Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trente ans de lutte contre l’onchocercose en Afrique de l’Ouest. Traitements larvicides et protection de l’environnement

 | 
Laurent Yaméogo
, 
Christian Levêque
, 
Jean-Marc Hougard

Références des articles présentés sur le cédérom / Papers references presented on CD-ROM

Toxicité pour la faune non-cible de quelques insecticides nouveaux utilisés en milieu aquatique tropical

IV. Le Bacillus thuringiensis var. israelensis H-14 / IV — Bacillus thuringiensis var. israelensis H-14

Toxicity for the non-target fauna of some new insecticides used under tropical aquatic conditions

C. Dejoux, F. M. Gibon et L. Yaméogo

Résumé

Le Bacillus thuringiensis var. israelensis est un insecticide entomopathogène qui agit par ingestion et provoque une lyse des tissus épithéliaux de l’intestin ainsi qu’une paralysie des pièces buccales. Le sérotype H-14 (de Barjac), présente une très forte spécificité d’action vis-à-vis des larves de moustiques ainsi que des simulies.
Utilisé de manière expérimentale en Côte d’Ivoire dans le cadre d’essais de contrôle des populations larvaires de Simulium damnosum s.l., puis en campagne de lutte contre ces mêmes Diptères, il s’est avéré peu toxique pour la faune aquatique non-cible.
Son épandage dans un milieu vierge entraîne une augmentation de l’intensité de dérive des invertébrés présents qui ne dépasse pas 4 à 5 fois sa valeur normale (contre 50 à 200 fois pour des insecticides organophosphorés comme le téméphos ou le chlorphoxim). L’action traumatisante induite par les traitements semble par contre plus longue qu’avec d’autres produits mais est sans conséquences pour le maintien des équilibres.
Une action significative sur les Trichoptères Hydropsychidae, qui s’était traduite par une baisse sensible de leur densité après neuf semaines d’un traitement expérimental de saison sèche avec une formulation de B.t.i. H-14, n’a pas été retrouvée à la suite de traitements de campagne de plusieurs mois effectués sur de nombreuses rivières de Côte d’Ivoire, avec une autre formulation.
En milieu stagnant, des concentrations très supérieures aux doses actives contre les larves de moustiques ont été lestées et se sont révélées très peu toxiques pour la faune non-cible.
D’une manière générale, l’utilisation de B.t.i. H-14 comme moyen de lutte antivectorielle, avec application en milieu aquatique, ne semble pas devoir entraîner de risques écologiques, tout au moins à court et moyen terme.

Bacillus thuringiensis var. israelensis is a spore forming bacterium with a pathogenic action caused by the production of a toxic protein. The ingestion by insects of the cristal produced by the spores lead to a paralysis of the mouthparts and a rapid destruction of the gut epithelium. The H-14 serotype isolated by de Barjac (1978) present a strong larvicide specificity against mosquitoes and also Simuliidae.
Experimental use of the primary powder or formulations have been done in several rivers of the Ivory Coast, in order to estimate their toxicity against aquatic non-target organisms in the case of Simulium control applications.
Some medium term experiments have also been studied as well as a dry season campaign of weekly treatments, covering the main rivers of that country.
Applications of a formulation of B.t.i. H-14 on a virgin biotope produces an increase of the invertebrate drift intensity which rise about 4 to 5 times its normal value. Such an increase as to be considered as very low compared to the value which occures after organophosphorus insecticides treatments (respectively 50 to 200 times with temephos and chlophoxim for example…). However, the traumatisation induced on invertebrates by action of B.t.i. seems to be longer than in the case of application of other compounds, but is without any consequences lo the aquatic population balance.
A significant decrease of density was found for Hydropsychidae after a 9 weeks experimental treatment of a small river with a B.t.i. formulation. The same phenomenon was not detected after the campaign of treatments with an other formulation, covering most of the Ivorian rivers.
A B.t.i. H-14 Sandoz formulation experimented in stagnant biotopes in order to control mosquitoes larvae has been applied without any injury for the non target fauna, even at high dosages never used in a normal campaign.
It can be concluded from the present results that B.t.i. H-14 have a nearly total short term innocuity against non target fauna associated lo Simulium damnosum s.l., or mosquitoes larvae. There is also no evidence of a deleterious action on invertebrate populations after a regular application at medium term.

Texte intégral

  • 1 OCP = Onchocerciasis control programme.
  • 2 Ce travail a fait l’objet d’un accord contractuel entre l’Organisation Mondiale de la Santé et l’O (...)

1Essentiellement conduite à l’origine avec un insecticide organophosphoré, l’Abate® ou téméphos, la lutte antisimulidienne réalisée en Afrique de l’Ouest par l’Organisation Mondiale de la Santé (OCP)1 s’est maintenant diversifiée. L’apparition en 1981 d’une résistance au téméphos de certains cytotypes du complexe Simulium damnosum a en effet nécessité la mise en œuvre sur le terrain (essentiellement en Côte d’Ivoire) de produits de remplacement. Afin de prendre toutes les garanties nécessaires pour leur emploi à grande échelle, sans risques trop importants pour l’environnement aquatique, ces produits ont fait l’objet, avant utilisation, de tests de toxicité in situ. Dans le présent travail, nous avons essayé de synthétiser les différents résultats obtenus pour l’un deux : le Bacillus thuringiensis israelensis sérotype H-14 (de Barjac, 1978)2.

1. CARACTÉRISTIQUES DU PESTICIDE

2Le Bacillus thuringiensis Berliner 1915 est un insecticide d’origine biologique puisqu’il s’agit d’une bactérie de la famille des Bacillaceae dont les spores ont la propriété de produire une protéine toxique (delta-endotoxine). On en distingue actuellement plusieurs sérotypes ayant une grande spécificité d’action. D’une manière générale, le cristal protéinique entraîne après ingestion une paralysie des pièces buccales, ainsi qu’une lyse des tissus épithéliaux du système digestif (WHO/VBC/79-750).

3Utilisé depuis plusieurs années en agriculture, principalement pour lutter contre les chenilles de Lépidoptères, le Bacillus thuringiensis est considéré comme un insecticide non dangereux pour l’environnement. Le sérotype H-14 de la variété israelensis, dont l’action entomopathogène vis-à-vis des larves de moustiques a été mise en évidence par de Barjac (1978 a, b et c), fut reconnu comme efficace contre les larves de Simuliidae, en Côte d’Ivoire (Guillet, 1979 ; Guillet-Escaffre, 1979 a), et très peu toxique à court terme pour les invertébrés lotiques (Dejoux, 1979). Il devenait ainsi potentiellement utilisable en campagne de lutte contre l’onchocercose.

2. PRODUITS TESTÉS ET MÉTHODOLOGIE

2.1. Recherche de la toxicité à court terme

4Le B.t.i. a été essentiellement testé sous deux formes différentes. La première était une poudre primaire du sérotype H-14, référencée R-153-78, produite par le laboratoire Roger Bellon Biochem, d’une teneur en matière active supérieure à 1 000 unités internationales de Bacillus thuringiensis israelensis, par mg. Elle est peu miscible à l’eau et devait mécaniquement être mise en suspension dans l’eau des milieux à traiter, avant épandage.

5La seconde forme testée était une formulation fournie par le laboratoire Sandoz Ldt (Agrochemical Dpt., Bâle, Suisse), le Tecknar®, référencée Sandoz 402 I.W.DC. Elle se présentait sous forme d’une suspension liquide épaisse, de couleur brun clair (densité spécifique 1,1 mg/ml à 180 °C), obtenue à partir du sérotype H-14.

Fig. 1. — Carte de situation des différentes études. 1. Site de Wâ sur le Goué, affluent du haut Cavally ; 2. Site du Kan (affluent du N’zi), près de Bouaké ; 3. Site de Danangoro sur la Maraoué, au Nord-Ouest de Bouaflé ; 4. Site d’Entomokro sur la Maraoué. au Sud-Est de Bouaflé ; 5. Site de l’affluent du N’zi en amont de la route Katiola-Dabakala ; 6. Nzi au pont de Timbé

Fig. 2. — Schéma des deux systèmes de gouttières (simple A et multiples B), utilisés in situ pour étudier le décrochement des invertébrés, après action du B.t.i.

Tableau I. Récapitulatif des différentes observations réalisées concernant la toxicité du Bacillus thuringiensis israelensis H-14, sous forme de poudre primaire ou de formulation

Tableau I. Récapitulatif des différentes observations réalisées concernant la toxicité du Bacillus thuringiensis israelensis H-14, sous forme de poudre primaire ou de formulation

* Les méthodes signalées dans ce tableau sont décrites en détail dans Dejoux, 1980.

6Dans les tests en milieux lotiques, la concentration de 1,6 mg/1 pour un temps de passage de 10 minutes a toujours été utilisée. En milieu stagnant, des concentrations variant entre 25 et 780 ppm ont été testées, les mortalités d’organismes étant notées après 24 heures d’action.

2.2. Recherche de la toxicité à moyen terme

  • 3 La position des sites numérotés est reportée sur la figure 1.

7Deux séries d’observations ont été effectuées. La première concernait le traitement expérimental, à l’aide de la formulation Sandoz 402 I.W.DC. (1,6 mg/1/10 minutes), d’un petit affluent du Kan situé près de Bouaké en Côte d’Ivoire (site 2)3. Des épandages hebdomadaires y ont été réalisés durant deux mois.

8La seconde série concerna les effets de traitements réguliers de certaines portions de cours d’eau ivoiriens dans le cadre d’une surveillance de routine liée à la campagne OCP. Dans ce cas, la formulation utilisée était référencée Sandoz 402 I.S.C. et le dosage était identique. Trois sites ont été régulièrement échantillonnés (sites 3-4 et 6). Les sites 3 et 4 ont été traités de février à fin avril 1982 au Tecknar®, après avoir été auparavant régulièrement traités a l’Abate® et au Chlorphoxim®. Le site 6 a été traité au Teknar® à partir du mois d’avril 1982 date de reprise de l’écoulement. Au préalable ce site avait également été traité à l’Abate® et au Chlorphoxim®.

9Les renseignements concernant la localisation des sites et les méthodes utilisées pour la recherche de la toxicité des différentes présentations du B.t.i. H-14, sont reportés dans le tableau I. Un schéma des deux dispositifs de gouttières utilisés dans plusieurs tests, est présenté figure 2.

3. RÉSULTATS

3.1. Action à court terme de la poudre primaire

10Les résultats obtenus après épandage de poudre primaire sur un bief du Goué sont schématisés figure 3. L’intensité de dérive calculée pour plusieurs périodes de la journée, avant et après traitement, y est reportée.

11Il apparaît nettement une grande différence de cinétique de dérive entre la faune non-cible (14 taxons) et les Simuliidae. Les premiers présentent une faible augmentation de leur intensité de décroche ment après traitement (1,3 fois au maximum décelé), alors que les Simuliidae, très nombreux dans le biotope traité, dérivent intensément (augmentation maximale de 81,2 fois !). De nombreuses larves de Simulies meurent par ailleurs, sans quitter leur support.

Fig. 3. — Variation de l’indice de dérive (ID) à la suite d’un traitement au B.t.i. du Goué (dosage : 0,2 mg/l de poudre primaire/ 10 minutes)

Tableau II. Cinétique de dérive in situ pour différents groupes d’invertébrés du Goué, traité à 0,2 mg/1 de poudre primaire R-153,78 de B. t. israelensis pendant 10 minutes (en % du nombre moyen dérivé, par prélèvement)

Taxocènes

Avant traitement (4 prélèvements)

Après traitement (25 prélèvements)

Orthocladiinae

33,3

45,9

Chironomini

14,2

1,6

Tanytarsini

4,8

7,4

Tanypodinae

0

8,1

Ceratopogonidae

9,5

1,6

Rhagionidae

0

0,8

Baetidae

19,0

15,4

Caenidae

4,8

1,6

Libellulidae

0

0,8

Elmidae

0

4,0

Pyralidae

4,8

6,4

Hydropsychidae

4,8

3,2

O1igochètes

4,8

1,6

Hydracariens

0

1,6

Tableau III. Bilan de la dérive en gouttière témoin

Tableau III. Bilan de la dérive en gouttière témoin

Tableau IV. Bilan d’un traitement à la poudre primaire de B.t.i., en gouttière, à la concentration de 0,2 mg/l (pour un écoulement de 10 minutes)

Tableau IV. Bilan d’un traitement à la poudre primaire de B.t.i., en gouttière, à la concentration de 0,2 mg/l (pour un écoulement de 10 minutes)

12Un examen des pourcentages moyens de décrochement pour les différents constituants de la faune non-cible, avant et après épandage, permet de déceler une légère augmentation pour les chironomides autres que les Chironomini, mais dans l’ensemble, les effets du traitement que l’on peut considérer comme négligeables, à court terme, n’ont pas perturbé la structure de la dérive normale de la faune non-cible (tabl. II).

13Le test réalisé en gouttière sur le même site, avec une concentration identique, permet une analyse plus précise de l’impact. Le bilan de cette expérimentation est dressé dans les tableaux III et IV. Durant les 24 heures d’observation le total du décrochement dans la gouttière témoin correspond à une dérive d’environ 19 % de la faune présente dont 15 % sont relatifs à la faune non-cible. Cette valeur doit être regardée comme normale si l’on considère que le système expérimental n’était en place que depuis 48 heures avant le test, temps relativement trop court pour que les perturbations crées par la transplantation de la faune, du lit du cours d’eau aux gouttières, soient totalement estompées.

14Après traitement, le bilan dans la gouttière traitée fait état d’une dérive globale de 76,4 % de l’ensemble de la faune, mais de seulement 15 % si l’on considère que la faune non-cible. Il y a donc une même intensité générale de dérive des espèces non-cible, avec et sans traitement (l’identité parfaite étant certainement fortuite).

15Si l’on prend en considération séparément les taxocènes dont les effectifs testés étaient supérieurs à 50 individus et que l’on effectue une comparaison statistique des pourcentages (comparaison de leur différence Sdq à la variance standard de cette même différence, Sdq) il apparaît qu’elle est hautement significative pour les Simuliidae, mais également, au seuil P = 0,01, pour les Chironomini, les Trichoptères du genre Orthotrichia et les mollusques Ancylidae, ces deux derniers groupes accusant respectivement des augmentations de leur intensité de dérive de 56 et 20 %.

16Il semble donc finalement que quelques groupes non-cible aient été légèrement traumatisés par le traitement alors que les autres présentent des différences d’intensité de dérive non significatives. Signalons aussi qu’à l’observation directe in situ, à la loupe binoculaire, il n’a pas été possible de déceler d’organismes morts « en place », autres que des Simuliidae.

3.2. Toxicité comparée de la poudre primaire et de la formulation

17Cette expérimentation, réalisée à l’aide du système à gouttières multiples, porta sur une faune préalablement établie dans l’appareil depuis 4 jours, donc théoriquement stable. Le bilan en est présenté dans le tableau V.

18Les Simuliidae accusent la plus forte réaction, bien que la poudre primaire n’entraîne que 33,3 % de décrochement des espèces présentes contre 69,8 % pour la formulation. Cette différence est significative au seuil P = 0.01 (dq = 0,487 pour une valeur seuil de P = 0,01 égale à 0,049). Il se peut toutefois que la formulation entraîne un décrochement supérieur à celui provoqué par la poudre primaire pour une mortalité du même ordre, les individus morts décrochant dans ce cas plus facilement de leur support.

19Les différences constatées pour le reste de la faune ne sont par contre pas significatives et les pourcentages varient peu d’une gouttière à l’autre. C’est le cas notamment pour les Chironomini qui, dans les premières expériences (cf. 3.1), accusaient une certaine sensibilité à la poudre primaire.

20Il apparaît donc dans ce test que la formulation de B.t.i. n’est, à court terme, pas plus toxique pour la faune non-cible que la poudre primaire, mais qu’elle est par contre plus active vis-à-vis des Simuliidae.

Fig. 4. — Cinétique de dérive de l’ensemble de la faune non cible (A) et des Simuliidae seuls (B), lors d’un épandage expérimental de B.t.i., en formulation et durant la crue (dosage 1,6 mg/1/10 minutes). N = nombre moyen d’organismes récoltés dans la dérive ; T = temps ; ----- avant traitement, ——— après traitement ; E = épandage

Tableau V. Bilans comparés des impacts du B.t.i., sous forme de poudre primaire et sous forme de formulation. Expérimentation en « gouttières in situ »

Tableau V. Bilans comparés des impacts du B.t.i., sous forme de poudre primaire et sous forme de formulation. Expérimentation en « gouttières in situ »

3.3. Action à court terme d’une formulation de B.t.i. employée durant la crue. Modification du rythme nycthéméral de dérive

21Schématisée figure 4, l’augmentation de l’intensité de dérive après traitement se fait sentir faiblement sur la faune non-cible, quatre heures après épandage. Tout en étant significative (environ du simple au double), cette augmentation doit être considérée comme peu importante, d’autant que nous nous trouvons en période de hautes eaux et que la stabilité écologique du milieu est faible. Il est par contre intéressant de noter un certain effet prolongé du traitement qui se traduit par une intensité globale de dérive, durant la nuit suivant l’épandage, encore environ deux fois supérieure à sa valeur de la nuit le précédant. Les Simuliidae accusent une dérive nettement plus élevée.

22Il existe une légère différence dans la réaction au traitement des différents taxocènes. En calculant l’augmentation de l’intensité de dérive moyenne pour deux périodes de 22 heures correspondantes, l’une avant traitement et l’autre après, nous trouvons les pourcentages d’augmentation suivants :

Simuliidae

+70 %

Chironomidae

+ 46,2 %

Ephéméroptères

+39 %

Trichoptères

+ 27,6 %

Reste de la faune

+ 52 %

23La plus forte augmentation est donc obtenue pour les Simuliidae, mais à nouveau il faut noter que de très nombreux individus moururent sans décrocher de leur substrat ; cette valeur est donc sous estimée.

24Mis à part le « reste de la faune » qui correspond à un ensemble de taxons variés, aux faibles effectifs, ce sont les chironomides qui réagissent le plus fortement au traitement, résultat à rapprocher de ce que nous avions déjà trouvé sur le Goué (3.1.) et qui est également signalé par d’autres auteurs (Sinègre et al., 1979 b ; Yaméogo, 1980). A l’opposé, les Trichoptères accusent une très faible réaction à ce traitement qui a d’une manière générale un impact sur la faune lotique non-cible peu important et étalé dans le temps.

  • 4 Le taux d’augmentation maximale de dérive est le rapport entre la valeur de son intensité mesurée (...)

25A titre de comparaison, il faut enfin signaler que le rapport d’augmentation maximale4 de l’intensité de dérive était dans cette expérience d’environ 3,5 alors que dans des conditions semblables il est de l’ordre de 40 à 80 fois dans le cas d’un traitement au téméphos (0,5 mg/1/10’) et de 100 à 200 avec le Chlorphoxim®, autre organophosphoré (0,025 mg/1/10’).

3.4. Action à court terme d’une formulation de B.t.i. employée à l’étiage

26Agissant sur une faune concentrée dans les zones de rapides bien oxygénées, les traitements effectués durant l’étiage ont un impact particulièrement important qui concerne une faune Théophile largement à l’origine des repeuplements de l’ensemble des cours à la reprise des écoulements.

3.4.a. Impact d’un traitement expérimental de la Maroué

Modification du cycle nycthéméral de dérive

27La partie du cycle relatif à la seule faune non-cible, établi 24 heures avant traitement (fig. 5), présente un profil classique.

28L’introduction de l’insecticide provoque une augmentation rapide de la dérive des Simuliidae durant 3 à 4 heures. Les valeurs trouvées restent cependant faibles car de nombreux individus morts ne décrochent pas de leur support.

29La réaction de la faune non-cible est plus lente, mais l’intensité de dérive présente cependant un pic bien individualisé durant la journée après traitement. L’amplitude en demeure toutefois faible (2,5 fois au maximum de décrochement décelé), ce qui doit être considéré comme une action toxique extrêmement minime comparée à celle d’un organophosphoré, dans les mêmes conditions hydrologiques.

30Le pic de dérive de nuit se situe ensuite au même moment que la veille du traitement, témoignant de l’absence de perturbation profonde du rythme de dérive. A partir de minuit et jusqu’au lendemain matin, on note à nouveau une augmentation sensible de l’intensité de dérive qui est environ 2 fois plus élevée que la nuit précédant le traitement. Cette observation rejoint celle faite en saison des pluies et on peut en conclure que la faune non-cible a subit une certaine traumatisation et que les individus, quand ils reprennent leur activité nocturne, sont légèrement affaiblis et résistent un peu moins à l’action du courant. D’une manière générale, le traitement a eu une très faible incidence sur l’intensité du décrochement de la faune non-cible.

Fig. 5. — Cinétique de dérive de l’ensemble de la faune non cible (courbes supérieures) et des Simuliidae (courbes inférieures) lors d’un épandage expérimental de B.t.i., en formulation, durant l’étiage (dosage 1,6 mg/1/10’). N = nombre moyen d’organismes récoltés dans la dérive ; T = temps ; ---- avant traitement, — après traitement ; E = épandage

Variation des densités de faune benthique en place

31Les résultats obtenus par l’étude de la faune des rochers dans le courant du site traité, sont consignés dans le tableau VI. L’hypothèse de départ est qu’une forte action toxique du B.t.i. va entraîner une importante baisse de densité des organismes en place, due à leur décrochement et à leur passage dans la dérive. Cette hypothèse est vérifiée pour les Simuliidae (test de Wilcoxon positif au seuil P = 0,05), mais pas pour les groupes non-cible suffisamment bien représentés. Pour ces derniers, certains effectifs sont même plus élevés après traitement qu’avant. Globalement, la série récoltée après traitement présente une densité plus élevée de 7,7 % si l’on considère tous les organismes et de 19,7 % si l’on ne prend en compte que la faune non-cible.

Tableau VI. Estimation des densités d’organismes benthiques sur dalles rocheuses, avant et après un traitement avec une formulation de B.t.i. (concentration 1,6 mg/1/10’)

Tableau VI. Estimation des densités d’organismes benthiques sur dalles rocheuses, avant et après un traitement avec une formulation de B.t.i. (concentration 1,6 mg/1/10’)

32Cette augmentation des densités s’explique mal. Elle peut être due à une distribution très hétérogène des taxons dans les biotopes échantillonnés, mais on ne peut écarter l’hypothèse d’un apport d’organismes par la dérive, qui seraient alors retenus par la végétation ténue que constitue les Tristicha trifaria recouvrant les rochers. Cet apport serait alors dans certains cas supérieur à l’intensité du décrochement.

33Quoi qu’il en soit, il n’est pas possible de conclure à un effet marqué du traitement, décelable au niveau des densités d’organismes peuplant les rochers dans le courant.

Variation des densités de peuplement des substrats artificiels

34Les résultats regroupés dans le tableau VII conduisent à une conclusion similaire. La variation globale des densités est faible mais encore positive (+ 10,3 % en considérant toute la faune et + 14,5 % en ne considérant que la faune non-cible). Les variations des densités moyennes des différents taxocènes ne sont significatives que pour les Simuliidae, toutefois on constate une augmentation notable des peuplements chironomidiens.

35A nouveau, faut-il considérer que les substrats jouent le rôle de pièges à dérive comme cela a été montré par quelques auteurs, en l’absence de pollution (Cellot, 1982 ; Bournaud et al., 1973) ? Ils auraient ainsi « capté » les larves de chironomides dont on sait que l’intensité de dérive a tendance à augmenter sous l’effet du B.t.i. L’absence de végétation sur les substrats ne permettant plus d’avancer l’hypothèse d’une filtration mécanique ; il faudrait alors admettre qu’il y a eu simple accumulation en raison d’une dérive plus intense de ce groupe. S’il en est ainsi, nous pouvons en conclure que les individus dérivant après un traitement sont aptes à se raccrocher en aval, ce qui n’est pas toujours le cas après action d’autres insecticides (Dejoux, 1983), donc que les effets toxiques du traitement ne traumatisent que faiblement ces organismes.

Tableau VII. Densité avant et après traitement sur les substrats artificiels. Concentration de B.t.i., égale à 1,6 mg/l/10 minutes

Tableau VII. Densité avant et après traitement sur les substrats artificiels. Concentration de B.t.i., égale à 1,6 mg/l/10 minutes

3.4.b. Impact d’un traitement expérimental d’un affluent du N’zi

36La réalisation, sur un petit affluent du N’zi très riche en invertébrés, d’un traitement expérimental similaire à celui effectué sur la Maraoué, nous permet de préciser certains résultats précédemment obtenus.

37A nouveau nous ne constatons pas d’action importante sur l’intensité de dérive, dans les 5 heures qui suivirent l’épandage (fig. 6). Cette dernière augmente légèrement un quart d’heure après le passage de l’insecticide, atteignant, compte tenu des Simuliidae, une valeur environ 4 fois supérieure à son niveau prétraitement. Ceci doit être considéré comme faible, d’autant que si l’on exclue le groupe cible, le rapport d’augmentation pour le reste des invertébrés n’est plus que de 2 environ, valeur déjà rencontrée dans les expériences précédentes qui correspond essentiellement à une dérive légèrement accrue des chironomides Orthocladiinae.

Fig. 6. — Cinétique de dérive à court terme observée au cours d’un traitement expérimental d’un affluent du N’zi, à l’aide d’une formulation de B.t.i.

Tableau VIII. Variation des densités d’organismes benthiques récoltés dans deux séries de 5 échantillons (Surber), avant et 5 heures après un traitement avec une formulation de B.t.i. (nombre moyen d’individus pour 225 cm2)

TAXONS

Densité avant traitement

Densité après traitement

% de variation

Hydropsychidae

86,2

193,6

+ 55,5

Hydroptilidae

9,4

31,6

+ 70,3

Philopotamidae

11,0

14,2

+ 22,5

Leptoceridae

1,0

1,4

+ 28,6

Simuliidae

0,6

1,6

+ 62,5

Orthocladiinae

240,8

325,8

+ 26,1

Tanypodinae

0,6

0,4

-33,3

Chironcomini

7,0

9,4

+ 25,5

Tanytarsini

24,2

32,4

+ 25,3

Tipulidae

0

0,4

-

Raghionidae

0,4

6,4

+ 93,8

Ceratopogonidae

1,6

1,0

-37,5

Baetidae

65,0

91,6

+ 29,0

Caenidae

16,2

20,8

+ 22,1

O1igoneuridae

0,6

0

-

Pyralidae

49,0

43,0

-12,2

Dytiscidae

0

0,6

-

Libellulidae

0

0,8

-

Plécoptères

0,2

0,2

0,0

Hydracariens

0,2

0

-

Total

514,0

775,2

% 33,7

38Dans le tableau VIII ont été regroupés les résultats d’analyse de deux séries de prélèvements à l’échantillonneur de Surber. Nous retrouvons une fois encore des densités globalement plus élevées dans la 2e série d’échantillons (environ 34 %), que la première. Pour les taxocènes ayant des effectifs suffisants (plus de 10 individus en moyenne par prélèvement), ces variations sont significatives.

39Le biotope échantillonné est ici très particulier. Il s’agit d’une dalle d’une dizaine de mètres de long, en forme de déversoir incliné, recouverte de Tristicha triforia sur une épaisseur de 6 à 7 cm. Elle est parcourue par une lame d’eau d’environ 10 cm, s’écroulant à environ 60 cm par seconde. Les échantillons ont été récoltés tête-bêche dans la partie avale de cette dalle.

40Nous nous trouvons donc dans un cas mécaniquement plus simple que les précédents et il est ici nettement plus concevable que les organismes ayant décroché de l’amont de ce biotope aient été transportés vers l’aval où ils se sont relativement concentrés en se raccrochant dans la végétation, volontairement ou par simple effet mécanique.

41Il y aurait donc un phénomène identique à celui des cas précédents, le piège à dérive fonctionnant simplement avec une plus forte intensité en raison de la configuration morphologique du milieu.

42Notre hypothèse émise en III.4.a se trouve ainsi quelque peu confirmée, mais nous retiendrons surtout et une fois de plus, le faible impact à court terme induit par le B.t.i.

3.5. Effets à moyen terme d’une formulation de B.t.i.

3.5.a. Action du premier traitement

43L’impact du premier traitement du bief choisi risquant d’être plus marqué que celui des suivants, comme c’est généralement le cas lors de l’emploi d’autres pesticides (Dejoux, 1973), un certain nombre d’observations ont été réalisées à cette occasion.

  • La transparence de l’eau a permis de noter une dévalaison temporaire de l’ichtyofaune présente, immédiatement après le traitement (Tilapia sp.). De jeunes alevins d’Alestes sp. ont ensuite été régulièrement capturés dans les filets de récolte de la dérive, durant plus de 12 heures, alors qu’ils étaient très rares la veille du traitement. On peut supposer que la gène était occasionnée par les constituants de la formulation (solvant, émulsifiant…) mais qu’elle n’était que passagère, puisque des poissons ont par la suite régulièrement été observés sur le bief traité.
  • Aucune action du même type n’a été observée pour les larves de Batraciens (Bufo regularis essentiellement) qui étaient pourtant bien représentés dans la zone traitée.
  • Les invertébrés réagirent de manière identique à celle déjà signalée dans les expériences précédentes, le traitement induisant une augmentation globale de l’intensité de dérive dans la demie heure suivant son application (environ 5 fois sa valeur prétraitement), les Simuliidae et Chironomidae en étant en majeure partie responsables.

44Après un rapide retour à la normale, l’intensité de dérive nocturne est à nouveau plus forte (environ 2 fois) durant la première partie de la nuit suivant le traitement, que la nuit précédente.

45Si l’on compare cependant les indices de dérive ID (indices qui, rappelons-le, correspondent au nombre théorique d’organismes « en dérive », chaque seconde, dans un mètre cube d’eau), entre la zone traitée et la zone non traitée située immédiatement en amont, on élimine ainsi les variations générales pouvant avoir lieu entre une nuit et la suivante. On intègre d’autre part les grandes « pulsions » intrinsèques de la dérive (commencement d’émergence d’une espèce par exemple…) qui se produisent alors simultanément aux deux points de mesure distants de quelques dizaines de mètres. Les différences constatées entre les deux courbes de variation des valeurs de ID sont alors en majeure partie dues à la perturbation produite par l’insecticide (fig. 7).

Fig. 7. — Cinétique comparée de la dérive des invertébrés durant 24 heures, dans la zone traitée (—) et dans la zone témoin non traitée (-------). ID = indice de dérive ; E = épandage ; Image = valeurs moyennes de plusieurs mesures faites dans l’heure ; Image = valeur de la seule mesure faite à l’heure indiquée

46Dans le cas présent, apparaît nettement une augmentation de la valeur de l’indice de dérive après traitement, sans qu’il y ait perturbation des rythmes internes de dérive qui demeurent semblables dans les deux zones. Par ailleurs, la valeur supérieure de ID en zone traitée se maintient le lendemain de l’épandage, témoignant d’un effet léger mais étalé dans le temps, de la formulation de B.t.i.

3.5.b. Modifications apportées aux peuplements par 9 semaines de traitement

Peuplements des rochers en eau courante

47Nous avons procédé à une analyse comparée des densités, dans la zone traitée et dans la zone témoin. Dans chacune d’elles, les prélèvements ont été réalisés 24 heures avant (E — 24) et 24 heures après l’épandage (E + 24). Nous avons recherché dans un premier temps si une différence existait en zone témoin dans l’évolution des densités, entre les deux séries de mesures (fig. 8).

48Il faut tout d’abord remarquer que les résultats obtenus au cours de l’échantillonnage réalisé la 9e semaine apparaissent comme aberrants et tout laisse à penser qu’ils résultent d’une perturbation importante du milieu, survenue entre la 8e et la 9e série du prélèvement. Nous n’en avons pas tenu compte dans le calcul des droites de régression.

49D’une manière générale, on constate dans la zone témoin une augmentation de la densité moyenne de l’ensemble du benthon tout au long de l’étude. Cette augmentation est pratiquement synchrone entre les deux périodes E — 24 et E + 24, durant les 5 premières semaines, puis s’accentue différemment par la suite. La pente de la droite de régression pour la période E + 24 est nettement plus forte et le coefficient de corrélation (r = 0,73) est supérieur au seuil significatif pour P = 0,05 (seuil = 0,706).

50Parmi les groupes taxonomiques principaux, on retrouve une évolution semblable tout au long de l’étude pour les Hydropsychidae, avec une différence cependant moins marquée entre les deux périodes d’échantillonnage (E — 24 et E + 24). Les Chironomidae quant à eux ne présentent aucune tendance à l’augmentation de densité durant le même temps, une légère baisse étant même constatée pour la période E — 24 (r non significatif).

Fig. 8. — Évolution au cours des 9 semaines de traitement des effectifs moyens d’invertébrés récoltés en zone témoin et en zone-traitée 24 heures avant épandage (—) et 24 heures après (------). Faune des rochers dans le courant

51Pour tous les groupes taxonomiques, une assez grande dispersion des points de part et d’autre des droites témoigne d’une forte distribution agrégative des espèces.

52Un examen de la série de droites de régression correspondant à la zone traitée permet plusieurs conclusions intéressantes sur l’impact des épandages.

53— Quand on considère l’ensemble de la faune, nous retrouvons comme en zone témoin une tendance à l’augmentation des densités entre le début et la fin de l’étude, mais elle est peu marquée (a = 1,05 et 0,92) et les coefficients de corrélation r sont largement inférieurs au seuil de signification. La différence qui par ailleurs existe entre les deux périodes E — 24 et E + 24 représente un écart d’environ 20 % (tabl. IX), dont Hydropsychidae et Tipulidae sont les principaux responsables.

Tableau IX. Densités comparées des organismes peuplant les rochers en eau courante, entre zone témoin et zone traitée (9 semaines de traitement) Densités moyennes par mètre carré

Tableau IX. Densités comparées des organismes peuplant les rochers en eau courante, entre zone témoin et zone traitée (9 semaines de traitement) Densités moyennes par mètre carré

54On peut également supposer, a priori, que les densités d’organismes auraient, en absence de traitements, évolué de façon semblable entre zone témoin et zone traitée. En conséquence, les densités dans la zone traitée auraient été plus élevées en fin d’étude au temps E-)-24 qu’au temps E — 24 et la différence constatée en présence de traitement n’est plus 20 % mais de l’ordre de 40 % (20,8 + 18,2).

55D’autre part, si l’on ne tient pas compte des périodes d’échantillonnage et que l’on regroupe dans chaque zone les effectifs récoltés aux temps E — 24 et E + 24, on obtient un bilan présenté dans le tableau X où l’on retrouve une nette différence de densité moyenne entre bief témoin et bief traité (environ 50 % en moins en zone de traitement). Les densités de chironomides sont pratiquement identiques, mais les autres groupes taxonomiques sont nettement moins denses, à l’exception des Ceratopogonidae.

  • Les droites de régression concernant les Chironomides varient peu entre le bief traité et le bief témoin, ce qui suppose une stabilité des peuplements, pris dans leur ensemble. En pourcentage relatif (tabl. X), ils apparaissent toutefois plus importants dans le bief traité, bénéficiant du peu de densité des autres taxons.
  • Les Hydropsychidae, qui ont largement augmenté leurs effectifs en zone témoin durant 9 semaines (r supérieur au seuil de 0,834 pour P = 0,01, au temps E + 24), sont demeurés rares en zone traitée. Ils accusent d’ailleurs, avec les Tipulidae, le plus fort écart de densité entre les périodes E — 24 et E + 24 (tabl. IX), ce qui suppose une sensibilité certaine, à moyen terme, à la formulation de B.t.i. Le coefficient de corrélation r = 0,75 correspondant à la droite de régression pour les périodes E — 24 est significatif au seuil P = 0,05.

Tableau X. Bilan comparé des peuplements d’invertébrés sur fond rocheux en eau courante, entre zone témoin et zone traitée à 1,6 mg/l/10’ d’une formulation de B.t.i.

Tableau X. Bilan comparé des peuplements d’invertébrés sur fond rocheux en eau courante, entre zone témoin et zone traitée à 1,6 mg/l/10’ d’une formulation de B.t.i.

Peuplement des fonds meubles en eau peu courante

56Les résultats obtenus sont résumés dans le tableau XI. Ils concernent des groupes taxonomiques très différents de ceux vivant sur les dalles rocheuses et sont tributaires de variations physiques de la nature de leur biotope, nettement plus importantes.

57Bien que significative au seuil P = 0,05, la différence globale de densité constatée entre les deux zones peut difficilement être attribuée au seul traitement. Cette remarque s’applique a fortiori pour les chironomides qui accusent une différence encore plus faible.

Modifications constatées au niveau des peuplements des substrats artificiels

58En raison des différences de forme qui existent nécessairement entre chacun des substrat employés, il n’est possible que de comparer la composition relative de leurs peuplements, au cours de l’étude. Mis en place une semaine avant les premiers traitements, les premières récoltes faites immédiatement avant épandage prouvèrent que la colorisation de ces milieux était grossièrement semblable dans les deux biefs étudiés, avec toutefois une légère différence pour les Hydropsychidae, moins denses dans la future zone traitée que dans la zone témoin. Rappelons qu’une telle différence avait également été notée sur les dalles rocheuses.

Tableau XI. Densités moyennes des organismes peuplant les fonds de sable, en zone traitée et en zone non traitée (moyennes établies sur 9 semaines)

Tableau XI. Densités moyennes des organismes peuplant les fonds de sable, en zone traitée et en zone non traitée (moyennes établies sur 9 semaines)

59Après 9 semaines de traitements, la structure moyenne des peuplements entre les deux biefs présente peu de différences, sauf pour deux familles : les Orthocladiinae et les Hydropsychidae. Les premiers ont vu leurs effectifs augmenter, à l’inverse des seconds qui accusent une baisse sensible de leur pourcentage. Ce résultat est à rapprocher de celui obtenu par l’échantillonnage des dalles rocheuses et confirme un impact moyen des traitements sur ces organismes.

Tableau XII. Proportions moyennes des différents taxocènes ayant peuplé les substrats artificiels durant 9 semaines, en zone témoin et en zone traitée

% en zone témoin 7 échantillons

% en zone traitée 7 échantillons

Différence

Chironomini

18,4

18,3

-0,1

Tanytarsani

8,2

12,3

+ 4,1

Tanypodinae

1,7

2,5

+ 0,8

Orthocladiinae

8,4

35,3

+ 26,9

S. adersi

4,5

1,5

-2,5

S. hargreavesi

0,2

0.5

+ 0,3

S. ruficorne

1,2

0

-1,2

Baetidae

3,2

8,4

+ 5,2

Caenidae

0,3

1,7

+ 1,4

Hydropsychidae

51,8

14,7

-37,1

Hydroptilidae

1,0

1,1

+ 0,1

Philopotamidae

0,4

0,9

+ 0,5

Libellulidae

0,1

0

-0,1

Zygoptères

0,03

0,2

+ 0,17

Potadoma sp.

0,3

1,5

+ 1,2

Oligochètes

0,27

1,0

+ 0,73

3.6. Premiers résultats fournis par le protocole de surveillance des milieux aquatiques lors de traitements de moyenne durée au Bacillus thuringiensis, sérotype H-14

60Nous avons pris en considération les sites 3 et 4 de la Maraoué, qui ont été régulièrement traités aux organophosphorés depuis mi-1977, puis ensuite et durant 3 mois à l’aide de Teknar® (février à avril 1982), et les densités moyennes d’insectes benthiques présents sur ces sites durant des périodes calendaires identiques. On remarquera tout d’abord la très forte variabilité des peuplements, aussi bien d’un mois au suivant que d’une année à l’autre. De telles variations, dues en partie à des conditions hydrologiques différentes, empêchent une analyse détaillée de l’effet de traitements de courte durée (tabl. XIII).

61Le protocole de surveillance est en effet conçu pour un suivi à long terme et se prête mal à des comparaisons partielles. Nous pouvons toutefois faire quelques observations.

62— Seuls les chironomides demeurent nettement plus abondants durant les périodes traitées que durant les périodes non traitées. Ils bénéficient d’une situation créée par l’application régulière d’organophosphorés qui les favorisent par rapport aux autres taxons ayant des cycles de développement plus longs (Elouard et Jestin, 1982). Il apparaît toutefois une certaine tendance à la baisse de leurs effectifs, compensée par une augmentation des densités d’Hydropsychidae, au cours des 3 mois d’application du Teknar®. Elle peut correspondre à un retour à une situation plus proche de celle prévalant avant tout traitement, auquel cas on peut conclure à un effet du B.t.i. inférieur à celui de l’Abate®.

Tableau XIII. Peuplements des dalles rocheuses aux sites de Danangoro et d’Entomokro, sur la Maraoué. Nombre moyen d’individus par prélèvements (5 échantillons au Surber de 225 cm2 récoltés chaque mois). 1976 et 1977 : non traité. Traitement hebdomadaires au Teknar® en 1982

Tableau XIII. Peuplements des dalles rocheuses aux sites de Danangoro et d’Entomokro, sur la Maraoué. Nombre moyen d’individus par prélèvements (5 échantillons au Surber de 225 cm2 récoltés chaque mois). 1976 et 1977 : non traité. Traitement hebdomadaires au Teknar® en 1982

63Un résultat du même ordre a été trouvé sur le N’zi (site 6) traité de mai à juillet 1982 au Teknar®, après avoir subit des traitements au Chlorphoxim® et à l’Abate®. Enfin si l’on examine les résultats des analyses de dérive, aucune action drastique imputable aux traitements au B.t.i. n’est décelable. La dérive de jour (dérive traumatique) demeure faible, témoignant d’une traumatisation négligeable des peuplements présents. La dérive nocturne (d’activité biologique) est toutefois moyennement élevée, très certainement en raison des impacts à long terme des traitements antérieurs aux organophosphorés.

3.7. Effets d’une formulation de B.t.i. sur les invertébrés d’eau stagnante

64Bien que les expériences réalisées aient été peu nombreuses et d’une portée limitée, elles ne furent pas sans intérêt dans la mesure où les informations dans ce domaine sont rares en pays tropical. Nous ne les considèrerons cependant que comme des recherches préliminaires dont les résultats ont été les suivants :

65— En laboratoire, l’addition d’une quantité progressive allant de 1 à 9 gouttes de formulation de B.t.i. à des béchers contenant 400 cc d’eau et chacun 5 larves de Culicidae et 5 larves de Baetidae, a entraîné la mort de tous les Culicidae en 24 heures ainsi que les mortalités suivantes de Baetidae :

66Si cette expérience a peu de signification dans la pratique, dans la mesure où les concentrations normalement employées contre les larves de moustiques sont beaucoup plus faibles que celles testées (environ 1 mg/litre), il est toutefois intéressant de noter que jusqu’à 500 fois cette dose, le taux de mortalité des Baetidae n’a pas dépassé 20 % en 24 heures.

67Dans l’expérience conduite à l’extérieur, dans des bacs comportant les éléments faunistiques normaux d’un gîte à moustiques, les résultats consignés dans le tableau XIV ont été obtenus.

Tableau XIV. Mortalités obtenues après 24 heures dans les bacs d’eau stagnante peuplés d’organismes aquatiques. Bac 1 avec 25 mg/1 de formulation de B.t.i. (Sandoz 402 A WDC). Bac2 avec 100 mg/l. Aucune mortalité dans un bac témoin

Tableau XIV. Mortalités obtenues après 24 heures dans les bacs d’eau stagnante peuplés d’organismes aquatiques. Bac 1 avec 25 mg/1 de formulation de B.t.i. (Sandoz 402 A WDC). Bac2 avec 100 mg/l. Aucune mortalité dans un bac témoin

68A la concentration 25 mg/l qui est bien au delà de la dose léthale pour les Culicidae, seule une mortalité chez les Hydres a été observée (50 %). Tous les autres organismes ont survécu après 24 heures, hormis peut être quelques Ciliés mais il est pratiquement impossible pour ce groupe de retrouver les morts.

69Dans le cas de la concentration 100 mg/l, la sensibilité des Hydres se manifeste à nouveau avec une mortalité de près de 70 %. De même apparaît une certaine mortalité chez les Ostracodes (16 %) et les Hémiptères Anisops sp. (17 %). Il est difficile de faire la part des « responsabilités » dans ces faibles taux de mortalité mais l’hypothèse d’une toxicité du solvant n’est pas à écarter.

70Les résultats de ces quelques tests en eau stagnante, compte tenu de leur caractère préliminaire, semblent indiquer que le B.t.i. sous forme de formulation Sandoz, ne présente aucune toxicité à court terme pour de nombreux organismes non-cible tropicaux. Ceci rejoint les observations effectuées en climat tempéré, bien qu’il ait dans ce cas été rapporté une toxicité du B.t.i. en formulation, vis-à-vis des larves de Chironomidae, du même ordre de grandeur que celle obtenue pour les Culicidae (Sinègre et al., 1979 a et b). Nous n’avons pas noté cette toxicité dans nos tests, bien qu’ayant expérimenté de très fortes concentrations.

4. CONCLUSION

71Bien que les différents essais dont nous venons de présenter les résultats ne couvrent pas toutes les situations rencontrées en campagne de lutte contre Simulies ou moustiques, nous pouvons conclure à une innocuité marquée du B.t.i. vis-à-vis des invertébrés aquatiques non-cible, tout au moins à court et moyen terme.

72— Introduit dans un milieu lotique, le B.t.i. en formulation n’induit qu’une faible augmentation de la dérive des invertébrés, contrairement à ce qui se passe avec plus d’une dizaine d’autres insecticides employés dans les mêmes conditions. L’augmentation du taux de dérive est seulement de 3 à 5 fois, au maximum d’intensité. Il faut toutefois noter que le phénomène se prolonge sur presque 24 heures, témoignant d’une certaine traumatisation des organismes, légère mais prolongée.

73— Certains taxons sont plus affectés que d’autres par les traitements. C’est par exemple le cas des Ortholrichia sp. (Trichoptères) ou des Simuliidae (S. adersi S. tridens et bien entendu S. damnosum, espèce qui disparaît totalement des biefs traités).

74— L’examen des premiers résultats fournis par le Programme de surveillance montre cependant que sous traitements hebdomadaires, des populations importantes de Simuliidae autres que S. damnosum peuvent se développer. Par ailleurs, il ne se confirme actuellement pas l’hypothèse selon laquelle le B.t.i. H-14 aurait maintenu, comme ce fut le cas au cours des traitements expérimentaux d’un affluent du Kan, les populations d’Hydropsychidae à un niveau très faible. Peut-être faut il chercher dans ce dernier cas d’autres explications à ce phénomène comme par exemple une hétérogénéité du milieu entre zone traitée et zone non traitée avec des différences de nature du substrat, de vitesse de courant, d’ensoleillement… Nous savons par ailleurs que des formulations différentes d’une même matière active peuvent avoir des effets eux aussi différents.

75— Si l’on en juge par le bilan réalisé après 9 semaines de traitements expérimentaux de l’affluent du Kan, encore jamais traité auparavant, il faut malgré tout se garder de conclure en une innocuité totale des épandages et si l’on considère l’ensemble de la biocénose du bief traité, la baisse de densité des organismes benthiques constatée en fin d’étude n’est certainement pas fortuite et doit, au moins partiellement, être imputée à l’action de la formulation de B.t.i. Son amplitude est cependant faible et n’atteint pas celle constatée après des applications régulières d’Abate® que l’on peut considérer comme sans conséquences péjoratives et à long terme pour l’environnement aquatique.

76— Bien que restant faible, la toxicité de la formulation est sensiblement supérieure à celle de la poudre primaire, probablement en raison d’une meilleure dispersion dans le milieu, mais on ne peut également écarter une action toxique spécifique de ses constituants (solvant, dispersant…).

77— D’une manière générale et au moment où nous écrivons ces lignes, la durée d’emploi du B.t.i. dans le cadre des traitements réguliers des cours d’eau de Côte d’Ivoire doit être considérée comme trop courte pour qu’ai pu s’établir — s’il y a lieu — une amélioration de la situation hydrobiologique. En effet, ce n’est pas en quelques mois que peuvent se reconstituer les équilibres faunistiques d’avant traitement, dans des milieux qui ont subit des épandages hebdomadaires d’Abate® puis de Chlorphoxim® depuis plus de huit années. Même si les effets de ces deux produits peuvent être considérés comme non catastrophiques, il est certain que la pression insecticide qu’ils ont exercé sur les écosystèmes constitue un facteur défavorable à un rapide retour à la situation d’origine.

78— L’ensemble des résultats obtenus concernant la toxicité du Bacillus thuringiensis israelensis sérotype H-14 est cependant suffisamment positif pour que cet agent biologique soit considéré comme un insecticide utilisable en campagne permanente de lutte contre Simulium damnosum, sans que des risques soient à craindre, sur le plan écologique, pour la faune associée à ce complexe d’espèces cibles vectrices de l’onchocercose humaine. Malgré cela, il est nécessaire que soit maintenue une surveillance attentive des milieux traités afin de prévenir d’éventuels effets à long terme.

79— Les quelques essais réalisés en eau stagnante doivent être considérés comme très favorables dans la mesure où les doses utilisées étaient largement supérieures à celles habituellement mises en œuvre en opérations larvicides contre les moustiques, aussi bien que lors de traitements agricoles sur rizières, contre les insectes borers du riz.

80Des essais répétés et de plus grande envergure sont naturellement nécessaires pour confirmer ce faible impact sur les hydrosystèmes tropicaux stagnants, mais ces premiers résultats sont encourageants.

81Manuscrit accepté par le Comité de Rédaction le 26 février 1985 et reçu au Service des Éditions le 28 février 1985

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Bournaud (M.), Thibault (M.), 1973. — La dérive des organismes dans les eaux courantes. Ann. Hydrobiol., 4 (1) : 11-49.

Cellot (B.), 1982. — Cycle annuel et zonation de la dérive des macroinvertébrés du Rhône en amont de Lyon. Thèse IIIe cycle. Université de Lyon, multigr., 167 p.

De Barjac (H.), 1978 a. — Une nouvelle variété de Bacillus thuringiensis très toxique pour les moustiques : B. thuringiensis var. israelensis sérotype 14. C.R. Hebd. Séances Acad. Sci. (D), Paris, 286 : 797-800.

De Barjac (H.), 1978 b. — Un nouveau candidat à la lutte biologique contre les moustiques : Bacillus thuringiensis var. israelensis. Entomophaga, 23 : 309-319.

De Barjac (H.), 1978 c. — Étude cytologique de l’action de B.t.i. sur les larves de moustiques. C.R. Hebd. Séances Acad. Sci. (D), Paris, 286 : 1629-1632.

Dejoux (C.), 1975. — Nouvelle technique pour tester in silu l’impact de pesticides sur la faune aquatique non-cible. Cah. ORSTOM, sér. Ent. et Parasitol., 13 (2) : 75-80.

Dejoux (C.), 1978. — Pesticide toxicity. Field evaluation at small and medium scale. WHO, OCP/SWG/, 78-79, 5 p. multigr.

Dejoux (C.), 1979. — Recherches préliminaires concernant l’action de Bacillus Ihuringiensis de Barjac sur la faune d’invertébrés d’un cours d’eau tropical. Mimeographed document WHO/VBC/79.721, Geneva, 11 pages.

Dejoux (C.), 1980. — Effets marginaux de la lutte chimique contre Simulium damnosum. Techniques d’études. Rapp. ORSTOM, Bouaké, no 35, 64 p. multigr.

Dejoux (C.), 1982. — Recherche sur le devenir des invertébrés dérivant dans un cours d’eau tropical à la suite de traitements antisimulidiens au téméphos. Rev. franç. Sci. de l’eau, 1 : 267-283.

Elouard (J. M.), Jestin (J. M.), 1982. — Impact of temephos (Abate) on the non target invertebrate fauna. Rev. Hydrobiol. trop., 15 (1) : 23-31.

Gibon (F. M.), Elouard (J. M.), Troubat (J. J.), 1980. — Action du Bacillus Ihuringiensis var. israelensis sur les invertébrés aquatiques. I. Effets d’un traitement expérimental sur la Maraoué. Rapp. ORSTOM Bouaké no 38, multigr. 15 p.

Guillet (P.), 1979. — Prospects of spore-forming bacteria for blackfly control. Scientific Working Group on Biological Control of Insect Vectors of Diseases, Geneva, 19-22 November 1979 ; mimeographed document TDR/BCV SWG. 79/WP. 23, 8 pages.

Guillet (P.) & Escaffre (H.), 1979 a. — Evaluation de Bacillus thuringiensis israelensis de Barjac pour la lutte contre les larves de Simulium damnosum s.l. I. Résultats des premiers essais réalisés sur le terrain. Mimeographed document WHO/VBC/79.830, Geneva, 7 pages.

Guillet (P.) & Escaffre (H.), 1979 b. — Evaluation de Bacillus thuringiensis israelensis de Barjac pour la lutte contre les larves de Simulium damnosum s.l. II. Efficacité comparée de trois formulations expérimentales. Mimeographed document WHO/VBC/79.735, Geneva, 7 pages.

Sinegre (G.), Gaven (B.) & Jullien (J. L.), 1979 a. — Evaluation de l’activité larvicide de Bacillus thuringiensis var. israelensis sur les Culicidés. Performances comparées des formulations commerciales. Impact du produit sur la faune non-cible. Mimeographed document. EID n° 40, Montpellier, France, 23 pp.

Sinegre (G.), Gaven (B.) & Jullien (J. L.), 1979 b. — Sécurité d’emploi du sérotype H-14 de Bacillus thuringiensis pour la faune non-cible des gîtes à moustiques du littoral méditerranéen français. Mimeographed document WHO/VBC/79.742, Geneva, 6 pages.

Troubat (J. J.), 1981. — Dispositif à gouttières multiples destiné à tester in situ la toxicité des insecticides vis-à-vis des invertébrés benthiques. Rev. Hydrobiol. trop. 14 (2) : 149-152.

Troubat (J. J.), Gibon (F. M.), Wongbe (A. I.), Bihoum (M.), 1982. — Action du Bacillus thuringiensis Berliner H 14 sur les invertébrés aquatiques. II. Effets d’un épandage sur le cycle de dérive et les densités d’insectes benthiques. Rapp. ORSTOM, Bouaké, multigr. 17 p.

WHO/VBC/79.750. — Data sheet on the biological control agent Bacillus thuringiensis serotype H-14 (de Barjac 1978) VBC/BCDS/ 1979-01 Mimeo, 13 p.

Yameogo (L.), 1980. — Modification des entomocoenoses d’un cours d’eau tropical soumis à un traitement antisimulidien avec Bacillus thuringiensis var. israelensis. Institut Supérieur Polytechnique de Ouagadougou. Mém. fin d’études. Ingénieur du Dév. rural., 120 p. multigr.

Notes

1 OCP = Onchocerciasis control programme.

2 Ce travail a fait l’objet d’un accord contractuel entre l’Organisation Mondiale de la Santé et l’ORSTOM.

3 La position des sites numérotés est reportée sur la figure 1.

4 Le taux d’augmentation maximale de dérive est le rapport entre la valeur de son intensité mesurée immédiatement avant passage d’un insecticide et sa valeur maximale atteinte après son passage.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Carte de situation des différentes études. 1. Site de Wâ sur le Goué, affluent du haut Cavally ; 2. Site du Kan (affluent du N’zi), près de Bouaké ; 3. Site de Danangoro sur la Maraoué, au Nord-Ouest de Bouaflé ; 4. Site d’Entomokro sur la Maraoué. au Sud-Est de Bouaflé ; 5. Site de l’affluent du N’zi en amont de la route Katiola-Dabakala ; 6. Nzi au pont de Timbé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 2. — Schéma des deux systèmes de gouttières (simple A et multiples B), utilisés in situ pour étudier le décrochement des invertébrés, après action du B.t.i.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau I. Récapitulatif des différentes observations réalisées concernant la toxicité du Bacillus thuringiensis israelensis H-14, sous forme de poudre primaire ou de formulation
Légende * Les méthodes signalées dans ce tableau sont décrites en détail dans Dejoux, 1980.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Fig. 3. — Variation de l’indice de dérive (ID) à la suite d’un traitement au B.t.i. du Goué (dosage : 0,2 mg/l de poudre primaire/ 10 minutes)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau III. Bilan de la dérive en gouttière témoin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Tableau IV. Bilan d’un traitement à la poudre primaire de B.t.i., en gouttière, à la concentration de 0,2 mg/l (pour un écoulement de 10 minutes)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 4. — Cinétique de dérive de l’ensemble de la faune non cible (A) et des Simuliidae seuls (B), lors d’un épandage expérimental de B.t.i., en formulation et durant la crue (dosage 1,6 mg/1/10 minutes). N = nombre moyen d’organismes récoltés dans la dérive ; T = temps ; ----- avant traitement, ——— après traitement ; E = épandage
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Tableau V. Bilans comparés des impacts du B.t.i., sous forme de poudre primaire et sous forme de formulation. Expérimentation en « gouttières in situ »
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 5. — Cinétique de dérive de l’ensemble de la faune non cible (courbes supérieures) et des Simuliidae (courbes inférieures) lors d’un épandage expérimental de B.t.i., en formulation, durant l’étiage (dosage 1,6 mg/1/10’). N = nombre moyen d’organismes récoltés dans la dérive ; T = temps ; ---- avant traitement, — après traitement ; E = épandage
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Tableau VI. Estimation des densités d’organismes benthiques sur dalles rocheuses, avant et après un traitement avec une formulation de B.t.i. (concentration 1,6 mg/1/10’)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau VII. Densité avant et après traitement sur les substrats artificiels. Concentration de B.t.i., égale à 1,6 mg/l/10 minutes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 6. — Cinétique de dérive à court terme observée au cours d’un traitement expérimental d’un affluent du N’zi, à l’aide d’une formulation de B.t.i.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 7. — Cinétique comparée de la dérive des invertébrés durant 24 heures, dans la zone traitée (—) et dans la zone témoin non traitée (-------). ID = indice de dérive ; E = épandage ; = valeurs moyennes de plusieurs mesures faites dans l’heure ; = valeur de la seule mesure faite à l’heure indiquée
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Fig. 8. — Évolution au cours des 9 semaines de traitement des effectifs moyens d’invertébrés récoltés en zone témoin et en zone-traitée 24 heures avant épandage (—) et 24 heures après (------). Faune des rochers dans le courant
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau IX. Densités comparées des organismes peuplant les rochers en eau courante, entre zone témoin et zone traitée (9 semaines de traitement) Densités moyennes par mètre carré
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau X. Bilan comparé des peuplements d’invertébrés sur fond rocheux en eau courante, entre zone témoin et zone traitée à 1,6 mg/l/10’ d’une formulation de B.t.i.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau XI. Densités moyennes des organismes peuplant les fonds de sable, en zone traitée et en zone non traitée (moyennes établies sur 9 semaines)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Tableau XIII. Peuplements des dalles rocheuses aux sites de Danangoro et d’Entomokro, sur la Maraoué. Nombre moyen d’individus par prélèvements (5 échantillons au Surber de 225 cm2 récoltés chaque mois). 1976 et 1977 : non traité. Traitement hebdomadaires au Teknar® en 1982
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Tableau XIV. Mortalités obtenues après 24 heures dans les bacs d’eau stagnante peuplés d’organismes aquatiques. Bac 1 avec 25 mg/1 de formulation de B.t.i. (Sandoz 402 A WDC). Bac2 avec 100 mg/l. Aucune mortalité dans un bac témoin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28920/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540