Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trente ans de lutte contre l’onchocercose en Afrique de l’Ouest. Traitements larvicides et protection de l’environnement

 | 
Laurent Yaméogo
, 
Christian Levêque
, 
Jean-Marc Hougard

Références des articles présentés sur le cédérom / Papers references presented on CD-ROM

Action de l’Abate sur les invertébrés aquatiques cinétique de décrochement à court et moyen terme

Claude Dejoux et Jean-Marc Elouard

Résumé

Le contrôle des populations de Simulium damnosum dans le bassin des Voila est actuellement réalisé à l’aide d’épandages hebdomadaires d’un insecticide organophosphoré : l’Abate 200 CE. Malgré une sélectivité certaine de ce produit vis-à-vis du vecteur de l’Onchocercose, les groupes d’insectes non cibles des milieux aquatiques traités subissent un certain impact du produit utilisé, impact que nous avons cherché à mettre en évidence de manière expérimentale ou à l’aide d’observations suivies et régulières des milieux traités.
Quelle que soit la concentration employée, l’épandage d’Abate dans un cours d’eau entraîne un décrochement des organismes en place qui induit une très forte augmentation des valeurs de l’indice de dérive. Cette augmentation suit toujours de très près le passage de la vague insecticide, témoignant d’une réaction extrêmement rapide de la faune d’Invertébrés. L’effet du toxique s’atténue ensuite rapidement et devient négligeable après 24 heures. Tous les groupes présentent une cinétique de décrochement de ce type avec cependant des variations en fonction de leur sensibilité intrinsèque. Parmi les plus sensibles, il faut signaler les Éphémèroptères Baetidae et Caenidae, les Trichoptères du genre Macronema et les Chironomides d’une manière générale. Il est très important de noter que les traitements isolés sur un milieu vierge sont le plus souvent très toxiques et peuvent entraîner, selon la concentration employée, une mortalité des Invertébrés de 50 % et plus. Par contre, quand les traitements sont répétés régulièrement, après une première série ayant des effets toxiques importants, les suivants n’induisent à chaque fois qu’un faible décrochement. Ce fait explique que, après maintenant deux années de traitements à l’Abate, la faune d’invertébrés des rivières ouest africaines soit toujours abondante.

Population control of Simulium damnosum in the Voila basin is presently done by weekly sprays of Abate 200 CE, an organophosphorus insecticide. In spite of the relative selectivity of Abate against the larvae of blackflies, the non-target organisms living in the aquatic biota are affected by the toxicity of the product. By using experimental methods and also after regular observations carried out on treated and untreated rivers, we try to point out the toxicity rate of Abate against the aquatic invertebrate fauna.
At all the concentrations tested in the rivers, Abate treatments induce detachment of invertebrates from their substrates, especially insect larvae, and an increase of the drift rate. This increase always appears very soon after the passage of the insecticide wave, giving evidence of a rapid response of the organisms to the Chemical. After this very sensitive effect, the drift rate decreases rapidly and rises to its normal level 24 hours later.
The general detachment kinetic is similar for all the invertebrate groups but some differences occur in relation to the specificity of the animals concerned. Ephemeroptera: Baetidae and Caenidae, Chironomids in general and Trichoptera of the genus Macronema are some of the more sensitive taxa.
It is very important to point out that isolated treatments done on virgin biotas often have a very drastic effect and could involve a mortalily of 50% and more at normal concentrations used for Simulium control. On the other hand, if treatments are regularly done in a river, after a first series of drastic effects, the following ones each time induce a relative small detachment of organisms. This is certainly the reason why the invertebrate fauna is always present in the treated rivers at a quite satisfactory level, even after two years of traitments.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Parmi un certain nombre d’insecticides organophosphorés, susceptibles d’être employés pour lutter contre les larves de Simulium damnosum en Afrique de l’Ouest, l’Abate a été reconnu comme l’un de ceux présentant la moindre toxicité pour la faune non-cible, tout en gardant une grande efficacité vis-à-vis des Simulies (Le Berre et al., 1971 ; Lauzanne-Dejoux, 1973 ; Dejoux-Troubat, 1974 ; Dejoux-Troubat, 1975).

2Cependant, l’insecticide employé n’ayant pas une action spécifique, il peut détruire une partie de la faune non-cible et par là même entraîner un déséquilibre des écosystèmes lotiques. Si certaines espèces de l’entomofaune aquatique et de l’ichtyofaune sont touchées par effet toxique direct de l’insecticide, d’autres espèces prédatrices risquent de voir leurs densités diminuer par raréfaction de certains maillons de la chaîne trophique.

3Après maintenant une année et demie d’épandages aériens, aucun effet toxique catastrophique n’a été observé sur la faune des rivières traitées en Afrique de l’Ouest. Toutefois des effets ponctuels et localisés dans le temps peuvent être mis en évidence à la suite de chaque épandage. Le recul n’est pas encore suffisant pour que nous soyons certains que ces effets ne se cumuleront pas de façon telle qu’un déséquilibre du milieu s’ensuivrait. Il existe cependant actuellement un certain traumatisme permanent des invertébrés des rivières traitées qui se traduit par un taux de dérive journalier supérieur en moyenne à celui rencontré dans les cours d’eau non traités.

4Dans le cadre du Programme régional de lutte contre l’Onchocercose dans le bassin de la Volta, un programme de surveillance du milieu aquatique a été mis en place sous l’égide de l’O.M.S., afin de prévenir toute action drastique des traitements insecticides sur l’environnement. C’est dans cette optique et avec l’aide d’un financement de l’O.M.S. que nous avons étudié le niveau de toxicité, à court et moyen terme, de l’Abate.

1. MÉTHODES ET TECHNIQUES UTILISÉES

1.1. Récolte de la faune dérivante

5Elle est réalisée selon une méthode désormais classique (Elouard-Lévêque, 1975), basée sur l’utilisation d’un jeu de 3 filets à mailles fines, placés dans les zones de courant fort. Ces filets travaillent pendant un temps déterminé selon le but recherché, temps que nous spécifierons pour chaque expérimentation effectuée. Après avoir trié les organismes récoltés, un indice de dérive moyen (ID) est calculé, qui représente le nombre moyen théorique d’organismes dérivants chaque seconde dans un mètre cube d’eau de la rivière étudiée.

6Dans les travaux de surveillance du programme de lutte contre S. damnosum, la dérive de jour est toujours récoltée une heure et demie avant le coucher du soleil et les filets travaillent durant 30 minutes.

1.2. Emploi de gouttières

7Nous ne nous étendrons pas sur cette méthode déjà décrite par ailleurs (Dejoux, 1975 ; Dejoux-Troubat, 1976). La technique consiste à prélever dans un cours d’eau une certaine quantité de substrat présent et à le transplanter, avec la faune qu’il contient, dans une gouttière semi-immergée, placée dans la même rivière. On fait passer une concentration déterminée d’insecticide pendant un temps donné. Les organismes atteints dérivent dans la gouttière et sont recueillis au moyen d’un filet à mailles fines à l’extrémité avale, selon une chronologie préétablie.

8Afin de mieux cerner les effets à court terme de l’Abate, nous nous sommes placés dans différentes conditions (épandages mécaniques aériens, manuels sur le terrain, expérimentaux en gouttières) et avons utilisé des concentrations différentes. Par ailleurs, nous avons comparé les effets de différentes formulations d’Abate (Procida et American cyanamid), sur la faune non-cible.

9Les stations où ont été effectuées les observations ou les expérimentations sont localisées sur la figure 1.

2. ACTION DE L’ABATE 200 CE PROCIDA

2.1. Effets toxiques à court terme d’un épandage par hélicoptère, dans les conditions générales du programme O.M.S.1 (observations à « Niaka » sur le Bandama

  • 1 Organisation Mondiale de la Santé.
  • 2 Onchocerciasis Control Program.

10L’épandage étudié était le 40e effectué dans cette station depuis le début des traitements hedomadaires exécutés dans le cadre du programme O.C.P.2 ( ; la quantité d’Abate déversée (10 litres), devrait permettre d’obtenir une concentration de 0,05 ppm pour une durée de passage d’environ 10 minutes. Le déversement de l’insecticide a eu lieu à 11 h 55.

11Un cycle naturel de dérive a été établi selon la méthode classique (récoltes périodiques de 3 minutes) durant les 24 heures précédant l’épandage puis pendant les 24 heures suivant l’épandage. Les résultats sont exprimés en indice de dérive et reportés dans le tableau 1.

Image

Fig. 1. — Orographie générale de la Côte d’Ivoire. Situation des stations.

12Ils sont par ailleurs schématisés sur les figures 2 et 3. Il apparaît de façon nette, une augmentation de l’indice de dérive après épandage. Durant la période diurne, de 13 à 18 h., la valeur moyenne calculée de ID est de 1,46 alors que pendant la même période, après épandage, elle atteint 2,30 soit un facteur d’augmentation de 1,58. Durant la période nocturne, les valeurs moyennes des indices de dérive sont de 7,17 avant épandage et de 10,88 après, soit un coefficient d’accroissement de 1,5. Enfin, durant la matinée du lendemain de l’épandage, nous avons un coefficient d’accroissement de l’indice de dérive de 1,54, les indices moyens d’avant et après épandage étant de 3,0 et 4,6. L’action de l’insecticide se traduit donc par une augmentation non négligeable et relativement constante de la quantité totale d’organismes dérivants. Ce phénomène est particulièrement net pour les groupes les plus abondants : Éphémères Baetidae et Caenidae, Chironomides (fig. 3).

Tableau 1. Variation des indices de dérive de quelques groupes d’organismes lors d’un épandage dans les conditions du programme, d’Abate 200 Procida à la concentration 0,05 ppm.

Image

Image

Fig. 2. — Toxicité de l’Abate 200 CE standard Procida. Cinétique de décrochement obtenue à « Niaka » pour l’ensemble des groupes, à la concentration 0,05 ppm.

Image

Fig. 3. — Toxicité de l’Abate 200 CE standard Procida. Cinétique de décrochement obtenue à « Niaka » pour les 3 principaux groupes taxonomiques.

13Bien que l’augmentation du décrochement des organismes par action du traitement soit nette, nous verrons par la suite qu’elle est moins importante que celle observée après épandage d’insecticide sur un gîte d’une rivière non traitée régulièrement.

14Tout se passe comme si la faune présente dans les rivières régulièrement traitées avait subi une certaine sélection ou bien présentait une tolérance plus grande au toxique que celle des rivières non traitées.

2.2. Effets toxiques à court terme d’un épandage expérimental fait au vide vite, à la concentration 0,1 ppm

15L’épandage a été réalisé sur la Léraba après une période de deux mois d’arrêt des traitements réguliers à l’Abate. La population simulidienne était alors telle que tous les supports immergés étaient littéralement couverts de larves et de nymphes. Nous n’avons pris en considération, dans cette étude, que les taxons numériquement abondants dans la dérive naturelle, à savoir les Trichoptères, les Simulies, les Éphémères et les Chironomides. Les résultats sont consignés dans le tableau 2 et schématisés sur la figure 4.

Tableau 2. Variation des indices de dérive de quelques groupes d’insectes aquatiques lors d’un épandage expérimental d’Abate 200 Procida à la concentration 0,1 ppm.

Image

16Une augmentation spectaculaire de l’indice de dérive a lieu une demi-heure après l’épandage de l’insecticide qui eut lieu à 9 heures. L’indice total de dérive atteint alors la valeur de 44,25 à 11 heures alors qu’il n’était que de 6,32 à sa valeur maximum durant la nuit précédant l’épandage et de 1,02 juste avant l’épandage, soit respectivement 7 et 43 fois plus ! L’acrophase de dérive se situe entre 1 h 30 et deux heures après l’épandage pour les Simulies, les Chironomides et les Éphémères, les Trichoptères présentant un décrochement plus tardif avec deux maximums. La valeur de l’indice de dérive redescend ensuite progressivement à un taux voisin de la normale.

17Il est à noter que le taux de dérive nocturne est plus important lors de la nuit suivant l’épandage que la nuit le précédant. Ceci est dû au fait que de nombreux organismes se trouvent affaiblis par l’insecticide et présentent dès lors une résistance moins grande aux courants affrontés lors de leurs déplacements trophiques nocturnes.

2.3. Expérimentation en gouttière de la toxicité à court terme de l’Abate

18Afin de pouvoir quantifier de manière plus précise la toxicité de l’Abate à court terme, nous avons réalisé une série d’expériences in situ en utilisant le système des gouttières.

Image

Fig. 4. — Toxicité de l’Abate 200 CE Procida. Cinétique de décrochement obtenue à Niaka pour 4 groupes taxonomiques importants, après action de la concentration 0,1 ppm.

19Trois concentrations différentes ont été testées : 0,025 ppm, 0,05 ppm et 0,1 ppm avec un temps de passage de l’insecticide de 10 minutes, les deux premières dans la Maraoué, rivière jamais traitée, la troisième dans le Bandama, au radier de Niakaramandougou, rivière subissant un traitement hebdomadaire régulier d’Abate depuis près d’un an.

20Dans chaque cas, l’appareil recevant l’insecticide était doublé d’un appareil témoin indemne de tout traitement, qui permettait une estimation précise des indices de dérive naturelle.

a) Expérimentation en rivière non traitée (Maraoué), à la concentration 0,025 ppm durant 10 minutes

21Dans la gouttière témoin, au cours des 24 heures d’observation, les indices de dérive ont varié entre les valeurs extrêmes 0,24 et 1,60 avec une moyenne de 0,82. Le total des organismes ayant dérivé pendant cette même période a été de 270, pour une faune total expérimentée de 8 316 organismes, ce qui représente une dérive naturelle de 3,25 % de la faune présente.

22Dans le tableau 3 sont consignés les résultats obtenus dans la gouttière ayant reçu l’insecticide. Il apparaît immédiatement que tous les groupes ne sont pas touchés de la même manière et que certains d’entre eux sont particulièrement sensibles. Ce sont, entre autres, les Éphémères Baetidae, les Trichoptères Hydropsychidae du genre Macronema, les Odonates Agrionidae et les Chironomides de la tribu des Chironomini.

23Les indices de dérive ont varié durant 24 heures entre les valeurs extrêmes 2,6 et 233,9 avec une valeur moyenne de 21,64 soit 26 fois supérieure à celle du témoin.

Tableau 3. Variation des indices de dérive des organismes aquatiques lors d’un épandage en gouttière d’Abate 200 Procida aux concentrations 0,025 ppm et 100 ppm

Image

24La courbe représentant l’évolution des indices de dérive sur 24 heures est de type classique (fig. 5), présentant un maximum extrêmement marqué dans l’heure suivant l’épandage puis une diminution régulière qui aboutit au bout de 24 heures A une situation peu différente de la normale.

Tableau 4. Variation des indices de dérive des organismes aquatiques lors d’un épandage en gouttière d’Abate 200 Procida à la concentration 0,05 ppm

Image

25La faune totale expérimentée était de 10.566 individus et la quantité ayant dérivé en 24 heures, de 2 894 organismes ; ceci correspond à un décrochement de l’ordre de 27,4 % de la faune testée. Si l’on retranche de cette valeur celle du décrochement naturel observée dans le témoin, nous obtenons un décrochement net par effet de l’insecticide égal à environ 24 % de la faune présente.

b) Expérimentation en rivière non traitée (maraoué), à la concentration 0,05 ppm durant 10 minutes

26Les résultats obtenus pour la gouttière témoin sont les suivants :

Image

Fig. 5. — Toxicité de l’Abate 200 CE Procida. Expérimentation en gouttière.

Nombre d’individus expérimentés

216

Nombre d’individus décrochés

356

Pourcentage de décrochement

4,33 %

Valeurs extrêmes de l’indice de dérive

0,120-1,54

Valeur moyenne de l’indice de dérive

0,55

27Dans le tableau 4 sont consignés les résultats obtenus dans la gouttière ayant reçu l’insecticide. Une faune totale de 9 872 individus a été testée. Au cours des 24 heures d’expérience 2 976 organismes dérivèrent, soit 30,15 % de la faune présente.

28Les groupes qui apparaissent les plus sensibles (pourcentages en italique dans le tableau), peuvent être considérés comme identiques à ceux de l’expérimentation précédente malgré cependant quelques petites différences comme par exemple une moindre sensibilité des Chironomini et au contraire un plus fort décrochement des Tanypodinae.

29La courbe de l’évolution des indices de dérive sur 24 heures est tracée sur la figure 5. Son aspect général est le même que celui de la courbe correspondant à la concentration 0,025 avec toutefois un maximum beaucoup plus marqué dans la première heure suivant l’épandage et au contraire un niveau inférieur après une heure et jusqu’à la fin de l’expérience.

30Les valeurs extrêmes de variation de l’indice de dérive durant 24 heures ont été de 1,6 et 312 avec une moyenne de 20,5.

31A nouveau, si l’on tient compte du pourcentage de dérive naturelle estimé grâce au témoin (4,33 % de la faune en place), nous obtenons un décrochement net par effet du toxique, de l’ordre de 26 %, soit seulement légèrement supérieur à celui obtenu par action de la concentration 0,025 ppm.

c) Expérimentation en rivière traitée (Bandama), à la concentration 0,1 ppm durant 10 minutes

32Pour des raisons pratiques, cette expérimentation n’a pas été réalisée sur la Maraoué mais sur le Bandama, rivière déjà traitée à l’Abate depuis un an.

33L’étude de la dérive naturelle dans un témoin nous a permis d’obtenir les éléments suivants :

Nombre d’individus testés

5 033

Nombre d’individus décrochés

230

Pourcentage de décrochement

4,57

Valeurs extrêmes de l’indice de dérive

0,35 -2,48

Valeur moyenne de l’indice de dérive

0,80

34Les résultats obtenus dans la gouttière ayant reçu l’insecticide sont consignés dans le tableau 5 et la courbe d’évolution des indices de dérive a été tracée sur la figure 5.

35Sur un nombre total Lesté de 4 875 individus, seulement 538 décrochèrent au cours des 24 heures, soit 11 %. Comme dans la Maraoué, les Trichoptères Macronema apparaissent comme sensibles, de même que les Chironomides Chironomini. Par contre, les Hydracariens semblent ici fortement touchés, avec un décrochement de près de 53 % et les Éphéméroptères Caenidae présentent une grande sensibilité. Les Tricorythidae, très abondants dans notre expérience, sont peu sensibles au traitement ; leur décrochement n’atteint pas 5 %.

36Les valeurs extrêmes de l’indice de dérive sur 24 heures sont comprises entre 0 et 9,5 avec une moyenne de 1,74, soit à peine plus du double de la valeur obtenue dans le témoin, ce qui correspond à un pourcentage de décrochement dû à l’insecticide de l’ordre de 6,5 % de la faune expérimentée.

37Sans préjuger du niveau de décrochement que l’on aurait obtenu sur la Maraoué avec la concentration 0,1 ppm, on peut penser qu’il aurait été supérieur à ceux obtenus avec les concentrations plus faibles.

Tableau 5. Variation des indices des invertébrés aquatiques lors d’un épandage en gouttière de l’Abate 200 Procida aux concentrations 0,1 ppm et 100 ppm.

Image

38En fait, dans le Bandama, nous avons obtenu un décrochement nettement inférieur.

39Il apparaît donc qu’un traitement isolé portant sur une faune ne subissant ordinairement aucun effet toxique, entraîne un décrochement important, même à une faible concentration. Par contre, si ce traitement intervient sur une faune déjà régulièrement soumise aux effets de l’Abate, la mortalité induite par un traitement isolé est plus faible. Ceci explique que, malgré un traitement prolongé à l’Abate, nous ayons encore dans les rivières traitées une faune relativement abondante.

d) Action de très fortes concentrations

40Il est bien connu que dans la zone d’épandage et pendant un court laps de temps, les concentrations d’Abate présentes dans le milieu peuvent être très élevées.

41Dans deux des expériences précédentes, après 24 heures d’observation, nous avons fait agir une concentration de 100 ppm pendant une durée de 5 secondes environ. Nous avons ensuite étudié le décrochement sur une durée de 3 heures. Les résultats sont consignés dans les tableaux 3 et 5.

42Dans le cas de la Maraoué, non traitée, nous avons obtenu au bout de 3 heures un décrochement de 46,8 % de la faune testée. Dans le Bandama déjà traité, le décrochement pendant le même temps n’a été que de 11,4 %. Ces résultats confirment ce que nous disions précédemment, à savoir la relativement forte toxicité de l’Abate en traitement isolé et au contraire sa plus faible toxicité instantanée dans le cas de traitements répétés, ce qui n’est toutefois pas incompatible avec l’obtention à moyen terme d’un effet cumulé atteignant le niveau de celui d’un traitement isolé.

2.4. Toxicité de l’Abate à moyen terme

a) Étude des effets de deux mois de traitement

  • 3 Situation signalée par une étoile sur la figure 1.

43Durant 2 mois, un gîte à S. damnosum du N’zi3 (a été traité à l’Abate 200, dans une zone encore indemne de tout traitement, à raison d’un épandage chaque semaine. Trois points étaient étudiés et échantillonnés à l’aide de filets à dérive. Le premier point (A), non traité était situé en zone de rapides, environ 50 mètres en amont du point d’épandage ; le second (B) et le troisième (C) étaient en aval du point d’épandage, respectivement à environ 100 m et 7 km.

44Les résultats obtenus ont été consignés dans le tableau 6. Les données du 2/XII/76 représentent la situation aux trois points, la veille du premier épandage. Les échantillons ont par la suite été récoltés simultanément en A et B, 1 heure après épandage. La récolte de la dérive en C avait lieu 24 heures après épandage, ceci afin que la vague d’insecticide ait eu le temps de parcourir les 7 kilomètres. Une concentration de 0,05 ppm a été employée durant la première moitié de l’étude correspondant à des conditions hydrologiques de saison des pluies et 0,1 ppm pendant la seconde, correspondant à des conditions hydrologiques de saison sèche.

Nous pouvons considérer la situation de départ comme relativement homogène sur les 3 points avec une valeur de Image comprise entre 0,4 et 0,9. Au point A non traité, les fluctuations n’ont été durant les deux mois que de faible amplitude avec une valeur moyenne de Image de 0,14. Par contre, au point B, immédiatement après le point d’épandage, la valeur moyenne de Image est de 32,29 soit près de 80 fois celle trouvée en A et 40 fois celle de départ.

Tableau 6. Variation des indices de dérive en 3 points du N’zi durant 2 mois d’épandages d’Abate 200 CE.

Image

Au point C qui ne reçoit plus qu’une faible partie de l’insecticide, la moyenne de Image est de 2,60 soit 6 fois la valeur trouvée en A et seulement 4 fois supérieure à la valeur trouvée avant traitement.

45Il apparaît donc nettement une fois de plus que le passage de l’Abate provoque un décrochement important de la faune aquatique dans un délai très bref. Cet effet s’atténue avec la distance, en partie en raison de l’importante dilution du produit épandu.

b) Étude à moyen terme de la dérive de jour dans 6 stations de Côte d’Ivoire

46Parmi les paramètres suivis dans le cadre du programme de surveillance de l’environnement lié au Programme de lutte contre l’Onchocercose, l’étude de la dérive de jour permet de mettre en évidence l’intensification du décrochement des organismes aquatiques par l’effet des traitements.

47Quelle que soit l’intensité de l’activité biologique des rivières de la zone du programme, on peut considérer que la valeur de l’indice de dérive de jour, mesuré 1 h 1/2 avant le coucher du soleil, au niveau des radiers, varie entre 0,20 et 4. Tout dépassement de ces limites est presque toujours dû à l’action d’un facteur artificiel ou tout au moins inhabituel.

Dans le tableau 7 nous avons consigné les valeurs de Image calculées depuis 1975 pour 6 stations. Sur les 4 stations traitées, il apparaît nettement des groupes de valeurs excessivement fortes, qui dépassent le seuil de Image = 4, parfois dans des proportions considérables (Niaka Image = 307,2 en mars 1976 !).

Tableau 7. Variation des valeurs de Image pour 6 stations de Côte d’Ivoire.

Image

* Ces deux stations sont non traitées.

D’une manière générale dans toutes les stations traitées, l’indice de dérive de jour moyen est supérieur à celui calculé pour les deux stations non traitées. L’examen des variances correspondantes montre que seulement dans ces deux dernières stations, la variance de Image est inférieure à sa moyenne ce qui traduit une distribution régulière et homogène des valeurs de Image. Par contre, dans les stations traitées, la variance est supérieure à la moyenne et même très supérieure dans le cas de Niaka.

La station de la Léraba ne présente pas un indice de dérive moyen très élevé. Cependant cette station est dans l’ensemble pauvre en faune et des valeurs très basses de Image s’y rencontrent (0,09-0,15-0,20…). Il est évident que dans une série aussi faible, une valeur de Image égale à 11,49 (juillet 75) traduit un fort décrochement de la faune en place.

Il faut enfin remarquer que pour des raisons logistiques, les échantillonnages d’une fois sur l’autre ne sont pas toujours faits avec un intervalle de temps identique après l’épandage. Il a été montré précédemment que la valeur de Image est d’autant plus grande que cet intervalle de temps est court. En conséquence, la différence constatée entre les valeurs moyennes de Image pour les stations traitées et pour les stations non traitées, serait encore plus grande, si l’échantillonnage pour la surveillance du milieu pouvait être fait systématiquement après l’épandage et le même jour que celui-ci.

3. ACTION A COURT TERME DE L’ABATE 200 CE AMERICAN CYANAMID

48Nous avons déjà montré que des différences de toxicité peuvent exister selon le type de formulation de l’Abate qui est utilisée (Lauzanne-Dejoux, 1973 ; Dejoux-Troubat, 1975) aussi avons-nous testé les effets de l’Abate 200 de l’American Cyanamid Company sur la faune non-cible afin de rechercher s’ils diffèrent de ceux de l’Abate 200 de Procida.

Tableau 8. Étude de la toxicité de l’Abate 200 CE American Cyanamid. Chronologie des récoltes et résultats généraux.

Date et heure

Numéro du prélèvement

Nombre d’organismes récoltés

Indice de dérive correspondant

11/6/1975

8 h 20

1

60

3,56

8 h 50

2

69

4,09

9 h 20

3

54

3,20

9 h 50

4

25

1,48

10 h

Épandage

10 h 10

5

22

2,17

10 h 20

6

558

55,11

10 h 30

7

766

75,65

10 h 40

8

493

48,69

10 h 50

9

305

30,02

11 h 00

10

70

6,91

11 h 10

11

38

3,75

11 h 20

12

308

30,42

11 h 30

13

118

11,65

11 h 40

14

158

15,60

11 h 50

15

124

12,25

12 h 00

16

101

9,98

13 h 00

17

106

10,47

13 h 30

18

104

10,27

14 h 00

19

114

11,26

14 h 30

20

86

8,49

15 h 00

21

65

6,42

15 h 30

22

65

6,42

16 h 00

23

26

2,57

16 h 30

24

37

3,65

17 h 00

25

8

0,79

17 h 30

26

68

6,72

18 h 00

27

39

3,85

12/12/1975

7 h 00

28

46

2,73

7 h 30

29

58

3,44

8 h 00

30

38

2,25

8 h 30

31

46

2,73

9 h 00

32

34

2,01

Image

Fig. 6. — Toxicité de l’Abate 200 CE American Cyanamid. Cinétique de décrochement de l’ensemble des organismes.

49L’épandage étudié a été réalisé au vide-vite sur la Maraoué, rivière non traitée. La concentration employée était de 0,1 ppm durant 10 minutes. Un filet de récolte de dérive était mis en place avec une périodicité définie et à chaque fois pendant une durée de 5 minutes avant épandage et de 3 minutes après épandage. Les résultats sont consignés dans le tableau 8 et schématisés sur les figures 6, 7 et 8.

50Immédiatement après l’épandage l’indice de dérive s’accroît de façon considérable et devient rapidement (30’ après) plus de 20 fois ce qu’il était avant le passage de l’insecticide. Au bout d’une heure, on note une première chute de l’indice de dérive suivit d’un deuxième pic dont l’amplitude n’atteint cependant pas la moitié du précédent. Plusieurs pics se succèdent ensuite, de plus en plus atténués et 5 heures après l’épandage nous retrouvons un indice de dérive « normal » (situé entre les lignes pointillées indiquant les limites des valeurs normales de l’indice de dérive de jour pour cette rivière et cette station).

51Le lendemain de l’épandage, aucune augmentation notable et significative n’apparaît dans les valeurs calculées de l’indice de dérive, ce qui laisse à penser que les conditions locales sont redevenues identiques à celles existant avant le traitement.

52Globalement, la valeur moyenne de ID est de 3,08 avant épandage. Elle passe à 16,22 le jour de l’épandage et retombe à 2,63 le lendemain. Nous avons une valeur 5,3 fois plus forte après épandage revenant ensuite à 0,85 fois la valeur initiale, ce qui traduit à la fois le retour à une situation normale mais aussi la perte momentanée en organismes sur les lieux du traitement.

53Trois éléments faunistiques constituent l’essentiel de la dérive : deux Éphéméroptères Baetidae et un Chironomidae Orthocladiinae. A moindre titre, il faut noter une présence abondante de Caenidae et d’Hydracariens. Selon les groupes considérés, la cinétique de décrochement peut être légèrement différente. C’est ainsi que les Caenidae ne présentent leur maximum de décrochement que deux heures environ après le passage de l’insecticide alors qu’il suit de seulement quelques minutes pour les Baetidae.

Image

Fig. 7. — Toxicité de l’Abate 200 CE American Cyanamid. Expérimentation sur la Maraoué, cinétique de décrochement de quelques groupes d’invertébrés.
Fig. 8. — Toxicité de l’Abate 200 CE American Cyanamid. Expérimentation sur la Maraoué, cinétique de décrochement de deux espèces de Baetidae.

54Nous retrouvons donc un schéma d’action en tout point identique à celui obtenu pour l’Abate 200 Procida. En fait, seules les intensités du décrochement peuvent varier d’une formulation à l’autre mais leurs modes d’action demeurent du même type, induisant un effet immédiat souvent très important, qui s’atténue rapidement.

4. CONCLUSION

55Dans toutes les expériences réalisées apparaît un effet immédiat du traitement, se traduisant par une augmentation très importante et rapide du taux de dérive des organismes en place. Cet effet sera d’autant plus important que le milieu est vierge de tout traitement préalable. L’indice de dérive peut prendre des valeurs dix à cent fois supérieures à la normale, témoignant ainsi d’un fort décrochement des organismes de leur substrat. Les effets aigus d’un traitement s’atténuent toutefois rapidement et sont souvent à peine décelables 24 heures après passage de l’insecticide.

56Si tous les groupes affectés réagissent globalement de la même manière, la cinétique de décrochement de chacun d’eux peut varier légèrement d’une espèce à l’autre, compte tenu soit d’une plus faible sensibilité au toxique, soit d’une localisation particulière dans les biotopes les exposant plus ou moins aux effets mécaniques d’arrachement par le courant.

57Dans la majorité des cas, la composition de la faune dans la portion de rivière traitée n’est pas connue, il se peut que les éléments qui dominent dans la dérive après traitement soient aussi ceux qui dominent dans le milieu naturel. En conséquence, la plus grande abondance de ces organismes dans la dérive ne signifie pas nécessairement qu’ils présentent une plus grande sensibilité aux insecticides que d’autres groupes, numériquement moins bien représentés. Seules les expériences réalisées à l’aide des gouttières permettent une estimation précise des sensibilités relatives de chaque constituant des peuplements testés et l’on peut affirmer que les Éphéméroptères Baetidae et Caenidae, les Trichoptères Macronema et Orthotrichia, les Chironomides chironomini, constituent avec les Simulidae les organismes les plus affectés par les traitements.

Nous avons montré par ailleurs (Elouard-Lévêque, 1975) que la dérive de jour a un caractère traumatique. Ceci implique que l’indice de dérive dans les rivières en équilibre est normalement faible. Au contraire, une augmentation notable de cet indice dans un cours d’eau traduit l’action d’un effet traumatisant certain. Pratiquement, nous avons retrouvé durant plus d’un an d’observation sur 6 stations, des valeurs de Image nettement supérieures dans les rivières traitées que dans les rivières non traitées de Côte d’Ivoire. Ceci traduit l’existence d’une traumatisation permanente de la faune des cours d’eau traités, qui, si elle n’est pas catastrophique, n’en est pas pour autant négligeable.

58L’effet cumulé à moyen terme, n’apparaît pas comme étant la sommation arithmétique des effets partiels de chaque traitement. Si une telle situation existait, on aboutirait rapidement à un dépeuplement complet des rivières traitées. Dans le cas de traitements répétés, chaque épandage provoque un décrochement des organismes présents les plus sensibles, entraînant ainsi une sélection individuelle et peut-être spécifique de la faune restante.

59En saison sèche et d’une manière générale, les effets toxiques maximums se font sentir dans les quelques centaines de mètres situés immédiatement après les points d’épandage ; par contre, la faible vélocité du courant, la dilution rapide et la labilité du produit sont telles que ces effets ne sont que d’un niveau très faible quelques kilomètres en aval.

60La modalité d’action de l’Abate American Cyanamid sur la faune non-cible est enfin très similaire à celle obtenue avec l’Abate 200 de Procida.

61Manuscrit reçu le 7 septembre 1977 au Service des publications de l’O.R.S.T.O.M.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Élouard (J. M.), Lévèque (C.), 1975. — Observations préliminaires sur la dérive des invertébrés et des poissons dans quelques rivières de Côte d’Ivoire. O.R.S.T.O.M.-O.M.S., no 394, 14 p. multigr.

Dejoux (C.), Troubat (J. J.), 1974. — Action in situ de l’Abate sur la faune aquatique non cible. Toxicité à moyen terme en milieu tropical. O.R.S.T.O.M., N’Djaména, 52 p. multigr.

Dejoux (C.), Troubat (J. J.), 1975 a. — Toxicité pour la faune non cible de quelques formulations d’insecticides organophosphorés et de leurs constituants. O.R.S.T.O.M., N’Djamena, 24 p. multigr.

Dejoux (C.), 1975 b. — Nouvelle technique pour tester in situ l’impact de pesticides sur la faune aquatique non cible. Cah. O.R.S.T.O.M., sér. Ent. méd. et Parasitol. vol. XIII, no 2 : 75-8.

Dejoux (C.), Troubat (J.-J.), 1976. — Toxicité comparée de deux insecticides organophosphorés sur la faune aquatique non cible, en milieu tropical. O.R.S.T.O.M., Bouaké, no 1-60 p. multigr.

Lauzanne (L.), Dejoux (C.), 1973. — Étude de terrain de la toxicité sur la faune aquatique non cible de nouveaux insecticides employés en lutte anti-simulies. O.R.S.T.O.M., Fort-Lamy, 37 p. multigr.

Le Berre (R.), Philippon (B.), Grebaut (J.), Sechan (Y.), Lenormand (J.), Étienne (J.) et Garreta (P.), 1971. — Lutte contre Simulium damnosum en Afrique occidentale. I. Essais complémentaires de nouveaux insecticides. OCCGE, Bobo-Dioulasso, 103/ONCHO, 23 p. multigr.

Notes

1 Organisation Mondiale de la Santé.

2 Onchocerciasis Control Program.

3 Situation signalée par une étoile sur la figure 1.

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540