Version classiqueVersion mobile

Niakhar, mémoires et perspectives

 | 
Valérie Delaunay
, 
Alice Desclaux
, 
Cheikh Sokhna

Partie 1. Du Niakhar des origines à la création d'un dispositif de recherche

Chapitre 1. Le Projet Niakhar (1960-1980)

La mise en place d’une recherche innovante en population et santé

Pierre Cantrelle

Texte intégral

1En 1962, à Dakar, dans le petit bureau gris en sous-sol du building administratif où était le service de la statistique, j’avais le sentiment profond que nous allions apporter des connaissances nouvelles dans le domaine de la population. Mais je n’imaginais pas une telle profusion de réalisations pendant un demi-siècle sur le champ ainsi ouvert.

  • 2 Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer.
  • 3 Institut de Recherche pour le Développement.

2Le projet s’est développé à partir d’une demande du premier Plan d’action pour la population du Sénégal indépendant, mis en œuvre par le directeur du service de la statistique du Sénégal, Louis Verrière, auquel a succédé Serigne Lamine Diop. Deux ans plus tard, à partir de 1964, en relation étroite avec les institutions sénégalaises, c’est l’ORSTOM2, devenu IRD3 en 1998, qui prend en charge le fonctionnement du projet Niakhar, ainsi que les orientations de recherche, et ce jusqu’à maintenant, soit depuis plus de 50 ans.

Des progrès méthodologiques empiriques

3Au cours des premières années du projet, les principales innovations ont porté d’une part sur la méthode d’observation et d’autre part sur certains aspects de la bio-démographie. Les nouveaux procédés d’observation ont concerné aussi bien l’enregistrement continu par le système d’état civil que le recueil de données lors d’enquêtes périodiques. Dans le domaine de la biodémographie, de nouvelles connaissances ont été produites dans trois champs : la structure et les facteurs de la mortalité de l’enfance, la fécondité naturelle et l’épidémiologie de la rougeole.

  • 4 Cette source a fait l’objet en 1990 d’une thèse de démographie d’Ibrahima Lamine Diop, directeur d (...)

4Les premières études du projet, simultanément avec l’observation démographique, ont eu pour objectif d’améliorer le système d’état civil. Le Sénégal avait des atouts dans ce domaine avec une longue tradition depuis le XVIIIe siècle à Gorée et à Saint-Louis4 ; puis, en septembre 1916, le député Blaise Diagne a fait adopter une loi qui décrète que les citoyens des quatre communes – Dakar, Gorée, Rufisque et Saint-Louis – doivent déclarer dans les centres d’état civil les naissances et les décès. Après l’indépendance, la nouvelle loi du 23 juin 1961 a étendu cette prescription à tous les citoyens du Sénégal. Toutefois, cette obligation pourrait-elle se faire respecter sur l’ensemble du territoire ? C’est ainsi que les obstacles au bon fonctionnement du système ont été relevés de façon pragmatique (Cantrelle 1966). Toutes les étapes du système, depuis la déclaration de l’événement et son enregistrement jusqu’aux statistiques d’état civil, ont été mises à plat.

  • 5 Le volume des registres d’état civil prévu initialement étant de 200 feuillets permettant l’enregi (...)

5Des améliorations pratiques ont été réalisées, comme par exemple l’adaptation du volume des registres des centres d’état civil aux nombres d’actes maximum attendus5. La facilitation du système en milieu rural, notamment avec les déclarations sur un « cahier de village », a été mise en place dans le cadre du projet par Alpha Mamadou Diagne, enquêteur du service de la statistique. Après avoir sensibilisé les représentants communautaires, chaque chef de village était chargé de noter, ou de faire noter, sur un cahier les naissances et décès survenus dans son village, et d’aller en faire la déclaration au bureau d’état civil au moins une fois par mois. Cela a permis au passage de 1966 de pratiquer la méthode de la double collecte et d’évaluer ainsi chacune des sources. Le taux d’enregistrement des naissances sur le cahier de village a été calculé : 57,7 % à Niakhar et 28,1 % à Paos-Koto. L’enregistrement par l’enquêteur était plus performant : 91,8 % à Niakhar et 86,7 % à Paos-Koto. Enfin au niveau national, un livret de vulgarisation sur l’intérêt et les procédures d’enregistrement de l’état civil a été diffusé.

6Certaines enquêtes ont également permis l’évaluation de l’enregistrement des naissances. Dans l’enquête EDS Sénégal 2010-2011, il a été demandé à la famille si l’enfant de moins de 5 ans avait un acte de naissance (République du Sénégal 2011). Sur l’ensemble national, 60 % détiennent un acte de naissance, 50 % rural et 78 % urbain. Dans la région de Fatick, la proportion atteint 68 %. Il serait intéressant de savoir quels sont les taux d’enregistrement des naissances et des décès dans les centres d’état civil de la zone de Niakhar.

L’approche longitudinale

7En ce qui concerne la méthode d’observation, une nouvelle approche a été mise au point : le suivi des personnes. Elle a remplacé des enquêtes à passage unique, utilisant une technique d’observation rétrospective, qui prévalait alors depuis l’enquête démographique de Guinée de 1955 et avait été utilisée au Sénégal dans l’enquête Misoes sur la Vallée du fleuve Sénégal de 1957 (Boutillier et al. 1962) et l’enquête nationale de 1961 (Verrière 1965). Des questions comme celles posées aux femmes (sur le nombre d’enfants nés vivants et survivants au cours des 12 derniers mois) ou aux chefs de famille (sur les décès dans les 12 derniers mois), plus ou moins bien acceptées par les familles, étaient génératrices de biais. C’est pour traiter ces questions qu’avait été développée l’analyse indirecte des « données imparfaites ». Dans une étude à passages répétés, le recours à la mémoire est radicalement différent de ce qu’il est dans une étude rétrospective à passage unique. Par exemple, on ne demande pas s’il y a eu un décès dans la famille au cours des douze derniers mois, mais ce qu’est devenue une personne qui était là lors du passage précédent. Dans cette approche, une attention particulière est portée à la résidence, car elle conditionne la possibilité de suivre les personnes.

8Lorsque la méthode de collecte permet de suivre les grossesses, le risque d’omission de naissances et décès survenus entre deux recensements successifs est réduit. En effet, ce risque, notable dans le cadre de l’approche rétrospective, a été estimé grâce à des enquêtes sur le devenir des grossesses (Cantrelle 1966 : 40-42). Ainsi, en 1965, à partir des grossesses enregistrées dans la zone de Niakhar, 287 naissances vivantes ont été relevées, aboutissant à une mortalité infantile de 238 pour mille. Lors d’une enquête rétrospective dans la même zone la même année, la mortalité infantile avait été évaluée à 165 pour mille sur un total de 1 797 naissances. Cette différence de 37 % m’avait alerté. La mortalité des nouveaux-nés étant d’autant plus importante qu’elle est temporellement proche de la naissance, ces omissions concernent surtout les premiers jours de la vie. Cette observation est à mettre en rapport avec l’usage local de ne nommer l’enfant qu’à huit jours ; les familles avaient ainsi tendance à omettre les enfants qu’elles considéraient n’ayant pas eu d’existence, dans le contexte des années soixante où près d’un enfant sur deux disparaissait avant cinq ans. Ces premières constatations ont donc conduit à encadrer davantage les questions posées par les enquêteurs, à leur porter plus d’attention, notamment au regard de la notion de mort-né. Cette amélioration de la qualité de l’observation a été maintenue dans la suite du projet.

9Le système de fichier a été adapté au suivi des personnes. Un support plus solide que le simple papier a été choisi afin de résister aux passages successifs. Le format aussi a évolué : au début, une fiche collective familiale a été adoptée. Elle était à peu près identique à celle des enquêtes rétrospectives, utilisée dans les enquêtes démographiques de différents pays, notamment au Sénégal. Au début, des couleurs correspondant à chaque année permettaient de repérer d’un coup d’œil les apports successifs de données. Puis quelques colonnes ont été ajoutées pour permettre d’enregistrer les changements relevés aux différents passages. Puis une fiche individuelle a été expérimentée, d’abord pour les enfants. Elle a été ensuite utilisée pour tous les âges.

10L’ensemble de la méthode a fait l’objet d’une publication en 1974, dans la série sur les « Laboratoires de Population », publiée par l’Université de Caroline du Nord (Cantrelle 1974). L’observation suivie par enquête à passages périodiques a pris, par la suite, le nom de « système de surveillance démographique » (Demographic Surveillance System). C’est un peu plus tard, à Princeton, que la méthode de l’« histoire des maternités » a été mise au point pour les enquêtes à un passage et généralisée dans les Enquêtes démographiques et de santé (EDS).

Un nouveau regard sur la mortalité

11La mesure directe de la mortalité à Niakhar a projeté un éclairage nouveau sur sa structure dans l’enfance. Une augmentation de la mortalité se précisait entre 6 et 36 mois, mettant en cause les tables classiques de mortalité, qui était occultée par les précédentes observations (Cantrelle & Leridon 1971) (Figure 1).

12À cette époque, ce profil qui paraissait normal aux pédiatres du Sénégal était contesté par les statisticiens et démographes dans leur ensemble, car ils ne disposaient que des données de pays européens. Il a aussi été contesté par William Brass (communication personnelle), qui considérait que Niakhar était un cas tout à fait particulier. J’ai pourtant par la suite retrouvé ce profil dans d’autres pays tropicaux, lorsqu’il existait des données contemporaines précises, notamment en Inde et au Guatemala (Earley 1970 ; Gordon, Singh & Wyon 1965 ; Wyon & Gordon 1962).

13Une autre méthode pour mettre en évidence cette surmortalité était d’utiliser l’échelle de Bourgeois-Pichat. À l’origine, celui-ci l’avait proposée pour calculer pendant la première année une mortalité endogène : en ordonnée, le nombre de décès est cumulé par mois et, en abscisse, l’âge est porté sur échelle log3. J’ai prolongé l’échelle jusqu’à 5 ans. Le graphique avec les données de Niakhar 1963-65 a fait apparaître une cassure au 5ème mois et la courbe ne changeait pas de direction jusqu’à l’âge de 36 mois (Cantrelle & Leridon 1971). Ce constat était cohérent avec la courbe de la mortalité. La période critique de l’enfance, bien connue en pédiatrie sociale, était ainsi objectivée (Figure 1).

14La tendance de la mortalité infanto-juvénile dans la zone de Niakhar a été publiée par la suite (Chippaux & Arduin 2005 ; Delaunay et al. 2001) ; elle montre une baisse régulière depuis 1965. Cette baisse est-elle comparable à l’évolution de la mortalité en milieu rural sur l’ensemble du Sénégal ? L’évolution de 1950 à 1998 au Sénégal a été reconstruite par Michel Garenne à partir des données EDS (Garenne & Gakusi 2005). À Niakhar, en 1965, la mortalité était beaucoup plus élevée que celle mesurée par l’EDS pour l’ensemble du Sénégal ; elle a diminué plus rapidement à Niakhar pour atteindre le même niveau que celui mesuré par l’EDS vers 1995, traduisant ainsi une amélioration sensible de l’état de santé dans la zone.

15Pour faire face à cette mortalité infantile élevée prévalant dans de nombreux pays, des interventions ont été mises en place dans le cadre de la stratégie des soins de santé primaires faisant suite à la déclaration d’Alma Ata sur « la santé pour tous en l’an 2000 » en 1978. Puis en 1982 au Sénégal, le PEV (Programme élargi de vaccination) et « l’initiative de Bamako » organisant la participation de la population se sont mis en place, dans le cadre du programme plus opérationnel GOBI (Growth Monitoring, Oral Rehydration Therapy, Breastfeeding, Immunization).

16La mortalité est le principal indicateur pour traduire les niveaux et l’évolution de la santé d’une population et pour guider l’allocation des ressources dans une politique de santé, en particulier dans les pays en développement. À cette époque, l’indicateur était seulement la mortalité de la première année d’âge. Prenant appui sur le constat fait à Niakhar, nous avons insisté, à maintes reprises, sur la nécessité de considérer l’ensemble des moins de cinq ans, 5q0 pour les démographes. C’est seulement en 1987 que l’indicateur « mortalité infantile » a été remplacé par la mortalité infanto-juvénile qui concerne l’ensemble des cinq premières années.

17La comparaison de la mortalité des enfants du Sénégal avec celle du XVIIIe siècle en Europe avait été possible grâce aux données précises issues de la démographie historique, initiée par Louis Henry. Qu’il s’agisse de la mortalité juvénile, quotient de mortalité de 1-4 ans, 4q 1, ou de la probabilité de survie à 5 ans, 5q 0, la comparaison avait montré qu’elle était plus élevée au Sénégal, à deux siècles d’intervalle. Toutefois, une exception était observée dans les Dombes, région marécageuse au nord de Lyon, où la mortalité était supérieure à celle du Sénégal ; la population locale avait alors conscience de cette situation calamiteuse (Cantrelle 1979 ; Satgé & Cantrelle 1968). Au Sénégal, la mortalité n’était perçue avec une telle acuité ni par la population, ni par l’institution médicale.

18Cependant, les paysans du Sine étaient conscients que leurs cousins émigrés dans les « terres neuves » du Saloum se portaient mieux. Pour autant – en citant l’un d’entre eux – sans se penser trop nombreux, il estimait « qu’ils n’ont pas assez de terres ». La production de mil et d’arachide était plus élevée dans le Saloum que dans le Sine (pour diverses raisons, telles que l’étendue des terres disponibles et la richesse du sol). L’impact de ces facteurs sur la mortalité, significativement plus élevée dans le Sine, a été mis en évidence.

Une nouvelle approche de la fécondité

19Au cours des années 1960, l’attention de démographes s’est aussi portée sur la fécondité naturelle, notamment à la suite de travaux en démographie historique.

20Louis Henry m’avait incité à explorer une des variables : l’âge au sevrage. Dans une consultation de pédiatrie à Dakar, j’avais tenté la question auprès des femmes, mais je faisais fausse route, n’obtenant que des réponses stéréotypées. Dans la Vallée du Sénégal, en 1958, en demandant simplement si l’enfant d’un âge donné était allaité ou non, j’avais obtenu pour l’ensemble de l’échantillon un âge médian de la durée d’allaitement. L’observation a été renouvelée dans l’enquête du Sine-Saloum. La mesure objective de la durée moyenne de l’allaitement s’est traduite par un pic autour de 24 mois, correspondant étroitement avec la coutume. En croisant l’âge au sevrage avec l’intervalle de naissance, je cherchais à analyser la relation avec la mortalité de l’enfant. En fait, ce qui est apparu, c’est que l’intervalle entre les naissances augmentait de 9 mois en moyenne quand le sevrage passait de 12 à 30 mois.

21Par la suite, les variables « aménorrhée liée à l’allaitement » et « abstinence post-partum » ont été ajoutées. Cela a conduit à la création, pour l’Enquête mondiale sur la fécondité, d’un module sur les « Facteurs autres que la contraception conditionnant la fécondité » (World Fertility Survey 1977), et qui a continué ensuite dans la série des Enquêtes démographiques et de santé (EDS).

22Les EDS ont produit un corpus imposant de données objectives sur la durée de l’allaitement dans un ensemble de pays. Pourtant, pendant longtemps, elles ont été ignorées par des nutritionnistes qui ont continué à affirmer la baisse dramatique de la durée d’allaitement, alors que celle-ci se maintenait à des niveaux élevés. Dans la zone de Niakhar, d’après les données mentionnées par J.-P. Chippaux et P. Arduin, elle est restée stable depuis 1963, autour de 23 mois (Chippaux & Arduin 2005).

23Un autre aspect biométrique de la fécondité est la durée de vie fertile, en commençant par le premier terme, la puberté, traduite par le ménarche. Nous avions recueilli des dates de naissance précises à un mois près à partir de la génération 1963. En janvier 1977, les adolescentes nées en janvier 1963 avaient 14 ans, âge maximal atteint par les cohortes. À partir de ce moment, les enquêteurs ont posé la question, la plupart du temps aux mères, concernant la date de la puberté des jeunes filles. Disposer de ce genre de données était alors exceptionnel dans les études démographiques. J’avais eu l’occasion de recueillir l’âge du ménarche en 1956 dans des écoles de Dakar. L’âge moyen, autour de 15 ans, s’est révélé moins élevé chez les jeunes filles urbaines que chez les jeunes filles rurales. La génération 1963 a maintenant 50 ans. Un autre sujet intéressant serait de s’intéresser au deuxième terme de la vie fertile, c’est-à-dire l’âge moyen de la ménopause.

Les études sur la rougeole

24Un autre champ d’innovation a concerné la rougeole. L’ampleur de la mortalité en avait été mesurée en 1958 dans la Vallée du Sénégal, puis en 1960 au Burkina Faso, grâce à des enquêtes démographiques par sondage. Un vaccin avait été mis au point quelques années auparavant aux USA, le vaccin Edmonston B, et utilisé au Burkina dès 1961. Lors de la campagne de masse qui a suivi en novembre 1962, quelques décès ont été liés au vaccin ; il n’y a pas eu de contrôle, mais un déni de la part des organisateurs. En décembre 1963, avec le même vaccin, une campagne de vaccination au Sénégal a porté sur l’arrondissement de Tattaguine, voisin de Niakhar. Un suivi démographique a été réalisé auprès des enfants vaccinés pendant 2 ans. La situation de l’enfant était notée (résident, émigré ou décédé), ainsi que la date en cas d’émigration ou de décès. Ce fut le seul suivi réalisé dans le monde avec le vaccin Edmonston B. L’analyse en a été différée sine die suite à l’arrivée d’un nouveau vaccin (Schwartz) disponible dès 1965 qui a concentré tout l’intérêt des scientifiques. Néanmoins, le fichier a été conservé et reste disponible. L’intérêt demeure d’en faire l’analyse.

25Au Sénégal, l’estimation de la prévalence de la rougeole a été précédée par une exploration des antécédents au travers de la question posée aux mères : « Votre enfant a-t-il déjà eu la rougeole ? », suivie de la recherche des anticorps de la rougeole dans le sang de l’enfant. C’était une chance de pouvoir apprécier la qualité de la réponse des mères par un marqueur biologique. Cette étude a validé également les enquêtes sur l’incidence et la létalité.

26Simultanément à l’opération de Tattaguine, un test du vaccin Edmonston B a été réalisé à Niakhar, en décembre 1963, sous la conduite du Professeur Michel Rey, chef du service des maladies infectieuses de Dakar. Un fichier nominatif d’enfants du village de Niakhar a servi de base au choix des enfants. Devant l’importance des réactions cliniques, un autre vaccin – le vaccin atténué Schwarz – a été testé par la même équipe au début de 1965, dans la zone voisine de Khombole.

27Puis, en 1966, les enfants des deux zones de Niakhar et Paos-Koto ont bénéficié de cette vaccination. L’extinction d’une épidémie a été spectaculaire, en même temps que l’adhésion des mères. Nous étions soulagés de pouvoir enfin passer de l’observation à l’action.

28Quel a été l’impact de la suppression du facteur rougeole sur la mortalité ? L’étude comparative entre un échantillon d’enfants vaccinés et un échantillon d’enfants témoins vivant dans les mêmes circonstances, entre 1965 et 1968, a montré que la vaccination épargnait plus de vies que le nombre de décès qui était attribué à la rougeole (Garenne & Cantrelle 1986).

Conclusion : les débuts de la pérennisation

29Cette description rapide des principales innovations au cours des années 1960 à 1980 montre qu’elles ont parfois été constituées d’améliorations méthodologiques empiriques répondant à des préoccupations de terrain, et qu’elles ont parfois fait l’objet de stratégies répondant à des préoccupations scientifiques. Chaque innovation apportait de nouvelles connaissances qui ont eu assez rapidement des traductions en termes de politiques de santé publique.

30Quant à la longévité de l’observation, par une sorte d’énergie cinétique, la durée acquise pendant les premières années est devenue un argument pour le maintien du dispositif d’enquête. En fait, la permanence a été assurée par les enquêteurs. Plusieurs fois, nous avons été tentés de l’arrêter, à cause du manque de moyens financiers pour les enquêteurs et le transport. En 1966, comme la direction de l’Orstom, ainsi que celle du centre, ne souhaitaient plus la prolonger, nous avons trouvé des relais financiers. Et puis, de nouveaux arrivants y ont été affectés avec quelques moyens. Huit chercheurs se sont relayés entre 1969 et 1980 : d’abord Bernard Lacombe ; Jacques Vaugelade, en 1970, a tenté un essai d’exploitation informatique avec Francis Gendreau ; Christine Guitton et Benoît Ferry ont pris le relai en 1972 ; puis Dominique Waltisperger en 1973. Après une interruption de 1974 à 1977, le dispositif a été repris par Gilles Pison. Enfin André Lericollais, géographe, a bien voulu se charger de la gestion de l’observation, avant que Michel Garenne prenne la conduite de l’opération en 1980.

31Au départ, l’objectif dominant a été épidémiologique. Mais une autre personne aurait pu aussi bien répondre à la proposition de poste en 1961 : sociologue, économiste, géographe… Certes les thèmes auraient été différents, mais le système de surveillance démographique serait probablement resté identique, à quelques détails près. On peut cependant se demander s’il aurait eu la même longévité.

32En fait, vingt ans après la mise en place du projet Niakhar, Michel Garenne, jeune recrue, en a saisi tout l’intérêt ; il a amélioré le modèle initial de façon considérable, développant aussi bien l’observation que l’exploitation informatique et l’analyse démo-épidémiologique, ainsi que l’ouverture à diverses disciplines. L’observatoire de Niakhar est alors entré dans sa période moderne.

33Les observations permises par le dispositif d’enquête ont aussi révélé des potentialités de recherche, indépendantes des chercheurs, qui n’ont pas toutes été exploitées. Il en est ainsi d’une particularité du pays serer : la connaissance par chacun de son lignage maternel (tim). La fréquence de chaque lignage a été relevée dans la zone de Niakhar (Cantrelle 1965). Cette donnée présentée à des généticiens n’a pas (encore) trouvé d’écho.

34Telles sont, brièvement évoquées, les innovations apportées dès le début du projet tant sur les méthodes d’observation qu’en bio-démographie, et qui feront du projet de Niakhar une référence dans ces domaines.

Figure 1. Probabilité de décès entre 0 et 5 ans à Niakhar (Sénégal) et dans la France du XVIIIe siècle

Figure 1. Probabilité de décès entre 0 et 5 ans à Niakhar (Sénégal) et dans la France du XVIIIe siècle

Source : Cantrelle & Leridon, 1971

Figure 2. Mortalité entre 0 et 5 ans à Niakhar (Sénégal). Décès cumulés (pour 1 000 naissances vivantes)

Figure 2. Mortalité entre 0 et 5 ans à Niakhar (Sénégal). Décès cumulés (pour 1 000 naissances vivantes)

Source : Cantrelle & Leridon, 1971

Bibliographie

Bibliographie

Boutillier J.-L., Cantrelle P., Causse J., Laurent C., Ndoye T., 1962, La moyenne vallée du Sénégal, Paris, PUF, 368 p.

Cantrelle P., 1965, Étude démographique dans la région du Sine-Saloum (Sénégal). Déroulement de la campagne 1964-65 (et des observations antérieures), Dakar, Centre ORSTOM, 21 p.

Cantrelle P., 1966, Étude démographique de la région du Sine Saloum (Sénégal). État-civil et observation démographique 1963-65, Dakar, Centre ORSTOM, Travaux et Documents de l’ORSTOM 1, 121 p.

Cantrelle P., 1974, La méthode d’observation suivie par enquête à passages répétés, OS/EPR (éd.) Laboratories for Population Statistics. Scientific Report, Series No14, The University of North Carolina at Chapel Hill, 36 p.

Cantrelle P. 1979, « Inégalités face à la mort », in UIESP (éd.) La science de la population au service de l’homme, Liège, UIESP, 81-93.

Cantrelle P., Léridon H., 1971, “Breast Feeding, Mortality in Childhood and Fertility in A Rural Zone of Senegal,” Population Studies - A Journal of Demography 25, 505-533.

Chippaux J.-P., Arduin P., 2005, Recherche intégrée sur la santé des populations à Niakhar (Sahel sénégalais), Paris, IRD, 32 p.

Delaunay V., Étard J.-F., Préziosi M.-P., Marra A., Simondon F., 2001, “Decline of Infant and Child Mortality Rates in Rural Senegal over a 37-Year Period (1963-1999),” International Journal of Epidemiology 30, 1286-1293.

Diop I.L., 1990, Étude de la mortalité à Saint-Louis du Sénégal à partir des données d’état civil, Paris 1, thèse de démographie.

Earley J., 1970, “The Structure and Change of Mortality in a Maya Community (Guatemala),” Milbank Memorial Fund Quarterley XLVIII, 2, 179-201.

Garenne M., Cantrelle P., 1986, « Mortalité des enfants ayant participé à un programme de protection nutritionnelle (Diohine, Sénégal) », in Estimation de la mortalité du jeune enfant (0-5 ans) pour guider les actions de santé dans les pays en développement. Séminaire INSERM, vol 145, 541-544.

Garenne M., Gakusi E., 2005, “Under-five Mortality Trends in Africa: Reconstruction from Demographic Sample Surveys,” DHS Working Papers 26, 68-69.

Gordon J., Singh S., Wyon J., 1965, “Causes of Death at Different Ages by Sex and by Season in the Rural Populations of the Punjab (1957-1959): A Field Study,” Indian Journal of Medical Research 53, 906-917.

République du Sénégal, 2011, Enquête démographique et de santé à indicateurs multiples (EDS. MICS) 2010-2011, chapitre 18.1, « Enregistrement des naissances », p. 303.

Satgé P., Cantrelle P., 1968, « VI. Conclusions », Présenté dans Conditions de vie dans l’enfance en milieu rural en Afrique, Dakar.

Verrière L., 1965, La population du Sénégal, Dakar, thèse présentée à la Faculté de Droit et Sciences Économiques.

World Fertility Survey, 1977, “Module on Factors Other Than Contraception Affecting Fertility,” WFS/TECH 487. 7 1, pp. 31 ss.

Wyon J., Gordon J., 1962, “A Long Term Prospective-type Field Study of Population Dynamics in the Punjab (Ibdia),” in C.V. Kiser (éd.), Research in Family Planning, Princeton, Princeton University Press, 17-32.

Notes

2 Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer.

3 Institut de Recherche pour le Développement.

4 Cette source a fait l’objet en 1990 d’une thèse de démographie d’Ibrahima Lamine Diop, directeur du Bureau national du recensement, intitulée Étude de la mortalité à Saint-Louis du Sénégal à partir des données d’état civil (Paris 1).

5 Le volume des registres d’état civil prévu initialement étant de 200 feuillets permettant l’enregistrement de 800 actes (naissances et/ou décès), volume qui convenait aux grandes communes (Dakar, Rufisque), mais qui s’avérait irréaliste pour les villages. Sur base de la connaissances des indicateurs démographiques, nous avons donc proposé la confection de registres de 64 feuillets pour les naissances (correspondant à 256 actes) et 32 feuillets pour les décès (128 actes) pour l’ensemble du Sénégal, ce qui a évité une perte de papier et un encombrement inutile (Cantrelle 1966 : 72).

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search