Version classiqueVersion mobile

Le Tchad des lacs

Conclusion. Pour un observatoire au lac Fitri. Une exigence d’intégration de points de vue et d’enjeux différents

Christine Raimond et Dangbet Zakinet

Texte intégral

Introduction

1Les lacs du Tchad sont révélateurs des effets du changement global sur les territoires, par l’effet amplificateur de leur réponse aux variations du climat et la concentration d’enjeux différents pour une gamme variée d’acteurs et d’opérateurs. La complexité du fonctionnement de ces socioécosystèmes, dévoilée dans les pages de cet ouvrage, plaide pour la mise en place d’observations longitudinales afin de saisir les mutations en cours et pour alimenter les réflexions sur la gestion territoriale et la conception de politiques publiques adaptées aux réalités locales.

2Chaque lac est particulier, de par ses caractéristiques géologiques, son alimentation en eau, les sociétés qui l’occupent et les institutions qui les encadrent. Les différents chapitres révèlent la diversité des réponses locales et nationales aux changements en cours. S’ils plaident pour le renouvellement des questionnements sur les biens communs, la gestion participative et l’aménagement du territoire, ils démontrent aussi l’absence d’un modèle unique de gouvernance et de développement pour ces zones lacustres hautement vulnérables. L’enjeu est au contraire d’appréhender chaque socioécosystème dans toute sa complexité pour comprendre les interrelations entre les composantes du système et anticiper les conséquences des évolutions en cours. Celles-ci s’exprimant à toutes les échelles, de la parcelle et du terroir villageois à l’échelle globale, et selon des points de vue disciplinaires très différents, il convient de réfléchir à l’intégration des résultats de la recherche et leur utilisation par les acteurs du territoire. Pour comprendre les évolutions passées et réfléchir à l’avenir, l’acquisition de données régulières et actualisées sur le climat et l’hydrologie, sur les évolutions des sociétés, de leurs activités et de leurs institutions est primordiale. C’est sur ce besoin d’observatoires mettant à disposition les connaissances et associant les acteurs du développement que se focalise la conclusion de cet ouvrage.

3Nous présentons ici une synthèse de la contribution des recherches, conduites par les chercheurs et étudiants du programme Gelt, à la compréhension du socioécosystème du Fitri et des enjeux de la gestion environnementale. Le lac Fitri est peu connu du grand public mais concentre les défis des zones humides tout en ayant été longtemps préservé par son enclavement : reconnu par l’IUCN pour sa biodiversité, avec un système basé sur la multifonctionnalité et la pluriactivité régi par des règles ancestrales négociées entre acteurs, il connaît aujourd’hui une forte croissance démographique, une diversification des acteurs du territoire et une montée des insécurités représentatives de l’ensemble sahélien (Raimond et al., 2017). La multiplication des conflits et la dérégulation des droits d’accès aux ressources naturelles révèlent une crise profonde de la gouvernance. Nous montrons les changements du socioécosystème à l’aide de chorèmes, qui constituent une modélisation spatiale (Brunet, 1986), et l’intérêt de comprendre conjointement les dynamiques écologiques et sociales pour penser l’avenir de ce territoire lacustre représentatif des enjeux contemporains des zones humides au Sahel.

Le lac Fitri, un observatoire

4Le lac Fitri est un lac endoréique peu profond, dont le bassin versant est entièrement inclus dans la zone sahélienne. Il est souvent comparé au lac Tchad, dont il partage l’histoire en tant que vestige de l’ancien Mégalac Tchad (Schuster et al., ce volume) ainsi que certaines caractéristiques. Sa superficie varie fortement en fonction de l’ampleur des crues, ses eaux recouvrent un système dunaire ancien qui forment les îles et l’archipel ; elles inondent un système de mares plus ou moins connectées où s’installe une végétation aquatique poissonneuse et très bien valorisée par le bétail, dont une partie est mise en culture à la décrue (fig. 1 et 2). Comme au lac Tchad, cet écosystème est attractif pour les populations riveraines, qui y développent des systèmes de production basés sur les mêmes principes de mobilité, de multiactivité (pêche, agriculture de décrue, élevage) et de multifonctionalité des espaces (Raimond et al., 2014).

Figure 1. Évolution du système lacustre du Fitri entre 1950 et 1990 (chorèmes).

Figure 1. Évolution du système lacustre du Fitri entre 1950 et 1990 (chorèmes).

Figure 2. Le système lacustre en 2015 et 2016 (chorèmes).

Figure 2. Le système lacustre en 2015 et 2016 (chorèmes).

5La baisse des précipitations enregistrée sur le bassin versant dans les décennies 1970-1980 a immédiatement et fortement réduit la superficie en eaux libres, concentré l’exploitation agricole dans les zones de décrue et renforcé la fréquentation par les troupeaux transhumants (fig. 1). Contrairement au lac Tchad, on n’observe pas d’installation de nouveaux agriculteurs et les arrivées de pêcheurs sont peu nombreuses en raison de l’enclavement de la région qui limite les débouchés commerciaux.

6Depuis les années 2000 et un retour à un régime de pluies plus abondantes, la cuvette principale du Fitri se remplit à nouveau et se connecte avec les mares à l’ouest. La zone de décrue plus étendue permet d’augmenter les superficies cultivées en décrue (berbéré et maraîchage) et les pâturages (fig. 2). Une ceinture de berbéré se met en place en auréole autour des pâturages à l’intérieur du lac et sur les îles, constituant un obstacle majeur à la mobilité des troupeaux entre novembre et février. La progression du maraîchage en bordure du lac et sur les îles prolongent cet obstacle jusqu’en fin de saison sèche. L’arrivée de pêcheurs plus nombreux depuis la crise liée à Boko Haram sur le lac Tchad, puis des orpailleurs en 2016, multiplie les types de conflits.

  • 1 Les références indiquées par * sont rassemblées dans la liste des travaux académiques réalisés dans (...)

7Le lac Fitri possède aussi ses caractéristiques propres, qui en font un modèle particulier. Le régime exclusivement sahélien des pluies qui alimentent son bassin versant différencie les rythmes de fluctuation des lacs Fitri et Tchad, géographiquement proches. De plus, avec sa taille modeste (30 km de long sur 10 km de large), le lac Fitri est compris dans le territoire du sultanat Bilala qui gère, depuis le xvie siècle, l’accès des populations aux ressources lacustres. Cette unité de gestion exercée par un pouvoir fort et centralisé a pendant longtemps assuré la régulation des activités exercées dans le lac et la résolution des conflits d’usage. Malgré les nombreux changements opérés au xixe siècle – colonisation française, Indépendance, sécheresses des années 1970-1980 – la résilience du système a reposé, d’une part, sur la complémentarité des activités dans l’espace et dans le temps (Ilyade, 2016*1), et, d’autre part, sur la reconnaissance de l’autorité coutumière par l’ensemble des usagers. Cette situation fait de cette autorité coutumière un atout majeur dans la gouvernance à mettre en place pour faire face aux défis de la croissance démographique et de l’augmentation de la pression sur les ressources.

Une région qui se développe

8Si les idées sur la désertification et la dégradation de l’environnement sont tenaces parmi les gestionnaires du territoire en Afrique, les populations locales saisissent les opportunités de valorisation des ressources dans les régions les plus favorables, notamment dans les zones humides. Au lac Fitri, la superficie des eaux libres et de la zone humide a doublé depuis 1972 et fournit d’autant plus de ressources pastorales et halieutiques pour les populations plus nombreuses qui s’y installent (Yalikun et al., ce volume). Ce lac n’est pas encore devenu une grande région densément peuplée et exportatrice comme le lac Tchad, mais pourrait le devenir. Son insertion dans l’économie nationale est croissante et s’accélère avec l’intervention de plusieurs projets de développement et la construction, depuis 2011, de la route bitumée au nord du lac.

9Le Secadév (Secours catholique et développement, ONG caritative), qui est intervenu entre 1984 et 1996, a proposé plusieurs activités dans le cadre du développement rural. Les variétés « améliorées » de sorgho repiqué berbéré (en arabe tchadien), peu adaptées et moins productives que les variétés locales, sont encore présentes dans la région mais n’ont pas changé les rendements en céréales. En revanche, le maraîchage a été adopté par les agriculteurs (Djekornom, 2016*). Déjà habitués à cultiver des légumes dans les jardins, l’accès à du matériel et des semences a permis aux Bilala de produire des aliments de complément, ou de soudure (la patate douce notamment) lors des années de mauvaise pluviométrie (Togasra, 2016*). Un marché local s’est développé, centré sur les villes de Yao et Abourda, et contribue à la sécurité alimentaire locale.

10Deux autres innovations majeures datant de cette période renforcent la mobilité et intensifient le système. La charrette, couramment vulgarisée dans les années 1990 avec très peu de succès dans les autres zones rurales africaines, a connu dans la région du Fitri un engouement d’autant plus rapide que les Bilala possédaient déjà les chevaux pour les tracter. Elle répondait à un besoin spécifique dans cette région où tout est mobile : les ressources, les activités et les personnes qui se déplacent saisonnièrement de villages temporaires en campements agricoles et de pêche. La charrette permet d’intensifier les déplacements, d’allonger les distances parcourues et d’augmenter les charges transportées, notamment entre les lieux de production, de consommation et de vente. Avec le téléphone portable et l’installation des antennes à Am Djamena Bilala, Ambassatna, Yao et Abourda, les informations circulent plus vite et facilitent les interactions entre différents types d’acteurs.

11Deux filières commerciales émergent de manière endogène : l’exportation de poissons frais vers les marchés urbains (Saunier, 2015*) et celle de la noix de doum comme combustible à N’Djamena (Guedon, 2016*). Le marché local s’est aussi développé avec la création de nombreux marchés hebdomadaires commercialisant les produits locaux, notamment les céréales en période de récolte (Bémadji et Mbaye, ce volume). Lors des très bonnes années (e.g. 2014-2015), le lac Fitri est exportateur en berbéré, mais les années très déficitaires imposent une aide alimentaire (e.g. 2009, 2016 ; Minguedjim, 2016* ; Kemsol Nagorngar et al.*, ce volume).

12Jusqu’en 2018, les projets de développement visant une filière particulière n’ont pas fonctionné. Les trois périmètres rizicoles du Programme national de sécurité alimentaire aménagés en 2012 sont un échec car, mal conçus et inadaptés, ils ne rentraient pas dans les objectifs de production des agriculteurs. Les aménagements ont imposé un remembrement de parcelles appropriées de longue date (Mbagogo Koumbraït, ce volume), qui ont été redistribuées et dont le fonctionnement hydrique a été fortement perturbé. La production de riz s’est révélée impossible, le sorgho repiqué y pousse à nouveau avec un rendement plus faible qu’avant. Les aménagements du projet Prodepêche, lancé en 2007, ne sont pas non plus utilisés car ils sont localisés sur une presqu’île inaccessible aux véhicules pendant une grande partie de la saison de pêche. Cela n’empêche toutefois pas l’essor de cette filière, qui s’appuie sur un réseau de commerçants bilala bien connectés à la ville. Aujourd’hui, ce système basé sur la multiactivité et la multifonctionnalité a un potentiel productif très élevé, tout en se basant sur le fonctionnement écologique lacustre et en maintenant une forte biodiversité, sur un modèle similaire à celui décrit pour le lac Tchad (Rangé et Cochet, 2018).

Un espace en crise ?

13La dernière évaluation de la réserve de biosphère en 2016 est alarmante vis-à-vis de la pression anthropique observée dans la région du lac Fitri (Begc, 2016 ; Béchir et al., ce volume). La croissance démographique touche non seulement les populations sédentaires, mais aussi les éleveurs transhumants qui fréquentent la région plus nombreux, pour des temps de séjour plus longs (Marty et al., 2012). La population a doublé entre les recensements de 1989 et 2009, même si la mobilité et la répartition de la population sur le territoire, résidant dans des campements temporaires pendant une grande partie de l’année, questionne la fiabilité de ces recensements ainsi que les aménagements à prévoir pour accompagner le développement de cette région (Baikouma*, en cours). Avec la concentration des hommes et des troupeaux autour du lac, les conflits se multiplient (fig. 2) entre agriculteurs (Mbagogo Koumbraït*, ce volume), entre agriculteurs et éleveurs (Oulona*, 2016), entre éleveurs (Mamadi*, en cours), entre éleveurs et pêcheurs, et entre pêcheurs (Saunier*, 2016).

14Les recherches mettent en évidence les facteurs qui remettent en cause la résilience du système :

  • la pression anthropique croissante sur le milieu et la dégradation des ressources naturelles, malgré un retour à des conditions hydrologiques et climatiques plus favorables ;

  • l’extension des superficies de sorgho repiqué en auréole autour du lac qui entrave la mobilité des troupeaux et leur accès aux pâturages aquatiques pendant la saison sèche ;

  • la diffusion très rapide des cultures maraîchères sur les pourtours des îles, en réponse à une demande locale croissante, condamne ces îles aux éleveurs qui ne peuvent plus y accéder ;

  • l’accroissement des cheptels et le changement du calendrier de transhumance qui augmentent la durée annuelle de fréquentation des troupeaux au lac Fitri ;

  • la réduction des complémentarités entre sédentaires et transhumants (paiement des résidus post-récolte, disparition du transport de récolte à dos de dromadaire en raison de l’utilisation de la charrette ; garde réciproque d’animaux et de matériel de campement) ;

  • la sédentarisation des éleveurs en bordure du lac accroît la pression pastorale par des troupeaux qui restent sur place presque toute l’année ;

  • l’arrivée de nouveaux pêcheurs professionnels attise les stratégies d’exclusion et de construction territoriale à l’intérieur des eaux du lac, en contradiction avec le pouvoir du sultanat (Saunier et al., ce volume) ;

  • l’arrivée massive d’orpailleurs s’inscrit dans une activité extractive minière et ne dépend d’aucun des quatre principes qui font la résilience du socioécosystème lacustre du Fitri, tout en augmentant considérablement les besoins en nourriture et en ressources naturelles locaux (eau, bois de construction et énergie) ;

  • l’affaiblissement du pouvoir du sultanat bilala et la remise en cause des anciennes règles d’accès aux ressources naturelles par les nouveaux acteurs du territoire ;

  • l’émergence de nouveaux pouvoirs, services déconcentrés de l’État et ONG, qui reconfigurent les rapports de pouvoir à l’échelle locale.

15Les anciens systèmes de régulation fonctionnent de plus en plus mal, et les liens entre les hommes et la nature se distendent (Kardigué, 2017* ; Totoudjimbaye, 2017*). Les alliances séculaires entre agriculteurs et éleveurs sont remises en causes par de nouvelles pratiques (Zakinet, 2015). Le système foncier, qui reposait sur la répartition de deux parcelles plus ou moins inondées par agriculteur, complété par un système de redistribution foncière en cas de crue très faible, est bloqué par la mise en valeur de la quasi-totalité de l’espace cultivable en décrue et la disparition de la souplesse qu’il imposait (Mbagogo Koumbraït, ce volume ; Yomsingar*, en cours).

  • 1 Cette mesure a été prise pour l’ensemble du Tchad en raison de pratiques abusives de la part de gou (...)

16La multiplication des conflits met en évidence la défaillance des pouvoirs coutumiers, qui ne sont plus capables de concilier les intérêts divergents des usagers et souffrent d’une crise de légitimité (Mugelé, ce volume). Celle-ci ne date pas seulement de la dernière réforme administrative : la suppression de la taxe sur le pâturage (hag al gesh en arabe tchadien) par l’administration coloniale en 19471 marque le premier recul du pouvoir sultan sur la gestion du territoire et sur sa légitimité à réguler la transhumance.

Conclusion

17Comme dans de nombreuses zones humides africaines, la pression anthropique croît dans le lac Fitri et remet en cause les équilibres anciens du socioécosystème. Nous montrons que la région s’est développée grâce à une reprise, depuis les sécheresses des années 1970-1980, de la pluviométrie dans l’ensemble du bassin versant et en puisant dans les innovations proposées par les projets de développement, tout en conservant les principes qui fondent la résilience du système lacustre. C’est en grande partie une crise institutionnelle qui remet en cause la régulation coutumière et entraîne une réduction des complémentarités entre les activités, par une spécialisation des espaces et une exclusion de catégories d’acteurs de certaines parties du lac et de sa périphérie. Le principe d’équité entre les acteurs n’est plus respecté et remet en cause la capacité du sultanat à réguler les activités et résoudre les conflits. Ainsi, l’exemple du lac Fitri est emblématique des nouvelles modalités d’une gouvernance hybride à inventer, impliquant acteurs publics, privés et communautés (Leyronas et Bambridge, 2018). Il est aussi représentatif des enjeux liés aux eaux continentales vulnérables dépendant directement du changement climatique (Creed et al., 2017) et des systèmes complexes qui régissent les liens imbriqués entre nature et société dans ces milieux très variables (Moritz et al., 2016), dans un contexte sahélien marqué par la montée des insécurités (Magrin et Pérouse de Montclos, 2018 ; Chauvin et al., à paraître).

18Les chapitres de cet ouvrage mettent en évidence les particularités de ces zones humides sahéliennes où la variabilité environnementale est un fondement structurel du système, avec des interactions constantes entre flux sociaux et flux aquatiques qu’il faut considérer conjointement. La taille modeste du lac Fitri facilite l’appréhension de ces interactions entre la climatologie, l’hydrologie, l’évolution des ressources naturelles et des activités, ainsi que celle des impacts des innovations et changements sur l’ensemble du socioécosystème. C’est une sorte de modèle « de poche » qui constitue un indicateur fiable des évolutions en cours et des effets des politiques publiques. Un suivi de ses caractéristiques physiques (climat, hydrologie, hydrogéologie) fournirait des informations précieuses sur le climat de l’ensemble du Sahel oriental en contexte de changement climatique, bien moins connu qu’en Afrique de l’Ouest. Une meilleure compréhension de son histoire, lors de périodes plus humides notamment, ainsi qu’un suivi régulier permettrait de mieux envisager les trajectoires de développement de ce lac et son accompagnement par les politiques publiques. Un tel dispositif ne peut que s’appuyer sur une alliance de disciplines, en sciences de la vie et de la terre et sciences humaines et sociales, permettant d’appréhender leurs points de vue, priorités et enjeux différents. Mais c’est en intégrant aussi les sociétés lacustres et les gestionnaires des territoires que pourront se construire l’hybridation des savoirs et l’articulation des temporalités des crises et des changements, indispensables à la définition d’un modèle d’avenir pour ces zones humides au défi du changement global.

Bibliographie

Béchir A. B., Mian-Oudanang K., Mahamat M. A., Bourdjolbo T.
« La végétation pastorale du Lac Fitri : état des lieux et dynamique ». Ce volume.

Begc, 2016
Étude diagnostique de la diversité biologique de la réserve de biosphère du lac Fitri. République du Tchad, ministère de l’Environnement et des Pêches, FSE, 81 p.

Bémadji B., Mbaye N. G.
« Économie des échanges au lac Fitri : un déficit récurrent en produits alimentaires ». Ce volume.

Brunet R., 1986
La carte modèle et les chorèmes. Mappemonde, no 4, p. 2-6.

Chauvin E., Langlois O., Seignobos C., Baroin C., à paraître
Les insécurités dans le bassin du lac Tchad. xviie colloque Méga-Tchad, Nice, 14-16 juin 2017.

Courel M.-F., Morin F., Raimond C., 1997
« Intégration modèle ou modèle d’intégration. La gestion de l’environnement au lac Fitri (Tchad) ». In : Singaravelou P., éd. : Gestion de l’environnement dans les pays tropicaux, Bordeaux, Dymset-Cret, p. 311-326.

I. F. Creed, C. R. Lane, J. N. Serran, L C. Alexander, N. B. Basu, A. J. K. Calhoun, J. R. Christensen, M. J. Cohen, C. Craft, E. D’Amico, E. DeKeyser, L. Fowler, H. E. Golden, J. W. Jawitz, P. Kalla, L. K. Kirkman, M. Lang, S. G. Leibowitz, D. B. Lewis, J. Marton, D. L. McLaughlin, H. Raanan-Kiperwas, M. C. Rains, K. C. Rains & L. Smith, 2017
Enhancing protection for vulnerable waters. Nature geoscience, vol. 10 : 809-815. DOI: 10.1038/NGEO3041

Kemsol Nagorngar A., Raimond C., Madjigoto R., Jofack S. V., Djimassal D., Libar J., Kouame K. F.
« Fluctuation des récoltes de sorgho repiqué et potentialités de culture. Une analyse par télédétection dans la région du lac Fitri ». Ce volume.

Leyronas S., Bambridge T., 2018
Communs et développement : une approche renouvelée face aux défis mondiaux. Revue internationale des études du développement. Vol. 233 (1) : 11-29.

Magrin G., Pérouse de Montclos M.-A., dir., 2018
Crise et développement. La région du lac Tchad à l’épreuve de Boko Haram. Paris, AFD, 291 p.

Marty A., Zakinet D., Khamis D. D., Bernard C., 2012
Almy al Afia 2. Analyse de l’évolution des ressources dans le département du Fitri. Document principal. République du Tchad, programme d’hydraulique pastorale au Tchad central, Phase II. Antea-Iram, 128 p.

Mbagogo Koumbraït A.
« Pratiques et enjeux de la sécurisation foncière autour du lac Fitri ». Ce volume.

Moritz M., Laborde S., Ahmadou M., Durand M., Fernandez A., Hamilton I. M., Kari S., Scholte P., Xiao N., Ziebe R., 2016
Studying the Logone Floodplain, Cameroon, as a coupled human and natural System. African Journal of Aquatic Science, 41-1 : 99-108.

Mugelé R.
« Le lac Fitri, un modèle de gestion en crise ? ». Ce volume.

Raimond C., Mbagogo A ., Madjigoto R ., Zakinet D ., (à paraître)
Repenser la gouvernance d’une zone humide autour d’un pouvoir local fort : l’exemple du lac Fitri (Tchad) face à la montée des insécurités. Colloque Méga-Tchad Les insécurités dans le bassin du lac Tchad, Nice, XVIIe colloque Méga-Tchad, 14-16 juin 2017.

Raimond C., Rangé C., Guérin H., 2014
La multiactivité et la multifonctionnalité, principes d’un fonctionnement durable pour le lac ? In : Lemoalle J., Magrin G., dir. : Le développement du lac Tchad : situation actuelle et futurs possibles. CBLT, N’Djamena, Marseille, Expertise collégiale IRD, AFD-FFEM, p. 423-474 (clé USB).

Rangé C., Cochet H., 2018
Multiusage familial et agriculture de firme sur les rives du lac Tchad : une comparaison des performances économiques. Natures Sciences Sociétés, 26 : 33-48.

Saunier M., Raimond C., Abba Ambar B.
« Les territoires d’eau ou comment gérer les ressources halieutiques dans les espaces lacustres (lacs Fitri et Iro) ». Ce volume.

Schuster M., Sylvestre F., Raimond C., Moussa A., Abakar Y., Yalikun T.
« Changements environnementaux et climatiques à la période humide africaine Holocène dans le bassin du lac Fitri (Tchad) ». Ce volume.

Yalikun T., Raimond C., Kemsol Nagorngar A., Zakinet D., Schuster M., Sylvestre F.
« Variabilité des crues et des paysages du Fitri depuis les grandes sécheresses des années 1970-1980 ». Ce volume.

Zakinet D., 2015
Des pasteurs transhumants entre alliances et conflits au Tchad : Les Arabes Salamat Sifera et les Arabes Djaatné au Batha. Afrique contemporaine, 2015/3 (no 255) : 127-143.

Notes

1 Cette mesure a été prise pour l’ensemble du Tchad en raison de pratiques abusives de la part de goumiers au service des chefs traditionnels surtaxant les éleveurs en transhumance. Elle s’inscrit dans une réflexion plus large des administrateurs coloniaux face à la transhumance, qui pose encore question au début du xxie siècle.

Notes de fin

1 Les références indiquées par * sont rassemblées dans la liste des travaux académiques réalisés dans le cadre du programme Gelt sur le Fitri, située à la fin de la conclusion.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution du système lacustre du Fitri entre 1950 et 1990 (chorèmes).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30822/img-1.png
Fichier image/png, 104k
Titre Figure 2. Le système lacustre en 2015 et 2016 (chorèmes).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30822/img-2.png
Fichier image/png, 127k

© IRD Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search