Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agricultures singulières

 | 
Éric Mollard
, 
Annie Walter

Partie 2. Cultiver les terres arides

Chapitre 6. Gérer les crues

Texte intégral

Oued Tsauchab dans la cuvette de Sosnus en Namibie.

  • 1 Ces dernières sont traitées dans le chapitre 9.

1La collecte de l’eau de crue (floodwater harvesting) est le deuxième volet des agricultures fondées sur la collecte de l’eau de surface en zone aride (water-harvesting). Si le chapitre précédent a traité des systèmes destinés à faire face aux sécheresses, celui-là aborde les méthodes destinées à affronter l’inondation, second risque des zones arides. Elles regroupent toutes les techniques utilisant l’eau d’un cours temporaire ou d’un torrent éphémère, issus de pluies diluviennes. Certains auteurs y incluent les méthodes de culture fondées sur la collecte des ruissellements au moyen de grands impluviums qui ont été traitées précédemment. Ces techniques ont bien souvent deux fonctions, celle de collecte de l’eau et celle de capture des sédiments, si bien qu’il est parfois difficile de les distinguer des méthodes classiques d’épandage des crues ou de limonage à partir d’un cours d’eau permanent (temporairement en crue)1. Dans ce chapitre, seules les techniques utilisant un cours d’eau ou un torrent temporaire en zone aride sont traitées.

2Elles peuvent être classées en quatre catégories : la dérivation d’un petit cours d’eau, les barrages de retenue dans le lit d’un torrent, les systèmes d’épandage des crues sans canaux d’irrigation et les systèmes de canaux de dérivation. Ils sont souvent mêlés au sein d’une même agriculture, aussi cette classification est-elle toute conventionnelle.

La dérivation d’un cours d’eau

3Des ruissellements importants se concentrent sur un substrat imperméable, comme les routes, ou sont drainés dans le lit d’un torrent habituellement à sec. L’eau est alors dérivée puis dirigée vers des parcelles de culture par des séries de banquettes qui stockent l’eau sur place et humidifient le sol. L’ensemble est parfois rudimentaire, ne consistant qu’en petits barrages détournant de son cours un flux d’eau ou les crues printanières de modestes oueds vers des champs de céréales (Syrie, vallée de l’Euphrate). Mais il existe des structures plus complexes, comme les caag de Somalie, banquettes en U délimitant les aires de culture, ou l’agriculture sailaba menée au Pakistan sur des terrasses nivelées. L’une et l’autre sont alimentées par un canal de dérivation prenant son eau d’un cours d’eau en crue.

Les barrages de retenue

4Des barrages pratiqués dans le lit d’un cours d’eau permettent de retenir les eaux peu tumultueuses et les sédiments qu’elles charrient. Les cultures se font alors directement dans le lit de la rivière ou bien sur des parcelles inondées le longeant. Les plantes cultivées sont adaptées de façon que leur croissance ne coïncide pas avec les périodes de pluies et donc de crue. En zone aride et montagneuse, l’érosion finit par créer des ravines et des goulets dont on profite de différentes manières pour concentrer les ruissellements. La technique la plus simple consiste à aménager une petite parcelle de culture au débouché d’un exutoire. Ce procédé nommé akchin dans le sud-ouest des États-Unis, se retrouve sur d’autres continents. La parcelle peut être placée en bas d’une pente, sous une surface rocheuse ou non cultivée, plutôt qu’à la sortie d’un exutoire. Le principe est le même, il s’agit d’utiliser la topographie des lieux pour collecter le maximum d’humidité pour les cultures.

5Mais les communautés humaines ont mis aux points des systèmes plus complexes, fondés sur l’aménagement complet des ravines. Celles-ci sont barrées à un ou plusieurs endroits de façon à provoquer l’accumulation des eaux et la rétention des sédiments. Les ruissellements inondent les parcelles en aval, puis, lorsque les sédiments se sont accumulés en une épaisseur de terre suffisante dans les parcelles de retenues, celles-ci sont cultivées. Les cultures étagées se font sur ces parcelles, placées directement dans le lit des torrents temporaires. Les crues intempestives sont écrêtées par des systèmes d’exutoires. Ce mode d’agriculture est illustré par les jessour tunisiens qu’on retrouve en Chine dans les zones de lœss ravinées (Li Shengxiu et Xiao Ling, 1992) en Inde (nullah) et au Népal (Critchley et al., 1994), au Mexique (trincheras) (Kirkby, 1973), en Haiti (Jean, 1992) et autrefois dans le Néguev où des barrages bas ont été directement installés en série dans le lit des oueds. En réalité la construction des barrages de retenue est universelle et se déroule selon des schémas trop variés pour être tous passés en revue. L’emplacement du barrage peut se situer au milieu du bassin versant ou en amont. Il peut être construit en terre ou en pierre. Il peut être unique ou appartenir à une série, s’accompagner ou non de systèmes de drainage. Mais il doit toujours être capable de retenir l’eau tout en la filtrant et s’adapte à la topographie du lieu ainsi qu’au débit du cours d’eau. Ces procédés diminuent le ravinement et restaurent des ravines trop érodées.

L’épandage des crues

6Dans les plaines arides, les précipitations soudaines et violentes engendrent des crues de forte amplitude dans les oueds. Il s’agit alors de profiter de ces écoulements lorsqu’ils surviennent et parfois de s’en protéger. Des barrages, souvent sommaires et éphémères, sont placés à des endroits stratégiques et de petits canaux de dérivation permettent de diriger l’inondation de manière à protéger les champs les plus proches des eaux turbulentes et d’étendre la crue aux champs les plus éloignés. Ces méthodes simples ne nécessitent aucune autorité centrale pour être menées correctement et chacun, à l’arrivée de la crue, surveille et aménage ses champs, ajoutant ici et là un obstacle ou recreusant un petit fossé. C’est l’agriculture des oueds (wadi) pratiquée de tout temps dans le Maghreb (Pérennès, sd) que l’on retrouve sous le nom de « inondation dirigée » (terme réservé ici à l’épandage de crue en plaine). On peut en rapprocher l’agriculture Kair dans les régions arides de l’Asie centrale (Kovda, 1961) où les cultures sont menées sur les terrasses inondées bordant le fleuve et, en Amérique, celle des Navajo de l’Arizona qui concentrent et épandent les crues en plaines au moyen de tout un système de barrage en broussailles, en troncs et en piquets de bois.

Les canaux de dérivation

7Les grands aménagements de versants, pratiqués dans les régions où les pluies surviennent en orages rares et violents, combinent en amont des méthodes de retenue des eaux et d’aménagement des ravines, associées en aval à des structures de dérivation puis d’épandage des crues. Ces installations sont souvent complétées par des canaux d’irrigation pour alimenter les champs les plus bas (Hamidé, 1990). Dans les régions au climat moins aride, on utilise aussi des canaux de dérivation installés sur des rivières au flux excessivement variable, comme au Pérou. La fonction est la même : capter l’eau rare et se protéger des crues en les fragmentant ; le procédé repose sur des structures similaires : des barrages rudimentaires et submersibles. Les aménagements comportent tous une série de digues, de murets et de fossés destinés tout d’abord à fractionner les eaux de crues puis à les diffuser sur une grande surface de culture afin d’en augmenter progressivement la superficie tout en enrayant le ravinement et le lessivage du sol. Cette agriculture est bien développée dans le sud-ouest de l’Amérique du Nord où elle a été pratiquée par les Indiens pima, papago et yuman (Castetter et Bell, 1942, 1951, cités par Evenari et al., 1961). Les Hohokam l’ont menée de 500 à 1540 après J.-C. Les constructions habituelles (barrages, digues et canaux) concentrent et redistribuent les eaux d’irrigation provenant soit des eaux de ruissellement, soit d’un cours d’eau temporaire vers les champs cultivés en maïs et coton. Les Zuñi et, à un moindre degré, les anciens Anasazi du Colorado construisent des barrages sur les ruisseaux saisonniers et dirigent l’eau vers des ensembles de terrasses en courbes de niveau, elles-mêmes cloisonnées par des murets de pierres. Les parcelles sont de petite taille et la gestion est communautaire. Citons encore le vaste complexe de Purrón, au Mexique, qui a fonctionné durant 900 ans. Outre l’appareillage de canaux, rigoles et barrages destinés à capter les eaux, ces systèmes comprennent un aménagement soigneux des parcelles. Il s’agit le plus souvent de bassins ou de terrasses rectangulaires bordés de murets de pierres ou de terre. Ils forment ainsi de petits caissons dans lesquels les eaux captées sont retenues et s’infiltrent avec efficacité dans le sol.

8Cette agriculture a également été pratiquée dans le désert du Néguev (Système nabatéen). Ces grands ensembles ont alimenté autrefois des surfaces de plus de 100 hectares. Ils débutent en amont par une prise sur un cours d’eau temporaire canalisé par des murs latéraux. Les eaux sont ensuite acheminées vers un canal de dérivation qui alimente lui-même des canaux secondaires. Ceux-ci inondent les terrasses les unes après les autres, l’excédent étant dirigé vers des fossés latéraux. L’eau charrie des sédiments fertiles si bien que l’ensablement oblige à surélever périodiquement le canal et les terrasses. À terme, le système a été abandonné, alors qu’un entretien régulier aurait permis d’éviter l’engorgement. Si la construction de ces périmètres s’est étalée sur plusieurs générations, il a fallu néanmoins qu’à chacune d’elles les ayants droit partagent un intérêt commun pour garantir les entretiens. Une autorité centrale capable de coordonner les travaux d’aménagements et d’entretien, de régler une distribution équitable de l’eau et de garantir les droits de chacun est alors nécessaire au bon fonctionnement du système.

9En réalité, ces deux derniers types d’agricultures intègrent les uns aux autres différents procédés qu’il est parfois difficile de différencier. Le chapitre se clôt donc sur ces deux exemples d’agriculture globale du désert, proches par bien des aspects : celle des Nabatéens en Israël et celle des Zuñi dans le sud-ouest des États-Unis.

fiche 29. Le caag de Somalie

Nomenclature

10Le caag (ou caaq) est constitué de banquettes de terre collectant les eaux de ruissellement dérivées à partir d’un cours d’eau temporaire. Il utilise l’eau issue de faibles cours d’eau, de petites ravines, de routes macadamisées ou tout simplement d’une zone naturelle définissant nettement un flux de ruissellement. C’est une forme intermédiaire entre la collecte des eaux de ruissellement et la diversion des eaux d’oued.

Localisation géographique

11Les caag se rencontrent en Somalie, principalement dans les montagnes centrales (région Hiiraan). La pluviométrie de ces régions arides oscille entre 150 mm et 300 mm par an. Ils sont essentiellement aménagés sur des sols calcaires permettant un fort ruissellement (voir aussi gawan).

Conduite technique

12Installés sur des terrains en pente (supérieure à 0,5 %), ils forment des banquettes successives en forme de « U », alignées les unes aux autres, selon des normes déterminées en fonction de l’expérience de chacun mais en suivant plus ou moins les courbes de niveau. Ils peuvent couvrir des parcelles de près d’un hectare mais la majorité des caag ne sont composés que de deux banquettes successives. La hauteur de ces levées de terre est de 50 cm, leur base de 150 cm environ et leur longueur variable de même que leur espacement. L’un des bras latéraux est plus court que l’autre. Les eaux sont captées sur l’aire de ruissellement et dirigées par une rigole vers la première banquette. Elles s’accumulent jusqu’à une profondeur de 30 cm environ et les excédents débordent par le bras le plus court pour se diriger vers la banquette inférieure. La longueur de ce bras doit être déterminée avec soin de façon à assurer une bonne infiltration d’eau dans la parcelle mais éviter l’érosion ou la submersion de la banquette horizontale. En cas de pluies intempestives, les banquettes sont affaissées de façon à faciliter le drainage. On cultive le sorgho et le niébé dans les bassins, ainsi que le sésame. On effectue une à deux récoltes par an et la production annuelle est en moyenne de 415 kg/ha de sorgho et 330 à 530 kg/ha de niébé.

Histoire et société

13Les éleveurs qui peuplent le Hiiraan aménagent les caag et les gawan pour cultiver quelques plantes d’autosubsistance et le fourrage destiné à leur bétail. Ces systèmes rendent possible l’agriculture dans des régions particulièrement arides, mais restent rudimentaires. Ils ne concernent que de petites parcelles situées près d’écoulements naturels. Depuis quelques années des programmes de développement agricole tentent de les améliorer et de les développer pour subvenir aux besoins d’une population éprouvée par les récents conflits. Mais ils restent très mal connus.

Références

14Critchley, 1990 ; Reij, 1990.

Les banquettes en forme de « U » captent les eaux de ruissellement.

fiche 30. L’agriculture sailaba au Baloutchistan

Nomenclature

15Au Baloutchistan, l’agriculture sailaba désigne un aménagement de versant où les eaux de crues (captées à partir d’un cours d’eau temporaire ou des ruissellements de pente) sont dirigées par un canal vers des zones de capture en terrasses conservant l’humidité. Il en existe plusieurs types en fonction des techniques utilisées pour capter l’eau et la redistribuer. Ce modèle est un type plus sophistiqué de gawan à ceci près qu’il est spécifique des zones montagneuses et utilise un système complexe de canaux. On y associe parfois l’agriculture pratiquée sur les larges berges inondées des fleuves, qui retiennent l’humidité une fois que la crue s’est retirée.

Localisation géographique

16Ce mode d’agriculture est pratiqué dans les régions montagneuses du Baloutchistan (ou Balushistan), situées sur le plateau iranien et se répartissant entre le Pakistan, l’Iran et l’Afghanistan. La région a un relief accidenté accélérant les ruissellements. Le climat aride présente des étés chauds et des hivers froids. Les pluies d’hiver sont erratiques et parfois violentes, la pluviométrie annuelle oscillant entre 175 et 350 mm. L’agriculture (kushkaba) dépend des pluies accumulées dans les zones de plaines ou de la collecte et de la concentration des ruissellements sur les pentes (sailaba). Mais elle reste difficile et il n’y a pas plus de deux à trois bonnes années par décennie.

Conduite technique

17Les paysans commencent par aménager des terrasses plus ou moins nivelées sur des pentes situées au pied des collines et n’excédant pas 5 %. Chaque terrasse est soutenue par une levée de terre de longueur variable, de un à deux mètres de hauteur et de un mètre de large à son sommet. Lorsque le sol est peu épais, les banquettes sont plus hautes de façon à retenir des sédiments pour augmenter l’épaisseur du sol. La superficie d’une terrasse varie de 3 ha à 7 ha, et un système sailaba comporte de 2 à 15 terrasses.

18Le captage de l’eau se fait de différentes manières en fonction de la topographie et du caractère des pluies, donnant lieu à des ensembles légèrement différents. On utilise l’eau d’un cours d’eau temporaire en crue, l’eau d’une rivière alimentée par plusieurs cours d’eau temporaires ou des eaux de ruissellement de pente, bloquées par des barrages de terre. L’eau ainsi captée par un canal de dérivation principal est ensuite amenée au coin supérieur de chaque terrasse, directement à partir du canal principal, à l’aide de rigoles secondaires ou en passant en cascade d’une terrasse à l’autre. Dans ce dernier cas, des brèches sont aménagées dans les banquettes de façon à laisser passer les excédents dans la terrasse inférieure. Au fil du temps, les canaux principaux, de simples fossés creusés dans le sol, finissent par s’élargir ou se comblent de sédiments. Chaque année, de petits barrages de branchages et de pierre placés aux endroits adéquats permettent d’ajuster les niveaux d’eau de façon que l’eau s’écoule régulièrement de sa source jusqu’aux dernières parcelles. Les sédiments charriés par le courant se déposent dans les parcelles et ce limonage est autant recherché que l’eau elle-même. Les paysans cultivent principalement du blé mais aussi du sorgho et des pois. Le rendement du blé peut atteindre 1 000 kg/ha, celui du sorgho et des pois 500 à 700 kg/ha.

Au Pakistan, l’agriculture sailaba est pratiquée dans les régions montagneuses du Baloutchistan.

Différents types de système sailaba (adapté de Kahlown et Hamilton, 1996).

Histoire et société

19Le Baloutchistan tient son nom des Baloutches, l’ethnie largement majoritaire qui l’habite. Les Baloutches sont un peuple iranien, venu du nord de l’Inde, qui s’est sans doute mêlé à des populations autochtones et a supplanté les tribus pachtounes et brahouis qui vivaient là. L’origine de l’agriculture sailaba est incertaine. Aujourd’hui, ces systèmes sont souvent aménagés par des groupes de fermiers dont les terres sont adjacentes et qui réunissent leurs efforts pour les installer. La construction des structures de captage et de diversion des eaux est collective, puis, à partir des canaux principaux, chaque fermier dirige l’eau vers ses propres champs, selon un schéma déterminé par la topographie. L’aménagement en terrasse des champs et l’installation des déversoirs sont sous la responsabilité de chaque propriétaire. Tous les participants s’entendent pour une bonne distribution de l’eau entre toutes les parcelles et pour un partage des tâches de maintenance. La distribution de l’eau respecte les droits sur l’eau de chacun et les règles de bon voisinage de façon que les terres les plus en aval soient elles aussi bien irriguées. La majeure partie du travail est faite manuellement, mais la construction des banquettes peut être mécanisée. En général, aucun paysan ne peut se joindre ultérieurement à un projet sailaba qui fonctionne déjà. Malgré cette entente de départ, les conflits surviennent dès que l’eau est rare.

20L’inconvénient majeur de ce mode d’agriculture réside dans la grande variabilité des pluies, en fréquence et en intensité qui entraînent des dysfonctionnements dans l’acheminement de l’eau. Bien qu’efficace, ce mode de culture doit être amélioré avant d’être développé.

Références

21Bondurant, 1988 ; Kahlown et Hamilton, 1996 ; Mushtaq, 1990 ; Water resource research institute, 2001. icimod.org/sus_options/bp_water.htm

fiche 31. Les parcelles akchin en Arizona

Nomenclature

22Le terme Ak-chin désigne dans la langue des Indiens papago la bouche d’un petit torrent. Dans le sud de l’Arizona, région où vivent les Papago, ces torrents dévalent la montagne dans des ravines bien dessinées puis débouchent dans la plaine alluviale sous forme de large nappe. C’est un lieu de culture très prisé et la parcelle installée à cet endroit est appelée parcelle akchin. Le terme a ensuite été employé pour désigner ce type de parcelle, quel que soit le lieu où elle est observée.

Localisation géographique

23On les trouve en Arizona, au Nouveau-Mexique et sans doute, sous d’autres noms, dans tout le sud-ouest désertique de l’Amérique du Nord. Les champs akchin sont toujours situés au débouché en plaine d’un torrent saisonnier de faible pente. Ils ont aussi été cités en Mauritanie où les parcelles de culture se rencontrent sur les terres alluviales à l’embouchure des oueds. C’est en réalité un procédé que l’on retrouve dans bien des régions arides du monde. Tous les paysans des zones arides vallonnées placent ainsi de petits champs à la sortie d’une ravine.

Conduite technique

24La parcelle akchin reçoit un aménagement très simple dans la mesure où elle se situe à un endroit naturellement propice à la culture. Une ravine étroite (arroyo) collecte les eaux de ruissellement des pentes, mêmes minimes, et concentre un flux hydrique qui dévale sur un lit sableux en charriant les sédiments, les graviers et les cailloux. En bas de pente, ce type de torrent s’épand sur une pente plus faible et la crue ralentie déborde de ses rives tout en y déposant les matériaux lourds que le courant entraîne. Le lit se rétrécit donc progressivement et finit par disparaître, laissant la crue s’étendre doucement en nappe en abandonnant sur le sol ses riches sédiments. C’est là que se situe la parcelle akchin. Elle est parfois fermée à son niveau le plus bas par un mur de terre qui maintient la nappe d’eau. On y ajoute en amont de simples barrages pour ralentir une crue trop rapide. La parcelle est elle-même divisée en portions de culture. Un réseau de barrages rudimentaires et de fossés dirige l’eau de crue limoneuse vers telle ou telle parcelle, à la demande. Tous ces aménagements sont éphémères et reconstruits chaque année. On cultive dans ces parcelles le maïs, le haricot et la courge en plantant profondément les graines de façon à favoriser le développement d’un bon système racinaire, capable de résister à un événement hydrique violent ou à une sécheresse prolongée. L’érosion tend à remanier continuellement la topographie des lieux et à creuser le lit des torrents, ce qui restreint l’épandage naturel de la crue. L’emplacement des plots favorables à la culture, c’est-à-dire humides et chargés de sédiments fertiles, change d’une saison à l’autre, si bien que les paysans doivent choisir chaque année leurs lieux de culture, ce qui les oblige parfois à cultiver assez loin de leur lieu de résidence.

La culture akchin est pratiquée dans les régions désertiques de l’Amérique du Nord en particulier chez les Indiens pagago du sud de l’Arizona.

Parcelle de culture au bas d’une ravine, observée ici en Bolivie.

Histoire et société

25Ce mode de culture a été utilisé par tous les groupes indiens du sud-ouest de l’Amérique du Nord, bien avant la conquête espagnole. Il s’est intégré à d’autres systèmes de capture des eaux de crues, mis au point par des populations qui ont su vivre dans le désert durant près de 2 000 ans (voir plus loin Agriculture zuñi). Ces communautés de fermiers ont souvent établi leurs fermes près des parcelles akchin et ont pratiqué aussi un peu d’élevage, de chasse et de pêche. Ces installations ont progressivement disparu avec la conquête espagnole et surtout avec les transformations sociales induites par l’indépendance des États-Unis. L’apparition des animaux domestiques a nécessité la construction de barrières autour des sites de culture et la production accrue de maïs pour les nourrir, alors que l’agriculture traditionnelle était tournée vers la seule subsistance. Les champs sont devenus des propriétés individuelles fixes alors que les Indiens avaient besoin de suivre l’eau et de changer chaque année leur lieu de culture. Néanmoins, les parcelles akchin sont encore pratiquées par les Navajos et les Hopi qui y cultivent le maïs traditionnel, ainsi que la citrouille ou le melon. Il s’agit presque toujours d’un maraîchage à usage familial, très peu commercialisé.

Références

26Bradfield, 1971 ; Bryan, 1929 ; Glassow, 1980 ; Hack, 1942 ; Hackenberg, 1974 ; Killion, 1992 ; Monod et Toupet, 1961.

Schéma de la parcelle akchin, dans le sud-ouest des États-Unis.

fiche 32. Les jessour en Tunisie

Nomenclature

27On désigne sous le nom de jesser ou jesr ou encore jisr’ (pluriel jessour) un petit jardin en amont d’un barrage de talweg, formé de l’accumulation des sédiments charriés par l’eau qui l’irrigue. On nomme aussi jessour l’ensemble formé par le barrage et son jesser. Le barrage lui-même est appelé tabiâ, terme qui désigne habituellement un petit barrage de terre renforcé de pierres sèches, construit sur des versants ou dans des plaines pour stopper les eaux de ruissellement. Lorsque le barrage est réduit, il prend le nom de ketra. Le jardin et le barrage sont complétés par un impluvium, c’est-à-dire une surface érodée du versant servant à capter les eaux de ruissellement. Les jessour s’échelonnent sur tout le réseau de ravines d’un versant, créant des ensembles complexes où les écoulements sont dirigés d’un jesser vers l’autre. Ils dessinent une succession de petits champs qui cascadent en terrasse le long du talweg. Ce sont des modèles de captage des eaux de crue par barrage de retenue dans une ravine.

Localisation géographique

28Les jessour sont propres aux régions semi-arides et montagneuses du bassin méditerranéen, là où la pluviométrie annuelle est comprise entre 100 et 250 mm. En deçà, elle est insuffisante, au-delà l’installation devient inutile. Il faut de plus que les eaux puissent éroder des sols tendres et entraîner les sédiments destinés à s’accumuler derrière les barrages. Les affleurements de limons sont les plus propices à l’installation des jessour. Enfin, les talwegs doivent être assez étroits pour être facilement aménagés. On trouve ces conditions réunies en Tunisie, dans la région de Matmata et dans de nombreux djebels au nord, au centre (djebels Semmama, Selloum) et au sud. Les jessour ont aussi été aménagés en Tripolitaine (Nefoussa) et sous des noms différents en Libye, en Crète et au Proche-Orient.

29Ce mode d’agriculture a aussi été pratiqué dans le sud-ouest de l’Amérique du Nord par les Anasazi du Sonora et par les Navajos.

Conduite technique

30La technique des jessour est très proche de celle utilisée pour le terrassement des versants mais les zones cultivées n’occupent que les fonds de ravines et sont donc de petite taille.

Région des jessour dans le centre et le sud de la Tunisie.

Jessour au sud de Douiret dans le Sud-Est tunisien. Les magnifiques oliviers tranchent avec l’aridité ambiante

31Le barrage qui ferme la ravine est constitué d’un soubassement et d’un muret de pierres sèches, rehaussé d’une levée de terre. C’est le tabiâ. Sa longueur est généralement de quelques dizaines de mètres sur deux à cinq mètres de hauteur bien que des vestiges de barrages beaucoup plus grands soient observés. Le réseau racinaire de la végétation établie sur les deux versants du tabiâ contribue à la stabilité de la structure. Le sommet du tabiâ sert de chemin pour circuler entre les jessour.

32À chaque forte pluie, l’érosion et le ruissellement sur le bassin versant arrachent des limons, des sables, des déjections animales, des pailles et des résidus qui sont entraînés vers la ravine puis s’accumulent derrière chaque barrage pour y constituer un sol fertile. Les quantités d’eau retenues et infiltrées dans le sol sont importantes. Selon certains auteurs (Bonvallot, 1992), les paysans n’hésitent pas à accélérer l’érosion sur les pentes, lorsqu’ils jugent que le comblement naturel de la parcelle est trop lent, tout en construisant simultanément de petites diguettes afin de diriger les eaux vers le jesser. Des déversoirs latéraux sont construits aux deux extrémités du tabiâ pour protéger les barrages des crues et freiner la violence du courant en le fragmentant. Les excédents s’écoulent ainsi vers les parcelles échelonnées le long du talweg. Ces déversoirs sont souvent protégés de pierres sèches afin de limiter l’érosion. Leur largeur et la hauteur de leur seuil sont calculées de façon à assurer un bon écoulement hydrique vers les jessour placés à l’aval et un bon écrêtage des crues sans perte excessive de limons ou d’eau. Ces infrastructures exigent donc une surveillance et une maintenance constantes pour être efficaces. Pendant la morte-saison, les paysans occupent une bonne partie de leur temps à réparer les brèches, surélever les tabiâ, déloger les petits animaux fouisseurs et contrôler les déversoirs.

33À terme, les agriculteurs disposent d’un sol riche et humide qui leur permet de cultiver des fruitiers (oliviers, amandiers, figuiers, abricotiers, palmiers dattiers) entre les rangs desquels ils plantent l’orge, les fèves, les lentilles, les petits pois, les pastèques et les oignons à l’automne si les pluies sont encore suffisantes. Des figuiers de barbarie et des acacias épineux sont plantés près de la digue, là où le sol est le plus profond et le plus humide. Ils forment des haies défensives et assurent un complément alimentaire au bétail. Le rapport impluvium/ zone plantée se situe entre quatre et dix et la parcelle cultivée dépasse rarement 0,25 hectare. Il s’agit d’une agriculture intensive sur de petites surfaces, le principe étant le même que celui des oasis. Un puits creusé en aval du tabiâ, là où de petites nappes phréatiques se forment, permet l’extraction d’eau supplémentaire, en particulier pour arroser les jeunes arbres. On considère que chaque paysan possède en moyenne cinq à six jessour.

Dans l’arrière-pays tunisien, les collines à sols calcaires ou à roches riches en fer connaissent une pluviosité trop faible pour des cultures sur versants. Mais la zone est propice à la construction de petits barrages en terre devant lesquels vont s’accumuler l’eau et les sédiments emportés par l’érosion. On y plante d’une part des arbres fruitiers (olivier, palmiers, figuiers), d’autre part des cultures à croissance rapide (pois, céréales) et des légumineuses.

Histoire et société

34Les jessour aménagés dès l’Antiquité ont soutenu avec les meskat et les tabiâ une économie de subsistance dans ces régions péridésertiques où résidaient jadis des implantations humaines importantes. La construction de ces ensembles a reposé sur une excellente connaissance des flux hydriques et de leurs variations, et prévoyait leur destruction éventuelle par les phénomènes climatiques les plus violents. Leur mise en œuvre a nécessité un gros travail de maintenance et une surveillance continuelle, ce qui implique une présence constante des paysans sur leurs terres.

35Aujourd’hui, les jeunes partent vers les villes à la recherche d’emplois, privant les zones rurales de la main-d’œuvre nécessaire, les villages de montagne se dépeuplent au profit de la plaine, et les jessour sont progressivement abandonnés. Certains d’entre eux ont été restaurés et remis en culture dans plusieurs pays méditerranéens (Tunisie, Libye, Crète). À la fin des années 1980, il y avait en Tunisie 400 000 hectares de terres alimentées par des jessour, à la suite d’intenses programmes de réhabilitation de ces structures. La contribution financière des pouvoirs publics a permis, et parfois a imposé, l’adjonction d’un déversoir central ou masraf. Il est constitué de deux murets de pierres sèches, voire de béton, encadrant un seuil déversant muni d’escaliers en pierres taillées à l’aval. En réalité, ce lourd déversoir statique ne peut ni s’élargir pour accepter les plus fortes crues, ni résister aux affouillements de l’eau. La crue, trop fortement freinée derrière le tabiâ déstabilise la base du masraf, ébranle le barrage et finit par détruire tout l’ensemble, endommageant alors tous les jessour placés à l’aval. Comme le savent très bien les paysans, une certaine fragilité des structures est le gage de leur pérennité. De plus, le seuil ne peut être rehaussé et disparaît progressivement sous les sédiments accumulés. Il apparaît donc que, dans bien des endroits, la réhabilitation des jessour ne nécessite pas la construction des masraf.

36Parallèlement à la désaffection progressive des zones montagneuses au profit des piémonts et des vallées, plus attractifs, d’autres aménagements se mettent en place tels que les systèmes de digues construits à l’aide de tracteurs et de pelleteuses sur les piémonts. Mais ces constructions ne sont pas aussi performantes que l’étaient les jessour. En ralentissant l’eau de l’amont vers l’aval, les jessour contribuaient à protéger les fonds de vallée des plus grosses crues, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. C’est ainsi que les méthodes de mise en valeur des zones montagneuses arides disparaissent en même temps que les paysans, qui possédaient les savoir-faire et connaissaient les techniques astucieuses de leur mise en œuvre.

Coupe (a) et disposition (b) d’un jesser tunisien (adapté de Bonvallot, 1986 et Critchley et al., 1994).

Références

37Blady, 1997 ; Bonvallot, 1986, 1992 ; Despois, 1961 ; El Amami, 1984 ; Ennabli, 1993 ; Mainguet, 1994 ; Ouessar et al., sd ; Roose et Sabir, 2002 ; Sghaier et Chebani, 1997 ; Sghaier et al., 2002 ; Snane et Mechergui, 1996.

fiche 33. L’inondation dirigée en Algérie

Nomenclature

38Le principe de l’inondation dirigée, encore appelée épandage de crue, est de freiner la violence des eaux sans arrêter le flux et de conserver la plus grande quantité d’eau possible afin de l’étendre et de l’amener au plus grand nombre de champs possible. Elle est obtenue en plaçant et déplaçant des obstacles submersibles à des endroits stratégiques. La méthode s’applique aux grandes plaines ouvertes et se distingue en cela des modes d’agriculture similaire pratiqués dans le Néguev (Agriculture des Nabatéens) et l’Arizona (Agriculture zuñi), plus montagneux. Il n’y a pas, à proprement parler, de maîtrise de la crue mais plutôt une utilisation habile des eaux à l’aide de quelques aménagements destinés à étaler la crue au maximum.

Localisation géographique

39Cette agriculture, très ancienne, est le propre des régions arides soumises à des pluies rares mais toujours dévastatrices. On la rencontre un peu partout en Afrique du Nord sur la bordure septentrionale du désert, en particulier en Tunisie mais aussi en Algérie. On la retrouve en Syrie (plaine de la Nuqra dans le Hawran), en Asie et sans doute dans plusieurs autres lieux. Elle était aussi utilisée dans le bassin du Nil où les crues étaient dirigées vers des bassins d’irrigation soutenus par des levées de terre, dans lesquels les sédiments fertilisants étaient retenus. L’exemple donné ici est celui de la plaine du Hodna, en Algérie, très bien décrite par Pérennès (1993). La plaine du Hodna (400 m d’altitude) est située à la jonction du Tell et du Sahara. C’est une région aride qui reçoit entre 200 mm et 300 mm de pluie par an. Elle est traversée par des oueds larges, mal délimités, à sec la plupart du temps mais dans lesquels l’eau arrive soudainement et impétueusement, charriant des matériaux de gros volumes, très érodants. Après de longues périodes de sécheresse, les courtes périodes d’inondation surviennent ainsi sans prévenir.

La plaine du Hodna en Algérie.

Conduite technique

40Lorsque l’oued est à sec on creuse dans son lit, si possible au niveau d’une de ses courbes, un fossé oblique. Puis on y empile de la terre, des branchages ainsi que des galets et des pierres de sorte à élever un barrage de dérivation souple, pouvant être facilement détruit en cas de crue trop forte. Il n’est pas perpendiculaire au courant mais placé légèrement en diagonale de façon à faire face à une moindre poussée des eaux. En amont, un canal de dérivation est creusé joignant le lit de l’oued à la zone de culture. À partir de ce canal, un réseau de rigoles bordées par des levées de terre achemine l’eau jusqu’aux différentes parcelles, elles-mêmes entourées d’un sillon périphérique. Tous les barrages de dérivation secondaires sont construits souplement pour être, eux aussi, emportés sans dommage par les crues les plus fortes. Le problème principal réside dans l’imprévisibilité des crues. Quand elles sont trop fortes, elles emportent les barrages des parcelles les plus proches mais inondent correctement les plus éloignées. À l’inverse, une crue faible irrigue correctement les parcelles d’amont mais prive d’eau les parcelles d’aval. Néanmoins, les paysans peuvent compter sur une première irrigation au moment des semailles, une deuxième au cours de l’hiver, une troisième au printemps et une dernière en été pour les blés tardifs.

41Dans la plaine du Hodna, le parcellaire est organisé en longues lanières étroites et le réseau de rigoles n’adopte pas de motif particulier. Mais ailleurs, comme en Syrie, ces réseaux et canaux de dérivation peuvent suivre un modèle en arêtes de poisson, en pattes d’oie, en arborescences ou en peignes. Les réseaux hydrographiques de deux oueds différents peuvent être eux-mêmes reliés par un canal de façon à faire profiter toute une région de pluies parfois locales. Tout dépend de la topographie et repose sur le principe de base qui vient d’être exposé, toutes les variantes étant possibles. Notons que le modèle le plus simple n’adopte ni canal ni rigole mais laisse la crue s’étendre librement, à partir d’un barrage de dérivation. Au moment de la crue chacun place alors son fagot, son muret ou son obstacle pour étendre et diriger les eaux.

Histoire et société

42La plaine du Hodna est occupée par des éleveurs nomades qui pratiquent aussi une agriculture extensive de céréales. Dans cette région aux confins de deux zones géographiques, les règles sociales de répartition de l’eau empruntent à l’une et à l’autre : parfois le droit foncier prédomine, parfois c’est le droit sur l’eau. Pour pallier les désavantages dus à la position géographique de la parcelle et donner à chacun les mêmes chances, l’attribution des parcelles entre les familles est faite chaque année et une rotation entre les parcelles d’amont et celles d’aval permet à chacun de cultiver tour à tour chacune d’entre elles. Cette régulation sociale demande une grande cohésion du groupe et une autorité locale forte. Le travail de réparation des rigoles est important et réclame quant à lui une grande main-d’œuvre et une surveillance régulière. Comme on peut l’imaginer, seules la force des structures communautaires, la discipline de chacun et des valeurs fondées sur la solidarité et l’entraide permettent de maintenir en place de tels systèmes, pour le bénéfice de tous. Dans ces contextes les techniques et l’organisation sociale des communautés sont totalement adaptées à un environnement contraignant qu’il faut exploiter mais aussi protéger. D’un commun accord, on laisse donc faire plus ou moins la nature en s’appuyant sur des règles sociales strictes pour compenser l’imprévisibilité des phénomènes naturels et le manque de structures agricoles pérennes, qui seraient finalement peu adaptées. Au moment des indépendances, la transformation de la société et l’usage généralisé des barrages en dur, peu efficaces et rapidement détruits, ont peu à peu fait disparaître ce mode d’agriculture. Il persiste néanmoins dans des régions peu favorisées ou plus isolées et connaît actuellement, comme toutes les techniques de collecte des eaux, un regain d’intérêt.

L’inondation dirigée à partir d’un oued (adapté de Pérennès, 1993).

Références

43Braemer, 1990 ; Despois, 1953 ; Mahfoudh et al., 2004 ; Pérennès, 1993.

fiche 34. Le système nabatéen en Israël

Nomenclature

44La méthode nabatéenne conclut une dynamique d’aménagement hydraulique qui s’est déroulée en trois phases entre 1 000 avant J.-C. et 630 après J.-C. Elle a successivement utilisé l’épandage de crue, la diversion des eaux d’oueds en crue et la collecte des ruissellements sur pente. On traitera ici en priorité le système de diversion des eaux de crue et la collecte des ruissellements.

Localisation géographique

45Le Néguev est une région de forme triangulaire dont la base relie Gaza à la mer Morte et dont le sommet est marqué par la ville d’Eilat dans le golfe d’Aqabah. Il présente plusieurs régions distinctes, chacune étant marquée par un climat et un type d’agriculture particuliers. Les zones les plus densément peuplées ont été celles de l’étroite plaine située à l’ouest en arrière de la frange côtière et celle des montagnes qui la jouxtent à l’est. La plaine étroite est située à 200-400 m d’altitude. C’est une zone de collines calcaires surmontant des plaines alluviales elles-mêmes traversées par des oueds venus des montagnes adjacentes. Celles-ci s’élèvent jusqu’à 1 000 m d’altitude et sont composées d’une série de versants entrecoupés d’étroites plaines alluviales que les oueds traversent. Les pluies sont imprévisibles et tombent en brèves ondées de 10 mm par jour, la pluviométrie annuelle dépassant rarement 100 mm. Néanmoins, il existe des terres fertiles en quantité suffisante pour pouvoir y mener des cultures d’hiver, lorsque les températures et l’évaporation sont moins intenses.

Conduite technique

46La dérivation des eaux de crue à partir d’un oued n’est fonctionnelle que pour les pluies supérieures à 10 mm, capables d’engendrer un flux hydrique. La méthode consiste à barrer un oued d’une structure en pierres souple, de façon à élever le niveau de l’eau, puis de dériver cette eau dans un long canal de pierre (400 m environ), vers une zone de culture d’une dizaine d’hectares. Cette zone est compartimentée en série de terrasses assez larges, légèrement inclinées dans le sens de la crue et entourées d’un mur de pierre. Chaque série reçoit son eau par un canal secondaire puis les terrasses supérieures alimentent les suivantes au moyen de déversoirs. L’eau déversée au moment de la crue irrigue les terrasses, s’infiltre dans le sol et permet de cultiver les céréales. Mais elle charrie aussi des sédiments et, au fil du temps, le niveau des terrasses s’élève. Il faut alors surélever le canal de dérivation. À terme, le système n’est plus opérant si l’entretien est trop exigeant en main-d’œuvre.

La région du Néguev en Israël.

Système hydraulique ancien
Anciennes terrasses observées à Audat, un important site nabatéen du Néguev, entouré de nombreuses fermes pratiquant l’agriculture de désert, entre le ve et le xiiie siècle. http://www.mnemotrix.com/​adasr/​ (Ancient Desert Agriculture Revived)

Système hydraulique ancienAnciennes terrasses observées à Audat, un important site nabatéen du Néguev, entouré de nombreuses fermes pratiquant l’agriculture de désert, entre le ve et le xiiie siècle. http://www.mnemotrix.com/​adasr/​ (Ancient Desert Agriculture Revived)

Vue générale

Vue des terrasses

Système hydraulique moderne

Système hydraulique moderne

Plantation d’arbres irriguée par les eaux de ruissellement, dans une ferme réhabilitée à Nitzana.

Au printemps suivant, un tapis herbeux s'étend au pied des arbres qui sont eux-mêmes suffisamment irrigués pour poursuivre leur croissance. (http://www.mnemotrix.com/​adasr/​)

47Lorsque les pluies sont inférieures à 10 mm, les ruissellements sont captés sur les pentes. Le lœss du désert présente la particularité de former une croûte de surface quand il est humidifié. Cette croûte imperméable favorise les écoulements, qui se mettent en place pour de faibles ondées, mêmes inférieures à 6 mm journaliers. L’aménagement du désert par les Nabatéens a donc consisté à augmenter le ruissellement sur les pentes, au besoin en retirant les pierres ou le gravier pour provoquer rapidement la formation d’une croûte, puis à diriger cette eau vers des zones de cultures situées en contrebas. Ce procédé, qui rappelle lagriculture sailaba, a sans doute été utilisé en même temps que les grands systèmes à diversion de crues auquel il a survécu. Chaque unité comprend un petit impluvium inférieur à 100 hectares, partagé en petites surfaces par des murets, ainsi qu’une zone de culture ceinturée par un mur de pierre et cloisonnée en terrasses par des murets bas. Si une seule aire de capture correspond à une seule aire de culture, chaque compartiment de l’impluvium est mis en relation avec une terrasse, par l’intermédiaire d’un petit canal. Un jeu de murets, de déversoirs et de rigoles permet ensuite de distribuer l’eau dans chaque parcelle, au gré des besoins et en fonction des disponibilités. Ce compartimentage assure une plus grande maîtrise des eaux de pluie, écrête les crues éventuelles et assure une irrigation équitable à chaque parcelle. En moyenne, 20 à 30 hectares de surface de capture (collectant 15 % à 20 % des pluies) permettent d’irriguer un hectare de culture. Plus la zone de capture est vaste et située en hauteur, plus la surface de terre irriguée est étendue.

Histoire et société

48La région du Néguev est un très ancien site de peuplement, déjà occupé 4000 avant J.-C. Mais l’agriculture fondée sur la maîtrise des crues n’est réellement pratiquée qu’à partir du xe siècle avant J.-C., ou peut-être un peu avant. Elle est particulièrement florissante entre le iie siècle avant J.-C. et le vie siècle après J.-C. lorsque la région est occupée par les Nabatéens. Ce sont des éleveurs et des agriculteurs qui contrôlent aussi l’importante route de l’encens. Pour nourrir leur population et les immenses caravanes passant par leur territoire, les Nabatéens développent alors une agriculture ingénieuse dans ces déserts arides. Plus tard, les Romains envahissent la région et s’y installent en 200 après J.-C. puis les Byzantins en 330. Ils apportent tous les deux leurs connaissances en hydrologie et développent des systèmes hydrauliques performants. Néanmoins, les problèmes d’érosion sur les pentes et dans les oueds transforment progressivement la topographie des lieux et infléchissent l’évolution des systèmes d’agriculture.

49Là où les oueds sont larges et peu profonds, une agriculture par épandage de crues est pratiquée près des cours d’eau. L’abandon de cette technique, sans doute consécutive à l’abandon de la région, entraîne une forte érosion par les crues d’oueds qui, non maîtrisées et non épandues, creusent progressivement des lits profonds dans les plaines.

50Les communautés qui réinvestissent la région doivent adopter un système de dérivation des eaux de crues à partir de ces cours d’eau encaissés et souvent à sec. Outre des connaissances techniques, l’aménagement des structures nécessite la présence d’une autorité forte, capable de financer les aménagements, d’organiser les travaux et de coordonner la répartition des eaux entre les terres de chaque famille. Ces systèmes sophistiqués sont donc la marque des Romains et des Byzantins. Leur maintenance est assurée durant quelques centaines d’années au prix d’un travail constant. Il faut régulièrement curer les canaux engorgés, surélever le canal de dérivation, renforcer le barrage de retenue, drainer les terrasses pour ralentir leur salinisation. À un moment donné, l’entretien de ces vastes réseaux hydrauliques devient trop coûteux et trop difficile, la main-d’œuvre est insuffisante et l’autorité centrale s’affaiblit de sorte que l’entretien des grands systèmes à épandage devient impossible. Ils sont abandonnés.

51Les Nabatéens s’adaptent aux nouvelles conditions de leur territoire et développent alors les méthodes de capture des ruissellements par de petits impluviums, technique qu’ils ont utilisée auparavant de façon complémentaire. Mais tout le monde ne peut pas pratiquer ce mode d’agriculture en raison d’un droit sur l’eau plus fort que le droit sur la terre. En effet, seuls ceux qui possèdent un droit d’eau sur une zone de la colline peuvent aménager une ferme sur les terres en contre-bas. La superficie de ces parcelles d’impluvium varie elle-même de 10 à 100 hectares. Les fermiers ainsi pourvus utilisent la moindre goutte d’eau captée sur leurs impluviums et, en cas d’excédent, ouvrent une nouvelle terrasse en aval ou alimentent une citerne. La société, à cette période, fait face à de profondes transformations mais l’agriculture du désert perdure encore, peu ou prou.

52La conquête arabe, en 630, marque la fin de cette période et la disparition de l’agriculture si florissante du Néguev. Désormais, seuls les Bédouins habitent ces terres et les cités nabatéennes disparaissent. On tente actuellement de remettre en état les fermes datant de l’époque byzantine, pour la production de pistachiers, d’amandiers et d’orge. L’Unesco tente quant à lui d’inscrire les citées nabatéennes situées sur la route de l’encens, ainsi que les paysages agricoles afférents, au patrimoine de l’humanité.

Références

53Adams, 1981 ; Boers et Ben-Asher, 1982 ; Bruins et al., 1986 ; Evenari et al., 1961 ; Helms, 1981 ; Nations unies, 1999 ; Unesco, 2003.

fiche 35. L’agriculture zuñi au Nouveau-Mexique

Nomenclature

54Les Zuñis sont les descendants des Indiens du Sud-Ouest américain qui ont su établir une agriculture prospère dans une zone désertique durant près de 2 000 ans. Toute cette agriculture a été fondée sur la collecte et la maîtrise de crues d’orage, selon des procédés variés dont l’épandage de crue et la dérivation de cours d’eau éphémères. Les Zuñi représentent donc un excellent exemple de la façon dont ces systèmes peuvent s’intégrer au sein d’une agriculture florissante.

Localisation géographique

55Les Zuñi ont traditionnellement occupé la partie centrale et septentrionale de l’actuel Arizona et du Nouveau-Mexique, aux États-Unis. Ils sont aujourd’hui installés sur le plateau du Colorado entre 1800 et 2 300 mètres d’altitude. Dans cette région, la majorité des pluies survient entre juillet et septembre, sous forme d’orages violents et très érosifs, le reste durant l’hiver, sous forme de neige et de faibles pluies. La pluviométrie annuelle ne dépasse pas 300 à 400 mm. Depuis la fin du xixe siècle, la région fait face à une désertification progressive due autant à des facteurs humains qu’à des facteurs climatiques.

56Bien que les techniques de dérivation et d’épandage des eaux d’orage soient associées aux Zuñi, elles ont été en réalité très répandues dans le Sud-Ouest américain durant le dernier millénaire, comme l’attestent les vestiges agricoles existant près de la majorité des sites archéologiques situés au-dessus de 2 000 mètres d’altitude : Chaco canyon, Mesa Verde (Anasazi) et Casas Grandes. Toute la région a connu, à un moment ou à un autre, une agriculture fondée sur la récupération des eaux de ruissellement, avec ou sans dérivation et épandage. Cette agriculture est encore pratiquée aujourd’hui par les Hopi, les Tohono O’odham, les Navajos et bien sûr les Zuñi.

Conduite technique

57Dans cette région accidentée, les genévriers (Juniperus spp.) et les pins (Pinus edulis) qui couvrent les hauts de pentes sont intentionnellement préservés, afin de stabiliser et d’enrichir le sol tandis que les crues d’orage, très violentes, érodent le terrain, charriant les sédiments vers les champs cultivés. Plus bas, l’eau et les sédiments sont collectés, divisés, acheminés et répandus sur les cultures par des barrages de pierres, des diguettes et des fossés disposés en damiers. La première étape consiste à choisir correctement le site de culture. Il doit être situé là où la terre enrichie de limons est fertile et là où les ruissellements engendrés par les pluies d’orages peuvent être à la fois collectés et maîtrisés. Il existe trois emplacements privilégiés auxquels correspondent trois systèmes de culture.

58Le premier est représenté par les petites parcelles en bas de pente, à proximité ou en dessous d’une zone rocheuse servant d’impluvium. Elles sont généralement terrassées avec une surface convexe pour se protéger d’un excédent hydrique, et elles sont soutenues par un muret de pierres. Les pluies, même faibles, provoquent un fort ruissellement, capté sur les champs cultivés. Il ne semble pas qu’elles aient été très fréquentes. Le deuxième système de culture concerne les débouchés des petits torrents temporaires dans la plaine alluviale. C’est la parcelle akchin, fréquente en Arizona et au Nouveau-Mexique. Le troisième est situé en plaine en bordure des cours d’eau temporaires dont la crue peut être épandue ou dérivée au moyen d’un canal puis de digues, de barrages et de rigoles. Le système rappelle celui qui a été pratiqué dans le Néguev (Système nabatéen). Il peut être aussi mis en œuvre sur la partie inférieure d’un versant.

Les techniques des Indiens zuñi, sont très répandues dans le Sud-Ouest américain.

59Enfin, les Zuñi ont aménagé de petits jardins près de leurs lieux de résidences auxquels on a donné le nom de jardins en gaufre (waffle garden). Ces jardins rectangulaires sont compartimentés par des levées de terre ou des murets de pierre qui enserrent la zone de culture, les parcelles ainsi que les carrés de culture de 45 cm à 60 cm de côté. Ces structures en grille conservent l’eau de pluie, de ruissellement ou d’irrigation au pot, retiennent le sol, protègent du vent et diminuent l’évaporation. Bien que de petite taille, ils réclament une grande somme de travail, généralement assurée par les femmes. On y cultive toute sorte de plantes : piments, légumes, salades, tomates et bien d’autres. Ce type de jardins n’est d’ailleurs pas propre aux Zuñi et on les retrouve dans divers pays arides.

60Les Zuñi ont cultivé pour leur subsistance le maïs, les haricots, la citrouille, le melon et le poivre puis, après le contact européen, des plantes introduites telles que le blé. Les terres de chaque paysan sont marquées par des levées de terre et des empilements rocheux aux quatre coins. L’agriculture, viable à long terme sans dégradation des ressources (au contraire elle restaure la fertilité du sol), requiert beaucoup de temps disponible afin de maintenir les structures en bon état et de les réparer sans attendre. La coopération qui a existé autrefois entre les fermiers est fondamentale, comme dans tous ces systèmes où l’eau rare doit être gérée collectivement sans accaparement individuel.

Histoire et société

61L’Arizona et le Colorado ont été peuplés il y a environ 11 000 ans. Mais les structures agricoles complexes destinées à recueillir les eaux de ruissellements et de crues datent de l’époque des Anasazi. Au xiie siècle de notre ère, la survenue de sécheresses successives et une détérioration des aménagements entraînent des famines puis la disparition partielle de ces populations. Les Zuñi, de même que les Hopi, sont les descendants des populations Anasazi et de leurs voisins. Ils ont eux-mêmes pratiqué la collecte des eaux d’orages afin de cultiver le maïs pour leurs propres besoins. Ces fermiers sédentaires ont été suffisamment prospères pour produire chaque année de quoi satisfaire leurs besoins de subsistance mais aussi un surplus substantiel destiné aux échanges et au stockage, utilisé durant les mauvaises années. L’imprévisibilité des pluies, en fréquence et en amplitude, ainsi que la forte érosion sévissant dans la région entraînent un remaniement constant de la topographie. L’emplacement des parcelles akchin varie, les cours d’eau changent leur lit, une crue trop soudaine risque de détruire les cultures. Les Zuñi ont donc été des observateurs attentifs de l’environnement, sachant aussi bien s’adapter à ses fluctuations que prévoir les risques encourus. Une forte religiosité et une structure sociale particulière, valorisant et protégeant l’agriculture, leur ont permis de mener une agriculture souple et adaptative fondée sur la mobilité des parcelles, leur diversité et surtout leur surveillance et leur maintenance continuelles. Bien que la gestion des terres et de l’eau ait reposé sur la communauté, il fallait néanmoins qu’elle ait, au niveau local, un pouvoir suffisant pour organiser les travaux et l’entretien des structures. À ce prix, le désert a pu être cultivé. Lorsqu’en 1846, le gouvernement américain impose sa loi sur toute la région, les Zuñi en sont le groupe de population dominant.

62Signalée dès l’expédition de Coronado en 1540, cette agriculture a connu son apogée de 1850 à 1870, lorsque des bases militaires américaines se sont installées, ouvrant un marché rémunérateur pour le maïs. Les Zuñi ont alors intensifié leur agriculture pour répondre à cette nouvelle demande et ont mis en culture de vastes superficies (près de 4 000 ha), tout en suivant leurs méthodes traditionnelles. L’accès à l’eau était contrôlé par les communautés et les conflits peu fréquents. Les Zuñi produisaient aussi du sel et pratiquaient l’élevage. Lorsque le débouché commercial s’est écroulé brutalement, les Zuñi ont dû se reconvertir dans d’autres activités dont la joaillerie où ils ont excellé, au détriment de leurs équipements agricoles qu’ils ont progressivement délaissés. À ce moment, les États-Unis avaient réduit leur territoire à moins de 10 % de sa superficie initiale.

63Après une longue période de stabilité, durant laquelle la terre a été cultivée avec soin, une période de déclin est apparue. Le sol subit alors une érosion accrue et la région une désertification progressive. Dans ce cas, c’est l’abandon de l’agriculture qui a été responsable de la désertification et non l’inverse, comme cela s’est sans doute produit au xiie siècle. Le développement agricole engagé ultérieurement a entraîné une dissociation des terres en zones irriguées et en pâtures, bouleversant l’ancienne tenure foncière et faisant inévitablement éclater des conflits. La dégradation des aménagements anciens a été progressive, marquée par la destruction graduelle des canaux par les crues, tandis que la forte érosion sévissant dans la région a entraîné l’engorgement rapide des grands barrages et des réservoirs, nouvellement construits par les ingénieurs. La réserve des Indiens zuñi a été créée en 1877. L’ensemble des petites fermes dispersées a été très vite délaissé au profit d’un habitat plus urbain. Les activités agricoles sont toujours pratiquées autour des anciennes fermes mais celles-ci sont peu occupées et la majorité des exploitants préfère revenir chaque soir en ville. Depuis quelques décennies, un renouveau d’intérêt pour les savoirs traditionnels conduit à la réhabilitation des anciennes structures, au prix de plusieurs améliorations. Le savoir ancien attaché à ces systèmes de culture a néanmoins disparu. D’un autre côté, les communautés ont adapté leur système social aux nouvelles conditions et, par un jeu d’héritages et de mariages bien réfléchis, peuvent avoir accès à l’indispensable diversité des types de parcelles à cultiver. Les Zuñi sont aujourd’hui un peuple moderne toujours tourné vers l’agriculture. Celle-ci leur permet de subvenir à leur besoin et parfois de produire un surplus commercialisable, sous le label culture biologique.

Confection d’un jardin en gaufre par les anciens Zuñi (Nouveau-Mexique, 1910-1911 ?).

Références

64Bohrer, 1960 ; Bryan, 1929 ; Clevland et al., 1995 ; Donkin, 1979 ; Eggan et Pandey, 1979 ; Erdman et al., 1969 ; Kintigh, 1985 ; Leighton et Adair, 1963 ; Nabhan, 1984 ; Norton et al., 1997 ; Pawluk, 1995 ; Perramond, 1994 ; Spencer et Jennings, 1965 ; Wells et al., 1983 ; Woosley, 1980.

Notes

1 Ces dernières sont traitées dans le chapitre 9.

Table des illustrations

Légende Oued Tsauchab dans la cuvette de Sosnus en Namibie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende Les banquettes en forme de « U » captent les eaux de ruissellement.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Au Pakistan, l’agriculture sailaba est pratiquée dans les régions montagneuses du Baloutchistan.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Légende Différents types de système sailaba (adapté de Kahlown et Hamilton, 1996).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende La culture akchin est pratiquée dans les régions désertiques de l’Amérique du Nord en particulier chez les Indiens pagago du sud de l’Arizona.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Parcelle de culture au bas d’une ravine, observée ici en Bolivie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Légende Schéma de la parcelle akchin, dans le sud-ouest des États-Unis.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Région des jessour dans le centre et le sud de la Tunisie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Jessour au sud de Douiret dans le Sud-Est tunisien. Les magnifiques oliviers tranchent avec l’aridité ambiante
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Légende Dans l’arrière-pays tunisien, les collines à sols calcaires ou à roches riches en fer connaissent une pluviosité trop faible pour des cultures sur versants. Mais la zone est propice à la construction de petits barrages en terre devant lesquels vont s’accumuler l’eau et les sédiments emportés par l’érosion. On y plante d’une part des arbres fruitiers (olivier, palmiers, figuiers), d’autre part des cultures à croissance rapide (pois, céréales) et des légumineuses.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Coupe (a) et disposition (b) d’un jesser tunisien (adapté de Bonvallot, 1986 et Critchley et al., 1994).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende La plaine du Hodna en Algérie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende L’inondation dirigée à partir d’un oued (adapté de Pérennès, 1993).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende La région du Néguev en Israël.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Système hydraulique ancienAnciennes terrasses observées à Audat, un important site nabatéen du Néguev, entouré de nombreuses fermes pratiquant l’agriculture de désert, entre le ve et le xiiie siècle. http://www.mnemotrix.com/​adasr/​ (Ancient Desert Agriculture Revived)
Légende Vue générale
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Légende Vue des terrasses
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Système hydraulique moderne
Légende Plantation d’arbres irriguée par les eaux de ruissellement, dans une ferme réhabilitée à Nitzana.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Au printemps suivant, un tapis herbeux s'étend au pied des arbres qui sont eux-mêmes suffisamment irrigués pour poursuivre leur croissance. (http://www.mnemotrix.com/​adasr/​)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Les techniques des Indiens zuñi, sont très répandues dans le Sud-Ouest américain.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Confection d’un jardin en gaufre par les anciens Zuñi (Nouveau-Mexique, 1910-1911 ?).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2864/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540