Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Changement climatique

 | 
Serge Janicot
, 
Catherine Aubertin
, 
Martial Bernoux
, 
et al.

Partie 2. Les impacts du changement climatique au Sud

Les impacts du changement climatique au Sud

Texte intégral

Palétuvier rouge et héron strié. Le palétuvier est l'arbre roi des mangroves, écosystème d'une très grande richesse biologique et qui participe à la stabilité des zones côtières. © naturexpose.com/O. Dangles et F. Nowicki

1Le 5e rapport du Giec confirme avec toujours plus de certitude la réalité planétaire du réchauffement climatique, causé par l’augmentation des gaz à effet de serre, et ses conséquences sur l’environnement et les sociétés. En particulier, il alerte à nouveau la communauté internationale à propos de la hausse généralisée de température, accompagnée d’une probable augmentation de la fréquence et de l’intensité des aléas météorologiques comme les sécheresses, les cyclones et les inondations. Si tous les systèmes naturels et humains sont concernés, il existe cependant encore de nombreuses incertitudes sur les conséquences du réchauffement à l’échelle régionale.

2Les réalités du changement climatique varient en effet en fonction de la situation géographique et du type d’écosystème. Si la hausse moyenne des températures mondiales est de + 0,78 °C depuis un siècle, elle est deux fois plus importante en milieu aride, notamment au Sahel. Les réponses régionales à l’augmentation de la teneur en CO2 sont encore plus contrastées si l’on considère les précipitations ou les événements extrêmes. Les travaux pluridisciplinaires conduits par l’IRD sur différents types de milieux tropicaux soulignent la complexité des processus à l’œuvre et la multiplicité des déterminants, chaque milieu étant soumis à des aléas climatiques différents (cyclones, sécheresses, inondations, élévation du niveau marin, réchauffement) et caractérisés par une vulnérabilité et un degré d’exposition au risque climatique qui lui sont propres, souvent exacerbés dans les pays du Sud du fait de la pauvreté endémique et des faibles moyens de lutte mobilisables.

3Le réchauffement des océans menace ainsi le compartiment marin à travers une redistribution des espèces marines, le blanchissement irréversible des coraux et la diminution des ressources halieutiques, avec des conséquences sur la sécurité alimentaire. Plus récemment, les chercheurs ont découvert le phénomène d’acidification des océans et commencent juste à en évaluer l’incidence sur les écosystèmes marins.

4Les systèmes côtiers subissent également les effets du réchauffement et de l’acidification océaniques, auxquels s’ajoutent l’élévation attendue du niveau de la mer et l’érosion des côtes.

5Les régions semi-arides, caractérisées par une saison des pluies de quelques mois, sont particulièrement sensibles à la hausse des températures et à la modification des régimes de précipitations, avec des conséquences rapides sur les ressources en eau et alimentaires.

6Dans les milieux d’altitude, le réchauffement a des conséquences déjà bien visibles : retrait des glaciers qui s’accompagne de changements dans les régimes hydrologiques des bassins versants, problèmes d’approvisionnement en eau, mais aussi perte de biodiversité de ces milieux, qui voient la migration ou la disparition de certaines espèces.

7Les forêts tropicales humides sont menacées par un risque accru de feux de forêt, et les grands fleuves connaissent des crues exceptionnelles, avec des conséquences souvent dramatiques sur les transports, la pêche, l’agriculture et les habitats. Si l’érosion de la biodiversité y semble moins évidente que dans d’autres milieux, elle y est également à l’œuvre.

8Le milieu urbain est fortement affecté et connaît des effets sanitaires néfastes (pollution atmosphérique, vagues de chaleur), avec parfois de lourdes pertes humaines liées à l’augmentation des événements extrêmes. Dans les grandes villes côtières, l’élévation du niveau de la mer (submersion marine et glissements de terrain) posera à terme de nombreux problèmes d’aménagement et de sécurité.

9À partir d’observations issues du terrain et de l’imagerie satellitaire, de la modélisation climatique, écologique, hydrologique et agronomique, cette deuxième partie illustre ainsi les processus à l’œuvre, les tendances récentes, mais aussi les projections futures si les émissions de gaz à effet de serre se poursuivent. Car si la signature du changement climatique est d’ores et déjà bien marquée dans les observations des océans et des continents au cours des cinquante dernières années, le risque de perturbation majeure de ces systèmes sera d’autant plus important que le réchauffement à venir sera rapide et intense.

10Une difficulté dans l’interprétation de la transformation des milieux tient au fait que le changement climatique n’est qu’un facteur de risque parmi d’autres, en particulier les activités humaines et la pression démographique qui pèsent sur les milieux et les ressources souvent bien davantage que le changement climatique lui-même. C’est notamment le cas pour les écosystèmes de mangrove et les récifs coralliens et pour les ressources en poissons d’eau douce. Lorsque le réchauffement climatique se combine à ces autres changements, il devient alors très difficile de discerner son influence propre. Le risque de submersion, par exemple, dépend tant de l’élévation du niveau marin que de l’urbanisation des côtes.

11Cette partie illustrera également les difficultés à observer et prévoir le changement climatique, qui affecte de manière très inégale les systèmes naturels et humains. Certaines régions froides océaniques pourront bénéficier du réchauffement de l’océan global avec l’arrivée de nouvelles espèces marines, au détriment de zones plus chaudes au Sud. Alors que des zones côtières peuvent se remettre naturellement d’une érosion massive, que la végétation peut reprendre au Sahel après des décennies de sécheresse, les villes côtières subiront de plein fouet les effets du changement climatique, car les vulnérabilités y sont exacerbées.

12Enfin, certains milieux, tels les océans et les forêts qui officient comme des puits de carbone, ont également la capacité d’amplifier ou de réguler la concentration de dioxyde de carbone et ainsi de modifier la trajectoire du réchauffement climatique.

13Les spécificités propres à chaque milieu et la complexité des phénomènes à l’œuvre justifient l’approche régionale et pluridisciplinaire adoptée dans cette deuxième partie. Celle-ci reflète par ailleurs la stratégie de l’IRD de privilégier les recherches intégrées sur le climat, s’appuyant sur des programmes interdisciplinaires conduits dans différentes régions de la bande intertropicale.

Table des illustrations

Légende Palétuvier rouge et héron strié. Le palétuvier est l'arbre roi des mangroves, écosystème d'une très grande richesse biologique et qui participe à la stabilité des zones côtières. © naturexpose.com/O. Dangles et F. Nowicki
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/29430/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access