Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agricultures singulières

 | 
Éric Mollard
, 
Annie Walter

Partie 3. Irriguer, fertiliser et planter

Introduction à la partie 3

Texte intégral

Tarodière irriguée à Futuna (France). © É. Mollard

1Les défauts patents de certains environnements tels que l’excès d’eau des milieux humides ou l’insuffisance des pluies dans les régions arides ou encore l’érosion accélérée du sol dans les zones montagneuses sont réduits ou surmontés par tout un ensemble de pratiques agricoles dont plusieurs ont été abordées dans les deux parties précédentes. Cependant, celles-ci n’épuisent pas, loin s’en faut, l’immense diversité des méthodes de culture. Même dans des milieux moins hostiles, l’homme doit continuer à manipuler l’eau, la terre et la plante pour obtenir une production végétale satisfaisante. Nous verrons donc encore quelques types d’agriculture, élaborés au fil du temps par des générations d’agriculteurs, transmises de père en fils ou de mère en fille, comme autant de savoirs particuliers et autrefois indispensables qui, cependant, disparaissent en partie, sans doute en raison d’une utilité moindre dans le monde moderne.

2Le chapitre 9 reprend le thème de l’eau et plus particulièrement celui de l’irrigation. L’eau est tout d’abord un facteur de production en étant consommée par la plante. La plante capte le gaz carbonique de l’atmosphère pour le transformer, avec l’eau incorporée, en matière végétale. L’eau est aussi une condition de la croissance végétale. En effet, elle dissout les ions minéraux disponibles dans le sol ou contenus dans les engrais puis les met à la disposition des racines. Outre ces deux fonctions, l’eau joue de nombreux rôles utiles à l’agriculture et pas seulement comme palliatif à la sécheresse. En dehors des systèmes de canalisation, l’irrigation est assurée selon des modèles variés : à la main (Irrigation au pot), à la raie (canteros), en bassins (Taro en bassins irrigués) ou par cuvettes inter-connectées (Les qochas de l’Altiplano). L’inondation est également une méthode employée pour maîtriser les mauvaises herbes, comme c’est le cas dans les casiers mexicains. Enfin, l’eau joue également le rôle de transport de sédiments. Nous l’avons déjà vu au chapitre 6 à propos des jessour et, d’une façon générale, dans la partie 2. Dans ce chapitre, le limonage ou le colmatage, technique bien documentée en Europe, est abordé sur des exemples pris en Amérique latine. Sur les pentes, la technique est plus délicate et consiste à inonder périodiquement les terrasses par une dérivation de rivières ou de torrents. Il arrive ainsi qu’une région entière soit aménagée afin d’inonder les parcelles cultivées par l’eau chargée de sédiments qui ruisselle des collines adjacentes. Près des côtes ou dans les deltas, le limonage est à l’origine de la poldérisation.

Tarodière irriguée à Tasmate au Vanouatou.

3Dans le chapitre 10, nous avons rassemblé un ensemble de techniques concernant la transformation des sols pour améliorer leurs caractéristiques physicochimiques intrinsèques. Le sol, doté d’une texture, d’une structure et d’une composition chimique particulières, est à la fois un support réglant la vitesse d’infiltration de l’eau et un réservoir permettant de la retenir. Sa texture et sa profondeur influent sur la croissance des racines. Les éléments qu’il contient doivent être également préservés de l’érosion et sa fertilité doit être restaurée, après chaque récolte. Les moyens pour construire un sol avec peu de ressources sinon l’ingéniosité, pour le reconstituer ou simplement pour l’amender, sont innombrables. Nous traiterons simplement du billonnage dont le but est de concentrer au pied de la plante un sol fertile et riche en humus, mais aussi d’assurer une bonne aération du sol et de fournir à la plante un grand volume pour le développement de ses racines. Le chapitre 3 a déjà présenté les champs surélevés et a développé l’étude de ceux qui sont aménagés en milieu humide. Les exemples choisis dans ce chapitre illustrent deux fonctions générales de la butte : l’aération du sol et la gestion de la fertilité. L’enrichissement de la terre en humus est d’ailleurs une pratique constante qui utilise entre autres, le fumier, les débris végétaux, le paillage ou la jachère. C’est ainsi que les petites fermes de Bretagne au xixe siècle fabriquaient ce que l’on appelait du fumier de rue avec des ajoncs empilés sur les lieux de passage des animaux et enrichis en urée et en éléments organiques avant d’être épandus sur les terres cultivées. Les agronomes romains connaissaient les avantages que procurait le simple épandage de marne ou marnage sur les terres. Ces pratiques ont conduit à la création de sols anthropogéniques (ou anthroposols) très fertiles dont nous donnons deux exemples : les terres noires en Amazonie et les plaggen soils en Europe du Nord. Reconnaissables à l’œil nu, ils résultent de l’enrichissement organique répété du sol, au même endroit et durant de nombreuses années. Dans le tout dernier chapitre, enfin, nous avons réorienté nos exemples d’agriculture non pas sur les méthodes culturales mais sur la plante elle-même. Tout d’abord, il nous fallait montrer que les pratiques sont souvent variées au sein d’un même environnement. Dans les milieux particulièrement ingrats comme l’île de Pâques ou le plateau Dogon, les communautés humaines ont dû, coûte que coûte, produire des plantes alimentaires pour survivre. Populations migrantes venues d’ailleurs, elles disposaient d’un patrimoine végétal et culturel propre qu’elles ont dû adapter aux nouvelles conditions locales, au prix de nombreuses innovations. La diversité des pratiques employées est dans ces contextes une condition de survie. Dans d’autres milieux moins hostiles, des communautés humaines plus nombreuses ont organisé leur espace et leur société autour d’une plante alimentaire de base, par exemple le riz dans les hautes vallées himalayennes (Les terrasses rizicoles de l’Himalaya) ou la patate douce en Irian Jaya (Wen hipere, jardin de patates douces en Papouasie-Occidentale). Cette plante devient alors le pivot autour duquel se structurent l’environnement et la société. Les aménagements les plus compliqués et des espaces particuliers les concernent. Les uns se juxtaposent à d’autres méthodes culturales et les autres à des espaces différents, dédiés à des plantes socialement moins importantes. Enfin, la valeur d’une plante dépasse sa simple fonction alimentaire et certaines d’entre elles bénéficient de soins particuliers ou de pratiques agricoles spécifiques en raison de leur importance rituelle, comme l’igname au Vanouatou, ou de leur importance économique, comme la coca en Bolivie ou la vigne à Lanzarote. Quand le train a relié le célèbre Cavaillon dans la vallée du Rhône aux capitales étrangères, les prix extraordinaires des productions d’avant-saison ont également conduit les producteurs aux innovations les plus délirantes et les plus chères, comme le chauffage des cultures hors serre. L’ingéniosité des maraîchers est d’ailleurs aussi ancienne que le jardinage lui-même et les vieux traités d’horticulture regorgent d’inventions, comme ceux de La Quintinie, jardinier du roi de France Louis XIV. Toutes ces astuces, ces innovations et ces trouvailles sont mobilisées pour produire, bien sûr, des plantes alimentaires nécessaires à la vie mais aussi des plantes particulières, importantes dans les activités sociales et indispensables à la reproduction des sociétés.

Récolte du riz en Indonésie.

Table des illustrations

Légende Tarodière irriguée à Futuna (France). © É. Mollard
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Tarodière irriguée à Tasmate au Vanouatou.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2868/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Légende Récolte du riz en Indonésie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2868/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540