Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Changement climatique

 | 
Serge Janicot
, 
Catherine Aubertin
, 
Martial Bernoux
, 
et al.

Partie 3. Les sociétés à l'épreuve du climat

Les sociétés à l’épreuve du climat

Texte intégral

Travaux agricoles en Équateur : culture de la pomme de terre. © IRD/O.Dangles

1Si le risque climatique a parfois été érigé comme le problème environnemental ultime, prenant le pas sur d’autres questions comme l’érosion de la biodiversité, la désertification, la pollution..., il doit à présent être davantage resitué dans le cadre des réalités sociales, économiques et politiques. Le cadrage de la question climatique constituera ainsi l’un des enjeux majeurs de la COP 21, notamment pour mieux prendre en compte la place et le rôle des populations du Sud. À côté de nombreux acteurs politiques et de la société civile, la communauté scientifique, toutes disciplines confondues, et notamment les sciences de la santé ainsi que les sciences humaines et sociales, participera à cette ouverture. Les questions de gouvernance et l’orientation du cadre des négociations internationales seront en effet au premier plan et devront être repensées, de manière à mieux intégrer les enjeux climatiques aux réalités des politiques publiques et sociales, du commerce international et des politiques énergétiques.

2Évoquée à plusieurs reprises dans la deuxième partie de l’ouvrage, l’incidence du changement climatique sur la santé humaine, à laquelle un chapitre est consacré dans cette troisième partie, est bien au cœur de la question climatique. Et de manière paradoxale, les recherches sur les conséquences sanitaires du changement climatique font encore défaut dans les pays du Sud. Les sciences de la santé n’ont, en effet, guère anticipé les effets potentiels des changements environnementaux planétaires. Ayant concentré leurs efforts de recherche sur des niveaux de compréhension fins (molécule, cellule…), elles peinent à prendre position sur des questionnements plus globaux. Le manque de suivi des populations à long terme empêche aussi de tirer des conclusions fondées sur des preuves scientifiques. Si rien n’est fait, certains experts estiment à plusieurs centaines de milliards d’euros le poids économique des mesures à prendre pour renforcer la résilience et l’adaptation sanitaire des populations africaines. La santé et le bien-être des habitants de la zone intertropicale devraient, à l’avenir, constituer un rempart au changement climatique, une priorité politique internationale indispensable pour compenser le fait que les populations du Sud, qui sont les plus vulnérables et les plus pauvres, sont souvent celles qui contribuent le moins aux émissions de gaz à effet de serre.

3L’agriculture occupera également une place de premier plan dans les négociations sur les politiques climatiques. Comment en effet ce secteur pourra-t-il réduire ses émissions tout en nourrissant une planète en constante évolution démographique ? Quels modèles agricoles sont susceptibles de répondre à l’ampleur des enjeux alimentaires et environnementaux ? La capacité de séquestration du carbone dans les sols est une des clefs, mais la mesure précise des quantités stockées fait encore l’objet de nombreuses recherches pour évaluer le rôle potentiel de l’agriculture dans les politiques d’atténuation des émissions.

4Si jusqu’à la fin des années 2000, l’atténuation a été l’approche dominante adoptée pour limiter les émissions globales, elle a depuis montré ses limites. Face à un réchauffement qui apparaît aujourd’hui inéluctable, les thèmes de « résilience » et d’« adaptation » s’imposent progressivement. En outre, la mobilisation de la société civile et sa participation à l’élaboration de nouvelles solutions deviennent incontournables. Cette ouverture est d’autant plus nécessaire que les populations du Sud n’ont pas attendu les décisions des experts pour ajuster leurs stratégies de subsistance, en réponse à des changements qu’elles sont en mesure de percevoir et d’anticiper. De nombreux travaux portent ainsi sur les capacités d’adaptation des populations rurales du Sud, en lien avec leur environnement, et sur la légitimité des savoirs locaux à guider les dynamiques sociales. La capacité adaptative des systèmes et des populations est à présent mieux intégrée, une dynamique dans laquelle les communautés de chercheurs en sciences sociales ont joué un rôle important et dont on présente ici certains travaux originaux menés au Sud.

5Gouvernance internationale, défis en matière de santé, enjeux autour des politiques agricoles, savoirs naturalistes locaux, résilience et adaptation des populations, tels sont les principaux thèmes abordés dans cette troisième partie qui considère l’incidence du changement climatique sur les sociétés du Sud, mais qui s’inspire également des solutions adoptées par ces dernières pour y répondre. Les dimensions humaines et sociétales sont ainsi replacées au cœur du débat climatique.

Table des illustrations

Légende Travaux agricoles en Équateur : culture de la pomme de terre. © IRD/O.Dangles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/29446/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access