Version classiqueVersion mobile

Le Tchad des lacs

Partie 4. Des territoires en mutation : le défi du développement durable

Introduction

Christine Raimond, Florence Sylvestre et Dangbet Zakinet

Texte intégral

De l’or a été découvert au Fitri en 2016. Les habitants du lac s’interrogent sur l’avenir de cette activité et le partage des ressources avec les migrants et les investisseurs extérieurs (Ati Ardep, janvier 2016).

De l’or a été découvert au Fitri en 2016. Les habitants du lac s’interrogent sur l’avenir de cette activité et le partage des ressources avec les migrants et les investisseurs extérieurs (Ati Ardep, janvier 2016).

© K. Nkouka.

1Les zones humides sahariennes et sahéliennes sont des systèmes complexes, dont l’avenir est difficile à anticiper. Leur équilibre écologique est fragile du fait de leur localisation en zone aride et semi-aride et de la variabilité d’une année à l’autre des apports en eau. Malgré les contributions scientifiques récentes, les échanges avec le sous-sol (aquifères inclus) et l’atmosphère sont encore peu connus, et moins encore leur évolution dans le cadre du changement climatique actuel. Si la compréhension des paléoenvironnements peut aider les scientifiques à envisager les modifications environnementales à venir, les incertitudes liées aux prédictions climatiques sont encore trop grandes pour définir une trajectoire unique d’évolution. La pression anthropique croissante, l’évolution des techniques et les politiques d’encadrement constituent de nouvelles variables à intégrer sur des pas de temps beaucoup plus courts et qui peuvent influer de manière beaucoup plus radicale sur l’écosystème et la disponibilité en ressources.

2Dans les pays en développement, les dispositifs de protection environnementale ne sont pas viables s’ils ne tiennent pas compte des besoins vitaux des sociétés tout en prévenant la reproduction des écosystèmes pour les générations futures. Conserver ou développer ne constitue donc pas une alternative pour les zones lacustres, comme en attestent les dispositifs de protection environnementale octroyés depuis les années 2000 au Tchad : Patrimoine mondial de l’Unesco, Réserve de Biosphère, zone Ramsar ne sont pas des aires protégées qui excluent les sociétés lacustres, mais qui prévoient au contraire leur participation à la gestion environnementale et intègrent les activités anthropiques. Près de 20 ans après leur mise en place, le constat de la surexploitation des ressources lacustres et la crise de gouvernance reposent la question d’un développement adapté au fonctionnement très particulier des zones humides africaines dans le contexte du changement global. Il rappelle aussi l’impérieuse nécessité de l’intégration des populations à l’établissement des diagnostics de changements, à la gestion territoriale et environnementale ainsi qu’aux discussions avec les experts et les gestionnaires pour définir un avenir souhaitable.

3Les pistes d’avenir explorées dans cette dernière partie éprouvent le concept du développement durable. Elles rappellent l’importance de la prise en compte des jeux d’échelles, du local à l’international, de l’individuel au collectif, pour appréhender les trajectoires possibles. Dans les zones lacustres, comme dans le reste des zones humides sahéliennes, les questions de l’aménagement et du désenclavement sont récurrentes pour stimuler la production, dégager des revenus pour les sociétés rurales et participer à la sécurité alimentaire nationale et régionale. Les rétroactions des aménagements sur le fonctionnement des socioécosystèmes sont envisagées et questionnent leur résilience sur le temps long. Leur efficience écologique et économique est aussi éprouvée au regard des systèmes endogènes et de la productivité des espaces, mais aussi des enjeux liés à la sécurité et à l’emploi. Pour le lac Tchad et sa sortie de crise, trois trajectoires sont envisagées entre chaos et régime humanitaire, grands aménagements et agrobusiness, et développement inclusif reposant sur l’agriculture familiale.

4Les modalités d’accès aux ressources naturelles et de gouvernance sont au cœur des débats, car ce sont ces règles et la régulation des conflits qui sont la base d’une gestion partagée des ressources et de la paix sociale. Dans ce domaine, les études récentes mettent l’accent sur des innovations endogènes basées sur une auto-organisation des acteurs, qui connaissent intimement les flux du socioécosystème, particulièrement bien les rythmes et l’étendue des crues et des décrues, et les usagers qui les exploitent. Ces derniers s’entendent pour occuper l’espace et en aménager collectivement certaines portions au bénéfice de tous. Ces organisations particulières, observées dans le lac Tchad, dans la zone des Yaéré au Nord Cameroun, et aussi dans une certaine mesure dans le lac Iro, dépassent la vision « ostromienne » des communs basée sur l’existence d’un groupe d’ayants droit en capacité d’exclure les autres usagers dans le cadre d’une régulation intentionnelle. Le mode de gouvernance observé repose au contraire sur une coordination fluide et inclusive des acteurs, qui ont permis une intensification des systèmes agricoles et pastoraux. Ce résultat remarquable repose sur la très grande finesse de la connaissance empirique du socioécosystème par les acteurs, résultat d’un apprentissage continu et loin des simplifications technicistes et modernistes des institutions étatiques qui peinent à intervenir dans ces milieux.

5Le dernier texte revient sur la crise de gouvernance au lac Fitri, marquée par un système de régulation dépassé, une crise de légitimité du sultanat bilala et le démantèlement du canton historique du Fitri par l’administration tchadienne depuis 2016 pour consolider son contrôle sur le territoire national. Le double processus à l’œuvre, par le bas de construction territoriale et nouveaux modes de gouvernance à l’intérieur de la zone humide et, par le haut, la fragmentation du territoire du sultanat, remet aussi en cause l’idée tentante de s’appuyer totalement sur une institution coutumière jadis puissante pour assurer l’équité dans l’accès aux ressources et la régulation des conflits.

6Il n’existe pas un seul modèle de gouvernance idéal pour les zones humides, mais une grande diversité d’alternatives qu’il convient de mieux documenter pour appuyer les expérimentations indispensables dans les territoires en crise. Du modèle ostromien typique, représenté par le lac Fitri et le sultanat bilala, aux modèles d’auto-organisation décrits ci-dessus, le panel est large pour penser des innovations institutionnelles originales support de progrès et de développement social et économique durable. Surtout, l’observation de ces institutions renouvelle la question des communs, qui peine encore à être intégrée des législations nationales inadaptées.

7Comprendre ces mutations est un enjeu fondamental pour la conservation des zones humides sahéliennes et la viabilité des systèmes mis en place. C’est aussi une contribution majeure aux éclairages locaux indispensables à toute prise de décision en matière de gestion territoriale d’une part, et à la conception de politiques publiques et lois nationales adaptées aux réalités locales d’autre part, à l’heure où le changement climatique invite à penser de nouveaux rapports entre milieux et sociétés.

Table des illustrations

Titre De l’or a été découvert au Fitri en 2016. Les habitants du lac s’interrogent sur l’avenir de cette activité et le partage des ressources avec les migrants et les investisseurs extérieurs (Ati Ardep, janvier 2016).
Crédits © K. Nkouka.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30780/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 879k

Auteurs

Dangbet Zakinet, historien, enseignant-chercheur, directeur de la recherche et de l’innovation (Mesri), université de N’Djamena, département d’histoire, N’Djamena, Tchad.

© IRD Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search