équivalent à la séroprévalence des mères, et un cas de sida avait été identifié récemment dans un des villages.

Les questions éthiques dans le volet épidémiologique

24Pour l’étude épidémiologique, une attention particulière a été apportée au respect des règles éthiques, qui restaient insuffisamment définies par le Comité national pluridisciplinaire de prévention du sida sénégalais, mais commençaient à être précisées, en particulier par l’OMS. Ainsi, la population et les participant(e)s ont été informés des buts et des méthodes de l’étude au cours de réunions de village organisées à cet effet et lors d’entretiens individuels. Les enquêteurs chargés de la surveillance démographique, qui étaient de fait les principaux interlocuteurs de la population, ont été formés afin de pouvoir transmettre une information précise aux populations. Pour le personnel de santé local on a procédé à des rappels des règles en vigueur et expliqué en détail les buts et méthodes de l’étude. Les séropositifs devaient être informés de leur état et des risques de transmission à leurs partenaires. Par ailleurs, les personnes affectées par une maladie sexuellement transmissible ont été prises en charge selon les règles en vigueur dans le pays, avec en particulier lorsque cela était possible, la convocation, l’information, l’examen, et le traitement des partenaires selon des protocoles standards si nécessaire. La confidentialité absolue des informations a été assurée par un système de codage chiffré de l’identité des personnes faisant partie de l’étude (cas et témoins), seuls les responsables de l’étude ayant accès à cette information. D’une manière générale les cas et les témoins ont été suivis de la même manière. L’accès aux soins immédiats et gratuits a été assuré pour tous les cas et les témoins participant à l’étude. Les évacuations sanitaires ont été prises en charge par l’équipe (Lemardeley et al. 1991).

Le volet anthropologique

25Ce volet, comportait la réalisation d’une enquête anthropologique auprès des jeunes adultes sereer, qui a concerné : les migrations, leur histoire et leurs implications socioculturelles ; les comportements matrimoniaux et les attitudes sexuelles des jeunes sereer ; l’histoire de la santé et des politiques sanitaires – les recours thérapeutiques, dans la zone de Niakhar ; la représentation de la maladie et les réseaux thérapeutiques, surtout en matière de MST, à partir de l’analyse des discours (en particulier des thérapeutes traditionnels) et des pratiques (des recours thérapeutiques). Ces thèmes ont été abordés dans l’enquête principale menée en 1990 et 1991, qui a comporté des aspects quantitatifs, mais aussi qualitatifs.

26Des problèmes spécifiques ont été posés par la réalisation de l’enquête anthropologique sur les jeunes adultes. En effet, la mise au point des questionnaires, la formation de l’équipe des enquêteurs et le suivi de l’enquête ont exigé des efforts suivis et une présence importante sur le terrain. Il s’agissait d’une des premières enquêtes en milieu rural où étaient abordées les questions relatives aux pratiques sexuelles et aux comportements privés en matière de nuptialité, de fécondité, de pratiques contraceptives. Malgré quelques difficultés il a été possible, grâce au savoir-faire des enquêtrices et enquêteurs, des superviseurs ou des conseillers, d’obtenir des résultats notables (Becker 1991).

27Le recours à l’éclairage historique, pour comprendre les migrations, leur histoire et leurs implications socioculturelles a été développé. Il a exigé la poursuite des recherches menées dans les archives, avec le concours d’étudiants préparant des mémoires de maîtrise (Alioune Touré, Mamadou Thioune, Hamady Bocoum, Moustapha Sène). Ont été ainsi identifiées, outre les publications connues, des sources complémentaires d’une importance capitale pour l’histoire de la santé dans l’espace sénégambien. Le dépouillement préliminaire des séries “Santé” du Sénégal qui venaient d’être classées aux Archives du Sénégal a montré leur intérêt majeur pour l’étude des crises sanitaires, car ils fournissent des renseignements d’une précision étonnante sur les épidémies et les stratégies de lutte mises en œuvre. Ce dépouillement a complété celui réalisé précédemment sur les anciennes séries “Santé” de l’AOF dont les informations sont assez souvent partielles. La consultation de l’ensemble des dossiers de toutes ces séries pour en examiner le contenu a permis de rassembler des informations détaillées, et de suggérer la réalisation d’études spécifiques sur les épidémies, comme celles de choléra, de peste et de fièvre jaune qui sont très documentées, et surtout sur la tuberculose et les maladies sexuellement transmises. Les épidémies, plus spectaculaires, sont évoquées avec beaucoup de détail, en particulier celles de la peste qui a constitué aux yeux des responsables de la politique sanitaire un problème majeur de santé publique de 1914 jusqu’en 1944-45. À propos de la peste et de l’épidémie de grippe espagnole de 1918, un dépouillement exhaustif des archives a été réalisé par Myron Echenberg, avec qui des enquêtes de terrain ont été réalisées à Niakhar pour déceler les traces éventuelles de ces épidémies dans la mémoire collective de la société sereer (Echenberg 1993 ; 2002).

La représentation de la maladie et les réseaux thérapeutiques

28A été réalisé un travail d’inventaire des nombreux thérapeutes traditionnels, en particulier de ceux qui sont spécialisés dans le traitement des MST, en recueillant divers renseignements (âge, spécialités, audience, méthodes de soin) auprès des personnalités villageoises (chefs de village et de quartiers), mais aussi en récoltant certaines informations lors des enquêtes “jeunes adultes”.

29Comme cela est signalé dans la contribution de René Collignon, la première série d’entretiens que celui-ci avait menée a été complétée par une nouvelle série d’entretiens, réalisés pour la plupart en commun et centrés principalement sur les représentations et la thérapie des maladies sexuellement transmises et de l’infécondité. Ces entretiens ont également été enregistrés, transcrits en sereer et traduits en français, pour disposer d’un nouveau recueil visant à préciser les catégories descriptives et interprétatives utilisées par les Sereer à propos des maladies sexuelles et de l’infécondité.

30Ces enquêtes ont permis de constater que les thérapeutes sont rarement spécialisés exclusivement dans un seul type de maladies ou pour les seules MST. Dans la plupart des cas, ils sont consultés pour un éventail plus large de maladies, variant selon les personnes prodiguant des soins. La réputation des “guérisseurs” est variable, certains sont connus dans leur seule famille, dans leur quartier ou village alors que d’autres ont une réputation au niveau d’un groupe de localités, voire de toute la région. Une typologie des thérapeutes, utilisant divers critères, peut ainsi être élaborée, en tenant compte des maladies soignées, des procédés de soin, de l’origine de la pratique thérapeutique. Cependant sa pertinence repose sur un ensemble de critères. Les thérapeutes interviennent dans un contexte social où la maladie est connue de tous, où les recours possibles sont limités et où les thérapeutes conservent un pouvoir légitime et accepté.

31L’enquête auprès des jeunes adultes a porté sur la connaissance des MST, les représentations “traditionnelles” de ces maladies, pour savoir si des correspondances peuvent être établies entre les maladies sexuelles “traditionnelles” évoquées par les Sereer et les MST décrites par les médecins. En fin de compte, on a constaté que les femmes se déclarent beaucoup plus souvent atteintes par une MST traditionnelle (socet, mboot et surtout kurfeteng), alors que les hommes l’avouent assez rarement. À l’examen clinique et sérologique, il est manifeste que pour ces femmes venues en grand nombre aux consultations, il s’agit très rarement de MST au sens biomédical et qu’en fait elles considèrent ces maladies comme responsables d’un problème de fécondité (stérilité, avortements). Par contre pour les hommes, la déclaration d’une telle maladie suivie par une consultation correspond très souvent à une MST décrite par les médecins.

32L’étude a montré que l’interprétation de ces maladies, comme celles d’autres maladies contagieuses, se fait dans des catégories sereer, où les agents et les causes sont souvent d’ordre “mystique” ou “supranaturel”. On a noté, en particulier, la grande variété des symptômes et des manifestations somatiques ou psychosomatiques décrits pour des maladies sexuelles “traditionnelles”. Leur transmission est souvent considérée comme héréditaire et elles sont mises en relation avec des problèmes de fécondité (stérilité, avortements, grossesses ou accouchements difficiles). Le premier recours est très souvent traditionnel, dans la mesure où l’interprétation de la maladie et de ses causes ignore souvent les causalités de la biomédecine. On a donc remarqué lors de notre enquête que les premiers soins sont prodigués par un guérisseur ou sur les conseils d’un spécialiste traditionnel. Le recours à d’autres formes de soins intervient dans la plupart des cas dans un second temps, après l’instauration et éventuellement l’échec avéré d’une thérapie traditionnelle.

33Enfin, la collecte et la mise en forme d’un corpus de proverbes sereer relatifs à la santé, aux maladies, au corps a été poursuivie en collaboration avec René Collignon et Wali Coly Faye. Avec le concours actif de plusieurs informateurs, principalement Guedj Faye, Tekheye Diouf et Bassirou Fall, ce corpus a été enrichi et des renseignements ont été ajouté sur le sens de ces proverbes. On sait que les proverbes sont un mode d’expression et d’éducation qui est privilégié dans les sociétés de tradition orale. Leur étude est instructive, car ils traduisent les représentations traditionnelles à propos de la santé et de la maladie, et ils reflètent des conceptions éthiques qui méritent d’être connues avant des interventions en matière de santé. Ils sont utilisés dans diverses circonstances, en particulier dans des moments importants de l’éducation et de la vie sociale (initiation, mariage par exemple). Le travail sur ces proverbes a donc eu pour objet de dégager ces représentations et ces conceptions, afin de suggérer leur utilisation éventuelle dans le cadre de l’éducation sanitaire et permettre ainsi une meilleure transmission des messages dans le domaine de la santé et de la prévention des maladies.

Les migrants en situation urbaine

34Les enquêtes en milieu rural sur les comportements sexuels, les régimes matrimoniaux, les représentations de la maladie et les recours thérapeutiques, la connaissance et l’utilisation des divers moyens de contraception, ont été complétées par les enquêtes en milieu urbain qui ont tenté de cerner les comportements des jeunes adultes en ville et leurs éventuelles modifications. Il semble que les comportements et les représentations changent assez peu durant les migrations et que les innovations sociales induites par les séjours urbains sont assez limitées dans le domaine des attitudes en matière de sexualité et de fécondité, le seul changement important étant sans doute un recul de l’âge au mariage des femmes.

35Il faut reconnaître que les objectifs initiaux du Programme sida – visant à allier une étude séro-épidémiologique et une étude anthropologique sur les facteurs de risque du sida – ont été revus dans une large mesure pour comprendre les raisons de la non-survenue de l’épidémie dans ce milieu rural sénégalais où semblaient exister des facteurs de risque liés à la migration urbaine et à des changements de comportements sexuels.

36Cependant, de grandes ouvertures ont amené à étendre les recherches dans d’autres directions, à entreprendre de nouvelles études et à participer à diverses initiatives au niveau du Sénégal et de l’Afrique, en particulier dans le domaine de la prévention, de la prise en charge des enfants et des jeunes affectés par le sida, de la constitution de réseaux (Réseau sénégalais de recherche sur le sida - RESER ; Society for Women against AIDS – SWAA-Sénégal ; Réseau sénégalais de documentation sur le sida - RESODOC), ainsi que de l’organisation de réunions et de la contribution à des publications. Signalons surtout les contributions à l’instauration de débats sur les questions éthiques, avec la création du Réseau « Éthique, droit, VIH » en Afrique, en 1994, à Dakar (PNUD 1994), ainsi que l’organisation par l’ORSTOM et le Codesria du premier grand colloque « Sciences sociales et sida en Afrique », à Saly, en novembre 1996, où les sciences sociales ont insisté sur l’impérieuse nécessité du transfert des nouvelles thérapies ARV dont l’efficacité avait été annoncée cette année-là mais dont l’accessibilité était réservée aux seuls pays du Nord (Becker et al. 1999.

Quelques réflexions finales

37Les études menées à Niakhar et autour de cet « observatoire » ont permis à des chercheurs de disciplines initiales différentes de nouer des collaborations fécondes. Elles ont permis de jeter des regards croisés et ont apporté les éclairages complémentaires d’historiens, de géographes, d’anthropologues, de psychiatres et de psychologues, de linguistes, sur une société complexe, celle des Sereer du Siin. Mais elles ont aussi suscité des élargissements des champs de recherche et ouvert des perspectives bien au-delà des thématiques de recherches initiales.

38Dans mon parcours propre de recherche, les divers programmes auxquels j’ai pris part dans la zone d’étude de « l’observatoire » de Niakhar, en particulier celui sur le sida, ont été à la source d’engagements intellectuels ultérieurs, allant bien au delà de Niakhar :

  • d’un point de vue géographique, le regard a porté plus loin sur le Siin, les sociétés sereer, l’ensemble des sociétés sénégalaises et les pays d’Afrique face aux défis sanitaires actuels ;
  • d’un point de vue thématique, car, au-delà des thématiques fondamentales de la démographie et de questions sanitaires initialement retenues, la recherche sur des dynamiques démographiques complexes s’est enrichie et a élargi ses champs en tirant grand profit de réinterrogations suscitées par des travaux relatifs à des questions non directement démographiques ;
  • du point de vue des disciplines scientifiques, où toutes celles qui ont été sollicitées ont été engagées, en partant à Niakhar de données exceptionnelles, à apporter des contributions nouvelles et à mettre en œuvre des méthodes spécifiques, pour tenter de parvenir à une connaissance en profondeur des sociétés plus qu’à celle des phénomènes démographiques, aussi importants et intéressants soient-ils.

39Dans les travaux que j’ai menés depuis 2001, les dialogues entamés avec les chercheurs des équipes de Niakhar ont assurément été fondamentaux pour reconnaître l’importance des approches historiques, anthropologiques, linguistiques, démographiques, pour la connaissance des sociétés. Ils ont tout particulièrement fortement contribué, à travers des cheminements qui ne peuvent être détaillés ici, à reprendre et à développer des réflexions très anciennes sur les questions éthiques, durant la réalisation du Programme sida, puis à participer, à partir de 2000, à la mise en place d’un enseignement du droit de la santé et de la bioéthique dans les universités africaines francophones, à la construction du Comité d’éthique sénégalais pour la recherche en santé, à la réflexion sur l’éthique et la bioéthique en Afrique, et à l’engagement pour l’affirmation du droit de la santé et du droit à la santé en Afrique.

Bibliographie

Bibliographie

Becker C., 1991, Étude anthropologique sur les migrations, la nuptialité et les comportements sexuels chez les Sereer du Sénégal, Rapport ANRS, Dakar, OR-STOM, 4 fascicules, 49 + 68 + 63 + 55 p. multigr.

Becker C., Diouf M., Mbodj M., 1987, « L’évolution démographique régionale du Sénégal et du Bassin Arachidier (Sine-Saloum) au vingtième siècle, 1904-1976 », in Dennis D. Cordell & Joel W. Gregory (eds), African Population and Capitalism. Historical Perspectives, Boulder & London, Westview Press, 76-94.

Becker C., Dozon J.-P., Obbo C., Touré M. (éds.), 1999. Vivre et penser le sida en Afrique / Experiencing and Understanding AIDS in Africa, Paris, Karthala-Codesria-IRD, 707 p.

Becker C., Ndiaye É., Delaunay V., 2014, Bibliographie des travaux réalisés en lien avec l’observatoire de Niakhar 1962-2014, Dakar, IRD, 42 p. [Version revue en 2018]. http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers16-04/010066571.pdf

Echenberg M., 1993, « L’histoire et l’oubli collectif : l’épidémie de grippe de 1918 au Sénégal », in Dennis Cordell, Danielle Gauvron, Raymond R. Gervais & Céline Le Bourdais (dir.), Population, reproduction, sociétés. Perspectives et enjeux de démographie sociale, Montréal, PUM, 429 p.

Echenberg M, 2002. Black Death, White Medicine. Bubonic Plague and the Politics of Public Health in Colonial Senegal, 1914-1945, Porthsmouth, Heinemannn, xviii-305 p.

Lemardeley P., Diallo A., Becker C., 1991, Maladies sexuellement transmissibles en zone rurale au Sénégal. Rapport d’une année de surveillance épidémiologique. Novembre 1989 - Novembre 1990, Niakhar, Dakar, Centre ORSTOM, 3 fascicules : 35 p., 41 p., 53 p. multigr.

Lericollais A. (éd.), 1999, Paysans sereer. Dynamiques agraires et mobilités au Sénégal, Paris, IRD, 668 p.

Lericollais A., Milleville P., Pontié G., 1998, « Terrains anciens, approches renouvelées : analyse du changement dans les systèmes de production séréres au Sénégal », in R. Clignet (éd.), Observatoires du développement, observatoires pour le développement, Paris, ORSTOM, 33-46.

Martin Victor, 1970, « Structure de la famille chez les Serer et les Wolof au Sénégal » Population 25, 4, 771-796.

PNUD, 1994, Réseau africain sur l’éthique, le droit et le VIH, Actes de la Consultation Inter-Pays Dakar, Sénégal, 27 juin - 1er juillet 1994, Dakar, PNUD, 232 p.

Notes

2 Becker C., Ndiaye É., Delaunay V., 2014, Bibliographie des travaux réalisés en lien avec l’observatoire de Niakhar 1962-2014, Dakar, IRD, 42 p. [Version revue en 2018]. http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers16-04/010066571.pdf

3 Certains résultats d’enquêtes (par exemple le recueil des traditions orales villageoises, les cartes ethno-démographiques des villages et quartiers du Sénégal Centre-ouest) ont été présentés sous une forme révisée lors du Colloque, dans un document qui avait été versé sur le site web créé à l’occasion : Charles Becker, Traditions villageoises du Siin, recueillies par Charles Becker, Victor Martin et Aloyse Ndène. Arrondissement de Diakhao, Arrondissement de Fimela, Arrondissement de Niakhar, Arrondissement de Tatagin, Dakar, CNRS, 2014, 319 p.

4 Ces documents ont été déposés aux archives de l’IRD à Dakar et à Bondy.

5 Version électronique disponible auprès de C. Becker.

6 La préparation du code de la santé publique a permis la remise d’un projet de loi portant code de la santé publique au ministère de la Santé et de l’Action sociale en septembre 2016, mais l’adoption de ce code n’est pas encore intervenue.

7 Les fichiers semblent avoir été perdus lors du déménagement des locaux de l’ORSTOM à Bel Air en 2000.

8 Renvoie aux modélisations épidémiologiques élaborées à cette période.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search