Version classiqueVersion mobile

Niakhar, mémoires et perspectives

 | 
Valérie Delaunay
, 
Alice Desclaux
, 
Cheikh Sokhna

Partie 1. Du Niakhar des origines à la création d'un dispositif de recherche

Annexe 2.2. Les autres études des années 1981-1991

Michel Garenne

Texte intégral

Épidémiologie

1En marge des essais vaccinaux et de la surveillance en routine de la rougeole et de la coqueluche, plusieurs études furent conduites sur diverses maladies infectieuses et sur plusieurs maladies non infectieuses.

2Une épidémie de choléra éclata en janvier 1985 et fut suivie de près par l’équipe. Elle apparut par surprise, les premiers cas survenant entre Noël et le jour de l’An, période où l’équipe était en congé à Dakar ; on ne l’apprit que dans les premiers jours de janvier. La situation était nouvelle et particulièrement difficile car tous les dispensaires publics étaient fermés, les infirmiers ayant été envoyés en formation sur les maladies diarrhéiques pour une période de trois semaines. L’équipe organisa les premiers secours du mieux qu’elle put, en attendant que les services de santé s’organisent. Parallèlement, on prépara un relevé de tous les cas cliniques (environ 1 000 au total), avec recherche de la contamination probable. Tous les décès furent enregistrés à l’enquête démographique (environ 100 cas), soit une mortalité élevée du fait de la grande rapidité de la diffusion de l’épidémie et de la lenteur à mettre en place les soins. De plus, le ministère de la Santé organisa tardivement une campagne de vaccination, qui fut aussi enregistrée par l’équipe. Une autre épidémie éclata en 1987 et fit aussi l’objet d’une étude épidémiologique, mais avec une mortalité nettement plus faible. Les dysfonctionnements de 1985, dus à des causes externes, eurent une conséquence négative pour l’équipe : celle de compliquer les relations avec le ministère de la Santé, qui souhaitait ne pas diffuser l’information sur les ravages du choléra pour diverses raisons, en particulier pour ne pas effrayer les touristes et compromettre la saison touristique qui commençait. Il fut même question d’interdire de séjour un membre de l’équipe (Olivier Fontaine) qui s’était impliqué personnellement et avait contacté l’OMS à ce sujet, mais le différend fut réglé à l’amiable grâce à l’intervention de la direction de l’ORSTOM qui, à l’époque encore, soutenait complètement l’équipe.

3Une épidémie de poliomyélite éclata en 1986, qui fit aussi l’objet d’une investigation épidémiologique à Niakhar, avec un relevé complet des cas. Cette épidémie fut aussi étudiée dans le reste du pays par une équipe de la TFCS (Hector Traverso, Jean-Paul Moulia-Pelat), avec en particulier pour but de mesurer l’efficacité comparée du vaccin polio oral (à virus vivant atténué) utilisé dans le PEV national et le vaccin inactivé, qui était utilisé à Niakhar. L’équipe en tira d’ailleurs une comparaison des coûts-efficacité des deux vaccins (Moulia-Pelat et al. 1988a, 1988b). Cette étude eut une autre conséquence pour Niakhar : la recherche des cas de polio avait permis de relever tous les handicaps physiques de la zone. L’équipe de Niakhar contacta alors une équipe spécialisée dans l’appareillage des handicapés physiques basée à Dakar, et l’on organisa chaque année une journée de prise en charge avec mise au point d’appareils orthopédiques pour les handicapés de tous âges.

  • 1 Voir chapitre 7.

4Le tétanos néonatal était une des principales causes de décès néonatal relevées dans les autopsies verbales des premières années. Une étude épidémiologique fut donc conduite par Odile Leroy en 1986 avec la recherche des facteurs de risque sur les cas passés. Le principal résultat fut de montrer le rôle du manque d’hygiène des mains des matrones traditionnelles, qui apparaissait dans l’analyse statistique comme le premier facteur de risque (Leroy & Garenne 1989, 1990, 1992). Parallèlement, on réalisa une étude d’efficacité de la vaccination systématique des femmes enceintes, mise en place dès 1986. Ainsi, à partir de 1987, la mortalité par tétanos fut considérablement réduite1.

5Le paludisme était une des principales causes de décès de l’enfant, essentiellement au cours de l’hivernage (juillet à octobre). Un collègue de l’ORSTOM, Pierre Gazin, fut invité à venir à Niakhar en 1985 pour analyser et typer les souches de Plasmodium falciparum. Une autre étude, très brève, de comptage des moustiques vecteurs fut conduite par Jozef Vercruysse, un entomologiste belge en poste à Dakar.

6Dans le cadre des facteurs de risque de la mortalité maternelle, une petite étude sur la prévalence de l’hypertension artérielle fut conduite chez les adultes en 1987-88. Odile Leroy avait aussi organisé dès 1986 un suivi clinique des femmes enceintes repérées à l’enquête démographique.

7Dans le cadre des études entreprises avec René Collignon, un relevé complet des cas d’épilepsie et de géophagie chez l’enfant fut effectué en 1985-1986.

8Enfin, l’équipe développa en 1989 un programme de recherche sur les facteurs de risque du sida, programme dirigé par Charles Becker. En fait, le sida n’était pas un problème majeur à Niakhar, car un seul décès par sida fut relevé au cours de toute la période 1983-1989 ; il s’agissait d’un émigré de retour d’Abidjan où l’épidémie faisait rage à l’époque. Le programme visait à analyser les comportements sexuels dans la zone de Niakhar. Ce programme eut pour principale conséquence l’implication de Charles Becker dans la recherche sur les aspects socio-anthropologiques du sida, qui culmina avec le Colloque sur « Sciences Sociales et sida » organisé à Saly-Portudal en 1996, en collaboration avec le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) (Becker et al. 1996 ; Garenne et al. 1990).

Démographie et sociologie

9En marge du système de surveillance démographique, qui fournit une masse considérable de données et permet de nombreuses analyses croisées, quelques études ponctuelles ont aussi été conduites.

10Parmi ces études, on peut noter une étude sur polygamie et fécondité (avec Étienne van de Walle) et une autre sur la structure des ménages, publiée à l’occasion d’une conférence virtuelle sur le sujet organisée par Étienne van de Walle (Garenne & van de Walle 1989 ; Garenne 2006).

11Une étude sur la mortalité maternelle fut conduite en 1983-84, à l’initiative d’un organisme américain (Family Health International) basé à l’université de Caroline du Nord, qui coordonnait une série d’études sur le sujet en Afrique de l’Ouest. Cette étude causa quelques difficultés administratives à l’équipe, car elle fut présentée au siège de l’ORSTOM à Paris comme une collaboration non souhaitable avec des Américains (sic !), d’autant plus que le petit financement qui y était associé arrivait directement à l’équipe, sans passer par l’administration centrale. Mais le problème fut rapidement résolu à Paris, grâce aux soutiens de Pierre Cantrelle et Francis Gendreau. Cette étude eut plusieurs conséquences positives indirectes. D’abord de mettre l’équipe en relation avec le groupe du professeur Paul Corréa et du docteur. Khady Mbaye de l’Hôpital Aristide Le Dantec. En ont résulté des publications communes sur le sujet de la mortalité maternelle ainsi que sur l’infécondité au Sénégal (Corréa et al. 1987a ; Corréa et al. 1987b). Cette étude fut complétée par une autre sur le devenir des orphelins, conduite par Anne Rosenlew-Crémieux. (Garenne & Rosenlew-Crémieux 1988)

12La zone de Niakhar est une zone de densité de population très forte (> 120 habitants par km2) et d’émigration nette. Les émigrés se rendent soit en zone urbaine (Dakar et Mbour notamment), soit dans des zones rurales faiblement peuplées, surtout dans le Saloum et le Sénégal Oriental. Un projet, financé par la Banque mondiale dans les années 1970, avait poussé les habitants de la zone de Niakhar à migrer vers celle de Koumpentoum, dite zone des Terres Neuves. Cette migration fut étudiée à l’aide d’une enquête complémentaire réalisée par Jérôme Lombard et moi-même, dans le cadre du programme conduit par André Lericollais (voir ci-dessous) (Dubois et al. 1999 ; Garenne & Lombard 1988).

Géographie de la santé

13Une équipe de géographes avait travaillé à Niakhar dans les années 1960, en particulier André Lericollais qui avait gardé des liens personnels avec Pierre Cantrelle et Charles Becker. Il revint en affectation à Dakar en 1986. Cette équipe envoya à Niakhar deux jeunes stagiaires, qui effectuèrent deux études importantes. Pascal Handschumacher réalisa en 1985 une étude sur la gestion de l’eau dans la zone de Niakhar (Handschumacher 1985). Jérôme Lombard mena une étude sur la gestion des ressources alimentaires lors de la disette des années 1983-1984 (Lombard 1985). Tous deux continuèrent dans la recherche et obtinrent par la suite des postes de chercheur à l’ORSTOM.

Systèmes agraires, développement rural et changement social

14Suite à son affectation à Dakar en 1986, André Lericollais réunit une équipe pluridisciplinaire sur les changements des systèmes agraires depuis les années 1960 et leurs conséquences sociales. Cette équipe regroupait plusieurs chercheurs de l’ORSTOM (André Lericollais, Jean-Paul Dubois, Pierre Milleville, Guy Pontié), Charles Becker et plusieurs chercheurs de l’INRA, de l’ISRA, de l’IFAN et de l’Université du Dakar, ainsi que quelques étudiants et stagiaires. Il fut à l’origine d’un colloque mémorable tenu à la station de Niakhar en 1988 (voir ci-dessous). Dans le cadre de ce programme, une étude sur l’organisation sociale, l’économie domestique et les migrations des jeunes femmes à Dakar fut conduite par Brigitte Guigou, jeune stagiaire sociologue dans l’équipe (Guigou 1992 ; Guigou & Lericollais 1991 ; Guigou Lericollais & Pontié 1995 ; Guigou 1998).

Socio-anthropologie et psychologie

15Plusieurs études socio-anthropologiques furent conduites au cours de la période 1981-1991. Claudine Vidal effectua une étude sur les temps de travaux des femmes, sur un petit échantillon en 1983-1984, et une autre sur les circonstances des décès maternels. Francine van de Walle fit un court séjour en 1983 pour mener une étude sur la perception des maladies à Niakhar (Garenne & van de Walle 1985). René Collignon réalisa une série d’études au cours de plusieurs séjours de 1983 à 1988, en particulier sur les tradipraticiens de la région, sur des cas de maladies mentales et d’homicides, et sur diverses autres maladies, en collaboration avec Tekheye Diouf, un ancien infirmier qui tenait un centre de soins pour malades mentaux à Niakhar et avec Guedj Faye, assistant de recherche qui contribua à de multiples recherches et en particulier à la mise au point des documents en langue sereer et à la préparation d’un corpus de proverbes sur le corps et la santé (Becker & Mbodj 1999 ; Becker & Collignon 1991 ; Becker et al. 1993 ; Becker, Collignon & Faye 1990 ; Diouf 1993).

Notes

1 Voir chapitre 7.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search