Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agricultures singulières

 | 
Éric Mollard
, 
Annie Walter

Partie 3. Irriguer, fertiliser et planter

Chapitre 10. La fertilité des sols

Texte intégral

Billons d’ignames sur la côte Est de Nouvelle-Calédonie.

1Les champs buttés et les billons font partie du groupe des champs surélevés (raised field en anglais). Selon leur taille et leur forme, on distingue les buttes simples et les plates-formes. Les premières sont des amas de terre coniques, de taille variable, destinés le plus souvent à la culture de plantes particulières comme les ignames. Les secondes sont des planches de terre surélevées par rapport au niveau du sol, de dimensions et de profils variés : bourrelets en courbes de niveau (countour-mounding), plates-formes à deux niveaux ou encore plates-formes simples surmontées de billons. La diversité de taille et de forme est immense, en relation avec les conditions topographiques, avec les besoins des plantes et avec les habitudes culturelles. La Papouasie Nouvelle-Guinée détient le record des variations de formes. On y observe en particulier les plates-formes à double niveau sur l’île Frédéric-Henri et les plates-formes billonnées dans les montagnes du centre. Chez les Raiapu-Enga (Papouasie Nouvelle-Guinée), la morphologie du billon dépend de la déclivité. À faible pente, les producteurs plantent les patates douces sur de larges billons (3,8 m de diamètre et 0,6 m de hauteur) tandis qu’à forte pente, ils les cultivent sur de simples buttes (0,45 m de diamètre et 0,25 m de hauteur) (Waddell, 1972). On cultive sur les champs surélevés une grande variété de plantes tels le maïs, les céréales et les légumes. La géographie des buttes se superpose plus ou moins à celle des tubercules auxquels la technique est particulièrement adaptée : Afrique de l’Ouest, Afrique de l’Est, Sud-Est asiatique et Océanie. La patate douce, les ignames et le manioc y sont généralement cultivés.

2Les champs surélevés peuvent avoir des fonctions diverses suivant le milieu dans lequel ils sont érigés. Dans les zones basses et engorgées d’eau où ils sont séparés par des canaux drainants, nous avons vu qu’ils exondent les racines des plantes. Dans les zones saines, ils favorisent aussi le drainage, comme à Koumac (Nouvelle-Calédonie) ou en Tanzanie où les rangs butés sont orientés dans le sens de la pente, de façon à détourner les écoulements. Mais la pulvérisation et l’aération du sol, qui résultent de la confection de la butte, se comportent comme un labour minutieux nécessaire en particulier à l’obtention de tubercules réguliers, commercialisables ou appréciés dans les échanges rituels. Les billons enrichissent presque toujours un sol peu épais ou une terre trop pauvre, en concentrant la terre fertile et en y incorporant des débris végétaux ou des fumures animales : herbe, fumier, résidus de culture, cendre, débris de charbon, fertilisants naturels tels que le poisson séché, la poudre de crevette ou le pain de soja. En altitude, le billon réduit les risques de gel en évacuant le froid vers le fond des sillons dont les racines sont éloignées ; la décomposition des matières organiques incorporées à la butte maintient la température et permet de gagner un ou deux degrés supplémentaires. Dans les zones plus sèches, le buttage retient l’humidité du sol, ce qu’accroît le dépôt de végétaux placés sur le sommet du billon (Denevan et Turner, 1974) et assure une fonction d’irrigation, par l’intermédiaire des canaux qui les séparent. Partout, ils facilitent la récolte. Tous ces avantages justifient l’énorme travail nécessaire à leur aménagement. La variété des fonctions rend ainsi bien délicate l’interprétation des vestiges archéologiques de ces structures.

3Trois exemples de cultures sur plate-forme ou billon, hors zone humide, sont abordés ici, parmi de nombreux autres possibles. Le premier concerne les billons que les Yali de Papouasie-Occidentale aménagent depuis peu pour cultiver la patate douce et l’arachide, sans transformation notable de leur système agraire antérieur. Le deuxième présente la méthode mise au point par les paysans de Zambie qui alternent la culture des céréales sur sol plat avec celle de légumineuses sur sol billonné. Cette technique leur permet de poursuivre durant près de 6 ans des cultures continues sur des sols pauvres et mal drainés et de trouver une alternative à une culture traditionnelle sur défriche brûlis devenue de moins en moins productive. Le troisième traite de la culture ngolo menée sur des bourrelets encadrant un trou de culture. Née de la pression démographique exercée sur une terre pauvre par des groupes de réfugiés, elle a permis à ces populations de survivre durant plus de 100 ans, mais tend aujourd’hui à disparaître.

4Pratique laborieuse mais effectivement très productive, les champs surélevés peuvent être assimilés à une forme d’intensification de l’agriculture en relation à une forte pression démographique. Les Bamileké du Cameroun cultivent toute l’année de gros billons, associés à l’agroforesterie, pour atteindre un équilibre du milieu malgré des densités de population de 150 à 300 habitants au kilomètre carré (Roose, 1994). Toutefois, la culture sur billon ou plate-forme n’augmente pas toujours la productivité des cultures comme certains auteurs (Kalu et al., 1987) l’ont montré au Nigeria. Ainsi, le maïs cultivé sur billon donne de bons résultats dans les régions basses mais pas dans les régions hautes, sans doute en raison d’une humidité insuffisante. De plus, la pression démographique n’est pas le seul facteur en cause dans l’adoption de ce mode de culture. Certaines conditions écologiques, comme l’altitude, peuvent à elles seules nécessiter une agriculture intensive. Le désir d’obtenir des tubercules de grande dimension, valorisés dans les échanges rituels et les fêtes de prestige poussent également les horticulteurs à adopter des pratiques de billonnage sophistiquées, comme nous le reverrons dans le chapitre suivant (Les buttes à ignames au Vanouatou). Au Nigeria, des billons de grande dimension ont visé autrefois à produire de gros tubercules d’ignames pour les rituels. L’augmentation de la population et une pression accrue sur les terres arables conduisent aujourd’hui les paysans à aménager des buttes de dimensions réduites plus productives par unité de surface (Hahn et al., 1987). L’acculturation et l’augmentation démographique se conjuguent dans ce cas pour transformer les pratiques agraires.

5Ce chapitre se clôt sur deux exemples de méthodes singulières utilisées pour gérer la fertilité du sol. Le premier concerne les terres noires de l’Amazonie. Il s’agit de sols anthropogéniques qui caractérisent les anciens sites de peuplement en Amazonie mais témoignent aussi d’une gestion volontaire du sol, enrichi de nutriments pour les rendre moins acides et propices à la culture. Dans le nord de l’Europe et plus particulièrement aux îles Shetland, les paysans ont utilisé leurs troupeaux pour enrichir le sol sableux et infertile. Le fumier libéré par le bétail est incorporé aux herbes et au sable pour constituer un sol de culture. C’est ce que l’on appelle les plaggen soils qui existent aujourd’hui à l’état de relique. Il existe bien d’autres méthodes de cultures destinées à gérer la fertilité des sols et celles que nous présentons ici n’en sont qu’un simple aperçu.

fiche 54. Technique et usages du billon chez les Yali de Papouasie-Occidentale (Manuel Boissière)

Nomenclature

6Deux termes se réfèrent au billon dans le vocabulaire yali : wen et esap. Wen définit le billon proprement dit, butte de forme allongée dans le sens de la pente, délimitée par des sillons ou des tranchées, peu profondes chez les Yali, davantage chez leurs voisins Dani, ou arrondies chez les Nduga. Le terme esap désigne les herbes sèches que l’on rajoute à la terre labourée pour fertiliser le billon. Les jardins faits à partir de billons sont appelés esap yabuk ou wen yabuk par les Yali (Boissière, 1999, 2003).

Localisation géographique

7Les Yali, les Dani et les Nduga sont des cultivateurs de patates douces et des éleveurs de porcs, peuplant les hautes terres de Nouvelle-Guinée en Papouasie-Occidentale. Les Yali habitent un vaste territoire de 5 000 km2 et le village de Holuwon se situe à ses marges occidentales, à 1 000 mètres d’altitude environ, au point de rencontre des rivières Heluk et Baliem. Cette dernière draine l’une des vallées les plus habitées de la région. Dans la vallée de la rivière Heluk, les reliefs de très forte pente impliquent une spécialisation des pratiques horticoles en fonction de la topographie.

Conduite technique

8Le billonnage représente l’une des cinq techniques de traitement du sol utilisées par les Yali. Lorsqu’un nouveau jardin est ouvert, on commence par construire les barrières délimitant l’espace à cultiver, puis l’herbe est coupée, les arbres abattus et, après quelques semaines d’abandon, les troncs, les branches et les broussailles sont empilés en gros tas, ou elahan, et brûlés.

9Pour la culture sur billon, les Yali ne brûlent pas toutes les herbes coupées lors de l’ouverture du jardin. Certaines sont laissées sur place, séchées au soleil pour ensuite être utilisées comme fertilisant végétal, ou esap, dans le billon. Certaines herbes, appelées saro angge (matériau mort) sont considérées comme toxiques pour les tubercules. Elles sont triées et jetées dans une rivière, ou brûlées. Souvent, pour aller plus vite et si le jardin est de petite taille, elles sont laissées à pourrir sur des pierres. Les herbes fertilisantes sont rassemblées au milieu du billon, et la terre est retournée de chaque côté de la butte avec un bâton à fouir, ou keam. Les mottes de terre, brisées à la main, sont ensuite posées sur la couche d’herbes. Si un ruisseau coule à proximité, il est drainé pour protéger les flancs du billon. La taille d’un billon est très variable : alors que sa largeur oscille de un à deux mètres environ, sa longueur peut en atteindre plus d’une dizaine sur 50 cm de haut pour les plus importants.

10Le défrichage d’un jardin et la préparation du sol sont des activités exclusivement masculines, tandis que la plantation, l’entretien et la récolte des jardins sont essentiellement pratiqués par les femmes. Dans un jardin sur terrain plat, on trouve cinq ou six billons disposés parallèlement. Lorsqu’un billon est prêt à être planté, le cultivateur sème des graines de maïs, plante des boutures de chayotte (Secchium edule, Cucurbitaceae) et désigne à sa femme les zones où elle plantera les boutures de patate douce. Ce type de jardin mettant en jeu un savoir-faire plus important que les autres, l’homme garde un contrôle sur toutes les étapes de l’ouverture jusqu’à ce que la plantation soit achevée. Les autres types de jardins, n’impliquant pas un travail de la terre aussi élaboré, sont décrits dans le tableau suivant :

La Papouasie-Occidentale, à l’ouest de la Nouvelle-Guinée, est une province indonésienne.

11L’usage des billons correspond ici non seulement à une plus grande complexité de techniques que pour les autres formes de jardins, exclusivement adaptées aux zones de plat, mais il participe aussi à la construction d’une mémoire collective en constante transformation, où de nouvelles pratiques viennent se mêler à celles plus traditionnelles de la société Yali.

12Selon les Yali, cette technique n’est utilisée que pour augmenter le rendement en tubercules ou en arachides, par retournement de la terre et apport de fertilisant. Elle ne permet pas une exploitation plus longue du jardin, comme cela a été observé chez les Wola (Sillitoe, 1996). Les jardins de Holuwon sont situés à l’étage collinéen, nul besoin, ici, d’entretenir une température constante, peu de variations intervenant à l’intérieur du billon, et permettant la culture de patate douce à haute altitude, comme cela a été observé chez les Raiapu Enga des hautes montagnes centrales de Papouasie-Nouvelle-Guinée (Waddell, 1972).

13Cette technique semble avoir été intégrée aux cycles agricoles traditionnels où alternent une phase d’exploitation des jardins ne dépassant pas deux ans et une période d’abandon des cultures pouvant atteindre 15 ans ou plus. À court terme et compte tenu des reliefs importants de la région de Holuwon, le billon, adapté uniquement aux terrains plats, ne semble pas devoir prendre une place prédominante dans le système technique.

Histoire et société

14En 9 000 ans de pratiques agricoles en Nouvelle-Guinée (Golson, 1989), de nombreuses techniques ont été développées permettant une grande diversité des modes de production dans les jardins, pour lesquels des seuils d’intensification ont pu être observés. Les Dani (Purwanto, 1997) donnent un exemple de la complexité et de la diversité de la technique du billon, qui met en jeu des pratiques comme le drainage ou l’apport de fertilisants. Elle semble toutefois être d’introduction récente chez les Yali de Holuwon. Cette technique est utilisée uniquement sur terrain plat, essentiellement pour la culture de la patate douce et de l’arachide, et n’affecte pas le cycle agricole Yali. Elle pourrait être originaire des voisins Dani ou d’autres populations Yali, en provenance du village voisin de Ninia, situé plus en altitude.

15Les Yali appartiennent à la même famille linguistique que les Dani et n’en diffèrent qu’au niveau de la sous-famille, celle des Ngalik Nduga (Silzer et Clouse, 1991). Le premier contact entre les Yali et les Européens n’a eu lieu qu’en 1961, lors de la création de la mission d’Angguruk par S. Zöllner et W.H. Vriend (Zöllner, 1988). Les Yali de Holuwon disent justement descendre de ceux d’Angguruk lesquels, après une longue migration et de multiples péripéties, auraient atteint les villages de Ninia en amont et de Holuwon.

La technique du billon des Yali consiste à retourner la terre sur des herbes fertilisantes.

16De nos jours, les liaisons aériennes entre Holuwon et la ville voisine de Wamena sont pratiquement hebdomadaires, et de plus en plus d’enfants font leurs études dans la capitale du district. Du fait de cette ouverture sur la ville, les rapports sociaux et les pratiques agricoles sont en cours de transformation, sans que cela entraîne de véritable rupture avec les pratiques traditionnelles.

Références

17Boissière, 1999 a, 1999 b ; Boissière, 2003 ; Golson, 1989 ; Purwanto, 1997 ; Sillitoe, 1996 ; Silzer et Clouse, 1991 ; Waddell, 1972 ; Zöllner, 1988.

La culture sur billon dans un jardin yali. Chaque billon, ou wen, est délimité par deux sillons, source de terre lors de la fabrication du billon et servant à l’évacuation de l’eau de pluie.

Un cultivateur retourne de la terre avec un bâton à fouir, keam, sur du fertilisant végétal, ou esap, pour en faire un billon (Papouasie-Occidentale).

fiche 55. Les buttes enrichies de Zambie

Nomenclature

18La butte est une forme de champ surélevé et se présente comme un monticule plus ou moins haut sur lequel les plantes sont cultivées. Cette technique, comme celle des planches surélevées, est répandue en Afrique tropicale et s’adresse principalement à la culture des tubercules. L’exemple choisi parmi de nombreux autres est pris en Zambie chez les Mambwe (Stromgaard, 1990).

Localisation géographique

19En Afrique, la culture sur butte est particulièrement importante au Nigeria, en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Congo et en Zambie. On la retrouve en Tanzanie. Elle est également l’une des caractéristiques de l’agriculture en Papouasie Nouvelle-Guinée et, plus généralement, en Mélanésie.

20Sur les hauts plateaux de Zambie, près de Mbala, les buttes sont aménagées autour des villages. La région, située à 1 500 mètres d’altitude, se présente comme un vaste plateau entrecoupé de cuvettes mal drainées, les dambo. Elle jouit d’un climat tempéré d’altitude. Les pluies surviennent de novembre à mars, atteignant de 1 000 à 1 400 mm par an. Les sols sablo-argileux (ferralsols) sont pauvres en matières organiques et souvent mal drainés. La population est relativement dense.

Conduite technique

21La réalisation des buttes se fait de préférence sur des terrains qui entourent les villages et parfois sur les terres de défriche brûlis, après les dernières récoltes. En novembre, en début de saison des pluies, un groupe d’hommes commence par désherber la parcelle en laissant l’herbe sur place. Les hommes se disposent ensuite en plusieurs lignes parallèles, face à la faible pente, puis reculent lentement en jetant alternativement à droite et à gauche des pelletées de terre mêlée d’herbe, aux mêmes endroits que leurs voisins. Lorsque toutes les lignes sont passées, des monticules circulaires sont formés, plus ou moins disposés en lignes de niveau. Un deuxième passage permet d’accumuler sur ces tas de nouvelles pelletées de terre et d’enterrer le matériel végétal précédemment entassé. La butte (fundikila) est définitivement formée. On y laisse délibérément repousser l’herbe jusqu’à la fin de la saison des pluies. En mars, au début de la saison sèche, on désherbe les monticules en jetant l’herbe au sol où elle pourrit. Des haricots, des arachides et du manioc sont alors plantés sur les buttes. Après la récolte en juillet, les monticules sont éparpillés sur le sol enrichi par les herbes préalablement abandonnées et par les résidus de légumineuses. En début de saison des pluies, on cultive alors le mil (Eleusine coracane), le sorgho (Sorghum vulgare) ou le maïs (Zea mays) sur cette terre fertilisée et ce sol devenu plat. L’année suivante, les légumineuses sont à nouveau cultivées sur des buttes entre lesquelles on conserve quelques mils et un peu de manioc. Puis le cycle est reproduit deux années de suite avant de laisser la parcelle au repos. La céréaliculture à plat profite des matières organiques et de l’azote des légumineuses cultivées sur les buttes mais ces dernières ont aussi pour fonction de lutter contre le mauvais drainage du sol. Les racines des plantes sont exondées et les ruissellements s’écoulent entre les rangs de monticules.

22La technique utilisée sur les hauts plateaux de Tanzanie est similaire (Lunan, 1950) et alterne la culture du mil sur sol plat et la culture de légumineuses sur butte. Après avoir désherbé les champs et formé de petits tas d’herbe, les paysans empilent des mottes de terre retournées, confectionnant des monticules d’un mètre de diamètre et de 70 centimètres de hauteur. Un homme seul peut élever en une journée une centaine de buttes espacées de 40 à 50 centimètres. Après la récolte et le début des pluies, les buttes sont détruites et étalées sur le champ. La culture à plat commence.

Histoire et société

23Cette agriculture performante quant à la gestion de la fertilité est conduite depuis une centaine d’années par les Mambwe, parallèlement à l’agriculture sur défriche brûlis. Cette dernière, traditionnelle et majeure, est devenue de plus en plus difficile à mener dans un contexte de croissance démographique accompagnée d’une accélération de la déforestation et d’un appauvrissement des terres. Les jardins de case jouent un rôle accru et la pratique de la culture sur buttes se développe autour des villages ou sur les champs en fin de cycle cultural, de façon à concentrer le sol fertile. Cette technique agricole fondée sur la rotation entre céréales et légumineuses et sur la pratique des buttes enrichies est un bon exemple des méthodes d’enrichissement ou de conservation des sols. Néanmoins, elle réclame une grande main-d’œuvre alors que la migration des jeunes vers la ville se poursuit. Une mécanisation partielle est possible à condition qu’elle ne perturbe pas l’usage traditionnel des terres et l’élévation des buttes.

Les hauts plateaux de Zambie, près du lac Tanganyika où sont aménagés les billons.

Références

24Denevan et Turner, 1974 ; Lunan, 1950 ; Stromgaard, 1990.

fiche 56. Les champs ngolo des Matengo

Nomenclature

25Les Matengo résident dans les montagnes du même nom situées au sud de la Tanzanie. Ils pratiquent un système de culture sur micro-cuvettes et billons cloisonnés, qu’ils appellent ingolu ou ngoro ou ngolo (trou dans la langue locale dérivée du Bantou). On la retrouve sous l’appellation trous matengo dans la littérature spécialisée. Sa fonction principale, dans ces zones montagneuses, est de freiner l’érosion du sol par les fortes pluies. De la matière organique végétale est également incorporée aux billons.

Localisation géographique

26Cette technique traditionnelle est pratiquée par les populations résidant dans les monts Matengo au sud de la Tanzanie (district de Mbinga). C’est une région aux pentes prononcées, s’élevant entre 900 m et 1 700 m d’altitude au nord-est du lac Nyasa. Les Matengo occupent la partie ouest de cette région, sur la partie haute des montagnes. La densité de population avoisine 100 ha/km2. Le climat tropical tempéré alterne des pluies d’hiver (1 200 mm par an) et des étés secs. Toutefois, les pluies sont erratiques et surviennent en violents orages qui érodent les terres.

Conduite technique

27La culture ngolo s’établit généralement sur des pentes de 5° à 30°. En mars, à la fin de la saison des pluies, la végétation est composée d’herbes hautes (Conyza sumatrensis et Nidorella resedifolia principalement) que les Matengo ont laissé pousser intentionnellement alors que partout ailleurs on profite des pluies pour cultiver le maïs et le haricot. Les hommes coupent l’herbe au ras du sol et la laisse sécher une semaine ou deux. Les résidus végétaux secs sont alors utilisés pour tracer des parcelles carrées de petite dimension (1,5 à 2 m de côté) sur toute la surface de la parcelle. L’excédent de végétaux est ensuite brûlé. À l’intérieur de ces carrés, le sol est creusé par les femmes qui jettent la terre recueillie sur les lignes de végétaux de façon à former une grille de bourrelets épais. Seul le sol superficiel, noir et fertile, doit être amassé sur les lignes, aussi les femmes arrêtent de creuser dès que le sous-sol rougeâtre apparaît. Les billons horizontaux perpendiculaires à la pente, sont construits plus solidement que les billons verticaux de façon à mieux retenir les ruissellements. La hauteur d’un billon est de 15 à 20 cm. La taille moyenne d’un champ est de 0,7 hectare et il contient environ 1°500 trous encadrés de leurs bourrelets. On plante sur les bourrelets des haricots (Phaseolus vulgaris) récoltés en juin ou juillet qui sont remplacés par du maïs au début de la saison pluvieuse suivante, cette fois sur les bourrelets horizontaux. Entre les deux, la terre est laissée au repos. Durant deux à trois ans, la parcelle est cultivée de la même façon, en alternant les haricots et le maïs durant la même saison culturale. À chaque début de cycle haricot/maïs les trous sont alternés par rapport à la saison précédente, c’est-à-dire qu’ils sont creusés là où l’année précédente les bourrelets étaient situés. Dès que le rendement du maïs diminue, la totalité de la parcelle est mise en jachère durant cinq ans environ avant d’être à nouveau cultivée. La fonction principale des trous ngolo est de freiner la forte érosion du sol par les pluies, de maintenir la fertilité de la terre et de retenir les ruissellements. Les cultures profitent à la fois de la décomposition des débris végétaux enterrés et de l’eau accumulée dans les cuvettes. Mais il faut plus de 100 heures de travail par hectare pour établir une parcelle ngolo.

La région des Matengo où la culture ngolo est pratiquée.

Histoire et société

28La méthode de culture ngolo a été mise au point il y a plusieurs centaines d’années. À la fin du xixe siècle, les peuples Ngoni ont envahi le sud de la Tanzanie et ont chassé les autochtones vers le Ruvuma et les monts Matengo. Les premiers sont devenus les Ndendeule, les seconds ont inventé la culture en trous ngolo (ou matengo) pour survivre dans une région accidentée et inhospitalière. Fondée sur le contrôle de l’érosion et le maintien de la fertilité du sol, la technique a permis aux communautés réfugiées de maintenir leur production agricole pendant plus de 100 ans. Traditionnellement non hiérarchisée, la société matengo a dû néanmoins s’organiser en royaume pour mieux lutter contre les envahisseurs Ngoni.

29Aujourd’hui, la culture en trous ngolo se pratique entre 100 et 600 m d’altitude sur des unités de terre familiales nommées ntambo, qui s’étagent d’une petite vallée jusqu’au sommet de la montagne, donnant accès à différents systèmes écologiques. Les champs se situent juste au-dessous des plantations de café. Plus en amont sur la pente, la végétation naturelle arborée est conservée ; en aval vers les cours d’eau, on cultive des légumes et des bananes. Les champs ngolo et leurs cultures de plantes majeures sont donc au centre de la parcelle ntambo et occupent près de 20°000 hectares. Ce mode de culture reste fondé sur une bonne connaissance de la technique d’aménagement des cuvettes qui suit une stricte répartition sexuelle du travail. Les hommes désherbent et arrangent les bourrelets, les femmes creusent et cultivent. Les trous se faisaient autrefois au bâton à fouir, mais aujourd’hui on utilise la bêche. La construction des trous et des bourrelets est une marque culturelle importante chez les Matengo et les femmes se doivent d’apprendre puis de transmettre à leurs filles la meilleure façon de faire les ngolo. Actuellement, la durée de la jachère diminue sous la pression démographique et la main-d’œuvre embauchée pour aménager les parcelles n’apporte pas le même soin que les femmes à la confection des trous. Les jeunes filles scolarisées n’apprennent plus la technique, comme le faisaient autrefois leurs mères. Enfin, le développement de la culture du café entraîne une progressive désaffection de la culture des haricots et du maïs et donc une diminution des parcelles à ngolo. Tout cela, lié à une immigration importante tend à faire disparaître ce mode de culture.

Le quadrillage des bourrelets de terre centrés sur une petite cuvette dans les parcelles ngolo (adapté de Kato, 2001).

30Cette agriculture, née sous une pression démographique forte, est alors abandonnée pour des modes d’agriculture plus extensifs, dès que les communautés migrent dans des zones moins peuplées. Localement, des modes de cultures sur banquettes en courbes de niveau, plus faciles à réaliser, se développent depuis quelques décennies.

Références

31Allan, 1965 ; Basehart, 1973 ; Critchely et al., 1994 ; Itani, 1998 ; Kato, 2001 ; Matte, www.tzonline.org/pdf/changeandstabilityintheindigenousfarming.pdf ; Pike, 1938 ; Stromgaard, 1990.

fiche 57. Les Terres Noires des Indiens en Amazonie1 (Dirse Clara Kern et Nestor Kämpf)

Nomenclature

32Les Terres Noires sont des sols anthropogéniques, c’est-à-dire des sols dont les caractéristiques originelles ont été modifiées par les activités humaines. En raison de la coloration foncée de leur horizon superficiel, ils sont connus sous l’appellation de terre noire (terra preta), terre noire de l’Indien (terra preta de índio), terre noire anthropogénique (terra preta antropogênica) ou archéologique (terra preta arqueológica), ou encore sous un terme moins divulgué, celui de terre mulâtre (terra mulata).

33L’expression générique de terres sombres (dark earths ou Amazonian dark earths) a été proposée pour mieux refléter la diversité des colorations de ces terres (Woods et al., 1999 et Lehmann et al., 2003) mais il ne faut néanmoins pas oublier que l’expression terra preta est fortement enracinée dans le vocabulaire amazonien. De plus, cette notion de terras pretas prend efficacement le contre-pied des discours sur une Amazonie peu touchée par l’action humaine en raison des contraintes imposées par des sols pauvres et acides.

34Les populations amazoniennes connaissent bien ces taches de terra preta (ou TP) à fertilité élevée, bien différentes des sols naturels environnants, en général acides et pauvres en nutriments, et elles les mettent à profit pour l’agriculture, mais ce n’est que récemment que l’origine des sols dits de terre noire qui apparaissent sous forme de taches d’extension variable en Amazonie a pu être en partie élucidée.

35Les TP sont des lieux d’habitat de populations préhistoriques ; leur couleur obscure est due principalement à la présence de matière organique décomposée provenant des charbons des foyers domestiques ou du brûlis de la végétation pour l’ouverture d’abattis. Leurs teneurs élevées en carbone organique, phosphore, calcium et magnésium résultent de l’accumulation de cendres, de déchets alimentaires (poissons, coquillages, gibier) et de déjections humaines, d’où cette fertilité significativement supérieure à celles des autres sols amazoniens (Rodrigues, 1996 ; Kern et Kämpf, 1989 ; Woods et al., 1999 ; McCann et al., 2001 ; Lima et al., 2002). Les zones de TP peuvent être auréolées de sols de couleur plus claire, brun cendré, avec aussi une haute teneur en carbone organique mais des teneurs en phosphore et calcium plus faibles et peu, ou pas de restes archélogiques. Ces sols sont différents de ceux non perturbés adjacents et leur existence est interprétée comme résultant de la pratique d’une agriculture permanente ou semi-permanente. Il s’agit des terras mulatas (TM) (Sombroek, 1966). Ce sont des apports organiques qui leur auraient donné cette teinte. Ces TM matérialisent probablement d’anciennes zones agricoles situées en périphérie des zones d’habitation identifiées par la présence de TP (Andrade, 1986 ; Mora et al., 1991 ; Woods et al., 2000 ; McCann et al., 2001).

Localisation géographique

36L’Amazonie est souvent perçue comme un ensemble homogène, soumis à une forte pluviométrie et des températures élevées, couvert d’une forêt tropicale dense sur des sols acides et pauvres en nutriments. En réalité, il existe une grande diversité de situations environnementales et climatiques qui se reflètent dans la végétation, les types et les propriétés des sols (Sombroek, 2000).

37Des sites archéologiques à TP ont été identifiés dans les trente-trois écorégions différenciées en Amazonie ainsi que dans les régions marquées par la présence de fleuves d’eaux blanches, noires ou claires qui constituent également trois grandes unités écologiques (Capobianco et al., 2001 et Sioli, 1984). Les sites sont en général situés à proximité des cours d’eau, dans des várzeas (terres inondables), les élévations adjacentes ou plus à l’intérieur des terres, dans les zones de terre ferme. Dans ces dernières, les zones de TP sont éparpillées et ne dépassent pas en général un hectare ; le long des fleuves et dans les interfluves elles peuvent atteindre des centaines d’hectares (Kämpf et al., 2003). On a localisé de nombreux sites archéologiques sur les rives de fleuves d’eaux blanches comme le Purus, le Madeira, le Juruá, le Solimões, ou encore l’Amazone ; on les trouve aussi près de fleuves d’eaux claires comme le Trombetas, le Tapajós et le Mapuera ou d’eaux noires comme le Urubu, le Caxiuanã, le Mapuá ou le Rio Negro (Kern et al., 2003). Le choix de ces lieux d’habitation répondait, en règle générale, à plusieurs conditions : celle d’un accès aux ressources de différents environnements écologiques et celle d’un contrôle, par une bonne visibilité, des voies d’accès (German, 2004).

Carte de distribution de la présence des taches de Terres Noires en Amazonie (rectangles et triangles rouges) connues à l’heure actuelle.

Profil de sol au site Bom Jesus 8, Município de Bom Jesus (Tocantins, État de Pará).

38Ces TP se retrouvent aussi en Colombie, Équateur, Guyane, Pérou et Venezuela. Certains auteurs (Sombroek et al., 2003) estiment que les TP recouvrent de 6 000 à 18 000 km2 du bassin amazonien, soit de 0,1 à 0,3 % de ses six millions de kilomètres carrés. On les trouve aussi bien dans des zones de ferralsols, d’acrisols, d’arenosols, de spodosols ou d’autres types de sols. Ils sont néanmoins plus fréquents dans les deux premières classes citées qui, elles-mêmes, couvrent près de 70 % de l’Amazonie (Rodrigues, 1996). Le type d’environnement pédologique ne semble donc pas avoir été un élément déterminant pour l’établissement des populations.

Conduite technique

Les caractéristiques des Terres Noires

  • 2 T = (Ca + Mg + K + Na + (Al + H)) ; V = (S/T) x 100, S = (Ca + Mg + K + Na)

39Selon le modèle d’occupation de la (ou des) communauté(s) préhistorique(s), les caractéristiques morphologiques, physiques et chimiques des TP varient à l’échelle de chaque site et entre les sites. Les TP sont en général des sols bien drainés, profonds avec une texture allant de sableuse à très argileuse, avec un horizon A plus sombre et plus épais que dans les sols voisins. Le pH y est aussi plus élevé que dans les autres ferralsols et acrisols amazoniens tout comme les teneurs en carbone organique, phosphore disponible, calcium et magnésium, la valeur de la capacité d’échange cationique (T) et celle de saturation par les bases (V)2. L’horizon A présente aussi des teneurs en micronutriments comme le zinc et le manganèse plus élevées que dans les horizons subjacents et que dans les sols non anthropogéniques de terre ferme (Kern et Kämpf, 1989 ; Kern et al., 1997 ; Lima et al., 2002).

La formation des Terres Noires

40La présence d’artefacts, os, coquillages, charbons ou autres résidus d’origine domestique dans les profils pédologiques indique que les TP sont des zones d’occupation humaine et vraisemblablement d’agriculture. Les matériaux qui ont probablement le plus contribué, à la fois en quantité et en qualité, à la formation de leur matière organique sont le charbon et des déchets d’aliments, en particulier du poisson qui a une forte teneur en calcium et phosphore. La présence de nombreux tessons de céramiques dans les TP suggère qu’ils ont pu se former dans des zones dévolues aux déchets, en général situées à l’arrière des habitations.

41La formation des TP peut être associée à la préparation des aliments (résidus de foyers, restes de gibier ou de poissons, fruits, récipients, etc.), aux déjections humaines, à des résidus de matériaux de construction (palmes ou autres matériaux) et à diverses autres activités (Neves et al., 2004). La préparation des aliments et le brûlage continu des déchets ont probablement constitué, par leur combustion partielle, une source importante de matériaux organiques. Les récipients de cuisson présentent fréquemment une forte teneur en phosphore en raison de leur usage pour la préparation d’aliments comme le poisson (Costa et al., 2003). Les feuilles de palmiers employées pour la couverture des habitations et périodiquement renouvelées ont pu aussi être une source importante de potassium, calcium, magnésium, zinc et manganèse dans les TP (Kern et al., 1999).

Dégagement d’une superficie de terre noire au site Bom Jesus 8.

42Les caractéristiques morphologiques et chimiques de certains TM permettent de penser qu’ils résultent des activités agricoles ou même d’une gestion volontaire du sol (Woods et Mc Cann, 1999 et McCann et al., 2001). En effet, l’existence d’importantes agglomérations en Amazonie a dû être sous-tendue par une agriculture relativement productive aux caractéristiques fort différentes de l’actuel système d’agriculture sur brûlis qui repose sur une période de jachère prolongée. On peut formuler l’hypothèse que la mise en culture de sols de terre ferme à faible fertilité chimique (ferralsols ou acrisols) a été rendue possible par l’adjonction en quantités significatives de nutriments probablement issus de matériaux organiques. La formation intentionnelle des TM par une gestion appropriée du sol demande néanmoins à être encore élucidée.

Histoire et société

43La région des basses terres inondables amazoniennes, celle des várzeas, porte les traces sur environ 2 000 ans d’une forte occupation humaine, plus intense que lors des périodes antérieures. Celle-ci s’est maintenue jusqu’à l’arrivée des Européens aux xvie et xviie siècles (Roosevelt, 1994). Les données ethnohistoriques et archéologiques attestent de la présence de sociétés complexes pratiquant une agriculture intensive et résidant sur des noyaux de population établis selon un modèle urbain (Roosevelt, 1991 et Heckenberger et al., 1999). Le développement de cette agriculture intensive préhistorique aurait été en partie permis par les apports d’alluvions lors des crues annuelles, caractéristiques des várzeas. De plus, les terrasses situées au-dessus du niveau d’inondation, aux sols naturellement acides et peu fertiles, auraient aussi été utilisées comme habitat et comme terres agricoles de culture permanente ou semi-permanente ce qui aurait mené à la formation de TP (Denevan, 2001).

Limite de la várzea (plaine d’inondation) Lagoa Grande de Curuai et du cours de l’Amazone en crue.

44Les données archéologiques suggèrent que les TP se sont formés entre 1 000 et 2 000 ans avant l’arrivée des Européens en Amazonie. Selon A. Roosevelt (1991), ce sont des peuples collecteurs et horticulteurs qui auraient initié leur formation il y a 3 000 ans, environ un millénaire avant la phase d’une agriculture plus intensive. Les caractéristiques des TP reflètent les modalités d’occupation. Ainsi, leur coloration sombre ou leur épaisseur a pu être mise en relation avec la durée de l’occupation du site ou la densité de la population (Smith, 1980). Les variations locales de l’épaisseur des sols peuvent être corrélées au type d’activité : préparation des aliments, cycles agricoles et gestion des déchets organiques (Kern, 1988, 1996 ; Mora et al., 1991).

45Les faibles taux de minéralisation du carbone ainsi que les faibles pertes de nutriments par lessivage ont contribué au maintien de ces TP pendant plusieurs siècles (Glaser et al., 2003 ;

46Lehmann et al., 2003). La formation des TP s’est interrompue avec le déclin rapide de la population amérindienne, lors de la colonisation européenne, en raison des épidémies et de l’esclavage (Denevan, 2001). Les populations arrivées en Amazonie lors des derniers siècles ont valorisé et utilisent ces sols à des fins agricoles. Leur utilisation se poursuit aujourd’hui mais les modes actuels de gestion des sols entraînent souvent leur dégradation avec la perte de nutriments et l’érosion de l’horizon A. Les TP sont encore utilisées par les populations riveraines des grands fleuves pour leur agriculture de subsistance fondée sur le manioc, le maïs et les haricots mais aussi comme lieux d’habitation. Elles sont de plus cultivées à des fins commerciales pour la production de papayes et de bananes ou pour la plantation de gazon pour les jardins. Elles sont aussi vendues comme « terres de jardin » dans les centres urbains.

47La présence de sol de terra preta et de terra mulata sur de grandes surfaces est un marqueur de l’existence, dans l’Amazonie préhistorique, de groupes amérindiens importants et stables qui avaient construit des systèmes agricoles durables. La connaissance des techniques mises en œuvre permettrait de réorienter les pratiques actuelles des agriculteurs vers une meilleure gestion des sols de faible fertilité et à faible capacité de production.

Références

48Andrade, 1986 ; Capobianco et al., 2001 ; Costa et al., 2003 ; Denevan, 2001 ; German, 2004 ; Glaser et al., 2003 ; Heckenberger et al., 1999 ; Kämpf et al., 2003 ; Kern, 1988, 1996 ; Kern et Kämpf, 1989 ; Kern et al., 1997 ; Kern et al., 1999 ; Kern et al., 2003 ; Lehmann et al., 2003 ; Lehmann et al., 2003 ; Lima et al., 2002 ; McCann et al., 2001 ; Mora et al., 1991 ; Neves et al., 2004 ; Ranzani et al., 1970 ; Rodrigues, 1996 ; Roosevelt, 1991, 1994 ; Sioli, 1984 ; Smith, 1980 ; Sombroek, 1966, 2000 ; Sombroek et al., 2003 ; Woods et McCann, 1999 ; Woods et al., 2000.

fiche 58. Les plaggen soils des îles Shetland

Nomenclature

49Les plaggen soils (de l’allemand plaggen : couper une motte de terre) sont des sols artificiels (anthrosol, du grec anthropos : homme), résultant de l’accumulation au même endroit de terres enrichies d’engrais animaux. Ce sont des sols anciens profondément remaniés par l’homme et dont l’épaisseur est en général supérieure à celle des terres environnantes, ce qui permet de les repérer. On les nomme plaggen’oden en allemand et plaggengronden en Belgique. Ils représentent un type d’anthrosols associés aux arénosols et podzols dans les régions périglaciaires de l’Europe.

Localisation géographique

50Ils couvrent près de 500 000 hectares dans le nord-ouest de l’Europe, sur des sols sableux périglaciaires. Ils sont présents aux îles Shetland et Orcades ainsi que dans quelques sites écossais, au Danemark, aux Pays-Bas et en Belgique et dans le nord de l’Allemagne. Ils s’inscrivent dans des territoires où les activités agropastorales ont été importantes. D’une façon générale, les anthrosols signent la présence continue de l’homme, durant longtemps et au même endroit. On les retrouve dans le monde entier, sur de petites surfaces, partout où l’homme a fertilisé la terre de façon prolongée, avec des détritus domestiques ou du fumier. Ce sont, pour la plupart, des sols fossiles.

Conduite technique

51Les plaggen soils ont été générés par un très long processus de fertilisation qui emploie un mélange de terre, de matières végétales et de fumier, étalé sur un sol sableux et pauvre. Ce matériel est obtenu de la façon suivante : le bétail, gardé en étable la nuit et durant l’hiver, repose sur une litière faite de mottes de gazon et de bruyères, de feuilles sèches préalablement coupées et collectées ou de tourbe ; lorsque la litière est fortement souillée on la remplace par une nouvelle couche de matière végétale, l’ancienne étant mise en compost. On peut aussi, plus simplement, ajouter une couche propre à l’ancienne. Les litières souillées par les excréments animaux sont ensuite étalées sur des champs de culture et mélangées au sol. On utilise de la même façon les cendres obtenues en brûlant la tourbe pour se chauffer, les résidus de cuisine et les algues collectées sur le rivage, particulièrement abondantes après les orages. Au fil des ans, l’épaisseur du sol ainsi formé augmente et atteint plus d’un mètre. Il existe plusieurs variantes dans la façon d’obtenir un plaggen soil. Par exemple, on peut laisser les moutons paître plusieurs années sur des pâturages tourbeux. On ajoute alors, sur la surface de la parcelle, des algues ou autre matière végétale fraîche, puis on découpe et retourne les mottes de tourbe jusqu’à obtenir un sol enrichi. Ces sols ont de bonnes caractéristiques physiques. Leur couleur varie du noir, quand de la bruyère a été utilisée comme fertilisant, au brun. Ils sont bien drainés et fertiles, favorisent le développement des systèmes racinaires des plantes et retiennent l’humidité. Ils sont acides (pH = 4), riches en phosphate (plus de 100 mg P2O5 pour 100 g de terre) et présentent un taux de carbone/azote (C/N) élevé (18-22). Mais, le prélèvement de la tourbe ou des amas de bruyère dénude ailleurs des portions de sol qui deviennent rapidement érodées et totalement incultes.

52Sur ces sols artificiels enrichis les paysans ont cultivé au prix d’un travail intense l’orge, le seigle et l’avoine. La production atteignait près de 1 000 kg à l’hectare, c’est-à-dire cinq fois moins que des champs recevant aujourd’hui des fertilisants chimiques. On les utilise actuellement pour cultiver des pommes de terre, de la betterave et du fourrage ou pour implanter des pépinières d’arbres.

Histoire et société

53Cette agriculture a été menée dans le nord de l’Europe dès le xiie siècle et jusqu’au début du xixe siècle, avant l’introduction des fertilisants chimiques. En Écosse, elle a été introduite au xiie siècle par des moines néerlandais mais des recherches récentes3 suggèrent qu’elle a été menée bien avant. On retrouve d’ailleurs des vestiges de fertilisation par engrais naturel sur les champs celtiques (celtic fields) datant de l’âge du fer (Spek et al., 2003). C’est une agriculture de subsistance qui associe nécessairement l’élevage, pour la fourniture du fumier, et la culture de céréales sur de petites parcelles préparées. Dans ces régions nordiques, les villages et les terres de culture étaient entourés par une large muraille, les pâturages se trouvant à l’extérieur. Si bien que l’accumulation continuelle de terre enrichie de fumier s’est faite sur les mêmes parcelles clôturées durant près de 1 000 ans, sans grands changements dans les pratiques agricoles. L’introduction de la pomme de terre et l’augmentation de la population à la fin du xviiie siècle furent suivies d’un déclin démographique et de l’abandon progressif de ce mode d’agriculture à la fin du xixe siècle, bien qu’il ait persisté jusque dans les années 1960 dans les îles les plus isolées d’Écosse. Il a permis de cultiver des sols sableux et pauvres qui réclament une fertilisation continue pour assurer une bonne productivité. L’utilisation de fumier animal a pu être développée en réponse à une diminution des quantités d’algues collectées sur la plage, algues que les paysans ont tout d’abord utilisées comme fertilisant.

Présents essentiellement dans le nord de l’Europe, les plaggen soils sont des terres fortement anthropisées.

Références

54Adderley et al., 2000 ; Bull et al., 1999 ; Davidson et Carter, 1998 ; Dercon et al., 2005 ; Pape, 1970 ; Simpson, 1997 ; Simpson et al., 1998 ; Spek, 1992 ; Spek et al., 2003.

Notes

1 Nous remercions Laure Emperaire, IRD, pour la traduction du texte portugais et A. Durán Coirolo, MPEG, pour sa révision.

2 T = (Ca + Mg + K + Na + (Al + H)) ; V = (S/T) x 100, S = (Ca + Mg + K + Na)

3 http://www.rdg.ac.uk/archaeology/Research/Geoarchaeology/Plaggen_soils.htm

Table des illustrations

Légende Billons d’ignames sur la côte Est de Nouvelle-Calédonie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende La Papouasie-Occidentale, à l’ouest de la Nouvelle-Guinée, est une province indonésienne.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Légende La technique du billon des Yali consiste à retourner la terre sur des herbes fertilisantes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2870/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende La culture sur billon dans un jardin yali. Chaque billon, ou wen, est délimité par deux sillons, source de terre lors de la fabrication du billon et servant à l’évacuation de l’eau de pluie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2870/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Légende Un cultivateur retourne de la terre avec un bâton à fouir, keam, sur du fertilisant végétal, ou esap, pour en faire un billon (Papouasie-Occidentale).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2870/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
Légende Les hauts plateaux de Zambie, près du lac Tanganyika où sont aménagés les billons.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2870/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende La région des Matengo où la culture ngolo est pratiquée.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2870/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Le quadrillage des bourrelets de terre centrés sur une petite cuvette dans les parcelles ngolo (adapté de Kato, 2001).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2870/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Carte de distribution de la présence des taches de Terres Noires en Amazonie (rectangles et triangles rouges) connues à l’heure actuelle.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2870/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Profil de sol au site Bom Jesus 8, Município de Bom Jesus (Tocantins, État de Pará).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2870/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Légende Dégagement d’une superficie de terre noire au site Bom Jesus 8.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2870/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Limite de la várzea (plaine d’inondation) Lagoa Grande de Curuai et du cours de l’Amazone en crue.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2870/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1019k
Légende Présents essentiellement dans le nord de l’Europe, les plaggen soils sont des terres fortement anthropisées.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2870/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 347k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540