Version classiqueVersion mobile

Niakhar, mémoires et perspectives

 | 
Valérie Delaunay
, 
Alice Desclaux
, 
Cheikh Sokhna

Brève présentation de l’observatoire de Niakhar

Texte intégral

1L’observation suivie porte sur une population géographiquement circonscrite, définie selon certaines règles de résidence, pour laquelle on enregistre les événements vécus par chacun de ses membres, au cours de son/ses séjour/s dans la zone d’observation et au cours de la période d’observation. Les événements sont saisis par des enquêtes à passages répétés, dont les intervalles varient et, pour certains, par des enquêtes complémentaires spécifiques.

2Dans les années 1960, les premières observations dans la région du Sine (Niakhar) et du Saloum (Paos Koto) répondent au besoin de développer des méthodes de production d’indicateurs fiables sur la population en milieu rural africain. Les premières expériences montrent une amélioration dans l’enregistrement des données vitales et de migration, par rapport aux enquêtes rétrospectives (Cantrelle 1965) et sont rapidement suivies de projets de recherche qui ont imposé des modifications dans les limites géographiques, la périodicité et le contenu des informations collectées. Les méthodes de collecte et de traitement des données ont évolué au gré des innovations technologiques, allant des questionnaires papier aux tablettes électroniques et des fiches perforées aux bases de données relationnelles. Les méthodes d’analyse ont aussi évolué par l’adoption des méthodes d’analyse biographique.

3La zone d’étude actuelle comprend 8 villages de la zone de Ngayokhème qui ont fait l’objet d’un suivi démographique continu depuis 1963, et 22 autres villages qui ont été recensés pour la première fois en 1983 et appartiennent aux arrondissements de Niakhar et de Diarère (Figure 1). Ces 30 villages contigus rassemblent une population de plus de 47 000 personnes au 1er janvier 2017. La population de ces villages de l’observatoire a presque doublé en 30 ans.

4La terminologie pour désigner ce dispositif d’enquête a varié dans le temps. Au départ qualifié de « zone d’enquête démographique » (Cantrelle 1966 : 104), il est ensuite appelé « laboratoire » de population (Ouvrier 2014 : 186), « site de suivi démographique » (Ouvrier 2014 : 68) ou « étude prospective de communauté » (Garenne & Cantrelle 1991 : 159). Ce n’est que dans les années 1990 que le terme « observatoire » s’impose (Garenne 1998). Ressenti par la suite comme dépréciatif et non pertinent par les chercheurs en santé (pour qui la notion d’observatoire est associée à une non-intervention, alors que leurs recherches visent à contribuer à améliorer la santé des populations), cette terminologie a été un temps abandonnée au profit de « système de suivi démographique », ou « système de surveillance démographique » (de l’anglais Demographic Surveillance System). Le terme de « surveillance démographique » a été critiqué par les démographes, pour sa connotation « policière ». Le terme de « système de suivi démographique » a alors été adopté par l’ensemble des sites francophones, dont Niakhar. Depuis quelques années on utilise à nouveau le terme d’« observatoire » qui entre en résonnance avec les différents observatoires qui se mettent en place dans le domaine de l’environnement notamment, mais aussi dans de nombreux domaines relatifs aux sociétés. Ainsi, les différents chapitres utilisent des terminologies différentes selon le positionnement du chercheur dans le temps et la discipline.

Figure 1. Localisation de l’observatoire de Niakhar

Figure 1. Localisation de l’observatoire de Niakhar

Bibliographie

Cantrelle P., 1965. Étude démographique dans la région du Sine-Saloum (Sénégal). Déroulement de la campagne 1964-65 (et des observations antérieures), Dakar, Centre ORSTOM.
–, 1966, Étude démographique de la région du Sine Saloum (Sénégal). État-civil et observation démographique 1963-65, Dakar, ORSTOM.

Garenne M., 1998, « Potentiel et limites des observatoires démographiques », in R. Clignet (éd.), Observatoires du développement, observatoires pour le développement, Paris, ORSTOM, pp. 159-172.

Garenne M., Cantrelle P., 1997, “Three Decades of Research on Population and Health. The Orstom Experience in Rural Senegal: 1962-1991,” in M. Das Gupta, P. Aaby, M. Garenne, G. Pison (eds), Prospective Community Studies in Developing Countries. Oxford, Clarendon Press, pp. 233-252.

Ouvrier A., 2014, Faire de la recherche médicale en Afrique. Ethnographie d’un villagelaboratoire sénégalais, Paris, Karthala.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search