Version classiqueVersion mobile

Le Tchad des lacs

Partie 4. Des territoires en mutation : le défi du développement durable

Chapitre 18. Entre auto-organisation et planification dans la plaine d’inondation du Logone (Cameroun)

Sarah Laborde, Aboukar Mahamat et Mark Moritz

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cours d’eau

1« La plaine est comme un corps humain ; le fleuve et les mayos1 son système vasculaire. Si le flux est perturbé, le corps tombe malade » – c’est ainsi qu’Aboukar Mahamat décrit la plaine inondable du Logone dans l’Extrême-Nord du Cameroun, dans laquelle il a grandi. Cette métaphore évoque deux caractéristiques qui distinguent les plaines inondables d’autres systèmes socioécologiques. D’une part, les cycles d’inondation et d’étiage sont clé pour la productivité écologique des plaines inondables naturelles. D’autre part, ces systèmes sont très connectés d’un point de vue hydraulique en raison de leur topographie plane, ce qui entraîne une forte connectivité écologique et sociale : une faible variation de l’écoulement des eaux peut avoir des répercussions très étendues (Krause, 2016 ; Di Baldassarre et al., 2013).

2Cet article s’intéresse à deux stratégies d’adaptation à la variabilité hydroclimatique dans la plaine du Logone : la planification environnementale et l’auto-organisation socioécologique. La planification se réfère dans cet article aux transformations à grande échelle du paysage écologique et social, basées sur une considération de la gestion de l’eau et du territoire comme un défi largement technique. Dans la plaine du Logone, ce type de planification repose largement sur le contrôle hydraulique, planifié depuis Yaoundé.

3Par auto-organisation, nous entendons un type d’organisation émergente à l’échelle du système, qui au contraire de la planification gouvernementale ne repose pas sur des règles explicites ou sur le contrôle d’un pouvoir central. Le concept a été développé dans les années 1970 par des chercheurs en physique et cybernétique, et a plus récemment été appliqué aux dynamiques sociales, à la fois chez les animaux (i.e. Bonabeau et al., 1997) et les humains (i.e. Lansing et al., 2017).

4Dans le contexte de l’usage des ressources dans les plaines inondables, G. Magrin, C. Rangé et leurs collègues ont récemment montré qu’un mode d’organisation flexible et tacite caractérisé par la mobilité et la multifonctionnalité peut s’avérer plus productif que la planification centralisée de la production (Lemoalle et Magrin, 2014 ; Rangé, 2016). Dans les plaines inondables du lac Tchad, Charline Rangé a décrit un mode de production émergeant de l’ajustement constant des individus aux mouvements des eaux, des animaux et des autres individus, clairement distinct de l’anarchie mais souvent sans règle explicite (la « régulation de fait » ; Rangé, ce volume). C’est ce type de dynamique que nous appelons auto-organisation dans cet article.

5Nous nous intéressons ici à la planification et à l’auto-organisation comme deux modes d’organisation socioécologique en réponse aux inondations dans la plaine du Logone. La plaine s’étend de chaque côté du fleuve Logone, qui constitue la frontière entre le Cameroun et le Tchad. Cet article concerne un projet de recherche effectué côté camerounais, où la plaine s’étend sur environ 10 000 km² et supporte des communautés sédentaires et nomades au travers de pratiques de pêche, d’élevage et d’agriculture (Seignobos et Iyébi-Mandjek, 2000), avec un accès aux ressources relativement libre (Moritz et al., 2016).

Méthodologie

6Notre analyse se base sur de multiples sources de données. Un travail de recherche ethnographique est à la base de la description des activités humaines et des mobilités dans la plaine, en particulier le travail de Mark Moritz avec les éleveurs, celui de Sarah Laborde avec les pêcheurs et l’expérience d’Aboukar Mahamat des dynamiques de sa plaine natale. Nous avons également collecté et analysé : 1) des données bibliographiques sur les projets d’infrastructure hydraulique en cours ; 2) des données de débit du Logone et des images satellite de la plaine inondée en 2014 et 2015 ; 3) des données issues de groupes de discussion menés par Mahamat dans six villages du sud de la plaine en 2016. Ces groupes de discussion ont réuni en moyenne pour une journée 26 participants par village, des personnes reconnues dans leurs communautés pour leur connaissance de la plaine. Les participants y ont décrit leurs observations concernant les changements récents d’écoulements des eaux, leurs conséquences et leurs causes possibles. Ils ont également détaillé comment eux-mêmes et d’autres membres de leurs communautés se sont adaptés à ces changements.

Résultats

7Nous présentons nos analyses en trois sections. D’abord, nous décrivons les interactions entre le cycle d’inondation et d’étiage de la plaine et les principales activités de subsistance et de production – interactions que Krause (2016) a appelées « hydrosociales » pour mettre en évidence les codépendances entre flux sociaux et aquatiques. Nous décrivons ensuite brièvement les travaux de génie civil en cours sur les berges du Logone et le discours qui les sous-tend, avant de présenter les résultats des groupes de discussion sur les modes d’adaptation endogène aux changements hydrauliques en cours.

Cycles hydrosociaux dans la plaine du Logone

8La figure 1 présente le cycle couplé de l’hydrologie et des principales activités humaines dans la plaine d’inondation du Logone.

Figure 1. Cycle couplé de l’hydrologie et des principales activités humaines dans la plaine d’inondation du Logone.

Figure 1. Cycle couplé de l’hydrologie et des principales activités humaines dans la plaine d’inondation du Logone.

Zones grises : zones inondées (Landsat).
Flèches roses : mouvements de pêcheurs.
Flèches vertes : mouvements des éleveurs et leurs troupeaux.

(Adaptée de Laborde et al., 2018)

9En saison sèche (janvier), dans la plaine (également appelée yaéré), les eaux de crue se sont tout juste retirées. L’herbe est abondante, il y a de l’eau dans les mares et la plaine constitue l’une des plus importantes zones de pâturage du bassin du lac Tchad, attirant de nombreux éleveurs transhumants arabes et foulbé. Les troupeaux arrivent dès que les inondations commencent à se retirer et restent jusqu’aux premières pluies si les conditions le permettent. Moritz et al. (2014) ont montré que leur répartition dynamique dans la plaine est auto-organisée : elle résulte des décisions individuelles des éleveurs sans contrôle central ni règle explicite, dans un contexte d’accès libre aux pâturages dont est fait un usage optimal. Les pêcheurs et agriculteurs mousgoum et kotoko, sédentaires, dépendent des crues annuelles pour leur subsistance (Delclaux et al., 2010). Les possibilités de pêche sont limitées pendant la saison sèche, ce qui pousse de nombreux jeunes pêcheurs à quitter la zone pour aller pêcher pendant quelques semaines au lac Tchad, vers les lacs artificiels de Lagdo ou Dom-Pangar, ou jusqu’à l’océan.

10Avec l’arrivée de la saison des pluies, les premières précipitations se produisent généralement en mai, et sont les plus abondantes en juillet et août. Les pluies sont un signal de départ pour les éleveurs qui retournent vers des pâturages plus élevés. Certains pêcheurs et agriculteurs qui avaient émigré pendant la saison sèche reviennent, car c’est le moment de planter le riz de saison pluvieuse.

11Entre fin août et fin octobre, le fleuve Logone déborde et inonde jusqu’à 800 000 ha de la plaine. Les poissons frayent dans la plaine immergée. Les déplacements entre villages se font en pirogue. Si les inondations sont particulièrement importantes comme en 2012, elles peuvent causer des pertes d’infrastructure, de cultures et de bétail.

12Les eaux de crue se retirent en novembre et décembre. C’est le moment de la récolte du riz, et le temps de la Grande Pêche : la capture des poissons s’effectue lors de leur retour vers le lit des rivières. La pêche est abondante et certains pêcheurs viennent de loin pour y prendre part. De nombreux pêcheurs et leurs familles vivent temporairement sur leurs lieux de pêche. À partir de janvier, la plaine s’assèche, le revenu et les récoltes générés pendant les périodes productives sont consommés, et le cycle recommence.

13Les mouvements et activités saisonniers décrits ci-dessus reflètent une forme d’auto-organisation : un ajustement à l’échelle de la plaine de la pression sur les ressources à leur abondance. Ces mouvements n’émergent pas de règles explicites mais des décisions individuelles des pêcheurs, éleveurs et agriculteurs, basées sur une connaissance tacite du milieu socioécologique, des habitudes, et des règles implicites d’accès aux ressources et d’interactions entre usagers. Comme l’a observé Rangé (2016) au lac Tchad, dans ce contexte, un certain degré d’incertitude hydroécologique fait partie du fonctionnement « normal » de la plaine pour ses habitants.

Planification en cours, y compris en réponse aux inondations de 2012

14Une analyse de documents de planification issus du gouvernement camerounais suggère une vision impliquant un plus grand contrôle des flux hydrauliques et économiques de la plaine du Logone au moyen de digues, du développement de la riziculture irriguée et de l’ouverture au développement industriel (République du Cameroun, 2014a et b ; Biya, 2012). Le gouvernement a entamé en 2016 un nouveau projet de riziculture au milieu de la plaine inondable, et signé en 2009 un contrat de partage de production permettant l’exploration pétrolière sur une zone couvrant environ 85 % de la plaine inondable du Logone.

15Immédiatement après une forte inondation en 2012, le président Biya s’est engagé à lutter contre les crues du Logone à travers la construction d’une digue de 330 km séparant le fleuve et sa plaine d’inondation côté camerounais (Biya, 2012) afin de « sécuriser les populations, leurs biens, l’environnement et les limites frontalières » (République du Cameroun, 2014a: 3). Des études préliminaires sont menées, et un projet d’accompagnement pour la restauration des digues existantes est en cours (Projet d’urgence de lutte contre les inondations, Pulci). Simultanément, au cours des deux dernières années, le Tchad a commencé les travaux de construction d’une digue le long de la rive droite du Logone, dans le cadre du projet de gestion et de valorisation des ressources naturelles dans les zones soudaniennes (Fonds africain de développement, FAD).

16Ces travaux d’endiguement ont causé des changements d’écoulement des eaux de crue entre 2014 et 2015 : une augmentation de la surface inondée côté camerounais est évidente sur les images satellite (fig. 2A, B, E), malgré le fait que 2015 ait été une année similaire à 2014 en termes de précipitations et de débit du Logone (fig. 2D). Les participants des groupes de discussion ont souligné cette augmentation des inondations en 2015. Dans certains villages, les fortes inondations ont conduit à une bonne saison de pêche mais aussi d’importantes difficultés : 755 habitations ont été endommagées par les inondations de 2015 dans les six villages enquêtés (fig. 2C). Les habitants ont également signalé des dommages aux points d’eau potable, aux magasins de stockage et aux infrastructures religieuses (plusieurs mosquées et une église), ainsi que la détérioration de la qualité des fourrages et de la santé du bétail, et la perte de toute récolte de riz de saison pluvieuse.

Figure 2

Figure 2

A : Image satellite (Landsat) de la plaine en novembre 2014. Les lignes blanches sont les digues existantes, en cours de rénovation. B : Image satellite (Landsat) de la plaine en novembre 2015. La ligne rouge est la digue construite en 2015. Le contour pointillé est le contour de végétation aquatique (proxy pour l’inondation) en novembre 2014, pour comparaison. Les flèches rouges montrent le déplacement de la zone inondée entre 2014 et 2015. C : Zoom du cadre noir en B et localisation des villages où les groupes de discussion ont été tenus. D : Débit du Logone à Bongor, environ 80 km en amont de la plaine (m3.s-1, données Drem Tchad). La ligne pointillée verticale rouge marque le discours du président Biya à Guirvidig. Les flèches vertes marquent les dates des images Landsat de novembre 2014 (*) et 2015 (**). La flèche rouge sous le graphique marque la date de la photo en E (le lieu de la photo est montré en C).

(Adaptée de Laborde et al., 2018)

Adaptation endogène en réponse aux inondations de 2015

17Dans tous les villages enquêtés, les ménages ont pris en 2015 une série de mesures pour prévenir ou atténuer les conséquences des inondations de l’année suivante, par exemple en construisant des diguettes autour de leurs maisons. Suite à la perte des récoltes en 2015, la culture du riz de saison pluvieuse a été suspendue pour la saison 2016. Certains ont également rapporté avoir détruit une partie des constructions sur leurs concessions afin de réutiliser le matériau pour des remblais. La décision de ne pas reconstruire les maisons détruites en 2015 afin de ne pas risquer une nouvelle destruction en 2016 a également été rapportée par 25 ménages. Mahamat a effectué des visites dans la plaine pendant et après les inondations de 2016 et 2017. En 2016, à la suite d’une inondation moins importante qu’en 2015, les dommages furent moindres. En 2017, les mesures de protection se sont avérées insuffisantes : bien que l’inondation soit jugée « moyenne » par Mahamat, elle a tout de même donné lieu à des dommages très importants et localisés comme en 2015 dans les villages à proximité de l’extrémité des digues sur le Logone.

Discussion

18Notre recherche a mis en évidence les interactions entre deux modes d’organisation hydrosociale dans la plaine du Logone en réponse aux inondations : la planification à large échelle et l’auto-organisation. Le discours actuel du gouvernement sur le futur de la plaine est focalisé sur la notion de contrôle, contrastant avec la métaphore « organique » de Mahamat avec laquelle nous avons ouvert cet article, qui illustre l’auto-organisation fluide qui a prévalu jusqu’à maintenant à l’échelle de la plaine.

19Contrairement à ses objectifs, la logique gouvernementale de protection contre les inondations a contribué à court terme à une augmentation de l’incertitude hydroécologique pour les populations de la plaine, d’autant que les projets de digue ont été mis en œuvre sans réel engagement des populations locales. Il est utile de rappeler ici le travail de James Scott (1998), qui explique l’échec fréquent des projets de transformation étatique du paysage écologique et social par trois caractéristiques :

  • La simplification des interactions socioécologiques par les institutions étatiques : la catégorisation des inondations comme un phénomène qui doit être simplement « combattu » (le « l » dans Pulci est pour « lutte ») ignore les conséquences multiples, dynamiques et complexes des inondations dans la plaine. Ce discours simplificateur promeut une transition de la situation actuelle de « vie avec les inondations » vers une plaine espérée plus productive au travers d’une « lutte contre les inondations » (Di Baldassarre et al., 2013) qui faciliterait les activités agroindustrielles et les cadres administratifs tels que les inventaires fonciers ou bilans de production. La vision d’un fleuve Logone contrôlé et sédentaire est associée à celle de la sédentarisation et de l’encadrement par le pouvoir central des pratiques de production – une vision difficilement compatible avec la multiactivité et la mobilité décrites en figure 1.

  • L’idéologie moderniste qui sous-tend les grands projets de génie civil comme la digue-route, basée sur une confiance totale en la maîtrise de la nature par des moyens technologiques : le fleuve Logone a un débit qui atteint une moyenne de 1800 m3.s-1à la fin de la saison des pluies. Suggérer que priver le fleuve de ses milliers de kilomètres carrés de plaine d’inondation – sur les deux rives – permettra un contrôle total des eaux semble plus qu’ambitieux, et ignorant des risques de rupture qui sont inhérents à ce type d’aménagement (Di Baldassarre et al., 2016).

  • Le manque d’implication de la société civile dans ce type de projet à grande échelle orchestré par l’État : les projets tels que l’endiguement du Logone ont tendance à s’effectuer avec peu ou pas de consultation préalable des populations locales.

20La solution pour Scott (1998) est une meilleure prise en compte des connaissances locales. Nous soutenons ici qu’il est nécessaire d’aller au-delà de la division entre connaissances locales et technoscientifiques, et qu’une des clés de la planification environnementale est de maintenir les rythmes (i), la connectivité (ii) et l’apprentissage en continu pour une auto-organisation durable (iii).

Rythmes

21Les réseaux auto-organisés sont adaptables aux changements progressifs (Lansing, 2012), mais ils dépendent d’une régularité relative, à long terme, des rythmes socioécologiques. Par exemple dans la plaine du Logone, les éleveurs transhumants se basent sur leurs connaissances spatiales et temporelles des inondations pour décider de leurs déplacements, dans l’expectative qu’elles seront suffisamment régulières d’année en année. Les pêcheurs ajustent leurs mouvements en fonction du mouvement d’autres pêcheurs, et d’indices hydroécologiques liés de manière relativement fiable à certains phénomènes (tels que le mouvement des poissons). Les agriculteurs anticipent une montée des eaux favorable à la croissance des cultures. Lorsque les rythmes de la plaine sont perturbés, la capacité d’adaptation peut être compromise car l’incertitude devient trop importante pour qu’un nouveau régime hydraulique émerge comme nouvelle « norme » (Dumas et al., 2010). Les groupes de discussion ont confirmé que les communautés de la plaine sont très adaptables et réactives, changeant leurs pratiques d’une année à l’autre pour atténuer l’impact des inondations à venir. Cependant, ce type de réponse n’est pas toujours suffisant lorsque la variabilité hydroécologique est importante, comme cela a été le cas depuis 2015.

Connectivité

22La considération de la connectivité sociale et écologique est une clé de l’auto-organisation durable, en particulier dans les plaines inondables. Le projet de digue-route propose une modification drastique des flux hydrologiques, sans analyse de la modification tout aussi drastique des relations sociales et écologiques que celle-ci entraînerait (Krause et Strang, 2016) : le blocage dans un premier temps, puis la modification à grande échelle des cycles actuels de pêche, d’agriculture et d’élevage.

Apprentissage continu

23Enfin, l’auto-organisation implique une rétroaction constante entre les processus sociaux et écologiques qui nécessite un apprentissage continu. Le paradigme moderniste tend à proposer des schémas normatifs (e.g. « la construction d’une digue suffisamment élevée arrêtera les inondations ») et à réprimer du même coup l’apprentissage expérientiel et continu (« à tout moment, en fonction des changements hydrologiques, devrions-nous changer nos pratiques ? »). Dans la plaine du Logone, l’intention des gouvernements de canaliser le fleuve risque de conduire à une prophétie autoréalisatrice de nécessité grandissante d’interventions technologiques ; comme pour le Mississippi, où la tentative de contention du fleuve a entraîné une augmentation des niveaux d’eau et d’érosion après la saison des pluies et, en réaction, une augmentation graduelle de la hauteur des digues, avec pour conséquence une vulnérabilité accrue aux inondations catastrophiques (Pickering, 2006, Di Baldassarre et al., 2010). Une telle escalade reflète un déni de la connectivité socioécologique, déjà apparent dans la préconisation pour la digue camerounaise d’être rehaussée à une hauteur « au moins 20 cm plus haute » que celle côté tchadien (République du Cameroun, 2014a: 47, 61).

Conclusion

24Nous avons présenté les dynamiques hydrosociales dans la plaine d’inondation du Logone dans le cadre des plans actuels de modification des berges du fleuve à des fins de développement économique, mettant en évidence les interactions entre planification étatique et auto-organisation en réponse aux inondations. Nous avons montré que les aménagements issus de la planification étatique ont augmenté entre 2015 et 2017 l’incertitude liée aux écoulements des eaux de crue, augmentant du même coup la pression sur la capacité d’adaptation des populations locales.

25Nous soutenons que le risque d’un projet comme la digue-route est celui d’un déni de la complexité socioécologique et des propriétés d’auto-organisation de la plaine inondable. Nous ne suggérons pas qu’aucune planification ou modification hydraulique soit appropriée. Cependant, de tels changements doivent prendre en compte les rythmes et la connectivité dans le système, et s’inscrire dans un processus d’apprentissage continu au travers du suivi des changements sur le terrain. Un soutien scientifique peut jouer un rôle important dans ce processus, par exemple au travers de l’étude et la modélisation des rétroactions hydrosociales (i.e. Lansing, 2012 ; Lansing et al., 2017), la mise en place collaborative et participative de programmes de monitoring et d’alerte hydroclimatiques (Di Baldassarre et al., 2016), y compris transfrontaliers dans un contexte où, pour reprendre l’expression de Krause (2016), « la digue des uns fait l’inondation des autres ».

Bibliographie

Adams W. M. A., 2014
Wasting the Rain (Routledge Revivals): Rivers, People and Planning in Africa. Routledge, 256 p.

Biya P., 2012
Allocution du chef de l’État à l’occasion de sa visite aux populations victimes des inondations dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord. https://www.prc.cm/fr/multimedia/documents/524-allocution-du-chef-de-l-etat-guirvidig-20-09-2012 (accessed 1 March 2017).

Bonabeau E., Theraulaz G., Deneubourg J. L., Aron S., Camazine S., 1997
Selforganization in social insects. Trends in Ecology & Evolution, 12 (5) : 188-193.

Delclaux F., Seignobos C., Liénou G., Genthon P., 2010
« Water and people in the Yaéré floodplain (North Cameroon). » Floodplains: Physical Geography, Ecology and Societal Interactions. Nova publishers, Hauppauge (NY) p. 1-27.

Di Baldassarre G., Montanari A., Lins H., Koutsoyiannis D., Brandimarte L., Blöschl G., 2010
Flood fatalities in Africa: from diagnosis to mitigation. Geophysical Research Letters, 37 (22).

Di Baldassarre G., Kooy M., Kemerink J. S., Brandimarte L., 2013
Towards understanding the dynamic behaviour of floodplains as human-water systems. Hydrology and Earth System Sciences, 17 (8), p. 3235.

Di Baldassarre G., Brandimarte L., Beven K., 2016
The seventh facet of uncertainty: wrong assumptions, unknowns and surprises in the dynamics of human-water systems. Hydrological Sciences Journal, 61 (9), p. 1748-1758.

Dumas D., Mietton M., Hamerlynck O., Pesneaud F., Kane A., Coly A., Duvail S., Baba M. L. O., 2010
Large dams and uncertainties: the case of the Senegal River (West Africa). Society and Natural Resources, 23 (11) : 1108-1122.

Krause F., 2016
« One Man’s Flood Defense Is Another Man’s Flood » : Relating Through Water Flows in Gloucestershire, England. Society & Natural Resources, 29 (6), p. 681-695.

Krause F., Strang V., 2016
Thinking relationships through water. Society & Natural Resources, 29 (6), p. 633-638.

Laborde S., Mahamat A., Moritz M., 2018
The interplay of top-down planning and adaptive self-organization in an African floodplain. Human Ecology, 46 (2) : 171-182.

Lansing J. S., 2012
Perfect order: Recognizing complexity in Bali. Princeton University Press, 248 p.

Lansing J. S., Thurner S., Chung N. N., Coudurier-Curveur A., Karakaş Ç., Fesenmyer K. A., Chew L. Y., 2017
Adaptive self-organization of Bali’s ancient rice terraces. Proceedings of the National Academy of Sciences, p. 6504-6509.

Lemoalle J., Magrin G., dir., 2014
Le développement du lac Tchad : situation actuelle et futurs possibles. CBLT, N’Djamena, Marseille, Expertise collégiale IRD, AFD-FFEM, rapport de synthèse, 67 p. + traduction anglaise et contributions intégrales des experts (CD, 20 chapitres, 620 p.).

Moritz M., Laborde S., Phang S. C., Ahmadou M., Durand M., Fernandez A., Hamilton I. M., Kari S., Mark B., Scholte P., Xiao N., 2016
Studying the Logone floodplain, Cameroon, as a coupled human and natural system. African Journal of Aquatic Science, 41 (1) : 99-108.

Moritz M., Hamilton I. M., Chen Y. J., Scholte P., 2014
Mobile pastoralists in the Logone Floodplain distribute themselves in an Ideal Free Distribution. Current Anthropology, 55 (1) : 115-122.

Pickering A., 2006
New ontologies. Andrew Pickering. https://ore.exeter.ac.uk/repository/bitstream/handle/10036/29882/newontols1006.pdf?sequence=3 (accessed 1 Feb 2017).

Rangé C., 2016
Multi-usage des ressources et mobilités : l’intensification dans une zone humide sahélienne. Le lac Tchad vu par sa fenêtre camerounaise. Thèse de doctorat, AgroParisTech, 675 p.

Rangé C.
« Des communs non excluant ? La gouvernance des ressources naturelles dans la partie camerounaise du lac Tchad ». Ce volume.

République du Cameroun, 2014a
Études techniques en vue de la construction d’une digue-route, la protection des berges et l’aménagement des infrastructures hydroagricoles le long du fleuve Logone entre Gobo et Kousseri, dans la région de l’Extrême-Nord. – Termes de Référence.

République du Cameroun, 2014b
Études d’impact environnemental et social du Projet d’urgence de lutte contre les inondations (Pulci) dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun.

Scott J. C., 1998
Seeing like a state: How certain schemes to improve the human condition have failed. Yale University Press, 460 p.

Seignobos C., Iyébi-Mandjek O., éd., 2000
Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun. Yaoundé (CMR), Paris, MINREST, IRD, 172 p.

Notes

1 Cours d’eau

Table des illustrations

Titre Figure 1. Cycle couplé de l’hydrologie et des principales activités humaines dans la plaine d’inondation du Logone.
Légende Zones grises : zones inondées (Landsat). Flèches roses : mouvements de pêcheurs. Flèches vertes : mouvements des éleveurs et leurs troupeaux.
Crédits (Adaptée de Laborde et al., 2018)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30798/img-1.png
Fichier image/png, 163k
Titre Figure 2
Légende A : Image satellite (Landsat) de la plaine en novembre 2014. Les lignes blanches sont les digues existantes, en cours de rénovation. B : Image satellite (Landsat) de la plaine en novembre 2015. La ligne rouge est la digue construite en 2015. Le contour pointillé est le contour de végétation aquatique (proxy pour l’inondation) en novembre 2014, pour comparaison. Les flèches rouges montrent le déplacement de la zone inondée entre 2014 et 2015. C : Zoom du cadre noir en B et localisation des villages où les groupes de discussion ont été tenus. D : Débit du Logone à Bongor, environ 80 km en amont de la plaine (m3.s-1, données Drem Tchad). La ligne pointillée verticale rouge marque le discours du président Biya à Guirvidig. Les flèches vertes marquent les dates des images Landsat de novembre 2014 (*) et 2015 (**). La flèche rouge sous le graphique marque la date de la photo en E (le lieu de la photo est montré en C).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30798/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k

Auteurs

Sarah Laborde, anthropologue, post-doctorante, institut australien des Rivières, université de Griffith, Nathan, Australie.

Aboukar Mahamat, association camerounaise pour l’éducation environnementale, Maroua, Cameroun.

Mark Moritz, anthropologue, professeur, département d’anthropologie, université d’État de l’Ohio, Columbus, États-Unis d’Amérique.

© IRD Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search