Chapitre 15. Les territoires d’eau ou comment gérer les ressources halieutiques dans les espaces lacustres ?

Les lacs Fitri et Iro

Marguerite Saunier, Christine Raimond et Brahim Abba Ambar

Introduction

  • 1 Cette recherche s’est effectuée dans le cadre du projet Grands écosystèmes lacustres tchadiens (Gel (...)

1Un « territoire d’eau » est un espace aquatique délimité de manière symbolique et/ou concrète. Il est qualifié de territoire lorsqu’il est approprié par les populations qui utilisent ses ressources halieutiques. Comme tout territoire au sens politique, ses limites sont parfois contestées et revendiquées (Fay, 1989 : 173, cité par De la Croix, 2015). Alors que la réglementation internationale des pêcheries maritimes est devenue un impératif majeur face à la menace que celles-ci font peser sur les écosystèmes marins, les conséquences écologiques et humaines des pratiques de pêche continentales demeurent difficiles à évaluer car souvent peu contrôlées (FAO, 2012 : 68). C’est le cas notamment au Tchad, où nous avons étudié en 2015 et 20161 la gestion de la ressource halieutique au lac Fitri et au lac Iro.

2Dans les années 1970, les pêcheries artisanales de milieu fluviolacustre en région sahélienne connaissent une pression anthropique sans précédent suite à plusieurs années de sécheresse exceptionnelles (Quensière, 1994). En parallèle, au Tchad, la pêche s’inscrit dans le cadre de changements socioéconomiques majeurs, avec l’amélioration technique de la filière, l’augmentation de la demande alimentaire de la population urbaine et plus généralement, la croissance démographique. À l’échelle des zones de pêche, ces mutations posent des questions de paix sociale, de partage équitable des ressources et de durabilité.

3En comparant les lacs Fitri et Iro, deux zones humides enclavées qui s’intègrent à présent aux marchés urbains et aux nouvelles infrastructures, nous cherchons à comprendre les processus institutionnels en œuvre pour gérer la compétition croissante sur les ressources halieutiques ainsi que les formes de collaboration et de résistances communautaires. Nous voulons mettre en évidence l’existence d’une gestion institutionnelle et territorialisée de la ressource halieutique sur ces deux lacs. Ces espaces lacustres ne sont pas de vastes ensembles homogènes, ils révèlent au contraire de multiples manières de gérer des territoires remettant parfois en cause l’équité de l’accès aux ressources naturelles. Notre démarche s’inspire des approches du développement participatif, devenues credo de la résilience des projets de développement depuis les travaux conduits par Elinor Ostrom sur les systèmes socioécologiques (Brondizio et al., 2009).

4Nous posons l’hypothèse que la pression anthropique et la diversification des activités qui touchent ces deux lacs réactivent des principes de gestion plus anciens. La présence d’un pouvoir traditionnel fort au lac Fitri peut pallier les manquements de l’État dans un pays classé parmi les plus pauvres, toutefois avec le risque de servir son propre intérêt. En revanche, un pouvoir traditionnel moins unifié et territorialisé sur le lac Iro semble exacerber des tensions économiques et environnementales, tout en préservant des espaces de liberté éventuellement plus propices à des arrangements institutionnels novateurs.

5Nous nous appuierons sur les notes recueillies au cours d’une centaine d’entretiens semi-directifs menés entre 2015 et 2016 avec des pêcheurs, des chefs coutumiers, des agents de l’État, des membres de groupements de pêche et d’associations. Nos bases locales d’études furent : au Fitri, l’île de Moudo, habitée par des pêcheurs, et le sultanat ; au lac Iro, les locaux du Prodepêche en compagnie de l’équipe du programme Gelt. Les entretiens étaient le plus souvent menés en groupe avec des interprètes pêcheurs ou enseignants, autochtones ou allochtones, qui nous ont guidés sur les lacs et dans nos analyses. Notre sujet s’appuie sur l’observation de la répartition des pêcheurs autour du lac, de leur appropriation du territoire au contact d’autres communautés, ainsi que de leur rapport à la réglementation de la pêche.

Figure 1. Croquis des îles Doumourou.

Figure 1. Croquis des îles Doumourou.

Réalisation : Marguerite Saunier, 2015.

6Nous présenterons d’abord les modèles de gestion anciens des lacs Fitri et Iro, puis nous verrons comment les récentes évolutions démographiques et socioéconomiques ont entraîné une mutation de la gestion de la pêche. Enfin, nous nous intéresserons à la territorialisation des espaces lacustres et au rôle des institutions dans la régulation des activités halieutiques.

Poissons et coutumes : les lacs Fitri et Iro, deux modèles de gestion anciens des ressources halieutiques

La modernisation de la pêche en territoire bilala

7Le lac Fitri, situé en région sahélienne, est un lac endoréique peu profond dont la superficie peut être multipliée par trois entre la saison sèche et la saison pluvieuse (Courel et al., 2005). La situation de ce lac en zone semi-aride et la répétition d’épisodes de sécheresses totales en 1984 et 1996, limitent la quantité et la variété des espèces halieutiques. En 2002, on estimait la pêche entre 50 et 75 kg par jour (Cima-Sogec, 2002), une production largement en deçà de son potentiel. En 2016, cette production a probablement augmenté et nous en verrons les facteurs et les conséquences.

8La pêche au lac Fitri est une activité ancienne pour les populations locales, au même titre que la chasse et la cueillette en complément de l’agriculture. Les Bilala sont considérés comme les autochtones du lac Fitri. Ils ont construit leur identité autour du territoire et de l’organisation politique et religieuse d’un sultanat dont le siège se situe à Yao. Avant la colonisation, et avant l’État tchadien, le sultanat possédait les pleins pouvoirs sur la région du lac Fitri.

9Le pouvoir du sultanat repose sur une structure centralisée : le sultan, représentant suprême, gouverne avec l’aide de sa cour et un système hiérarchisé. Il est représenté par des khalifa dont l’autorité couvre un territoire spécifique. Ces territoires comptent ensuite des kaïdala responsables de plusieurs villages et de leurs territoires. Les chefs de village appelés boulama sont élus par les villageois et dépendent des kaïdala.

10Ces différentes instances de pouvoir ont un rôle en matière de pêche. En principe, les pêcheurs allochtones sont introduits sur les différents territoires de pêche par le sultan. Aujourd’hui, ils se présentent plus communément auprès des boulama ou kaïdala responsables des îles et campements (Marty et al., 2012). D’autres règles anciennes sont issues de cultes de la Margaï, déesse de l’eau. Ainsi les prêtres de l’eau, N’Garboulou, veillaient au respect des cérémonies de la pêche en son honneur (Hagenbucher, 1968). Lors du sacrifice, la pêche était interdite pendant plusieurs jours. Depuis les années 1970, ces traditions sont plus ou moins secrètes ou oubliées ; elles ont été en partie concurrencées par l’autorité religieuse du sultanat musulman.

  • 2 Palangre : ligne fixée à la surface ou en profondeur, posée durant plusieurs heures ou journées sur (...)

11Par ailleurs, jusque dans les années 1990, les palangres2 étaient les seuls outils autorisés sur le lac par le sultan, les pirogues à fond plat étaient interdites et la pêche se pratiquait uniquement durant la saison sèche pour permettre au stock de se régénérer en saison des pluies (Courel et al., 1997). Depuis, les outils de pêche se sont diversifiés sur le lac avec l’utilisation des nasses et des filets et l’augmentation du nombre de pêcheurs.

Les ressources halieutiques au cœur du pays d’Iro

12Le lac Iro est situé en région soudano-guinéenne. De forme circulaire, sa superficie moyenne est de 105 km², tandis que ses environs abritent des forêts denses arbustives et des plaines d’inondation alimentées par le Chari et le Bahr Salamat. Grâce à la pluviométrie plus importante et une superficie moins variable, on recense plus d’une vingtaine d’espèces de poissons (Paigbc, 2012). La pêche est plus conséquente qu’au lac Fitri, avec une production moyenne de 175 kg/jour par an (tabl. 1).

Tableau 1. Comparatif des principales caractéristiques entre les lacs Fitri et Iro.

Caractéristiques

Lac Fitri

Lac Iro

Région

Batha

Moyen-Chari

Population du département

110 403 habitants (Fitri,
chef-lieu Yao)

174 195 habitants (lac Iro,
chef-lieu Kyabé)

Superficie en eau moyenne

800 km2

200 km2

Lieux de stockage et d’exportation locaux

Yao, Galo, Am Djamena Bilala
(saison pluvieuse)

Malam, Masidjanga, Moundourou (saison pluvieuse), Roro

Marchés locaux

Yao, Galo, Ati Ardep, Dogo, Doubonoro

Boum Kebir, Roro

Sources : Paigbc, 2012 ; RGPG2, 2009.

13La communauté goula est une communauté culturelle et linguistique présente dans le sud du Tchad et en République centrafricaine. Les Goula Iro sont parmi les plus anciens habitants du lac Iro et, comme pour les Bilala au Fitri, pratiquent la pêche pour leur propre consommation depuis plusieurs siècles. Au début du xxe siècle, pendant la colonisation française, les autorités ont désigné parmi les dignitaires du village de Boum Kebir un responsable traditionnel du canton Iro, ce qui a conféré à ce village ainsi qu’à la communauté goula une responsabilité dans la gestion des ressources sur l’ensemble du lac (Pairault, 1994).

  • 3 Plusieurs versions nous ont été racontées, il nous a été impossible d’affirmer l’absence de tout te (...)

14Dans les années 1960, les Goula pêchaient à l’aide de pièges et de sagaies. Tout comme au lac Fitri, les épisodes de sécheresse des années 1970 et 1980 marquent l’arrivée de nouveaux pêcheurs et de nouvelles techniques (Pairault, 1994). Contrairement au lac Fitri, la pêche n’est pas centralisée autour d’une figure traditionnelle ancienne3 comme le N’Garboulou ou le sultan du lac Fitri. D’après Claude Pairault et nos entretiens, le chef traditionnel du lac Iro s’est effacé au profit du chef de canton.

15Par ailleurs, il n’y a pas d’organisation supra-villageoise, les villages sont indépendants les uns des autres et parlent parfois des langues différentes. On remarque cependant que des chefs de mare sont en charge du contrôle des bras et des mares résiduelles durant la saison sèche du Bahr Salamat. Ces autorités coutumières, dont le pouvoir se transmet de génération en génération, émettent des règles spécifiques telles que la périodisation de la pêche et la délimitation des zones de mise en défens.

La filière pêche en développement et le dérèglement du système traditionnel

16Alors que la région du Batha demeure parmi les moins peuplées au Tchad, entre 1989 et 2009 la population du département du lac Fitri est passée de 59 000 à 110 403 habitants (RGPH2, 2009). Dans le sud du Tchad, le lac Iro bénéficie de sa proximité avec des régions plus dynamiques en termes de desserte, d’urbanisation et de croissance de la population. Les deux lacs connaissent une pression grandissante sur leurs ressources naturelles qui pèse sur les systèmes de gestion locaux et coutumiers. Ces évolutions sont démographiques et sociales, liées à l’arrivée de plus en plus importante de migrants ; elles sont aussi économiques et géographiques, par le désenclavement de ces espaces et l’amélioration de la commercialisation du poisson ; et enfin politiques, avec l’imposition de dispositifs de protection environnementale dans les politiques nationales sous l’influence des bailleurs de fonds internationaux et le renforcement du pouvoir étatique à l’échelle locale.

Deux lacs aux trajectoires migratoires différentes

17Dans les années 1970, la sécheresse provoque la migration d’éleveurs transhumants et de pêcheurs vers les lacs et les zones humides. Au Tchad, cette période est marquée par l’arrivée importante de pêcheurs kanouri et haoussa venus du Nigeria, comme ce fut le cas au lac Tchad et aux lacs Léré, Fitri et Iro (Mbaye, 2009). Ces pêcheurs ont apporté leurs pratiques de pêche et se sont parfois sédentarisés, en particulier au lac Iro où ils ont été rejoints par leur famille. D’autres populations de pêcheurs sont arrivées ensuite, comme les Kotoko et les N’Gambaye. Cette immigration – d’après nos entretiens – semble inscrite dans la durée au lac Iro. Au lac Fitri, d’après le recensement opéré par le préfet de Yao en janvier 2015, on comptait 5 000 pêcheurs professionnels non bilala. D’après nos interlocuteurs, ces pêcheurs sont arrivés de manière soudaine et importante suite aux violences perpétrées par Boko Haram au lac Tchad. Les articles parus sur le lac Fitri en 2005 valident cette thèse car ils ne mentionnent pas encore la présence des nasses – apanage des pêcheurs venus du lac Tchad – alors qu’on les trouve sur une grande partie du lac aujourd’hui (Courel et al., 2005 ; Dagou et al., 2005). La proportion de plus en plus importante d’allochtones par rapport aux autochtones entraîne non seulement une mutation des techniques de pêche, mais aussi des modifications socioculturelles importantes parmi les pêcheurs.

Émergence du commerce du poisson

18Le lac Fitri n’a pas toujours été réputé pour son commerce de poisson frais. À N’Djamena, il est largement concurrencé par la pêche en provenance du lac Tchad (Couty et Durand, 1968 ; Koussou et al., 2012). Situé à 430 km, le lac Fitri a la réputation d’entretenir une pêche artisanale de poisson séché destinée à la consommation locale et l’exportation vers le Nigeria (Cima-Sogec, 2002).

19La pêche connaît des changements importants liés à la route, désormais en partie goudronnée entre N’Djamena et le lac Fitri. Le débarcadère de Yao n’est plus qu’à 50 km de l’axe routier national N’Djamena-Abéché depuis 2016, ce qui permet d’exporter le poisson frais du lac Fitri jusqu’à la capitale en quatre heures. Les tilapias du lac Fitri sont transportés via des camionnettes remplies de glace et vendus au marché de Dembé à N’Djamena.

20Le lac Iro est réputé pour sa pêche d’exportation, sa production de poisson fumé étant transportée par les pêcheurs et commerçants nigérians depuis les années 1970, et par des pêcheurs de toutes les communautés depuis les années 1990 (Pairault, 1994). Pourtant, le lac demeure difficile d’accès : la réserve naturelle de Zakouma limite le commerce de la pêche vers le nord et les inondations coupent l’ensemble du lac des voies terrestres pendant presque cinq mois dans l’année. Sur place, la pêche semble mieux organisée à des fins d’exportation commerciale qu’au lac Fitri. En effet, les campements de pêche autour du lac sont relativement accessibles en saison sèche. À partir du mois de décembre, les commerçants de poisson circulent le long du lac et récupèrent les productions de chaque campement pour les acheminer jusqu’au marché de Roro puis vers Kyabé en direction de Sahr, du sud du Tchad, de la capitale et éventuellement des pays voisins. En saison des pluies, la pêche se pratique dans les bras du Salamat, tandis que la production du lac Iro est acheminée par voie fluviale jusqu’au village de Moundourou (fig. 3). Comme au lac Fitri, la route goudronnée – accessible depuis Kyabé – se rapproche petit à petit du lac. La commercialisation de la pêche façonne l’espace et le mode vie des habitants du lac Iro. Conformément aux observations de Claude Pairault en 1994, les pêcheurs dépendent des commerçants avec lesquels ils échangent leur capture contre du matériel. Ce système joue au détriment de certains pêcheurs qui se retrouvent endettés et dans une situation précaire.

La loi 14, contestation et revendication du pouvoir coutumier

21Le commerce de la pêche est contrôlé au Tchad depuis les années 1920 et l’époque de la colonisation française. Les premières formes de régulation des ressources halieutiques datent seulement des années 1990 (Chauveau et al., 2000). En 2008, la loi 14/PR/2008 est mise en place et reprend le code de pêche publié par la FAO en 1995 sur la pêche maritime et continentale, soulevant des critiques quant à son caractère coercitif et intempestif (Mugelé, 2013). Elle bannit les engins de pêche les plus dangereux et limite la taille des hameçons et des mailles de filets. Elle installe aussi la taxation du commerce en aval de la pêche, rend le permis de pêche obligatoire et permet d’instaurer des politiques communes de surveillance entre les pays frontaliers du lac Tchad appuyées par la Commission du bassin du lac Tchad.

  • 4 Piège en forme de cage immergé sur les rives et dans les eaux peu profondes.

22Le processus de déconcentration de la gestion de l’environnement au Tchad change la réglementation à l’échelle locale, comme c’est le cas aux lacs Fitri et Iro avec l’implantation de bureaux des Eaux et Forêts dont le pouvoir se juxtapose avec celui des autorités coutumières reconnues par la Constitution tchadienne. Au lac Fitri, le sultanat bilala limitait l’accès aux ressources halieutiques en interdisant les filets, mais l’arrivée de plus en plus importante de pêcheurs émigrés a amené de nouvelles pratiques de pêche. Le filet s’est diffusé au sein de la plupart des communautés. Parallèlement, les autorités étatiques, le préfet et les agents des Eaux et Forêts prennent le pas sur les autorités coutumières plus anciennes. En 2016, plusieurs campagnes « coup de poing » sur le lac Fitri sont destinées à affirmer l’autorité du pouvoir central sur les populations et autorités locales. Sur le campement de Goffé, dépendant de l’autorité traditionnelle du N’Garboulou, des nasses4ont été brûlées en décembre 2015, des filets confisqués et détruits parce qu’ils n’étaient pas conformes aux normes de la loi 14.

  • 5 En langue arabe, la diya, ou prix du sang, est une compensation financière donnée en cas d’homicide (...)

23Au lac Iro, le chef de canton a interdit l’utilisation des sennes de plage. Quelques « chefs de mares » résistent et évoquent une réglementation spécifique de leurs mares. Ils expliquent aussi leurs difficultés face à l’afflux de pêcheurs et l’affaiblissement des coutumes. Le chef de canton, issu de la communauté goula, joue de son statut mi-traditionnel et mi-étatique. En 2015, il a autorisé l’utilisation de la senne de plage sur l’ensemble du lac pour permettre à la communauté goula de Boum Kebir de rembourser un cas de diya5.

Quel rôle pour les institutions locales dans la régulation de la pêche ?

24Une régulation de l’accès aux ressources s’impose dans les zones lacustres pour prendre en compte les besoins essentiels des utilisateurs, le développement économique de ces espaces, la préservation du milieu et la prévention des conflits entre autochtones et allochtones. Ces enjeux appellent les acteurs institutionnels à considérer la gestion de ces espaces afin de garantir l’accès équitable aux ressources.

D’un système mobile, structuré par les campements de pêche, au zonage de pêche

25Les pêcheurs circulent aussi bien sur et autour du lac, selon des mouvements saisonniers. Cette mobilité suit le déplacement des poissons. Les pêcheurs d’une part et les institutions politiques anciennes, de l’autre, ont développé un mode de production adapté à la saisonnalité de la pêche et à la topographie des lacs. Les pêcheurs de ces zones lacustres ayant l’habitude de travailler dans des eaux peu profondes, la pêche a tendance à être moins abondante en saison pluvieuse et jusqu’au mois d’octobre, lorsque le niveau d’eau est élevé. Beaucoup de pêcheurs pratiquent aussi l’agriculture et certains rentrent dans leur village à l’extérieur du lac le temps de la saison de culture. Les territoires d’eau anciens (fig. 2) sont des repères pour localiser l’emplacement des pêcheurs, guider leurs déplacements et faciliter la gestion des ressources sous la surveillance des autorités coutumières.

Figure 2. Les territoires d’eau au lac Fitri, une construction politique (Saunier, 2016).

Figure 2. Les territoires d’eau au lac Fitri, une construction politique (Saunier, 2016).

Source : ESRI Topography Map.

  • 6 Le Programme de développement rural décentralisé du Mayo Dallah du lac et Kabia, issu de la coopéra (...)
  • 7 Ce projet du ministère de l’Environnement tchadien a été mis en place entre 2009 et 2014 avec l’app (...)

26En 2003, le projet Prodalka6 au lac Léré, visait à rassembler les utilisateurs des ressources sur la base d’une gestion traditionnelle ancienne. Des zones de mise en défens pour la pêche ont été délimitées et appuyées par l’autorité traditionnelle du gong de Léré et se sont révélées efficaces en matière de renouvellement du stock halieutique. Le projet Prodepêche7 entre 2009 et 2014 s’est inspiré de ce succès rapide pour l’appliquer au lac Iro, puis au lac Fitri.

27Contrairement au lac Fitri, il n’existe pas au lac Iro de limites entre les villages ni de chefs traditionnels sur le lac. Le Prodepêche, en 2009, a donc tenté d’établir un zonage partageant le lac en trois parties distinctes : une zone banale, une zone tampon et une zone de mise en défens de la pêche pour protéger le stock halieutique et permettre sa reproduction (fig. 3). Ce partage reposait sur les pratiques locales de pêche, avec la mise en défens d’une zone en principe moins fréquentée. Il s’est avéré que le positionnement de la zone de mise en défens entravait surtout la pêche d’un grand nombre de pêcheurs allochtones. Les conflits entre usagers et la pression commerciale ont finalement eu raison de ce zonage. Le comité de surveillance des pêcheurs mis en place par les Ilod (Instances locales d’orientation et de décision), sur le même modèle qu’au lac Léré, n’a eu ni les moyens ni le soutien des autres pêcheurs pour rendre effective la limitation de l’accès à la zone. Au lac Fitri, une zone de mise en défens a aussi été proposée dans le nord du lac mais sa matérialisation n’a pas abouti. Selon nos entretiens, il se pourrait que le N’Garboulou ait été à l’origine de l’opposition à ce zonage, en plus des résistances de la part des usagers et des difficultés à trouver les membres d’un comité de surveillance.

Figure 3. Le lac Iro : un espace organisé par le commerce de la pêche (Saunier, 2016).

Figure 3. Le lac Iro : un espace organisé par le commerce de la pêche (Saunier, 2016).

Source : ESRI World Topographic Map.

Une nouvelle construction politique des territoires dans le lac Fitri

28Les pêcheurs bilala du lac Fitri se réfèrent à un passé commun marqué par des sécheresses pour entretenir un discours autour de la préservation du milieu, présent aussi dans la rhétorique du sultanat. Ces éléments ont permis la construction d’un discours politique, notamment par les autochtones, afin de se prémunir face à l’augmentation des pêcheurs allochtones sur le lac. Ces arguments servent localement à revendiquer des règles d’usage différenciées selon les secteurs du lac (fig. 2).

29Les limites dans l’eau ont surtout été appropriées par un groupe de population représentée par le kaïdala de Gamsa afin de garantir l’usage exclusif des palangres dans sa zone, ce qui en bannit les pêcheurs allochtones qui ne les utilisent pas. Cette limitation de l’accès aux ressources a suscité un mouvement de contestation de la part d’autres Bilala, notamment à Moudo, un village insulaire qui possède une limite traditionnelle dans l’eau avec celle de Gamsa. En effet, les filets ne sont plus aujourd’hui l’apanage des allochtones mais sont aussi communément utilisés par les Bilala. Pour cette raison, des filets de plusieurs pêcheurs de Moudo ont été détruits par des pêcheurs de Gamsa. D’autres kaïdala, comme celui de Daga, se sont inspirés des méthodes du village de Gamsa pour interdire l’usage des nasses dans leur zone, technique jugée parmi les plus prédatrices pour la pêche au lac Fitri selon les Bilala.

  • 8 Par exemple : La Faîtière (« l’organisation tchadienne de la promotion de la pêche, de l’aquacultur (...)

30Ces initiatives coercitives sont plus ou moins soutenues par les associations existantes au lac Fitri8 en raison de leur objectif pour la préservation des ressources halieutiques.

31Le sultan est partagé entre l’encouragement à ces initiatives locales et leur interdiction. En 2014, plusieurs kaïdala, comme celui de Galo, ont rendu l’accès aux ressources payant pour les pêcheurs allochtones. Cette pratique a été rapidement condamnée par le sultan parce qu’elle remettait en cause son autorité et les interdits fondamentaux quant à la possession foncière d’un territoire dans l’eau.

La construction d’un territoire économique au lac Iro

32Au lac Iro, les Goula n’ont pas la même influence politique pour interdire aux autres communautés de pêcher dans leur espace. D’abord parce que la communauté est réduite, mais surtout parce que la pression économique et commerçante s’impose plus fortement qu’au lac Fitri. En effet, avec une pression anthropique et animale très importante, la compétition entre les utilisateurs des ressources semble catalysée par la promiscuité des acteurs. Contrairement au lac Fitri, dont le système repose sur la multiactivité et la multifonctionnalité grâce à l’alternance d’activités telles que l’agriculture, le maraîchage, la transhumance et la pêche, au lac Iro il est difficile de maintenir cet équilibre des activités. L’agriculture sur les rives, surtout le maraîchage en décrue, est très délicate en raison de l’importance du cheptel de saison sèche. Les hippopotames présents dans la zone, et protégés, occasionnent des dégâts importants sur les rives. Cette pression humaine et animale au lac Iro amène les populations à se spécialiser dans les deux activités possibles, à savoir la pêche ou l’élevage, et à laisser de côté l’agriculture.

33La pêche obéit à la loi de l’offre et de la demande dictée par les commerçants, plutôt qu’aux injonctions des institutions politiques existantes mal comprises par les usagers. Ainsi, l’espace semble se structurer d’abord par rapport aux acteurs de la filière, marchés et routes d’exportation du poisson (fig. 3).

34Même si l’accès au lac Iro demeure plus difficile qu’au lac Fitri aujourd’hui (200 km de pistes en partie inondée durant la saison pluvieuse) et que la vente de poisson frais n’est pas développée, il semble que la commercialisation du poisson se soit tournée vers l’extérieur depuis plus longtemps et plus intensément qu’au lac Fitri. Sans autre alternative productive, les populations allochtones comme autochtones puisent dans la ressource piscicole pour obtenir un moyen d’échange et assurer leurs besoins, sans se soucier de la durabilité du système. Cette homogénéité plus grande des intérêts entre les autochtones et les allochtones n’exclut pas la présence de conflits. Au contraire, la compétition pour les ressources entretient des discours basés sur l’appartenance ethnique et les techniques de pêche malgré l’ancienneté des pêcheurs allochtones dans la zone.

Conclusion

35Nous avons étudié la place des modèles anciens de gestion des ressources et dans quelle mesure ils pourraient soutenir la préservation et le développement des espaces lacustres de la région sahélosoudanienne.

36Au lac Fitri, les territoires dans l’eau sont des références communes pour l’ensemble des pêcheurs pour se repérer dans l’espace. Pour certains, elles ont seulement une valeur historique et il est tout à fait anodin de les transgresser. Ces limites ont toutefois le mérite d’être connues de tous, ce qui pourrait leur donner une certaine légitimité dans le cadre d’une gestion partagée des ressources halieutiques sur le lac. Pourtant, les kaïdala responsables de ces espaces dans l’eau, appuyés sur le prestige du sultanat, soutiennent d’abord les intérêts de leur communauté fragilisée par l’arrivée de nouveaux pêcheurs.

37Au lac Iro, il n’existe pas de système de gestion territorialisée appuyée par une autorité coutumière légitime. Une gestion ancienne des ressources existe, mais pour pouvoir la comprendre et la comparer au lac Fitri, il faudrait considérer les chefs de mare et donc étudier le lac Iro dans l’ensemble fluviolacustre régional. Dans ce lac, l’absence d’institution centralisée n’introduit pas une plus grande équité dans l’accès aux ressources entre les autochtones et les allochtones. D’autres acteurs se sont approprié la gestion de la ressource halieutique : ce sont les commerçants, qui, par le prêt de matériel, les crédits et l’organisation des filières structurent l’espace et orientent l’économie de la région. Leurs intérêts s’imposent sans régulation des conflits ni gestion de la ressource.

38Dans le cas de ces deux lacs tchadiens, qu’il s’agisse d’une institution coutumière forte et reconnue, ou fragile car issue d’une construction administrative coloniale, elle se révèle impuissante à relever seule le défi de la gestion environnementale et des conflits d’usages face à une pression anthropique croissante et à la multiplication des acteurs du territoire. Une territorialisation est effectivement en cours et elle ne renvoie pas de la même manière à la notion des communs (Ostrom, 1990). C’est dans le territoire où les règles de gestion sont les plus explicites que s’expriment le plus clairement les exclusions et les replis identitaires, et que s’observe une appropriation différenciée de l’espace par différents types d’acteurs au détriment d’une gestion environnementale concertée. A contrario, dans le lac Iro où les règles d’accès sont moins claires, le territoire lacustre reste un bien commun où aucune partition spatiale n’est tolérée ni appropriée. Cela n’évite pas les conflits intercommunautaires et questionne la durabilité du système et les rapports de force entre pêcheurs et commerçants. Cette situation originale permet toutefois d’envisager plus facilement une gestion intégrée de l’ensemble de l’espace lacustre et la négociation de conventions locales modernes qui ne reposent pas obligatoirement sur une revitalisation de structures traditionnelles affaiblies et contestées.

Bibliographie

Brondizio E., Ostrom E., Young O., 2009
Connectivity and the Governance of Multilevel Social-Ecological Systems: The Role of Social Capital.
The Annual Review of Environment and Resources, 34: 253-278.

Chauveau J.-P., Jul-Larsen E., Chaboud C., 2000
Les pêches piroguières en Afrique de l’Ouest : dynamiques institutionnelles : pouvoirs, mobilités, marchés. Paris, Karthala, 397 p.

Cima-Sogec, 2002
Étude du sous-secteur de la pêche et de l’aquaculture au Tchad (ESSPA). Bilan diagnostic. Partie 3. Ressources halieutiques et production. 151 p.

Courel M.-F., Bachimon P., Riser J., Dagou P., Mustapha M. A., Raimond C., 2005
Géosystèmes lacustres, étude des régions des lacs Léré et Fitri, Tchad. Ministère des Affaires étrangères, France, rapport scientifique, projet Campus 5 : 97 319 107, fac no 99 002 600. Corus (MAE), 318 p.

Courel M.-F., Morin S., Raimond C., 1997
« Intégration modèle ou modèle d’intégration. La gestion de l’environnement au lac Fitri (Tchad) ». In : Singaravelou P., éd. : Gestion de l’environnement dans les pays tropicaux, Bordeaux, Dymset-Cret, p. 311-326.

Couty P., Durand P., 1968
Le commerce du poisson au Tchad. Paris, Orstom, 252 p.

Dagou P., Mustapha M. A., Goltob Mbaye N., Passiring K., Ngar-Odjilo M., 2005
« La pêche dans les lacs Fitri et Léré au Tchad. Techniques de capture, conservation des produits et enjeux de protection ». In : Raimond C., Garine E., Langlois O., éd. : Ressources vivrières et choix alimentaires dans le bassin du lac Tchad. Paris, IRD Éditions/Prodig, p. 87-112.

De la Croix K., 2015
Les territoires-temps des communautés de pêcheurs bozo et somono sur le Niger supérieur (Mali, Guinée). Thèse doctorat, université Paris-Ouest, 463 p.

FAO, 1995
Code de conduite pour une pêche responsable. Rome, 46 p.

FAO, 2008
Profils des pêches et de l’aquaculture par pays : La République du Tchad. [En ligne] Http://www.fao.org/fishery/facp/TCD/fr

FAO, 2012
La situation des pêches et de l’aquaculture. Rome, 241 p.

Fay C., 1989
« La production de pêche dans le delta central du Niger (Mali) : systèmes de perception et d’appropriation des territoires ». In : Durand J.-R., Lemoalle J. et Weber J., éd. : La Recherche face à la pêche artisanale, symp. int. Orstom-Ifremer, Montpellier, France, 3-7 juillet 1989, Paris : Orstom, 1991, p. 881-888.

Hagenbucher F., 1968
Notes sur les bilala du Fitri. Cahiers Orstom, Sciences Humaines, no 5(4) : 39-76.

Koussou M. O., Mbaye N. G., Keilar A. T., 2012
La filière d’approvisionnement de N’Djamena en poisson frais du lac Tchad. Revue Scientifique du Tchad, 13 p.

Marty A., Zakinet D., Khamis D. D., Bernard C., 2012
Almy al Afia 2. Analyse de l’évolution des ressources dans le département du Fitri. Document principal. République du Tchad, programme d’hydraulique pastorale au Tchad central, Phase II. Antea-Iram, 128 p.

Mbaye N. G., 2009
« Les immigrés haoussa de Fouli, au bord du lac de Léré (Tchad) ». In : Tourneux H., Woïn N., éd. : Migrations et mobilité dans le bassin du lac Tchad. Marseille, IRD Éditions, p. 395-416.

Mugelé R., 2013
Enjeux et conséquences de la réglementation sur le bois-énergie au Tchad. EchoGéo [En ligne], 26 | 2013. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/13620 ; DOI : 10.4000/echogeo.13620.

Ostrom E., 1990
Governing the commons: the evolution of institutions for collective action. Cambridge University Press, 280 p.

République du Tchad, 2008
« Du régime des ressources halieutiques ». Loi no 14/PR/2008 portant régime des forêts, de la faune et des ressources halieutiques. République du Tchad : 30-40.

Pairault C., 1994
Retour au pays d’Iro, chronique d’un village au Tchad. Paris, Karthala, 292 p.

Paigbc, 2012
Plan d’aménagement intégré à base communautaire, site de Boum Kebir. Ministère de l’Environnement et des Ressources halieutiques, direction des pêches et de l’aquaculture, 110 p.

Quensière J., 1994
La pêche dans le delta central du Niger. Approche pluridisciplinaire d’un système de production halieutique. Paris, Orstom/Karthala, vol. 1, 495 p.

RGPH2, 2009
Deuxième recensement général de la population et de l’habitat, résultats définitifs par sous-préfecture, mars 2012. Inseed, ministère du Plan, de l’Économie et de la Coopération internationale, annexes : 44-164.

Saunier M., 2015
L’accès aux ressources halieutiques en lien avec l’évolution des techniques de pêche au lac Fitri, Tchad. Mémoire de master 1, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 146 p.

Saunier M., 2016
Les territoires d’eau : enjeux et jeux de pouvoir pour la gestion des ressources halieutiques dans les lacs Fitri et Iro au Tchad. Mémoire de master 2 de géographie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 128 p.

Notes

1 Cette recherche s’est effectuée dans le cadre du projet Grands écosystèmes lacustres tchadiens (Gelt), que nous remercions pour son encadrement scientifique et matériel.

2 Palangre : ligne fixée à la surface ou en profondeur, posée durant plusieurs heures ou journées sur laquelle des hameçons sont attachés.

3 Plusieurs versions nous ont été racontées, il nous a été impossible d’affirmer l’absence de tout temps d’un chef de l’eau pour l’ensemble du lac Iro.

4 Piège en forme de cage immergé sur les rives et dans les eaux peu profondes.

5 En langue arabe, la diya, ou prix du sang, est une compensation financière donnée en cas d’homicide dans le droit traditionnel musulman.

6 Le Programme de développement rural décentralisé du Mayo Dallah du lac et Kabia, issu de la coopération tchado-allemande GIZ.

7 Ce projet du ministère de l’Environnement tchadien a été mis en place entre 2009 et 2014 avec l’appui de la Banque africaine de développement principalement pour stimuler le commerce du poisson.

8 Par exemple : La Faîtière (« l’organisation tchadienne de la promotion de la pêche, de l’aquaculture et de l’environnement » qui chapeaute l’ensemble des groupements de pêche tchadien dont le siège se trouve à N’Djamena), les associations paysannes du lac Fitri (associations apparues à la suite de la tentative de mise en place d’Ilod au lac Fitri par le Prodepêche), l’ATPDI (l’Association tchadienne pour la promotion du développement intégré).

Auteurs

Marguerite Saunier

Marguerite Saunier, géographe, étudiante, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, France.

Christine Raimond

Christine Raimond, géographe, directrice de recherche, CNRS, UMR Prodig, Paris, France.

Brahim Abba Ambar

Brahim Abba Ambar, hydrobiologiste, enseignant-chercheur, université de Sarh, département de biologie, Sarh, Tchad.