Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Changement climatique

 | 
Serge Janicot
, 
Catherine Aubertin
, 
Martial Bernoux
, 
et al.

Glossaire

Texte intégral

1Adaptation (au changement climatique) – Ajustements d’un système – écologique et/ou socioculturel – au changement climatique pour se protéger, renforcer sa résilience ou se transformer sous l’effet dudit changement. Le concept d’adaptation, central dans le 5e rapport du Giec, y garde une définition très large, ce qui permet notamment à ce terme de rester consensuel dans les négociations internationales.

2Albedo (de surface) – Fraction de l’énergie solaire directement réfléchie vers l’espace et non absorbée par le système terrestre. Les surfaces claires réfléchissent beaucoup plus que les surfaces sombres.

3Anomalie (climatique) – Fluctuation climatique dont l’amplitude (intensité et extension spatiale) sort de la norme des fluctuations observées, c’est-à-dire est assez éloignée de la moyenne climatique.

4Anthropocène – Terme proposé pour désigner l’époque géologique actuelle, au cours de laquelle l’impact des activités anthropiques sur l’écosystème terrestre est déterminant, faisant de l’Homme une force géologique majeure à l’échelle de la planète. L’Anthropocène succède ainsi à l’Holocène. La chronologie de l’Anthropocène n’est pas définitivement actée, le débat portant sur la date du début de cette nouvelle période.

5Atténuation – Consiste à réduire l’exposition d’un système en le protégeant contre de fortes perturbations, ici afin de modérer les impacts du changement climatique. Thème central des rapports successifs du Giec, l’atténuation y est définie comme intervention humaine nécessaire pour réduire les sources ou augmenter les puits de gaz à effet de serre.

6Attribution – Consiste à déterminer la ou les cause(s) d’une anomalie climatique, en particulier pouvoir séparer l’influence due à un forçage anthropique, à un forçage naturel ou relevant de la variabilité naturelle du climat.

7Biomasse (végétale, du sol, d’un cours d’eau) – En écologie, désigne la masse totale des organismes vivants dans un espace déterminé à un moment donné. Elle est estimée par unité de surface s’il s’agit d’un milieu terrestre ou par unité de volume s’il s’agit d’un milieu aquatique. La biomasse végétale désigne spécifiquement la masse totale de la végétation.

8CMIP (Coupled Model Intercomparison Project) – Projet international proposant un protocole commun pour réaliser des simulations climatiques et mettre à disposition les résultats dans le cadre des exercices du Giec.

9Compliance – Comportement qui consiste à suivre correctement les prescriptions d ‘ utilisation des médicaments. Ici utilisé dans une acception plus large de bonne réponse des populations face à une menace ou à des recommandations politiques face à celles-ci.

10Composition isotopique (de l’eau) – L’eau (H20) est constituée d’isotopes stables de l’oxygène (16O, 17O, 18O) et d’hydrogène (1H et 2H). La composition isotopique de l’eau est de plus en plus utilisée pour étudier le cycle de l’eau actuel (précipitations, vapeur d’eau, recyclage) et ses variations passées, en particulier dans la zone intertropicale.

11Convection (tropicale) – Dans la zone intertropicale, les précipitations sont majoritairement provoquées par des systèmes nuageux constitués de forts mouvements verticaux (orages, lignes de grains, cyclones). Ces convections constituent aussi le principal vecteur de transport par l’atmosphère du surplus d’énergie reçue dans ces zones vers les zones en déficit d’énergie.

12Couplage – Transfert d’informations au travers de certaines variables entre deux réservoirs du système climatique terrestre : par exemple, couplage océan-atmosphère.

13Cycle de l’eau – Le cycle de l’eau permet de redistribuer l’eau sous toutes ses formes à l’échelle du globe. L’énergie solaire soumet les masses d’eau océaniques et continentales à l’évaporation. La vapeur d’eau est redistribuée par des courants atmosphériques complexes sous forme de précipitations liquides ou neigeuses. Sur le continent, en arrivant au contact du sol, une partie des précipitations est à nouveau évaporée. Le reste ruisselle ou s’infiltre et alimente les réservoirs d’eaux, lacs et rivières. Les eaux continentales retournent ensuite vers la masse océanique, bouclant le cycle de l’eau à l’échelle du globe.

14Cycle du carbone – Le cycle du carbone correspond aux échanges de carbone entre l’atmosphère, les océans et les continents. Les échanges de dioxyde de carbone (CO2) entre l’atmosphère et les écosystèmes terrestres sont nombreux : photosynthèse, combustion, décomposition de la matière organique, etc. Mais l’océan joue aussi un rôle important, en absorbant le CO2 lorsque la teneur de ce gaz augmente dans l’atmosphère.

15Descente d'échelle (ou désagrégation spatiale) – Méthodes numériques permettant, à partir de simulations climatiques de grande échelle (de 300 à 50 km), de descendre à des échelles fines (de l'ordre de la dizaine de kilomètre) qui sont nécessaires pour appréhender les impacts locaux du climat.

16Écologie humaine – Champ de recherche qui explore, dans toute leur diversité, les relations que les sociétés entretiennent avec leurs environnements. « Dynamiques » et « interactions » sont les maîtres mots de cette démarche scientifique interdisciplinaire qui examine les interfaces société/nature et biologie/culture.

17Écotone – Zone marquant la jonction entre deux écosystèmes bien contrastés. Cette zone de transition peut prendre des formes extrêmement variées, de la coupe franche et brutale à des interpénétrations vastes et diffuses, au point de constituer un écosystème à part entière, doté de caractéristiques et de dynamiques qui lui sont propres.

18Enjeux globaux (global issues) – Qualifie des problèmes qui vont au-delà de la sphère d’intervention des États nations, comme le réchauffement climatique ou l’érosion de la biodiversité. Cette notion évoque la complexité de la prise en compte de ces enjeux, tant au niveau de leur compréhension que des réponses à y apporter.

19Événement (climatique) extrême – Anomalie climatique dont l’amplitude est très forte, par exemple faisant partie des 10 % les plus fortes observées.

20Forçage – Perturbation d’origine extérieure au système climatique qui impacte son bilan énergétique. On distingue les forçages naturels (facteurs astronomiques, activité volcanique) des forçages anthropiques (émissions de gaz à effet de serre et d’aérosols, modification dans l’usage des sols).

21Forçage radiatif – Exprimé en unité d’énergie par seconde et par unité de surface (W/m2). Positif, il induit un réchauffement du système climatique, comme le font les gaz à effet de serre ; négatif, il induit un refroidissement, comme le font les aérosols.

22Gaz à effet de serre – Composants gazeux qui absorbent le rayonnement thermique infrarouge émis par la surface terrestre et le réémettent vers la surface. Ils contribuent ainsi à l’effet de serre en limitant les pertes d’énergie vers l’espace. Les principaux gaz à effet de serre sur la Terre sont la vapeur d’eau, le dioxyde de carbone, le méthane, le protoxyde d’azote et l’ozone. L’augmentation de leur concentration par les émissions anthropiques est la cause du réchauffement climatique récent.

23Giec – Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat créé en 1988 par les Nations unies. Il a pour mission d’évaluer l’état des connaissances scientifiques sur le changement climatique d’origine humaine et ses conséquences.

24Greenwashing (éco-blanchiment) – Méthode de marketing trompeuse consistant à communiquer auprès du public en utilisant l’argument écologique. Le but du greenwashing est d’afficher une responsabilité écologique éloignée de la réalité des pratiques de l’entreprise.

25Îlot de chaleur urbain – Élévation localisée des températures, particulièrement des températures maximales, enregistrées en milieu urbain. Au sein d’une même ville, des différences importantes de température peuvent être relevées selon l’urbanisme, l’albédo, le relief et l’exposition.

26Incertitude – Connaissance incomplète résultant d’un manque d’information ou d’un désaccord sur ce qui est connu. Elle peut être représentée quantitativement ou par un jugement d’experts.

27Indicateur paléoclimatique (proxy) – Variables (isotopes de l’eau, etc.) sensibles au climat et mesurables dans les archives (cernes d’arbres, coraux, carottes de glaces, etc.) documentant les climats passés.

28Maillage – Le maillage d’un modèle de climat est issu de l’opération de discrétisation qui vise à dégager des valeurs individuelles à partir d’un milieu continu comme l’atmosphère ou l’océan.

29Marqueur biotemporel – Signal émis par le milieu naturel et interprété culturellement par une société donnée comme annonciateur d’un infléchissement du climat. Les marqueurs se manifestent généralement à plusieurs jusqu’à constituer un faisceau d’indices convergents augmentant la fiabilité de l’annonce et la prise de décision qui va en découler.

30Modèle (climatique) – Représentation par un jeu d’équations de l’évolution des différents éléments du système climatique et de leurs interactions, et dont la solution nécessite l’utilisation d’un calculateur.

31Modes de variabilité (climatique) – Phénomènes atmosphériques pouvant être couplés à l’océan, d’échelle spatiale régionale à suprarégionale, ayant une récurrence temporelle plus ou moins régulière, et des impacts climatiques marqués. Le plus connu dans les Tropiques est l’Enso (El Niño-Southern Oscillation), phénomène couplé océan-atmosphère dominant la variabilité climatique aux échelles de temps interannuelles.

32Otolithe – Concrétion minérale trouvée dans l’oreille interne des vertébrés. Les otolithes sont fréquemment utilisés pour mesurer l’âge des poissons.

33Prévision (climatique) – Simulation de l’évolution dans le temps du système climatique à partir d’un état initial connu.

34Projection (climatique) – Simulation visant à estimer la réponse du système climatique à divers scénarios de forçages externes (émission de gaz à effet de serre, aérosols…).

35Résilience – Concept polysémique qui fait référence à la capacité d’un système – physique, biologique, écologique, socioculturel – à absorber les perturbations ou supporter des changements sans altération de ses fonctions, de sa structure, de son identité et de son fonctionnement.

36Rétroaction – Résulte d’un processus initial qui déclenche des changements dans un second processus qui lui-même influence en retour le processus initial. Une rétroaction positive intensifie le processus initial, une rétroaction négative l’atténue.

37Sciences citoyennes – Programmes de recherche généralement dédiés à l’étude de la biodiversité, dans lesquels des individus ou des réseaux de naturalistes amateurs, qui n’ont pas reçu de formation particulière à la recherche, exécutent à titre volontaire des tâches de recherche par l’observation, le comptage, le recensement ou la saisie de données.

38Système socio-écologique – Entité cohérente caractérisée à la fois par sa composante biogéophysique et sa composante socioculturelle. La combinaison de ces deux composantes pose les contours – spatiaux, temporels, organisationnels, fonctionnels – du système afin de mieux en étudier la dynamique.

39Upwelling Remontée d’eau profonde provoquée par des vents qui repoussent les eaux de surface vers le large. Ce phénomène se traduit, le long des côtes, par une mer froide et chargée en sels minéraux nutritifs.

40Variabilité climatique naturelle (ou interne) – Variations intrinsèques au système climatique dues aux couplages entre sous-systèmes (atmosphère, océan…) aux propriétés physiques, dynamiques et chimiques différentes.

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access