Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Changement climatique

 | 
Serge Janicot
, 
Catherine Aubertin
, 
Martial Bernoux
, 
et al.

Introduction

Changement climatique, des enjeux multiples

Texte intégral

  • 1 Les mots en gras renvoient au glossaire, p. 253.

1La prise de conscience du réchauffement climatique et de ses conséquences planétaires n’a pas permis jusqu’à présent de réduire l’incidence des activités humaines sur le climat. L’échec des politiques internationales à coordonner une baisse des émissions de gaz à effet de serre1, mais également le de certains effets plus rapides que prévu du réchauffement, conduisent constat aujourd’hui à un nécessaire infléchissement des négociations.

2La xxie Conférence des parties (COP 21) de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique qui se tient à Paris en décembre 2015 devrait marquer un tournant dans le traitement politique de la question climatique. Au-delà de l’accord ambitieux souhaité, universel et contraignant, la COP 21 sera plus pragmatiquement le lieu où seront présentés dans une démarche bottom up les contributions nationales et l’agenda des solutions, chaque pays contribuant dans la mesure de ses moyens et selon les priorités de sa politique nationale à l’effort de lutte contre le réchauffement climatique et ses impacts. L’« objectif ultime » de la Convention n’est plus de répartir des engagements de réduction d’émissions de gaz à effet de serre entre États, mais bien d’intégrer la question climatique à des problématiques plus larges. Ce faisant, la question climatique rejoint les Objectifs du développement durable (ODD) négociés par les Nations unies en septembre 2015, et elle s’ouvre également aux initiatives localisées de l’ensemble des acteurs de la société.

3Ce nouveau cadrage de la question climatique implique donc de mieux comprendre les conditions locales d’émissions de gaz à effet de serre pour les limiter (atténuation), quelles que soient les activités humaines en cause. Il s’agit également de mieux caractériser la diversité des impacts du réchauffement global sur la planète, sachant que tous les milieux et tous les humains sont concernés, même les régions peu émettrices ou éloignées des sources de fortes émissions. Cette évolution est en résonance avec l’approche scientifique qui doit expliquer comment les émissions localisées participent au réchauffement de l’atmosphère, lequel en retour a des répercussions différentes selon les régions du globe. Ces effets spécifiques sont fonction des aléas climatiques présents dans la région, du degré d’exposition et de la sensibilité du milieu à ces aléas. La distinction entre les impacts directs de l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre des autres pressions liées aux activités socio-économiques régionales et locales est une autre gageure pour les scientifiques. Enfin, la diversité des contextes sociaux, sanitaires, culturels et économiques locaux conditionne les réponses à apporter. Une telle complexité impose une réflexion sur la définition et la mise en œuvre de solutions d’adaptation et d’innovation adéquates.

4Face à de tels enjeux, les recherches interdisciplinaires doivent répondre à trois priorités : lancer les alertes nécessaires et assurer le suivi de l’évolution climatique et environnementale ; accompagner ces évolutions par des innovations locales et des conseils en matière de politiques publiques ; enfin, fournir une analyse critique des politiques internationales, de manière à les rendre compatibles avec les Objectifs du développement durable. La réalité du réchauffement climatique et de ses répercussions est avérée, mais le suivi des transformations en cours n’en est pas moins crucial. La mise en place de mesures coordonnées d’atténuation rend en effet nécessaire une veille permanente, doublée d’une information continue vers la société civile. Il s’agit de partager avec le plus grand nombre les connaissances sur l’évolution et l’ampleur des changements, de réduire les zones d’ombre afin de mieux quantifier et anticiper les risques environnementaux et sociétaux à venir. Cette démarche s’appuie en particulier sur le renforcement des observatoires socio-environnementaux et l’amélioration des outils de modélisation intégrée.

5Sur le terrain, la recherche doit aussi désenclaver la question du changement climatique, en l’intégrant aux dimensions sociales, économiques et géopolitiques, et mieux articuler les pratiques et les moyens d’action. Cette approche, plus intégrée que jamais, doit permettre de faire le lien entre les dynamiques environnementales et sociétales dans leur diversité, ainsi que d’évaluer les capacités de résilience des écosystèmes et des populations. En prenant mieux en compte les pratiques locales, cette approche doit en outre permettre de construire des solutions conciliant adaptation au changement climatique, préservation de l’environnement et promotion d’un développement humain durable.

6La mobilisation autour de la COP 21 en France est, pour l’IRD, l’occasion de prendre du recul sur les recherches en lien avec le changement climatique menées avec ses partenaires du Nord et du Sud. À travers cet ouvrage, l’institut souhaite promouvoir ses acquis de recherche les plus récents, faire valoir les spécificités des milieux et des populations du Sud et justifier son engagement dans une posture de recherche résolument impliquée. La structuration linéaire du propos au fil des trois parties répond au souci de rendre plus accessible cette réalité complexe, mais l’ouvrage s’appuie bien sur une approche scientifique « intégrée » de la question climatique au Sud.

7La première partie, « Observer et comprendre le changement climatique », vise en premier lieu à replacer le réchauffement climatique planétaire d’origine anthropique dans la perspective des changements climatiques naturels observés sur le temps long dans les milieux tropicaux. Il s’agit d’en montrer le caractère hors norme. Mais l’accent est également mis sur la démarche scientifique, la rigueur et la prudence nécessaires dès lors qu’il s’agit de pointer les causes d’une variation ou d’un événement extrême observé à l’échelle locale, voire régionale. En effet, même si la réalité du réchauffement climatique planétaire est avérée, il est primordial de ne pas lui attribuer à tort tous les changements observés. De telles erreurs pourraient aboutir à des politiques d’adaptation inefficaces, voire contre-productives. Pour être pertinente, la démarche doit s’appuyer sur des réseaux d’observation adaptés aux échelles spatiales et temporelles critiques, pour suivre en continu, détecter et caractériser précisément d’éventuelles anomalies dans l’évolution climatique et environnementale. Elle doit aussi bénéficier d’outils de modélisation performants pour cerner les mécanismes en jeu et identifier les facteurs à l’origine de ces anomalies. La fiabilité de ces modèles détermine aussi la confiance que l’on peut porter aux scénarios climatiques sur les décennies à venir.

8La deuxième partie, « Les impacts du changement climatique au Sud », aborde les répercussions socio-environnementales par grands types de milieux écologiques, afin de mettre en exergue la complexité des processus à l’œuvre et la multiplicité des déterminants. Océans, zones côtières et insulaires, zones semi-arides, zones d’altitude, zones humides et forêts, grandes villes : tous ces milieux sont menacés par le changement climatique. Néanmoins, les risques s’y expriment de manières distinctes, chaque milieu étant soumis à des aléas climatiques spécifiques et d’amplitudes variables (cyclones, inondations, sécheresses, vagues de chaleur, élévation du niveau de la mer...). De plus, le changement climatique n’est qu’un facteur de risque parmi d’autres changements (déforestation, croissance démographique, pollutions, surexploitation des ressources naturelles…) qui peuvent affecter drastiquement et à très brève échéance les écosystèmes et les ressources, parfois bien davantage que le changement climatique lui-même. Il devient alors très difficile de discerner leurs influences respectives. Chaque milieu est en outre caractérisé par une vulnérabilité à l’aléa climatique qui lui est propre, souvent exacerbée dans les pays du Sud du fait de la pauvreté, des inégalités, de la faiblesse de la gouvernance et de moyens de lutte limités. Ceci implique que les risques engendrés par le réchauffement climatique s’expriment de manières très différentes selon les milieux concernés, justifiant ainsi l’approche régionale adoptée pour cette deuxième partie.

9La troisième partie, « Les sociétés à l’épreuve du climat », replace les réalités politiques et sociales au centre des préoccupations liées au climat. Le cadrage initial de la question climatique par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC, 1992) comme un problème de pollution planétaire n’a en particulier pas permis de mobiliser les sociétés et l’économie mondiale vers la recherche de solutions pour réduire l’influence des activités humaines sur le climat. Une analyse critique des négociations internationales sur le climat permet d’interroger ce cadrage de la question climatique. Au-delà de la dimension climatique, les politiques internationales du climat sont étudiées comme un processus de construction d’une gouvernance environnementale globale, avec des incidences sur les politiques environnementales nationales.

10En matière de santé, les conséquences attendues du changement climatique plaident pour une politique internationale de santé publique affirmée qui permette de renforcer la résilience des sociétés du Sud face aux nouveaux risques sanitaires et d’améliorer leur bien-être. La recherche en santé doit aussi s’appuyer sur des études de populations au long terme inscrites dans des observatoires dédiés à l’environnement, à la démographie, à l’agriculture et ses procédés ou encore à l’évolution socio-économique des sociétés. Même lorsque les changements sont extrêmes et qu’ils ont des répercussions sanitaires immédiates, ils doivent être analysés et suivis dans le temps long par l’entremise des observatoires. C’est de cette analyse dans la durée que découleront des scénarios d’adaptation qui prennent pleinement en compte la santé et le bien-être des populations.

11La capacité des populations à faire face aux enjeux du changement climatique ne dépend pas uniquement de la volonté des décideurs d’en atténuer les effets : les populations du Sud n’ont pas attendu les décisions des experts pour adapter leurs stratégies et leurs comportements aux changements environnementaux. Pour mobiliser les populations, il faut en effet faire l’effort de comprendre la diversité des sensibilités et des pratiques écologiques. La question est alors, pour les scientifiques et les politiques, de s’inspirer des expériences culturelles du changement climatique pour mieux concevoir les actions à entreprendre. Les nombreuses études qui émaillent cette troisième partie illustrent les capacités d’adaptation des populations rurales du Sud en étroite interaction avec leur environnement, en particulier dans leurs pratiques agricoles et leur gestion des ressources. Sur la base d’exemples issus de programmes récents menés au Sud, cette dernière partie met ainsi au premier plan le rôle des hommes et des femmes, du social et du politique, face au défi climatique.

Notes de fin

1 Les mots en gras renvoient au glossaire, p. 253.

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access