Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agricultures singulières

 | 
Éric Mollard
, 
Annie Walter

Partie 3. Irriguer, fertiliser et planter

Chapitre 11. Plantes et jardins

Texte intégral

Jardins de taros en terrasse à Futuna.

1Ce dernier chapitre commence par la présentation de deux contextes particuliers, marqués par un environnement a priori difficile, investi par des populations venues d’ailleurs : celui de Rapa Nui (ou île de Pâques) et celui du plateau Dogon. Dans l’un et l’autre cas, ces communautés humaines ont su exploiter les avantages de leurs milieux, s’adapter aux transformations de leurs sociétés, parfois néfastes pour l’environnement, ou bien aux opportunités que leur offrait l’histoire. Dans l’un et l’autre cas, on remarque que c’est la diversité des techniques employées, chacune sur de petites parcelles dans un milieu réduit, qui a permis à ces sociétés de survivre puis de prospérer.

2Le chapitre se poursuit par cinq exemples montrant de quelle façon une plante, en raison de son rôle prépondérant dans la société, pour une raison ou pour une autre, peut être l’objet de techniques agricoles particulières qui visent toutes à répondre à ses besoins. Ainsi, le riz, plante de base des populations himalayennes, est cultivé sur des terrasses qui, à cette altitude et dans ce type d’environnement, font l’objet d’aménagements spécifiques. Chacun d’eux est distingué par un nom. Mais le riz, dont la culture est si exigeante et qui est indispensable à la survie de ces populations, a atteint un statut tel qu’il organise aussi la société qui le produit, comme c’est souvent le cas pour les plantes alimentaires de base. Il en est de même des Dugum de Papouasie-Occidentale qui, après avoir élaboré les magnifiques jardins drainés que nous avons rencontrés précédemment (chapitre 3), se sont ouverts sur le monde moderne, diversifient aujourd’hui la culture de leurs patates douces et tentent d’améliorer leur ancien système de culture ainsi que leur niveau de vie.

3L’igname, quant à elle, est au Vanouatou une plante alimentaire de base mais aussi une plante rituelle importante, rythmant le calendrier agricole et soutenant des cérémonies complexes. Comme le riz, l’igname structure la vie sociale des agriculteurs qui la cultivent. C’est un tubercule qui peut prendre des formes variées dont seules quelques-unes sont acceptées dans les cérémonies. C’est donc pour produire ces formes particulières que les agriculteurs mettent au point des techniques culturales spécifiques.

4Quant à la coca et à la vigne, elles sont, respectivement en Bolivie et à Lanzarote, des plantes économiques de première importance. Nous verrons la place qu’elles occupent dans ces sociétés et les pratiques minutieuses dont elles font l’objet.

Petit jardin clos dans l’île de Pâques.

fiche 59. Les jardins de pierres de Rapa Nui (Delphine Greindl)

Nomenclature

5L’île de Pâques (Rapa Nui) surprend par son manque de végétation, faisant apparaître sur son sol pelé, des millions de pierres. Ces pierres qui tapissent la terre et paraissent la rendre impossible à cultiver sont en fait les vestiges des jardins en pavements horizontaux (Bork et al., 2004). Elles ont été utilisées pour recouvrir le sol des parcelles de cultures afin de forcer l’infiltration de l’eau et de diminuer l’évaporation (voir aussi Les champs de graviers des Anasazi et Les champs sablés en Chine du Nord).

6Les manavai (signifiant « lieu d’eau » en langue rapanui) sont de petits jardins vivriers dressés ou souterrains, clos par des pierres verticales. Ils sont généralement de forme ronde ou ovale, de diamètre compris entre trois et dix mètres et d’une hauteur d’un mètre au minimum. On les trouvait de façon individuelle ou en groupes de cinq ou huit et même jusqu’à une quarantaine. Autrefois, on trouvait aussi le pu : manavai en terrasse de pierres assemblées avec plusieurs trous circulaires de 60 cm de diamètre destiné à la plantation de taros.

7L’île est connue principalement pour ses imposants et énigmatiques Moai et le mystère de leur origine. En revanche, l’état de sa végétation et de son agriculture n’a intéressé les chercheurs que depuis une quinzaine d’années. Aujourd’hui, l’île possède une savane sèche, une flore peu diversifiée et quelques bosquets d’arbres introduits. L’agriculture n’y est plus une activité importante, l’autosubsistance est rare et l’approvisionnement alimentaire provient essentiellement de l’extérieur par bateaux et avions. Or, l’île a bénéficié à l’origine d’une végétation luxuriante et variée qui protégeait la terre de l’érosion, du soleil et du vent salé. Une activité agricole très sophistiquée et diversifiée a été menée sur ce sol volcanique fertile, afin d’accroître la production et réduire les risques de famine.

8Les sites archéologiques dispersés sur l’île démontrent différents types d’agriculture, comme des jardins tapissés par des pierres volcaniques, des jardins clos, des jardins de profondeur (trous, grottes ou effondrements naturels situés entre les couches de laves), des jardins circulaires, des jardins irrigués, des jardins vivriers de type polynésien, des jardins en terrasses, des champs de monocultures, etc. Seuls deux modes d’agriculture, qui utilisent de façon remarquable les pierres volcaniques, sont présentés ici : les jardins en pavements et les jardins clos.

Localisation géographique

9Rapa Nui est située à 3 760 km des côtes du Chili et 4 050 km de Tahiti. Après 1°400 ans d’isolement, elle fut découverte en 1722 le jour de Pâques par le Hollandais J. Roggeveen, et fut annexée en 1888 par le Chili.

10C’est une petite île volcanique de 160 km2 de forme triangulaire dont les angles sont composés de trois volcans éteints dont l’un culmine à 536 m. Elle présente un relief vallonné au sol basaltique où se cachent de nombreuses grottes naturelles. Son climat subtropical de type océanique influencé par des vents souvent violents comporte une saison chaude de novembre à avril, mais sans saison des pluies marquée (elles sont plus abondantes durant l’hiver austral de mai à septembre). Sa température moyenne annuelle est de 20 °C et la moyenne des précipitations annuelles est de 1°365 mm.

11L’île, qui est un site archéologique dans sa totalité, laisse apparaître des traces de jardins en pavements presque partout, parfois recouverts par les herbes, sur des sols plans ou dénivelés. Ils sont situés principalement près des villages, sur les côtes comme à Maunga Puko Puhi ou zone de La Pérouse et aussi dans le centre de l’île. Les zones les plus propices (planes, faciles d’accès, proche des villages, aux abords des volcans et des points d’eau) ont été cultivées en premier. Puis, avec l’accroissement de la population et la demande croissante en calories pour les travailleurs des carrières de Moai, la déforestation progressive et le manque d’espace, l’agriculture s’est étendue à toute l’île.

12Il en est de même pour les jardins clos : il existe plus de 1°450 anciens manavai, situés principalement dans les lieux d’anciens villages, établis dans les zones plates et venteuses, non loin des côtes (1 km).

L’île de Pâques, minuscule province chilienne perdue dans l’océan Pacifique.

Conduite technique

13La flore locale, non complètement identifiée, apportée par les vents et les courants marins, semble moins nombreuse que celle apportée par les premiers navigateurs puis par les contacts avec les Européens. Lors de leurs migrations dans les îles du Pacifique, les navigateurs polynésiens ont emporté sur leurs pirogues les animaux (rats, chiens, cochons), les graines ou les plantes en pots nécessaires à leur survie. Ils ont amené ainsi à Rapa Nui les denrées indispensables à la survie alimentaire (igname, taro, banane, patate douce, canne à sucre, etc.), sociale et culturelle (mûrier, bois de rose, cordyline, etc.). Les autres plantes ont été apportées plus tard par les navigateurs et les missionnaires de Tahiti qui se sont établis sur l’île. Ainsi, en 1780, le jardinier de l’expédition de La Pérouse a amené les graines de nombreux petits légumes et les missionnaires ont implanté l’avocatier et l’oranger.

Différents types de manavai à Rapa Nui, en superficie, en profondeur, clos, en terrasse…

14Dans le passé, les plantes alimentaires cultivées sur l’île y étaient variées. L’inventaires des cultivars, aujourd’hui presque tous disparus, recensait plus de 25 variétés de patates douces (Ipomoea batatas, kumara) base de l’alimentation, 42 variétés d’ignames (Dioscorea alata, uhi), 24 variétés de taros (Colocasia esculenta, taro) et plantes apparentées (Xanthosoma sp., Alocasia macrorrhiza), une dizaine de bananiers (Musa sp., maika), le manioc (Manihot esculenta, manioka), l’arrow-root et la canne à sucre (Saccharum officinarum, toa). Grâce à toutes ces plantes, l’alimentation était saine et diversifiée. On cultivait aussi la cordyline (Cordyline termina-lis, ti) et le mûrier (Broussonetia papyrifera) pour la confection de mahute (ou tapa). Contrairement aux autres îles du Pacifique, Rapa Nui ne compte que très peu de cocotiers et d’arbres à pain, à cause de son climat moins humide et très venteux.

Les champs de Rapa Nui.

15Les vestiges des jardins en pavements éparpillés sur l’île (76 km2 recensés) ont révélé que les parcelles étaient utilisées pour la culture du taro, de la patate douce et de l’igname. Selon l’archéologue rapa nui, S. Haoa, les pierres étaient trouvées sur place ou provenaient d’une « fabrique », c’est-à-dire d’une roche coupée en morceaux et déplacée par des ouvriers (cette roche pouvait aussi servir de jardin vivrier). Les pierres étaient découpées selon des tailles variables ou désagrégées selon leur utilisation (protection contre le vent, fabrication de sol, tuteur, etc.) et posées les unes à côté des autres et (ou) sur les autres. Leurs densités variaient selon différents facteurs : lieu, qualité du sol, hydrométrie, plantes à cultiver, etc. Selon les transects effectués par Bork et al. (2004), on relève une moyenne de 150 000 pierres par hectare (15 tonnes/m2) dont la préparation, le déplacement et l’étalement auraient impliqué entre 15 à 20 % de la population masculine (300 j/an). La taille de ces jardins varie selon les lieux (jusqu’à 50 ha). Ils pouvaient être aussi associés à de l’agroforesterie. Les avantages de cette technique étaient nombreux : protection contre le vent et l’évaporation, enrichissement du sol en minéraux, réduction de l’érosion, adoucissement des amplitudes thermiques, etc.

16Il en est de même pour les manavai, dont les murs de pierre avaient pour rôle de garder l’humidité du sol et de protéger les plantes du vent, des embruns, du soleil, des animaux et des voleurs. Après avoir nettoyé le sol, les pierres volcaniques étaient rassemblées et emboîtées de manière concentrique jusqu’à atteindre une hauteur suffisante pour protéger les plantes. La création et les groupes de manavai sembleraient être d’époque plus ancienne que les jardins en pavement, et contenaient des plantes sélectionnées plus variées.

Histoire et société

17On estime que le peuplement du Pacifique, parti d’Asie du Sud-Est vers 1 500 av. J.-C., est arrivé à Rapa Nui vers le ve siècle de notre ère. Dans les légendes, c’est d’abord le roi Ariki Hotu Matua qui, parti de l’ouest d’un lieu inconnu aujourd’hui (Hiva, Marquises, Samoa, etc. ?), la peupla avec sa tribu et la nomma : Tepito O Te Henua (le nombril de la Terre). Les chefs organisaient et dirigeaient toutes les activités de la vie quotidienne et culturelle des tribus qui se partageaient le territoire. Les villages étaient composés de huttes rudimentaires entourées de champs cultivés. Mais, on estime qu’en un siècle la population passa d’une centaine d’habitants à près de dix mille. Cette croissance de la population, donc de la demande en aliments, entraîna l’extension de l’agriculture par les jardins en pavements.

Jardins clos, manavai, plantés de bananiers à Rapa Nui.

18Plus tard, une seconde immigration (de race plus corpulente : les Hanau Eepe) contribua à l’apogée de cette civilisation par la construction des plus importantes plates-formes de Moai (symboles des ancêtres de haut rang qui servaient au culte de leur mémoire). Malheureusement, vers la fin du xviie siècle, la compétition entre les tribus et l’excès des exigences cultuelles, entraînèrent progressivement la décadence de cette civilisation. Elle se termina par une guerre civile entre les Hanau Eepe et les Hanau Momoko. Vers le milieu du xviiie siècle, les Moai furent renversés et leur culte abandonné au profit de celui de l’homme oiseau (alternance de chefs par un concours annuel). Ensuite, tous les contacts avec l’extérieur eurent des effets catastrophiques sur l’île (raids esclavagistes péruviens, maladies, etc.) pour aboutir à la quasi-extermination de sa population (112 personnes au début du xixe siècle).

19Si cette brillante civilisation a laissé de nombreux témoignages culturels, elle représente aussi un modèle de catastrophe écologique due à une exploitation mal gérée de la nature. La déforestation fut causée par différents phénomènes : nécessité de rondins de bois pour le déplacement des statues, brûlis des agriculteurs (demande croissante de terres cultivables), demande en bois de chauffe, de cuisson et pour les crémations, incendies des guerres tribales, constructions de pirogues, tsunamis (trois à quatre par siècle), etc. En pleine décadence, cette île sans rivière s’est donc retrouvée sans sa végétation luxuriante. Or, elle était la base de tout l’équilibre vital et sa dégradation mena vers une régression sociale (impossibilité de fabriquer des maisons, des pirogues, etc.), la famine et la guerre civile. Cette histoire dramatique met en évidence la dépendance de toute société envers son environnement.

20Sans cette végétation, et plus tard avec moins d’habitants pour cultiver, les manavai artificiels se développèrent. L’augmentation de leur nombre et de leur hauteur fut aussi liée à l’établissement du bétail après les contacts européens. On en rencontre encore (entretenus ou reconstruits) sur quelques sites archéologiques éparpillés sur l’île, dans les jardins situés en ville (protection des cultures et décoration) et sur des lieux touristiques modernes (hôtels, musée). Le manavai symbolise une technique bien particulière d’adaptation à l’environnement et fait partie de l’identité de Rapa Nui.

Taro cultivé sur un champ pavé à Rapa Nui.

21Les jardins en pavements sont omniprésents sur l’île, mais n’étant plus utilisés, ils se sont fondus dans le paysage, éparpillés par le temps, les animaux et les hommes (clôtures, nettoyages, etc.). En effet, à l’inverse du passé, l’agriculture actuelle élimine des champs (labourage) les fameuses pierres si bénéfiques à la terre et aux plantes. Si cette technique et ces jardins sont malheureusement oubliés (et même inconnus des agriculteurs actuels expliquant l’absence de dénomination par ceux-ci), ils représentent la vie agricole florissante du passé et peut-être celle du futur.

Références

22Bork et al., 2004 ; Campbell, 1973 ; Conaf, 1996 ; Corporación Mata Nui A Hotu A Matu’a O Kahu Kahu O’Hera, 1999 ; Englert, 1974 ; Flenley et Bahn, 2002 ; Haoa, 2004, comm. pers. ; Ligthfoot, 1994 ; Metraux, 1940, 1941 ; Mc Coy et al., 1961 ; Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles, 1990 ; Orefici, 1996 ; Orliac et Orliac, 1988 ; Pollock, 1993 ; Stevenson, 1997 ; Stevenson et al., 2002 ; Van Tilburg, 1994 ; Zizka, 1991.

Jardin de grotte.

fiche 60. Les jardins des Dogons

Nomenclature

23Lorsque la terre fait totalement défaut et que l’eau est rare, il est néanmoins possible de créer de véritables jardinets, sans engins mécaniques ni pétrole, mais avec beaucoup d’ingéniosité. C’est ce qu’ont fait les Dogons, aujourd’hui célèbres pour les nombreuses techniques de préservation de l’eau et du sol qu’ils ont mises au point. Les fameux jardins, en plein développement, sont des parcelles de culture créées ex-nihilo pour cultiver l’oignon, qui est vendu vers le Mali.

Localisation géographique

24Les Dogons vivent au sud du Mali sur le plateau Bandiagara qui s’élève à une altitude de 400 à 600 m. À l’ouest, ce plateau s’incline en pente douce vers le delta intérieur du Niger ; à l’est il surplombe la plaine du Sino-Gondo par une falaise abrupte, haute de 200 à 400 m. Sa superficie est de 10 000 km2 et sa largeur n’excède pas 80 km. Les glacis gréseux qui le composent sont par endroits surmontés de buttes bordées d’escarpements raides, d’une centaine de mètres de hauteur. Le plateau est parcouru de vallées sableuses particulièrement étroites et d’éboulis. Il est drainé à l’ouest par des cours d’eau temporaires, alimentés quatre à cinq mois par an, près desquels sont implantés les villages. À l’est, les pluies dévalent sur les dalles gréseuses et s’accumulent en petites mares au pied de la falaise. Les pluies (500 à 700 mm par an) surviennent de juin à septembre et présentent moins d’irrégularité interannuelle que dans les plaines adjacentes, bien que les années sèches soient fréquentes, comme il est habituel sous ces climats sahéliens. Enfin, l’harmattan souffle fréquemment mais les vents apportent un peu de fraîcheur et surtout, éloignent les moustiques. Le peuplement du plateau est très lâche dans le centre ainsi qu’à l’ouest tandis que les densités humaines les plus fortes se trouvent à la périphérie, là où les sites défensifs sont les plus nombreux et les terroirs les plus variés. La zone des falaises peut atteindre des densités de 50 hab./km2, groupés dans des villages perchés en haut des pentes d’éboulis.

Acculés sur les falaises arides du plateau Bandiagara, les Dogons y ont développé leur culture singulière.

Conduite technique

25Les conduites agricoles variées sont celles qui sont utilisées dans les zones arides montagneuses où il faut à la fois collecter l’eau, retenir la terre et terrasser les pentes. En pays dogon, il faut aussi enrichir le sol, voire le créer totalement. Les lignes de pierre construites en travers des pentes douces pour freiner les ruissellements et contenir le sol, les terrasses étroites divisées en casiers aménagés sur les pentes les plus raides et la construction des buttes enrichies dans les champs de mil sont des pratiques anciennes. Plus tard, les Dogons ont construit des barrages sur les ravines étroites pour accumuler des sédiments et former de nouvelles parcelles de cultures, ils ont préparé des casiers entourés de levées de terre pour stocker les eaux de pluie, sur les sols les plus épais, ils ont pratiqué la technique du zaï. Toutes ces techniques ont été présentées dans la partie « Cultiver les terres arides » de cet ouvrage. Les Dogons ont aussi créé de toutes pièces, près des villages, les jardins entourés de pierre sur lesquels ils cultivent aujourd’hui l’oignon.

Village dogon à Banané (Mali).

26Ces casiers de culture sont construits sur les terres dénudées où la roche affleure, situées non loin d’un point d’eau. On commence par aligner des pierres elles-mêmes obtenues en cassant ou explosant par le feu des rocailles qui sont ensuite apportées sur le futur site de culture. Les murets, dont la hauteur varie de 30 cm à 1,5 m, se croisent à angle droit, délimitant des parcelles de un à deux mètres carrés. Chaque parcelle est alors remplie de terre mêlée de débris végétaux, récupérée dans les champs ou près des sources et apportée aux jardinets dans des paniers, à dos d’homme. Le sol ainsi reconstitué atteint de 10 cm à 100 cm d’épaisseur puis il est nivelé. L’oignon y est planté ainsi que quelques tomates et du piment en saison sèche puis des aubergines, du maïs, ou du mil en saison humide. L’arrosage se fait à la main à partir d’une source proche. Les rendements obtenus par la production d’oignons sont de 30 tonnes à l’hectare et alimentent aujourd’hui l’exportation vers le Mali et la Côte-d’Ivoire.

Histoire et société

27L’origine des peuples dogon installés sur le plateau Bandiagara a fait l’objet de plusieurs hypothèses et demeure complexe. Il semble qu’il s’agisse de migrations anciennes, variées et successives dont les membres se sont progressivement intégrés à ceux des vagues précédentes. Les raids des cavaliers mossi, les expéditions des guerriers songhaï dont certains viennent grossir les rangs des peuples des falaises après l’effondrement de leur empire au xvie siècle, les razzias des Bambara de Ségou puis, à partir du xixe siècle les jihad peuls et toucouleur contraignent les Dogons à se replier, avec ceux qui les rejoignent, dans les falaises du Bandiagara. Accrochés à leurs villages perchés et concentrés dans des montagnes arides, les Dogons ont progressivement construit une identité particulière et mis au point, pour leur subsistance, des techniques agricoles nouvelles adaptées à ces versants désolés sans terre et avec si peu d’eau. Sur le plateau, les paysans mettent à profit les variations topographiques et pédologiques pour utiliser sélectivement et de façon complémentaire les différents milieux. Les versants, escarpés mais recouverts de sol sablo-argileux retenant partiellement les ruissellements, sont plantés en sorgho. Les vallées étroites au sol sableux sont plantées de mil. La dépression de piémont accueille, dans ses champs humides ou sur les berges des mares temporaires, le riz, le coton, l’arachide et le piment. Le maraîchage de saison sèche se pratique dans tous les creux de ravines, sur le plateau et sur la falaise. La culture commerciale de l’oignon se fait non loin des villages.

Jardins en casiers de pierres et terre rapportées en pays dogon.

28Cette agriculture de subsistance est menée par tous les membres de la famille qui peuvent, dès l’âge de 10 ans, travailler aux champs. Chaque famille a un droit de culture sur les terres de la lignée qui appartiennent au descendant direct des fondateurs du village. En plus des champs familiaux sur lesquels toute la parenté travaille, chaque individu cultive ses propres jardins dont le produit lui appartient. Les travaux d’aménagement des parcelles nécessitent un dur labeur et beaucoup de main-d’œuvre, aussi certains propriétaires n’hésitent pas à récupérer les parcelles allouées juste après leur aménagement mais avant leur mise en culture. Un certain nombre de paysans perdent donc ainsi le bénéfice de leurs investissements en travail. Les membres les plus fragiles de la société sont ceux dont la parentèle est réduite car ils disposent de moins de main-d’œuvre et de moins de personnes pour les protéger contre de tels agissements. L’exode actuel vers les terres basses fragilise ainsi de nombreuses familles restées dans les falaises. Le produit des champs principaux nourrit toute la famille, celui des champs individuels assure l’alimentation entre les principales récoltes et fournit des légumes que l’on vend sur les marchés. Autrefois, les revenus commerciaux des hommes étaient nettement supérieurs à ceux des femmes qui disposent de moins de temps pour cultiver leurs parcelles personnelles. Mais aujourd’hui, le développement des cultures d’oignon profite principalement aux femmes car ce sont surtout elles qui les cultivent, comme tous les autres condiments. Cet apport d’argent frais leur permet d’acheter les vêtements, les ustensiles de cuisine et des biens variés pour elles, leurs enfants et leur mari qui, parfois, gère lui-même ces nouvelles ressources monétaires.

29Autrefois pratiqués, comme en témoignent les vestiges du plateau central, le terrassement des pentes et les autres techniques de culture traditionnelles déclinent aujourd’hui en raison des migrations vers les zones plus fertiles, dues à la sécurité retrouvée des vallées, à la baisse de la pluviométrie et à la croissance de la population estimée à 3,5 % par an. Les jeunes, mais aussi les chefs de famille plus âgés, quittent la région pour s’installer dans les plaines du Niger ou dans le sud du Mali. Des projets de développement agricole tentent d’améliorer et de développer les techniques traditionnellement utilisées bien que l’adhésion des paysans à ces pratiques nouvelles ne soit pas totale.

Références

30Gallais, 1965 ; Huet, 1994 ; Kassogué et al., 1990 a ; Kassogué et al., 1990 b.

Culture irriguée d’oignons en bas-fonds, village de Sangha en pays dogon.

Arrosage des oignons, à la calebasse, tout au long de leur croissance (pays dogon, Mali).

fiche 61. Les terrasses rizicoles de l’Himalaya (Olivia Aubriot)

Nomenclature

31Les khet désignent en népali les rizières, c’est-à-dire des champs aménagés en terrasse spécialement pour la culture du riz (dhan) (Abé, 1995) : ils sont aplanis afin que la lame d’eau qui les couvre pendant la majeure partie de la saison culturale soit répartie de façon homogène, et ils sont entourés d’une diguette d’une quinzaine de centimètres retenant l’eau.

32Ces terres se distinguent des champs dénommés bari accueillant d’autres cultures et n’ayant pas d’aménagement spécifique. Les bari peuvent être, selon les régions, aménagés en terrasses plus ou moins planes ou être en pente ; ils peuvent être irrigués, mais sont le plus souvent arrosés uniquement par les pluies. C’est ainsi que sont cultivés maïs, légumineuses, millets pendant la mousson, et blé en hiver. Le riz sec ou riz pluvial (ghaiya dhan) dont la culture est en voie de disparition, est également semé dans les bari. C’est bien l’aménagement pour le riz humide (celui qui reste les pieds dans l’eau une bonne partie de sa saison culturale) qui définit le khet.

33Cette distinction entre rizière et champs se retrouve dans de nombreuses langues des pays rizicoles, le riz apparaissant ainsi comme un élément classificatoire de l’environnement (Abé, 1995). Il est également un élément classificatoire entre les hommes, puisque dans la tradition du système des castes, le riz bouilli préparé par le membre d’une caste inférieure à la sienne ne peut pas être accepté.

34Le terme khet signifiait en népali ancien « champ, plantation » – acception encore actuelle en kumaoni, langue parlée en Himalaya indien à l’ouest du Népal – pour progressivement désigner les terres les plus fertiles, bien irriguées et dorénavant les rizières.

Localisation géographique

35L’image communément associée à la culture du riz est celle de terrasses planes, inondées, délimitées par des diguettes où des femmes, courbées en deux, repiquent de jeunes plants de riz. La riziculture pratiquée dans les montagnes himalayennes répond à cette image devenue cliché, mais elle ne s’y réduit pas.

Dans la chaîne himalayenne, le riz est cultivé en deçà d’une limite altitudinale.

36Comment expliquer que le riz, culture tropicale, soit cultivé en Himalaya ? Cette chaîne montagneuse connaît en effet de multiples climats – du subtropical au glaciaire – du fait d’altitudes variant de 60 m à plus de 8 000 m. Au Népal, le riz peut ainsi être cultivé dans la limite altitudinale de 2 000 mètres. Par ailleurs, pourquoi le riz humide est-il irrigué alors qu’il est cultivé pendant la mousson, période concentrant 80 % des pluies annuelles, soit 1 200 mm dans les basses montagnes du Népal central ? Malgré les pluies importantes, la culture du riz humide nécessite un apport d’eau supplémentaire et régulier, par irrigation. Les rizières se trouvent donc concentrées dans les fonds de vallées et les bas de versants facilement aménageables pour l’irrigation. Certaines peuvent être situées sur les pentes ou sur de hautes terrasses alluviales, mais elles dépendent alors de canaux d’irrigation fragiles, car longs de plusieurs kilomètres, à flanc de montagne, et régulièrement emportés par des glissements de terrain.

Les hautes terrasses rizicoles himalayennes.

37La riziculture pratiquée dans les montagnes népalaises est assez similaire à celle des plaines adjacentes indiennes, d’où elle serait issue. La principale différence réside dans la topographie qui doit être maîtrisée pour la construction des canaux et des terrasses, ainsi que la conduite de l’eau dans les pentes.

38Une exception notoire concerne la riziculture pratiquée par les Newar, population de la vallée de Katmandou, où la houe remplace souvent l’araire dans la préparation des rizières, où l’alimentation en eau des terres à riz se fait essentiellement par des rigoles collectant les eaux de ruissellement et non des canaux déviant l’eau de rivière, et où des outils et des rites spécifiquement newar persistent. Là aussi, la terminologie vernaculaire distingue les rizières (luckaboo) des autres champs (wullaboo). Et là aussi, les mythes relatent une introduction du riz depuis la plaine du Gange (Dollfus et al., 2003).

39Précisons que, pour une riziculture de montagne, la riziculture népalaise est peu diversifiée au regard de pratiques observées au Kumaon dans l’Himalaya indien ou en Assam par les Apa Tani qui cultivent le riz différemment selon les variétés (Furer-Haimendorf, 1947 ; Pant, 1935).

Conduite technique

40Plusieurs types de rizières existent au Népal et sont distingués dans la nomenclature vernaculaire en fonction de leurs caractéristiques hydriques et topographiques, montrant par là l’importance que revêtent ces contraintes pour les agriculteurs. Aussi observe-t-on des rizières de pente (pakho khet) modelées avec un fort dénivelé entre les terrasses ; des rizières de berges (khola khet ou « rizière de rivière »), parcelles implantées le long de petites rivières ; des phat khet occupant de vastes fonds de vallées ou bassins alluviaux (phat) ; des tar khet implantées sur des terrasses alluviales perchées (tar) ; des sim khet parcelles au sol hydromorphe, constamment en eau (Smadja, 2003).

41La taille des parcelles et des exploitations agricoles est relativement petite, ces terres ressemblant davantage à des jardinets selon nos standards européens. Ainsi à Aslewacaur, village situé à 700 m d’altitude dans les moyennes montagnes du Népal central, sur une haute terrasse alluviale perchée à 200 mètres au-dessus du confluent de deux rivières, les plus anciennes rizières, construites dans la deuxième moitié du xviiie siècle, ont une superficie de 200-300 m2. Ces rizières, constituant un périmètre de 4 ha, sont alimentées par un simple filet d’eau dévié d’un petit torrent et réparti dans quatre canaux d’irrigation. La faible quantité d’eau allouée à ces terres se retrouve dans la nomenclature locale qui distingue deux espaces, portant le nom des variétés de riz autrefois cultivées. Ainsi, on apprend que l’un d’eux, le plus en aval, était repiqué d’un riz supportant les à-sec. Aujourd’hui, variétés locales et variétés améliorées sont cultivées en proportions égales, la préférence de goût allant pour les variétés locales tandis que les modernes offrent un plus fort rendement mais sont plus fragiles au manque d’eau.

42L’espace rizicole principal qui couvre aujourd’hui la majeure partie de cette haute terrasse alluviale (40 ha) est plus récent, datant du début du xxe siècle : des champs secs (bari) existaient alors, et l’histoire locale précise que l’aménagement des canaux et des parcelles en rizières bien planes s’est réalisé progressivement, de 1914 à 1943. La construction du canal d’amenée d’eau, long de 6 km à flanc de montagne, a elle-même nécessité trois ans de labeur de la part de mineurs de la région, appelés pour l’occasion (Aubriot, 2004).

43Les khet servent à la fois de pépinière de riz (1/10e de la superficie à repiquer) et de rizière proprement dite. Leur travail de préparation est très important non seulement par la quantité de travail à fournir mais aussi pour le bon déroulement de la culture. Le sol doit être bien plat et régulier afin que la lame d’eau qui est laissée dans la rizière soit de même hauteur pour toute la parcelle. Ainsi, deux labours à l’araire tracté par une paire de zébus sont effectués pour bien ameublir le sol et le rendre boueux grâce à l’eau qui l’inonde ; une planche en bois, tractée également, est passée dans deux sens différents afin d’aplanir le sol ; les diguettes sont nettoyées et recouvertes de boue pour assurer leur étanchéité. Le repiquage peut alors avoir lieu : les semences qui avaient été mises dans la pépinière un mois plus tôt sont devenues de jeunes plants, qui sont arrachés de la pépinière pour être replantés – exclusivement par les femmes – dans la boue de la rizière. Puis de l’engrais chimique est apporté à deux reprises. Les femmes désherbent manuellement les parcelles une à deux fois selon la quantité de mauvaises herbes. Durant toute la saison de culture, les riziculteurs apportent régulièrement de l’eau à leur parcelle, ici tous les deux à trois jours. Dans de nombreux espaces rizicoles à travers le monde, l’eau s’écoule de rizière en rizière. Ici au contraire, le réseau d’irrigation a été conçu par les paysans eux-mêmes de façon à rendre chaque parcelle indépendante de ses voisines pour son alimentation en eau.

44À la récolte, hommes et femmes participent à la coupe des tiges. Celles-ci sont sectionnées à leur base à l’aide d’une faucille puis sont disposées en javelles (à plat dans le champ), pour sécher au soleil pendant deux à trois jours dans la rizière, alors à sec. Le riz est ensuite battu à la main, par gerbes et engrangé dans un silo dans la maison. Le rendement moyen est de 3 t/ha (variétés locales et améliorées confondues) : il est donc supérieur au rendement moyen national (2 t/ha), mais inférieur au rendement mondial (4 t/ha) et n’atteint pas les valeurs maximales de l’Égypte et de l’Australie à plus de 9 t/ha (Trébuil et Hossain, 2004).

45Une fois le riz récolté, d’autres cultures peuvent être pratiquées dans cette terre, tels le blé ou les pommes de terre en hiver suivis de maïs ou de riz au printemps, profitant des capacités d’irrigation de ces terres – qui se dénomment toujours khet.

Histoire et société

46Deux zones géographiques doivent être distinguées pour parler de l’histoire des terrasses rizicoles au Népal : la vallée de Katmandou où la riziculture est attestée dès le vie siècle et le reste des montagnes, où l’introduction massive de cette culture est le fait de migrants provenant d’Inde du Nord, les ancêtres des Indo-Népalais, à l’origine de royautés qui remontent au xiie siècle dans l’extrême ouest du Népal et au xve siècle dans le centre du pays. Ces migrants ont introduit et imposé leur organisation politique et le système des castes, l’un d’eux a unifié le Népal à la fin du xviiie siècle. Leur maîtrise de techniques agraires tels le labour à l’araire, la transplantation du riz et de l’éleusine, ou encore l’irrigation aurait participé à leur conquête du Népal. La domination des bâtisseurs de rizières sur les populations dites « tribales » qui pratiquaient élevage et agriculture itinérante sur brûlis serait ainsi le fait d’un bouleversement technique (Sagant, 1976), la conquête technique ayant facilité la conquête politique.

47La technique est donc d’origine indienne – le riz a été domestiqué dans la vallée du Gange dès le ive siècle av. J.-C. – que ce soit pour la vallée de Katmandou ou le reste du pays ; elle a été importée dans les montagnes népalaises (hors Katmandou) par les ancêtres des Indo-Népalais et a conduit à un bouleversement de la vie technique, toutes les populations ayant progressivement cultivé du riz irrigué. Ainsi aujourd’hui, les pratiques agricoles ne sont pas spécifiques à une population : à une même altitude dans une région donnée, le système agraire est identique pour tous les groupes.

La culture des terrasses rizicoles en Himalaya

La culture des terrasses rizicoles en Himalaya

Labour

48La riziculture irriguée permet une densité de population double de celle des zones d’agriculture pluviale : ainsi, à Aslewacaur la densité est de 400 hab./km2 – contre 200 en moyenne sur le district où seulement 11 % des terres sont irriguées – et de 2 000 hab/km2 cultivé, densité que les ressources locales ne permettent pas de faire vivre, obligeant de nombreuses personnes à migrer en Inde pour trouver une rémunération.

49Les terres rizicoles irriguées représentent aujourd’hui 33 % de la superficie cultivée sur l’ensemble des montagnes. Évaluer leur expansion géographique d’un point de vue historique est difficile par manque de données. Les fonds de vallée et les endroits facilement accessibles ont sans doute été aménagés avant l’unification du Népal à la fin du xviiie siècle. Les politiques du xixe incitant à la construction des terrasses rizicoles par l’intermédiaire d’exemption d’impôt foncier pendant trois ans ont sans doute eu quelques effets sur la mise en valeur des terres, mais c’est surtout au xxe siècle, avec la croissance démographique et l’intensification du système agraire dès 1920 que les terrasses alimentées par de longs canaux ont été construites, par les villageois eux-mêmes. Quant aux investissements gouvernementaux, ils se concentrent, depuis un demi-siècle, essentiellement sur le développement de l’irrigation dans la plaine au sud du pays. Les terrasses rizicoles de montagne ne peuvent guère être étendues et leur principale contrainte reste la fragilité des canaux de montagne et donc l’entretien des réseaux d’irrigation, très coûteux en main-d’œuvre. On observe depuis une dizaine d’années, dans les vallées adjacentes à celle de Katmandou une transformation des terres rizicoles d’autosubsistance en champs irrigués pour la culture de légumes, vendus à la capitale.

Références

50Abé, 1995 ; Aubriot, 2004 ; Dollfus et al., 2003 ; Furer-Haimendorf, 1947 ; Pant, 1935 ; Sagant, 1976 ; Smadja, 2003 ; Trébuil et Hossain, 2004.

fiche 62. Wen hipere, jardin de patates douces des Dani Baliem en Papouasie-Occidentale (Yohanes Purwanto)

Nomenclature

51Le jardin de patate douce est appelé par les Dani Baliem « wen hipere leget », (wen = un jardin ou un champ, hipere = la patate douce, Ipomoea batatas (L.) Lamk, et leget = la clôture). La culture de ce jardin est une des activités centrales et quotidiennes des Dani Baliem. En effet, elle est en relation avec l’ensemble de leurs activités sociales. La patate douce constituant leur aliment de base, elle est considérée comme une source de vie. L’hipere est un symbole de fertilité, d’harmonie, et de santé.

Localisation géographique

52La population dani, au nombre de 300 000 habitants dans les montagnes centrales de Jayawijaya, parle la langue dani. Ce sont des cultivateurs de patates douces et des éleveurs de porcs, peuplant les hautes terres de l’ouest de la Nouvelle-Guinée, en Papouasie-Occidentale. Les Dani occupent un territoire s’étalant de l’ouest d’Ilaga à l’est de la grande vallée de la Baliem. La vallée de la Baliem constitue une enclave dans la chaîne montagneuse Jayawijaya située au milieu de l’île. Ce territoire couvre une superficie d’environ 16 000 km2. Il est limité au nord par les marécages, la forêt d’Idenbourg et la rivière de Rouffer, au sud par les neiges éternelles du Puncak Jaya qui se trouvent entre 4 500-4 800 m d’altitude. Pour y aller, il suffit de prendre un avion à Sentani sur la côte nord-ouest, aéroport de Jayapura. Le vol de Sentani à Wamena (la vallée de la Baliem) dure environ 45 minutes pour effectuer les 350 km qui séparent les deux villes. Au bout de 35 minutes de vol, on arrive à un col nommé « pass valley » situé à environ 2 400 m d’altitude, puis on passe une sorte de porte qui ouvre sur la vallée et nous fait longer les deux murs de la montagne avant que ne s’étende sous nos yeux cette grande vallée, qui semble perchée, accrochée, et entourée par les chaînes montagneuses des Jayawijaya. Les immenses étendues de culture de patate douce apparaissent comme de magnifiques dessins.

53Le climat de Papouasie-Occidentale est de type équatorial chaud et humide. Pour la région de la vallée de la Baliem, il est de type équatorial montagneux. D’après les données climatologiques de Wamena, la température moyenne annuelle est de 19,5 °C à 1 540 m d’altitude. Il masque des écarts journaliers entre un minimum de 14 °C et un maximum de 26,5 °C. En général, dans la région de la vallée de la Baliem il fait froid la nuit et chaud la journée. La pluviométrie annuelle est d’environ 1 100-3 500 mm, avec une pluviosité journalière quasiment constante presque toute l’année. La période humide couvre au maximum 8 mois consécutifs, elle est marquée par un fléchissement de la pluviosité en janvier, février et mars. La saison sèche dure seulement 3 mois maximum de juillet à septembre. La pluviométrie annuelle de la vallée de la Baliem est inférieure à celle des autres régions de Jayawijaya, en raison des conditions géographiques de la vallée entourée par la chaîne de Jayawijaya. L’humidité relative est modérée, 70-90 %. Elle varie sensiblement au cours de la journée.

La vallée de la Baliem dans la province indonésienne de Papouasie-Occidentale.

La maison des Dani dans la vallée de la Baliem (Papouasie-Occidentale).

Conduite technique

54On distingue trois systèmes de culture de la patate douce dans la région, notamment chez les Dani de la Baliem en haute montagne.

551) Le système d’agriculture itinérante ou la culture sur brûlis extensive. Dans la vallée de la Baliem, le système de culture itinérante extensive se pratique dans les secteurs montagneux ou sur les collines (wen yabula). Après l’abattage de la forêt primaire ou de la forêt secondaire, les arbres sont brûlés pour cultiver la patate douce. Sur les sols calcaires, les Dani font souvent des terrasses soutenues au moyen de pierres calcaires. Ce sont des jardins de pente qui ne nécessitent pas de drainage. On les trouve autour des villages de montagne, mais les villages de vallée ont une partie de leurs jardins établis sur les pentes de façon à disposer de réserves alimentaires quand la vallée est inondée. Les Dani Baliem aiment cultiver les jardins de patate douce sur les pentes de la montagne, pour plusieurs raisons. Ce type de jardin nécessite moins de travail puisqu’il n’est pas nécessaire de creuser des fossés ; la clôture est construite en pierres et il est beaucoup moins soumis aux dégâts provoqués par les porcs. En outre, les Dani Baliem disent que les patates douces y sont plus sucrées, plus agréables au goût, la chair de la patate douce étant plus compacte. Le goût plus sucré s’expliquerait par une teneur en eau du sol plus faible que dans la vallée, ce qui peut influencer la quantité de sucre dans les tubercules et donc leur goût. Enfin, il existait jadis une autre raison d’ordre stratégique : le jardin de montagne était davantage protégé des attaques des populations ennemies.

562) Le système d’agriculture itinérante intensive ou la culture sur brûlis intensive. Ces systèmes d’agriculture sont pratiqués sur les terrains plats dans les zones marécageuses là où la nappe est superficielle et les risques d’inondation fréquents ou dans le fond de la vallée (wen imah). (Voir Les jardins drainés des Dugum Dani.)

57On emploie le terme intensif pour les petits jardins qui font l’objet de drainages profonds (1,5-2 m de profondeur et 1,5-3 m de largeur) qu’il faut entretenir ; beaucoup d’énergie est dépensée pour la culture et l’entretien de ce type de jardin. Le système de la culture itinérante intensive de la patate douce présente trois caractéristiques essentielles qui permettent de le distinguer du système de culture itinérante extensive : le travail de la terre ; l’entretien de la fertilité de la terre ; la culture en plates-bandes séparées par des fossés de drainage. Ces fossés constituent des pièges pour le limon. Maintenant les Dani Baliem utilisent ces fossés comme un vivier pour des poissons qui ont été introduits. Remarquons que pour les Dani Baliem, le terme « itinérant » n’est pas le plus approprié. En effet, il s’agit plus exactement d’une rotation de cultures et de jachères alternées qui se déroulent à l’intérieur d’un territoire fixe.

583) Le système d’agriculture permanente intensive. Elle se pratique très peu et surtout autour des villages dans un endroit plat et qui n’est jamais inondé. Ici, le fossé est peu prononcé : environ 0,5 à 0,75 m de profondeur et de 0,5 à 1 m de largeur. La terre est travaillée en plates-bandes avant de la planter en patate douce (wen alobaga). Périodiquement, ce jardin peut être abandonné mais peu de temps et les fossés restent en place jusqu’à ce qu’on réutilise le jardin.

59Dans le système de culture permanente intensive, le facteur le plus important est l’entretiende la terre. Celui-ci consiste à réaliser des fossés de drainage permanents. Chaque fois que le jardin est réutilisé, on enfouit les herbes et les restes d’arbres abattus, on drague les fossés et on dispose les limons ainsi récupérés sur les plates-bandes. Le drainage se fait en réseau fermé, il n’y a pas de rejet. Ce système évite la perte des éléments chimiques et des matériaux organiques dissous dans l’eau du fossé.

60D’après mes observations, chaque jardin (de 2 ha à 5 ha) regroupe de 50 à 77 cultivars différents. La distribution des cultivars de patate douce dans les jardins de la région étudiée est difficile à établir, car leur nombre et leur type diffèrent d’un jardin à l’autre. Mais dans les jardins de pente ou les jardins de montagne, le nombre des cultivars est d’environ 15 à 22. En effet, le jardin sur pente ou de région montagneuse a besoin de cultivars spécifiques qui sont capables de pousser dans des conditions beaucoup plus marginales.

61Chaque famille nucléaire cultive environ 20 à 50 cultivars de patate douce, avec une moyenne de 35 cultivars. Le nombre de cultivars cultivés par chaque famille diffère selon leurs besoins. Dans le jardin de patate douce, la plante principale est hipere (Ipomoea batatas) mais on y trouve aussi d’autres plantes alimentaires : hom (Colocasia esculenta), sowa (Setaria palmifolia (Koenig) Stapf), hupak (Zea mays), wenyale (Psophocarpus tetragonolobus (L.) DC.), el (Saccharum officinarum), haki (Musa spp.), pain (Dioscorea spp.), sait (Pandanus conoideus Lamk), etc.

Histoire et société

62S. Haberle et al. (1991) fournissent quelques informations sur l’impact de l’homme dans la vallée de la Baliem au cours du temps. Ces auteurs constatent que le premier impact de l’homme sur le paysage (feux de brousse) date de la période 26 000 ans av. J.-C. Cette estimation repose sur le résultat des analyses de charbon dans les dépôts issus de l’érosion des pentes. Ils ont montré qu’il existait une activité de chasse aux wallabies il y a 3 000 ans av. J.-C. Ils ajoutent que la diminution de la forêt dans la vallée due à l’impact de l’homme aurait eu lieu dès 5 000 ans av. J.-C., mais ils ne précisent pas quel type de pratique est en cause : brûlis de chasse ou brûlis agricoles. Rappelons que J. Golson (1977) a décelé des traces de fossés qu’il interprète comme une preuve de la présence d’agriculture dès 7 000 ans av. J.-C. sur les hautes terres de Papouasie Nouvelle-Guinée.

Diagramme climatique de la vallée de la Baliem (observation 1976-1995, Office de météorologie et de géophysique de Wamena).

63Les résultats issus de l’analyse du pollen sont très importants, car ils indiquent que dès le viiie siècle, il y a une apparition de plantes ayant une valeur économique comme Casuarina et Pandanus, ainsi que de plantes pionnières : Celtis et Macaranga. Le foisonnement de plantes pionnières peut être le fruit de l’aménagement d’un cycle de rotation jachères/cultures. La destruction de la végétation sur les pentes de montagnes, ces derniers siècles, est le résultat d’activités humaines destinées à l’installation de jardins. Aujourd’hui, on peut constater une dégradation importante des pentes qui cernent la vallée. Ces pentes nues subissent une érosion qui s’amplifie progressivement.

64Comme nous le savons l’agriculture, traditionnelle est caractérisée par une productivité faible, mais surtout aléatoire et vulnérable ; de plus les techniques appliquées sont simples. Mais les techniques employées pour la culture de la patate douce sont bien adaptées aux conditions écologiques. Ces pratiques assurent une exploitation du milieu valorisant au mieux les conditions de l’environnement de la vallée de la Baliem et se montrent efficaces d’un point de vue agronomique. Elles sont également appliquées pour améliorer les conditions de vie de la population.

65L’agriculture traditionnelle est essentiellement vivrière. Elle possède deux tendances évolutives qui se traduisent d’une part par la polyculture (culture associée de patate douce et de céréales et légumes) et d’autre part par le développement d’une monoculture concernant les plantes cultivées introduites. La dynamique interne de la région résulte de l’évolution des pratiques agricoles traditionnelles, nourrie par les capacités économiques de certains agriculteurs (Dani Baliem) acceptant de se moderniser.

Vue aérienne des jardins de patate douce et d’un village des Dani Baliem (Papouasie-Occidentale).

66L’augmentation des pressions économiques et la croissance démographique se traduisent par une diminution des cycles de jachère et un allongement du temps de culture. Une évolution plus que souhaitable dans un contexte d’augmentation constante de la population qui induit une raréfaction des terres disponibles. Dans la vallée de la Baliem, aujourd’hui, il apparaît impossible d’évoluer vers une extension spatiale du système, il est donc nécessaire de trouver un autre mode d’intensification. Pour cela, l’introduction de techniques agricoles plus performantes au niveau des rendements est la solution que proposent les programmes de développement mis en place. L’intervention de gens venus de l’extérieur peut stimuler cette dynamique interne.

67Aujourd’hui, il existe de nouveaux types de jardins (wen het), dont les jardins de légumes. Ces jardins sont construits sur les anciens jardins de patate douce sur les terres bien drainées. La construction de ces jardins est proposée par le gouvernement. Pour la société Dani Baliem, ils sont considérés comme une nouvelle forme de jardin, car les plantes cultivées sont introduites et le mode de construction est complètement différent de celui de la patate douce, autrefois. Il existe deux conséquences directes à la construction de ces jardins. D’un point de vue économique (objectifs du gouvernement), leur mise en place a pour but d’améliorer les revenus de la société Dani Baliem et la diversité des plantes alimentaires produites dans la vallée. Ses objectifs sont que les Dani Baliem deviennent des producteurs de différents produits alimentaires, capables de s’adapter aux nouveautés technologiques, à l’arrivée des migrants, avec lesquels ils devraient pouvoir entrer en compétition, et enfin, qu’ils améliorent leur niveau de vie. La deuxième conséquence est du domaine écologique. La construction de nouveaux types de jardins implique des perturbations dans le système agricole traditionnel, car cette construction prend sur le temps de période de jachère des jardins de patate douce. Il en résulte, finalement, des jachères sur des périodes plus courtes.

68La construction d’une rizière dans la vallée a pour objectif d’arriver à une exploitation des milieux périodiquement inondés et des zones marécageuses, afin de diminuer l’importation de riz dans la région de Wamena, d’améliorer les revenus de la société Dani Baliem, de diversifier l’alimentation, et d’introduire une nouvelle technologie. La culture du riz introduite dans la société Dani Baliem se développe très lentement. Depuis l’installation de la première rizière en 1977, la superficie des cultures de riz dans la région n’atteint que 150 hectares environs, ce qui est peu. Des problèmes sont apparus à la suite de la construction des rizières. Le plus grave est la pollution de l’eau venant de l’utilisation d’engrais chimiques et parfois d’insecticides. La première culture de riz effectuée dans la vallée par les autochtones s’est faite sans l’emploi d’engrais artificiels ni pesticides. À la culture suivante, la production s’est montrée plus faible à cause de la perte de fertilité du sol. L’apport d’engrais naturels (compost) et la mise en terre de tiges de riz ne se sont pas avérés suffisants. Les teneurs en nutriments essentiels, azote, phosphate étaient encore trop faibles pour que le riz ait une bonne croissance. Et à la troisième saison de culture est apparue une déficience importante en macro-éléments minéraux. Les engrais chimiques sont alors obligatoires.

Références

69Brass, 1941 ; Haberle et al., 1991 ; Golson, 1977 ; Purwanto, 2002 a, b ; Purwanto, 2004 ; Purwanto et al., 1990 ; Purwanto et al., 1992 ; Purwanto et al., 1995.

fiche 63. Les buttes à ignames au Vanouatou (Vincent Lebot)

Nomenclature

70Les ignames appartiennent au genre Dioscorea qui abrite près de 600 espèces organisées en différentes sections, une trentaine sont comestibles et cultivées. Les espèces les plus importantes appartiennent à la section des Eniantophyllum (D. alata, D. cayenensis-rotundata, D. nummularia). Plus de 90 % de la production mondiale est localisée dans cinq pays d’Afrique de l’Ouest : le Nigeria, le Bénin, le Togo, le Ghana et la Côte d’Ivoire mais c’est en Mélanésie que la consommation par habitant et par an est la plus importante (350 kg/ha/an d’après la FAO). C’est aussi dans cette région que la plante joue un rôle culturel fondamental et que l’on rencontre les rites les plus sophistiqués. Les différentes espèces d’ignames sont classées selon une taxonomie traditionnelle qui fait référence aux propriétés organoleptiques des tubercules (ignames « dures » ou « molles » selon leurs teneurs en matière sèche) puis, à l’intérieur de l’espèce principale (D. alata), les variétés sont classées selon l’apparence de leurs tubercules (ignames « courtes » ou « longues »). Les ignames dites « courtes » sont destinées à la consommation quotidienne et se cultivent sans grands soins alors que les ignames « longues » sont destinées aux offrandes et font l’objet de toutes les attentions.

Localisation géographique

71Au Vanouatou, les producteurs ont mis au point diverses techniques horticoles destinées à produire des ignames cérémonielles à longs tubercules. Les îles hautes d’origine volcanique bénéficient de jeunes sols légers et très fertiles qui conviennent particulièrement bien à la culture de la grande igname (D. alata). Malgré la diversité culturelle de cet archipel (près de 111 langues sont recensées), ces techniques ne sont pas l’apanage d’une île ou d’une communauté mais existent au contraire dans presque toutes les grandes îles. Les diverses communautés sont aussi unanimes pour fixer les canons de beauté attribués à cette prestigieuse offrande : un long tubercule régulier dont la peau uniforme est lisse et la chair la plus blanche possible. La longueur acceptable pour un tubercule cérémoniel varie de 1 à 2 m. Il est bien entendu que sans certaines techniques particulières, la plante n’est pas capable de produire de tels organes de stockage.

72Les systèmes de culture à base d’ignames se trouvent essentiellement dans les zones sèches, de basse altitude ou sous les vents dominants (les alizés). On trouve dans chaque île des zones favorables à la culture des ignames et d’autres qui au contraire, lui sont défavorables. Les régions trop humides sont propices au développement de l’anthracnose, la principale maladie des ignames. Elle est causée par un champignon (Colletotrichum gloeosporioides) qui détruit les lianes et réduit considérablement les rendements.

Conduite technique

73Chez les ignames comme chez les autres plantes à racines et tubercules, on observe une remarquable variabilité morphologique de la partie utile de la plante : son organe de stockage souterrain. Cette variabilité s’exprime en de belles formes et couleurs qu’on rencontre rarement chez les espèces sauvages apparentées (D. nummularia, D. transversa). Chez les cultivars, le volume de ces organes est considérable, la surface de l’épiderme est beaucoup plus douce et la chair est souvent d’un blanc franc ou de couleur attrayante, alors que les génotypes primitifs ont une chair terne s’oxydant rapidement. La domestication a considérablement amélioré ces caractères : la quantité de fibres présente dans les organes souterrains décroît alors que la proportion relative d’amidon augmente, la spinescence de la tige et des racines qui coiffe les tubercules diminue, la taille de l’appareil végétatif est réduite.

74La domestication des ignames fait intervenir trois étapes : la sélection, la modification du milieu et le rajeunissement annuel par voie végétative. La sélection a visé les cultivars capables de développer des caractères gigas qui correspondent à de très hauts niveaux de ploïdie. Les grandes ignames cérémonielles sont des octoploïdes (80 chromosomes) alors que les ignames courtes, dont les tubercules sont ronds et compacts, sont des tétraploïdes (40 chromosomes). Contrairement aux plantes cultivées pour leurs organes sexuels (fruits et graines), la domestication des ignames, comme d’ailleurs celle des autres plantes à racines et tubercules, modifie le milieu où est cultivé le génotype, c’est-à-dire le sol. Une igname sauvage pousse difficilement dans un sol compact de sous-bois, certes riche en matière organique, mais dont la texture dure et dense freine la croissance. Les rendements sont bas. Par contre le cultivar, qui souvent n’est qu’un clone d’une igname sauvage, pousse mieux et donne de meilleurs rendements dans un milieu de croissance amélioré. Ce sont la trouaison et la confection de la butte qui améliorent l’environnement et donc le rendement final de la plante.

Buttage des ignames courantes au Vanouatou.

75Mais ce rendement résulte aussi de facteurs épigénétiques, ainsi nommés parce qu’ils dépendent de facteurs non génétiques, tels que le poids de la semence mise en terre. Plus celle-ci est lourde et plus elle contient d’éléments nutritifs nécessaires à lancer la croissance aphylle des tiges vers leurs tuteurs. Ce n’est que lorsque la plante devient autotrophe qu’elle développe ses racines, souvent très loin du collet basal (jusqu’à plus de 4 mètres). Le poids de la semence est déterminant car, chez les ignames, le rendement final est aussi dépendant de la superficie de la canopée exposée aux radiations solaires. Une grosse semence a donc plus de chance de développer une grande canopée et donc in fine de forts rendements.

76Une fois la canopée bien développée, la plante va stocker des éléments nutritifs dans son organe souterrain. Elle va donc gonfler son tubercule comme un ballon de baudruche, d’autant plus facilement que la résistance du sol est moindre et sa fertilité élevée. Le producteur l’a bien compris et la confection des grosses buttes vise deux objectifs : l’un est de rassembler sur une unité de surface donnée un sol très riche en matière organique qui permet une croissance vigoureuse et l’autre est de confectionner au sein de la butte un puits de croissance dans lequel le tubercule va descendre et se développer avec le moins de résistance possible. Si une trouaison de près d’un mètre a été faite et si la butte fait plus d’un mètre de haut, on peut espérer récolter des tubercules de près de deux mètres de long. En fait, l’érosion de la butte pendant le cycle végétatif réduit un peu ce pronostic. D’où l’importance de la profondeur de la trouaison autant que de la hauteur de la butte, seule face visible de l’iceberg.

77La trouaison se fait au pieu ou, de plus en plus, à la pelle à igname qui est un outil présentant une longue lame de 6-8 cm de large à sa pointe et de 10 à 15 cm de large à sa base pour une longueur de 40-50 cm de long. Cette lame en acier trempé permet de trouer très profondément les sols riches et légers. Les trous sont ensuite remplis de matière organique (herbes et pailles diverses) puis la butte est confectionnée en rassemblant au-dessus du trou l’horizon organique humifère qui est raclé à la main ou à la pelle sur un rayon d’environ 2 m. Le sommet de cette butte très riche en éléments nutritifs, se situe alors entre 1 et 1,20 m de hauteur. Les producteurs peuvent rarement confectionner plus d’une trentaine de buttes par journée de travail, tant celui-ci est exigeant.

78Une fois la butte terminée, la semence est installée légèrement en biais, avec la partie distale (le bas du tubercule) exposée à l’air libre et la partie proximale présentant les bourgeons et méristèmes racinaires, enfoncée à environ 10 cm de profondeur, à l’entrée du puits de croissance. Les savoirs traditionnels prétendent que le réchauffement du semenceau (partie exposée à l’air) provoque un démarrage plus rapide des bourgeons. Les tiges et les racines vont donc croître en directions opposées pour donner le plus rapidement possible de la vigueur au plant d’igname qui restera fonctionnel environ 7-8 mois. Le confectionneur de grosses buttes a donc tout intérêt à installer de longs tuteurs pour permettre le bon développement en hauteur des tiges de cette plante héliophile. Dès les 3-4 premiers mois, l’appareil végétatif est totalement développé et le stockage commence.

Buttes d'ignames sur l'île de Tanna, Vanouatou.

79La récolte de telles pièces d’art demande beaucoup de temps et doit se faire très soigneusement pour éviter de briser les longs tubercules. Elle peut durer plusieurs heures. Une fois le tubercule totalement récolté et nettoyé, c’est-à-dire débarrassé du chevelu racinaire, il est frotté à la main pour ôter le sol et emballé dans un panier en feuilles de cocotiers. Si sa longueur est exceptionnelle, il sera utile de lui confectionner des attelles pour lui éviter de se briser.

80Il est possible de faire une opération « inverse » à la domestication et à cette culture sophistiquée, en installant un cultivar cérémoniel dans des conditions de préparation de sol quasi nulles en le laissant se développer, entrer en dormance et se développer à nouveau pendant trois ou quatre cycles annuels avant de le récolter sans lui attribuer de soins particuliers. Les caractéristiques de son organe souterrain seront très éloignées de celles du cultivar de départ. Le fait que le plant vieillisse physiologiquement et que les conditions de croissance du tubercule soient défavorables induit des caractères morphologiques délétères même si ceux-ci ne sont pas contrôlés génétiquement puisqu’il s’agit bien du même clone. Les échappés de culture présentent des caractères tellement peu améliorés qu’il est parfois facile de les prendre pour de vraies formes sauvages.

81C’est donc la combinaison d’un génotype (la variété), d’un environnement artificiel, d’un rajeunissement annuel et d’une lourde semence qui fait une belle igname. Le nombre de facteurs en jeu est important et leur maîtrise fait appel à des savoir-faire qui tendent à disparaître.

Histoire et société

82Contrairement aux céréales, il n’est nul besoin d’inventer la poterie pour consommer des tubercules. Ceux-ci, riches en eau, peuvent être aptes à la consommation après avoir été rôtis directement sur les cendres. Les plantes à racines et tubercules sont donc certainement parmi les premières plantes à avoir été consommées et domestiquées même s’il est impossible d’en préciser la date. Les ignames ont une importance considérable pour les sociétés mélanésiennes (et africaines) parce qu’elles bénéficient d’une horloge biologique interne (l’alternance entre la dormance du tubercule et la croissance végétative de la liane) que n’ont pas les autres plantes cultivées dans la zone tropicale humide (bananiers, aracées, patates douces, etc.). Le rythme biologique de l’igname est utilisé par les sociétés qui la cultivent pour rythmer le calendrier, aussi les cérémoniels de récolte et de plantation sont nombreux et importants.

83Dans beaucoup de communautés la grande igname cérémonielle est un symbole masculin et, en tant que telle, elle a été autrefois cultivée par les hommes alors que les ignames courtes sont plutôt cultivées par les femmes. Certains hommes particulièrement talentueux deviennent des spécialistes renommés de cette culture en exhibant en public, au cours de cérémonies particulières, des ignames de deux mètres ou plus. En dehors de ces manifestations de prestige, destinées à révéler les plus longues ignames de l’année et leur producteur, ce type d’igname est offert à la naissance d’un enfant, au cours des mariages, en offrande à la messe, lors des funérailles et même au défunt longtemps après sa mort. La nécessité de produire les ignames pour satisfaire à ces obligations sociales a, pendant longtemps, assuré le maintien des techniques particulières de production.

84En Mélanésie, de nos jours, cette plante exigeante devient vulnérable parce qu’étant incapable de s’adapter aux rapides changements environnementaux du fait de l’asexualité de son mode de multiplication, elle tend à céder sa place à d’autres plantes récemment introduites et plus rustiques telles que le manioc (Manihot esculenta), le macabo (Xanthosoma sagitifolium) et la patate douce (Ipomoea batatas). De même, sa culture exigeante en temps de travaux, rend les tubercules onéreux dans des économies en voie de monétarisation rapide. Par rapport au poids de matière sèche produite et consommable par unité de surface, l’igname coûte très cher, bien plus cher que le manioc ou le riz importé. La place prédominante qu’elle avait dans les régimes alimentaires au début du siècle tend à décroître avec l’élévation du niveau de vie comme en Nouvelle-Calédonie par exemple, où les ignames sont désormais consommées à l’occasion de fêtes ou de réunions familiales, cédant la place au riz et au manioc pour la base de l’alimentation quotidienne. On continue néanmoins à cultiver les grandes ignames pour des raisons sociales mais ces dernières tendent également à perdre de leur importance. Sans disparaître totalement, la longue igname raccourcit et les techniques de confection de la butte et de la trouaison se simplifient. Si cette tendance est généralisée dans la plupart des pays producteurs, on voit apparaître au Vanouatou et aux Tonga le développement d’un marché dit de niche pour de très grandes ignames destinées à être offertes mais que les urbains ne peuvent plus produire eux-mêmes. Des agriculteurs se spécialisent dans ce marché fort lucratif qui vise une clientèle aisée des villes qui ne souhaite pas perdre ses traditions mais qui s’est déjà déconnectée du milieu rural ou qui trouve plus pratique d’acheter ces belles offrandes destinées à des obligations sociales.

Références

85Barrau, 1956, 1962 ; Coursey, 1976 ; Degras, 1986 ; Lebot et al., 1998 ; Malapa et al., 2005.

fiche 64. La culture de la coca, une plante andine d’usage millénaire (Jean-Claude Roux)

Nomenclature

86La coca appartient au genre Erythroxylum qui se rattache à la famille des Erythroxylaceae et comprend près de 200 espèces natives d’Amérique centrale et du Sud. Parmi elles, la plus connue est E. coca, une plante utilisée et cultivée traditionnellement par les populations de l’arc andin depuis la Colombie jusqu’à la Bolivie. Son nom local possède de nombreuses variantes (hayo au Nicaragua et naase en Colombie), et son appellation actuelle qui fut donnée par les textes coloniaux espagnols paraît dériver de la langue de l’ethnie aymara du sud du Pérou et du nord de la Bolivie, kkokka qui signifie arbre.

Description de la plante de coca

87Elle ressemble aux arbres épineux communs dans la brousse des vallées andines de moyenne altitude et atteint une hauteur variable entre 1,50 mètre et plus de 2 mètres selon les zones écologiques. Les branches sont droites, portant des feuilles de couleur verte, minces, opaques, ovales et traversées par une nervure centrale et deux autres qui sont courbes et convergentes de la base à la pointe de la feuille. Le fruit de la coca a la forme d’une gousse rouge allongée.

88Les fleurs sont menues, groupées sur des tiges courtes ; la corolle est constituée de cinq pétales jaunâtres, avec des anthères en forme de cœur, avec un pistil formé de trois carpelles soudés qui constituent un ovaire à triple alvéole.

89Erythroxylum coca (Lam. 1786)

90Règne Plantae

91Division Magnoliophyta

92Classe Magnoliopsida

93Ordre Linales

94Famille Erythroxylaceae

95Genre Erythroxylum

Localisation géographique

96La distribution géographique de la coca épouse les contreforts orientaux de la chaîne orientale des Andes qui se dresse face au bassin amazonien. Son milieu de prédilection se trouve en climat subtropical humide des vallées tièdes, avec une altitude comprise entre 500 et 1 800 m. Son milieu optimal en Bolivie se situe dans les Yungas selon l’étymologie aymara, les vallées chaudes du sud-ouest du département de La Paz, où le climat présente un minimum moyen de température de 18,3 °C, avec un régime hygrométrique de 1 242 mm de précipitation annuelle.

97En Bolivie, on distingue principalement trois variétés de coca propres à la consommation. Elles portent les noms de coca Paceña (cultivée dans les Yungas), coca Bandiola (au large feuillage, cultivée entre Cochabamba et Sucre, après Mizque) et coca Totora, aussi appelée coca du Chapare. La coca Paceña, aux feuilles d’un beau vert vif est, traditionnellement, la plus prisée, au contraire de celle du Chapare.

98Le Chapare se situe dans le centre-nord de la Bolivie, où il présente un milieu naturel dominé par un couvert forestier qui est typique d’un climat subtropical marqué par d’abondantes précipitations. La superficie de cette province est de 24 500 km2. Cette région est bordée au sud par un chaînon des Andes orientales, la rivière Sécuré à l’ouest, et par les rivières Ichilo et Mamoré à l’est. Quatre cours d’eau traversent, du sud au nord-est, la région.

99On peut diviser le Chapare en trois ensembles géographiques. La partie haute est composée de la barrière des piémonts et de collines basses et couvre 13 % du total. Elle est couverte d’une forêt tropicale dense entrecoupée de petites vallées et de torrents.

100La partie centrale est formée par une plaine alluviale, de superficie égale à la partie haute, formée de terrasses hautes disposant d’un bon drainage et constitue le prolongement des piémonts. Traversée par des rivières importantes, cette partie est la plus fertile du Chapare.

101Le dernier secteur géographique est constitué de terrasses basses soumises à une inondation quasi permanente. Il est couvert de sédiments détritiques apportés par une forte érosion due à l’importance des précipitations. La forêt couvre les trois quarts de la province, les pluies, en effet, varient selon les zones de 2 800 mm à 5 500 mm.

Le Chapare : terre d’accueil des mineurs licenciés et paysans pauvres de l’Altiplano

102Le Chapare représente un excellent exemple des terres de colonisation de la nouvelle frontière agricole. En effet, en 1976, à peine 6 % de la superficie provinciale était consacrée à l’agriculture, dont 39 % en bananes plantain, 32 % pour les agrumes, 20 % pour le riz. S’y ajoutaient les coupes de bois avec 30 000 m3 par an. Les petits hameaux étaient isolés et ne disposaient d’aucun service de base et la situation sanitaire y était déplorable, avec des taux très élevés de mortalité des enfants comme des adultes imputables à la mauvaise qualité de l’eau.

103La population totale était estimée à 40 000 personnes, formée en partie de migrants quechuas venus de l’Altiplano (entre 3 600 m et 4 100 m d’altitude), de quelques noyaux d’Aymaras et de moins d’un millier d’Indiens nomades repoussés dans les zones forestières denses du parc Isiboro-Sécuré où ils sont maintenant confrontés à l’avancée de ce véritable front mouvant de la feuille de coca.

104Le boum de la coca a porté, selon les estimations, la population à environ 150 000 personnes venues en majorité des zones minières de l’Altiplano en crise à partir de 1984-1985 et renforcées par des contingents de paysans andins pauvres. La culture de la coca, appuyée initialement par les cartels colombiens, devait trouver un terrain d’élection dans la région du fait d’une situation de non-droit facilitée par l’isolement et la quasi-absence de contrôle des pouvoirs publics. Au plus haut, avant l’application des mesures d’éradication, on estimait entre 50 000 et 90 000 hectares l’emprise de la coca illégale qui était cultivée et ensuite transformée en cocaïne dans des laboratoires clandestins situés au Beni et à Santa Cruz. Malgré les mesures de répression accompagnées de campagnes pour encourager la culture de produits de substitution, la coca a résisté jusqu’à maintenant. En effet, son rapport monétaire, payé directement en dollars par les trafiquants, est sans commune mesure avec le travail et les revenus issus des cultures « vertueuses » (1 000 dollars par récolte sur un cato de coca de 0,20 hectare, avec la possibilité d’obtenir de trois à quatre récoltes annuellement).

Les Yungas dans le département de La Paz et le Chapare dans le département de Cochabamba, zones de prédilection de la coca en Bolivie.

Conduite technique

105Sa culture obéit dans ses modalités techniques à quelques variantes régionales en fonction des milieux physiques. Au moins deux techniques existent pour la cultiver. En général, elle se sème en pépinières acceptant tous les genres de sol, mais exigeant un travail systématique d’entretien par désherbage autour du pied de la plante.

106Après avoir ameubli le sol en ôtant les pierres superficielles, on arrose la plante puis on la couvre de paille. On construit un abri couvre-soleil si elle se développe sans ombrage, mais pour échapper à la détection par satellite ou avion, les cultures illégales sont en général occultées sous ombrage, voire mélangées à d’autres plantations. Quand la plante atteint 25 cm, on la transplante dans un terrain déjà préparé et débarrassé d’herbes et de cailloux. Avec des pierres ou de la terre, on édifie des plates-formes rehaussées et rectangulaires, sortes de tables, qui circonscrivent les aires de plantation qu’on nomme camellones, et qui de loin donnent un aspect d’alternances de bandes parallèles où se cultive la coca.

107Le second type de culture, propre au Yungas a été décrit par un naturaliste italien, Luigi Balzan (décédé en 1893).

Vallée des Yungas (département de La Paz, Bolivie).

108Il s’agit d’une culture en fosse ou ados (waru waru, en aymara), la plante étant protégée par les parois du sillon tracé. Avec des pierres ou de la terre, on édifie des plates-formes rehaussées et rectangulaires qui circonscrivent les fosses de plantation : elles s’appellent des camellones et ce sont elles qui de loin produisent un aspect de terrain strié de bandes ou de rayons où se cultive la coca. On transplante dans ces fosses les petits plants qui ont 25 cm de haut.

109Dans le Chapare, selon le type de terrain, la plante est mise en place sur la terrasse de terre qui a été édifiée, et qui est traversée par de petits fossés assurant l’écoulement des eaux de ruissellement. La table de plantation se nomme en Bolivie corte et peut atteindre une surface de 8 m2. La reproduction se fait soit par bouturage, soit par graines. Dans les cultures traditionnelles, la culture de la coca se fait sans apport d’engrais.

110La récolte débute selon les milieux un à deux ans après la plantation, par ablation des feuilles sans casser les bourgeons. Cette récolte a lieu trois à quatre fois l’an dans les zones les plus chaudes et elle est assurée par les hommes qui ont remplacé les femmes à cause des opérations de police. Les sacs de feuilles sont acheminés vers des hangars où on procède au séchage. Les opérations de conditionnement sont longues et minutieuses car la qualité du produit en dépend.

111La durée de vie de l’arbuste est variable, de 35 à 40 ans avec un optimum productif de 30 ans.

112Il est à noter que récemment on a découvert en Colombie, lors d’opérations d’éradication de la coca, une nouvelle variété transgénique obtenue à partir de manipulations génétiques et qui présente une teneur quatre fois supérieure en cocaïne à celle de l’espèce cultivée traditionnellement.

Aspects pharmaceutiques et usages industriels

113La pharmacologie a déterminé que la coca est riche d’un alcaloïde – la cocaïne – qui se rencontre dans une proportion de 0,2 % dans les feuilles fraîches ; la plante comporte aussi 14 alcaloïdes dont une partie a un effet salutaire sur l’organisme notamment en zones de hautes altitudes, avec la papaïne, la higrine, la benzoïne, la pectine, la pyridine ou la globuline entre autres. Lorsqu’elle est mâchée, la coca agit comme un stimulant, un coupe-faim et soif et combat la fatigue.

114La coca est utilisée par l’industrie des cosmétiques comme pour la fabrication d’une boisson bien connue, ce qui donne lieu à une petite exportation vers les États-Unis (115 tonnes/an). Des savons, des tisanes, des baumes, des huiles essentielles sont produits en Bolivie à partir de la feuille de coca et cherchent un difficile débouché international. La novocaïne, un anesthésique, est issue de la plante de coca.

Champs de coca en terrasses à différents stades de cultures.

Histoire et société

115La présence de la coca est séculaire dans les Andes où elle est attestée en Bolivie dès l’apparition de la civilisation de Tihuanaco et des cultures du lac Titicaca, soit environ 1500 av. J.-C., tandis qu’au Pérou l’archéologie atteste maintenant de son usage apporté des Yungas vers 2 000 à 2 500 ans. La coca fait toujours l’objet d’échanges actifs entre les vallées tempérées qui forment son milieu natif et les hautes terres de l’Altiplano.

116Durant la courte époque de l’extension de l’empire inca sur le Collasuyu (Bolivie andine actuelle), elle fut cultivée dans les Yungas de La Paz et dans la périphérie de l’actuelle ville de Cochabamba. Son usage apparaît courant dans les sociétés précolombiennes, notamment comme analgésique utilisé lors des opérations de trépanation crânienne. Outre ses usages en médecine traditionnelle, elle jouait aussi un rôle de premier plan dans les pratiques magiques d’usage divinatoire et religieux. Pour certains auteurs, elle était réservée à l’élite religieuse et princière du régime inca et sa consommation par le peuple était réglementée, car réservée aux seuls jours de grandes fêtes ou cérémonies. Néanmoins, dans les Yungas, le tribut était payé en paniers de coca, système que les Espagnols maintiendront ensuite, avec un contingentement des surfaces cultivées. Selon John Murra, dans le cadre du système andin de mise en valeur des seuils écologiques, la coca circulait normalement entre les vallées et les villages de la Puna où elle faisait partie des produits indispensables. Le moine Ortiz, au xviiie siècle, confirme ses vertus curatives utilisées jusqu’à nos jours par les kallawas ou sorciers et guérisseurs des Andes. Joseph de Jussieu a ramené les premiers plants en Europe en 1750, puis Lamarck assura, en 1783, sa classification. Ensuite survint par étapes l’isolement de son alcaloïde qui fournit la cocaïne classée comme stupéfiant d’usage dangereux.

117Les Espagnols eurent une double attitude face à l’utilisation de la coca. D’une part, ils condamnèrent son utilisation liée à des pratiques païennes et à l’idolâtrie qu’ils s’efforcèrent d’éradiquer dans les mentalités car elles faisaient obstacle à la diffusion d’une christianisation imposée ; d’autre part, avec la découverte des fabuleuses mines d’argent de Potosi, ils découvrirent que seuls les Indiens étaient aptes au travail dans les mines situées à plus de 4 000 mètres d’altitude, mais à condition qu’ils soient ravitaillés en coca utilisée comme coupe-faim et adjuvant de l’effort physique soutenu. Aussi laissèrent-ils les cocales des Yungas ravitailler en feuilles les sites miniers, mais ils interdirent sévèrement ses autres usages traditionnels incompatibles avec la répression de l’hérésie. La coca reste pour sa consommation soit rituelle et magique, soit médicinale, l’apanage des paysans et mineurs andins tout au long de l’histoire ; elle est consommée soit en infusion ou maté, soit sous forme de boule mastiquée (acullico).

Culture de coca en zone forestière dans le Chapare, plus grande région de production de Bolivie (département de Cochabamba).

118Le paysan ou travailleur, en général d’origine indienne, porte autour du cou un petit sac, la chuspa, contenant sa provision journalière de feuilles de coca et un complément de poudre de chaux dont il adjoint une petite quantité avec les feuilles qu’il mâche, ce qui active la libération des alcaloïdes.

119Un véritable boum de la coca s’est installé en Bolivie à partir des années 1970, favorisé par la crise économique profonde du pays, le recul de l’État et la misère du petit paysannat andin. Le Chapare, une région de forêts humides dépeuplées, reçut des groupes de migrants encadrés par des Colombiens des cartels de Cali et de Medellin qui donnèrent une formation technique aux paysans andins qui découvrirent qu’avec un travail limité, la coca est d’un excellent rapport économique. Les cultures illégales de coca – car ses plantations étaient restées jusque-là limitées à la région des Yungas – s’envolent alors, passant de 4 450 hectares en 1970, à 92 000 au moins en 1990. Il est à noter que la coca du Chapare est peu recherchée par les consommateurs traditionnels qui l’estiment de qualité inférieure à celle des Yungas. Sur les sites de production se greffent les réseaux de transport des feuilles vers des laboratoires clandestins, puis d’exportation de la cocaïne vers les pays voisins. On estimait au plus haut, la production de cocaïne entre 400 et 450 tonnes l’an en Bolivie, actuellement elle aurait chuté, mais les données sont contradictoires, à 110-120 tonnes par an. Il est à noter que le traitement des feuilles de coca pour obtenir la pâte, base qui sert ensuite à la fabrication de la cocaïne, entraîne une utilisation massive de produits chimiques, ensuite déversés dans les rivières et qui contribue à la grave détérioration du milieu écologique.

120Pressés par les États-Unis et la communauté internationale d’assurer l’éradication de la coca, les gouvernements boliviens ont pris des mesures de plus en plus sévères de répression. Elles ont été très mal perçues par l’opinion car les bénéfices importants du circuit coca-cocaïne irriguent l’ensemble de l’économie bolivienne. Dans ses plus belles années, début de 1990, la coca-cocaïne assurait la survie économique de 300 000 cocaleros avec leurs familles (soit 6 % de la population du pays) et contribuait entre 50 à 65 % du PIB selon les estimations.

Plan de coca avant la récolte des feuilles, en culture sur champs.

121Si, à la fin des années 1990, la lutte antidrogue a obtenu des résultats positifs, ils sont fragiles et toute une activité clandestine se poursuit actuellement, aggravée par la dimension politique nationale que prend le devenir de la coca. Aux dernières élections présidentielles de 2001, le parti de la coca (Mouvement vers le socialisme ou MAS) a obtenu 21 % des voix et s’est placé en position d’arbitre. En octobre 2003, il a soutenu le soulèvement contre le président en place qui a été forcé au départ, puis après une courte collaboration a obligé le nouveau président Carlos Mesa à démissionner à son tour en juin 2005. Il a néanmoins obtenu du nouveau président intérimaire le droit de culture d’un cato de coca par famille de cocaleros, mesure qui a soulevé l’opposition des États-Unis. Si un président de la république d’origine cocalero, Evo Morales, a été élu quasi triomphalement le 18 décembre 2005, il se trouve aujourd’hui confronté aux réalités internes comme externes liées à la culture de la coca, comme à ses promesses de libération de cette activité. Jusqu’ici, les premières mesures prises paraissent maintenir le cadre juridique et répressif existant.

Références

122Balzan, 2007 ; Brack, 1999 ; Dory et Roux, 1998 ; Laserna, 1995 ; Mortimer, 1901 ; Rubio Romero, 1988.

fiche 65. Les vignes de Lanzarote (Alain Gioda)

Nomenclature

123La viticulture de Lanzarote est remarquable. Elle se déploie sur des sols volcaniques noirs et chaque cep de vigne planté au fond d’un trou conique est protégé par un muret en forme de croissant. Dominé par des dizaines de cônes volcaniques, le paysage nu apparaît comme une succession d’écailles pierreuses encerclant, de façon pointilliste, les seules touffes vertes du feuillage des ceps. Les feuilles tombées, le paysage hivernal ressemble avec ses impluviums à un terrain bombardé où flottent les flammèches et fumées des sarments, brûlant pour améliorer le sol de leurs cendres, le tout dans une noire poussière levée par l’alizé.

Localisation géographique

124Lanzarote est l’une des sept îles des Canaries, l’archipel espagnol au large de l’Afrique. C’est son île la plus orientale et donc la plus proche du désert saharien et elle est parmi les plus sèches, les pluies venant de l’ouest, de l’Atlantique en général.

125Elle est volcanique et elle a subi de 1730 à 1736, la plus longue éruption de l’histoire contemporaine. Les volcans aujourd´hui éteints sont de type hawaïen avec de grandes coulées de lave basaltique qui s’épanchèrent sur 400 km2 avant de se perdre en mer. La dernière éruption, bien moins importante, eut lieu en 1824. Tant et si bien qu’aujourd’hui le quart de l’île est encore stérile car recouvert de pierres ponces, mais surtout de lapilli (picón) et de matériel basaltique, sur une épaisseur variant de 20 cm à plus de deux mètres.

126Le climat est doux, mais très peu pluvieux avec une pluviométrie annuelle avoisinant seulement 150 mm qui s’exprime avec des pluies d’hiver souvent torrentielles. L’évaporation est intense, favorisée par des vents constants. Ce climat rend l’agriculture fort aléatoire. Néanmoins, les paysans ont mis au point un système original de culture pour établir, dans cet environnement aride, le vignoble de Geria, l’un des plus prestigieux d’Espagne, avec son fameux muscat (moscatel).

127Comme nous l’avons vu plus haut, le paillage lithique est utilisé dans d’autres endroits du monde, c’est aussi le cas au Yémen pour le caféier. L’utilisation d’une couverture de cailloux pour prévenir l’érosion du sol et améliorer la qualité des vignobles a également été documentée en Suisse (Chamoson) (Nachtergaele et al., 1998). La viticulture de Lanzarote associe des lapilli à un impluvium où est collectée aussi l’eau abondante des brumes marines et de la rosée.

Aux Canaries, l’île de Lanzarote connaît la vigne depuis le xvie siècle.

Vue générale du vignoble de la Geria à Lanzarote en hiver. Des cratères faits par les hommes occupent tout le paysage. Les sarments dépassant du sol ont été brûlés in situ après la vendange et la chute des feuilles. Leurs cendres fertilisent chacun des cratères du vignoble.

Conduite technique

128Chaque pied de vigne est planté au centre d’une dépression conique de façon à ce que le système racinaire atteigne le sol, sous la couche de lapilli. Les grosses pierres basaltiques sont utilisées pour construire, sur les bords de la dépression, un muret en arc de cercle, dont la hauteur atteint 70 cm. Les ceps de vigne sont espacés en moyenne de 4 mètres. La couche de tephra (charbon) joue le rôle d’un paillage minéral et réduit ainsi l’évaporation d’une eau rare, qu’elle concentre. De plus, les pierres poreuses, les lapilli, s’imbibent des maigres pluies qu’elles retiennent et les flancs inclinés du cône dirigent le ruissellement vers les ceps de vigne dont ne dépassent guère que les branches et les grappes de raisin de l’année. Des études récentes (Tejedor et al., 2003 et Díaz et al., 2005) ont montré que cette couche protectrice permet de retenir huit fois plus d’eau que le sol non couvert et diminue l’évaporation de 92 % lorsque son épaisseur atteint 10 cm. Les murets protègent, quant à eux, le feuillage de l’année et surtout les raisins des alizés, qui balayent l’île presque en permanence.

Histoire et société

129Les îles Canaries ont été peuplées dès 200 avant J.-C. par les Guanches, sans doute d’origine berbère. Connues des Phéniciens, oubliées puis redécouvertes par les conquistadors à la solde du roi de Castille au xve siècle, les îles ont connu les guerres entre les Portugais et les Espagnols qui se disputaient leur possession. Elles ont définitivement été reconnues espagnoles en 1479, par le traité d’Alcáçovas. Elles ont dû subir plus tard les incursions anglaises, marocaines, hollandaises et ont fini par acquérir leur autonomie en 1978. Les Guanches avaient depuis longtemps été massacrés ou assimilés par le sang espagnol.

130La viticulture a commencé dès le xvie siècle aux îles Canaries surtout pour ravitailler les bateaux qui faisaient escale dans l’archipel, avant de se rendre aux colonies américaines en zone tropicale qui est peu favorable à la culture de la vigne. Elle est un peu plus tardive à Lanzarote qui est finalement devenue une appellation d’origine pour une douzaine de crus renommés. Toutefois, à côté de l’exportation de vins (vins blancs de malvoisie et de muscat, et vins rouges) et des bananes, les Canaries vivent aujourd’hui principalement du tourisme. Agriculture et pêche sont devenues, surtout la seconde, marginales à Lanzarote où son animal emblématique, le dromadaire utilisé pour les labours, a presque disparu. À l’agriculture vivrière traditionnelle, s’ajoute une petite production de fruits (agrumes, pêches, figues de barbarie), de légumes (tomates, oignons, pommes de terre) et de plantes à haute valeur ajoutée (tabac, figuier de barbarie à cochenille et maintenant la plante succulente Aloe vera).

131Compte tenu de la stérilité des laves volcaniques dans la plupart des localités (mauvais pays), toutes ces cultures sont pratiquées sur des sols atmosphériques ou constitués de particules apportées par les vents. Ce sont soit des lapilli (picón), mais, à la différence du vignoble de Geria, ils ont été mis en place par l’homme qui les a patiemment transportés à Yaiza, Tijano et Haria pendant deux siècles, après la fin de la grande éruption de 1730-1736, soit encore des sols d’origine éolienne (jable), face au Sahara qui est leur pourvoyeur, autour de San Bartolomé.

Le présent

132La viticulture de Lanzarote a bénéficié du travail de l’artiste César Manrique (1919-1992), revenu sur son île natale. Apôtre du Land Art, Manrique considérait le paysage, spécialement celui de Lanzarote, comme une œuvre d’art et il a cherché par des interventions ciblées à le valoriser. La plus emblématique de ses œuvres, nombreuses sur toute l’île, est, en son centre géographique, le monument à l’agriculteur où celui-ci est sculpté de façon cubiste entre son âne et son dromadaire. Cette sculpture monumentale en béton, appelée « Fécondité », reste l’un des rares hommages à l’agriculture traditionnelle qui atteigne une valeur universelle au xxe siècle, une époque favorable à l’éloge de la haute technologie et de la modernité.

Pied de vigne : le cep est enterré et seuls les sarments, les feuilles et les fruits sont à l’air libre. Ce mode de culture est typique des îles Canaries et aussi de celles du Cap-Vert comme à Fogo.

133De même l’alizé, quasi permanent sur l’île, a été mis en scène aux principaux carrefours par des mobiles, dans un esprit proche de celui du sculpteur américain Calder. Quelques 15 ans après la mort de Manrique, c’est tout un parc à éoliennes qui alimente partiellement l’île de façon écologique, tandis que la visite du vignoble de Geria complète harmonieusement celle de la fondation Manrique, toute proche.

Références

134Acosta Baladón, 1974 ; Díaz et al., 2005 ; Nachtergaele et al., 1998 ; Salguero, 1988 ; Tejedor et al., 2003 ; www.fcmanrique.org (voir www.cesarmanrique.com : Sculpture dont « Fecondidad » et aussi Wind Toys).

Table des illustrations

Légende Jardins de taros en terrasse à Futuna.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Petit jardin clos dans l’île de Pâques.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende L’île de Pâques, minuscule province chilienne perdue dans l’océan Pacifique.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Différents types de manavai à Rapa Nui, en superficie, en profondeur, clos, en terrasse…
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Les champs de Rapa Nui.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Jardins clos, manavai, plantés de bananiers à Rapa Nui.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Taro cultivé sur un champ pavé à Rapa Nui.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Jardin de grotte.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Acculés sur les falaises arides du plateau Bandiagara, les Dogons y ont développé leur culture singulière.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Village dogon à Banané (Mali).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Jardins en casiers de pierres et terre rapportées en pays dogon.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Culture irriguée d’oignons en bas-fonds, village de Sangha en pays dogon.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Arrosage des oignons, à la calebasse, tout au long de leur croissance (pays dogon, Mali).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Dans la chaîne himalayenne, le riz est cultivé en deçà d’une limite altitudinale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Les hautes terrasses rizicoles himalayennes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre La culture des terrasses rizicoles en Himalaya
Légende Labour
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Planage
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Repiquage du riz
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende La vallée de la Baliem dans la province indonésienne de Papouasie-Occidentale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende La maison des Dani dans la vallée de la Baliem (Papouasie-Occidentale).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende Diagramme climatique de la vallée de la Baliem (observation 1976-1995, Office de météorologie et de géophysique de Wamena).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Vue aérienne des jardins de patate douce et d’un village des Dani Baliem (Papouasie-Occidentale).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 721k
Légende Buttage des ignames courantes au Vanouatou.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Légende Buttes d'ignames sur l'île de Tanna, Vanouatou.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Les Yungas dans le département de La Paz et le Chapare dans le département de Cochabamba, zones de prédilection de la coca en Bolivie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Vallée des Yungas (département de La Paz, Bolivie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1009k
Légende Champs de coca en terrasses à différents stades de cultures.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Culture de coca en zone forestière dans le Chapare, plus grande région de production de Bolivie (département de Cochabamba).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Plan de coca avant la récolte des feuilles, en culture sur champs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Aux Canaries, l’île de Lanzarote connaît la vigne depuis le xvie siècle.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Légende Vue générale du vignoble de la Geria à Lanzarote en hiver. Des cratères faits par les hommes occupent tout le paysage. Les sarments dépassant du sol ont été brûlés in situ après la vendange et la chute des feuilles. Leurs cendres fertilisent chacun des cratères du vignoble.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 782k
Légende Pied de vigne : le cep est enterré et seuls les sarments, les feuilles et les fruits sont à l’air libre. Ce mode de culture est typique des îles Canaries et aussi de celles du Cap-Vert comme à Fogo.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2871/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540