Version classiqueVersion mobile

Le Tchad des lacs

Partie 1. Les lacs tchadiens du Pléistocène à l’Anthropocène

Chapitre 3. Des hommes et des lacs. Peuplement des zones lacustres du Borkou (Tchad) à l’Holocène

Yves Gauthier et Christine Gauthier

Texte intégral

Introduction

1Avec la récente mise à disposition des images satellite en haute résolution sur l’ensemble de la planète, l’archéologie a fait un bond qualitatif et quantitatif, et cela plus particulièrement pour les zones désertiques du fait de l’absence de couvert végétal. En effet, il est maintenant possible de détecter des structures en pierres sèches de 2 à 3 m d’envergure et ainsi d’inventorier la plupart des monuments (funéraires ou non) et restes d’habitats (désignés sous le terme « enclos » dans la suite du document) et cela sur la quasi-totalité du Sahara auquel nos recherches sont dédiées.

2Aux dizaines ou quelques centaines de constructions lithiques connues jusque-là par des études de terrain, des dizaines de milliers d’autres sont venues s’ajouter, ouvrant la voie à des études plus détaillées et à grande échelle. Ces images (localisées sur les fig. 6 et 7) permettent en particulier d’établir des cartes de distribution de constructions datant essentiellement de la seconde moitié de l’Holocène. Parallèlement, ces données satellitaires offrent la possibilité de reconstituer l’étendue des centaines, voire des milliers de paléolacs ou marais qui parsemaient alors le Sahara, principalement dans sa moitié sud.

3Par ailleurs, gravures et peintures rupestres nous renseignent sur bien des particularités des populations et notamment sur des aspects souvent indiscernables dans les autres restes archéologiques. Dans ce travail, nous montrons comment la mise en relation des données de ces diverses sources d’information conduit à une meilleure compréhension du peuplement de la région du Borkou, de la distribution des enclos et de l’évolution des modes de subsistance sous l’effet de la péjoration climatique qui a entraîné la disparition de la quasi-totalité des surfaces en eau.

Pêche et navigation

4Les peintures relevées dans les massifs septentrionaux présentent majoritairement des scènes d’élevage depuis les phases les plus anciennes jusqu’aux plus récentes (Bailloud, 1997 ; Gauthier et Gauthier, 2017). De nombreuses scènes de chasse, pour certaines publiées, sont par ailleurs connues (Bailloud, 1997). En revanche, celles qui évoquent un milieu aquatique restent rarissimes.

5De fait, à l’échelle du Sahara, on ne connaît qu’une cinquantaine de sites, dont cinq au Tchad, qui ont livré des images de poissons (Gauthier et Gauthier, 2011). De probables Clarias sp. sont illustrés à Fofoda au nord-est du Tibesti (Boccazzi et Boccazzi, 1999). Depuis 2012, nous avons nous-mêmes eu l’occasion d’en observer sur quatre autres sites. Deux de ces représentations, découvertes respectivement à Gaora Hallagana et à proximité d’Archeï (fig. 1a et 1b), apparaissent indépendamment de tout élément de contexte. En revanche, les poissons de Tohil (fig. 2c) et d’Elikéo (fig. 1c) figurent dans des scènes qui illustrent deux méthodes différentes de pêche. Si leur identification n’est pas aisée, on peut néanmoins penser qu’il s’agit d’espèces fréquentes dans les paléolacs du nord du Tchad : Lates niloticus, Clarias sp., Hydrocynus sp. ou Tilapia sp. comme pourraient l’indiquer les taches du poisson de la figure 1b.

Figure 1. Poissons (Ennedi).

Figure 1. Poissons (Ennedi).

a) Gaora Hallagana ; b) Archeï, probable Tilapia ; c) Elikéo, nasses et poissons.

Figure 2. Barques et pêche à la ligne.

Figure 2. Barques et pêche à la ligne.

a-c) Tohil, (Borkou) ; d) Orori (Borkou). À noter, les deux poissons au bout des lignes (c).

6Tout aussi rares sont les images attestant de la navigation au Sahara à l’Holocène. Seuls 24 sites ont révélé des images de bateaux. Sept d’entre eux illustrent des voiliers ayant sillonné les océans vers le début de notre ère et ne concernent donc pas la navigation en milieu saharien (Gauthier et Gauthier, 2010). Les 17 sites restant ont livré 29 images de pirogues. Huit de ces sites se trouvent au Tchad, pays qui totalise plus des deux tiers des représentations de barques connues (20 sur 29). Les plus nombreuses (8) proviennent de la falaise d’Artchana (Huard et Massip 1964a; Gauthier et Gauthier, 2018). Six autres, dont trois seulement étaient auparavant connues (Arcangioli, 1996), ont été peintes dans l’abri de Tohil qui s’ouvre directement sur un paléolac. Les autres sont dispersées dans différents abris : à Bodhoué (Jacquet, 2001), à Orori et deux autres lieux de toponyme inconnu (fig. 2) à Taïtroa vers Faya et dans un autre site du nord-est de l’Ennedi (peintures inédites). Les barques sont parfois assez grandes pour embarquer cinq passagers (fig. 2b).

7Les dimensions, proportions et formes des coques sont très variables : les plus plates peuvent correspondre à des barques monoxyles, comme celle de Dufuna (Breunig, 1996) ; les plus arquées pourraient être constituées de roseaux comme sembleraient l’indiquer les liens transversaux sur la pirogue de Bodhoué qui évoquent les embarcations utilisées au début du xxe siècle sur le lac Tchad (Bidault, 1945). Rien ne permet toutefois d’exclure d’autres modes de fabrication, à base d’écorce, de planches cousues ou d’ambatch (Aeschynomene elaphroxylon). En dépit de leur nombre restreint, ces documents attestent la diversité des techniques de construction et la maîtrise de la navigation au cours du Néolithique.

8Les embarcations ne servaient pas qu’au transport. À leur bord, les utilisateurs pratiquaient la pêche ainsi que le détaillent les peintures de Tohil. Sur trois des barques représentées, on constate la présence d’individus qui se tiennent debout une ligne à la main. Pour se convaincre qu’il s’agit bien de scènes de pêche, il suffit de remarquer les poissons remontés par certains protagonistes (fig. 2c).

9À Artchana, une peinture suggère que la pêche se pratiquait aussi à l’épervier (Gauthier et Gauthier, 2018). Soit en complément d’un autre dispositif, soit comme instrument principal, la nasse a également fait partie des techniques de pêche : à Elikéo, des poissons apparaissent au-dessus des deux nasses manipulées par un personnage (fig. 1c).

10L’abri d’Artchana II est très riche puisqu’on y relève des pêcheurs équipés de harpons à deux rangs de barbelures (ibid. et fig. 3). La pêche au harpon est confirmée par la découverte de plusieurs pièces à proximité d’Artchana, près du rivage du Mégalac Tchad lorsque celui-ci atteignait son plus haut niveau et plus généralement dans la région de Faya (Huard et Massip, 1964b). Certains de ces harpons ont été trouvés mêlés à des ossements de poissons (Courtin, 1964a, 1964b, 1965). Toujours à Artchana, un personnage tient une foène d’un côté et une épuisette de l’autre. Compte tenu du contexte aquatique (harpons, foène, épuisette, barques), il n’est pas aberrant de penser que, sur la figure 3, les lignes parallèles qui bordent la scène représentent un barrage à poissons. À noter qu’à ce jour, aucune scène de pêche au filet n’a été reconnue ni au Tchad ni ailleurs au Sahara.

Figure 3. Artchana II.

Figure 3. Artchana II.

Pêcheurs munis de harpons, d’une foène et d’une épuisette devant un possible barrage à poissons. Voir localisation sur la figure 9. Relevé d’après photo.

11Comme en Égypte pharaonique, les harpons servaient pour la chasse aux animaux aquatiques, une activité elle aussi décrite à Artchana (Gauthier et Gauthier, 2018 : fig. 22). Installé à la proue d’une barque, un chasseur tente de harponner un hippopotame. Ce type d’activité est rare dans l’iconographie saharienne. La peinture d’Artchana atteste là encore de la maîtrise de la navigation qu’avaient ces populations.

12Quoique moins exceptionnelles, les figurations de sauriens sont rares. Particulièrement extraordinaire est la scène de chasse au crocodile représentée à Tohil. Un de ces sauriens y apparaît cerné par des personnages qui lui ont transpercé la tête avec un harpon ou une lance (Arcangioli, 1996). Couché devant l’animal, l’un des protagonistes tente de le museler, probablement à l’aide d’un anneau de corde (fig. 4).

Figure 4. Tohil. Chasse au crocodile.

Figure 4. Tohil. Chasse au crocodile.
  • 1 C’est vrai à Délebo I où des céramiques wavy line et dotted wavy line sont accompagnées d’os d’hipp (...)

13Toutes ces illustrations rendent compte d’une exploitation variée des milieux aquatiques. Couplée à la présence de harpons et d’ossements de poissons sur les sites archéologiques1, cette documentation iconographique témoigne du fait que les lacs et des zones humides participaient de manière majeure à la subsistance de certaines populations sahariennes du milieu de l’Holocène. L’intérêt de ces populations pour les milieux aquatiques et les zones humides peut s’apprécier d’une tout autre manière.

Archéologie des enclos

Caractéristiques et fonction des enclos

14Les populations qui se sont succédé durant l’Holocène ont laissé de multiples traces de leur passage. L’une d’elle n’a pas encore fait l’objet d’une exploitation optimale. Dans la littérature relative au BET (Borkou, Ennedi, Tibesti), sont mentionnés des cercles de pierres répartis sur une quinzaine de sites (Huard et Massip, 1967). Ces structures, dont les diamètres vont de quelques mètres à 120 m, présentent des caractéristiques diverses. Alors que certaines ne sont constituées que d’un simple contour de pierres (maximum ~20 cm), d’autres forment une double ligne ou sont délimitées par des blocs de grande taille (≥ 50 cm). Seule cette dernière catégorie va nous intéresser ici.

15Quelques exemples permettent de mieux cerner les formes, les dimensions et le mode de construction de ces structures (fig. 5a). La première structure, qui a été vue au sol, est située près du village de Yéné (fig. 9). Les autres ont été reconnues sur des images satellitaires (fig. 5b-c). Plutôt que « cercles de pierres », il nous semble préférable de dénommer ces structures « enclos » car, si certaines sont subcirculaires, beaucoup sont elliptiques ou subrectangulaires, voire plus complexes.

Figure 5a. Borkou. Enclos sur promontoire, délimité par un muret en plaques.

Figure 5a. Borkou. Enclos sur promontoire, délimité par un muret en plaques.

En arrière-plan, le fond du Mégalac Tchad. La flèche localise le personnage qui donne l’échelle.

Figure 5

Figure 5

b, c) Borkou et Tibesti. Vue aérienne de différents enclos, compartimentés ou non. d) Béchiké (Ennedi). Bovins confinés dans des enclos.

16L’extension maximale des enclos varie de 10 à 750 m. S’ils sont fréquemment d’un seul tenant, se résumant à un muret d’enceinte, beaucoup sont compartimentés, délimitant des espaces de surface très variables dans lesquels on trouve, parfois, des cercles plus petits (≤ 5-6 m). Le schéma rappelle celui des kraals d’Afrique du Sud, avec des espaces dédiés aux animaux, d’autres réservés à l’habitat. Il est tout à fait vraisemblable que ces enclos et les kraals aient eu des fonctions similaires. Compte tenu de leur dimension imposante, ils paraissent plutôt destinés à parquer des bovins, les espaces plus petits étant dédiés aux ovins et aux caprins. Les cercles de quelques mètres de diamètre peuvent être interprétés comme la trace au sol des habitats alors que les cercles plus petits (≤ 2 m) pourraient correspondre à des constructions servant au confinement et à la protection des chevreaux et agneaux, comme cela se pratique chez les Touareg. L’utilisation d’espaces clos partagés par les bovins et leurs propriétaires est d’ailleurs illustrée par plusieurs peintures (fig. 5d). Un des enclos figurés est à double compartiment et les animaux semblent cohabiter avec un humain assis sur la gauche de l’enclos, à proximité de poteries, sacs ou ustensiles. Ailleurs, une habitation est incluse dans le périmètre d’un enclos occupé par des animaux domestiques. Bien entendu, les peintures ne permettent pas d’identifier les matériaux employés. Si les données archéologiques attestent de l’utilisation des pierres, l’usage d’épineux ou de haies végétales, très répandu en Afrique de nos jours, était certainement déjà commun.

17En résumé, ces enclos en pierres sont les traces les plus évidentes laissées par des populations de pasteurs. Leur distribution, très hétérogène, apporte des informations qui laissent envisager des modes de vie et de subsistance ouverts à des activités complémentaires.

18Si nombre d’enclos sont isolés, d’autres forment de véritables villages. Au Tchad, pays auquel nous limitons la discussion – il en existe des milliers ailleurs – nous en avons répertorié plus de 7 000, nombre qui cumule les enclos observés au sol et ceux, la majorité, repérés sur les images satellite. En réalité, ils sont beaucoup plus nombreux : 1) nous n’avons pas exploré toute la région ; 2) la résolution des images n’est pas toujours suffisante pour les détecter ; 3) certains se confondent avec le terrain ou sont ensablés. Néanmoins les zones explorées sont suffisamment vastes pour une première analyse qui réserve quelques surprises. Au-delà des regroupements en villages susmentionnés, on constate, sur la carte de distribution, d’importantes concentrations et des zones à densité très faible (fig. 6). Les enclos sont ainsi très rares (moins de 15) en Ennedi et peu fréquents dans les régions sableuses à l’exception des bordures de reliefs. Les plus nombreux sont au Tibesti où de fortes disparités sont constatées selon les lieux. Il y en a environ 2 000 au Borkou (fig. 7), et on note deux centres particulièrement importants à proximité de Faya et Kaortchi. Quelques concentrations de moindre densité sont observées vers Gouro et autour du cratère d’Aorounga.

Figure 6. Distribution des enclos au Tibesti et au Borkou.

Figure 6. Distribution des enclos au Tibesti et au Borkou.

À noter, la faible densité dans les régions sableuses.

Source : Google Earth.

Figure 7. Reconstitution des principaux paléolacs du Borkou et distribution des enclos.

Figure 7. Reconstitution des principaux paléolacs du Borkou et distribution des enclos.

Les points noirs figurent les (petits) lacs actuellement en eau. En bas, le nord du Mégalac Tchad (niveau 329 m). Sont indiqués les principales localités et le cratère d’impact d’Aorounga.

Source : Google Earth.

19Si de multiples facteurs interviennent dans le choix d’un lieu d’implantation, le climat et l’environnement sont des clés essentielles pour interpréter correctement cette distribution.

Les lacs du Borkou

20Les contours du Mégalac Tchad à son maximum (niveau 329 m) sont assez bien connus (Armitage et al., 2015). Avec une surface de près de 360 000 km2, il s’étendait jusqu’aux falaises d’Artchana, au nord de Faya (fig.  9). Quand on parcourt le Borkou, il n’est pas inhabituel de traverser de nombreux paléolacs, aux rivages bien marqués dont les fonds blancs sont facilement identifiables sur les images satellitaires. Ces lacs, dont il reste encore des vestiges (Nodi, Orori, Tohil, Bedo), formaient des chapelets entre Faya et le sud de l’Emi Koussi, mais aussi entre Gouro et les Erdis à l’est ou encore dans la région du cratère d’Aorounga. Nous avons reconstitué nombre d’entre eux, dont ceux de Gouro (240 km2), Kaortchi (230 km2) et Tohil-Yarda (660 km2) (fig.  7). Comme les actuels lacs d’Ounianga, les mares résiduelles sont alimentées essentiellement par des sources qui tirent leur origine de la proximité avec le Tibesti voisin. Ces surfaces, en eau au Néolithique, ont joué un rôle primordial dans la répartition des populations, notamment de celles qui ont bâti ces enclos dont il va maintenant être question (fig. 7 à 9).

Figure 8. Distribution des 720 enclos autour du paléolac de Kaortchi, détail de la fig. 7.

Figure 8. Distribution des 720 enclos autour du paléolac de Kaortchi, détail de la fig. 7.

Cinq niveaux sont représentés : 322 m (vert), 318 m (bleu-vert), 314 m (bleu clair), 312 m (bleu foncé), et 310 m (violet). Les points jaunes figurent le fond de chaque cuvette, le point noir localise les mares résiduelles de Bédo.

Figure 9. Distribution des enclos dans le nord du Mégalac Tchad.

Figure 9. Distribution des enclos dans le nord du Mégalac Tchad.

Deux niveaux sont indiqués : 329 m (maximum en vert) et 250 m (bleu clair). Le site aux barques d’Artchana II (point jaune) est localisé au nord-ouest de Faya.

Les enclos de Kaortchi

21À son optimum, le lac de Kaortchi s’étendait sur 40 km, au-delà du lac résiduel de Bedo. Environ 720 enclos sont répartis autour, reproduisant le rivage du lac à la cote 322 m (fig. 8). Dès que l’on s’éloigne du lac, les enclos disparaissent, ce qui témoigne de la forte attractivité des plans d’eau. Une fraction des enclos, décroissante avec la régression du lac, se situe en aval du paléorivage, témoignant d’une poursuite de la construction de ce type de structures postérieurement au retrait du lac. Pour la cote 314 m, une vingtaine d’enclos seulement est localisée dans le périmètre du lac. Pour le niveau 310 m, ils ne sont plus que deux, signalant que la fin de la phase culturelle liée à ces constructions est contemporaine de la disparition du lac.

22En d’autres termes, la distribution comporte une dimension chronologique, les populations se rapprochant du lac à mesure de son retrait. Ce type d’enclos a probablement perduré sur une assez longue période. Toutefois, dans leur grande majorité, ces structures semblent contemporaines d’un niveau élevé de remplissage (322-318 m), donc d’une période assez humide. Avec la disparition du lac, les populations ont migré, se sont regroupées autour des cuvettes résiduelles, et/ou ont changé de lieu et de mode de vie.

Les enclos au nord du Mégalac Tchad

23Comme à Kaortchi, la densité d’enclos tend vers zéro dès qu’on s’éloigne du rivage du Mégalac Tchad à son niveau maximum. S’il a été un facteur attractif pour les populations (fig. 9), il a manifestement constitué une barrière de diffusion vers le sud : hormis les quelques exemplaires de l’Ennedi, on ne recense plus aucun enclos en pierre aux latitudes basses, au sud de Faya. L’essentiel des 1 110 enclos répertoriés est localisé entre les niveaux 329 m (maximum) et 250 m. Là encore, on peut postuler une utilisation de ces constructions sur une assez longue période, avec migration progressive (ici vers le sud) pour suivre les rives du lac en phase de régression, ainsi qu’en témoignent les enclos situés en aval, sur le fond de la cuvette. Les densités les plus élevées sont observées dans la zone actuellement la plus humide, autour de Yéné et Gourma, deux villages entourés de palmeraies et jardins.

24Les enclos sont souvent localisés sur les buttes laissées par l’érosion éolienne ou juste à leur pied. Ces buttes allongées selon un axe nord-est-sud-ouest ont été modelées par l’harmattan et constituent la fin du système de crêtes et couloirs qui couvre une large portion du Borkou (Gauthier et Gauthier, 2017 ; fig. 6-9).

Les enclos de Gouro et Aorounga

25Le village de Gouro est établi au bord de la cuvette d’un paléolac limitée au nord par une falaise qui borde le plateau sur des dizaines de kilomètres (fig. 7). À flanc de falaise et au pied de celle-ci, nous avons dénombré 25 enclos, tous alignés sur la même courbe de niveau (à quelques mètres près). Comme à Kaortchi, ces enclos dessinent, pour partie, le rivage du lac au bord duquel ils ont été construits. Sur le même niveau, on trouve aussi des tumulus et d’autres monuments funéraires.

26À quelques kilomètres au nord, on observe une autre ligne de falaises délimitant un deuxième niveau du plateau. La blancheur des sédiments donne à penser qu’il y avait un autre lac ou une zone palustre dont les contours sont, une fois encore, balisés par un alignement d’enclos situés à la même altitude.

27De même, autour du cratère de météorite d’Aorounga, les enclos apparaissent essentiellement dans les zones lacustres et palustres. Ils soulignent, ici encore, la tendance qu’ont eu ces populations à coloniser préférentiellement les bords de lacs et, pour le Tibesti, les grandes vallées (fig. 6).

Quel âge pour ces enclos ?

28La distribution très particulière des enclos dans le nord du Mégalac Tchad (fig. 9) apporte une première réponse à cette question. Presque tous ces enclos se trouvant dans l’aire occupée par le lac à son maximum, il est clair qu’ils sont postérieurs au dernier épisode de hautes eaux : les structures ne seraient pas préservées comme elles le sont si le lac était remonté et les avait ennoyées. De plus, les tempêtes, qui pouvaient se développer sur un lac de la dimension du Mégalac Tchad, auraient détruit une majeure partie des enclos lors d’une transgression. Selon Servant-Vildary (1978), le lac est resté à son plus haut niveau jusque vers 5 500 BP, date post quem pour les enclos. Plus récemment, Armitage et al. (2015) ont repris l’étude de l’évolution du niveau du lac. Ils proposent une fluctuation autour du niveau maximum (335 m) entre ~11 500 et ~5 000 ans (dates calendaires) avec un cluster de dates pour des paléorivages à 329 m, niveau retenu ici pour la discussion (fig. 10). Selon ces auteurs, après une première régression le lac, descendu à ~220 m, serait remonté au-dessus de 300 m avant de connaître une régression finale assez abrupte. Ce « rebond » ne fait cependant pas l’unanimité et, peut-être, serait-il à reconsidérer pour le secteur nord du Mégalac Tchad. L’absence d’enclos aux altitudes basses (< 250 m) indique l’abandon de ce type de structures avec le retrait des eaux et l’assèchement de la cuvette de Faya. Sur le diagramme d’évolution de la hauteur d’eau du Mégalac Tchad (fig. 10), les niveaux 329 m et 250 m bornent l’époque de construction qui se situerait donc entre ~5 000 et 2 300 BP pour les enclos localisés entre Faya et Yéné. Il ne s’agit là que d’une estimation chronologique grossière, une première approche qui doit être confirmée par des études de terrain et supportée par des datations directes. On notera que la limite inférieure correspond approximativement à l’époque d’introduction du dromadaire en Afrique, un phénomène qui confirme la dégradation du climat et laisse envisager une modification drastique des modes de vie.

Figure 10. Évolution du niveau du Mégalac Tchad au cours de l’Holocène (adaptation de Armitage et al., 2015).

Figure 10. Évolution du niveau du Mégalac Tchad au cours de l’Holocène (adaptation de Armitage et al., 2015).

Lignes rouges : indication des niveaux 329 et 250 m qui délimitent la fourchette d’existence des enclos dans la région de Faya.

Des peuples de pêcheurs ?

29Avec l’élargissement de la zone d’étude, d’autres exemples viendront à terme étayer ce schéma chronologique et confirmer l’importance des lacs et marais dans le choix des lieux d’installation. Ceci concerne les enclos en pierre mais aussi d’autres phénomènes anthropiques comme des monuments funéraires de type compas graeber (Gabriel, 1970), qui sont vraisemblablement l’œuvre d’un autre groupe culturel, ou encore, dans un certain nombre de cas, l’art rupestre.

30Ainsi qu’on l’observe pour les enclos, les sites ornés de la région de Faya restent cantonnés au nord de la cuvette du Mégalac Tchad : ils sont moins nombreux au nord des falaises d’Artchana et disparaissent vers le sud, la limite avoisinant la cote 260 m. Les sites comportent d’autant plus d’images de chameaux qu’ils sont aux altitudes les plus basses, sur des espaces colonisés suite au retrait du Mégalac Tchad. Pour moitié environ, les sites rupestres occupent les reliefs d’Artchana qui dominaient le rivage du lac à son maximum holocène.

31Le cas le plus emblématique est celui d’Artchana II (fig. 9), un abri localisé dans la partie supérieure d’un piton qui se dresse à la cote 328 m. Comme indiqué supra, Armitage et al. (2015) placent le niveau maximum du Mégalac Tchad à 329 m : à ce moment-là, le bas du piton, où se trouve un auvent lui aussi orné, était donc très certainement sous l’eau ou submergé lors des tempêtes.

32Dans l’abri supérieur, les scènes où apparaissent les pêcheurs et leurs barques (fig. 3) ne comportent aucun bovin domestique. On ne trouve ni barque ni pêcheur sous l’auvent orné creusé à la base du piton. De plus, les rares bovidés qui sont peints sur les autres panneaux n’ont aucun rapport stylistique, ni technique, avec ces pêcheurs et rien ne permet de leur attribuer un statut domestique (Gauthier et Gauthier, 2018). Enfin, ces pêcheurs n’ont rien de commun avec les personnages qui accompagnent les bovins de l’abri inférieur.

33Le scénario – abri supérieur hors d’eau et abri inférieur non accessible – reste à valider mais on peut postuler que les scènes aquatiques et les personnages de l’abri supérieur ont été réalisés lors d’un des épisodes de hautes eaux du lac (le dernier ?), à une date antérieure à la domestication des bovins. Les sujets, dont les bovins, de l’abri inférieur auraient été réalisés ultérieurement, lors de la phase de régression du Mégalac Tchad.

34La situation est différente pour le site de Tohil (fig. 2). Deux des barques sont en effet surchargées par des bovins domestiques alors même que les passagers des barques sont différents, tant stylistiquement que techniquement, des pasteurs qui accompagnent ces bovins. Ces pasteurs, bicolores, ont des coiffures et des vêtements bien marqués alors que ces attributs n’apparaissent pas sur les figurations de pêcheurs, seulement représentés en aplat monochrome. La séquence reproduit en apparence celle d’Artchana, avec deux phases successives d’occupation, par des pêcheurs d’abord et par des pasteurs ensuite. Le parallèle entre les deux sites est souligné par le fait que l’abri de Tohil domine lui aussi un lac qui s’étendait sur 140 km2.

35Un autre point mérite d’être souligné : au Borkou, les abris avec figurations de barques (Artchana, Tohil, Orori et Taïtroa) sont situés en bordure ou à proximité d’un paléolac, dans des zones où il n’y a pas le moindre enclos.

36Sans qu’il soit possible de lier les bovins, l’art rupestre et les constructions, on peut proposer qu’il y a eu, dans la région des lacs, au moins deux époques : d’une part des pêcheurs qui sillonnaient les lacs en pirogue et, plus tardivement, des pasteurs à l’origine des enclos. Ces derniers étaient-ils seulement des pasteurs ? On peut se poser la question quand on observe la distribution des enclos du Borkou qui reproduisent parfaitement le contour des paléolacs, alors que leur densité est quasi nulle ailleurs. Postuler qu’ils tiraient une partie de leur subsistance de ces lacs tombe sous le sens, de même qu’il est légitime de voir en eux des navigateurs. On ne peut toutefois exclure que ces pasteurs n’aient exploité les ressources aquatiques que de manière subsidiaire. Quelques dizaines seulement d’enclos ont été visités, essentiellement dans la région de Yéné et l’observation (trop) rapide ne nous a pas permis d’y observer des restes anthropiques susceptibles de nous renseigner sur les modes de vie. À ce stade, il faut rappeler que la région est soumise à une forte érosion éolienne, que les enclos visités étaient généralement ensablés (fig. 5) et que, hors stratigraphie, les arêtes et les os, y compris ceux utilisés pour les harpons, sont rarement préservés. Seuls trois sites de la cuvette de Faya, c’est-à-dire sur plus de 100 km, ont livré des harpons (Courtin, 1965). Quant à l’élevage, thème illustré par des milliers d’images, les preuves se résument, pour le Tchad, à une unique mâchoire de bovins datée de 630 ans cal BP. (Keding et al., 2007). La probabilité pour trouver des harpons ou des os est donc très faible. En l’état actuel des connaissances, nous ne pouvons prouver ni la fonction pastorale des enclos, ni l’hypothèse d’une alimentation basée partiellement sur la pêche. Mais, une fois encore, l’absence de preuve n’est pas la preuve de l’absence et les hypothèses formulées devront impérativement être (in)validées par des études de terrain.

37Partout au Sahara, l’art rupestre nous enseigne que la chasse était pratiquée et le BET ne fait pas exception en la matière. Il est fort probable que le gibier complétait la diète des pêcheurs d’Artchana et de Tohil et des pasteurs qui occupaient les enclos. Les contributions à cette dernière de la chasse, de la pêche et de l’élevage étaient inévitablement variables avec la géographie et l’époque : c’est ce qui différencie les deux groupes culturels mis en évidence et, au sein du groupe des pasteurs bâtisseurs d’enclos, ceux du Tibesti en contexte montagneux de ceux du Borkou qui vivaient au bord des lacs.

Ancienneté de la pêche et de la navigation, émergence de la domestication

38Au Borkou, en l’état actuel des connaissances, les peintures se rapportant à la pêche et à la navigation ne comportent jamais de bovins domestiques. De plus, les rares superpositions (fig. 2) vont dans le sens d’une antériorité des activités aquatiques sur l’élevage. Une impression similaire est donnée par les peintures d’Artchana II. Là, les pêcheurs au harpon et les barques ont été peints dans des scènes dépourvues de bovin et à une époque de hautes eaux du Mégalac Tchad, probablement avant l’introduction de la domestication dans la région.

39En Ennedi, les figurations de barques et celle du pêcheur avec nasses et poissons (fig. 1) s’insèrent dans un horizon archaïque voire dans la phase la plus ancienne des peintures du massif. Néanmoins, les études les plus récentes montrent que quelques bovins domestiques ont probablement été peints antérieurement (Gauthier et Gauthier, 2017).

40Au BET, en première approche, pêche et navigation semblent globalement précéder la domestication. Toutefois, compte tenu de la présence de vaches sous les étages anciens de l’Ennedi, on peut penser que les activités aquatiques ont perduré après l’introduction de cet animal. En aucun cas, cependant, ces activités ne subsistent dans les étages récents de l’art pariétal.

  • 2 Une exception cependant à Kazer où un hippopotame est contemporain des chameaux voisins. Ceci s’exp (...)

41Les images rupestres illustrant des activités aquatiques sont rares. Néanmoins celles que nous connaissons s’agencent logiquement avec ce qui est connu de l’évolution climatique et de la régression du Mégalac Tchad et des autres lacs du Borkou. Pour le Borkou et la zone des lacs au moins, on peut penser que, dans un premier temps, pêche et chasse ont été, avec la cueillette, les sources principales de nourriture. L’introduction des bovins, ovins et caprins viendra ensuite et l’élevage prendra une place d’autant plus importante que les lacs régressent. La disparition des hippopotames, des crocodiles, des éléphants et des rhinocéros, présents dans les phases anciennes de l’iconographie et absents de toutes les phases récentes2, est une autre évidence de la péjoration climatique. Celle-ci se verra encore soulignée par la part croissante faite aux chevaux et chameaux : ces derniers marquent l’établissement définitif de l’aridité et l’assèchement presque total des surfaces en eau libre du Tchad septentrional.

42Mais faut-il s’étonner de l’ancienneté relative de la pêche et de la navigation au Tchad septentrional, des activités que l’iconographie ferait remonter au moins au dernier épisode de hautes eaux qui se termine il y a 5 000 à 5 500 ans ? En 1987, une barque monoxyle a été exhumée des sédiments à Dufuna, près de la Komadougou Yobé (Nigeria), une rivière qui, de nos jours encore, alimente le lac Tchad. Cette pirogue, l’une des plus anciennes de la planète, est âgée d’environ 8 000 ans (Breunig, 1996). L’auteur précise que la technique de construction est si développée qu’il ne peut s’agir d’une première tentative et que la navigation en Afrique, et par conséquent sur le Mégalac Tchad, est certainement plus ancienne.

Conclusion

43Les apports récents en matière d’art rupestre et plus largement d’archéologie et de paléoenvironnement dans le nord du Tchad viennent bousculer les idées reçues et la croyance en une évolution classique de populations de chasseurs progressivement remplacés par des pasteurs.

  • 3 Cette zone est parsemée d’abris et rochers susceptibles d’être peints ou gravés.

44Au plan environnemental, la nouveauté vient de la reconstitution d’une multitude de lacs qui parsemaient le Borkou mettant l’accent sur le potentiel des ressources aquatiques de cette région, potentiel sans équivalent au Sahara central, à l’Holocène. Il y a peu de doute que les zones humides dépassaient de loin en surface celles occupées par les eaux vives. Sur une grande partie du Borkou, entre Faya et le Tibesti, le terrain est peu accidenté et le très faible dénivelé, sur de grandes distances, a pu favoriser le développement de vastes marais, lors des phases transgressives de l’Holocène. Si cette vision est correcte, cela pourrait expliquer le caractère discontinu de diverses traces anthropiques au premier rang desquelles figurent l’art rupestre3, l’habitat ou encore les monuments funéraires qui sont absents dans ce secteur et/ou restent confinés à des zones de faible étendue.

45Parallèlement, les conditions climatiques en vigueur à l’Holocène moyen ont favorisé l’émergence de groupes culturels qui tiraient leur subsistance de ces zones humides et ont laissé des traces de leurs activités aquatiques sur les parois.

46De nouvelles images de barques et quelques scènes de pêche comptent parmi les avancées notables. Mais, nous insisterons surtout sur le caractère inédit des milliers d’enclos détectés au BET, un type de structure apparu probablement peu après le début de la régression du Mégalac Tchad qui a débuté il y a 5 500 à 5 000 ans.

47Si l’on prend en considération le nombre et la concentration de ces enclos au nord-ouest de Faya et au Tibesti, il est surprenant de constater qu’ils n’ont attiré ni l’attention des militaires, qui sont pourtant à l’origine de bien des découvertes faites au Sahara, ni celle des chercheurs. Avec les monuments en forme de compas (Gabriel, 1970), guère plus étudiés que nos enclos, et qui se comptent eux aussi par milliers, ils constituent pourtant, avec l’art rupestre, la documentation archéologique la plus importante du Sahara tchadien. Nous appuyant sur leur distribution étonnante, nous avons pu mettre en évidence une implantation préférentielle de ces structures sur les bords de lacs. Si leurs bâtisseurs étaient manifestement des pasteurs, il est plus que vraisemblable qu’ils ont aussi exploité les ressources halieutiques. Étaient-ils les descendants de ces groupes de pêcheurs de l’Holocène moyen ou venaient-ils d’ailleurs, apportant avec eux le concept de domestication ? Nous ne sommes pas en mesure de le dire.

48Nous ne présentons ici qu’une analyse préliminaire et il faudra assurément étudier ces structures en pierre sur le terrain pour en apprendre davantage sur l’évolution du peuplement du Tchad septentrional. Quoi qu’il en soit, le climat et son évolution drastique, qui a abouti au climat très aride d’aujourd’hui, ont eu une influence déterminante sur le sort des occupants de ces régions. Les bouleversements qu’ils ont entraînés sur les modes de vie et sur les lieux d’implantation en témoignent et nous interpellent en même temps.

Bibliographie

Arcangioli S., 1996
« Tohil ». In : Arte rupestre nel Ciad: Borku, Ennedi, Tibesti. Milano, Edizione Pyramids : 63-65.

Armitage S., Bristow C., Drake N., 2015
West African monsoon dynamics inferred from abrupt fluctuations of Lake Mega-Chad. PNAS  112 : 8543-8548.

Bailloud G., 1997
Art rupestre en Ennedi. Paris, Sépia, 154 p.

Boccazzi A., Boccazzi D., 1999
La fauna selvaggia nelle pitture della regione di Ouri (Tibesti orientale),
Sahara, 11 : 130.

Bidault J., 1945
Pirogues et pagaies. Paris, Éditions J. Susse, 293 p.

Breunig P., 1996
« The 8000-year-old dugout canoe from Dufuna (NE Nigeria) ». In : Aspects of African Archaeology. 10th Congress of the PanAfrican Association for Prehistory and Related Studies, Harare, University of Zimbabwe Publications, Harare : 461-468.

Courtin J., 1964a
Sites préhistoriques des environs de Largeau, Tchad, BSPF, 61 (5) : 108-109.

Courtin J., 1964b
Sites préhistoriques du Borkou (Nord Tchad), BSPF, 61 (6) : 128-131.

Courtin J., 1965
Découverte de harpons en os au Borkou, République du Tchad, BSPF, 62 (2) : 70-75.

Gabriel B., 1970
Bauelement präislamischer gräbertypen im Tibesti-Gebirge (Zentral Ostsahara), Acta Praehistorica et Archaeologia, 1 : 1-28.

Gauthier Y., Gauthier C., 2010
De la navigation chez les Têtes Rondes : peintures des confins algéro-libyens, Les Cahiers de l’AARS, 14 : 143-168.

Gauthier Y., Gauthier C., 2011
Des poissons chez les Têtes Rondes ?, Les Cahiers de l’AARS, 15 : 119-132.

Gauthier Y., Gauthier C., 2017
Éole, le mauvais élève de la classe ? Remarques sur les peintures dites « archaïques » en Ennedi, Les Cahiers de l’AARS, 19 : 95-130.

Gauthier Y., Gauthier C., 2018
« Nouveaux documents sur les milieux aquatiques au Sahara tchadien : le site d’Artchana II revisité ». In : Whatever happened to the People?, Humans and Anthropomorphs in the rock art of Northern Africa, International Conference, Brussels, 17-19 septembre 2015.

Huard P., Massip J.-M., 1964a
Les peintures rupestres de la falaise d’Artiena (Borkou), BSPF, 61 (1) : 10.

Huard P., Massip J.-M., 1964b
Harpons en os et céramique à décor en vague au Sahara tchadien, BSPF, 61 : 105-123.

Huard P., Massip J.-M., 1967
Monuments du Sahara nigéro-tchadien : 1. Grands cercles et pierres levées, BIFAN, XXIX, série B (1-2) : 1-27.

Jacquet G., 2001
Piste oubliée en Haut-Ennedi (Tchad). Sahara, 12 : 141-149.

Keding B., Lenssen-Erz T., Pastoors A., 2007
Pictures and pots from pastoralists. Investigations into the prehistory of the Ennedi highlands in NE Chad. Sahara, 18 : 23-46.

Servant-Vildary S., 1978
Étude des diatomées et paléolimnologie du bassin tchadien au Cénozoïque supérieur, Paris. Orstom, coll. Travaux et documents, 84, 346 p.

Notes

1 C’est vrai à Délebo I où des céramiques wavy line et dotted wavy line sont accompagnées d’os d’hippopotames et de poissons (Bailloud, 1997).

2 Une exception cependant à Kazer où un hippopotame est contemporain des chameaux voisins. Ceci s’explique par la persistance de lacs alimentés, encore aujourd’hui, par des sources.

3 Cette zone est parsemée d’abris et rochers susceptibles d’être peints ou gravés.

Auteurs

Yves Gauthier, archéologue, retraité.

Christine Gauthier, archéologue, retraitée.

© IRD Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search