Version classiqueVersion mobile

Le Tchad des lacs

Partie 1. Les lacs tchadiens du Pléistocène à l’Anthropocène

Chapitre 4. Mission archéologique franco-tchadienne aux lacs d’Ounianga (Tchad)

Principaux résultats des deux premières missions de terrain

Vincent Mourre, Guemona Djimet, Tchago Bouimon, Marie-Pierre Coustures, Barbara Eichhorn, Jean Mbairo, Caroline Robion-Brunner et Margareta Tengberg

Texte intégral

La mission archéologique franco-tchadienne est soutenue par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, par le service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France à N’Djamena et par la direction des activités internationales de l’Inrap. Les missions archéologiques Ounianga 2015 et 2016 n’auraient pas été possibles sans le soutien du programme Gelt et en particulier sans l’aide d’Ibrahim Chitou, de Moussa Abderamane et de Kelly Nkouka. Les auteurs remercient les étudiants tchadiens qui ont pris part efficacement aux missions de terrain à Ounianga : Abakar Abanga, Pierrot Mbaïhondoum et Sephora Milamem Ngaodanbe. Merci également aux collègues chercheurs Zakinet Dangbet, Pierre Deschamps, Christine Raimond, Mathieu Schuster, Thomas Stieglitz, Florence Sylvestre et Thijs Van der Meeren pour les nombreux échanges enrichissants. Vincent Mourre remercie très chaleureusement Jean Courtin pour les documents inédits qu’il lui a communiqués ainsi que pour son enthousiasme et son intérêt pour ces nouveaux travaux de recherche au Tchad.

Les résultats du projet et les rapports de mission sont disponibles sur http://arrelat.eklablog.com/.

Présentation de la mission

1Le projet Archéologie des régions lacustres du Tchad (ArRéLat) est né de la signature en juillet 2013 d’une convention de collaboration scientifique entre l’université de N’Djamena (Tchad), la direction du patrimoine du Tchad, l’université Toulouse Jean-Jaurès et le laboratoire Traces de Toulouse (France). Un avenant signé en 2016 a permis d’associer à cette convention le Centre national de recherche pour le développement tchadien (ex Cnar) et l’Institut national de recherches archéologiques préventives français.

2Le projet vient concrétiser les liens établis entre ces partenaires afin notamment de développer des projets de recherche et de mettre en place une formation en archéologie. Dans ce cadre, deux étudiants tchadiens sont d’ores et déjà inscrits à l’université Toulouse Jean-Jaurès, l’un en master 2 Préhistoire et Protohistoire Europe/Afrique et l’autre en thèse de doctorat sur l’histoire et l’archéologie de la métallurgie du fer.

3Le projet ArRéLat a reçu le soutien de la commission des fouilles du ministère des Affaires étrangères en 2015. L’ambassade de France à N’Djamena apporte un soutien significatif en accordant des bourses à des étudiants tchadiens pour qu’ils puissent compléter leur formation à l’université de Toulouse Jean-Jaurès.

La région des lacs d’Ounianga, présentation sommaire et historique des recherches

4La région des lacs d’Ounianga nous a très tôt semblé particulièrement propice d’un point de vue archéologique dans la mesure où des sites relevant de différentes périodes y avaient été identifiés et pour partie cartographiés dans le cadre de travaux antérieurs.

5Les 18 lacs d’Ounianga se trouvent dans le désert du Sahara, dans la région de l’Ennedi (département de l’Ennedi Ouest), dans le nord du Tchad. Ils se répartissent en deux groupes distants d’une quarantaine de kilomètres. Le groupe d’Ounianga Kebir (litt. « le grand Ounianga ») comprend 4 lacs dont le plus important est le lac Yoa. Le groupe d’Ounianga Teli (ou Ounianga Serir, « le petit Ounianga ») comprend 14 lacs dont le plus important est le lac Teli. Certains de ces lacs sont salés, voire hyper salés, tandis que d’autres sont constitués d’eau douce. Des phénomènes complexes de pompage naturel des nappes aquifères permettent en effet de compenser dans certains cas l’intense évaporation. Le lac Yoa présente ainsi la particularité d’avoir livré une sédimentation continue et non perturbée pour tout l’Holocène, offrant ainsi une source d’information particulièrement précieuse pour reconstituer le paléoclimat récent de la région saharienne (Kröpelin, 2007 ; Francus et al., 2013).

6L’ensemble des lacs d’Ounianga a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco au titre des critères naturels. Dans le rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) ayant déterminé ce classement, il est indiqué que ces lacs forment « le plus grand complexe connu de lacs en milieu hyperaride, avec des lacs de volume important d’eau, de structure et de composition différentes (lacs salés, hyper salés et d’eau douce) » (Collectif, 2012). Parmi les mesures consécutives au classement, l’UICN souligne également la nécessité d’élargir les recherches scientifiques dans le secteur.

7D’un point de vue archéologique et paléontologique, plusieurs missions anciennes ont porté sur la région des lacs d’Ounianga. Dès les années 1930, des ossements de grands mammifères quaternaires ont été recueillis à proximité du lac Yoa par le lieutenant Pâris de Bollardière. Étudiés par Léonce Joleaud et Jean Lombard, ils incluent des ossements d’Hippopotame (Hippopotamus amphibius L.), de proboscidiens (Elephas sp., Paleoloxodon iolensis) et de sanglier de forte taille (Sus scrofa L.). Des vertèbres correspondant à un grand silure (Lates niloticus L.) sont également signalées (Joleaud et Lombard, 1933). Aucune trace d’activité anthropique associée à ces ossements n’a été mentionnée par les auteurs.

8En 1957, Anthony Jean Arkell identifie des sites préhistoriques dans le cadre de la British Ennedi Expedition (Arkell, 1959, 1960, 1964). Cet auteur signale en particulier la présence d’une industrie atérienne près du lac Yoa (Arkell, 1962a), étudiée par la suite par Thierry Tillet (1983).

9Plusieurs sites acheuléens ont également été identifiés par Jean Courtin dans les années 1960 (Courtin, carnets de terrain inédits). Les industries qu’ils ont livrées ont été rapprochées de l’Acheuléen évolué sur la base de critères morphologiques et typologiques (Tillet, 1983). Par ailleurs, la présence de sites néolithiques a été mentionnée (Arkell, 1962a, 1962b ; Courtin, carnets de terrain inédits).

Principaux résultats

10Une première mission exploratoire de prospection et sondages sur le terrain a eu lieu entre le 22 novembre et le 21 décembre 2015. Elle a permis d’explorer ou d’inventorier 40 sites archéologiques, dont 32 inédits, 7 précédemment décrits par A. J. Arkell (1964) et 1 découvert par J. Courtin (carnets inédits). 1 885 échantillons archéologiques ont été recueillis, dont 1 364 vestiges lithiques, 423 fragments de céramique, 88 restes fauniques et 10 vestiges divers (éléments de parure, bracelets, perles). Une deuxième mission a eu lieu entre le 16 octobre et le 13 novembre 2016. Durant celle-ci, 30 entités archéologiques ont été explorées ou inventoriées, dont 26 inédites, 2 précédemment décrites par A. J. Arkell et 2 découvertes l’année précédente. 1 297 échantillons archéologiques ont été recueillis, dont 1 111 vestiges lithiques, 160 fragments de céramique, 23 restes fauniques et 3 vestiges divers, sans compter de nombreux échantillons paléométallurgiques. Toutes les découvertes ont été géoréférencées au sein d’un système d’information géographique (fig. 1).

Figure 1. Répartition des sites archéologiques explorés dans le cadre des missions archéologiques franco-tchadiennes 2015 et 2016 dans la région des lacs d’Ounianga.

Figure 1. Répartition des sites archéologiques explorés dans le cadre des missions archéologiques franco-tchadiennes 2015 et 2016 dans la région des lacs d’Ounianga.

Des industries paléolithiques de surface

11Les vestiges lithiques hors contexte stratigraphique sont omniprésents dans le secteur. Parmi les découvertes les plus significatives, il convient de mentionner plusieurs sites acheuléens, dont un probable site de production, mais aussi plusieurs ensembles témoignant de l’importante variabilité régionale du Middle Stone Age. En effet, dans un même contexte géographique sont associés :

  • des pièces pédonculées typiquement atériennes, ce faciès trouvant ici l’une de ses expressions les plus sud-orientales (Scerri, 2013) ;

  • des nucléus et pointes relevant de modalités de débitage de type nubien (photo 1) ;

  • des lames retouchées sur supports robustes débités à la pierre dure (fig. 3) pour lesquelles des éléments de comparaison sont à rechercher dans le sud de la Libye (Cancellieri et di Lernia, 2013).

Photo 1. Nucléus Levallois à pointe de type nubien (Middle Stone Age).

Photo 1. Nucléus Levallois à pointe de type nubien (Middle Stone Age).

L’échelle représente 5 cm.

© V. Mourre.

Figure 2. Relevé de la coupe du sondage archéologique ARLT49.

Figure 2. Relevé de la coupe du sondage archéologique ARLT49.

Réalisation :  Vincent Mourre.

Photo 2. Lame robuste débitée au percuteur dur (Middle Stone Age).

Photo 2. Lame robuste débitée au percuteur dur (Middle Stone Age).

L’échelle représente 10 cm. Lac Yoan (Ounianga Kebir).

© V. Mourre.

Photo 3. Sondage archéologique (ARLT49) réalisé entre deux buttes témoins de grès de Nubie au sud-est du lac Yoan (Ounianga Kebir).

Photo 3. Sondage archéologique (ARLT49) réalisé entre deux buttes témoins de grès de Nubie au sud-est du lac Yoan (Ounianga Kebir).

© V. Mourre.

Un site néolithique

12De manière générale, nous nous sommes heurtés à une difficulté classique en contexte saharien, à savoir celle d’identifier des séquences stratigraphiques en place qui témoignent d’un recouvrement sédimentaire garantissant une homogénéité et une représentativité des ensembles archéologiques. Lors d’un sondage réalisé en 2016 près du lac Yoa (site ARLT49), nous avons tout de même pu mettre en évidence une petite séquence stratigraphique d’environ 1 m de puissance, dans une dépression située entre deux buttes témoins de grès de Nubie (photo 3 et fig. 2).

  • 1 Âge radiocarbone « calibré ». Corrigé pour tenir compte des variations de la teneur de carbone 14 d (...)

13D’un point de vue archéologique, le mobilier mis au jour dans le niveau archéologique unique semble homogène. Les éléments les plus diagnostiques d’un point de vue chronoculturel sont les fragments de céramique décorés de cannelures et d’impressions et les 14 segments et 3 fragments de segments, permettant de rattacher l’ensemble au Néolithique. La plupart des vestiges fauniques sont des fragments non déterminables, à l’exception d’un fragment de phalange et de deux fragments de dents d’herbivores de taille moyenne. Une datation par le radiocarbone sur un charbon de bois (Acacia type) provenant de la passe comprise entre 60 et 80 cm sous le niveau actuel du sol, à la base du niveau archéologique, a donné un âge de 3 440 ± 40 ans BP (Poz-96683), soit un âge calibré de 3 726 ± 72 ans cal BP1. La présence d’un fragment de perle en cauri (Monetaria moneta) dans la première passe de décapage est également à signaler puisqu’elle rend compte d’une fréquentation beaucoup plus récente du lieu.

Art rupestre néolithique

14La mission 2016 a été marquée par l’exploration de deux sites à gravures rupestres dans la région d’Ounianga Teli.

15Le premier nous a été signalé par Pierre Deschamps (ARLT61) et est situé sur la butte témoin d’Ishwele (également transcrit Isweri dans Arkell, 1964). En dazaga, ce terme désigne un diastème prononcé entre les incisives supérieures, communément surnommé « les dents du bonheur », et il fait de toute évidence référence aux deux pics saillants et légèrement espacés à son sommet. La butte est un piton de grès d’une soixantaine de mètres de hauteur, complètement isolé dans le paysage et visible de très loin. Il présente plusieurs panneaux de gravures ainsi que des figures isolées.

16L’un des principaux panneaux (panneau des éléphants) est situé à mi-hauteur de cette butte sur sa face nord-ouest. D’environ 3 m de long pour 1 m de hauteur, il comporte de nombreuses figures animales explicites dont des représentations d’espèces de la grande faune africaine, notamment des éléphants et des girafes. Quelques figures anthropomorphes sont également présentes ; elles sont caractérisées par des membres inférieurs très longs et aux extrémités effilées qui leur confèrent une silhouette fantomatique. Les traits sont émoussés et caractérisés par une patine sombre prononcée, qui tranche avec le trait clair des gravures de dromadaires très fréquentes dans la région.

17Un deuxième ensemble important de figures se trouve au sud-est, à la base de la butte (panneau des girafes ; photo 4). D’environ 2 m de long pour 1 m de hauteur, il s’organise autour de 2 figures principales de girafes, l’une rayée et l’autre hachurée. Les membres inférieurs de ces girafes se confondent avec les membres inférieurs de 2 personnages anthropomorphes. Ces derniers semblent tenir des objets qu’il est tentant d’interpréter comme des boucliers et des armes. Des bovidés sont également représentés, dont un probable bovin et deux probables oryx (cornes longues et droites, pointant vers l’arrière). À proximité, d’autres figures de girafes sont présentes.

Photo 4. Panneau gravé néolithique découvert en 2016 au sud du lac Teli (Ounianga Serir).

Photo 4. Panneau gravé néolithique découvert en 2016 au sud du lac Teli (Ounianga Serir).

© V. Mourre.

18À mi-hauteur de la butte, un autre ensemble comporte également des figurations de girafes associées à des figures potentiellement plus récentes, notamment des représentations schématiques de sandales au sol. Des figures animales gravées (girafes notamment) sont présentes dans la partie supérieure de la butte, jusqu’au sommet. Certains blocs de grès anciennement effondrés portent des gravures encore visibles, mais non identifiables.

19Le deuxième site à gravures rupestres a été identifié par Djimet Guemona et Christine Raimond à proximité de l’extrémité sud du lac Ardjou, le plus occidental d’Ounianga Teli. Des figures gravées sont présentes en abondance sur les pentes d’un éperon orienté nord-est/sud-ouest et culminant à une dizaine de mètres au-dessus du niveau du lac le plus proche. Parmi les figures animales explicites, on compte de nombreux bovidés, quelques girafes ainsi que 2 probables autruches. Des figures géométriques symétriques sont également présentes. Cet ensemble pourrait correspondre à celui signalé par A. J. Arkell (1964, p. 10) que nous avions recherché en vain en 2015. Le secteur compte de nombreux amas de pierres correspondant probablement à des sépultures, parfois démantelées.

20À ce stade, concernant la chronologie de ces sites, nous en sommes réduits à proposer des terminus assez vagues. Les progrès récents concernant la périodisation et la chronologie de l’art saharien semblent montrer que cet art ne précède guère les débuts du pastoralisme, vers 5 000 ans cal BC (Le Quellec, 2013). Par ailleurs, la grande faune africaine a progressivement décliné durant les 4e et 3e millénaires pour disparaître lors de la dégradation climatique de 2 200 ans BC. Un examen approfondi des œuvres sera nécessaire pour tenter de préciser leurs affinités stylistiques, en particulier avec celles relevant des styles de Tazina et du Mesak.

Sites à structures de stockage excavées

21Plusieurs sites à structures excavées ont été découverts, dont 3 dans la région d’Ounianga Serir et 1 dans la région d’Ounianga Kebir. Ces structures sont creusées dans des formations sédimentaires carbonatées très tendres et sont à l’heure actuelle comblées par des sédiments sableux (photo 5). Leurs ouvertures circulaires sont visibles à la surface du sol actuel et leur nombre varie d’une dizaine à plus de 150 pour un même site. Quatre de ces structures ont été fouillées et relevées : d’une profondeur comprise entre 30 et 80 cm pour un diamètre à l’ouverture pouvant atteindre 70 cm et un diamètre maximal pouvant atteindre 1,20 m, elles présentaient un profil en ampoule et évoquaient des silos destinés au stockage alimentaire. Les 4 structures fouillées étaient pauvres en mobilier archéologique mais deux d’entre elles ont livré des carporestes qui ont fait l’objet d’une détermination (M.T.) : dans un cas (ARTLT18), il s’agit de noyaux de palmier dattier Phoenix dactylifera et dans l’autre (ARLT28), il s’agit de graines d’une graminée de la sous-famille des Panicoideae, groupe dans lequel on trouve par exemple Panicum turgidum, une espèce courante dans les milieux désertiques, dans le Sahara comme dans la péninsule arabique.

Photo 5. Fouille d’une structure de stockage excavée dans des formations carbonatées (Ounianga Serir).

Photo 5. Fouille d’une structure de stockage excavée dans des formations carbonatées (Ounianga Serir).

© J. Mbairo.

22Des datations par le radiocarbone ont été réalisées pour ces carporestes : les noyaux de palmier dattier ont donné un âge de 395 ± 30 ans BP (Poz-97033), soit 429 ± 69 ans cal BP, et les graines de Panicoideae un âge de 1 645 ± 30 ans BP (Poz-97032), soit 1 552 ± 34 ans cal BP. Ces âges très différents apportent plus de questions que de réponses et il est en l’état actuel des recherches difficile de proposer une interprétation globale pour ces sites à structures excavées. Des structures préhistoriques liées au stockage physique sont documentées dans la zone sahélienne (Gronenborn, 1997) et dans la vallée du Nil (Hildebrand et Schilling, 2016) mais nous n’avons à ce jour pas identifié d’élément de comparaison dans la zone saharienne.

Activités métallurgiques traditionnelles

23L’un des résultats les plus significatifs de la mission 2016 est la mise en évidence d’une activité de métallurgie traditionnelle dans la région d’Ounianga. Suite aux enquêtes orales, les prospections ont permis d’identifier des scories isolées, des amas de scories, des zones d’épandage de scories mais aussi des bases de fours de réduction. Sept sites ont été identifiés, dont 4 à Ounianga Kebir, à proximité des lacs Uma et Forodone, et 3 à Ounianga Teli. L’amas ARLT51, près du lac Uma, a livré des scories présentant des caractéristiques liées aux activités de forge (photo 6). Quatre datations par radiocarbone ont livré des résultats proches de 400 ans cal BP pour trois d’entre elles et de 500 ans cal BP pour la dernière. À proximité, le site ARLT53 a livré 4 bases de fours liés à la transformation du minerai en métal. L’épandage de scories ARLT62, proche du lac Ardjou dans la région d’Ounianga Teli, a donné une datation par radiocarbone proche de 1 000 ans cal BP (tabl. 1).

Photo 6. Fragments de tuyères et scories caractéristiques d’activités métallurgiques découverts dans un amas à proximité du lac Uma (Ounianga Kebir).

Photo 6. Fragments de tuyères et scories caractéristiques d’activités métallurgiques découverts dans un amas à proximité du lac Uma (Ounianga Kebir).

© V. Mourre.

Tableau 1. Datations des sites métallurgiques ARLT51 et ARLT62 (datations sur charbons d’Acacia type)

Échantillon

Code laboratoire

Âge 14C

Âge cal BP

ARLT51 niv.01

Poz-96684

425 ± 30 BP

493 ± 19 cal BP

ARLT51 niv.02

Poz-96685

320 ± 30 BP

387 ± 53 cal BP

ARLT51 niv.03

Poz-96687

330 ± 30 BP

393 ± 55 cal BP

ARLT51 niv.04

Poz-96688

340 ± 30 BP

399 ± 58 cal BP

ARLT62 lot1 amas1

Poz-96689

1095 ± 30 BP

1009 ± 37 cal BP

Sites d’habitat précoloniaux

24Au rang des données nouvelles figure également la redécouverte d’un passé précolonial, qui doit énormément aux enquêtes orales initiées en 2016 par nos collègues chercheurs en sciences humaines, en particulier Christine Raimond et Zakinet Dangbet. Nous avons notamment pu visiter deux sites d’habitat historique perchés sur des éperons rocheux.

25Le premier (Egnoa ; ARLT57 ; photo 7) se trouve au nord du lac Yoan, à environ 2 km du fort d’Ounianga Kebir. La tradition rapporte que ces lieux étaient habités avant l’arrivée des colons français en 1913 et l’implantation d’une garnison au fort. La position naturellement fortifiée de l’éperon aurait permis aux populations de se prémunir contre les razzias dont elles étaient régulièrement victimes. L’accès aux habitations n’est possible qu’à une extrémité de l’éperon, par un passage étroit et très escarpé. Au sommet de l’éperon sont visibles les bases d’environ 65 structures circulaires. Certaines comportent encore une partie de leurs élévations, conservées sur 0,50 à 1 m et composées d’un torchis de terre crue sur des clayonnages en palmes de dattier, voire de briques en terre crue ou de blocs de grès assemblés avec un mortier de terre crue. Les diamètres des structures varient de 1 à 2 m, ce qui traduit probablement la présence conjointe d’habitations et de structures de stockage. Le fond des structures se présente sous forme de taches rougeâtres, parfois accompagnées de foyers clairement visibles.

Photo 7. Vue générale des restes de quelques structures dans l’un des habitats historiques perchés sur des éperons rocheux au nord du lac Yoan, à environ 2 km du fort d’Ounianga Kebir (Egnoa ; ARLT57).

Photo 7. Vue générale des restes de quelques structures dans l’un des habitats historiques perchés sur des éperons rocheux au nord du lac Yoan, à environ 2 km du fort d’Ounianga Kebir (Egnoa ; ARLT57).

© V. Mourre.

26Le second site perché (Ambra ; ARLT58) que nous avons visité est plus proche du lac Yoa. Il correspond à l’emplacement de l’ancienne chefferie. Des structures maçonnées, accolées aux parois de l’éperon, nous ont été présentées comme des greniers utilisés pour le stockage de dattes. Sur l’éperon lui-même, des bases de structures circulaires sont présentes, mais en nombre plus réduit qu’à Egnoa. Leur état de conservation est également moindre.

Perspectives

27Avec une soixantaine d’entités archéologiques explorées ou inventoriées en seulement quelques semaines effectives de travail sur le terrain, le bilan scientifique des missions Ounianga 2015 et 2016 est évidemment très positif. Notre souhait est de poursuivre les recherches sur le terrain lors d’une prochaine mission dans la région des lacs d’Ounianga.

Bibliographie

Arkell A. J., 1959
Preliminary report of the Archaeological results of the British Ennedi Expedition 1957, Kush, VII, (Khartoum) : 15-26.

Arkell A. J., 1960
Report of the Archaeological Results of the British Ennedi Expedition, 1957, Man, 60 : 40.

Arkell A. J., 1962a
The Aterian of Great Wanyanga (Ounianga Kebir). In : Mortelmans G., éd. : Actes du IV e congrès panafricain de préhistoire et de l’étude du Quaternaire, Léopoldville 1959, Musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren (Belgique), no 40 (section III) : 233-242.

Arkell A. J., 1962b
The distribution in central Africa of one early Neolithic Ware (Dotted wavy line pottery) and its possible connection with the beginning of pottery. In : Mortelmans G., éd. : Actes du IV e congrès panafricain de préhistoire et de l’étude du Quaternaire, Léopoldville 1959, Musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren (Belgique), no 40 (section III) : 283-287.

Arkell A. J., 1964
Wanyanga and an Archaeological Reconnaissance of the South-West Libyan Desert: The British Ennedi Expedition 1957, Londres, Oxford University Press, 24 p. + pl.

Cancellieri E., Di Lernia S., 2013
Middle Stone Age human occupation and dispersals in the Messak plateau (SW Libya, central Sahara), Quaternary International, vol. 300 : 142-152.

Collectif, 2012
Candidature au patrimoine mondial, évaluation technique de l’UICN, lacs d’Ounianga (Tchad), rapport d’évaluation de l’UICN, 22 p., multigr.

Francus P., Von Suchodoletz H., Dietze M., Donner R. V., Bouchard F., Roy A.-J., Fagot M., Verschuren D., Kröpelin S., 2013
Varved sediments of Lake Yoa (Ounianga Kebir, Chad) reveal progressive drying of the Sahara during the last 6100 years. Sedimentology 60, 911–934.

Gronenborn D., 1997
An ancient storage pit in the SW Chad Basin, Nigeria, Journal of Field Archaeology, 24 (4) : 431-439.

Hildebrand E. A., Schilling T. M., 2016
Storage amidst early agriculture along the Nile: Perspectives from Sai Island, Sudan, Quaternary International, 412 (Part B) : 81-95.

Joleaud L., Lombard J., 1933
Mammifères quaternaires d’Ounianga Kebir (Tibesti sud-oriental), Compte rendu de l’académie des Sciences, 196 (7) : 497-499.

Kröpelin S., 2007
High-resolution climate archives in the Sahara (Ounianga, Chad). In : Bubenzer O., Bolten A., Darius F., éd. : Atlas of Cultural and Environmental Change in Arid Africa, Cologne, 21, Heinrich-Barth-Institut : 56-57.

Le Quellec J.-L., 2013
Périodisation et chronologie des images rupestres du Sahara central, Préhistoires Méditerranéennes, 4, mis en ligne le 14 octobre 2013. [En ligne].

Scerri E. M. L., 2013
The Aterian and its place in the North African Middle Stone Age, Quaternary International, 300 : 111-130.

Tillet Th., 1983
Le Paléolithique du bassin tchadien septentrional (Niger-Tchad), Paris, CNRS, 319 p.

Notes

1 Âge radiocarbone « calibré ». Corrigé pour tenir compte des variations de la teneur de carbone 14 dans l’atmosphère au cours du temps.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition des sites archéologiques explorés dans le cadre des missions archéologiques franco-tchadiennes 2015 et 2016 dans la région des lacs d’Ounianga.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Photo 1. Nucléus Levallois à pointe de type nubien (Middle Stone Age).
Légende L’échelle représente 5 cm.
Crédits © V. Mourre.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30571/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 2. Relevé de la coupe du sondage archéologique ARLT49.
Crédits Réalisation :  Vincent Mourre.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30571/img-3.png
Fichier image/png, 58k
Titre Photo 2. Lame robuste débitée au percuteur dur (Middle Stone Age).
Légende L’échelle représente 10 cm. Lac Yoan (Ounianga Kebir).
Crédits © V. Mourre.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30571/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Photo 3. Sondage archéologique (ARLT49) réalisé entre deux buttes témoins de grès de Nubie au sud-est du lac Yoan (Ounianga Kebir).
Crédits © V. Mourre.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30571/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Photo 4. Panneau gravé néolithique découvert en 2016 au sud du lac Teli (Ounianga Serir).
Crédits © V. Mourre.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30571/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Photo 5. Fouille d’une structure de stockage excavée dans des formations carbonatées (Ounianga Serir).
Crédits © J. Mbairo.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30571/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Photo 6. Fragments de tuyères et scories caractéristiques d’activités métallurgiques découverts dans un amas à proximité du lac Uma (Ounianga Kebir).
Crédits © V. Mourre.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30571/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Photo 7. Vue générale des restes de quelques structures dans l’un des habitats historiques perchés sur des éperons rocheux au nord du lac Yoan, à environ 2 km du fort d’Ounianga Kebir (Egnoa ; ARLT57).
Crédits © V. Mourre.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/30571/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 770k

Auteurs

Guemona Djimet, archéologue, doctorant, université Jean-Jaurès, UMR Traces, Toulouse, France.

Tchago Bouimon, archéologue, enseignant-chercheur, université de N’Djamena, N’Djamena, Tchad.

Marie-Pierre Coustures, archéologue, enseignante-chercheure, université Jean-Jaurès, UMR Traces, Toulouse, France.

Barbara Eichhorn, anthracologue, chercheure, Goethe Universität Frankfurt, Institut für Archäologische Wissenschaften, Abteilung Vor-und Frühgeschichte, Archäologie und Archäobotanik Afrikas, Francfort, Allemagne.

Jean Mbairo, archéologue, enseignant-chercheur, université de N’Djamena, N’Djamena, Tchad.

Caroline Robion-Brunner, archéologue, chercheure, CNRS, UMR Traces, Toulouse, France.

© IRD Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search