Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agricultures singulières

 | 
Éric Mollard
, 
Annie Walter

Partie 2. Cultiver les terres arides

Chapitre 8. Capter les eaux souterraines

Texte intégral

Résurgence de rivière souterraine, Indonésie.

1Nous avons vu les différentes méthodes mises au point par les hommes pour établir une agriculture à partir des eaux de surface (ruissellement ou crues) et des précipitations occultes (brouillards et rosées). Mais les eaux souterraines, celles de la nappe phréatique, peuvent aussi être employées, grâce à des aménagements simples ou au prix d’installations complexes qui supposent une parfaite connaissance hydraulique de la part de ceux qui les pratiquent.

2La méthode la plus simple consiste à placer les cultures à un endroit où la nappe souterraine est proche de la surface. Les racines sont alors irriguées par capillarité. C’est le grand groupe des cultures de tierra de humedad (terre humide) ou chacras hundidas (fermes enterrées) ou campos hundidos (champs enterrés) de l’Amérique centrale. Leurs aménagements sont variés en fonction de la topographie des lieux, des besoins des plantes cultivées et du battement de la nappe. Il faut souvent creuser un peu la cuvette de façon à se rapprocher de l’eau, si bien que l’on parle aussi de champs enterrés (sunken field en anglais) car ils paraissent être plus bas que la surface habituelle du sol. D’autres champs enterrés, utilisant la capillarité d’une nappe d’eau peu profonde, ont été retrouvés dans la péninsule du Sinaï et au sud de l’Algérie où on y cultive le palmier dattier.

3Lorsque la nappe phréatique est trop basse, on la recharge de façon qu’elle se rapproche elle-même du sol et des cultures, en utilisant des techniques complémentaires de captage des ruissellements, dirigés alors vers les cuvettes humides. C’est une sorte de culture de bas-fond qui comprend un éventuel appareillage artificiel destiné à recueillir les eaux de pluie (ruissellement le plus souvent), le stockage se faisant naturellement dans la dépression. L’eau est ensuite utilisée in situ, en cultivant la cuvette, ou après avoir été dirigée vers des zones de culture adjacentes. Cette technique est employée dans les régions semi-arides du Brésil, en Argentine et au Paraguay où on les nomme tajamares. Dans le nord-ouest de l’Asie centrale, l’eau collectée sur les takyrs, vastes plaques argileuses surplombant un sol sableux, est dirigée vers des cuvettes naturelles où elle s’infiltre. Elle augmente la lentille d’eau douce surnageant sur des eaux saumâtres (Nepesov et al., 1999 ; Mamieva, 1999). Autour de la mer Caspienne, un cordon de terre comporte des champs similaires. Ils sont constitués d’une succession de plates-formes et de fossés et ils utilisent la lentille d’eau douce surnageant sur l’eau saumâtre (Vasey, 1992 : 127). L’eau douce ainsi stockée est ultérieurement utilisée pour l’eau de boisson des hommes et du bétail mais aussi pour irriguer quelques champs de culture.

4Dans les régions côtières, la nappe souterraine est saumâtre et impropre aux cultures. Mais les pluies déposent au-dessus de ces eaux salées une fine lentille d’eau douce qui est alors utilisée pour l’agriculture. Il en existe dans le monde au moins trois exemples représentatifs, à défaut d’être répandus. Ce sont les Cordons lagunaires de Tunisie, les hoyas péruviennes, et les fosses à taro des îles polynésiennes (Jardins d’atolls en fosse). La couche d’eau douce surnageant à la surface de l’eau salée est atteinte en creusant plus ou moins profondément le sol ou le plateau corallien. Le mouvement des marées remonte et abaisse régulièrement une pellicule d’eau, irriguant les racines des plantes. Leur localisation, une utilisation raisonnable et des modalités techniques précises sont issues d’un savoir qui a permis l’utilisation pendant des siècles d’une ressource fragile.

5Lorsque l’eau souterraine reste inaccessible, il faut l’amener directement sur les champs. Ce sont les techniques bien connues de galeries drainantes qui ont été développées par les peuples du Moyen-Orient et du Maghreb. On les nomme Qanât, khettaras et foggaras. Des systèmes similaires, datant de l’époque préhispanique, ont été découverts dans les Andes péruviennes, près de Nazca (Horkheimer, 1960). Ils comprennent, dans ce dernier cas, des aqueducs aériens aux deux extrémités et des canaux souterrains dans leur partie médiane, circulant à une dizaine de mètres de profondeur, tout au plus. Ces canaux acheminent l’eau captée en amont dans la cordillère andine vers des zones de stockage basses cultivées ou vers des réservoirs. La galerie drainante principale souterraine s’étend sur quelques kilomètres. Les parois, le sol et le plafond sont recouverts de pierres laissant par endroits, sur les côtés, des ouvertures par lesquelles les eaux drainées filtrent. La galerie est également munie de regards verticaux d’un mètre de diamètre, pavés et disposés à intervalles réguliers, pour aérer le tunnel et faciliter son entretien. Ces systèmes ont fourni l’eau de boisson et l’eau d’irrigation pour de petits jardins villageois. Certains ont permis d’irriguer quelques planches de culture en terrasse. On retrouve des galeries drainantes au Mexique et dans le nord du Pérou, mais certaines ont été introduites par les Espagnols au xvie siècle et s’inspirent directement des khettaras.

fiche 41. Cordons lagunaires en Tunisie (Éric Mollard)

Nomenclature

6Ce que nous appelons le jardin maure repose sur l’exploit technique d’une société, poussée par le destin dans un milieu défavorable. Il produit tout au long de l’année, sans irrigation active, même au plus fort des étés méditerranéens. Cet aménagement représente probablement un cas unique et dépend tout autant des conditions environnementales que du destin de l’histoire qui a conduit à la mise en valeur des cordons lagunaires.

7En Tunisie, les descendants des Andalous chassés d’Espagne ont aménagé les cordons lagunaires de Ghar el-Melh selon une technique exclusive. La mince couche de terre largement salée est abondamment recouverte de fumier et de sable ; les parcelles, minuscules, sont protégées par des claies et des légumes sont cultivés sur ces lopins au prix d’une attention extrême. Aucune irrigation active n’est mise en place et les besoins des plantes en toute saison sont assurés par l’eau de pluie emmagasinée et surnageant à la surface de l’eau de mer. Le battement des marées met régulièrement cette eau à proximité des racines.

Localisation géographique

8Ces jardins ont été observés au nord de Tunis sur le cordon qui sépare la lagune Ghar el-Melh de la mer.

Conduite technique

9Le cordon lagunaire est quant à lui marqué par des haies d’arbustes et d’arbres fruitiers comme le figuier ainsi que par une profusion de palissades en roseaux séchés qui cloisonnent une multitude de petits jardins de 10 à 20 ares. Avant-guerre, chaque parcelle était isolée par un fossé d’où avait été extraite la terre pour rehausser le terrain. Ce type d’hortillonnage ouvert était entouré de haies vives et d’oliviers de Bohème.

Parcelles avec courges en front de lagune Ghar el-Melh (Tunisie).

Maïs à différents stades sur parcelles clôturées.

10Ce dispositif à claire-voie protège du vent et des embruns, freine l’évaporation et fixe le sable. Dans sa phase d’aménagement, le cordon lagunaire parsemé d’efflorescences salines est recouvert d’une couche de sable pur de 40 à 50 centimètres d’épaisseur. Pommes de terre, tomates, maïs, oignons et piments sont plantés dans le sable régulièrement fumé. Celui-ci a pour fonction de freiner l’évaporation et de stocker l’eau douce au-dessus de l’eau salée. Le volume hydrique capté sous le sable est généralement suffisant pour alimenter un second cycle de culture avant le retour des pluies qui rechargent alors la nappe. Les rendements sont élevés malgré une densité de semis plus faible qu’en plein champ. Mais la qualité du maraîchage est soutenue par des soins attentifs portés aux cultures. Avantguerre, les paysans encapuchonnaient chaque plant de tomates d’un cône en chaume dont l’ouverture était exposée au soleil. Toujours par souci de hâter la production, les agriculteurs déposaient une goutte d’huile au fond d’un trou creusé dans les figues avec un petit morceau de bois.

Histoire et société

11Autrefois grand port carthaginois puis romain, Utique est aujourd’hui une bourgade de delta située à une dizaine de kilomètres de la mer. Au cours des trois derniers millénaires, les défrichements agricoles ont alimenté l’alluvionnement du fleuve Medjerda. La lagune Ghar el-Melh est la relique de la grande baie d’Utique. Le double cordon littoral, étroit, n’a que quelques siècles d’existence et sa mise en valeur n’a réellement débuté qu’avec la paix coloniale qui a fixé une population vivant auparavant de piraterie. Mais il faut remonter plus loin pour saisir ce que ces jardins doivent aux populations concernées.

12La renaissance des jardins tunisiens dont les romains puis les Arabes avaient fait la réputation est intimement liée aux Andalous expulsés d’Espagne. La reconquête puis les ordonnances d’expulsion des Maures de Valence en 1609 puis de Catalogne et d’Aragon l’année suivante les conduisirent au Maghreb. Ils y fondèrent de nombreuses bourgades, parfois sur des terres peu salubres ou difficilement cultivables et s’adonnèrent à de multiples activités dont la piraterie, la pêche et le maraîchage.

13Lorsque la piraterie fut éradiquée, une population dense se retrouva sur une étroite bande cultivable (Les gens de Ghar el-Melh n’ont que la lagune et la montagne dit un dicton) dont il fallut prendre un soin extrême. Charriant terre et fumier à dos d’homme ou sur des ânes, ils cultivèrent des vergers et des pommes de terre sur les pentes des colline littorales en fixant le sol au moyen de talus de pierres sèches ou de haies vives et en puisant l’eau dans de larges puits de trois à quatre mètres de diamètre. Puis ils étendirent les jardins sur le cordon lagunaire protégé des vents par la chaîne montagneuse du Nadour.

Couches de sable rapportées sur cordon lagunaire en Tunisie.

14Les Andalous sont réputés fins connaisseurs des techniques d’irrigation et de maraîchage tandis que les métayers arabes (ou khamnes) sont inféodés à la céréaliculture extensive de plateau. Cette différence n’explique pas entièrement une telle divergence d’activités. Les grands propriétaires et leurs métayers connaissaient eux aussi bon nombre de techniques maraîchères et d’irrigation. Toutefois, la grande céréaliculture extensive qu’ils pratiquaient dégageait des revenus suffisants tout en ne nécessitant guère de surveillance. Elle faisait de la Tunisie, avec la Sicile et l’Égypte, l’un des greniers à blé du monde méditerranéen. L’emprise turque sur la Tunisie se traduisit par des taxes élevées sur tous les produits agricoles. Ces charges fiscales liées au régime de propriété ne permettaient pas aux propriétaires arabes d’apporter les innovations nécessaires à une économie où finalement les grands propriétaires trouvaient leur compte. Les Andalous, plongés dans la situation de petits paysans, n’ont eu d’autres choix que d’innover. Ils importèrent la pomme de terre de Malte, s’adonnèrent au maraîchage et, au prix d’un travail forcené mené par une main-d'œuvre familiale surexploitée, ils prirent la suprématie de la culture de la pomme de terre sur les versants du Djebel et sur le cordon lagunaire. Aujourd’hui encore, ils ne songent pas à mécaniser leurs cultures dans des villages qui ont préservé organisation sociale et originalité culturelle.

Localisation par satellite du cordon lagunaire (37°09’38’’N - 10°13’26’’ E).

fiche 42. Les hoyas péruviennes

Nomenclature

15Ce type d’agriculture est caractérisé par l’utilisation d’une eau souterraine, très proche de la surface mais ne l’atteignant pas. Comme il faut creuser le sol pour permettre aux racines des plantes d’approcher l’eau on parle de champs enterrés (sunkenfield en anglais). Hoya, cuvette en espagnol, traduit le terme quechua t’oqo (trou dans le sol). On parle aussi de hoyadas et le terme a plusieurs synonymes. Le terme mahamaes (singulier mahamá) est selon les auteurs un terme espagnol (Rowe, 1969) ou un terme dérivé du quechua mac-hanmi (épongé, drainé). Il désigne très précisément, dans la région de Chilca, un endroit où l’eau est si proche de la surface que des plantes à enracinement profond y poussent spontanément. Le terme pukio dérive du mot inca pukyu désignant une source. Il est utilisé plus largement pour désigner des endroits où l’eau est disponible. Le terme wachaques est utilisé dans la région de Chanchan. C’est un terme espagnol s’épelant guachaque ou huachaque (Rowe, 1969) qui dérive de la langue Muchic parlée sur la côte nord du Pérou. Citons encore les termes espagnols campos hundidos et chacras hundidas qui sont des noms génériques pour toutes les cultures d’humidité, makamaka dans la région côtière centrale ou encore moyas. Certains auteurs les désignent sous le terme de cochas, ce qui ne semble pas exact (Knapp, 1991 : 69).

Localisation géographique

16On rencontre les champs enterrés dans des zones arides sans cours d’eau, là où la nappe souterraine affleure la surface du sol sans l’atteindre. Cela se produit soit le long d’une voie naturelle de drainage, insuffisante pour maintenir un cours d’eau régulier (Chilca et Villacuri), soit au point le plus bas d’une zone d’irrigation (Chanchan, Viru et Santa), là où l’eau n’atteint pas la surface en raison de la présence de dunes.

17Les hoyas sont situées principalement au Pérou, dans la vallée de la basse Chilca, mais aussi à Villacuri (département d’Ica, à 180 km au sud de Chilca), à Asia (province de Cañete), à Virú (département de la Libertad), à Pisco et dans les vallées de Santa, Lacramarca et Nepeña. L’ensemble situé sur le delta de la rivière Chilca, un cours d’eau saisonnier, mesure environ 10 km2. Knapp (1982) suggère de ne pas confondre le réseau de murets en terre destinés à gérer les crues de la rivière Chilca (ou d’autres cours d’eau saisonnier) avec les vrais champs enterrés, plus rares, situés près du littoral, en arrière des dunes. Cette confusion, faite par les premiers auteurs, a souvent été reprise depuis. Néanmoins, il est probable que l’élévation de la nappe phréatique à la suite des crues a permis d’irriguer les parcelles endiguées à partir de cette eau souterraine. Hoyas et parcelles irriguées ont ainsi profité de l’eau souterraine selon des proces

18Les hoyas sont situées principalement au Pérou, dans la vallée de la basse Chilca, mais aussi à Villacuri (département d’Ica, à 180 km au sud de Chilca), à Asia (province de Cañete), à Virú (département de la Libertad), à Pisco et dans les vallées de Santa, Lacramarca et Nepeña. L’ensemble situé sur le delta de la rivière Chilca, un cours d’eau saisonnier, mesure environ 10 km2. Knapp (1982) suggère de ne pas confondre le réseau de murets en terre destinés à gérer les crues de la rivière Chilca (ou d’autres cours d’eau saisonnier) avec les vrais champs enterrés, plus rares, situés près du littoral, en arrière des dunes. Cette confusion, faite par les premiers auteurs, a souvent été reprise depuis. Néanmoins, il est probable que l’élévation de la nappe phréatique à la suite des crues a permis d’irriguer les parcelles endiguées à partir de cette eau souterraine. Hoyas et parcelles irriguées ont ainsi profité de l’eau souterraine selon des processus et à des degrés différents. Dans les hoyas, on creusait pour l’atteindre, dans les parcelles irriguées elle venait aux plantes.

19Quelques hoyas compléteraient à Chanchan un vaste réseau d’irrigation. Citons encore le grand champ enterré (canchón = grand terrain) au nord du Chili qui mesure 2 m de profondeur et 20 m de large.

Conduite technique

20Les hoyas sont des dépressions rondes ou carrées de taille variable, creusées en arrière des plages, de façon à retrouver le point précis où les forces jouant entre les fluides d’eau douce, d’eau salée, et le sol, permettent à l’humidité d’atteindre la surface. L’excavation ne doit pas être creusée trop profondément sous peine d’être noyée ou pire, de se remplir d’eau salée. La terre rejetée est accumulée sur les bords de la cuvette. À Villacuri, l’eau de la nappe phréatique est alimentée par les crues de la rivière Chilca ; à Chanchan, elle est entretenue par les eaux de colatures du réseau d’irrigation. La survenue d’années de sécheresse, l’amplitude des pluies et la fluctuation des marées obligent les paysans à ajuster périodiquement la profondeur des hoyas pour atteindre la nappe d’eau.

Schéma d’une hoya au Pérou.

Hoya observée à Huanchco (nord du Pérou). Au premier plan, on aperçoit les bords de la cuvette avec leur empilement de boues extraites du fond.

Le fond des hoyas est recouvert de végétation sèche et parfois d’engrais animaux.

Les roseaux totora sont utilisés pour fabriquer les pirogues « caballitos del mar ».

21Une fois la cuvette creusée à bonne profondeur, le fond est aplani et couvert d’engrais végétaux, comme les feuilles de guarango (Prosopis chilensis), ou d’engrais animaux. Puis les plantes sont semées. On y produit surtout des fruitiers (avocat, goyave, puis, à l’époque coloniale, olive, raisin, coing, grenades, vigne et dattiers) ainsi que la gourde, la citrouille et le coton. Aujourd’hui, les quelques hoyas encore en activité ont déjà été creusées mais il faut les curer périodiquement. L’inconvénient classique de l’irrigation en zone aride est la salinisation des sols, aussi la croûte de sel doit-elle être écartée périodiquement pour permettre une nouvelle culture. Outre le sel, le sable oxydé et les boues sont empilés sur les bords de la cuvette, formant un mur qui abrite les cultures des vents marins, retient les sédiments, diminue l’évaporation et donc la salinité et capte accessoirement l’eau des brumes. On cultive actuellement des céréales et des figuiers dans ces champs enterrés en creusant pour chacun d’eux une petite excavation (huecos) d’un mètre de côté et d’un mètre de profondeur.

Histoire et société

22La vallée de la basse Chilca, où sont situés les grands systèmes de hoyas, a été peuplée il y a près de 10 000 ans par des groupes de chasseurs cueilleurs. Les premières communautés pré-agricoles s’installent, il y 7 700 ans, sur les terrasses alluviales situées à proximité des lomas. Puis, il y a 3 000 ans, les berges nord de la Chilca accueillent des sociétés agricoles qui vont dès lors occuper les lieux en permanence jusqu’à la conquête espagnole. On pense que ce sont ces populations qui, les premières, ont aménagé les hoyas car les alluvions dans lesquelles elles sont creusées ont été déposées il y a moins de 3 000 ans. On attribue leur invention aux paysans de la culture lapa lapa, qui résidaient un peu plus haut sur les flancs des montagnes du Cerro Yaya ou du Cerro Lapalapa, il y a 2 000 ans. À l’origine, il s’agissait sans doute de puits peu profonds qui complétaient le vaste réseau de digues construit à l’arrière par les mêmes populations pour contrôler les crues de la Chilca.

23En 1553, Pedro Cieza de León mentionne le premier, dans la région de Chilca, la luxuriance de champs où l’on cultive sans irrigation ni pluie toute sorte de plantes, dont le maïs. Chaque plant est fertilisé par une tête de sardine, technique également employée en Amérique du Nord par les Indiens Squanto. En 1609, Garcilaso de la Vega puis le père Bernabe Cobo en 1653 révèlent la façon dont les paysans ouvrent puis cultivent de larges hoyas. Le maïs y est toujours fertilisé par une tête de sardine. Il semble que ces premiers auteurs aient assimilé les hoyas au réseau de murets adjacents qui, lui, permettait de gérer les crues de la Chilca et date des mêmes périodes. L’intrication de ces hautes levées de terre isole en effet des bassins de culture qui semblent dès lors enterrés mais qui ne le sont pas. Le maïs a sans doute été cultivé dans ces bassins endigués tandis que les vrais champs enterrés étaient plutôt cultivés en fruitiers. En effet, les hoyas ne supportent pas à elles seules toute la production agricole des communautés précoloniales qui pratiquent également des formes d’agriculture par épandage de crue et exploitent les lomas situées à proximité. Toutes les hoyas ont été exploitées durant plus de 1 000 ans et ont continué à l’être durant l’époque coloniale. Leur aménagement et leur gestion se sont déroulés de façon communautaire.

24Leur désaffection progressive date des débuts des indépendances et résulte de l’action conjuguée de plusieurs facteurs : le reflux de la nappe phréatique, l’augmentation de la salinité, l’invasion de mauvaises herbes, l’absence de drainage et l’érosion accélérée. En réalité, tous ces facteurs peuvent être réglés séparément au prix d’une attention et d’un soin accru, mais ces structures anciennes ont peu d’intérêt pour les populations actuelles. De nos jours, les hoyas sont redistribuées aux familles paysannes afin qu’elles y produisent les plantes nécessaires à leur consommation personnelle et, accessoirement, quelques cultures commerciales (figue, olive, raisin). Elles ont été élargies pour permettre le passage des tracteurs, les murets sont recouverts de bétons, des pompes mécaniques sont utilisées et le sol est arrosé de fertilisants chimiques. Enfin, de nombreuses hoyas ne sont plus utilisées que pour récolter les roseaux totora qui profitent spontanément de l’humidité.

Références

25Benfer et al., 1987 ; Cieza de Léon, 1947 ; Cobo, 1956 ; Dagodag et Klee, 1973 ; Knapp, 1982 ; Moseley, 1969 ; Ojeda Enriquez, 1987 ; Parsons, 1968 ; Parsons et Psuty, 1975 ; Rowe, 1969 ; Smith, 1979 ; Vallejos, 1978.

fiche 43. Jardins d’atolls en fosse (Jean-Michel Chazine)

Nomenclature

26Il s’agit d’ensembles de fosses de 30 et 150 m2 en moyenne, creusées dans le sable corallien des atolls jusqu’à atteindre l’humidité de la nappe phréatique flottant sur l’eau de mer. On incorpore ensuite des débris végétaux sélectionnés au sable corallien pour y créer une terre végétale artificielle permettant des cultures vivrières impossibles autrement (voir fig. p. 212). Dénommées maite dans le nord et l’ouest, elles sont appelées kauwai dans l’est des Tuamotu.

Localisation géographique

27Situé dans la partie orientale de l’océan Pacifique, l’archipel des Tuamotu n’est qu’un des nombreux chapelets d’atolls plus ou moins groupés en archipels qui apparaissent jusqu’aux rivages de l’Insulinde, le long d’un gigantesque arc de points chauds. Ces formations, appelées récifales du fait de leur morphologie originelle, ceinturées par des constructions coralliennes, sont aussi dénommées « îles basses ». On sait maintenant que ces vestiges d’anciens volcans encerclés par une frange corallienne croissant à leur périphérie ont été soumis depuis quelques millions d’années aux différents mécanismes d’érosion et de variation des niveaux marins, ainsi qu’à la subsidence et l’eustatisme liés aux déformations de la lithosphère.

28À titre d’exemple, nous avons choisi de décrire l’archipel des Tuamotu sur lequel un important travail interdisciplinaire a été réalisé depuis longtemps. Il comprend 75 atolls bas, générant une surface émergée d’environ 775 km2. La pluviométrie, assez faible, varie de 1 500 à 2 500 mm par an, avec parfois, des séquences très irrégulières. Malgré des possibilités réellement limitées, la nature des sols n’étant constituée originellement que d’éléments issus de l’érosion corallienne ou de détritus, une végétation arbustive et même arborée peut s’y développer. Une variation des cycles de colonisation végétale relativement importante peut y être observée, en dehors de toute implication anthropique due aux conditions climatiques parfois extrêmes (cyclones, tsunamis, dépressions, sécheresses, etc.). D’ailleurs, les premières observations, recueillies lors de l’installation des Européens et surtout des premiers missionnaires entre les xviie et xixe siècles, décrivent une végétation quasiment sans cocotiers, souvent très haute et dense mais le plus souvent inégalement distribuée à la périphérie des atolls.

Chapelets d’îles dans l’aire Indo-Pacifique orientale.

Conduite technique

29Pour obtenir de l’eau potable sur un atoll, il faut mettre en œuvre des techniques particulières et donc des connaissances empiriques adaptées.

30En fait, c’est la géomorphologie même des atolls qui permet de « récupérer » paradoxalement et de manière discrète, la masse d’eau de pluie de surface. En effet, les conditions d’immobilité statique des couches font que l’eau infiltrée par percolation dans la masse corallienne sous-jacente flotte littéralement sur l’eau de mer environnante en variant selon la loi de Gyben-Hertzberg. La forme de cuvette des strates coralliennes fossiles, retient ainsi une lentille d’eau douce d’épaisseur variable. Cette eau de pluie est a priori potable, puisque filtrée au travers du sable superficiel. On a ainsi trouvé des anciens puits aménagés où l’eau apparaît entre 0,2 et 3 m de profondeur. Les quelque dizaines de centimètres de sols qui la recouvrent sont alors relativement humidifiés par cette lentille d’eau douce permanente. C’est ce que les insulaires des atolls ne pouvaient ignorer, en préalable à toute installation permanente. Ils devaient donc posséder un savoir particulier s’ajoutant naturellement à la connaissance la plus complète du milieu marin qui, dans le Pacifique, est culturellement leur espace d’existence global, historique autant que mythique. Il est vrai, en outre que dans des conditions climatiques normales, on a observé que la lentille d’eau douce peut déjà pratiquement se former même sur de minuscules îlots, à partir d’une aire de 5 000 m2, rendant ainsi parfaitement viable une installation humaine limitée (voir fig. p. 214).

31Pratiquement, c’est au prix de travaux de terrassements gigantesques que les occupants des atolls ont organisé, voire parfois totalement modifié, la géomorphologie de leur parcelle de territoire en créant ces jardins improbables, pouvant leur fournir les ressources vivrières nécessaires et suffisantes pour compléter celles du milieu marin. Ce sont les vestiges de ces travaux s’étendant sur plusieurs hectares, ayant brassé et déplacé des dizaines de milliers de mètres cubes, que l’on a pu observer puis recenser aux Tuamotu. De fait, l’accumulation des déblais apparaît en premier lieu sous forme de montagnes russes, qui en certains endroits peuvent s’élever jusqu’à 5 m au-dessus du niveau du sol, alors que la caractéristique des îles basses est de ne dépasser en moyenne que de quelques mètres seulement le niveau moyen de la mer. Ayant établi qu’il faut deux fosses au minimum par famille nucléaire (une en production, l’autre en régénération), le nombre de fosses d’une zone peut représenter l’importance démographique qu’un groupe a pu atteindre. Cette paire de fosses est l’unité minimale correspondant à un couple et ce, probablement, pour une période transitoire, car les zones ne comportant que deux fosses sont rares. Les pics de fréquence de leurs nombres sont de 6, 10/12, 20 puis au-delà 40, et 60 (fig. p. 216). Il existe aussi de très grandes zones de fosses, vers et au-dessus de 100, qui correspondent à des agglomérats ponctuels dus, soit à la morphologie même du lieu et de ses abords immédiats, soit à des regroupements locaux dont l’apparition et la justification n’ont pas encore été précisées par l’archéologie.

Coupe et vue schématiques des fosses associées au sol et à leur principale végétation fonctionnelle (d’après A. Detloff).

Atoll de Tatakoto (Tuamotu) : ancienne zone de fosses de culture, seuls les Scaevola subsistent après les brûlis d’entretien de la cocoteraie.

32Si le principe pour fabriquer la terre végétale nécessaire à ces cultures artificielles est le même partout, à savoir, préparer un compost à partir de déchets végétaux et (ou) à partir de feuillages sélectionnés pour leur décomposition rapide (Pisonia spp., Messerschmidtia spp., Guettarda sp. ou Scaevola spp. principalement), les mises en œuvre s’avèrent varier plus largement, et parfois individuellement. D’abord les procédures de préparation, sous forme d’un mulching naturel ou accéléré, peuvent changer, sans que la variation de productivité qui en découle soit perceptible. Ensuite, chez certains, c’est toute la surface du fond des fosses qui est amendée, tandis que pour d’autres (comme à Kiribati), on fabrique des corbeilles végétales que l’on régénère au fur et à mesure de la croissance du pied du tubercule. Globalement, c’est un ensemble de petits « trucs » hérités ou inventés individuellement qui fera les différences de résultats entre ces horticulteurs de l’extrême.

33Les principales espèces cultivées sont des tubercules, ceux-ci étant espacés de 40 cm environ. Une fosse de 30 m2 au minimum fournit plus de 150 pieds en 8 à 14 mois, selon espèces et emplacements. La reproduction et la multiplication des tubercules se font par clonage, d’abord en replantant le col du taro puis en démariant les rejets. Certaines zones contiennent jusqu’à 140 fosses, fournissant des surfaces de fond individualisées atteignant 800 m2 (et même 1 500 m2 dans un cas extrême). Le potentiel de production de ces surfaces correspond aux besoins d’une densité de population d’environ 33 habitants (soit approximativement 6 unités familiales) par km2, une valeur moyenne encore observée sur les atolls du Pacifique central. La cartographie de ces secteurs fournit des valeurs qui, bien que statistiques, sont des indicateurs techniques déterminants. Comparés à quelques données mémorisées par les informateurs ou les témoins oculaires âgés, ils permettent de mieux comprendre la rationalité qui a justifié la mise en œuvre de ces moyens apparemment disproportionnés par rapport à l’exiguïté du milieu. À Tuvalu ou à Kiribati par exemple, la culture de certains tubercules (surtout le taro géant Cyrtosperma chamissonis) participe à une émulation technique et une concurrence sociale intenses. Les plus grosses productions sont programmées à long terme et destinées à être montrées comme faire-valoir de compétence et de prestige, lors des cérémonies importantes de la communauté.

Histoire et société

34Les géomorphologues ont montré que l’émergence de ces atolls permettant une installation humaine stable, ne remonterait au mieux qu’à ces deux derniers millénaires, au moins pour les Tuamotu, ce qui en l’état des connaissances actuelles, est compatible avec les données sur le peuplement de la Polynésie orientale.

35L’environnement géologique et végétal de ces atolls est relativement pauvre et a toujours été décrit dès les premiers navigateurs, comme inhospitalier, sans ressources naturelles et dépourvu d’eau potable. En conséquence, les malheureux insulaires qui pourtant y résidaient, ne purent être catalogués qu’à partir des mêmes qualificatifs. Darwin (1842), lui-même, a été impressionné par la précarité des conditions dans lesquelles les autochtones y vivaient et estima que sur ces minuscules bandes de sable, « l’océan et la terre ferme, semblent dans ces endroits, lutter constamment à qui l’emportera sur l’autre ». La largeur de l’anneau corallien réellement émergé atteint rarement 500 m et se situe plus généralement autour de 100 à 200 m pour des périphéries variant de 5 à 200 km pour les plus grands atolls des Tuamotu (Rangiroa, Makemo, Fakarava). On doit rappeler à ce sujet que l’aspect actuel des îles basses, couvertes de cocotiers, n’est que la résultante des incitations fermes et déterminées des missionnaires et marchands du xixe siècle pour faire produire un minimum de ressources monétaires aux insulaires. Le cocotier n’avait jamais été jusqu’à cette période, qu’un arbre fruitier très utile pour ses multiples propriétés, mais aucunement vital. C’est un autre arbre, le Pandanus, qui occupait cette fonction technico-alimentaire. La plantation généralisée du cocotier, par les brûlis progressifs qui ont dû être mis en œuvre et l’assujettissement technique et monétaire qui en découlent, ont ainsi fait perdre aux insulaires les savoirs et techniques traditionnels de gestion et de production de leurs ressources vivrières ancestrales.

36Antérieurement à leur arrivée, les insulaires, d’origine austronésienne, avaient certainement déjà dû observer que la décomposition de certains déchets végétaux et organiques était assez rapide et que la présence d’humidité provoquait dans certaines conditions, la formation accélérée d’une terre végétale relativement fertile. Ainsi, en creusant des fosses jusqu’à l’horizon humide, puis en y introduisant des déchets végétaux empiriquement sélectionnés, ils ont réussi à créer artificiellement de véritables jardins.

Le motu Fakarevareva (Tuamotu) : un exemple d’exploitation optimale des ressources naturelles et humaines disponibles sur un micro-espace de 5 000 m2.

37Là où ne pousse naturellement qu’une quinzaine d’espèces arborées, autant d’arbustives et un peu plus de rampants dont très peu sont cependant consommables, les autochtones ont réussi à cultiver autant de variétés de tubercules (Colocasia esculenta, Alocasia macrorrhiza et Cyrtosperma chamissonis principalement) et de fruitiers dans les fonds et les talus (cordylines, citronniers, bananiers, cannes à sucre, arbres à pain, etc.) qu’ils le désiraient.

38Les inventaires cartographiques de ces zones de fosses (près de 1 300 fosses recensées sur une dizaine d’atolls des Tuamotu) ont permis non seulement de quantifier les surfaces aménagées, mais de reconstituer les techniques employées, ainsi que la structuration sociale qui les organise (Chazine, 1993). Ces fosses de culture ont été totalement abandonnées sur tous les atolls des Tuamotu, alors qu’elles sont encore en activité dans les autres archipels d’îles basses du Pacifique où les ressources, les activités et une certaine vie traditionnelles ont subsisté. Vestiges tangibles de lieux d’installation et d’activités humaines, les zones de fosses apparaissent sur tout le pourtour des atolls et correspondent bien à l’habitat dispersé tel qu’il existait avant l’arrivée des Européens. Variant en superficie, et en nombre, elles correspondent à l’importance démographique des communautés qui les ont creusées et utilisées. La découverte par les fouilles archéologiques des instruments qui ont servi à creuser les fosses en coquilles de nacre d’huîtres perlières et (ou) fragments de plastrons de carapaces de tortues (Chelonia mydas), a permis également de reconstituer la quantité et les durées de travail mises en jeu. On sait ainsi que près de trois mois étaient nécessaires pour creuser une seule fosse élémentaire de 30 m2, impliquant l’entraide et la réciprocité des services. Celles-ci devaient être actives pour contribuer au maintien d’une relative et fluide cohésion sociale, dans un environnement aussi restreint, éclaté et diffus que celui des atolls. La mise en évidence par l’archéologie dans les Tuamotu, et par l’observation ethnographique directe sur d’autres archipels d’atolls du Pacifique de ce système de production vivrière étonnamment élaboré et adapté aux ressources particulièrement limitées des îles basses, démontre si besoin était l’ingéniosité et l’adaptabilité de ces communautés insulaires.

39Le fait est que les occupants des Tuamotu, ayant depuis un siècle environ, pour les diverses raisons historiques ou économiques déjà évoquées, totalement abandonné ces techniques et perdu les connaissances correspondantes, donnaient l’image reproduite à l’envi, de lieux complètement déshérités, inhospitaliers et presque impropres à toute vie humaine décente. C’est tout le contraire qui a été révélé : les insulaires des îles basses avaient non seulement parfaitement extrait et utilisé toutes les ressources alimentaires et technologiques des minuscules terres émergées à leur disposition, mais surtout, élaboré et développé des techniques complémentaires qui dans des conditions parfois extrêmes, comme les cyclones ou les tsunamis, ont assuré leur survie. On peut encore l’observer aux Cook, à Tuvalu et surtout à Kiribati et l’ensemble de la Micronésie, où elles ont gardé toute leur importance alimentaire et sociale.

Atoll de Tatakoto (Tuamotu) : partie survivante de la forêt primaire (Hernandia sp.). On constate combien peut être luxuriante la végétation d’un atoll.

40Les jardins artificiels des atolls, réalisés avec des moyens et dans un environnement on ne peut plus élémentaires, s’avèrent ainsi fournir un exemple surprenant, voire paradoxal, mais parfaitement logique, des capacités d’observation, d’adaptation et d’organisation de ces communautés, alors qu’elles sont exceptionnellement éclatées sur des poussières d’îlots répartis sur des milliers de kilomètres d’océan.

Références

41Barrau, 1961 ; Cathala, 1957 ; Chazine, 1977, 1990, 1993, 2003 ; Darwin, 1842 ; Di Piazza et Pearthree, 2002 ; Emory, 1975 ; Ottino, 1970 ; Pirazzoli et Montagioni, 1986 ; Ravault, 1978 ; Small, 1972 ; Weisler, 2001, 2002.

Variation des formes et localisation des zones de fosses sur l’atoll de Takapoto.

fiche 44. Qanât, khettara et foggara

Nomenclature

42Il s’agit d’un ensemble de techniques de captage des eaux souterraines au moyen de galeries drainantes. Cette technique est née en Iran, où elle porte le nom de qanât (ou quanat ou kanat). On la nomme fajjarah en Syrie, falj (ou aflaj) en Oman et en Arabie Saoudite, magara en Jordanie, foggara en Algérie, khettara au Maroc, kriga (ou ngoula) en Tunisie, taphet au Moyen-Orient. Des systèmes similaires sont appelés karez au Pakistan et au Baloutchistan, kehriz (ou kiariz) au Turkménistan. C’est une galerie drainante horizontale captant en amont l’eau d’une nappe aquifère et transportant l’eau en surface par gravité, en suivant un gradient de 1 % à 2 %. Sa longueur peut atteindre plusieurs dizaines de kilomètres.

Localisation géographique

43Née en Iran, cette technique a diffusé en Asie centrale et jusqu’à la Chine ainsi que vers l’Arabie et le Maghreb. Les galeries drainantes sont ainsi présentes en Syrie, en Inde, au Pakistan, dans le désert du Néguev, en Jordanie, dans les pays de la péninsule arabique, en Tunisie, en Algérie, au Maroc et dans l’ouest de la Chine. Des structures très proches ont été observées sur les côtes péruviennes et au Mexique. L’un des systèmes les plus importants est celui du Haouz à Marrakech au Maroc, qui draine les piémonts du Haut-Atlas et s’étend sur près de 900 km. Les oueds impétueux descendent en crue de l’Atlas et découpent la plaine, près de Marrakech, en profondes ravines. Ce n’est toutefois pas la forme des terrains qui explique la multiplication des galeries, mais la nécessité d’approvisionner la ville toute l’année (Ruf, comm. pers.) et de couvrir les besoins de l’irrigation. Citons également, en Algérie, les quelque 500 foggara du Touat (Dubost et Moguedet, 1998) ainsi que ceux du Gourara (Bisson, 1957) et de Tidikelt.

Conduite technique

44La première chose à faire est évidemment de savoir repérer les terrains aquifères où la nappe souterraine est accessible et surplombe les futures parcelles de culture. On commence par foncer au pic un puits principal en amont d’une pente, afin d’évaluer la profondeur de la nappe souterraine. Normalement un bon qanât draine les eaux d’une nappe profonde, et non celles de la nappe superficielle qui peuvent se tarir. Il peut aussi capter une rivière souterraine, ce qui est assez rare.

Emplacement des foggara en Algérie et khettara au Maroc.

45Le plus fréquemment, on creuse la galerie de l’aval, c’est-à-dire de son point de sortie vers l’amont, marqué par le puits mère, cela afin que l’écoulement de l’eau ne gêne pas le travail d’excavation. Sa pente est très douce et toujours inférieure à celle du sol en surface. À intervalle régulier, un puits vertical est percé pour ventiler la galerie, évacuer les déblais et faciliter ultérieurement l’entretien. La galerie est elle-même creusée par deux hommes qui marchent à la rencontre l’un de l’autre, entre deux puits, en se guidant au son. Ruf (2007) signale aussi l’ombre projetée du puisatier qui indique là où il doit poursuivre ses terrassements. Ils rejettent la terre extraite de ces puits autour de leurs ouvertures qu’ils soutiennent parfois de murets de pierres. L’intervalle entre deux regards varie en fonction de la qualité du sous-sol et de la topographie des lieux, mais il se situe la plupart du temps entre 5 m et 30 m. Dès que la galerie atteint la nappe aquifère localisée par le puits mère, elle devient drainante. À partir de ce moment, on la prolonge encore pour augmenter le débit de l’eau, jusqu’à ce qu’il atteigne le niveau désiré ou bien jusqu’à ce qu’il devienne trop fort pour poursuivre les travaux. Il arrive parfois que l’on pénètre directement dans la nappe d’eau, ce qui met définitivement fin aux travaux. Comme on le voit, la profondeur de la nappe doit être au préalable évaluée avec justesse de façon à creuser le puits mère à l’endroit adéquat. De plus, dès que la galerie devient drainante, il est souvent nécessaire de la renforcer si le sol n’est pas assez solide. On y ajoute finalement quelques tunnels de captage supplémentaires qui acheminent l’eau vers la galerie drainante principale.

Coupe d’une galerie drainante (d’après Munier, 1973).

Travaux d’entretien de la khettara Lahloua (Jorf-Mankara, Tafilalet, Maroc). Lahssan Lamrani, président de l’association de lutte contre la désertification de Jorf, entouré des paysans qui descendent dans la galerie par les puits de visite et en extraient la terre qui entrave l’écoulement des eaux de la khettara.

Galerie en cours de réhabilitation dans la khettara La Brikia (Jorf-El Haen, Tafilalet, Maroc).

46Un filet d’eau s’écoule en permanence et rejaillit en contrebas où, à sa sortie à l’air libre, il est fragmenté par une structure en forme de peigne puis dirigé par de petits canaux (seguia) vers les parcelles de culture ou vers un réservoir intermédiaire. La construction de ces systèmes est à la fois longue, pénible et dangereuse. Lorsque la nappe souterraine est profonde, le puits de tête peut être creusé à une grande profondeur, avoisinant 50 m ou plus, la galerie principale court souvent sur plusieurs kilomètres et les regards sont parfois rapprochés sur les pentes trop raides. On y a employé bien des enfants en raison de leur petite taille qui leur permet de se faufiler dans les galeries et les regards, minimisant les risques d’effondrement mais, malheureusement, ne les excluant pas. On y a aussi assigné des esclaves, des prisonniers et des paysans très pauvres. La construction des galeries drainantes réclame une très grande technicité si bien que leur réalisation a été rapidement entreprise par des corporations d’ingénieurs et de techniciens spécialisés (appelées khatatiriya au Maroc). Mais une fois installé et à condition d’être parfaitement entretenu, le système fonctionne à merveille et assure un service pendant des décennies.

Histoire et société

47La technique des qanât est d’origine perse où elle a été inventée il y a plus de 5 000 ans. Elle a diffusé dans les pays voisins de l’Iran, ainsi qu’en Inde et en Andalousie avant d’atteindre les pays du Maghreb. Certains estiment que ce sont les Juifs qui ont installé ces aménagements grandioses dans le Sahara occidental, il y a près de 2 000 ans (Oliel, 1994) ; mais ce sont les musulmans qui les ont développés à partir du xe siècle. La ville de Marrakech, au Maroc, doit sa prospérité ancienne au vaste réseau de khettara aménagé dans le Haouz par les Almoravides au tout début du xie siècle. Un nommé Abdallah ben Yunus, fuyant l’Andalousie en pleine reconquête, implante ce système pour capter directement les eaux de l’Atlas et les redistribuer directement en ville. On retrouve ces systèmes de galerie drainante jusqu’au Soudan.

Puits de visite de la khettara Lahloua (Jorf-Mankara, Tafilalet, Maroc).

48Les galeries drainantes ont fait partie des nombreuses structures liées à l’eau dans les zones arides qui ont soutenu des civilisations anciennes. Aujourd’hui, on ne construit plus de qanât, khettara, foggara ou systèmes apparentés et ces derniers sont progressivement remplacés par des forages mécaniques, beaucoup plus performants et beaucoup moins dangereux. Autrefois, ces galeries drainantes s’inscrivaient dans des environnements sociaux très inégalitaires et appartenaient aux classes sociales supérieures. Aujourd’hui, les forages modernes sont plutôt entrepris par ceux qui n’avaient pas, ou difficilement, accès à l’eau. La plupart des anciennes galeries qui ont été correctement entretenues sont encore en activité. Ainsi, dans certaines régions d’Iran les qanât fournissent plus de la moitié de l’eau utilisée. Dans le Mahgreb, elles restent souvent isolées à certains territoires au milieu d’une population majoritairement agropastorale. Parfois, comme dans le Sud algérien, elles soutiennent encore une grande partie de l’agriculture locale, au prix d’une gestion communautaire complexe, bien souvent inégalitaire. D’une façon générale et bien que de nombreux projets de développement agricole tentent de les réhabiliter, ces structures adaptées à une organisation sociale et politique traditionnelle, tournée vers l’autosubsistance, ont du mal à trouver leur place dans un nouvel environnement marqué par une très forte démographie et tourné vers l’économie de marché (Dubost et Moguedet, 1998). Une fois encore, le patrimoine architectural représenté par les qanât, les foggara et autres galeries drainantes risque fort d’être conservé et valorisé dans le cadre d’aménagements touristiques bien que le principal bénéficiaire dans le monde demeure l’agriculture avec des palmeraies qui restent attractives économiquement.

Références

49Balland, 1992 ; Bellil, 1999 ; Bisson, 1957 ; Dubost et Moguedet, 1998 ; English, 1968 ; Goblot, 1979 ; Hamidé, 1990 ; Kobori, 1964 ; Landry, 1990 ; Oliel, 1994 ; Pérennès, 1993 ; Roose, 2002 ; Ruf, 2007 ; Safadi, 1990.

La khettara Lambarkia (Jorf-Mankara, Tafilalet, Maroc) est dégagée après les crues de l’automne 2006 qui s’étaient déversées à l’intérieur de la galerie, provoquant des effondrements de la voûte sur plusieurs centaines de mètres.

Table des illustrations

Légende Résurgence de rivière souterraine, Indonésie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Parcelles avec courges en front de lagune Ghar el-Melh (Tunisie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Maïs à différents stades sur parcelles clôturées.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Couches de sable rapportées sur cordon lagunaire en Tunisie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Localisation par satellite du cordon lagunaire (37°09’38’’N - 10°13’26’’ E).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Schéma d’une hoya au Pérou.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Hoya observée à Huanchco (nord du Pérou). Au premier plan, on aperçoit les bords de la cuvette avec leur empilement de boues extraites du fond.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Le fond des hoyas est recouvert de végétation sèche et parfois d’engrais animaux.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Les roseaux totora sont utilisés pour fabriquer les pirogues « caballitos del mar ».
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Chapelets d’îles dans l’aire Indo-Pacifique orientale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Coupe et vue schématiques des fosses associées au sol et à leur principale végétation fonctionnelle (d’après A. Detloff).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Atoll de Tatakoto (Tuamotu) : ancienne zone de fosses de culture, seuls les Scaevola subsistent après les brûlis d’entretien de la cocoteraie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Légende Le motu Fakarevareva (Tuamotu) : un exemple d’exploitation optimale des ressources naturelles et humaines disponibles sur un micro-espace de 5 000 m2.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Atoll de Tatakoto (Tuamotu) : partie survivante de la forêt primaire (Hernandia sp.). On constate combien peut être luxuriante la végétation d’un atoll.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Variation des formes et localisation des zones de fosses sur l’atoll de Takapoto.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Emplacement des foggara en Algérie et khettara au Maroc.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Coupe d’une galerie drainante (d’après Munier, 1973).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Travaux d’entretien de la khettara Lahloua (Jorf-Mankara, Tafilalet, Maroc). Lahssan Lamrani, président de l’association de lutte contre la désertification de Jorf, entouré des paysans qui descendent dans la galerie par les puits de visite et en extraient la terre qui entrave l’écoulement des eaux de la khettara.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Légende Galerie en cours de réhabilitation dans la khettara La Brikia (Jorf-El Haen, Tafilalet, Maroc).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Puits de visite de la khettara Lahloua (Jorf-Mankara, Tafilalet, Maroc).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende La khettara Lambarkia (Jorf-Mankara, Tafilalet, Maroc) est dégagée après les crues de l’automne 2006 qui s’étaient déversées à l’intérieur de la galerie, provoquant des effondrements de la voûte sur plusieurs centaines de mètres.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2866/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 464k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540