Version classiqueVersion mobile

Le Tchad des lacs

Partie 2. Dynamique des socioécosystèmes lacustres

Chapitre 9. Fluctuation des récoltes de sorgho repiqué et potentialités de culture. Une analyse par télédétection dans la région du lac Fitri

Angeline Kemsol Nagorngar, Christine Raimond, Robert Madjigoto, Valère Jofack Sokeng, Datoloum Djimassal, Joseph Libar et Fernand Kouamé Koffi

Texte intégral

Les auteurs expriment toute leur gratitude au programme Gelt qui a financé la collecte des données sur le terrain, au SCAC qui a financé la formation doctorale d’Angeline Kemsol Nagorngar en Côte d’Ivoire et au CNRD pour son appui. Nous remercions aussi l’UMR 8586 Prodig pour son accueil et Mr Tashi Yalikun pour son appui dans les traitements des images satellitaires.

Introduction

1Zone humide située au cœur du Sahel, le lac Fitri devient un objet de convoitise et attire nombre d’hommes et d’animaux venus de zones plus défavorisées. Selon Marty et al. (2012), cette zone lacustre dispose d’un potentiel agricole, halieutique et pastoral très élevé et est considérée comme un grenier céréalier et une zone de refuge aussi bien pour les agriculteurs, les pêcheurs que pour les transhumants et la faune sauvage, principalement en période sèche. Les évaluations réalisées par le Bureau interministériel d’étude et de programmation (Biep, 1989) et les différentes phases des projets du Fonds international de développement agricole (Fida, 2006), montrent aussi les potentialités élevées des ressources naturelles du Fitri pour contribuer efficacement à atteindre de la sécurité alimentaire, non seulement au Fitri mais aussi dans une grande partie de la bande sahélienne du Tchad. Malheureusement, cette zone connaît une crise alimentaire récurrente. Pourquoi cette zone lacustre, que les politiques publiques appellent à devenir une zone de haute productivité agricole pouvant contribuer à la sécurité alimentaire nationale, notamment pour l’approvisionnement des villes, est-elle régulièrement reconnue comme déficitaire en céréales ? Nous posons l’hypothèse que, en plus de la variabilité climatique qui détermine l’extension des cultures de décrue, l’afflux récent et rapide de populations extérieures, qui ne cultivent pas, absorbe une grande partie des productions locales et contribue fortement à l’insécurité alimentaire de la région.

2Cette communication présente les résultats de l’analyse diachronique des images satellitaires du Fitri sur trente ans, afin de suivre l’évolution de l’occupation des sols en relation avec la demande alimentaire locale. Ce travail s’appuie aussi sur les données collectées lors de la campagne de terrain de 2016 organisée et financée par le programme Gelt.

3Nous retenons trois objectifs pour cette présentation :

  • analyser la dynamique spatiale des différentes unités du paysage du Fitri entre 1985 et 2015 par l’imagerie satellitaire pour suivre l’évolution des superficies cultivées ;

  • évaluer la contribution du sorgho repiqué en décrue, appelé « berbéré » au Tchad, à la sécurité alimentaire dans le Fitri ;

  • déterminer les potentialités des zones de cultures de décrue du Fitri par l’analyse multicritère.

Matériel et méthodes

4La zone d’étude couvre une superficie de 3 360 km² (336 000 ha) dans le département du Fitri. Elle prend ainsi en compte les zones inondables du lac Fitri potentiellement cultivables en berbéré (fig. 1).

Figure 1. Localisation de la zone d’étude et des villages enquêtés dans le département du Fitri.

Figure 1. Localisation de la zone d’étude et des villages enquêtés dans le département du Fitri.

5Le climat de la zone est de type sahélien avec deux saisons contrastées : la saison sèche s’étend d’octobre à mai et la saison de pluie de juin à septembre. Les cumuls pluviométriques enregistrés entre 1970 et 2016 à Yao font ressortir une moyenne annuelle de 400 mm. Cinq types de sols se distinguent : les vertisols, les sols steppiques, les sols halomorphes, les sols hydromorphes et les sols minéraux bruts.

6La méthodologie repose d’une part sur le traitement des images satellitaires et l’analyse multicritère et d’autre part sur les enquêtes socioéconomiques auprès des principaux acteurs de la filière agricole du Fitri.

Données satellitaires et enquêtes de terrain

7Pour l’analyse de l’évolution des unités du paysage, nous exploitons les images satellitaires Landsat de 1985 à 2016, disponibles sur le site http://glovis.usgs.gov. Dix scènes sont utilisées et représentent les couples d’images crue/décrue correspondant à une campagne agricole. Les dates des images analysées sont :

  • 13/10/1986 et 01/01/1987

  • 11/08/2001 et 19/02/2002

  • 26/10/2011 et 15/02/2012

  • 24/09/2014 et 14/01/2015

  • 11/09/2015 et 17/01/2016

  • 1 Contrat Isis/Cnes n° 894_2016 avec l’UMR Prodig/Paris 1.

8Le programme Gelt a financé l’achat de 5 images Spot1. Ces images datent respectivement de 27/01/1995, 17/01/2006, 16/09/2009, 09/10/2011 et 06/02/2015. Elles ont servi à la validation de la classification des images Landsat. Les cartes de sols et végétation (Pias, 1970) ont été géoréférencées et vectorisées. Les logiciels Envi et ArcGis ont servi au traitement des données. Les données de terrain sont constituées :

  • de points GPS localisant les unités du paysage pour valider l’interprétation des images satellitaires ;

  • des enquêtes socioéconomiques auprès de 25 producteurs de berbéré, dont 9 focus groupes, dans les campements de berbéré ou les villages (fig. 1) ;

  • des entretiens auprès des autorités administratives et traditionnelles (préfet, sous-préfet, notables représentants du sultan), des agents de l’Office national de développement rural, des ONG et des associations et groupements du Fitri.

Méthodes

Établissement des cartes d’occupation du sol

  • 2 Taux moyen annuel d’expansion spatiale : (...)

9Les cartes d’occupation du sol se basent sur la classification des images satellitaires Landsat après corrections radiométriques et atmosphériques. La difficulté de discriminer les cultures de décrue dans une seule image, en raison des faibles densités de repiquage (Triboulet, 1995), a conduit à mettre en place une méthode contextuelle exploitant des paires d’images crue (août-septembre)/décrue (croissance maximale du berbéré en janvier-février) sous masques successifs (Kemsol Nagorngar et al., 2018). La première image sert à cartographier l’inondation afin de créer un masque radiométrique des zones inondées, qui sera utilisé dans la classification de l’image de décrue pour extraire les zones cultivées en berbéré. À l’issue de la classification, l’évolution des unités d’occupation du sol est calculée par différents taux : le taux moyen d’expansion annuelle, le taux de changement global et la matrice de transition. Ces taux proposés par la FAO en 19632 sont les plus utilisés pour déterminer les états de changement de l’occupation des sols (Noyola-Medrano et al., 2009, Arouna 2012, Kpedenou et al., 2016).

10L’année 1987 constitue la date de départ de l’analyse. Elle est marquée par une faible crue et une pluviométrie à Yao enregistrée en 1986 de 387 mm, et se situe après plusieurs années sèches. En 1984 et 1985 notamment, le lac s’est asséché. En 1987, les enquêtes mentionnent une timide reprise de l’agriculture de décrue.

11L’analyse se termine en 2015, année où l’inondation a été particulièrement bonne. Les enquêtes et les observations directes soulignent une exploitation maximale en berbéré du point de vue des superficies.

12Huit classes d’occupation des sols définies par la télédétection et validées sur le terrain sont discriminées :

  • la forêt correspond à la végétation ligneuse dense de différentes formations végétales : la forêt à Acacia nilotica en bordure du lac, les forêts galeries bordant les cours d’eau et la doumeraie (Hyphaene thebaica) localisée au nord-ouest du lac ;

  • la savane regroupe une formation arborée moins dense que la forêt avec pratiquement les mêmes espèces en plus d’une strate de hautes herbes pérennes. Elle domine dans le paysage et se maintient notamment au sud-ouest et en périphérie du lac ;

  • la steppe renferme une végétation arbustive très clairsemée, séparée par de grandes plages de sols nus et une végétation herbeuse annuelle. Cette classe regroupe aussi les vieilles jachères ;

  • la prairie marécageuse représente la végétation herbeuse inondée (Echinochloa stagnina) sur le pourtour du lac. Elle est en contact direct avec les eaux libres et constitue un lieu privilégié pour le pâturage ;

  • le plan d’eau concentre les eaux libres du lac et des cuvettes alentour ;

  • la culture pluviale représente les superficies mises en culture pendant la saison pluvieuse et dénudées en saison sèche ;

  • la culture de décrue concerne les parcelles repiquées en sorgho en novembre et récoltées en février-mars. En raison de leur petite taille, les parcelles de maraîchage sont également prises en compte dans cette classe ;

  • le sol nu regroupe en majorité les sols noirs très argileux situés au nord du lac, où aucune végétation ne peut se maintenir. Connus localement sous le nom de kosso en bilala, ces sols s’incrustent parfois à l’intérieur des vertisols productifs exploités en berbéré. Il existe également des espaces dénudés, communément appelés naga qui sont surtout localisés dans les steppes, mais assez difficiles à discriminer dans les images Landsat.

Analyse de la sécurité alimentaire

13L’analyse de la sécurité alimentaire a été réalisée à partir des résultats de l’enquête socioéconomique, la prise en compte de la norme de consommation moyenne de céréales estimée à 159 kg/pers par an au Tchad (Cilss, 2004), complétés par les résultats de la dynamique de l’occupation des sols. L’enquête a aussi permis de connaître les techniques culturales du sorgho repiqué et les stratégies d’adaptation des ménages à l’insécurité alimentaire. Les entretiens avec les autorités, responsables d’ONG et associations ont abordé la sécurité alimentaire à l’échelle départementale.

Estimation des potentialités agricoles des zones de décrue

14Les potentialités des zones de culture de décrue sont déterminées par la méthode d’analyse multicritère, qui vise à expliciter une famille cohérente de critères pour concevoir, justifier et transformer les préférences au sein d’un processus de décision (Caillet, 2003, Jofack, 2016). Son but est de considérer tous les paramètres pour leur attribuer un poids lié à leur importance relative et à leur action par rapport à ces critères, ce qui doit aboutir à une agrégation des résultats. Les critères utilisés pour définir les potentialités agricoles des zones de décrue sont : les types de sols, le relief (modèle numérique de terrain), la densité de drainage, la carte d’occupation du sol et l’indice d’humidité calculés sur l’image de 2015, et les zones inondables extraites de l’image de crue de 2014 (Kemsol Nagorngar, 2018). 

Résultats et discussion

Évolution de l’occupation du sol au Fitri entre 1987 et 2015

15Les précisions globales de 85,5 % (1987), 94,9 % (2002) et 81,1 % (2015) valident la classification. Les cartes d’occupation du sol sont présentées figure 2.

Figure 2. Cartes d’occupation du sol du Fitri en 1987 (a), 2002 (b) et 2015 (c).

Figure 2. Cartes d’occupation du sol du Fitri en 1987 (a), 2002 (b) et 2015 (c).

16L’évolution des unités du paysage est établie entre 1987 et 2015 (fig. 3) et précisée par la matrice de transition (tabl. 1). Sur ce tableau, la diagonale contient les valeurs des superficies des unités qui sont restées stables entre les deux dates et les conversions se font des lignes vers les colonnes. Hors de la diagonale se trouvent les valeurs des superficies des unités ayant subi des modifications entre les deux dates.

Tableau 1. Matrice de transition des unités d’occupation du sol au Fitri entre 1987 et 2015.

Unité
en 1987

Unité en 2015

CD

CP

Sol nu

PM

PE

Steppe

Savane

Forêt

Sup. totale en 1987 (ha)

CD

1 901

275

31

773

2 979

CP

2 081

5 767

873

4 289

3 983

7

17 001

Sol nu

5 573

2 150

687

76

1 515

10 001

PM

282

13 531

14 360

420

3 906

32 499

PE

2

6 002

1

6 005

Steppe

9 539

21 646

125

63 025

7 713

102 048

Savane

36 644

17 287

571

7 833

3 536

24 185

63 186

9 761

163 001

Forêt

269

300

674

74

7

926

254

2 504

Sup. totale en 2015 (ha)

56 005

44 999

3 002

24 000

24 003

92 002

82 003

10 022

CD : Culture de décrue, CP : Culture pluviale, PM : Prairie marécageuse, PE : Plan d’eau.

Figure 3. Occupation du sol au Fitri entre 1987 et 2015

Figure 3. Occupation du sol au Fitri entre 1987 et 2015

17Quatre unités de paysage connaissent une évolution fortement progressive au cours de la période considérée. Les plans d’eau se sont étendus avec un taux moyen d’expansion de 5 % par an sur toutes les unités de paysage en périphérie, principalement dans les prairies marécageuses (60 % de la superficie en eaux libres de 2015) et la savane (15 %). Leur superficie passe de 6 000 ha en 1987 à 24 000 ha en 2015, soit un taux global d’évolution de 300 %.

18Avec la progression des eaux libres et le retour des pluies, les cultures de décrue ont connu une forte expansion : de 3 000 ha en 1987 à 56 000 ha en 2015, leur taux global d’évolution est de 1 780 % (11 % par an). Seules 64 % des superficies cultivées en 1987 le sont encore en 2015, et elles ne représentent que 3 % des superficies repiquées en 2015. Le reste s’est transformé en savane (26 %), prairie marécageuse (9 %) et plan d’eau (1 %). L’extension des zones cultivées en décrue est faite sur les zones à nouveau touchées par la crue, sur la savane (66 % des superficies cultivées en 2015), la steppe (17 %), les sols nus (10 %) et les cultures pluviales (4 %).

19Les cultures pluviales se sont aussi fortement étendues, avec un taux global d’évolution de 165 % en vingt-huit ans (4 % par an). Les surfaces qu’elles occupaient en 1987 ont été remplacées par la steppe (25 %), la savane (23 %), les cultures de décrue (12 %) et la prairie marécageuse (5 %) en 2015. Sur les surfaces cultivées en 2015, la proportion des anciennes zones de cultures ne représente que 13 %, les autres apports proviennent essentiellement des steppe (48 %), savane (38 %) et forêt (1 %).

20L’amélioration des conditions hydriques favorise aussi la progression de la forêt, même si sa superficie reste modeste. La forêt à proximité des marécages en 1987 a disparu sous la pression anthropique (défrichages agricoles, pastoralisme), alors qu’une nouvelle forêt d’Hyphaene thebaica se développe au nord-ouest du lac où une succession de cuvettes draine les débordements de la crue du lac. Le taux global d’évolution des forêts est de 300 % sur la période (5 % par an).

21La progression des eaux libres et des surfaces cultivées s’est principalement faite au détriment :

  • des prairies marécageuses, en grande partie recouvertes par les eaux libres et qui n’ont conservé que 42 % de leur superficie de 1987. Elles se sont étendues en moindre proportion sur les forêts, sol nu, cultures pluviales et savane. Leur taux global d’évolution se situe à - 26 % ;

  • des sols nus qui régressent de 70 % (- 4 % par an) et se localisent en 2015 dans des secteurs très différents de ceux de 1987. Ils sont en grande partie recultivés en berbéré (56 % des superficies de sol nu en 1987) ou recouverts par la savane (19 %) ou les marécages (9 %) ;

  • des savanes avec un taux global d’évolution de seulement - 50 % (- 2 % par an), mais cette régression représente la plus grande perte de superficie : elles passent de 163 000 ha à 83 000 ha, soit 80 000 ha perdus entre 1987 et 2015 au profit de toutes les autres unités de paysage. Cette dynamique régressive reflète la pression anthropique croissante dans la région et masque la dynamique climatique favorable à la reprise de la végétation au cours de la période, que l’on observe cependant par la reprise, dans les secteurs où la population est moins dense, de la savane sur la steppe (7 713 ha), la prairie (3 900 ha) et les cultures pluviales (3 983 ha).

22La steppe est l’unité de paysage qui apparaît la plus stable du point de vue des superficies, avec un taux global d’évolution de - 10 % (- 0,4 % par an). Elle a pourtant beaucoup évolué dans le paysage, en ne conservant que 62 % de sa superficie de 1987 en 2015 au profit des cultures pluviales et de décrue et de la savane. Son extension est faite sur les mêmes unités et marque une surexploitation des ressources dans ces espaces, qui semble s’accentuer depuis 2002 (fig. 3).

23De ces résultats il faut retenir un retour à des conditions climatiques favorables depuis les sécheresses des années 1970-1980, qui a permis une augmentation considérable des ressources naturelles disponibles dans la région du Fitri, également soulignée par Yalikun et al. (ce volume). Cependant, la pression démographique croissante, marquée dans les cartes d’occupation du sol par une augmentation spectaculaire des superficies cultivées et le maintien de grandes superficies de steppes entretenues par le pâturage des animaux, limite la régénération de la végétation.

Berbéré et sécurité alimentaire

24Le Fitri dispose de ressources considérables dont le potentiel agricole devrait apporter la sécurité alimentaire à la population, avec le berbéré comme principal moteur. Les besoins céréaliers sont estimés par le Cilss à 159 kg/pers par an au Tchad. Les rendements moyens de berbéré sont estimés à 900 kg/ha selon les enquêtes (confirmé par Biep, 1989). La superficie exploitée en berbéré est estimée à 56 000 ha en 2015 (selon le traitement des images satellitaires, tabl. 1), ce qui donne une production de 50 000 t de sorgho en 2015 (900 kg/ha x 56 000 ha). Or la population du département du Fitri en 2015 est estimée à 163 396 personnes selon le recensement de 2009. Pour couvrir les besoins de cette population en céréales, il faudrait donc 159 kg/personne x 163 396 personnes, c’est-à-dire 26 000 t. Ainsi en 2015, exceptionnellement favorable, les excédents ont été vendus ou échangés avec les éleveurs transhumants ou exportés à l’extérieur de la zone, mais cela ne reflète pas la situation habituelle du Fitri. L’année suivante, par exemple, a connu une crise alimentaire qu’il a fallu compenser par des importations de céréales.

Les facteurs de l’irrégularité de la production céréalière

25Cette variabilité de la production n’est pas seulement due à l’irrégularité de la crue, même si elle explique la variabilité des superficies de berbéré. Nous avons vu par les cartes d’occupation du sol entre 1987 et 2015 que le retour à de meilleures conditions hydriques a permis l’augmentation régulière des superficies repiquées en sorgho. Mais de plus faibles crues interviennent régulièrement. Ainsi, 2015-2016 a entraîné une diminution importante du berbéré, dont les superficies sont passées de 56 000 ha en 2015 à 37 000 ha en 2016 (résultat du traitement des images Landsat).

26La croissance démographique explique aussi une augmentation des besoins alimentaires locaux. Selon les deux recensements officiels, la population du département du Fitri est passée de 77 000 habitants en 1993 à 110 400 en 2009, et les arrivées s’accélèrent depuis. Cette croissance concerne aussi bien les sédentaires que les éleveurs transhumants et les pêcheurs. Certains sont à la recherche de meilleures conditions de vie, d’autres fuient l’insécurité, ou l’aridité de leur milieu d’origine. Si l’augmentation des cultures de décrue et pluviales a suivi le rythme des crues du lac et de la croissance démographique, l’accélération de celle-ci depuis le début des années 2000 aggrave les déficits alimentaires locaux, notamment en cas de crue moins étendue. L’arrivée de plus de 40 000 orpailleurs entre janvier 2016 et avril 2017 (estimation des autorités administratives du Fitri) vient aggraver la situation. Même si en mai 2017, l’État avait réussi à les chasser, l’attraction qu’exerce l’orpaillage sur les populations est telle que le risque qu’elles reviennent est très grand.

27Les ennemis de culture sont nombreux dans cette zone humide et peuvent anéantir une récolte. Le gardiennage des champs contre les oiseaux granivores est obligatoire pendant la fructification et mobilise femmes et enfants durant plusieurs semaines à partir de janvier, avec des moyens rudimentaires utilisés pour protéger les panicules. L’accroissement du cheptel fréquentant la région augmente la pression sur les cultures de décrue, ce qui engendre des conflits plus fréquents entre agriculteurs et éleveurs (Oulona, 2016). De plus, le Fitri accueille une population mobile d’éléphants qui causent des dégâts énormes lorsqu’ils entrent dans les champs, notamment aux alentours de la forêt de Wagna où ils séjournent saisonnièrement ; les phacochères sont redoutables dans la zone de Galo.

Un système agraire adapté aux irrégularités de la production

28Face à la variabilité des ressources en eau, une organisation foncière particulière est observée. Ainsi, les producteurs disposent d’au moins deux parcelles situées dans des zones plus au moins proches du lac. Si l’une est trop, ou pas assez inondée, l’autre peut être mise en culture. Les agriculteurs peuvent aussi emprunter des parcelles à ceux qui ont de vastes superficies, ou recourir aux réserves foncières du sultan en cas d’année très déficitaire. Cette fluidité du système foncier permet aux agriculteurs d’accéder à une parcelle quel que soit le profil de la crue (Mbagogo, ce volume).

29Une autre adaptation à la variabilité des productions est la pratique de la pluriactivité, qui apporte des produits et revenus complémentaires au berbéré (Bémadji, 2016) : la culture pluviale, la pêche (Saunier, 2016), le petit élevage, le maraîchage, la cueillette des noix de doum (Guédon, 2016) et d’autres produits alimentaires (creb, nénuphar, riz sauvage), ainsi que le travail temporaire à Am Djamena-Bilala, Ati ou N’Djamena.

30Cependant, l’accroissement de la demande locale et l’augmentation des ventes de céréales au moment de la récolte pour couvrir des besoins sociaux et/ou pour rembourser des dettes sont une entrave croissante à la sécurité alimentaire locale et à la constitution de stocks à l’échelle des ménages et des villages. La pratique de l’usure est répandue dans la zone d’Am Djamena-Bilala : les commerçants prêtent des produits de première nécessité (céréales, sucre, savon, huile, sel) en période de soudure et se font rembourser en nature à la récolte du berbéré avec un taux d’intérêt qui double ou triple la valeur du produit emprunté.

L’aide alimentaire

  • 3 Agence adventiste d’aide et de développement, au Fitri depuis 2012, financement Usaid.
  • 4 Au Fitri depuis 2012, financement Union européenne.
  • 5 Projet d’amélioration de la résilience des systèmes agricoles au Tchad, au Fitri depuis 2015, finan (...)
  • 6 Projet d’appui au district sanitaire, au Fitri depuis 2016, financement Coopération suisse.

31L’appui technique et matériel de l’ONDR ainsi que des ONG telles que Adra3, Solidarité internationale4, Parsat5 ou Pads6 aident les producteurs à diversifier et intensifier l’agriculture, notamment le maraîchage qui fournit un complément alimentaire non négligeable. Ces organismes apportent aussi une aide alimentaire préventive ou dans l’urgence à travers l’Onasa (Office national de sécurité alimentaire).

32L’alerte famine est déclenchée par le sultan lorsque le Batha ne coule pas pendant trois mois d’affilée après le début de la saison des pluies. L’alerte suit une procédure hiérarchique auprès du sous-préfet, du préfet puis du gouverneur à Ati, qui saisit l’Onasa à N’Djamena. Ainsi, en juillet 2016, 1 000 sacs de 100 kg (100 t) de mil pénicillaire ont été envoyés au Fitri et revendus au prix subventionné de 11 000 F/sac. Les sacs sont répartis par village et quartier selon la taille de la population. Dans les zones enquêtées, chaque famille a reçu un sac pour 4 personnes. L’Onasa a encore envoyé en mars 2017, 500 sacs de 100 kg de riz au prix subventionné de 13 500 F/sac, répartis selon les mêmes critères aux populations du Fitri.

Potentialités agricoles des zones de décrue au lac Fitri

33Peut-on augmenter les superficies cultivées en décrue dans la zone lacustre ? L’analyse multicritère, réalisée à partir des poids générés pour chaque critère, produit la carte de potentialités des cultures de décrue au lac Fitri (fig. 4). Pour la crue de 2014-2015, les superficies des zones favorables à très favorables s’élèvent à 108 900 ha, celles de zones moyennement favorables à 108 000 ha et celles des zones défavorables à 119 600 ha.

Figure 4. Exploitation et potentialités des zones de cultures de décrue au lac Fitri.

Figure 4. Exploitation et potentialités des zones de cultures de décrue au lac Fitri.

Carte issue d’une analyse multicritères.

Réalisation : Angeline Kemsol Nagorngar, septembre 2017.

34Les zones les plus favorables sont mises en valeur pour le berbéré. Pendant la campagne 2014-2015, elles ont accueilli 44 400 ha de cultures de décrue, soit 41 % de leurs potentialités. 11 000 ha sont cultivés dans les zones moyennement favorables, soit seulement 10 % de leurs potentialités. Il reste donc 59 % de terres favorables qui n’ont pas été cultivées. Les principales raisons sont liées à la restriction environnementale qui interdit de couper des arbres au Tchad (loi 14 de 2008 portant régime des forêts, de la faune et des ressources halieutiques), mais aussi à l’inaccessibilité de certaines zones : ainsi, il n’y a pas de village ni de route à l’ouest du lac, où les troupeaux sont plus nombreux, et donc peu de surfaces cultivées.

35Aucun aménagement n’a été entrepris au Fitri pour sécuriser l’alimentation en eau des parcelles et étendre les superficies cultivables. Les aménagements du PNSA (Programme national de sécurité alimentaire) en 2012 pour la riziculture se sont soldés par un échec, car mal adaptés au système multifonctionnel du lac Fitri. Un schéma d’aménagement à l’échelle du département est indispensable pour stabiliser la production céréalière, gérer les ressources pastorales et surtout préserver l’équilibre écosystémique de cette réserve de biosphère désignée « zone humide d’importance internationale » placée sous le régime de la Convention de Ramsar (décret no 773/PR/MTE/89 du 2 octobre 1989).

Conclusion

36L’étude de la dynamique de l’occupation du sol au Fitri depuis les grandes sécheresses de 1970-1980 révèle une forte augmentation des zones de cultures (de décrue et pluviale) et de la taille du lac et des forêts, ainsi qu’une forte régression de la savane et une stabilité de la steppe. Malgré ses multiples ressources favorables à la pêche, la cueillette, aux cultures pluviales et de décrue et à l’élevage, le Fitri a des difficultés à s’autosuffire en céréales en raison de la variabilité des ressources en eau, de la pression croissante des cheptels sur les cultures et du nombre de plus en plus important de résidents permanents et temporaires. Cette région exporte rarement ses récoltes, sauf dans le cas d’année exceptionnelle comme en 2014-2015.

37La cartographie des potentialités de culture du berbéré révèle que 41 % des zones favorables aux cultures de décrue dans les conditions de l’année 2014-2015 ont été mises en culture ; le reste ne peut faire l’objet d’exploitation sans friction avec les autres secteurs d’activités, essentiellement l’élevage, ou occasionnerait une destruction du couvert arboré et une dégradation de la biodiversité. La stabilisation et l’augmentation des productions céréalières passent désormais par la réalisation des aménagements hydroagricoles adaptés à ce système plurifonctionnel. Ces aménagements qui doivent être proposés sur les bases d’études approfondies devraient permettre de sécuriser l’alimentation en eau des parcelles de décrue existantes et d’étendre l’inondation à de nouveaux secteurs favorables tout en respectant la conduite des autres activités.

Bibliographie

Arouna O., 2012
Cartographie et modélisation prédictive des changements spatiotemporels de la végétation dans la commune de Djidja au Bénin : implications pour l’aménagement du territoire. Thèse de doctorat, université d’Abomey-Calavi, 246 p.

Bémadji B., 2016
Économie des échanges de produits alimentaires autour du lac Fitri. Master 2 de géographie, université N’Djamena, 168 p.

Biep, 1989
Étude de développement rural intégré du lac Fitri. République du Tchad, ministère de l’Agriculture, Banque islamique de développement, Cedrat-SA, Biep, document de synthèse et annexes, 61 p., multigr.

Caillet R., 2003
Analyse multicritère : Étude et comparaison des méthodes en vue d’une application en analyse de cycle de vie. Cirano, série scientifique. Montréal, 52 p.

Cilss, 2004
Normes de consommation des principaux produits alimentaires dans les pays du Cilss. Rapport d’étude, juillet 2004. 67 p.

Fida, 2006
Tchad : Projet de développement rural dans la région du Batha. Rapport de préévaluation, document de travail III. Développement de l’agriculture, de l’élevage et des ressources naturelles. Fonds international de développement agricole, 35 p.

Guédon J., 2016
Origine et évolution de la filière des noix de doum du Fitri : nécessité alimentaire et opportunité énergétique. Master 1 de géographie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 152 p.

Jofack S. V., 2016
Cartographie des potentialités en eaux souterraines dans les hauts plateaux de l’Ouest-Cameroun : contribution de la télédétection (optique et radar), des systèmes d’information géographique et des réseaux de neurones. Thèse de doctorat, université Félix-Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody.

Kpedenou K. D., Boukpessi D., Tanzidani T., Tchamie K., 2016
Quantification des changements de l’occupation du sol dans la préfecture de Yoto (Sud-Est Togo) à l’aide de l’imagerie satellitaire Landsat. Sciences de l’environnement, laboratoire de recherches biogéographiques et d’études environnementales, université de Lomé, p : 137-156.

Kemsol Nagorngar A., Jofack S. V., Madjigoto R., Raimond C., Rirabé D., Libar J., 2018
Discrimination des cultures de décrue par la classification semi-automatique des images Landsat au lac Fitri (Tchad). International Journal of Engineering Science Invention, vol. 7, issue 2 : 32-42.

Kemsol Nagorngar A., 2018
Dynamique des cultures de décrue dans les zones lacustres soudano-sahéliennes de 1985 à 2015 : cas des lacs Fitri et Iro au Tchad. Thèse de doctorat, université Félix-Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody, 178 p.

Mbagogo Koumbrait A.
« Pratiques et enjeux de la sécurisation foncière autour du lac Fitri ». Ce volume.

Marty A., Zakinet D., Khamis D. D., Bernard C., 2012
Almy al Afia 2. Analyse de l’évolution des ressources dans le département du Fitri. Document principal. République du Tchad, programme d’hydraulique pastorale au Tchad central, Phase II. Antea-Iram, 128 p.

Noyola-Medrano C., Mering C., Beltran R., Antonio M., 2009
Évaluation du changement de l’occupation du sol à l’aide des images Landsat et Spot : Champ volcanique de la Sierra Chichinautzin (Mexique). 24th Internacional Cartography Conference: The World’s Geo-Spatial Solutions, ICC, 12 p.

Oulona E., 2016
Les conflits d’usage des ressources naturelles dans le système lacustre du Fitri : résultante d’une multiactivité et d’une multifonctionnalité de l’espace ? Master 2 de géographie, université de N’Djamena, 110 p.

Pias J., 1970
La végétation du Tchad, ses rapports avec les sols. Variations paléoclimatiques au Quaternaire récent. Paris, Orstom, coll. Travaux et documents, 6, 49 p + 1 carte.

Saunier M., 2016
Les territoires d’eau : enjeux et jeux de pouvoir pour la gestion des ressources halieutiques dans les lacs Fitri et Iro au Tchad. Mémoire de master 2 de géographie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 128 p.

Triboulet C., 1995
Les transformations des paysages du Diamaré et du bassin de la Bénoué (Nord-Cameroun). Étude à l’aide de l’imagerie Spot. Thèse de doctorat de l’École des hautes études en sciences sociales, spécialité géographie, 695 p.

Yalikun T., Raimond C., Kemsol Nagorngar A., Zakinet D., Schuster M., Sylvestre F.
« Variabilité des crues et des paysages du Fitri depuis les grandes sécheresses des années 1970-1980 ». Ce volume.

Notes

1 Contrat Isis/Cnes n° 894_2016 avec l’UMR Prodig/Paris 1.

2 Taux moyen annuel d’expansion spatiale : Image 10000000000000A200000030B95D7FE575585EF6.png
Taux de changement global : Image 10000000000000730000002D8F056C406F63D968.png
Avec S1 : superficie de l’unité à la date T1 ; T : nombre d’années entre T1 et T2 ; S2 : superficie de l’unité à la date T2.

3 Agence adventiste d’aide et de développement, au Fitri depuis 2012, financement Usaid.

4 Au Fitri depuis 2012, financement Union européenne.

5 Projet d’amélioration de la résilience des systèmes agricoles au Tchad, au Fitri depuis 2015, financement Fida.

6 Projet d’appui au district sanitaire, au Fitri depuis 2016, financement Coopération suisse.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de la zone d’étude et des villages enquêtés dans le département du Fitri.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30666/img-1.png
Fichier image/png, 63k
Titre Figure 2. Cartes d’occupation du sol du Fitri en 1987 (a), 2002 (b) et 2015 (c).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30666/img-2.png
Fichier image/png, 515k
Titre Figure 3. Occupation du sol au Fitri entre 1987 et 2015
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30666/img-3.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 4. Exploitation et potentialités des zones de cultures de décrue au lac Fitri.
Légende Carte issue d’une analyse multicritères.
Crédits Réalisation : Angeline Kemsol Nagorngar, septembre 2017.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30666/img-4.png
Fichier image/png, 544k

Auteurs

Robert Madjigoto, géographe, enseignant-chercheur, université de N’Djamena, département de géographie, N’Djamena, Tchad.

Valère Jofack Sokeng, hydrogéologue, enseignant-chercheur, Curat, université Félix-Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody, Abidjan, Côte d’Ivoire.

Datoloum Djimassal, géographe, chercheur, CNRD, N’Djamena, Tchad.

Joseph Libar, géographe, ingénieur, CNRD, N’Djamena, Tchad.

Fernand Kouamé Koffi, géographe, professeur, Curat, université Félix-Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody, Abidjan, Côte d’Ivoire.

© IRD Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search