Version classiqueVersion mobile

Agricultures singulières

 | 
Éric Mollard
, 
Annie Walter

Partie 3. Irriguer, fertiliser et planter

Chapitre 9. L’irrigation et ses fonctions annexes

Texte intégral

Arrosage de l’oignon au Burkina Faso.

1L’usage du terme irrigation, d’origine savante, a été popularisé au début du siècle (Marzouk, 1989), époque où les grands équipements hydrauliques se sont développés pour combler les pénuries d’eau, permettre l’intensification de l’agriculture et engendrer une nouvelle révolution agricole. La diffusion du mot « irrigation » a occulté la variété des « arrosements » et « baignages » antérieurs, ainsi que les innombrables dénominations des canaux : beseau, échaux, égayement, filiole, naville et autre rigolet (Lachiver, 1997), l’oubli terminologique accompagnant parfois la marginalisation des technologies locales. En réalité, le transfert d’eau en vue de satisfaire les besoins de la plante n’est qu’une des formes prises par les nombreux rapports qu’une terre entretient avec l’eau. Elle est l’objet de techniques de transfert avec ou sans canalisations. Au sens large, l’irrigation peut inclure des techniques non hydrauliques comme le terrassement pour forcer l’infiltration de la pluie ou le positionnement d’une parcelle sur une nappe souterraine ainsi que toutes les opérations où elle est un auxiliaire qui facilite les tâches agricoles. Ces fonctions singulières conduisent à revenir à la variété des usages et à élargir la définition de l’irrigation à l’ensemble des manipulations d’un écoulement, entreprises au bénéfice d’une parcelle cultivée quelles que soient la fonction visée et les modalités techniques utilisées (Denevan, 1980). Les eaux d’irrigation sont maîtrisées au moyen de puits, de galeries drainantes, de canaux, de bassins et de réservoirs auxquels il faut ajouter les structures de collecte des ruissellements.

2L’eau, au même titre que la température, participe à la vitesse de minéralisation de la matière organique, à la structuration du sol, au résultat des façons culturales. À une autre échelle, les submersions rechargent les aquifères, contribuent à la dépollution, écrêtent les crues, dessalent le sol et fixent les sédiments qui obstruent barrages et canaux. Par conséquent, l’agriculteur ne se contente pas de remplir la réserve hydrique du sol et, quand il le fait, ce n’est pas seulement pour satisfaire les besoins immédiats de la plante. Néanmoins, ces besoins sont prédominants et la manière la plus simple de les satisfaire, là où les pluies sont insuffisantes ou irrégulières, est de cultiver sur une terre humide : sur les berges exondées après les crues, dans les cuvettes ou les bas-fonds. Une façon, certes laborieuse, d’irriguer les cultures est l’arrosage à la main, pratiqué dans le monde entier et à toutes les époques, sous une forme ou sous une autre, dans les petits jardins domestiques. Il a été mené par les Indiens pauvres des Andes qui, n’ayant pas de droits sur l’eau d’irrigation acheminée par canal, étaient autorisés à puiser l’eau à l’aide de jarres (Knapp, 1991). Mais la technique d’irrigation au pot s’est aussi développée selon deux voies. La première consiste à creuser au milieu des parcelles de petits puits à partir desquels on recueille, à l’aide de cruches en poterie ou en bois, l’eau d’arrosage déversée manuellement sur les plantes cultivées. L’un des exemples les mieux documentés de ce type de culture est celui décrit par A. Kirkby dans la vallée d’Oaxaca au Mexique (Kirkby, 1973). Il a été choisi pour illustrer ici ce mode de culture laborieux mais efficace (Irrigation au pot à Oaxaca. Les puits « itinérants » au nord du Ghana). La seconde, fréquente à l’époque romaine, consiste à enterrer des pots aux parois poreuses, au pied même des plantes à irriguer. L’ouverture des jarres affleure à la surface du sol permettant leur remplissage régulier. Cette technique a fait de nos jours l’objet de plusieurs études et elle est développée par les projets de développement rural. Les jarres sont parfois remplacées par des pots aux parois perforées ou par des tuyaux en poterie.

3À côté de ces méthodes simples, les sociétés ont mis au point des systèmes d’irrigation reposant sur un transfert d’eau canalisée à partir d’une prise d’eau aménagée sur une rivière permanente ou temporaire. Dès les temps anciens, elles ont ainsi élaboré des systèmes d’irrigation complexes tels que ceux des Baures en Bolivie (département du Beni) (Winkler Verlad et Erikson) dont on retrouve les nombreux canaux rectilignes ou le réservoir Shao construit sous les Han le long de la rivière Huai en Chine (Hsu, 1980). Dans des régions humides où la culture pluviale est aussi pratiquée, certains systèmes d’irrigation ont permis de coloniser des terres plus sèches, initialement inadaptées à des plantes réclamant beaucoup d’humidité, ou d’intensifier la culture de ces espèces. C’est le cas des sociétés du Pacifique, qui ont aménagé et aménagent encore des bassins irrigués pour cultiver le taro (Taro en bassins irrigués). Ce faisant, elles ont transformé l’environnement pour l’adapter à la culture d’une plante importante, d’un point de vue alimentaire et culturel. Dans des milieux plus hostiles, comme ceux de l’Altiplano andin, les hommes ont également transformé l’environnement aride en accentuant ou creusant des cuvettes qui, une fois aménagées et reliées entre elles, assurent des fonctions d’irrigation, de stockage et de redistribution de l’eau, de fertilisation et de protection contre les vents desséchants ou les gelées nocturnes. C’est le système des qochas qui a permis, dès les temps préhistoriques, de subvenir aux besoins des civilisations andines, à côté des terrasses et les levées de terre. Entre les deux extrêmes, simples arrosages à la main ou systèmes hydrauliques complexes, tous les aménagements sont possibles.

4Un autre type est représenté par les bassins d’inondation. Ce sont à la fois des réservoirs au moment des pluies torrentielles (en Inde au moment de la mousson), des casiers de collecte des eaux de ruissellement entre les averses et aussi des systèmes d’irrigation originaux. Il s’agit de bassins obtenus en érigeant des murs de terre d’un mètre de hauteur environ, disposés en carrés ou en rectangles dans des zones où l’eau est naturellement drainée. Ils sont adaptés aux zones semi-arides où les pluies saisonnières surviennent par orages. En saison humide, ils collectent et gardent les eaux de pluies abondantes qui s’accumulent dans ces cuvettes artificielles au sol peu perméable. Elles demeurent dans le bassin plusieurs mois, chargeant le sol d’humidité. Ce sont alors des réservoirs. En saison sèche et avant les semailles, des brèches sont progressivement pratiquées dans les parois pour acheminer l’eau d’un bassin à l’autre puis on cultive sur la terre humide des parcelles drainées. Les paysans savent, par expérience, respecter l’ordre de vidange des bassins et s’accordent entre eux dans l’ouverture et la fermeture de chacun. Cette régulation de l’eau entre les bassins apparente le système à un mode d’irrigation. L’eau excédentaire, une fois tous les bassins irrigués et drainés, est acheminée vers un cours d’eau naturel. Ce système permet aux paysans d’assurer leurs cultures d’hiver sans attendre les pluies qui peuvent tarder, après une longue sécheresse. On les appelle haveli (Prinz et Malik, sd) et ils représentent l’une des nombreuses formes que prennent les tank en Inde.

5Dans certains cas, l’arrosage est moins essentiel que le contrôle des ravageurs et des mauvaises herbes. La maîtrise de l’eau se substitue alors à des coûts directs de pesticides et le travail d’aménagement est non seulement un investissement à long terme mais offre aussi une possibilité de décaler le calendrier cultural. Un exemple de cette fonction particulière de l’irrigation est fourni par les systèmes de casiers au Mexique.

6L’eau sert de vecteur aux éléments fertilisants dans le cas du purinage, du limonage ou de l’irrigation fertilisante et permet le renouvellement de la fertilité. Dans les zones arides, où les méthodes de retenue des eaux et de gestion de la fertilité sont souvent inséparables, les pluies torrentielles érodent le sol et les sédiments s’accumulent à l’arrière des talus et des barrages. Sans créer totalement un sol, ils participent à la gestion de la fertilité en dénudant toutefois les terrains d’amont. Au fil des années, ils aboutissent à la création de terrasses cultivables. Avec le limonage, ou colmatage, on assiste à un mode d’irrigation dont la fonction principale n’est pas l’irrigation ! En effet, ce sont avant tout les sédiments fertiles que les paysans veulent capter et transférer pour reconstruire un sol pauvre ou peu épais. Pour cela, ils dérivent et dirigent le cours d’une rivière limoneuse de façon que l’eau transporte les sédiments désirés et les dépose sur les parcelles de culture. En vallée, le colmatage est une pratique fréquente pour renouveler la fertilité ou bien pour rendre plus argileux des sols trop sableux. C’est la technique du lameo en Bolivie ou celle des casiers de limonage au Mexique (L’or de Chilac). L’eau, déviée et dirigée le long d’une série de canaux et de portillons, doit être acheminée rapidement jusqu’au site de culture afin que les sédiments ne se déposent pas de façon excessive derrière le barrage ou au fond des canaux. Puis, l’eau doit être ralentie dans les parcelles pour que, à l’inverse, les sédiments s’y déposent. À la longue, ces derniers finissent cependant par engorger les canaux et aboutissent à une élévation du niveau des parcelles. Aussi, les paysans doivent curer les uns, surélever les autres et ajuster en permanence les niveaux afin que tout le système hydraulique fonctionne correctement.

7Dans ce type d’irrigation, les droits familiaux sur l’eau datent de l’époque où les aménagements ont été construits. La survie des communautés exige toutefois une renégociation des règlements suite à la croissance démographique et aux partages successoraux. Aujourd’hui, les migrations et la pluriactivité des paysans engendrent des divergences d’intérêts qui retardent le réajustement des tours d’eau, diluent les responsabilités dans l’entretien des ouvrages et aboutissent souvent à la désaffection de ces techniques d’irrigation traditionnelle.

fiche 45. L’irrigation au pot à Oaxaca (Mexique)

Nomenclature

8L’exemple d’irrigation au pot (riego a brazo en espagnol) traité ici est fondé sur des chaînes de puits creusés à intervalle régulier entre les planches de culture. Celles-ci sont arrosées à la main, avec un pot d’eau puisée au puits.

Localisation géographique

  • 1 La rédaction de ce paragraphe s’est essentiellement appuyée sur l’étude de A. Kirkby (1973).

9L’exemple choisi concerne la vallée d’Oaxaca au Mexique où ce système est développé et où la technique a été bien documentée1. La vallée s’élève à une altitude de 1 500 m en moyenne. Elle est encerclée par de hautes montagnes et drainée par deux fleuves : l’Atoyac et son affluent le Salado qui convergent à hauteur de la ville de Oaxaca. Son climat semi-aride accuse une pluviométrie annuelle de 500 mm à 700 mm, les pluies survenant principalement l’été (mai à septembre). La plaine d’inondation actuelle est étroite, plus chaude et plus sèche que les piémonts. À son niveau, la nappe phréatique est haute, permettant le maintien d’une agriculture tout au long de l’année. Elle s’abaisse progressivement dans la partie supérieure de la plaine alluviale, beaucoup plus large autrefois, puis au niveau des piémonts.

L’irrigation au pot est un système d’arrosage manuel avec l’eau tirée de puits.

10L’irrigation au pot est prépondérante dans les petites vallées Zaachila, au nord de Oaxaca et dans la vallée Tlacolula, située à l’est et plus sèche. Ce mode de culture est pratiqué en fond de vallée, dans les zones humides (tierra de humedad) où la nappe phréatique est à moins de huit mètres de profondeur. C’est donc une composante majeure de la culture sur bas-fond humide et un mode de culture complémentaire à l’irrigation par dérivation de crue. Là où la nappe phréatique est élevée, irriguant sans problème les cultures tout au long de l’année, le nombre de puits est faible. Au fur et à mesure que la nappe s’enfonce et que la culture sur bas-fond humide devient de plus en plus marginale, l’irrigation au pot s’impose pour pallier le manque d’humidité, rendant nécessaire l’augmentation du nombre de puits. Puis, dès que la profondeur de la nappe souterraine dépasse huit mètres, l’irrigation au pot disparaît car elle devient trop difficile à pratiquer.

11On retrouve ce mode de culture, à base de petits puits de champs, dans d’autres vallées mexicaines ainsi qu’au Guatemala. À Cotonou, au Bénin, on a observé un mode de culture similaire. Des puits de grandes tailles sont creusés à intervalles réguliers et approvisionnent en eau le maraîchage installé en zone côtière.

Conduite technique

12L’irrigation au pot est pratiquée sur de petites superficies, inférieures à 0,1 hectare. Des puits sont creusés en ligne au milieu de la parcelle de façon qu’aucune surface à irriguer ne soit située à plus de 10 m de l’un d’eux. La parcelle est aménagée en planches surélevées, de forme rectangulaire, séparées par des allées. Elles sont de petite taille (10 x 15 mètres au maximum, souvent moins) et divisées en compartiments circulaires ou rectangulaires. Les compartiments, de 20 cm à 50 cm de côté ou de diamètre, sont creusés dans la planche sur 10 cm de profondeur de sorte que chaque petite cavité soit entourée d’une levée de terre protectrice, également capable de retenir l’eau. On place alors de une à huit plantes dans chaque compartiment. L’arrosage est quotidien et se fait à l’aide de pots en terre de 10 litres, remplis dans le puits le plus proche. Il faut environ 5 h à 6 h pour irriguer un peu plus de 350 m2. Au prix de ce travail harassant, les plantes reçoivent régulièrement et sans gaspillage l’eau dont elles ont besoin. L’eau est concentrée au pied des plantes et retenue par les murets de terre. Le risque élevé de salinisation est compensé par une rotation annuelle des cultures. Le sol est fertilisé par des engrais animaux fournis par le bétail. Les espèces cultivées selon cette technique sont variées : tomate, choux, haricot vert, ail, oignon, piment ou fleurs. Mais chaque village se spécialise dans deux à trois espèces.

Végétation sub-désertique des hauts plateaux de Oaxaca avec euphorbiacée.

Histoire et société

13Le peuplement de la vallée est très ancien et remonte à plus de 10 000 ans avant J.-C. (Flannery, 1986). Les bandes de chasseurs-cueilleurs commencent à se sédentariser vers 7 000 avant J.-C. puis à pratiquer un peu d’agriculture. En 2 000 avant J.-C., des communautés humaines sont déjà installées sur les piedmonts et mènent une agriculture sur terrasses irriguées par de petits canaux collectant les eaux de ruissellement ou de crue. Puis, les Zapotèques arrivent dans la vallée et développent une civilisation brillante ultérieurement supplantée par la civilisation mixtèque au début du xvie siècle et, finalement, par les Aztèques, peu de temps avant la conquête espagnole. Bien que l’irrigation au pot puisse remonter à une date plus avancée (1 200 avant J.-C.), les premières structures susceptibles d’en témoigner sont datées tout au plus de 400 avant J.-C. Il s’agit de petites cuvettes circulaires creusées à intervalles réguliers dans le lit de certains canaux. À la même époque, de vrais puits sont également creusés. L’irrigation au pot commence certainement comme un mode de culture individuel, soutenant une économie de subsistance. À cette époque, les modes d’agriculture sont dominés par l’irrigation et la culture du maïs. La gestion de l’eau et les droits d’accès à l’eau sont contrôlés au sein d’un système communautaire très centralisé auquel les fermiers échappent partiellement en aménageant pour leur compte ces parcelles irriguées à la main. Ultérieurement ce mode de culture a persisté, en complément de la culture du maïs sur les terres humides des bas-fonds. Aujourd’hui, l’irrigation au pot s’insère dans un système agraire intégrant l’irrigation par dérivation ou épandage des crues (au moyen d’un réseau de canaux en terre), l’irrigation à la raie à partir des puits et un peu de culture pluviale. Les différents types d’irrigation sont distribués tout au long de la vallée en fonction de la situation topographique des terres à irriguer et de leur distance par rapport aux lits des rivières temporaires dont les crues saisonnières sont utilisées. Chaque paysan possède plusieurs parcelles, chacune étant cultivée selon des modalités d’irrigation différentes de façon à minimiser les risques de mauvaise récolte. Dans la vallée, l’irrigation au pot se pratique essentiellement sur de petits jardins autour des villages et dans les régions mal irriguées où la nappe phréatique est toutefois proche de la surface. Elle a progressivement évolué vers la production de surplus vendus sur les marchés, puis certains villages se sont entièrement spécialisés dans ce mode de production, situant leurs champs sur les emplacements adéquats, c’est-à-dire là où la nappe phréatique est la plus proche de la surface.

L’irrigation au pot est très répandue dans les petites vallées autour de Oaxaca.

14L’irrigation manuelle ne dépend pas, comme l’irrigation par canaux, d’une gestion communautaire de l’eau qui attribue à chaque village des tours d’eau. Elle permet donc une certaine liberté individuelle qui s’exprime cependant dans un cadre rigoureux caractérisé par des règles et des comportements communautaires précis. Chaque communauté se spécialise dans deux à trois types de plantes, vendues sur les marchés, si bien que chacun doit cultiver ce que cultive son voisin et suivre des rythmes de travaux agricoles synchrones. Mais les savoir-faire sont partagés et chaque innovation efficace est diffusée rapidement. Des systèmes d’échanges, de reversement des surplus aux moins favorisés et des fêtes de village évitent l’accumulation des richesses entre les mains de certains, freinent l’enrichissement individuel, limitent l’intensification possible de l’agriculture, mais garantissent une certaine sécurité sociale. Comme partout ailleurs, les valeurs traditionnelles qui faisaient de l’agriculture le pivot des modes de vie ruraux disparaissent. La solidarité communautaire s’érode et l’agriculture apparaît de plus en plus comme un investissement financier familial et un moyen de s’enrichir personnellement. Dans ce contexte, l’agriculture au pot et le maraîchage qu’elle supporte si bien deviennent de plus en plus individuels et, bien évidemment, se transforment.

Références

15Armillas, 1984 ; Chaabouni, 1984 ; Flannery, 1986 ; Kirkby, 1973 ; Less, 1973 ; Taylor, 1969 ; Wilken, 1977.

fiche 46. Les puits « itinérants » au nord du Ghana (Boubacar Barry)

Nomenclature

16L’agriculture de puits itinérants se caractérise par le creusement annuel de puits qui sont rebouchés en fin de saison sèche afin de ne pas gêner les cultures de saison des pluies, le riz en particulier.

Localisation géographique

17Bien que les références de ce type d’agriculture soient peu abondantes, l’auteur les localise dans la zone de savane et sahélienne depuis le Sénégal et le Mali jusqu’au nord du Ghana. Au nord du Ghana, les sols sont le plus souvent argileux ou limono-argileux en surface reposant sur des horizons plus sableux où s’emmagasine l’eau durant la saison des pluies qui commence à la fin du mois de mai et se termine après la première décade du mois d’octobre. Le total des précipitations en année normale est d’environ 900 mm et le nombre de jours de pluies utiles est de 90 jours. Il semble que seul le creusement dans les bas-fonds à proximité du marigot donne accès à l’eau en saison sèche, ce qui exige de les reboucher car il s’agit de la zone de cultures pluviales.

Dans le nord du Ghana en zone de savane, des puits sont creusés puis remblayés selon les saisons culturales.

Conduite technique

18Les cultures de contre-saison, en particulier la tomate, le piment et d’autres produits maraîchers commencent à la fin du mois d’octobre dans le bassin de l’Antakwidi situé dans la région Upper East du Ghana. Les eaux de la nappe phréatique à faible profondeur servent à l’irrigation de parcelles de maraîchage qui sont généralement situées dans les bas-fonds ou sur les berges du marigot qui, à cette période de l’année, est à sec. La profondeur des puits varie entre 3 et 9 m selon qu’on se situe à Anayere à l’aval du bassin ou à Mirigu en haut de bassin.

19Les puits sont construits individuellement ou bien collectivement en coopération au sein de l’exploitation familiale. Leur construction manuelle requiert au moins deux personnes : une pour le fonçage (ou creusement proprement dit) et l’autre pour rapporter le déblai en surface. Les outils sont fabriqués dans la plupart des cas par des artisans locaux :

  • une houe utilisée à la phase initiale pour le nettoyage de la zone d’implantation des herbes et racines ;
  • une pioche de terrassier pour le creusage ;
  • un sceau et une corde pour le déblai ;
  • une calebasse utilisée comme pelle-bêche.

Approfondissement d’un puits à l’aide d’une calebasse au Ghana.

Jeune fille attendant de récupérer le déblai.

Parcelle préparée pour la culture de tomates et ses différents puits au Ghana (installation d’un piézomètre dans un ancien puits).

20La construction des puits a lieu durant toute la période de maraîchage. En effet, la profondeur des puits augmente au fur et à mesure que la saison avance et par conséquent que la demande en eau des plantes augmente. Il est aussi à noter que plus on avance dans la saison sèche plus le niveau de la nappe phréatique baisse. Cela nécessite d’avoir plusieurs puits près de la parcelle, chacun nécessitant un approfondissement fréquent. En fin de saison de production maraîchère et avant l’hivernage (saison des pluies), les puits sont remblayés pour éviter des accidents qui pourraient survenir quand les bas-fonds se remplissent d’eau, car ceux-ci sont généralement cultivés en riz pluvial de mai à septembre.

21Les parcelles de cultures sont réduites et leur taille dépasse rarement 1 000 m2. L’arrosage de la parcelle est réalisé à l’aide de petits seaux en plastique de faible capacité (5 litres). Les jeunes plants de tomate et de piments sont repiqués dans des sillons qui sont creusés dans la parcelle. L’arrosage se fait ainsi uniquement dans le sillon, ce qui fait qu’on procède à une irrigation localisée qui nécessite moins d’eau car les zones non cultivées ne sont pas arrosées. Les puits creusés dans le lit des rivières sont le plus souvent équipés de petites motopompes quand les cultures maraîchères sont associées avec le tabac. L’introduction du tabac comme culture de rente est récente dans la région et les profits laissent penser que davantage de producteurs vont l’adopter. Les rendements agricoles sont acceptables si on tient compte du fait que moins de 10 % des producteurs utilisent des engrais minéraux et seulement 60 % des personnes interrogées utilisent des semences certifiées.

Histoire et société

22La production maraîchère provient pour l’essentiel de petites exploitations familiales qui produisent depuis peu des produits maraîchers destinés à la vente. L’émergence de cette forme d’agriculture coïncide avec la période des grandes sécheresses des années 1970 et 1980, et le besoin de trouver de nouvelles sources de revenu, la plus grande facilité de trouver des semences de qualité, la forte demande de produits maraîchers dans les grandes villes du sud (Koumassi et Accra) et surtout l’ouverture d’une usine de conserve de tomate dans la région.

23L’explication du rebouchage annuel des trous repose sur le fait que les producteurs de maraîchage de saison sèche ne sont pas les mêmes que ceux de saison des pluies. Les familles octroient le droit de cultiver en saison sèche soit aux dépendants lignagers, soit à des fermiers maraîchers venant de l’extérieur. En contrepartie, une part de la production est cédée aux propriétaires.

Références

24Barry et Sonou, 2003 ; Hunger without frontiers, 2004 ; Iwmi, Fao et Cta, 2001.

fiche 47. Les sculpteurs de montagne L’essor des canteros dans les Andes équatoriennes (Thierry Ruf)

Nomenclature

25Les Indiens des Andes centrales de l’Équateur pratiquent l’une des plus impressionnantes mises en valeur agricole montagnarde. Sur les versants abrupts du plus haut volcan du pays, le Chimborazo (6 300 mètres d’altitude), les paysans sont partis à la conquête des terres fertiles, qui, pour être productives, nécessitent un apport artificiel en eau. Les conceptions communautaires de l’accès aux ressources se dessinent dans le paysage (photo 1). Chaque famille relève d’un groupe défini qui contrôle précisément un terroir sur l’une des croupes (loma) où parvient l’eau dérivée d’un torrent d’altitude. Elle dispose d’un accès aux terres du haut et du bas du versant, dans l’optique de partager avec les autres membres du groupe tous les types de sols et de disposer d’eau dans des conditions équivalentes quoique difficiles. Comment peut-on appeler cette formation agraire si particulière ? On manque de qualificatif adéquat. On sait qu’elle résulte d’une équation complexe où la pression démographique est forte, la culture avec arrosages en condition extrême est développée, le besoin d’équité au cœur des sociétés locales est fondamentale. Dans d’autres pays des Andes, ces éléments donnent lieu à ce que certains dénomment l’agriculture de caracoles (décrit au nord du Chili par M. A. Rivera Diaz, 1987). L’expression renvoie à la finesse du système technique d’irrigation où l’eau va s’écouler dans des sillons aux formes sinueuses, le plus souvent en zigzag. Les paysans d’Équateur désignent leur aménagement parcellaire sur les pentes comme des canteros, des planches sculptées dans la terre inclinée pour faire avancer l’eau parcimonieusement et le plus loin possible, jusqu’à l’aval de son champ, étiré parfois sur plusieurs centaines de mètres alors que la largeur atteint moins de 5 mètres.

Localisation géographique

26L’organisation foncière et hydrique des canteros équatoriens ou des caracoles chiliens existe dans la plupart des pays andins et plus généralement dans les pays de montagne, mais sans jamais atteindre l’ampleur constatée dans les Andes centrales de l’Équateur. Là, le système est étendu à de larges versants pour des milliers de familles.

Conduite technique

27Contrairement à d’autres peuples montagnards, les Indiens du Tungurahua n’ont pas opté pour des systèmes de terrasses irriguées (dont ils avaient certainement eu connaissance par le monde incaïque puis par le système colonial espagnol). Certes, il leur était sans doute difficile de les consolider faute de pierres sèches disponibles à proximité. Quoi qu’il en soit, l’eau qui s’écoule dans les canteros parcourt des centaines de mètres en défiant les lois d’avancement de l’eau dans la terre et les effets de l’érosion. En effet, cette forme de sillons en zigzag joue sur l’alternance d’accélération de l’eau dans les virages et de ralentissement sur la raie la moins inclinée possible. Par la répétition de l’avancée de l’eau et son ralentissement, l’eau progresse bien au-delà d’un système classique de sillons d’arrosage rectiligne. Dans les terrains sablo-limoneux volcaniques très perméables, la progression de l’eau s’arrête normalement au bout de 30 à 40 mètres (l’eau pénètre sur toute la surface mouillée rapidement). Avec le cantero, l’eau va avancer jusqu’à dix ou vingt fois plus loin. Le processus érosif est lui-même ralenti. Le chemin tortueux modifie sans cesse la vitesse de l’eau. Elle entraîne quelque peu la terre, mais celle-ci se dépose immédiatement après le virage dans le segment peu incliné. C’est une sorte de correction torrentielle très localisée.

Dans les Andes centrales de l’Équateur, les Indiens pratiquent une agriculture adaptée aux étages montagnards.

Photo 1
Le versant de Chiquicahua exploité par le groupe indien de Mulanleo, province de Tungurahua (Équateur).

28Dans les étages les plus hauts de la montagne, l’adoption de ce dispositif de champs donne aujourd’hui une structure complexe de parcelles cultivées longues et étroites, où chaque famille compose son assolement avec des cultures céréalières de base comme le blé et l’orge, des cultures fourragères comme la luzerne et des cultures plus spéculatives destinées aux marchés urbains des Andes et du Pacifique. En fait, compte tenu des conditions climatiques qui règnent à cet endroit du monde, la culture est possible tout le long de l’année, pour peu que les pluies soient bien réparties : en moyenne, à 3 000 mètres d’altitude, il manque 200 à 300 millimètres de pluie annuelle pour couvrir les besoins de la culture continue. Ce déficit varie en fonction de l’altitude. Plus on descend vers le centre du bassin et plus la sécheresse se manifeste (formation semi-aride à 2 300 mètres d’altitude) par la chaleur et le manque de pluie. Plus on monte vers les étages élevés, notamment vers le paramo, une formation végétale pérenne humide et froide, moins le déficit est grand, mais, quand il se manifeste, il peut avoir des conséquences aussi fâcheuses : à 3 500 mètres d’altitude, les cultures allongent leur cycle de plusieurs semaines et la sensibilité au manque de pluie est forte. En outre, les variations pluviométriques interannuelles sont assez marquées et surtout l’absence répétée de pluie se manifeste à n’importe quel moment de l’année, même aux périodes réputées pluvieuses.

29Afin d’éviter ce risque présent dans tous les étages montagnards, les agriculteurs ont cherché à dériver les eaux qui descendent des paramos vers leur lomas. Des dizaines de canaux drainent la montagne. Un grand nombre sont locaux : chaque communauté installée sur une croupe du versant a capté l’eau qui s’écoule de part et d’autre de la loma. D’autres canaux sont des ouvrages communs à plusieurs communautés et propriétaires et ils apportent l’essentiel de l’eau nécessaire à cette agriculture intensive dont la réussite est attestée par l’essor démographique de la région.

30Pour garantir aux paysans la faculté de cultiver de manière continue, il est absolument nécessaire que les canaux assurent bien le transfert d’eau toute l’année vers les dizaines de milliers de canteros. Car en situation normale, une culture succède immédiatement à la précédente. De plus, chacune peut être pratiquée selon divers calendriers : sous l’équateur, les saisons ne sont ni froides, ni chaudes, elles sont humides ou sèches. Le calendrier agricole andin commence par la petite saison des pluies en octobre-novembre. Ce sont les semailles des cultures pluviales mises en place au-dessus de 3 000 mètres. Survient en décembre et janvier une petite saison sèche (le veranillo – petit été) qui, en cas d’absence totale des pluies, ruine les cultures s’il n’y a pas d’irrigation. Vient ensuite la grande saison des pluies de février à mai dont les effets sont bénéfiques aux plantes cultivées mais c’est aussi le moment des épisodes destructifs pour les canaux qui doivent être surveillés. L’été sec survient de juin à septembre et limite les possibilités de culture. En maîtrisant les arrosages, les paysans peuvent mener à bien deux cultures par an et valoriser au maximum l’usage des ressources foncières, eaux et travail.

Histoire et société

31L’eau d’arrosage constitue comme dans toute société hydraulique un élément déterminant de la survie des groupes et des individus qui en ont la maîtrise. Il s’agit, en effet, d’affirmer son emprise sur un espace producteur d’eau, le haut bassin montagnard, de mettre en place de manière pacifique une technique de transfert de cet espace haut et éloigné vers les terres agricoles des lomas, situées parfois à plusieurs kilomètres ou dizaines de kilomètres de distance vers le bas des versants. Il s’agit encore de répartir cette eau entre les centaines d’utilisateurs concurrents et d’assurer que le cantero reçoit bien à temps et en quantité voulue le volume d’eau nécessaire à la croissance des plantes. C’est donc une organisation complexe pour réguler les conflits qui éclatent en maints endroits du système.

32Reprenons ces éléments depuis une parcelle cultivée située à 40 kilomètres du point de captage de l’eau (photo 2). C’est toute la famille, homme, femme et enfants qui vont opérer quand l’aguatero du canal leur donnera le signal. La main d’eau est forte, 30 litres par seconde, parfois 50. Ils n’auront que quelques minutes d’accès à ce débit, mais il est fondamental d’en contrôler l’usage pour ne pas casser les canteros. Aménager ces champs était déjà un art aussi bien qu’une technique, mis en œuvre par des milliers de gens pour dresser la mosaïque hydraulique et agricole. Piloter l’eau dans les divers sillons est aussi bien une technique à connaître que l’expression d’artistes du mariage entre l’eau vive et la terre sèche. L’agitation est perceptible, les voisins sont aussi là car ils attendent leur tour. En quelques instants, la main d’eau est fractionnée pour alimenter plusieurs canteros parallèles. On surveille les quatre coins de la parcelle et si l’entente avec les voisins est bonne, on va même coopérer pour irriguer plusieurs parcelles en même temps en additionnant les différents droits d’eau et en multipliant le nombre de canteros irrigués en même temps.

33La coopération est la clé de voûte de toute cette société. Cette main d’eau ne vient pas directement du ciel. Avant d’arriver, il a fallu que les hommes s’entendent d’une manière ou d’une autre. Les Indiens du Tungurahua auront certainement expérimenté différents modèles de travail en commun, à commencer par celui de leur société ancienne, avant l’arrivée des colons espagnols au xvie siècle. Ils ont connu par la suite des expériences diverses de déplacement et de travail forcé aux xviie et xviiie siècles. Mais déjà, quelques groupes paysans métis libres trouvaient des ressources propres pour établir des petits canaux communs, dans une sorte de syncrétisme entre sociétés indiennes communautaires et sociétés espagnoles pratiquant l’entraide entre individus. Après l’indépendance du pays, la domination des haciendas fut totale et l’emprise indienne sur l’eau réduite à presque rien. Les familles riches du Tungurahua investissent dans l’hydraulique et se disputent âprement le contrôle de l’eau, en particulier autour du Chimborazo (Nuñez, 2001). Les plus grands canaux, le canal Casimiro Pazmiño et le canal Chimborazo, sont construits à la fin du xixe siècle sur des bases de parts sociales du capital. Quelques groupes paysans métis y participent et vont dénommer les droits d’eau sur ces nouvelles ressources aguas compradas, les eaux achetées, en opposition aux aguas comunitarias, les eaux communes comme celles du canal Chiquicahua ou des plus petits canaux.

Photo 2
Une planche d’arrosage, le cantero, dans la zone des groupes métis en aval de Juan Begnino Vela (Santa Rosa, province du Tungurahua).

34Au cours du xxe siècle, les entrepreneurs des grands canaux vont faire faillite. Plusieurs facteurs interviennent, comme la disparition rapide et précoce des haciendas vendues par lots à de petits producteurs ou à des coopératives dominées par les anciens ouvriers indiens, les huasinpugueros. La gestion privée de l’eau s’avère plus difficile qu’il y paraît avec le morcellement des terres et le manque d’intensification agricole. Pour éviter une crise sociale supplémentaire, les gouvernements équatoriens successifs favorisent l’émergence d’associations d’usagers des canaux dont les bénéficiaires sont les paysans métis dans les étages bas et les communautés indiennes dans les étages supérieurs. Les pressions sur les terres et sur l’eau s’accroissent par trois phénomènes concomitants : avec la ligne ferroviaire Quito-Guyaquil, le Tungurahua devient le centre des échanges entre les provinces équatoriennes de la Costa, de la Sierra et de l’Amazonie. Les expériences agronomiques des Martinez, une famille de scientifiques de la capitale provinciale, Ambato, permettent de formuler divers modèles d’intensification horticole et agricole pour les petites exploitations. La pratique des canteros s’adapte à toutes les terres des versants, même les plus inclinés. La province devient un producteur de fruits et légumes de plein champ qui sont transportés vers toutes les régions du pays. Les Métis sont les premiers à bénéficier des ressources et à gérer les canaux « déprivatisés ». Mais les Indiens commencent aussi à demander des comptes d’autant plus que les dernières haciendas ont été conquises et qu’il n’y a plus de terre disponible en bas. La frontière agricole monte vers le paramo, avec une incidence probable sur les capacités de rétention des eaux. Les débits diminuent. Cependant, l’accroissement des usages via les canteros aboutit aussi à diminuer fortement les volumes d’eau transférés dans la zone à l’aval, proche d’Ambato. Le gouvernement équatorien, qui a décrété en 1967 la domanialité de l’eau et qui la concède aux usagers organisés, propose aux Métis d’aval de réaliser un grand projet de transfert d’eau du rio Ambato par un tunnel d’une dizaine de kilomètres. Dès la mise en place du nouveau système financé par des bailleurs de fonds internationaux, les Indiens du Chimborazo n’auront de cesse de réclamer l’adjudication des eaux de l’acequia Chimborazo à leurs 40 communautés réparties sur une douzaine de lomas traversées par l’ouvrage sans délivrer de l’eau.

Photo 3
Entretien du canal Cunugyacu-Chimborazo par un groupe formé d’Indiens et de Métis. (Santa Rosa, province du Tungurahua).

35La lutte des communautés se révèle efficace et l’eau est enfin attribuée à 5 000 familles pauvres en altitude, une chance rare pour promouvoir le développement social et économique… grâce aux fameux canteros. La répartition des eaux fait l’objet d’intenses discussions, elle aboutit à un accord négocié entre communautés indiennes qui s’allient à certains groupes métis pour renforcer leur légitimité. L’établissement de règles équitables pour entretenir le canal et représenter les communautés dans la junta central joue un rôle fondamental de lien social et de renforcement identitaire autour de l’eau commune (photo 3).

36Cependant, les principes de répartition du temps en minutes semblent avoir atteint une certaine limite aujourd’hui. Les Indiens préfèrent arroser l’ensemble des canteros successivement de l’amont vers l’aval, quitte à devoir attendre plusieurs semaines que le tour d’eau revienne. Les Métis fondent leur répartition sur des horaires fixes et répétitifs hebdomadaires, même si ces volumes ne permettent pas d’irriguer tous leurs canteros à chaque tour. L’accompagnement des communautés indiennes et des groupes métis se poursuit actuellement par diverses organisations non gouvernementales dont le rôle en Équateur est devenu déterminant à la suite des réformes politiques et des ajustements structurels. Depuis 1995, l’administration de l’eau du pays manque de moyens et la population paysanne se voit soumise depuis dix ans à plusieurs tentatives de privatisation des eaux. Des troubles sociaux et politiques ont secoué le pays et tous les promoteurs du modèle chilien des marchés de l’eau ont dû quitter le pouvoir, alors même que le Fonds monétaire international et la Banque mondiale exercent toujours des pressions dans ce sens. Pour l’heure, les paysans du Tungurahua ont pu s’organiser en mouvement syndical et mouvement professionnel et défendent de pied ferme le maintien de leur culture et de leur droit d’eau chèrement acquis au cours de l’histoire. El cantero jamás será vencido ?

Références

37Girard, 2004 a ; Girard, 2004 b ; Hadjaj, 1998 ; Iedaca, 2002 ; Marchand, 1996 ; Metais et Cruz, 2003 ; Mujica Barreda, 1997 ; Nuñes, 2001 ; Rivera Diaz, 1987 ; Ruf et Nuñes, 1997 ; Ruf, 2001 ; Valony, 2002.

fiche 48. Taro en bassins irrigués (Annie Walter)

Nomenclature

38La croissance du taro (Colocasia esculenta) et du taro géant des marais (Cyrtosperma chamissonis) exige beaucoup d’humidité. La culture pluviale itinérante est pratiquée là où la pluviométrie est satisfaisante, mais quand l’humidité est excessive ou insuffisante, l’homme draine ou irrigue les parcelles. Plusieurs techniques sont employées :

39La culture en marais ou marécage (raised bed in swampland, swampland cultivation) consiste à surélever des lits de terre sèche dans les bas-fonds ou les marais de façon à contrôler la nappe d’eau qui circule dans les fossés (voir Les jardins drainés des Dugum Dani). C’est une culture drainée. La culture inondée (flooding cultivation), sans contrôle de l’eau, revient à bloquer l’eau par des murs en pierre dans de petits ruisseaux et à la diriger en nappe vers les cultures, sans canalisation (voir Le taro en culture inondée). La culture en îlots (island bed system) repose sur la construction de banquettes de terre surélevées sur lesquelles le taro est planté et entre lesquelles l’eau circule. C’est une forme d’irrigation dont les structures visibles sont proches de la culture en marais. La culture en sillons décrite à Futuna et au Vanouatou (furrow cultivation) (Spriggs, 1996) se rapproche de ce mode de culture. La culture en bassins irrigués (pondfield) s’appuie sur l’irrigation de bassins en terrasses à partir d’une prise d’eau sur un cours d’eau permanent. L’eau circule ensuite d’un bassin à l’autre à travers des brèches ouvertes dans les bourrelets de soutien. On appelle tarodière l’ensemble formé par le canal principal, les canaux secondaires, les terrasses irriguées et les cultures. C’est ce mode d’agriculture qui est traité ici. Enfin, dans les îlots coralliens la culture en fosse (pit cultivation) s’appuie sur l’utilisation d’une lentille d’eau douce surnageant au-dessus de l’eau salée. Elle est atteinte en creusant des fosses où le taro est cultivé (Jardins d’atolls en fosse).

Localisation géographique

40Les tarodières à bassins inondés se retrouvent de l’Asie à la Polynésie sur les îles hautes pourvues de cours d’eau permanents. C’est en Polynésie qu’elles sont les plus nombreuses (Hawaii, Samoa, Marquises, îles de la Société, Cook, Wallis et Futuna), mais on trouve de belles réalisations en Mélanésie (Papouasie Nouvelle-Guinée, Salomon, Vanouatou, Nouvelle-Calédonie et Fidji). Au Vanouatou, la culture irriguée se pratique sur les côtes sous le vent, plus sèches, des îles pluvieuses du Nord (Torres, Vanua-Lava), dans les régions montagneuses ou côtières de Santo, Maéwo, Pentecôte et Ambaé ainsi qu’à Futuna et Anatom au sud. Elle permet une culture continue, indépendante des saisons, sauf lorsque le cours d’eau est saisonnier. La tarodière en bassins inondés est très proche de la rizière et soutient souvent des cultures mixtes : taro dans le casier, maraîchage et fruitiers sur les banquettes.

Conduite technique

41On installe dans le lit peu profond d’une rivière permanente ou temporaire un barrage de pierre suffisamment solide pour retenir les eaux courantes, mais assez souple pour pouvoir être détruit par les grandes crues, cela afin d’éviter la submersion des canaux et des jardins. En amont du barrage une prise d’eau est aménagée en formant une brèche dans les berges de la rivière. À partir d’elle, un canal est creusé, parfois long de plusieurs kilomètres. Il capte et dirige les eaux d’irrigation jusqu’au site de culture en s’adaptant à la topographie du trajet. Il est empierré dans les zones de forte érosion, remplacé par des conduits en bambou lorsque la pente est trop raide, élargi par endroits, de façon à assurer une pente constante et un écoulement régulier. Il s’agit donc d’un aménagement hydraulique de grande envergure qui nécessite un savoir-faire spécialisé que seuls détiennent quelques hommes.

42Le site de culture est constitué d’une série de terrasses nivelées divisées par des bourrelets de terre et soutenues par des murets qui suivent approximativement les courbes de niveau. L’aménagement commence par un nivellement grossier du sol puis par la construction des bourrelets de terre qui délimitent un grand bassin. Ils ont une largeur de 50 cm au moins et sont bordés par des troncs de cocotier, des branchages ou des pierres, les matières végétales incorporées à ces murets augmentant la fertilité du sol. Les dimensions de ce grand bassin varient selon le relief. Sur les pentes très raides, la largeur des terrasses est étroite, parfois réduite à un mètre, tandis qu’elle s’élargit sur les pentes faibles. On divise ensuite ce bassin en compartiments plus petits par des levées de terre parallèles à la pente ou par des murets identiques aux précédents. Ces plots s’allongent en bandes étroites en travers de la pente, tout au long de la courbe de niveau, ou bien ils se réduisent à un large rectangle de quelques mètres de côté. Certaines levées de terre, plus larges, servent de voie de passage. On organise au fur et à mesure l’écoulement de l’eau d’un bassin à l’autre, en mettant partiellement la tarodière en eau et en pratiquant des brèches d’entrée et de sortie au niveau des levées de terre. Lorsque deux à trois rangs de bassins bordés ont été construits, on augmente le niveau d’inondation pour vérifier très soigneusement les niveaux d’eau et la régularité du flux qui s’écoule alors par gravité d’un bassin à l’autre. À ce moment, des brèches ou des retenues supplémentaires sont pratiquées à différents niveaux de façon à ce que l’eau ne stagne à aucun endroit ou ne dévale pas trop rapidement d’un bassin à l’autre. À sa sortie, elle retourne à la rivière ou s’écoule librement dans un sol boueux. Lorsque le système hydraulique est jugé satisfaisant, la prise d’eau est totalement ouverte et la tarodière est mise définitivement en eau. La culture peut commencer.

En Océanie, la Mélanésie forme un chapelet d’îles au nord-est de l’Australie parmi lesquelles le Vanouatou.

43Outre le taro qui en est la culture prédominante, la tarodière abrite toutes les plantes alimentaires usuelles en Océanie : cocotier, maïs, canne à sucre, oignon, choux des îles (Abelmoshus manihot), bananiers, etc. Le taro est planté par bouturage dans les bassins en eau. On forme un trou dans les boues fertiles à l’aide d’un bâton à fouir et on y glisse une tête de corme garnie de ses pétioles, raccourcis à une trentaine de centimètres, ou un rejet démarié. Puis les boues sont ramenées autour de cette bouture de façon à ce qu’elle reste en place, sans toutefois être étouffée. Il existe des dizaines de cultivars de taro qui se distinguent par les couleurs de leurs feuilles et de leurs pétioles. Selon les agriculteurs, ils sont répartis dans des bassins différents, dans des sections différentes du même bassin ou se mêlent les uns aux autres. La densité des plants de taro est d’environ 25 000 à l’hectare, ce qui donne une récolte de 40 tonnes, deux fois plus que celle du taro en culture pluviale. Des cultures maraîchères sont pratiquées sur les diguettes dont la terre est retenue par les racines du kava (Piper methysticum) et de jeunes arbres fruitiers.

44La tarodière est généralement cultivée en continue tout au long de l’année mais dans certains endroits, où la prise d’eau se fait sur un cours d’eau temporaire, grossi en saison des pluies, elle devient saisonnière. Les agriculteurs fertilisent régulièrement l’eau d’irrigation en déposant des paquets de feuilles spéciales au niveau de certaines brèches. Ces plantes auraient aussi pour fonction d’éradiquer les ravageurs. L’eau sert de diluant et de moyen de transport à ces produits. Après trois cycles de culture, la fertilité des levées de terre n’est plus suffisante pour assurer un bon développement des cultures maraîchères. On ouvre alors un nouveau bassin, dans la partie inférieure, tandis que le taro est encore cultivé dans les bassins d’amont. Après quelques années, les bassins d’amont sont mis au repos à leur tour. Sur la côte ouest de Santo, au Vanouatou, une tarodière peut être cultivée durant 20 à 25 ans consécutifs, avant de retourner à la friche pour une durée équivalente. Ailleurs, sur terrain corallien, un seul cycle cultural est mené, suivi d’une jachère de longueur variable.

Culture de piments sur les murets de la tarodière.

45Ces lieux sont d’une grande beauté car les agriculteurs ont à cœur de l’égayer en plantant ici ou là, des plantes décoratives (et souvent rituelles) de couleurs variées, des arbres qui fournissent accessoirement un peu d’ombrage, des aires de repos où l’on peut bavarder ou prendre une collation. Des nuées de libellules bleutées volettent de feuilles en feuilles, les verts et les rouges se marient au jaune éclatant des crotons, de petits poissons argentés nagent parfois entre les cormes et, en arrière-fond, le murmure de l’eau s’écoulant d’un bassin à l’autre apporte une note de fraîcheur et de calme. Néanmoins, les moustiques y abondent et les boues abritent les larves infestantes des ankylostomes.

Histoire et société

46Il n’est pas certain que les Proto-océaniens qui ont peuplé le Pacifique il y a environ 2 500 ans aient apporté la technique des bassins irrigués. Certains auteurs (Kirch et Lepofsky, 1993) soutiennent l’hypothèse de la multitude d’inventions en Polynésie à partir desquelles cette technique aurait atteint la Mélanésie. D’autres (Yen, 1973) penchent pour une invention unique mais assez ancienne, en Océanie centrale. On a relevé des vestiges archéologiques de tarodières dans toutes les îles, certaines remontant au milieu du premier millénaire.

47En 1568, Alvaro de Mendaña, l’un des premiers explorateurs du Pacifique, a observé des tarodières en activité à Guadalcanal et aux îles Salomon. Ses successeurs ont noté leur présence en maints endroits puis leur extension s’est réduite à partir du contact européen.

48Les hauts rendements de ces systèmes irrigués fournissent des surplus utilisés autrefois comme biens d’échanges dans de grandes fêtes coutumières. Certains ont voulu voir dans l’existence de ces tarodières la preuve d’un régime centralisé capable de dégager l’importante main-d’œuvre nécessaire à l’aménagement et à l’entretien des murets et apte à accaparer les surplus pour son propre usage. Cela est vrai pour certaines sociétés, mais, en réalité, l’aménagement se fait progressivement à l’échelle d’une famille nucléaire. Sur la côte ouest de Santo, la parcelle sur laquelle la tarodière est aménagée appartient aux descendants en filiation patrilinéaire (de père en fils aîné) de celui qui a installé le premier canal d’irrigation. Au-delà de ce droit qui implique aussi le devoir d’entretien du canal, chaque parcelle est cultivée par un membre de la communauté à qui la production appartient de plein droit. L’agrandissement de la tarodière se fait d’année en année et bassin par bassin, par différentes familles réunies par cooptation. De même, chacun cultive des bassins irrigués dans plusieurs tarodières et peut, d’une année à l’autre, abandonner ses parcelles dans l’une d’elles et en ouvrir de nouvelles dans une autre, après accord des autres usagers. La configuration des tarodières varie ainsi au cours du temps, et tous les bassins ne sont pas systématiquement cultivés à un moment donné. Néanmoins, l’hydraulique du système doit être assurée en permanence, ce qui oblige à réorganiser continuellement l’écoulement du flux. L’entretien des levées de terre et la maintenance des écoulements sont assurés individuellement mais surveillés par tous, car une fissure à un endroit peut déséquilibrer tout le système. Lorsque le trajet d’un long canal d’irrigation traverse les terres d’une autre communauté, il est préférable d’entretenir avec elle de bons rapports sous peine de voir sa tarodière asséchée à la suite d’un acte de malveillance. Enfin, dans cette région sismique, une simple secousse de la terre peut engendrer une rupture dans le système hydraulique et assécher partiellement le site de culture. Dans ce cas, le propriétaire du canal, aidé d’un spécialiste local de la science hydraulique évalue les dégâts et organise les travaux pour tout remettre en ordre. Comme on le comprend, ce type d’aménagement dépend étroitement de la structure sociale, fondée sur des groupements familiaux, d’une entraide solide et d’un dialogue continuel entre les membres d’une même communauté et entre des communautés voisines. C’est principalement une agriculture de subsistance assurée par des groupes familiaux. Les hommes assurent la construction des terrasses et leur entretien, les femmes la culture proprement dite et la récolte au jour le jour. La production élevée garantit les besoins alimentaires de la communauté et dégage des surplus utilisés dans différentes manifestations sociales dont les plus importantes sont le mariage et les rituels du pouvoir durant lesquels les taros sont échangés ou offerts en grandes quantités puis consommés durant des repas de fêtes qui peuvent durer plusieurs jours.

Tarodière irriguée de la côte ouest de Santo au Vanouatou.

49Actuellement, et depuis le contact européen, on assiste à un déclin progressif de ce type de culture pour lequel les causes habituelles ont été évoquées : diminution de la population, diminution des terres disponibles, perte des savoirs, maladies, perturbations sociales. L’importance des rendements et la qualité des productions végétales fournies par une tarodière irriguée ont cependant été remarquées par les agronomes et les organismes de développement qui cherchent à les protéger et à les réhabiliter, ce qui ne pose aucune difficulté majeure. Toutefois, les possibilités d’intensification restent faibles.

Références

50Amherst et Thomson, 1901 ; Barrau, 1958 ; Bonnemaison, 1991, 1996 ; Claus et Lebot, 1999 ; Ivancic et Lebot, 1998 ; Kirch, 1994 ; Kirch et Lepofsky, 1993 ; Lanougère-Bruneau, 1999 ; Lebot et Aradhya, 1991 ; Matthews, 1990 ; Sand, 1995 ; Spriggs, 1982 ; Spriggs, 1996, 1997 ; Walter et Tzerikiantz, 1999 ; Yen, 1973.

fiche 49. Les qochas de l’Altiplano

Nomenclature

51En langue quechua, le terme qocha désigne les lacs, les cuvettes, les étangs et, de façon générale, tout bassin inondé artificiel ou naturel, toute dépression à la surface du sol. C’est également le nom donné à un type d’assiette cérémonielle en céramique. Les qochas (ou cochas suivant les graphies) sont des cuvettes naturelles ou creusées par les hommes, reliées entre elles pour former un véritable système hydraulique. Le terme désigne à la fois un unique bassin et le système dans son ensemble. Les terrains qui les séparent ne sont pas cultivés mais dédiés à l’élevage. Les qochas sont l’un des nombreux systèmes de gestion des eaux et du sol qui ont permis aux anciennes populations andines de cultiver la terre et de survivre.

Localisation géographique

52On trouve les qochas dans de rares régions des Altiplanos péruvien et bolivien, à une altitude moyenne de 4 000 mètres. Ils sont très nombreux et denses dans le département de Puno (Pérou) où ils ont été découverts et bien documentés (Flores Ochoa, 1987). La région, située au nord-ouest du lac Titicaca, s’étend entre le Rio Ayaviri et le Rio Azangaro jusqu’à de petites collines au nord. Elle est plate et mal drainée par des cours d’eau qui se déversent dans le Rio Pukara. Les variations saisonnières et interannuelles du climat sont prononcées, soumettant les cultures à des successions de gels, de sécheresses, d’inondations ou d’orages. Malgré tout, la région est densément peuplée. Elle est dévolue à l’élevage des moutons et des lamas ainsi qu’à une agriculture de subsistance.

53Les qochas existeraient aussi dans les districts de Achaya, Saman et Taraco, près du lac Arapa, et, en Bolivie, dans la péninsule de Copacabana. On les a rapprochées des champs à berge irrégulière observés près du lac Titicaca dans la pampa Juliaca qui, à côté des camellones, rappellent par leur forme ronde les qochas.

Conduite technique

54Les qochas sont des dépressions, aménagées par les hommes selon trois formes de base. Les plus fréquentes sont rondes et mesurent de 30 mètres à 200 mètres de diamètre pour une superficie moyenne de 6 000 m2. Viennent ensuite les formes oblongues et les rectangulaires (150 m x 30 m en moyenne). Quelle que soit leur forme, le fond du bassin est parfaitement horizontal et la profondeur varie de un à six mètres (le plus généralement 2 m). Le diamètre est traversé par un fossé principal, profond mais étroit, prolongé à l’une (ou deux) de ses extrémités par une entaille franche des bords relevés, puis par une tranchée qui rejoint une autre qocha. Celles-ci sont reliées les unes aux autres par séries. Les points d’entrée ou de sortie des canaux principaux sont munis de structures permettant de réguler les mouvements de l’eau. La base des cuvettes est marquée par un canal circulaire, plus large et moins profond que le fossé central. Les plus grandes qochas comportent deux canaux concentriques, voire plus. Toute la surface délimitée par ce (ou ces) périmètre(s) est parcourue de sillons reliés au canal circulaire et au fossé central. Leur profondeur est en moyenne de 40 cm, leur longueur de 4 à 8 m et leur espacement de 50 cm. Placés en quinconce, ils sont pourvus à une extrémité d’une bonde permettant de retenir ou d’évacuer l’eau. Les pentes, depuis leur base et jusqu’aux bords, sont équipées de sillons similaires.

La région des qochas, entre les rivières Ayaviri et Azangaro.

55Les cuvettes ainsi aménagées dépendent entièrement de l’eau de pluie. Le sol non cultivé séparant les cuvettes joue le rôle d’impluvium. L’eau collectée s’écoule en zigzag en suivant les sillons, des bords de la qocha jusqu’au canal circulaire puis de là jusqu’au fossé central. Elle baigne ainsi les pentes, puis le fond de la cuvette. Les excédents sont évacués par la tranchée vers une autre qocha. Les quantités d’eau désirées sont obtenues en jouant sur les bondes et les ouvertures de tous ces canaux et sillons. Entre deux pluies, on conserve les sillons en eau pour assurer l’irrigation constante des cultures et pour lutter contre les gelées nocturnes. Lorsque les pluies sont fortes, l’eau est drainée vers les tranchées puis vers quelques qochas transformées alors en réservoir. Par ailleurs, les bords inclinés de ces dépressions retiennent la chaleur et protègent les cultures des vents desséchants et de l’évaporation.

56La qocha sert alternativement de champ de culture, de pâturage et de réservoir d’eau. Les cultures sont établies sur les billons qui séparent les sillons couvrant la base et les bords relevés de la qocha. Elles profitent d’un sol enrichi par les alluvions arrachées à la pente et transportées par les ruissellements ainsi que des débris végétaux mêlés à la terre après la récolte. On y cultive avant tout la pomme de terre ainsi que la cañihua (Chenopodium pallidicaule) et la quinoa (Chenopodium quinoa), l’avoine, l’orge et le blé parfois en rotation. La qocha supporte des cultures de pomme de terre la première année, de quinoa la deuxième année, d’avoine et d’orge la troisième année puis suit une jachère pâturée de durée variable. La taille d’une qocha est généralement exprimée en masa, c’est-à-dire en surface labourée en un jour par une équipe constituée de deux hommes et d’une femme. Le rendement est d’environ une tonne par masa. Le système permet une régulation souple de l’eau de pluie dans une région qui doit faire face à une succession de fortes sécheresses suivies d’inondations.

Une qocha au repos. On note au fond les sillons de la dernière culture de pomme de terre et, à droite, le yani ou canal d’alimentation (LLallahua, district de Jose Domingo Choquehuanca, Province de Azangaro, Puno, Pérou).

Une qocha utilisée comme abreuvoir (LLallahua, district de Jose Domingo Choquehuanca, Province de Azangaro, Puno, Pérou)

Schéma d’une grande qocha cultivée (d’après F. Ochoa, 1987).

57Parfois, la qocha sert de réservoir, surtout dans les régions où il n’y a pas d’autre source d’eau. Il suffit pour cela de fermer l’entrée du fossé principal. L’eau est utilisée pour l’abreuvement du bétail, pour des usages domestiques (avec des risques sanitaires évidents), ou pour arroser ultérieurement une autre qocha à laquelle elle est reliée.

Histoire et société

58Le système des qochas est sans doute l’agriculture de l’Altiplano, autour du lac Titicaca, la moins étudiée si bien qu’il existe peu de références à son sujet. Cela s’explique en partie par le fait qu’au xvie siècle, elles étaient situées en dehors des voies de passage principales. Plus tard, les lignes de chemin de fer ont traversé ces larges dépressions peu profondes, sans que les voyageurs puissent les remarquer, au premier coup d’œil. Ce n’est qu’en 1962 qu’elles ont été mentionnées pour la première fois, par des étudiants en archéologie qui travaillaient dans le Puno, alors même que beaucoup d’entre elles étaient encore en activité.

59Elles sont d’origine préincaïque comme en témoignent les tessons découverts à proximité. Bien que le système soit vraisemblablement antérieur, il est associé au site Pukara. Pukara a été un centre de peuplement important durant des centaines d’années depuis 1 300 avant J.-C. puis il est devenu, entre 250 avant J.-C. et 380 après J.-C., un important site religieux, densément peuplé. Une société fortement hiérarchisée y tenait de grandes cérémonies et a été capable d’assurer une gestion centralisée de l’eau. Mais certains auteurs suggèrent que l’aménagement et la maintenance des structures agricoles, dont les qochas, ont été tout aussi bien mis en œuvre par des groupements communautaires locaux (Albarracin-Jordan, 1999). Même en supposant que les paysans aient utilisé des dépressions existantes dans lesquelles l’eau de pluie s’accumulait, il est certain qu’une grande main-d’œuvre et une longue période de temps ont été nécessaires pour aménager ce système complexe sur une grande étendue. Outre les qochas, cette civilisation a aussi construit d’importants ensembles de champs surélevés (Erickson, 1994). Puis, le site a été progressivement abandonné avec la montée en puissance de Tihuanacu avec laquelle Pukara a entretenu des liens commerciaux et sociaux. Cette civilisation andine qui a étendu son influence jusqu’au nord du Chili, a pratiqué une agriculture fondée sur la construction des terrasses (andenes), des champs surélevés (camellones) et aussi quelques qochas. Mais elles sont peu développées dans la vallée de Tihuanacu, sans doute parce que leur capacité de production est insuffisante pour une nombreuse population. Après la chute de Tihuanacu, en l’an 1000, le site de Pukara a été de nouveau occupé et les qochas utilisées. La région a traversé à cette époque une longue période de sécheresse qui a pu rendre l’utilisation des qochas indispensable pour la survie des populations locales. Plus tard, les Huari puis les Incas ont développé des systèmes renommés de terrasses mais les qochas ont continué à être cultivées, en complément de l’agriculture de pente. La conquête espagnole a par la suite entraîné une grave dépopulation locale qui a conduit à l’abandon partiel de toutes les structures agricoles mais les qochas, toujours utilisées par quelques groupes, ont réussi à traverser les siècles, les guerres et la colonisation. Elles apparaissent donc comme des structures complémentaires à celles qui soutiennent l’agriculture principale et se développent quand les conditions environnementales (naturelles ou sociales) fragilisent l’agriculture et les communautés locales.

60Aujourd’hui, des secteurs entiers de qochas ont été abandonnés ou détériorés soit pour des raisons de salinité des sols, soit à cause d’une mécanisation imprudente dans les secteurs d’haciendas. Mais elles occupent encore plus de 250 km2, avec une densité d’environ 100 qochas au kilomètre carré. Au total, plus de 20 000 cuvettes sont actuellement utilisées de façon intensive par les populations andines contemporaines. Elles ne sont pas les seules structures agricoles de la région et les communautés locales cultivent aussi les pentes, aménagées en terrasses (andenes) et construisent des camellones (ici appelés waru-waru). Il en était ainsi autrefois.

61Le travail est assuré par les seuls membres de la famille nucléaire, puis, en cas de besoins, par les membres de la famille élargie et les voisins, à titre de réciprocité. La qocha est une propriété individuelle qui ne peut pas être vendue à des étrangers. Chaque famille en possède six ou sept, ce qui permet d’assurer un temps de jachère suffisant pour chacune d’elles. Aujourd’hui, plusieurs organismes de développement tentent de réhabiliter ces structures abandonnées et d’améliorer leur fonctionnement.

Références

62Albarracin-Jordan, 1999 ; Erickson, 1994 ; Flores Ochoa, 1987 ; Flores Ochoa et Jorge, 1979 ; Flores Ochoa et Paz Flores, 1986 ; Kendall et Rodríguez, 2002 ; Rengifo, 1987 ; Rozas, 1986 ; Valdivia et al., 1999.

fiche 50. L’entarquinamiento : submersion traditionnelle en horticulture moderne (Éric Mollard)

Nomenclature

63L’entarquinamiento est une technique ancienne fondée sur la submersion contrôlée pendant plusieurs semaines d’une parcelle entourée d’une diguette de terre. Une série d’adaptations historiques a permis qu’elle se marie à la culture moderne de fraises et de pommes de terre. Le mot d’origine arabe inclut l’idée de terre, probablement de limonage ou de colmatage, c’est-à-dire d’une sédimentation forcée dans des casiers de marais soumis à la divagation des rivières. Aujourd’hui, les agriculteurs préfèrent les termes proches d’entanquinamiento ou envasamiento au sens neutre de retenue d’eau (vaso : bassin, tanque : réservoir) plutôt que le vocabulaire juridique, qui parle d’entarquinamiento, surtout depuis que l’eau de la vallée est totalement contrôlée.

Localisation géographique

64La submersion contrôlée de vergers, en particulier d’agrumes, est pratiquée dans quelques régions du monde, en Thaïlande par exemple (voir Les hortillonnages). En France, la submersion continue à être utilisée dans les vignes qui n’utilisent pas les porte-greffe américains résistants au phylloxéra. La vallée de Zamora au Mexique est singulière d’une part pour les cultures pratiquées, d’autre part pour ses équipements qui ont plusieurs fois été sur le point de disparaître avant d’être sauvés par l’ouverture de nouveaux marchés.

Conduite technique

65Sur les hauts plateaux mexicains, les quatre mois de pluies contrastent avec la longue saison sèche. Un labour suivi d’un billonnage est pratiqué en début de saison des pluies, puis l’inondation individuelle de chaque parcelle peut avoir lieu à partir d’une dérivation. Bien qu’au Mexique de nombreuses rivières tarissent, le Duero bénéficie d’un débit important qui garantit l’irrigation en saison sèche. On vide le casier avant la fin des pluies en septembre et les jeunes plants de fraise sont repiqués dans la boue des billons légèrement aplatis après un séjour sous l’eau. Il s’agit, en effet, de profiter de la production d’hiver destinée aux États-Unis. La pomme de terre, plus fragile, est plantée dans d’autres parcelles un mois plus tard lorsque les sols sont ressuyés pour une commercialisation de contre-saison à partir de février. La submersion est une « jachère en eau » qui vaut, dit-on, un labour. Dans la vallée de Zamora, la submersion vise à contrôler à faible coût les ravageurs comme le ver blanc et les mauvaises herbes. Les deux mois de submersion ne sont pas réellement perdus car les sols très argileux s’avèrent vite impénétrables en saison des pluies, même avec un simple attelage. Des drains enterrés ont été mis en place afin d’accélérer le drainage en fin de saison des pluies, principalement pour la production de pommes de terre. Les seuls équipements où l’État est intervenu sont les portes de régulation sur la rivière.

Histoire et société

66Jusqu’à l’arrivée des Espagnols, les zones marécageuses du Bajío servaient essentiellement à la chasse et à la pêche ainsi qu’à la collecte de produits aquatiques tels que les joncs. Les agriculteurs préféraient alors les sols meubles de coteaux qui, après une jachère courte et un brûlis, permettaient la culture du maïs, de la courge et du haricot. Les chinampas et les camellones étaient les deux exceptions notables à l’usage des milieux humides (chapitre 3).

Localisation principale des entarquinamientos et des systèmes de casiers au Mexique.

Inondation des parcelles pendant la saison des pluies. Les restes de végétation vont pourrir sous l’eau (vallée de Zamora, Mexique).

67Les Espagnols lâchèrent leur bétail dans ces zones inutilisées en apparence. Durant les premiers siècles de la colonisation, la grande transhumance reposa sur les marécages qui fournissaient un fourrage abondant en saison sèche. Les crues fertilisantes étaient appréciées et les éleveurs vendaient la laine, les cuirs et le suif aux mines d’argent qui firent la richesse du vice-royaume jusqu’au début du xixe siècle. À Zamora, les citadins se plaignaient des crues qui entravaient le commerce, détruisaient les cultures et rendaient l’irrigation impossible du fait du colmatage des canaux. Seul le pois chiche pouvait être cultivé en décrue. Au xixe siècle, l’accès aux grands parcours du nord du Mexique a fait chuter le cours du bétail, conduisant l’oligarchie terrienne du centre du pays à la reconversion aux céréales. L’assainissement de la vallée put débuter même si la crue, mieux maîtrisée, continuait à féconder le blé irrigué, ameublissant le sol et l’enrichissant de sédiments arrachés aux pentes volcaniques puis piégés dans les casiers.

68À la fin du xixe siècle, le chemin de fer élargit l’horizon commercial dans tout le pays et les caravanes de mulets, proie du grand banditisme, disparurent. Forte d’une irrigation abondante, la vallée s’orienta vers le maraîchage, mais ce premier élan fut interrompu par la révolution mexicaine en 1910. Les haciendas, de taille moyenne, n’avaient pas les moyens d’un assainissement total sans le secours de l’État. Le caractère hydraulique originel fut ainsi préservé alors que dans les vallées voisines, les grandes haciendas s’étaient équipées rapidement afin de produire davantage de blé et de canne à sucre. L’assainissement de la vallée fut complété en 1950. La fraise destinée à l’exportation puis la pomme de terre remplacèrent le blé. Sur le point de disparaître, la submersion renaquit, sauvée par la culture de la fraise.

69La vallée de Zamora se situe au contact de domaines écologiques et sociaux qui marquaient la frontière entre les civilisations agricoles de Méso-Amérique et les Chichimèques semi-nomades du Nord. Aujourd’hui, elle est la région de confluence de trois modes de vie : le ranchero qui reste l’éleveur pionnier des régions difficiles, l’Indien tarasque confiné dans la sierra et la paysannerie métisse issue du partage des haciendas à la réforme agraire dans les années 1930. Cette position de nœud culturel a permis d’alimenter les besoins de l’horticulture en main-d’œuvre. La région est aussi la première zone de migration, essentiellement masculine, aux États-Unis. Les femmes, seules à rester sur place, se partagent alors les séquences de la chaîne opératoire. Les Indiennes de la montagne tarasque participent aux récoltes tandis que les Métisses, qui ne travaillent jamais au champ, se retrouvent dans les usines de conditionnement agroalimentaire.

Les unités agro-industrielles pour la fraise d’exportation sont disséminées dans la vallée de Zamora.

Début de mise en eau d’un casier dans la vallée de Zamora (Mexique).

Le territoire est parfaitement aménagé pour le contrôle de l’irrigation et du drainage (hauts plateaux tempérés du Mexique).

70De nos jours, la dérivation des eaux de la rivière oppose les tenants d’un système à la fois traditionnel et écologique et ceux qui n’y voient qu’un gaspillage par une poignée de privilégiés aux dépens des usagers à l’aval. Le débat rappelle les échauffourées entre éleveurs et citadins du xviiie siècle. Il faut reconnaître que l’inondation participe à l’écrêtage des crues et au piégeage des sédiments alors qu’en saison des pluies, l’eau n’est pas utile à l’aval. Des retenues permettraient d’étendre les périmètres irrigués, mais celles en fonctionnement se comblent rapidement. La sédimentation est accrue par la déforestation des montagnes alentour au profit des compagnies forestières. Les lacs célèbres comme Patzcuaro et Chapala se comblent. Ce dernier, encore le plus grand du pays, alimente en eau potable Guadalajara, la deuxième ville du pays mais le retrait du lac rend l’irrigation impossible sur les anciennes rives. L’eau symbolise l’avenir économique et culturel de la région et dans un certain sens, l’entarquinamiento contribue à ralentir la mort annoncée du plus grand lac du Mexique. Au-delà, l’eau est un enjeu régional qui englobe toutes les activités : sa gestion est d’abord un geste politique.

Références

71Chairez et Palerm, 2004 ; Mollard, 1994 ; Perdomo et Palerm, 2002 ; Sánchez Rodríguez, 2001 b ; Wilken, 1987.

72http://www.geocities.com/​jacinta_palerm/​cajas_de_agua/​

fiche 51. Les systèmes de casiers au Mexique (Éric Mollard)

Nomenclature

73Un système de casiers forme un réseau de parcelles endiguées rarement jointes, connectées entre elles de manière hiérarchisée. Chaque casier est endigué et doté de vannes pour emmagasiner l’eau en saison des pluies. Selon l’importance des pluies, une année donnée, l’agriculteur remplit un ou tous les casiers, ce qui commande non seulement la surface irriguée mais aussi les cultures pratiquées.

74Au Mexique, les grands propriétaires qui pouvaient construire un tel système utilisaient les termes de bordo et de caja qui signifient respectivement digue et casier. Cette terminologie formelle et non fonctionnelle est neutre car elle ne présume pas d’une fonction ou d’une autre. En revanche, elle est peu précise car les mêmes digues de parcelle et les mêmes casiers peuvent jouer un rôle très différent selon qu’ils sont près d’une rivière, d’un lac, d’un marécage ou simplement en pleine terre comme c’est le cas de ces systèmes. Dans ce cas, il s’agit essentiellement d’irrigation selon des modes spécifiques comme nous allons le voir.

Localisation géographique

75Ces grands systèmes de casiers couvrant plusieurs centaines d’hectares, sans compter les terres irriguées avec l’eau emmagasinée dans les casiers, sont spécifiques de vastes propriétés de la région centrale du Mexique avant la grande réforme agraire lancée dans les années 1930. Il est possible que certaines haciendas en aient eu dans le nord aride du pays. En revanche, nous n’avons pas trouvé de témoignages de ces casiers dans d’autres pays latino-américains bien que les conditions sociales et écologiques y soient réunies pour créer ce type d’infrastructure.

76Plus particulièrement, ce sont les haciendas de l’Altiplano situées entre 1 600 et 1 800 mètres d’altitude, qui ont étendu ces systèmes d’irrigation depuis la conquête jusqu’à la réforme agraire. Le climat de cette zone bien arrosée (700 mm par an) est tempéré. Cette technique a été abondamment documentée dans le Bajío (États du Michoacán et du Guanajuato) entre les villes de Mexico et de Guadalajara. L’eau emmagasinée dans les casiers en saison des pluies était utilisée en saison sèche (de climat également tempéré mais plus frais car c’est l’hiver) pour produire une récolte de blé, le maïs étant la culture, à l’époque, de la saison des pluies. Les deux cultures (maïs, blé) produites chaque année pouvaient d’ailleurs être pratiquées au-dessus de 2 200 mètres d’altitude et il est possible que la région de Puebla au Mexique ait eu aussi ses systèmes de casiers.

Conduite technique

77Produire deux cultures par an à une époque qui ne connaissait pas les herbicides ni les pesticides de synthèse n’a pu être possible que sous certaines conditions. D’abord, les haciendas disposant de toutes les terres de la région mais de relativement peu de force de travail, de plus asservie, ne produisaient pas le maïs et le blé sur les mêmes terres. Le maïs était soumis à une rotation bisannuelle avec une année de repos ou de jachère. Pour le blé irrigué, la conduite technique est imparfaitement connue, mais les terres inondées par les casiers ont pu être ensemencées chaque année du fait d’un « labour en eau » ou « jachère en eau » qu’a constitué l’inondation pendant plusieurs mois.

78Les digues de terre, d’une hauteur de 50 cm à 2 m de haut selon l’inclinaison des terres, clôturent des surfaces pouvant aller jusqu’à 100 ha. Le système est typiquement composé d’un casier maître qui est rempli chaque année par les ruissellements provenant des collines voisines ou bien par l’eau captée sur une rivière, dont l’écoulement est souvent saisonnier dans la région. En année pluvieuse, les casiers secondaires sont remplis à leur tour. Ces casiers fonctionnent comme des réservoirs à partir desquels les terres de culture sont irriguées. En fin de saison des pluies, l’eau irrigue des dizaines d’hectares de blé et de canne à sucre. Les premiers casiers vidés sont ensemencés en blé (ce qui suppose une irrigation depuis d’autres casiers) ou en pois chiche qui se contente de la seule humidité du casier vidangé. En année sèche, seules les terres bordant le casier maître sont ensemencées en pois chiche en une seule irrigation et le casier lui-même, vidangé, est cultivé également avec du pois chiche.

Histoire et société

79Le pois chiche a servi principalement de fourrage de qualité pour le bétail des haciendas. Il s’ajoute au pois chiche de décrue qui est abondant en bordure des marécages et des lacs superficiels. Au niveau régional, le système de casiers génère sa propre dynamique économique qui, en retour, renforce l’intérêt vis-à-vis de cette technologie. En effet, les années sèches fournissent de grandes quantités de pois chiche et très peu de blé, conduisant à une augmentation des prix. Tout le monde cherche donc à produire du blé. En revanche, les années humides produisent du blé en excès et les prix chutent. Les haciendas les moins bien préparées sont fortement pénalisées et celles qui peuvent garantir chaque année un volume suffisant d’eau dérivée d’une rivière vers un casier peuvent profiter des conjonctures favorables. L’économie régionale est donc instable et profite aux plus gros propriétaires. Progressivement ces derniers rachètent les terres des plus petits. Toutefois, les haciendas de cette région, couvrant ailleurs plusieurs centaines voire milliers d’hectares, ont toujours été plus petites que dans les autres régions du pays, probablement du fait que le rachat des propriétés est également le fait d’entrepreneurs enrichis dans le commerce ou dans les mines.

80Dans les années 1930, le gouvernement issu de la révolution mexicaine distribue les terres agricoles à des centaines de milliers d’anciens ouvriers agricoles, les péons. Cette distribution met un terme à la technologie des casiers et, par conséquent, à l’irrigation. Quelques casiers isolés ont pu être maintenus dans les villages avant d’être appropriés par quelques familles. Aujourd’hui, les systèmes de casiers ont disparu et seuls quelques-uns se sont maintenus sur une base collective. L’abandon de cette forme d’irrigation a conduit le gouvernement révolutionnaire à développer la grande irrigation à partir de vastes retenues comme cela a lieu dans de nombreux pays. L’irrigation se développe bien au-delà de celle des haciendas pour des milliers de petits paysans. Toutefois, il faut attendre 1992 pour que le gouvernement promeuve des associations d’usagers et que l’administration centrale délègue la gestion de l’eau aux usagers eux-mêmes.

Le système de casiers dans la vallée d’Ecuandurco au Mexique.

Références

81López Pacheco, 2002 ; Mollard, 1994 ; Palerm Viqueira, 2002 ; Sánchez Rodríguez, 2001 ; Sánchez Rodríguez, 2002 ; Velásquez et al., 2002.

fiche 52. Le lameo en Bolivie (Margot Jobbé-Duval)

Nomenclature

82Le lameo est une technique de capture et d’épandage des sédiments pratiquée en Bolivie, dans la région de Capinota (département de Cochabamba). Le terme espagnol de lameo provient en effet de lama, boue. Sur l’Altiplano, les populations chipaya (département d’Oruro) pratiquent une technique similaire qu’ils désignent par le nom quechua mayqa, ce qui signifie à la fois « alluvion », et « terrain sédimenté, recouvert de boue, apte à la culture et fertile ». Dans cette région cette technique d’inondation joue aussi un rôle important de lessivage du sel qui « remonte » à la fin de la saison agricole et pendant la saison sèche hivernale.

83Si le terme espagnol a perduré à Capinota, région quechuaphone, c’est peut-être parce que les haciendas, tenues à l’origine par des Espagnols, se sont installées sur les berges des cours d’eau, là où se pratique la technique du lameo.

84Des méthodes similaires existent ou ont existé ailleurs, et le lameo est notamment à rapprocher des cultures de décrue, avec bassins de décantation, pratiquées dans la vallée du Nil depuis le 4e millénaire av. J.-C. jusqu’à la mise en place du barrage d’Assouan (Mazoyer et Roudart, 1997), de même en Tunisie dans les régions semi-arides du Sud. Au Mexique, on désigne cette technique par les noms de bordo, caja ou metepantli, les deux premiers termes bordo (diguette ou barrage) et caja (casier) étant espagnols, le dernier nahuatl.

Localisation géographique

85La technique du lameo se pratique essentiellement dans la région de Capinota, sur les parcelles de culture situées en bordure des cours d’eau. La région se caractérise en effet par des cours d’eau aux lits très larges, charriant en saison des pluies des limons et des sédiments en abondance, arrachés en amont par une érosion hydrique forte. La zone d’extension de la pratique du lameo correspond ainsi aux lits des ríos Arque, entre les localités d’Arque et de Capinota, et Tapacarí, entre Parotani et Capinota.

86Le climat de la région est caractérisé par une saison sèche hivernale très marquée, entre avril et novembre, au cours de laquelle les températures nocturnes chutent. Les cours d’eau coulent entre 2 700 m (village de Arque) et 2 300 m (village de Capinota) environ, donc à une altitude suffisamment basse pour que les gelées nocturnes soient exceptionnelles, ce qui permet la mise en culture toute l’année. La saison des pluies concentre l’essentiel des précipitations, soit environ 500 mm, une irrigation est donc indispensable pendant l’hiver.

Conduite technique

87Le lameo, dans la région de Capinota, est une technique de fertilisation et de contrôle de l’humidité des sols qui se combine avec un système d’irrigation traditionnel utilisant la même source d’eau (celle de la rivière) et la même infrastructure. Celle-ci est constituée de canaux à ciel ouvert (le plus souvent de terre, mais certaines ONG ont récemment financé le revêtement en ciment des canaux principaux). À partir d’une prise d’eau, la boca toma, partant de la rivière, un canal principal se divise en canaux secondaires qui desservent des groupes de parcelles. La conduite de l’eau (d’irrigation ou du lameo) depuis les canaux secondaires jusqu’aux différentes parcelles est assurée par des petites levées de terre qui peuvent avoir un caractère provisoire. En période de lameo, les paysans peuvent rehausser les diguettes entourant chaque parcelle, de 30 cm de hauteur en moyenne, en fonction de la quantité de sédiments qu’ils souhaitent apporter. Chaque champ est ensuite coupé de sillons (80 cm de largeur sur 35 cm de profondeur) de façon à fragmenter uniformément les eaux limoneuses.

88À partir du mois de décembre, lorsque le débit des eaux limoneuses augmente, les paysans ouvrent les barrages préalablement construits et laissent l’eau envahir les champs, sur une hauteur de 12 à 15 cm. Si le débit est trop élevé, des barrages temporaires faits de broussailles sont déposés dans les canaux de façon à ralentir le flux.

La technique du lameo se pratique essentiellement dans les vallées du département de Cochabamba.

89L’eau de la rivière ainsi déposée sédimente en quelques jours, et l’opération est renouvelée au bout d’environ trois semaines, lorsque l’eau excédentaire a été drainée. Pour cela, les petits barrages donnant sur les parcelles sont fermés, et l’eau s’écoule vers la rivière par gravité. L’opération complète du lameo est donc constituée du passage de trois lames d’eau sur la parcelle, de moins en moins chargées en limons à mesure qu’on avance dans la saison des pluies. Ce qui permet au final de déposer des sédiments sur une épaisseur d’environ dix centimètres, entre les mois de décembre et mars. Le barrage principal est ensuite clos, et les champs labourés de manière à incorporer au sol les sédiments. Aujourd’hui, les paysans incorporent également au sol du fumier de volaille (gallinaza), provenant des élevages de poulets en batterie de la ceinture périurbaine de Cochabamba, lors des labours de fin mars et début avril. Le lameo est réalisé environ une année sur trois, et les parcelles de petite taille, n’excédant pas 600 m2, sont ensuite cultivées en pommes de terre (essentiellement la variété hybride Desiree) et en cultures maraîchères (ail, oignon, carotte...), toutes destinées à la vente.

90La technique du lameo permet de faire face au manque d’eau pendant la saison sèche. Les limons charriés par la rivière et déposés dans les parcelles augmentent la capacité de rétention d’eau des sols, et une irrigation de complément est distribuée d’avril à novembre. Par ailleurs, les alluvions déposées participent à la restauration de la fertilité des sols, bien qu’un complément de fertilité azotée soit apporté aujourd’hui sous forme de fumier de volaille, autrefois par le pâturage du bétail. L’asphyxie des sols pendant la période d’inondation pourrait palier les risques phytosanitaires, en diminuant l’influence des adventices, mais également en neutralisant insectes, larves, œufs, et surtout les nématodes, parasites importants de la pomme de terre. Le lameo permettrait ainsi d’éliminer les années de jachère pratiquées dans les soles voisines.

Calendrier des cultures.

Parcelle préparée par lameo et protégée par un mur de contention, río Arque.

91En début de saison des pluies, les eaux sont fortement chargées en sédiments, mais également en sels (notamment des carbonates de calcium) provenant des nombreux gisements situés dans les montagnes alentours. Ce phénomène est accentué par une évaporation forte en saison sèche. Le lameo pratiqué en fin de saison des pluies contient moins de limons, mais également moins de sels (les pluies, moins fortes, sont aussi moins érosives). Les paysans doivent donc gérer en permanence cet équilibre entre fertilité et salinité. Il s’agit d’un équilibre d’autant plus subtil que la diminution du bétail, liée à une déprise agricole dans la région (notamment du fait d’une forte migration), a rendu les paysans dépendants d’un approvisionnement extérieur en fertilisant, sous forme d’engrais chimiques et de gallinaza ; la salinisation des terres atteint par ailleurs des degrés si critiques que les paysans se voient obligés de retirer des croûtes de sels affleurant à la surface. Le fumier de volailles permet ainsi de réduire la salinité des sols.

92Enfin, le dépôt d’alluvions, en surélevant les sols, constituerait également une forme de lutte contre la forte érosion qui caractérise ces sols. De plus en plus, c’est par la construction de murs de contention en béton, souvent financée par des ONG, que les paysans cherchent à lutter contre l’érosion des berges.

Histoire et société

93L’irrigation est très ancienne dans les vallées de Cochabamba, et des systèmes performants datés de 1500 av. J.C. ont été identifiés (Zimmerer, 1995). Le peuplement ancien des vallées d’Arque et de Tapacari, par des sociétés agricoles, laisse supposer une origine ancienne du lameo, technique probablement reprise par les haciendas qui occupèrent les terres agricoles situées dans les fonds de ces vallées.

94L’entretien des barrages et des canaux principaux est réalisé collectivement par les groupes familiaux qui les utilisent (c’est d’ailleurs ce travail d’entretien qui pérennise les droits d’accès aux ouvrages collectifs) ; celui des diguettes entourant chaque parcelle est à la charge des individus. Cette technique nécessite une bonne coopération entre les communautés utilisant le même canal principal, afin d’assurer un entretien régulier et partagé des structures communes et, en saison des pluies, de garantir une répartition de l’eau équitable entre tous, surtout lorsque la crue est faible.

95Aujourd’hui, la persistance du lameo, bien que coûteux en main-d’œuvre (notamment pour les travaux d’entretien) s’explique par l’impossibilité de mécaniser le travail sur des parcelles aussi petites, et par les fortes valeurs ajoutées des cultures pratiquées (maraîchage, pomme de terre). Les paysans pratiquant le lameo sont des Indiens de langue et de culture quechua, descendant des travailleurs des haciendas installées jusqu’en 1953 sur les berges des rivières Arque et Tapacari. Au cours des quinze dernières années, des projets de développement menés par des ONG ont permis d’aménager de nouvelles parcelles de culture. Les paysans des hautes terres ayant les moyens de participer financièrement à ce processus de « récupération de terres » ont peu à peu migré pour s’installer dans des communautés nouvellement formées en bordure des rivières. Malgré la petite taille des exploitations (généralement moins de cinq hectares), la valeur ajoutée des cultures maraîchères pratiquées sur les parcelles conduites avec la technique du lameo assure aux paysans un revenu et des conditions socio-économiques plus enviables que ceux qui caractérisent les hautes terres de la région de Capinota. Cependant, les paysans, autrefois bien intégrés à l’économie régionale grâce à la ligne de chemin de fer Cochabamba-La Paz, se trouvent aujourd’hui isolés des axes de communication et de commercialisation depuis sa suppression dans les années 1990.

Références

96Boer et Castellón, 1996 ; Mazoyer et Roudart, 1997 ; Revel et Douspis, 2006 ; Zimmerer, 1995.

fiche 53. L’or de Chilac (Mexique)

Nomenclature

97Les paysans de la vallée Tehuacán (Mexique) nomment el oro de Chilac (l’or de Chilac) les sédiments charriés par les torrents en crue et déposés sur leurs champs au moyen d’un ensemble d’aménagements. Dans cette forme d’irrigation, l’eau est utilisée comme moyen de transport des éléments fertilisants.

Localisation géographique

  • 2 Cet exemple a été rédigé à partir d’un unique article de G. Wilken (1987) que nous résumons.

98Les casiers de limonage sont présents en d’autres endroits du Mexique, ainsi qu’en Bolivie. Le cas présenté ici est celui de San Gabriel Chilac et San José Miahuatlán, décrit par G. Wilken2. Les sédiments captés et utilisés par les paysans de ces deux localités proviennent de la région de Zapotitlán de Salinas (Zapotitlán : terre des zapotes ; salinas : œuvre du sel) située plus à l’ouest. C’est une région totalement érodée par les pluies diluviennes d’orages saisonniers qui surviennent de façon imprévisible et remplissent en quelques heures le lit à sec des ravines puis celui d’un torrent temporaire : le barranca Zapotitlán. L’érosion accentuée des versants escarpés laisse un sol dénudé où seuls se maintiennent des cactus candélabres que délaissent les troupeaux de chèvres. Des extractions minières d’onyx et l’accumulation par endroits de sels déposés par les eaux de cours d’eau printaniers (dépôts de sel qui donnent son nom à la localité) augmentent encore l’aspect désolé de ces lieux. Comme les orages sont localisés, le bassin de drainage du Zapotitlán reçoit l’eau de différentes zones charriant des sédiments de qualité différente. Seuls ceux qui sont issus de la région de Zapotitlán de Salinas sont utiles pour l’agriculture.

Conduite technique

99Le torrent Zapotitlán est alimenté par les pluies d’une dizaine d’orages saisonniers, survenant entre mai et septembre. Son lit est barré en plusieurs endroits par de longs barrages de ciment dont la hauteur n’excède pas deux mètres au-dessus du niveau de l’eau. Des brèches de 3 à 4m de large (puertos) sont effectuées dans les berges, de façon à libérer les eaux limoneuses qui sont alors concentrées dans un canal principal (zanjas) creusé sur plusieurs kilomètres. Le canal principal alimente des canaux secondaires qui à leur tour acheminent l’eau vers les parcelles cultivées au moyen d’une série de petits canaux. Les parcelles de culture (pantles) sont des casiers rectangulaires bordés de larges bourrelets (3 à 4 m de large à la base et 1m environ de hauteur). Les dimensions de chaque parcelle sont adaptées à la topographie des lieux et varient d’un agriculteur à l’autre. En moyenne chacune d’elle mesure 0,25 ha. Lorsque les parcelles sont situées sur des pentes un peu raides, elles sont soutenues par de hauts murs pouvant atteindre une hauteur de quatre mètres. L’eau pénètre dans la parcelle par une petite brèche située au ras du sol et s’évacue par un déversoir construit à 30 cm au-dessus du sol.

Zapotitlán de Salinas et le río Salada dans la vallée de Tehuacán.

100En temps ordinaire, la prise d’eau sur le torrent est fermée par un barrage temporaire fait de branchages et de terres. Au niveau des parcelles, les portes d’entrée et de sortie de l’eau sont également fermées par un assemblage de boue, de bois et de broussailles. Au moment des crues, les paysans concernés décident collectivement d’ouvrir ou non la porte de berge sur le torrent Zapotitlán. Ils laissent généralement passer les premières eaux, dont la teneur en sel est élevée après avoir lessivé les concrétions de sel de Zapotitlán de Salinas. Puis, ils observent les eaux et évaluent la qualité de leurs limons, laissant également passer les eaux chargées de sable. Dès que les eaux limoneuses sont jugées satisfaisantes, la prise d’eau est ouverte et le flux est dévié dans le canal principal. Tous les ans, quatre à cinq inondations sont ainsi pratiquées. Chaque paysan choisit alors d’inonder ou non ses propres parcelles. Il lève les barrages fermant les brèches d’entrée et de sortie dans les casiers. La lame d’eau de 30 cm environ est ralentie et piégée dans les casiers où elle dépose les sédiments qu’elle charrie. Dès que la couche a atteint une épaisseur moyenne de 10 cm, le paysan referme les arrivées d’eau puis les sorties. L’eau résiduelle s’infiltre dans le sol et dénude des amas irréguliers de boues fertiles qu’il faut alors niveler. Chaque année les paysans laissent ainsi se déposer de 5 cm à 40 cm de sédiments humides, selon leurs besoins. On cultive, parfois de façon continue, le maïs et l’ail.

101Le plancher des parcelles s’élève progressivement en raison de l’accumulation répétée des boues si bien que chacun doit curer la parcelle et entasser la terre sur les bourrelets, avant de procéder à un nouveau limonage. L’érosion provoquée par la turbulence des flux est sévère sur toute la longueur du système. Les berges du torrent sont maintenues par des murs de ciment mais ailleurs il n’existe aucun mur de soutènement. Des fissures sont donc fréquentes aux points faibles et les terriers des animaux fragilisent les bourrelets si bien que la maintenance du système nécessite une vigilance constante.

Histoire et société

102L’origine de ce type d’agriculture n’a pas été déterminée, mais elle est ancienne et se situe avant la conquête espagnole. Le bon fonctionnement de ces systèmes repose sur une organisation sociale particulière, caractérisée par une forte entraide et le partage de savoir-faire précis. Les aménagements sont souvent progressifs et se font petit à petit, de préférence en morte-saison, de même que tous les travaux d’entretien. Chacun est responsable de ses champs mais la détérioration locale des digues peut nuire au fonctionnement de tout le système et donc aux intérêts de la communauté. L’entretien régulier de chaque barrage sur le lit du torrent, des portes et des canaux principaux est donc sous la responsabilité des groupements communautaires qui ont procédé à leur aménagement. Ce sont également eux qui décident de l’ouverture des barrages et de la distribution de l’eau limoneuse. En général, les quantités d’eau limoneuse captées et dirigées sont suffisantes pour alimenter les champs les plus éloignés du torrent si bien qu’il y a peu de conflits. Quand ils surviennent, sachant que les plus importants sont le règlement des tours d’irrigation, surtout en cas de pénurie, et le renouvellement des infrastructures, l’organisation communautaire est en mesure de les résoudre. L’ouverture des vannes est aussi imprévisible que la survenue des orages et peut même avoir lieu de nuit. Là encore, les membres de la communauté doivent s’organiser pour surveiller les torrents et prévenir de l’arrivée de la crue puis se mobiliser rapidement pour ouvrir toutes les vannes et maîtriser l’inondation. Les savoir-faire résident dans le choix des eaux, dans l’évaluation des besoins du sol et des plantes, dans la fréquence des inondations à exécuter au niveau des parcelles et dans les quantités de limons à retenir. Les inondations doivent être suffisantes pour assurer une bonne fertilité du sol mais non excessives pour ne pas surélever inutilement le plancher des casiers et ne pas léser sans raison les parcelles situées en aval.

103Dans ce type d’agriculture, plus que dans d’autres, le lien entre la structure sociale et la technique agricole est très étroit. Une défaillance ou une transformation de l’une influe directement et rapidement sur l’autre. Elle ne peut donc être le fait que de communautés très soudées partageant des valeurs et des intérêts communs. La société mexicaine, fondée sur des relations de parenté élargie et sur des groupements communautaires, est à même de la mener avec succès, mais la technique est difficilement transférable à d’autres types de société.

Références

104Wilken, 1987.

Notes

1 La rédaction de ce paragraphe s’est essentiellement appuyée sur l’étude de A. Kirkby (1973).

2 Cet exemple a été rédigé à partir d’un unique article de G. Wilken (1987) que nous résumons.

Table des illustrations

Légende Arrosage de l’oignon au Burkina Faso.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende L’irrigation au pot est un système d’arrosage manuel avec l’eau tirée de puits.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Végétation sub-désertique des hauts plateaux de Oaxaca avec euphorbiacée.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 998k
Légende L’irrigation au pot est très répandue dans les petites vallées autour de Oaxaca.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende Dans le nord du Ghana en zone de savane, des puits sont creusés puis remblayés selon les saisons culturales.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Approfondissement d’un puits à l’aide d’une calebasse au Ghana.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Jeune fille attendant de récupérer le déblai.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Légende Parcelle préparée pour la culture de tomates et ses différents puits au Ghana (installation d’un piézomètre dans un ancien puits).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Légende Dans les Andes centrales de l’Équateur, les Indiens pratiquent une agriculture adaptée aux étages montagnards.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Photo 1Le versant de Chiquicahua exploité par le groupe indien de Mulanleo, province de Tungurahua (Équateur).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Photo 2Une planche d’arrosage, le cantero, dans la zone des groupes métis en aval de Juan Begnino Vela (Santa Rosa, province du Tungurahua).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Photo 3Entretien du canal Cunugyacu-Chimborazo par un groupe formé d’Indiens et de Métis. (Santa Rosa, province du Tungurahua).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Légende En Océanie, la Mélanésie forme un chapelet d’îles au nord-est de l’Australie parmi lesquelles le Vanouatou.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Culture de piments sur les murets de la tarodière.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 734k
Légende Tarodière irriguée de la côte ouest de Santo au Vanouatou.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende La région des qochas, entre les rivières Ayaviri et Azangaro.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Une qocha au repos. On note au fond les sillons de la dernière culture de pomme de terre et, à droite, le yani ou canal d’alimentation (LLallahua, district de Jose Domingo Choquehuanca, Province de Azangaro, Puno, Pérou).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Une qocha utilisée comme abreuvoir (LLallahua, district de Jose Domingo Choquehuanca, Province de Azangaro, Puno, Pérou)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Schéma d’une grande qocha cultivée (d’après F. Ochoa, 1987).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Localisation principale des entarquinamientos et des systèmes de casiers au Mexique.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Inondation des parcelles pendant la saison des pluies. Les restes de végétation vont pourrir sous l’eau (vallée de Zamora, Mexique).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Les unités agro-industrielles pour la fraise d’exportation sont disséminées dans la vallée de Zamora.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Légende Début de mise en eau d’un casier dans la vallée de Zamora (Mexique).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Le territoire est parfaitement aménagé pour le contrôle de l’irrigation et du drainage (hauts plateaux tempérés du Mexique).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Le système de casiers dans la vallée d’Ecuandurco au Mexique.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende La technique du lameo se pratique essentiellement dans les vallées du département de Cochabamba.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Calendrier des cultures.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Parcelle préparée par lameo et protégée par un mur de contention, río Arque.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Légende Zapotitlán de Salinas et le río Salada dans la vallée de Tehuacán.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2869/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search