Version classiqueVersion mobile

Agricultures singulières

 | 
Éric Mollard
, 
Annie Walter

Partie 2. Cultiver les terres arides

Chapitre 5. Collecter les pluies

Texte intégral

Lignes d’oliviers dans un champ de blé au Maroc

1Recueillir les gouttes d’eau quand elles ruissellent sur les pentes, les diriger en un mince filet vers les zones de culture puis les forcer à s’infiltrer près des racines des plantes, voilà le but de tout un ensemble de techniques culturales mises au point par les paysans des zones arides. Elles sont regroupées sous le terme de collecte des ruissellements (rainwater harvesting en anglais). L’expression désigne le fait de recueillir les pluies qu’elles soient retenues in situ ou déviées vers des zones de culture adjacentes, qu’elles soient immédiatement utilisées dans les parcelles cultivées ou dirigées vers des réservoirs. Néanmoins, la majorité d’entre elles cumulent les trois fonctions de recueil, de transport et de stockage dans le sol pour un usage immédiat bien que la distinction soit souvent difficile à faire tant ces méthodes sont variées et adaptées aux conditions locales.

2Les méthodes de collecte des eaux de pluies ont été utilisées avec succès par les plus anciennes agricultures du monde (Chine et Moyen-Orient) et se retrouvent, à une époque ou une autre, dans de nombreux pays : Afghanistan, Australie, Botswana, Burkina Faso, Égypte, Inde, Iran, Israël, Kenya, Mexique, Mali, Niger, Pakistan (désert du Thar), Soudan et dans la vallée du Nil avant la construction du barrage d’Assouan. Elles sont efficaces, économiques et très diversifiées. Leur classification est malaisée à établir mais elles peuvent se grouper en grandes catégories, des plus simples jusqu’aux plus compliquées, en passant par de nombreux types intermédiaires.

Les obstacles de pente, filtrants ou absolus

3Les plus simples sont les obstacles filtrants placés en travers de la pente, en lignes discontinues ou continues. Ils laissent passer l’eau qui ruisselle sur la pente, mais la freinent et l’étalent en nappe. Ils provoquent la sédimentation et retiennent les colluvions, les débris végétaux et organiques qui, à l’amont, finissent dans certains cas par former une mince bande de sol fertile. Avec le temps, le profil du terrain se modifie, les ruissellements sont ralentis et les eaux se concentrent. Les paysans adoptent tout d’abord des techniques de culture en rangs ou en étages. Les premières alternent sur des pentes très faibles des rangs d’herbacées ou de sol nu et des rangs de plantes cultivées. Les secondes associent des arbres fruitiers et des herbacées au sol de façon à créer, comme dans les oasis, un microclimat qui condense et retient les eaux de pluie quand elles surviennent. Ces techniques ont été particulièrement bien développées dans les grandes plaines de lœss du nord de la Chine, (Shengxiu et Xiao Ling, 1992) mais on les retrouve aussi en Afrique (Sierra Leone, Kenya, Rwanda), en Inde, au Népal, en Papouasie Nouvelle-Guinée, sur le pourtour méditerranéen et en Amérique. Il n’y a aucun aménagement du terrain mais plutôt une organisation des cultures.

Quelques exemples de fossés et gradins aménagés sur pente (d’après Critchley et al., 1994).

4On peut ensuite utiliser différents matériaux pour construire des obstacles filtrants placés en travers de la pente, en lignes continues ou discontinues, en courbes de niveau ou non. Il peut s’agir d’amas de broussailles, de branchages ou de résidus de cultures précédentes (tiges de maïs ou de céréales), renouvelés après chaque récolte ou laissés en place plusieurs années de suite. Un exemple, parmi des centaines d’autres, est donné par les fermiers du Mbere à l’est du Kenya (Kayombo et al.). Des tiges de mil et de sorgho, peu attractives pour le bétail et se décomposant lentement, sont entassées et dessinent des lignes en travers de la pente, sans suivre un schéma particulier. Elles laissent passer l’eau, retiennent un peu de terre et enrichissent le sol. La pierre est un matériau fréquemment utilisé pour construire ces obstacles de pentes. Les cailloux sont juxtaposés ou empilés en un mince cordon qui s’étend parfois sur des kilomètres. Dans les régions arides de l’Ader Doutchi Maggia (Niger), elles se nomment gandari et ont également une fonction de réhabilitation des terres dégradées en piégeant le sable transporté par le vent du désert (harmattan) (REIJ, 1990). Au Mali, les Dogon les alignent côte à côte en travers de faibles pentes pour ralentir les ruissellements, piéger les débris végétaux et augmenter l’infiltration de l’eau (Kassogué et al., 1990). On les rencontre aussi sur le pourtour méditerranéen (Italie, Grèce, Espagne, Syrie), en Afrique subsaharienne (Burkina Faso, Cameroun, Mali), en Afrique orientale (Éthiopie, Rwanda) et sans doute ailleurs dans le monde. Sur les pentes fortes, ces lignes se transforment en petits murets aux profils variés. Les plus simples sont uniquement constitués d’un amoncellement de pierres plus ou moins plates. Les diguettes filtrantes, installées en lignes continues, sont généralement dotées d’une base large, formée d’un appareillement de grosses pierres, et d’un sommet étroit constitué de pierres plus petites de façon à former un filtre. Leur hauteur varie en fonction de la topographie des lieux et des pratiques locales. Elles sont parfois constituées d’un cœur de cailloux fins recouvert de pierres plus grosses qui protègent ces derniers. L’eau de ruissellement et le sol érodé sont partiellement retenus à l’amont, l’excédent d’eau s’écoulant au travers des pierres pour inonder le terrain en aval sans emporter le muret.

5Les aménagements en pierres sont économiques (on récupère les cailloux retirés des parcelles), relativement faciles à construire, aisément réparés lorsqu’ils sont endommagés par de fortes pluies et universels dans les zones arides et montagneuses. Destinés à freiner les eaux de ruissellement ou à les collecter, ils retiennent aussi un peu de sédiments et entraînent la formation de petites terrasses en amont, comme on le verra plus loin. Néanmoins, les lignes de pierre ne se transforment pas systématiquement en murets soutenant des terrasses car il s’agit bien souvent de deux traditions techniques différentes (Hallaire, 1988).

6Alors que les obstacles filtrants favorisent la rétention des ruissellements, certains aménagements les forcent à se concentrer et à s’infiltrer en plaçant des obstacles absolus en travers de la pente. Le profil de celle-ci, qu’elle soit faible ou prononcée, est alors modifié en élevant des banquettes de terre permanentes en courbes de niveau (ou isohypses) ou en creusant des fossés. Là encore, le profil varie considérablement en fonction de la pente, du type de sol, des espèces cultivées et des habitudes locales. On en trouvera quelques modèles sur la figure A parmi tous ceux que l’on peut observer dans les zones arides du monde. Les aménagements sont très fréquents dans tout le nord de l’Afrique et, d’une façon générale, autour du bassin méditerranéen (Heusch, 1986). L’un des modèles les plus achevés est le fanya juu construit par les Kambas du Kenya. La banquette est longée à l’aval par un fossé qui retient les eaux, la banquette retenant elle-même les écoulements et le sol. Les cultures, généralement des céréales, sont pratiquées entre les banquettes protégées de l’érosion par des fruitiers plantés juste avant le fossé. Le bétail, en général, hésite à franchir ces levées de terre suivies d’un fossé (Mainguet, 1994). Tous ces systèmes stockent les ruissellements et les sédiments ; ils rechargent aussi la nappe phréatique. Il est toutefois nécessaire de bien entretenir les fossés afin d’éviter leur engorgement menant à la création ultérieure de ravines et de réparer régulièrement les banquettes endommagées. Les aménagements de pente favorisent la formation progressive de terrasses nivelées, comme dans le modèle fanya juu, à moins que celles-ci ne soient construites intentionnellement.

Quelques exemples de terrasses aménagées sur pente (d’après Critchley et al., 1994).

7Plutôt adaptées aux zones montagneuses dans le but d’aménager des surfaces planes pour les cultures, les terrasses nivelées sont aussi destinées, dans les pays arides, à retenir les ruissellements. Nées en Chine il y a plus de 3 000 ans, elles se sont répandues dans tout le bassin méditerranéen où elles sont actuellement fréquentes. Il en existe plusieurs modèles sur la figure B. Le plus rudimentaire est constitué de planches planes et étroites alternées sur une pente raide avec des bandes non cultivées ; d’autres s’associent à des talus. Les terrasses nivelées peuvent être soutenues par des murets de pierre, ce qui permet d’élargir la planche de culture. La construction des murets est plus efficace sur des pentes prononcées, bien que l’on puisse les édifier sur des sols à faible pente. Ces diguettes filtrantes sont aussi plus performantes que de lourds murs en béton, de coût élevé et emportés par les eaux d’orages violents. Au sud-est des États-Unis et dans le Chihuahua au nord du Mexique, les murets de pierres sont disposés de façon parallèle et concentrique autour d’une colline. Leur fonction principale reste la retenue des eaux de ruissellement. Elles sont particulièrement fréquentes autour du bassin méditerranéen, en Chine, en Indonésie, au Pérou et dans toute l’Amérique andine. On les retrouve dans les régions montagneuses et arides du Cap-Vert (Murets en courbe de niveau au Cap-Vert) ou au Mali.

Trous et modèles à petits impluviums

8Un autre groupe réunit les agricultures qui se présentent comme une succession de petites unités comprenant chacune son aire de capture et son aire de culture. Elles offrent une grande variété de formes et de profils mais se caractérisent par une aire de capture de taille réduite, inférieure à 1 000 m2 (microcatchment). Ce groupe comprend les trous cultivés et l’alternance d’impluviums avec des zones de culture délimitées par des structures discontinues de terre ou de pierre. Les cuvettes et les structures à impluviums sont souvent associées.

9La technique des trous (ou poquets) est très ancienne et rappelle, une fois encore, que les premiers agriculteurs ont sans doute copié la nature. En effet, les plantes des climats arides ont tendance à s’installer en premier lieu dans les anfractuosités des rochers, les crevasses et tous les petits trous où l’eau se concentre. Ce mode de culture consiste donc à creuser un trou dans lequel les maigres eaux de pluies s’accumulent et s’infiltrent lentement. Un simple trou peut être employé sur une pente inférieure à 20°, mais sur des pentes plus fortes, il s’accompagne d’un petit bourrelet de terre en aval. La taille de la cuvette varie selon le type de plante à cultiver mais elle n’est jamais très importante. Outre l’eau, la cuvette retient les particules de terre ou les débris organiques, contribuant à former un lit fertile pour les plantes, à l’abri du soleil et du vent. Ce microclimat humide et protégé permet aux plantes d’attendre les prochaines pluies. La culture en trous se rencontre en Chine où elle est apparue il y a près de 2000 ans (Les cultures en trous au nord de la Chine), en Afrique subsaharienne et dans certains pays d’Amérique latine. Au Guatemala, cette technique permet actuellement d’irriguer des vergers. Certains modèles comme le zaï africain sont très sophistiqués et associent des méthodes de réhabilitation et de fertilisation des terres. Une variante a été introduite il y a quelques décennies au Niger par des migrants haussa qui l’ont observée au Nigeria. Elle s’étend dans les régions dégradées du Djenne-Sofara, au Mali, où il semble qu’elle soit ancienne (Reij, 1990). Une autre variante, le matengo, s’observe en Tanzanie où elle a permis aux populations locales de survivre. Les cultures sont dans ce cas pratiquées sur des bourrelets enrichis ceinturant la cuvette. Enfin, signalons que les paysans mossi installent leurs cultures zaï près d’un bouli, sorte de cuvette creusée au bas d’un glacis qui accumule les eaux de ruissellement avant qu’elles ne soient redistribuées aux champs cultivés.

10Les structures à petits impluviums sont constituées de levées de terre (ou de murets) divisant le champ en plusieurs zones de culture, parfois réduites à un seul trou, et d’un petit impluvium, sol nu collectant les ruissellements. Dans tous les cas la surface de captage doit être au moins égale au double de la surface cultivée et les deux composants ne doivent pas être éloignés de plus de 100 m (Boers et Ben-Asher, 1982). Il en existe de nombreux modèles, le plus souvent placés en courbes de niveau et en quinconce, le tout ressemblant, vu de haut, à un échiquier vert et blanc. Les levées de terre ont la forme de demi-lune, de triangle ou de demi-rectangle, dont les extrémités sont protégées par des pierres pour éviter leur érosion par les eaux de débordement (www.fao.org/docrep/T11765F/t1765f0q.htm). Un arbre ou quelques plants de céréales sont cultivés dans chaque petit bassin qui leur est associé. Certaines levées ont la forme d’un peigne dont les dents sont tournées vers l’amont (teras), d’autres celle de losanges accompagnés d’un trou de culture (negarim). Les meskat ont une forme rectangulaire et utilisent un seul impluvium pour plusieurs zones de cultures étagées. Le gawan, aménagé sur les terres presque plates de Somalie, est constitué de diguettes qui divisent le champ en série de bassins fermés, selon des schémas variés. L’eau ruisselle sur les terrains d’amont puis est retenue par la levée de terre, les excédents s’écoulant par gravité d’un bassin à l’autre. Ces aménagements sont généralement réalisés progressivement, en fonction de la main-d’œuvre disponible, au niveau familial ou collectif. Au fil des ans, des réseaux complexes de parcelles endiguées par des banquettes de terre sont ainsi créés. Pour les achever en une seule fois, il faut pouvoir disposer d’une main-d’œuvre abondante et bon marché comme ce fut le cas de l’État marocain qui fut à même de réhabiliter les banquettes du Rif en employant des chômeurs.

Modèles à larges impluviums

11Ces modèles utilisent des aires de captures de grande dimension, supérieures à 1 000 m2 (macrocatchment) à partir desquelles l’eau est dérivée vers des surfaces placées en contrebas.

12Le simple fait de placer un champ de culture au bas d’une pente peu perméable qui favorise les écoulements et joue le rôle d’un impluvium naturel, permet de collecter l’eau des faibles pluies. Si celles-ci sont importantes, survenant en averses saisonnières, ces parcelles emmagasinent de grandes quantités de pluies. Lorsque ces parcelles sont placées à la sortie d’un exutoire naturel et captent donc les eaux de torrents éphémères elles suivent le modèle akchin traité dans le chapitre 6. La distinction, avouons-le, est toute didactique. Il existe toutes sortes de structures élaborées pour retenir les ruissellements de bas de pente. Ils vont de l’encadrement du champ par des levées de terre à la construction d’un petit mur de retenue. Toutes les surfaces dont le sol est peu perméable permettent aux pluies de s’écouler en flux continu qu’il suffit de diriger vers des champs. Ainsi, les routes sont souvent utilisées comme impluvium et les ruissellements qu’elles concentrent sont déviés par des drains vers des zones de culture adjacentes, parfois réduites à une simple cuvette où un arbre est planté. Ces drains de route sont très fréquents en Arizona, au Mexique ou en Ouganda (Critchley et al., 1992 ; Kirkby, 1973).

13Un autre type de structures à larges impluviums est celui du barrage de pente dont le modèle est le tabiâ tunisien. On le retrouve en Amérique latine sous le nom de trincheras. Ce sont de hauts murs de pierres, ou de terre, qui barrent la pente à intervalles réguliers. La pente est dénudée de façon à favoriser l’écoulement des ruissellements qui entraînent des sédiments, les uns et les autres étant ensuite arrêtés par le barrage. À leur base, là où la terre est la plus profonde et l’humidité la plus abondante, on cultive des arbres fruitiers ou d’autres plantes. Dans certaines régions, ces barrages favorisent la condensation de l’eau atmosphérique. Ils peuvent aussi être utilisés pour provoquer l’accumulation de grande quantité d’eau, stockée in situ puis ultérieurement dirigée vers des zones de cultures. C’est, par exemple, l’irrigation liman en Israël (Bruins et al., 1986).

14À côté de ces méthodes simples, il existe des aménagements complexes comprenant de vastes impluviums en amont, créés par les hommes, et des cuvettes en fond de vallée où les écoulements sont recueillis et stockés dans un sol cultivé. Les agriculteurs mettent ainsi en relation les différents composants naturels d’un terroir afin de créer les conditions favorables à l’agriculture. Le transport de l’eau à partir des impluviums est assuré par des goulets naturels ou des séries de drains et de canaux. L’utilisation de l’eau stockée dans le sol est immédiate ou différée jusqu’à la saison sèche. Ces modèles auraient pu trouver place dans le chapitre suivant car les eaux sont torrentielles et leur utilisation est différée. Ils font partie de ces systèmes intermédiaires qui s’inscrivent le long d’un continuum entre plusieurs catégories individualisées : ici l’agriculture fondée sur la collecte des eaux de ruissellement, l’agriculture fondée sur la gestion des eaux torrentielles et aussi l’agriculture de bas-fonds. Le modèle plus abouti est le khadin du Rajasthan.

15Bien que tous ces systèmes aient fait depuis longtemps leurs preuves, il n’est pas certain qu’ils puissent être appliqués dans toutes les régions arides. Ils sont économiques mais très coûteux en main-d’œuvre et en temps d’entretien. De plus, ils reposent sur des savoirs et des expériences précis qui ne sont plus nécessairement transmis d’une génération à l’autre. Certains font encore vivre des milliers de personnes, d’autres disparaissent peu à peu. Nous en verrons, plus précisément, quelques types représentatifs.

Fiche 19. Les murets en courbes de niveau du Cap-Vert

Nomenclature

16Les murets en courbes de niveaux sont, comme leur nom l’indique, des murets de pierres sèches relativement bas, construits en courbes de niveau sur toute la pente d’un versant et séparés par des bandes étroites de terre cultivée. Lorsque celle-ci est nivelée, on parle de terrassement de pente, ce qui est le plus fréquent au Cap-Vert. Ils permettent de récupérer des sols plats dans un pays qui en compte peu, de freiner les eaux de ruissellement sans vraiment les collecter et de retenir les sédiments.

Localisation géographique

17On les retrouve dans les régions montagneuses et arides du Cap-Vert. Cet archipel, compris dans la zone sahélienne ouest-africaine, est situé à 450 km au large des côtes du Sénégal et de Mauritanie. Il est caractérisé par un milieu aride aux ressources hydriques rares, aux pentes fortes et au sol volcanique desséché par les hautes températures ou les vents (alizés, harmattan et moussons). Il comprend neuf îles volcaniques habitées au relief varié, certaines étant très accidentées, d’autres assez basses. Santiago accueille la moitié de la population, estimée au total à 432 000 habitants. La densité de cette population essentiellement rurale est élevée (100 hab./km2). Le climat aride et semiaride, tempéré par la présence de l’océan, présente peu de variations annuelles. On distingue une longue saison sèche et une saison pluvieuse courte entre juillet et octobre durant laquelle les pluies parfois diluviennes arrachent le sol des fortes pentes (40 % à 70 %). La pluviométrie annuelle, de 150 à 300 mm (600 mm en altitude), est très variable d’une année à l’autre. Un phénomène de précipitations occultes survient sur les sommets. Les années de sécheresse sont fréquentes et entraînent régulièrement de graves famines. Les sols peu profonds et caillouteux contiennent peu de matière organique et sont fréquemment balayés par des vents violents.

18On rencontre aussi les murets en courbes de niveau sur le pourtour méditerranéen (Italie, Grèce, Espagne, Syrie), en Afrique subsaharienne (Burkina Faso, Cameroun, Mali) et en Afrique orientale (Éthiopie, Rwanda).

L’archipel du Cap-Vert et ses neuf îles volcaniques.

Conduite technique

19Les murets couvrent plus de 2 000 km sur toutes les îles, dans les zones d’agricultures pluviales arides. Leurs fondations sont constituées d’un appareillement lâche de grosses pierres, tandis que la partie supérieure est faite de pierres plus petites capables de retenir les sédiments. De cette façon, l’eau de ruissellement et le sol érodé sont partiellement retenus à l’amont tandis que les excédents s’écoulent au travers des pierres pour inonder le terrain en aval, sans emporter le muret. Toutes les parcelles sont ainsi baignées par les eaux de ruissellement s’écoulant d’amont en aval, parfois très brutalement. Les parcelles, toujours étroites, sont bientôt nivelées par l’accumulation de sédiments derrière les murets. Ces derniers font merveille sur des pentes prononcées bien que l’on puisse aussi les édifier sur des sols à faible pente.

20La culture du maïs prédomine, avec celle du haricot, mais on cultive aussi des produits vivriers éventuellement commercialisables, tels que le manioc, la patate douce, le pois d’Angole (Cajanus cajan) et les pommes de terre sur les terres plus humides d’altitude ainsi que des légumes, des bananes et des cannes à sucre en fond de vallée, souvent sur des parcelles irriguées.

Histoire et société

Lignes de pierres en courbes de niveau :
a) terrasses nivelées ;
b) terrasses non nivelées.

Aménagement végétal de murettes isohypses (d’après Barry et al., 1995 b).

21L’histoire du Cap-Vert commence en 1460 avec la découverte de l’archipel par les Portugais. Ces îles, qui n’ont apparemment pas été peuplées auparavant, se développent rapidement en raison de leur position stratégique sur les voies maritimes et dans le commerce triangulaire des esclaves. Des hommes venus d’horizons différents, mais surtout d’Afrique, s’y installent. Durant tout le xvie siècle on importe du mil (Pennisetum glaucum) et du millet (Sorghum bicolor) à partir des côtes guinéennes, pour nourrir les populations africaines locales et les esclaves en transit. Cependant, une crise économique importante chasse progressivement les marchands de l’archipel. La population pauvre et vulnérable restée presque seule sur les îles se replie à l’intérieur des terres pour y mener un élevage et une agriculture de subsistance, totalement inadaptés à des conditions climatiques et topographiques qu’elle connaît encore mal. Elle défriche les fortes pentes, sans aménagements préalables. Dès lors, à côté des importations, les céréales commencent à être cultivées sur place, ainsi que le coton qui représente un excellent objet d’échange dans le commerce triangulaire, si bien qu’au début du xviie siècle, le Cap-Vert produit malgré tout l’essentiel des aliments nécessaires à la population. Plus tard, le mil est remplacé par le maïs, également cultivé localement. L’introduction de cette agriculture, couplée à celle de l’élevage de chèvre est dramatique pour l’environnement fragile des îles. Les activités agricoles sur pentes et le surpâturage contribuent à la disparition progressive de la végétation déjà maigre tandis que l’approvisionnement en bois détruit irrémédiablement le couvert forestier. Le Cap-Vert devient une terre désertifiée. De graves sécheresses déciment périodiquement des communautés oubliées du pouvoir colonial portugais, survivant déjà péniblement dans un environnement dégradé. Celles qui sont survenues entre 1947 et 1949 ont entraîné une grave famine et des milliers de morts.

Île São Vicente à 800 m d’altitude. Essai de valorisation de terrains volcaniques très riches dans un milieu semi-aride, sur des pentes de 40 à 70 %. Pour améliorer les rendements, un projet a été développé qui consiste à planter des haies vives en courbes de niveau et à couvrir le terrain de paillage pour protéger la terre.

22En 1975, le Cap-Vert accède à l’indépendance et les communautés résidantes prennent leur avenir en main. L’une des premières mesures arrêtées par le nouveau gouvernement est de lancer de grands programmes de développement agricole, fondés sur des mesures de protection du sol et de l’eau. D’emblée, l’État fait de la lutte contre l’érosion et le manque d’eau un axe majeur de sa politique agricole. C’est dans ce cadre que se sont développés les murets en courbes de niveau, bien qu’ils aient été utilisés auparavant avec succès, à plus petite échelle. Aujourd’hui, plus de la moitié des terres cultivables sont pourvues de moyens de protection du sol. À côté des murets en courbes de niveau retenant des terrasses étroites on observe aussi des diguettes en gabions qui coupent les torrents, des banquettes anti-érosives ou de simples levées de terre (levadas) permettant d’aménager de petites terrasses parfois bordées de haies vives ainsi qu’un paillage de tiges de maïs sur la majorité des parcelles. Les méthodes de conservation traditionnelles se conjuguent à des techniques plus modernes et les projets de reforestation sont nombreux. Si l’État entreprend et subventionne de nombreux aménagements, un grand nombre d’entre eux sont menés spontanément par les paysans eux-mêmes, conscients des mérites de ce mode cultural et maintenant soucieux de préserver leur environnement. Ainsi, on peut observer un nombre croissant de murets soutenant d’étroites terrasses, souvent améliorés sous l’impulsion des projets de développement. Malgré tout, les revenus des habitants n’ont guère augmenté, les rendements des cultures restent bas et les versants sont peu stabilisés. La majorité des exploitations, de petite taille (moins de 2 ha), subviennent à peine à leurs propres besoins. La population, en pleine croissance démographique, est pauvre et fait face à une perte de cohésion sociale. L’émigration est importante et assure à ceux qui restent quelques revenus monétaires.

Les paysans plantent du maïs dont ils récoltent les fanes pour le bétail et, deux ans sur trois, ils obtiennent 1 000 kg de grains par hectares. Les photos montrent la situation en saison sèche et en saison des pluies.

23Depuis une dizaine d’années, le pays tente d’établir des systèmes agricoles stables et plus performants, tout en continuant à mener des pratiques de conservation du sol et de l’eau, afin de nourrir la population, d’augmenter les revenus des paysans et de diminuer l’exode.

Références

24Barry et al., 1995 a, 1995 b ; Chevalier, 1938 ; Ferlin, 1979 ; Haagsma, 1990 ; Kloosterboer et al., 1989 ; Lesourd, 1992 ; Madeira Santos et Ferraz Torrão, 1998 ; Mannaerts et Gabriels, 2000 ; Smolikowski et al., 1998. http://www.unccd.int/​actionprogrammes/​africa/​national/​2000/​cape_verde-fr.pdf

Fiche 20. Le fanya juu au Kenya

Nomenclature

25Le terme fanya juu désigne un système de collecte des eaux de ruissellement fondé sur la construction de banquettes en courbes de niveau flanquées d’un fossé en aval. Le terme signifie « jeter la terre à l’amont » chez les Kambas (ou Akambas) du Kenya. Au fil du temps, ces banquettes retiennent les sédiments et aboutissent à la formation de terrasses nivelées.

Localisation géographique

  • 1 Référence de Ileia newsletter.

26Le modèle fanya juu a été observé et décrit chez les Kambas du Kenya1, dans le district Machakos situé au sud-est de Nairobi. C’est une région très montagneuse et aride dont le centre, culminant à près de 2 000 m est entouré d’un vaste plateau qui s’incline doucement vers le sud-est, passant de 1 700 m à 700 m d’altitude. La pluviométrie annuelle oscille entre 600 m et 1 500 mm selon l’endroit et l’altitude. Les pluies surviennent entre mars et mai puis, de façon plus courte, en novembre et décembre. Elles restent très variables et insuffisantes pour assurer les récoltes de maïs. Les sols sableux sont pauvres en azote, phosphore et matières organiques. La densité de population varie de 100 hab./km2 dans les régions les plus sèches à 400 hab./km2 dans les régions les plus humides. Le modèle fanya juu est aussi utilisé dans le district Makueni, au nord-est, sur des pentes douces, pour retenir les eaux de ruissellement.

27Des systèmes similaires se retrouvent en Éthiopie, en Tanzanie, en Ouganda, au Mali, au Sénégal, au Burkina Faso et en Inde

Conduite technique

28Un fossé est creusé en courbe de niveau et la terre extraite est jetée à l’amont de façon à adoucir la pente et à former un bourrelet. C’est cette façon de rejeter la terre vers l’amont et non vers l’aval qui caractérise le fanya juu. La terre et les ruissellements sont retenus par la banquette, les excédents débordent dans le fossé d’aval puis sont dirigés vers d’autres terrasses. Les banquettes sont protégées par des plantations d’herbes fourragères. Les cultures sont installées sur les terrasses étroites et non nivelées. Au cours du temps, l’érosion tend à changer le profil de la pente qui s’aplanit progressivement. Une nouvelle tranchée est alors creusée entre deux fossés précédents. L’érosion continue son œuvre, les terrasses se nivellent et on procède éventuellement au creusement de nouvelles tranchées entre les précédentes. À terme, les fossés sont espacés de deux mètres environ et bordent des terrasses presque nivelées. Des arbres fruitiers sont alors plantés juste avant le fossé d’aval pour retenir les banquettes. L’aménagement fanya juu réclame beaucoup de main-d’œuvre, mais, une fois installées, les banquettes sont relativement stables et réclament peu de travaux de maintenance. La technique présente quelques désavantages : outre le coût en main-d’œuvre au moment de la construction, l’absence de labour entre les bourrelets favorise la croissance des mauvaises herbes et la survenue des rongeurs ; un excès d’eau est parfois constaté avant la levée de terre. Autrefois centrée sur le sorgho et le mil, l’agriculture se tourne vers le café, le maïs, les haricots et le maraîchage (tomates et divers légumes). Outre les fanya juu les paysans emploient d’autres méthodes de conservation de l’eau et du sol telles que des lignes de résidus de culture et un paillage de tige de maïs.

Histoire et société

29Le Kenya, qui abrite les restes les plus anciens de l’humanité, est aujourd’hui une mosaïque de groupes ethniques résultant de migrations successives dont la première, issue de la corne de l’Afrique, date de près de 5 000 ans. Ces migrants ont pratiqué l’agriculture comme en témoignent les vestiges d’aménagement hydrauliques mis au jour. Il y a 2 000 ans, les Couchites arrivèrent puis, à partir du premier millénaire de notre ère, ces populations voient s’installer les peuples bantous (Kikuyu, Luthyas et Kambas). Plus tard, des groupes d’éleveurs nilotiques, dont les Massaï, s’installent et enfin des communautés arabes, les Swahili, s’implantent sur les côtes. Les paysans de ce pays, encore couvert d’îlots agricoles à la fin du xixe siècle, ont connu les razzias des guerriers massaï, les spoliations foncières de la colonisation britannique décidée à faire du Kenya une « terre blanche », les guerres puis, après la Seconde Guerre mondiale, le développement des agricultures commerciales (café et thé) avec ses expulsions de petits métayers et ses révoltes. Finalement, le pays accède à l’indépendance en 1963.

Le fanya juu est une agriculture d’altitude dans la région de Machakos.

30Les Kambas, l’une des nombreuses ethnies qui peuplent le Kenya, arrivent dans la région montagneuse de Machakos au xviie siècle. Ils pratiquent l’élevage, une agriculture sur défriche brûlis relativement prospère et échangent l’ivoire, le miel ou les armes avec les Kikuyu et les Massaï. À la fin du xixe siècle, une série de sécheresses, alliées à des épidémies entraînent de grandes famines et la disparition de près de 75 % de la population. À la même époque, l’administration coloniale anglaise, alors en pleine expansion, interdit aux survivants de quitter leurs terres traditionnelles, dévastées par les sécheresses. La population, malgré tout en pleine croissance, se voit contrainte dans les réserves et ne peut plus pratiquer l’agriculture extensive sur brûlis comme elle en avait l’habitude. Beaucoup de paysans doivent travailler sur les plantations anglaises pour survivre. C’est alors que surviennent de nouvelles sécheresses, dans les années 1930. La déforestation, les pratiques agricoles mal adaptées, le surpâturage et l’impossibilité d’étendre les terres ont entraîné une dégradation dramatique du sol et une extrême pauvreté des communautés locales.

31En 1937, le pouvoir colonial décide, devant l’ampleur de la détérioration des terres et la misère de ces populations, de créer un service de conservation des sols et d’imposer des mesures de protection. Elles comprennent la construction de terrasses étroites, bordées par un fossé, puis une levée de terre en aval (contrairement au fanya juu où la terre est jetée à l’amont) qui ne se révèlent pas très efficaces ni très populaires. On les appelle fanya chini. Dès les années 1950, la demande urbaine grandissante pour les produits agricoles et l’autorisation faite aux petits propriétaires locaux de planter du café, droit réservé autrefois aux colons, redonnent une certaine impulsion aux activités agricoles. C’est alors qu’apparaît la technique fanya juu due à une innovation paysanne spontanée. On dit qu’elle aurait été introduite par un vétéran de l’armée britannique à son retour des Indes2. Contrairement aux premiers types de banquettes, rapides à construire mais se détériorant vite, le fanya juu est long à construire mais facile à maintenir. Au vu de son efficacité, les Kambas l’adoptent spontanément puis le développent après l’indépendance, alors même qu’ils ne bénéficient plus de l’aide de l’État. Aujourd’hui, près de 65 % des terres de la région sont aménagées en terrasses. Les productions sont diversifiées et alimentent les villes, les industries agro-alimentaires et le tourisme. L’agriculture n’est plus dangereuse pour l’environnement et contribue à améliorer le statut des femmes. Ce sont elles, en effet, qui pratiquent généralement les fanya juu, en se regroupant par petites équipes communautaires, le plus souvent sur la base des liens de parenté. Elles produisent ainsi l’alimentation de leur famille et des cultures de rentes pour compléter leurs revenus. Grâce à cette réussite spectaculaire, due en partie aux terrasses fanya juu, la région n’est plus misérable, mais l’agriculture est encore loin de générer des ressources monétaires suffisantes ou de produire la totalité des produits alimentaires nécessaires. Le mauvais état des routes et la pauvreté des infrastructures rendent le transport de la production aléatoire, ce qui limite les ventes. Les cultures ne sont pas totalement insensibles aux sécheresses. Aussi, les fermiers les plus riches sont bien souvent ceux dont les ressources monétaires proviennent d’un autre secteur que l’agriculture. Mais, bien que tout cela soit encore insuffisant, le fanya juu, pratique somme toute récente et promulguée aujourd’hui par les organismes de développement, a contribué à sauver la population de la misère et à émanciper les femmes. Il supporte en grande partie la production maraîchère à destination des zones urbaines et quelques cultures de rente.

Le modèle fanya juu au Kenya.

Coupe du modèle : fossé à l’aval et gradin à l’amont.

Références

32Constant Martin et Constant Martin, 1994 ; Ericksson, 1992 ; Gichuki, 2000 ; Kamar, 2001 ; Mainguet, 1994 ; Mwangi et al., 2001 ; Vohland, 2005 ; World resources, 2000-2001 ; http://pdf.wri.org/​wr2000-agroecosystemsmachakos

Fiche 21. Les cultures en trous au nord de la Chine

Nomenclature

33La culture en trous encore nommée culture en poquets (pit farming en anglais) est présente sous toutes les latitudes et à toutes les époques. C’est une méthode de collecte des ruissellements efficace qui s’associe souvent à d’autres techniques, bourrelets discontinus, obstacles filtrant ou banquettes en courbes de niveau. En Chine, elle s’appelle ou-chung ou ou t’ien. Elle consiste à creuser de petits trous qui sont ensuite abondamment fertilisés et irrigués, sur toute une parcelle de culture et à intervalles réguliers.

Localisation géographique

34La méthode, ancienne, a surtout été pratiquée dans les plaines surpeuplées du nord de la Chine pour cultiver le blé et le mil ou bien des légumes. Elle est particulièrement adaptée aux petites parcelles où la charrue ne peut opérer et aux champs minuscules. Elle est utilisée sur les terres arides et en pente où l’espace non cultivé entre les trous joue le rôle de petit impluvium. Mais elle s’avère tout aussi efficace sur des terrains plats et des sols de qualité médiocre, y compris sur les collines, près des centres urbains ou même sous les remparts entourant une ville.

35Mais la culture en trou est universelle et on la retrouve sous des formes variées de tout temps et dans bien des pays. Citons parmi de nombreux exemples : les trous tumbukiza dont la technique nouvellement introduite au Kenya, en Uganda et en Tanzanie permet de cultiver du fourrage supportant la production laitière des petites exploitations de la région (Mbati et Ngigi, 2005) ou encore le zaï (voir la fiche suivante), les trous ngolo des Matengo de Tanzanie (fiche 56), les trous à taro de l’îlot Mogmog sur l’atoll Ulithi (Kazutaka et Michio, 2003), développés également dans la fiche 43 de cet ouvrage.

Conduite technique

36Des trous sont creusés dans le sol selon une profondeur, une largeur et un espacement variables, en fonction de la plante à cultiver. Le mil est planté dans des trous larges, profonds et rapprochés tandis que le melon se contente de trous plus petits, moins profonds mais plus éloignés. En moyenne, chaque trou mesure 20 cm de côté et l’espacement est de 30 cm. Les trous eux-mêmes sont disposés en bandes ou selon différents dessins : alignés, en quinconce ou en motifs variés selon la fantaisie de l’agriculteur. En une journée un homme peut préparer un millier de trous dans lesquels il sème à chaque fois 20 graines de mil. Puis il ajoute une bonne fumure naturelle qu’il mélange à de la terre. Si besoin, l’arrosage se fait à la main. À l’automne il effectue une récolte abondante. La culture en trous mobilise sur un faible espace une grande force de travail et la fertilisation importante donne d’excellents rendements.

Histoire et société

37En Chine, la culture en trous est décrite pour la première fois au premier siècle avant J.-C. par l’agronome Fan Sheng Zhi Shu. Mais la légende suggère qu’elle est beaucoup plus ancienne et remonterait au xviie siècle avant Jésus-Christ. À cette époque, régnait l’empereur Thang, célèbre fondateur de la dynastie Shang, qui unifia les toutes premières cités-États chinoises dans la région du moyen Fleuve Jaune. Une grande sécheresse survint, brûlant les cultures et affamant les hommes. C’est alors que la technique de culture en trous fut découverte, reverdissant les champs et sauvant toute la population. D’emblée, l’origine de ce mode de culture est donc liée à l’aridité et au manque d’eau. Par la suite, cette agriculture s’est maintenue puis a été remise en valeur par Fan Sheng Zhi Shu. Elle convient bien, alors, à des paysans pauvres dont les terres sont peu étendues et qui ne possèdent pas d’animaux de trait. Facilement menée par les femmes et les enfants, elle optimise la force de travail de toute une famille et peut même être utilisée dans les jardins citadins autour des grandes villes. C’est une méthode qui réclame beaucoup de travail mais peu d’investissement si l’engrais utilisé est de source naturelle.

38Par la suite, la méthode est moins prisée bien qu’elle attire toujours l’attention des agronomes emballés par ses bonnes performances, si bien qu’elle se développe surtout dans les zones arides où l’eau est rare, car elle assure tout au moins une culture de subsistance. Ailleurs, elle se pratique surtout dans les grosses exploitations dont les propriétaires souhaitent récupérer des terres pauvres. En ce sens, elle se rapproche du zaï. C’est aussi, pour les grands fermiers, une façon d’occuper l’abondante main-d’oeuvre quand les travaux agricoles s’allègent.

39Bien que des essais modernes aient prouvé l’efficacité de la méthode, la culture en trous est essentiellement pratiquée aujourd’hui sur de petites parcelles et reste marginale car les paysans manquent souvent de fumure et de temps pour la mener à bien, même si les Chinois prennent plaisir à ce mode de culture qui leur permet de dessiner des formes géométriques, passe-temps qu’ils affectionnent. Elle supporte donc essentiellement une culture de subsistance pour les plus pauvres.

Références

40Hsu, 1980 ; Kazutaka et Michio, 2003 ; Mbati et Ngigi, 2005 ; Needham et Bray, 1984. ; Shengxiu et Xiao Ling, 1992.

Culture en poquets : modèle en damier (d’après Needham et Bray, 1984).

Fiche 22. Le zaï au Burkina Faso

Nomenclature

41Le zaï (ou zay ou saai) est une forme particulière de culture en cuvettes. Sous sa simplicité apparente, cette méthode traditionnelle de réhabilitation des terres cuirassées, associe un captage des eaux de ruissellement, un apport localisé de matières organiques et une aération du sol par les termites. En Mooré du Burkina Faso, zaï dérive du terme zaiegré (se hâter pour préparer sa terre). Au Niger, dans la région de l’Ader Doutchi Maggia (Reij, 1990) et au Soudan, on utilise le terme tassa. Un système similaire est nommé covas au Cap-Vert. On en retrouve d’autres variantes au Kenya (Kitui pitting ; Katumani pitting), en Zambie et en Tanzanie (Chororo pit d’après le nom du village du découvreur local de cette technique).

Localisation géographique

42Le zaï a été développé sur le plateau mossi au Burkina Faso (province du Yatenga) après les sécheresses de 1980. La région présente une zone de collines buttes cuirassées, suivie d’un glacis faiblement incliné puis de bas-fonds limono-argileux. Les sols ferrugineux plus ou moins indurés alternent avec des sols profonds mais encroûtés appelés localement zipellés. Ils résultent d’une dégradation de la couverture végétale qu’il est impossible de rétablir car le ruissellement entraîne les graines et les résidus organiques. Le climat soudano-sahélien ou sahélien comporte une longue saison sèche et une courte saison des pluies. La pluviométrie annuelle est comprise entre 400 et 700 mm. Les pluies erratiques surviennent en averses intenses provoquant une forte érosion du sol encore renforcée par des vents forts (harmattan). La densité de population peut atteindr 100 hab./km2 et l’émigration est forte.

Sur le plateau mossi, les habitations sont isolées au milieu des champs. En saison sèche, le sol paraît encroûté et blanchi en surface, d’où le nom de « zipellé ». Les paysans préparent leur terre avant les premières pluies en creusant des trous de 40 cm de diamètre et 20 cm de profondeur.

Répartition de la culture du zaï : le plateau dogon au Mali et le Yatenga au Burkina Faso.

43On retrouve la technique du zaï sur le plateau dogon au Mali, dans la vallée de Keita au Niger, dans les monts Guéra au Tchad, au Cameroun et au Cap-Vert. En Zambie et en Tanzanie, elle est utilisée pour collecter les ruissellements mais pas pour réhabiliter les terres.

Conduite technique

44Il existe plusieurs techniques de zaï, variant autour du procédé central décrit au Yatenga.

Schéma du zaï (d’après Roose et al., 1993).

45Tôt en saison sèche, le paysan entoure le futur champ d’un cordon de pierres pour ralentir les ruissellements. Puis il creuse à la pioche ou à la houe de petits trous dont la taille varie en fonction de la nature du sol. Ils sont plus grands sur les sols à faible rétention d’eau que sur les sols argileux peu perméables. Ils mesurent en moyenne 20 à 40 cm de diamètre, sont espacés en quinconce de 80 à 100 cm et profonds de 10 à 20 cm. La terre est rejetée en aval et disposée en croissant de façon à retenir au mieux les ruissellements. En amont, le terrain encroûté et lisse joue le rôle d’impluvium. Sa superficie est au moins trois fois supérieure à celle des trous et le ratio impluvium/zone cultivée peut atteindre 1 : 25. On installe ainsi environ 10 000 trous par hectare, mais dans d’autres régions leur densité peut atteindre 15 000 trous/hectares. En fin de saison sèche, ces petits bassins ont capté et accumulé les résidus organiques et le sable apporté par le vent du désert (harmattan). Aux premières pluies, le paysan y déverse deux poignées de poudrette composée d’un mélange de fèces, de litière, de compost, de cendres et de résidus ménagers, le tout broyé et séché au soleil. Les termites, attirés par les composés organiques, ont commencé à s’installer et à creuser des galeries profondes qu’elles tapissent de leurs excréments. Ce faisant, elles rendent le sol plus poreux et font remonter des nutriments à partir des couches profondes. Le trou se transforme peu à peu en entonnoir au fond duquel s’engouffrent les eaux de ruissellement, formant en profondeur des poches d’humidité à l’abri de l’évaporation. Avec 400 mm de pluie par an, ces trous concentreraient l’équivalent de 900 mm d’eau. À la première grosse pluie, le paysan sème le sorgho (sur les sols lourds) ou le mil (sur les sols sableux) à raison d’une dizaine de graines par trous. Bientôt, les graines d’arbustes forestiers germent également dans les poquets, à côté des sorghos. Au moment de la récolte, le paysan respecte quelques jeunes plantules arbustives, un trou sur cinq environ, et coupe à cet endroit les tiges de sorgho à un mètre du sol. De cette façon, la plantule est protégée de l’appétit des chèvres et du souffle des vents. Les céréales et les plantules arbustives prospèrent, utilisant en saison sèche l’humidité résiduelle du poquet. Les rendements avoisinent la tonne à l’hectare pour le sorgho mais varient en fonction de la pluviosité annuelle.

46L’année suivante, le paysan creuse de nouveaux trous entre les premiers, pour un nouveau cycle de culture. En cinq ans, toute la terre est ainsi aérée par le creusement des trous et par les termites. À ce moment, les plantes arbustives laissées en place d’une année sur l’autre, sont suffisamment fortes et forment des rideaux buissonnants entre lesquels la culture des céréales peut se poursuivre.

47Le trou initial a pour objectif, telle une fissure naturelle, de recueillir les ruissellements, de conserver la fumure, de protéger les jeunes plants du vent et de freiner l’évaporation. Toutefois, le zaï ne convient pas aux environnements trop secs ou trop humides, et se situe idéalement sous une pluviométrie de 400 mm à 800 mm. En deçà l’eau est insuffisante, au-delà elle engorge le sol. Les caractéristiques analytiques du sol sont en fait peu modifiées bien que sa capacité de production soit nettement améliorée.

Histoire et société

48Le zaï aurait été utilisé jadis par des agriculteurs très pauvres, ne disposant que de mauvaises terres. Les trous, petits (10-15 cm de diamètre) et peu profonds (5-15 cm), ne concernaient alors que de petites surfaces. Dans les années 1980, suite aux grandes sécheresses qui ont affecté le Burkina-Faso, cette culture traditionnelle a été reprise et améliorée par quelques fermiers qui ont préféré rester sur leurs terres plutôt que de suivre le mouvement d’immigration général vers des régions plus hospitalières. Ces initiatives personnelles, couronnées de succès, ont permis le développement rapide de ce mode de culture.

La terre extraite de chaque trou est disposée en demi-lune à l’aval et une à deux poignées de poudrette sont déposées dans le trou. Avant les premiers orages, les paysans sèment douze graines de mil ou de sorgho.

49Mais la récupération des terres dégradées est de longue haleine et exige un travail initial important. Elle réclame une main-d’œuvre suffisante (environ 30 à 70 personnes par hectare), de grandes quantités de fumure (1 à 3 t/ha) qu’il faut aussi préparer à l’avance, et des charrettes ou autres moyens de transport pour acheminer cette fumure jusqu’au lieu de son utilisation. À cela, s’ajoutent la collecte, le transport et la disposition des pierres dont il faut entourer la parcelle cultivée pour maîtriser au mieux le ruissellement. C’est donc une agriculture difficile, tournée vers la subsistance plutôt que vers la production et menée par des groupes sociaux pauvres, marginalisés sur des terres infertiles. Elle disparaît peu à peu dans les contextes où la main-d’œuvre potentielle a migré vers les villes. Certains auteurs ont remarqué que ce type d’agriculture s’estompe au fur et à mesure que les paysans ont la possibilité d’aménager des jardins maraîchers, moins exigeants en main-d’œuvre et produisant pour la vente des surplus que les céréales de subsistance ne fournissent pas.

Au bout de deux mois, le sorgho atteint deux mètres et va produire, même dans des sols gravillonnaires peu fertiles, autant de paille et de grains que la moyenne régionale (6 à 8 quintaux/ha/an).

Par ailleurs, les eaux d’infiltration vont améliorer l’alimentation de la nappe souterraine et faire germer les graines de légumineuses arbustives qui vont permettre de réinstaller un système de production agro-sylvo-pastoral en milieu dégradé (Burkina Faso).

50Néanmoins, cette technique traditionnelle, sophistiquée et peu onéreuse en capitaux, intéresse les projets de développement agricole qui, au prix de quelques améliorations, l’appliquent à la restauration des sols dans les zones désertifiées. Le zaï a été développé au Yatenga (plateau mossi) sur des milliers d’hectares, dans un contexte de forte densité humaine, de migrations importantes et de terres décapées. Les paysans creusent les trous durant la saison sèche, économisent leur fumure, plantent dès la tombée des pluies et récoltent dès la première année. Au fur et à mesure, les terres sont réhabilitées, en fonction de la main-d’œuvre dont les paysans disposent chaque année. Les cultures d’autosubsistance sont alors menées, selon des méthodes courantes. Face à ces nombreux avantages, les paysans eux-mêmes adoptent spontanément la technique et la diffusent progressivement mais elle ne concerne généralement que quelques arpents à la fois. Enfin, la préservation des jeunes plantules d’arbres permet un reboisement spectaculaire de régions autrefois dévastées. Certains paysans sélectionnent en outre les graines d’arbres utiles pour rentabiliser encore la technique.

Références

51Ayers, 1989 ; Kaboré et Reij, 2004 ; Kassogué et al., 1990 ; Lee et Visscher, 1990 ; Mando et al., 1999 ; Mutunga et Critchley, 2001 ; Reij, 1990 ; Reij et Water-Bayer, 2001 ; Roose, 1994 ; Roose et al., 1993 ; Roose et al., 1998.

Fiche 23. Les teras du Soudan

Nomenclature

52Le Soudan est l’un des pays de l’Afrique subsaharienne le plus riche en techniques traditionnelles de collecte des eaux de ruissellement. On y observe entre autre les teras qui sont peu connus, bien qu’ils fassent vivre des milliers de personnes. Le terme teras désigne lui-même une levée de terre. Dans le système teras, ces levées délimitent les côtés de casiers de culture dans lesquels les ruissellements sont concentrés. Elles présentent des formes très variables selon les lieux, si bien que le terme teras peut être considéré comme générique pour tout le groupe des banquettes avec impluvium observées dans le nord du Soudan. Dans la région de Butana le terme sadra désigne la zone de capture des eaux et le terme hugna la zone de culture.

Localisation géographique

53Les teras sont utilisés dans tout le nord aride du Soudan, sur les plaines argileuses entre les isohètes 200 mm et 500 mm. Ils sont plus fréquents à l’est du pays, mais sont présents jusque dans le sud du Darfour. Les plus connus sont ceux qui ont été décrits dans l’État de Kassala (Reij, 1990 ; Van Dijk et Ahmed, 1991). C’est un État frontalier avec l’Érythrée et l’Éthiopie, composé de quelques montagnes à l’est et d’une plaine érodée s’élevant à environ 500 m d’altitude. Celle-ci est sillonnée d’une trentaine de cours d’eau temporaires drainés par la rivière Gash, elle-même saisonnière. Les berges et le large delta intérieur de la Gash sont propices à l’agriculture. Ailleurs, les sols craquelés sont argileux, arides et parsemés de quelques arbres locaux, principalement Acacia spp. et Balanites aegyptiaca (dattier sauvage). La pluviométrie annuelle est très basse (210 mm à 280 mm). La densité de population est de 7 hab./km2.

Conduite technique

54Les teras apparaissent comme des îlots de culture organisés en champs successifs, régulièrement alternés sur des plaines semi-désertiques à faible pente (0,5 %), dont le sol non cultivé joue le rôle d’impluvium. Chaque parcelle cultivée occupe une surface approximative de trois hectares et la surface de captage est au moins le double de la surface cultivée. Les banquettes, placées grossièrement en courbes de niveau et en quinconce, sont complétées par plusieurs levées de terre situées à angle droit, l’ensemble rappelant la forme d’un peigne dont les dents seraient tournées vers l’amont. La banquette principale mesure de 50 m à 300 m, en fonction de la topographie et peut atteindre une longueur de 700 m. Ses bras dont l’extrémité est protégée par des broussailles ou des cailloux, s’étendent sur 50 m à 100 m. À l’intérieur de chaque bassin ainsi délimité, des levées de terre supplémentaires plus courtes sont dressées parallèlement aux bras. La hauteur des banquettes est en moyenne de 35 à 40 cm et la largeur à leur base de 0,5 à 2 m. Toutes les levées de terre sont bordées sur leur face interne par un petit sillon. Enfin, dans certaines régions, de petits champs secondaires pourvus de leurs trois côtés sont aménagés à l’intérieur des bassins. Ils collectent moins de ruissellements et sont plantés plus tôt que les autres. Les variations de structure touchent au nombre de bassins et à leur profondeur. Les bras externes sont parfois incurvés.

55Les ruissellements engendrés par de faibles ondées sont captés par les teras et s’accumulent dans les bassins dont la longueur des bras est éventuellement modifiée pour favoriser la circulation de l’eau. Lors des pluies plus fortes, les eaux excédentaires débordent des bras externes et ruissellent jusqu’au teras sous-jacent. Comme il n’y a pas de système de dérivation des eaux, une brèche est pratiquée dans la banquette principale pour évacuer les trop-pleins dévastateurs, lorsque les pluies sont très fortes. Les teras sont aussi alimentés par les débordements des cours d’eau temporaires, sur des pentes inférieures à 1 %. À partir de juillet, les cultures se font en poquets régulièrement espacés à l’intérieur des bassins. Les teras sont principalement adaptés à la culture du sorgho ou à celle de variétés de mil à maturation rapide, mais on y plante aussi la pastèque près des banquettes principales, à destination des marchés. La production de sorgho peut atteindre 750 kg/ha mais reste basse. Toute la construction se fait à la main, à l’aide de bêches et de pioches bien qu’une faible mécanisation par tracteur soit pratiquée. La sédimentation surélève progressivement les parcelles de culture si bien que les banquettes doivent être, elles aussi, régulièrement surélevées. La maintenance des banquettes, le nettoyage des zones de capture et le colmatage des sillons d’érosion sont assurés avant la survenue des pluies. Les inconvénients majeurs de ce système sont la grande demande en main-d’œuvre pour assurer la construction et la maintenance des structures et le risque d’érosion du sol si les ruissellements sont trop forts.

Lieux d’implantation principaux des teras : la région de Kassala et la plaine de Butaba.

Histoire et société

56Le Soudan est habité depuis plus de 60 000 ans et les sites archéologiques révèlent que l’agriculture y a été menée il y a 3 500 ans (Macneish, 1991) au moins. Parmi les premières plantes cultivées on note le sorgho (Sorghum caudatum) et le mil (Pennisetum violaceum). La région, en étroite relation avec les grands royaumes du Nil, a connu plusieurs civilisations importantes : les Kermas (2000 av. J.-C.), le royaume de Napata (800 av. J.-C.) et le royaume de Méroe (500 av. J.-C. jusqu’au ive siècle de notre ère). La conversion des rois de Nubie au christianisme entraîna la christianisation de tout l’actuel Soudan. Puis, à partir du xvie siècle, il a été progressivement islamisé, essentiellement dans le nord. Du xvie au xixe siècle, l’Empire funj a ainsi dominé la région. Aujourd’hui, les cinq provinces du nord sont unies par l’islam et l’arabe, bien que de nombreuses langues y soient encore parlées et de nombreuses ethnies y soient présentes.

57Le Soudan est d’abord un pays d’éleveurs mais il a aussi une longue tradition agricole si bien que l’origine des teras se perd dans le temps. Les recherches les plus récentes suggèrent qu’ils datent du royaume Fung (Van Dijk et Ahmed, 1991), donc de 400 ans tout au plus. Les nombreux migrants progressivement installés dans la région, certains venus de l’Afrique de l’Ouest, les ont ultérieurement développés. C’est donc une technique ancienne, améliorée au fil du temps qui a sans doute connu des périodes d’abandon avant de réapparaître dans des contextes difficiles.

58L’État de Kassala est principalement peuplé par des Béjas dont les Hadendawa et les Beni Amer ainsi que par les Shukriya et les Lahawin dans la plaine de Butana. Tous sont des éleveurs, sédentaires ou semi-nomades. L’activité principale est l’élevage et l’agriculture fournit essentiellement des céréales d’auto-subsistance. Elle est presque essentiellement menée par les hommes. Elle repose sur des techniques traditionnelles de conservation des eaux mais aussi sur la culture irriguée du sorgho et la culture pluviale mécanisée. Parmi les méthodes traditionnelles d’utilisation des eaux de surface on observe les teras mais aussi les libish, sortes de lignes construites avec des branches empilées pour retenir les ruissellements, les hafir, réservoirs de captage des eaux de crue et la culture de décrue.

59Les conditions environnementales sont extrêmement dures dans le Kassala. Les populations sont déstabilisées par les guerres civiles et les crises érythréennes et somaliennes. Beaucoup de paysans sont d’anciens nomades, sédentarisés depuis peu ou des migrants encore mal installés. Dans ce contexte, les stratégies de survie s’appuient sur de nombreuses activités qui se succèdent et s’ajustent en fonction des circonstances. Les teras sont entièrement gérés par le groupe familial, ne demandent pas d’investissement particulier, permettent d’accéder à des terres variées et peuvent être pratiqués avec souplesse. Même si le travail est important et les rendements bas, les teras s’ajoutent aux autres ressources disponibles et offrent une opportunité de plus à des communautés en perpétuelle survie. Ils ont donc la faveur des paysans qui les développent de plus en plus, sans appui particulier des programmes de développement agricole. Les revenus générés par la vente de pastèques sur les marchés restent faibles et le système est essentiellement tourné vers l’auto-subsistance.

Références

60Barbour, 1961 ; Critchley, 1990 ; Macneish, 1991 ; Randall, 1963 ; Reij, 1990 Van Dijk, 1997 ; Van Dijk et Ahmed, 1991 ; Vohland, 2005.

Schéma des teras au Soudan (d’après Critchley, 1990 et Van Dijk et Ahmed, 1991).

Fiche 24. Les negarim

Nomenclature

61Les negarim font partie des méthodes de capture des ruissellements par de petits impluviums. Ils dessinent sur une pente une grille de losanges dont chaque sommet abrite un arbre fruitier. Certains auteurs y associent les banquettes disposées en V qui se rapprochent effectivement des systèmes negarim. Le terme viendrait de l’hébreu neger (ruissellement).

Localisation géographique

62Les negarim ont été développés en Israël dans le désert du Néguev (voir Système nabatéen) bien qu’ils soient aujourd’hui largement répandus dans les zones arides et semi-arides, comme la Jordanie, la Tunisie, le Soudan et le Kenya ou bien encore en Inde. Ils sont efficaces sur les vertisols des faibles pentes, inférieures à 5 %, partout où la pluviométrie ne dépasse pas 300 mm.

Conduite technique

63Les negarim sont constitués de bassins carrés (ou losangés) disposés en courbes de niveau et dont la diagonale est parallèle à la pente. Ils sont bordés par des levées de terre compactées dont la hauteur et la largeur sont en moyenne de 25 cm chacune. Au Soudan, la hauteur des negarim est moins élevée que celle des teras (20 cm en moyenne). La surface ainsi délimitée (50 m2 à 200 m2 de superficie) joue le rôle d’impluvium. Une petite cuvette est creusée dans l’angle inférieur de chaque losange, là où deux banquettes se rejoignent et les eaux s’accumulent. C’est la zone de culture dont la profondeur est de 40 cm en moyenne. On laisse, contre le bord de cette cuvette, une petite parcelle surélevée. Le sol doit être profond (supérieur à 2 m) pour permettre une bonne infiltration des eaux collectées. On plante un pied d’arbre fruitier dans le fond de la cuvette et un autre sur la parcelle surélevée. Cette pratique permet de doubler les chances d’obtenir une bonne implantation des arbres et si les deux pieds survivent, on élimine le plus faible, quitte à le replanter dans une cuvette où aucun arbre n’a subsisté. Quelques plantes annuelles sont établies autour de la cuvette.

64L’aire de culture est généralement de trois à six fois inférieure à celle de la zone de captage. En Jordanie, l’implantation d’amandiers et d’oliviers a été rendue possible dans des zones très arides (160 mm de pluviométrie annuelle) en adoptant des negarim de petite dimension (25 m2 à 75 m2). En Israël, un modèle différent a été utilisé pour cultiver des amandiers. Il comprend une aire de capture d’une superficie vingt fois supérieure à celle de l’aire de culture (250 m2 pour une cuvette de culture de 3,5 m sur 3,5 m). Un drain de diversion est aménagé à l’amont de tout le site de culture afin d’évacuer les pluies d’orage, lorsqu’elles surviennent, et les banquettes sont protégées par des herbes. Selon la topographie et le caractère des pluies, les ruissellements sont favorisés en damant le sol de l’impluvium ou bien ils sont au contraire freinés en le laissant en herbe. Dans ce dernier cas, on obtient également un peu de fourrage. Les negarim sont particulièrement adaptés à l’arboriculture fruitière et sont donc très prisés par les programmes d’agroforesterie. Ils donnent de moins bons résultats pour d’autres types de cultures.

Dans les negarim, un impluvium recueille les eaux de ruissellement.
(Sources : Rocheteau et al., 1988, cité par Prinz et Malik sd)

Histoire et société

65Les negarim sont parmi les mieux connus des méthodes de conservation de l’eau et du sol. Ils ont été l’objet de nombreuses études menées par les projets de développement qui tentent de les améliorer. Ainsi, des études expérimentales menées en Éthiopie (Dire Dawa) (Abdelkdair et Schultz, 2005) ont montré que la superficie optimale d’un impluvium est de 100 m2 et que l’implantation de lignes d’herbes dans la surface de captage favorise les infiltrations. En général, les projets de développement réservent les negarim à l’installation de vergers à haut rendement, en raison du haut coût en main-d’œuvre des aménagements initiaux. Il faut en effet une journée à un homme seul pour construire deux negarim. Ces modes de culture sont largement pratiqués, et tendent même à s’étendre, car ils ont la faveur des paysans.

66Ils conviennent en particulier aux petites parcelles et permettent de cultiver quelques fruitiers, là où les pluies sont insignifiantes.

Références

67Abdelkdair et Schultz, 2005 ; Oweis et Hachum, 2003 ; Oweis et Hachum, 2004 ; Prinz et Malik, sd ; Fao, www.fao.org./docrep/T0321E/t0321e-13.htm

Fiche 25. Les meskat en Tunisie

Nomenclature

  • 3 Cité par Houimly et P. Donadieu dans le Dictionnaire arabe-français, 1971.

68Le meskâ (pluriel meskat) est un impluvium, c’est-à-dire une surface aménagée en haut de pente, pour recueillir les eaux de pluies qui sont ensuite dirigées vers des zones basses aménagées en casiers de culture (manka). C’est un terme arabe qui signifie pièce d’eau, réservoir ou citerne, etc.3 Contrairement à d’autres méthodes de collecte des eaux de ruissellement qui alternent les aires de captage et les zones de culture, les meskat présentent deux parties bien distinctes : un grand impluvium à l’amont et une aire de culture subdivisée à l’aval. Ils permettent aussi de conserver le sol.

Localisation géographique

69Les systèmes meskat sont aménagés en Tunisie centrale et septentrionale, principalement dans la région de Sousse où ils couvrent près de 200 000 ha, généralement cultivés en oliviers. C’est une vaste plaine aride au sol sableux bordée à l’est par la Méditerranée et à l’ouest par des montagnes entrecoupées de plaines, les sommets culminant à 1 440 m. Cette région de basse steppe est bordée sur sa lisière maritime par le Sahel et centrée sur la ville de Sousse. La pluviométrie annuelle est comprise entre 200 et 400 mm mais les pluies surviennent de façon très irrégulière et souvent en averses intenses. Elles peuvent tomber en un seul mois, voire même en un seul jour, une année sur cent.

70On retrouve aussi les meskat dans les régions sahéliennes de Monastir et Mahdia au sud-est. Des systèmes apparentés ont été observés en Afghanistan. Ils étaient connus en Perse et en Espagne.

Conduite technique

71Cette technique convient à des pentes peu escarpées (3 à 6 %) et à des régions où la pluviométrie avoisine 300 mm par an. La zone de culture et son aire de ruissellement sont délimitées par des bourrelets de terre d’une cinquantaine de centimètres de hauteur. Au niveau de l’impluvium, maintenu dénudé par le pâturage et rendu imperméable afin de faciliter les ruissellements, quelques banquettes basses (ou tabiâ, à ne pas confondre avec le système décrit plus loin) sont accessoirement placées en travers de la pente, de façon à briser des écoulements trop violents tout en laissant passer l’eau par des seuils déversoirs. Elles sont relativement espacées sur les pentes douces, plus rapprochées sur les pentes raides. Parfois, on creuse quelques rigoles pour mieux collecter et diriger l’eau vers le manka. La partie cultivée, dont le sol est rendu filtrant, est elle-même divisée en casiers terrassés placés en cascades. Ils sont limités par d’autres tabiâ, levées de terre parfois soutenues par un parement de pierres sèches, munis de déversoirs également en pierres sèches (cimentés de nos jours). La surface des meskat est traditionnellement égale à deux fois la surface cultivée, soit 500 m2 environ pour un manka de 250 m2.

La région de Sousse où 200 000 ha de meskat sont aménagés.

Dans la région de Kairouan, la pluviosité est trop faible (300 mm) pour la culture de l’olivier. Le système du meskâ consiste à laisser le sommet de la colline surpâturé et à recueillir les eaux de ruissellement le long du versant dans des cuvettes successives où poussent les oliviers. Entre les lignes de cuvette, on élève un bourrelet de terre pour maîtriser le ruissellement et protéger les sols.

72L’eau recueillie en amont, au niveau du meskâ, s’écoule à travers les déversoirs et s’accumule en aval dans le premier bassin cultivé. L’eau excédentaire s’écoule ensuite d’une aire de culture à l’autre par les déversoirs. La majeure partie des pluies annuelles s’infiltre en une seule fois, humecte durablement un sol profond et abreuve correctement les fruitiers méditerranéens huit ans sur dix. Le système fournit un supplément d’eau équivalent à 2 000 m3/ha. On y cultive surtout des oliviers mais aussi d’autres arbres fruitiers comme des abricotiers, des figuiers, des grenadiers et des amandiers ainsi que du sorgho, du maïs et du mil durant l’hiver. À condition de respecter le rapport correct entre l’impluvium et la parcelle de culture et sous réserve d’entretenir régulièrement les banquettes, ce qui exige un lourd labeur et une grande main-d’œuvre, ces systèmes sont très efficaces. L’agriculture peut y être pratiquée à longueur d’année. Ils ont toutefois l’inconvénient de mal drainer l’eau. Les années pluvieuses, ils sont sujets à l’inondation et l’excédent hydrique endommage les récoltes.

Histoire et société

73Quelque 4 000 ans avant J.-C. la Tunisie est peuplée de tribus berbères nomades ou sédentaires dont certaines ont pratiqué un peu d’agriculture. Puis, un peu plus de 1 000 ans avant J.-C., les Phéniciens installent des comptoirs maritimes sur les côtes. Ils introduisent l’olivier qui apparaît vers le viiie siècle avant J.-C. (Amouretti, 1985), mais on ignore s’ils sont aussi responsables de l’invention des meskat. Carthage est fondée en 814 av. J.-C., les côtes occupées et développées, les Berbères repoussés vers l’intérieur. L’agriculture se développe et doit déjà faire face au manque d’eau contre lequel les Carthaginois luttent en construisant par exemple de grandes citernes et des barrages. Après les guerres puniques et la destruction de Carthage en 146 av. J.-C. par Scipion Émilien, la colonisation romaine commence et se développe quelques décennies plus tard. Au iie siècle après J.-C. on bâtit des villes, on défriche de vastes zones, on développe l’agriculture et on plante des oliviers. L’exportation de tous ces produits agricoles vers l’Italie engendre une forte croissance économique de la future Tunisie et une intensification importante de l’agriculture. C’est à cette époque, sans doute, que les meskat sont en pleine expansion dans le centre de la Tunisie ainsi que les jessour dans le sud. Au viie siècle, les Arabes envahissent le pays, détruisent Carthage et islamisent progressivement les populations (latines, chrétiennes, berbères). On note alors, jusqu’au xvie siècle, un net développement des meskat. Plus tard, le pays connaît l’influence des Turcs puis des Français avant de devenir indépendant en 1957. Durant toute cette période, le nombre des meskat diminue notablement et il faut attendre la fin du xxe siècle pour qu’ils se développent à nouveau, sous l’influence des projets de développement lancés par l’État. On comptait à nouveau en Tunisie, à la fin des années 1980, près de 300 000 hectares aménagés en meskat, dont 100 000 hectares d’oliviers cultivés pour l’exportation.

74Les meskat peuvent être soumis à la mécanisation et à différentes améliorations. Un bon drainage de la parcelle cultivée ainsi qu’un écoulement sub-superficiel des infiltrations limitent l’accumulation de sels. Des lacs collinaires peuvent être créés. À Sousse, les maraîchers ont développé des cultures de primeur en conjuguant l’eau d’irrigation et l’alimentation hydrique par les meskat. Malheureusement, sous la pression démographique, les agriculteurs réduisent les impluviums tout en accroissant les vergers si bien que le rapport impluvium/surface cultivée, parfois réduit à un, devient insuffisant. Cette rupture de l’équilibre meskâ/manka a été notée par plusieurs auteurs et remonte à une cinquantaine d’années. De plus, les banquettes sont de plus en plus mal entretenues en raison du manque de main-d’œuvre lié à l’exode rural de ces régions défavorisées. Elles collectent mal l’eau, ce qui provoque par endroits une érosion du sol. Enfin, le morcellement des terres qui a réduit certaines parcelles à des tailles trop petites pour être exploitées, la perte des liens sociaux et des règles de voisinage rendent parfois difficile le maintien d’une agriculture qui dépendait d’une bonne entente collective. Les troupeaux des éleveurs pénètrent dans les oliveraies et l’eau est d’abord accaparée pour soi. Enfin la construction continue des zones périurbaines, qu’il s’agisse de résidences ou d’infrastructures touristiques, rogne sur les terres agricoles, c’est-à-dire sur les meskat, et ce malgré les lois de protection dont bénéficie l’olivier. Tout cela entraîne un dysfonctionnement technique et social qui risque de décourager les paysans, occasionnant un nouvel abandon de cette technique fiable, si les conditions de son exercice sont respectées.

Schéma d’un meskâ (adapté de Prinz et Malik, sd ; El Amami, 1977).

Références

75Amouretti, 1985 ; Barrow, 1988 ; Blady, 1997 ; Chaabouni, 1991 ; Despois, 1955 ; Despois, 1961 ; El Amami, 1977, 1983 ; Dictionnaire arabe-français, 1971 ; Mainguet, 1994 ; Pérennès, 1993 ; Prinz et Malik, sd.

Fiche 26. Le gawan en Somalie

Nomenclature

76Le gawan est un système traditionnel de collecte des eaux de ruissellement par petites zones de capture, utilisé en Somalie (Hiiraan) sur des terrains plats ou à très faible pente. En réalité, il représente aussi bien un exemple de captage des eaux de pluies in situ. Son principe est d’accumuler l’eau là où elle tombe et de capter secondairement les ruissellements d’amont. Il existait bien avant l’introduction de techniques issues d’autres régions semi-désertiques. L’autre mode de culture pratiqué dans le Hiiraan est le caag qui est une technique de capture des eaux de crue.

Localisation géographique

77Les gawan se rencontrent principalement dans le Hiiraan, région située au centre de la Somalie. C’est un plateau aux terres presque plates, légèrement ondulé et parsemé de quelques collines isolées. Il borde une étroite frange côtière. La région est traversée par la rivière Shabeelle dont les niveaux d’eau varient amplement selon la saison. Le terrain, relativement plat près des rives, s’élève rapidement au-delà. Tous les autres cours d’eau sont intermittents, se remplissent en quelques heures au moment des pluies (avril-mai puis octobre-novembre) puis se vident tout aussi rapidement. Les pluies rares et irrégulières surviennent en fortes averses et la pluviométrie annuelle oscille entre 150 mm et 300 mm. Le climat est conditionné par les vents de mousson qui soufflent en novembre et en juin. Entre ces périodes venteuses, l’humidité et la chaleur sévissent. Le sol est argileux et la végétation de savane boisée a été fortement dégradée par les troupeaux de chèvres, de moutons, de chameaux et de bovins des populations semi-nomades.

78La plus grande partie de l’agriculture somalienne est faite dans le sud, par irrigation ou inondation dirigée le long des rivières Shabeelle et Djouba. Les gawan, quant à eux, sont installés sur les faibles pentes au sol argileux, à distance de ces cours d’eau, là où l’agriculture pluviale est difficile à mener.

Conduite technique

79Le gawan est constitué de diguettes permanentes de 30 cm de hauteur, qui divisent le champ en série de bassins carrés. L’agencement des bassins varie selon la topographie du sol et le choix des agriculteurs, si bien qu’il en existe de nombreux modèles. Mais chacun d’eux garde une superficie de 500 m2 au moins, certains étant totalement clos, d’autres ouverts. L’eau de pluie est concentrée directement là où elle tombe, les excédents s’écoulant dans les bassins adjacents par des brèches pratiquées dans les bourrelets de terre. De plus, les ruissellements captés sur les terrains d’amont alimentent les parcelles ouvertes puis s’écoulent graduellement vers les bassins inférieurs. Dès les premières pluies, on y sème le sorgho, le niébé et parfois du sésame. Deux récoltes peuvent être faites tous les ans, si les pluies sont au rendez-vous, mais les rendements sont bas (415 kg/ha pour le sorgho).

Histoire et société

80Les Somalis, qui représentent plus de 80 % de la population, sont avant tout des éleveurs et des guerriers. Selon la tradition, ils descendent de nobles issus du lignage du prophète Mahomet. Du xvie siècle, époque probable de la création des deux premiers clans somalis (les Darod et les Isaaq) jusqu’au xixe siècle, ils migrent vers le sud à partir du golfe d’Aden et conquièrent progressivement leur territoire par la force. L’actuelle Somalie a été à l’origine habitée par les Zendj, peuple bantou installé près des rivières où ils pratiquaient l’agriculture. L’expansion des Somalis, alliée à celle des Oromo à partir de l’Éthiopie les a chassés de leur territoire. Tandis que Somalis et Oromo s’affrontent, les premiers finissant par repousser ou assimiler les seconds, la population bantoue résiduelle s’accroît des descendants d’esclaves venus de Tanzanie. Aujourd’hui, les Somalis forment un peuple homogène à la langue et à la religion commune, musulmans sunnites en immense majorité. Ils sont divisés en cinq classes : les guerriers (waranle) et les prêtres (wadaad) tous deux nobles et d’origine somali ; les marginaux (waable), égale ment d’origine somali mais de classe inférieure en raison d’activités professionnelles jugées dégradantes comme l’artisanat ou, dans le sud, l’agriculture ; et enfin les gibil cad et les reer barre, d’origine étrangère qu’elle soit arabe, bantoue, perse, européenne ou le plus souvent métis (Mohamed-Abdi, 2000). C’est donc dans le troisième et les deux derniers groupes que l’on trouve les agriculteurs parmi lesquels les Bantous sont sans doute les plus anciens.

La région du Hiiraan, où les gawan sont aménagés sur les collines encadrant la rivière Shabeelle.

Schéma d’un des nombreux types de gawan (adapté de Critchley, 1990, Reij, 1990 ; Prinz, 1996).

81La région du Hiiraan est elle-même peuplée par des communautés darod et hawiya, appartenant aux clans nobles. Ce sont des guerriers, bien sûr, mais aussi des éleveurs qui possèdent des chèvres, des chameaux et surtout des bovins ainsi que les trous d’eau sur les parcours. Ils ne pratiquent pas, ou très peu, l’agriculture qu’ils méprisent et se tiennent loin de la Shabeelle dont l’humidité et les mouches tsé-tsé déciment leurs troupeaux. On trouve également des Raxanweyn dont l’activité majeure reste l’élevage mais qui possèdent aussi de vastes étendues de terres cultivables qu’ils font travailler par les Bantous. Eux-mêmes pratiquent un peu d’agriculture pluviale pour compléter leurs ressources et obtenir du fourrage pour leur bétail. Enfin, les groupes bantous et autres reer barre cultivent la terre pour le compte des maîtres somalis ou pour eux-mêmes.

82Ce sont donc les Bantous, et quelques groupes inférieurs qui pratiquent l’agriculture le long de la Shabeelle. Aujourd’hui, ce secteur contribue pour plus de 50 % à l’économie du pays. On cultive des bananes pour l’exportation et de la canne à sucre ainsi que du sorgho, du mil, un peu de maïs et de haricots. Mais l’agriculture, menée sur de petites parcelles le long des fleuves, ne permet pas au pays d’être autosuffisant.

83Les gawan sont quant à eux cultivés en dehors des périmètres irrigués de la Shabeelle, pour la subsistance de paysans pauvres et souvent marginalisés ainsi que pour compléter le fourrage des troupeaux d’éleveurs. On ignore leur origine, mais ils sont très anciens. Leur aménagement aussi bien que leur maintenance sont assurés manuellement et à moindre coût. Depuis quelques années des programmes de développement agricole tentent d’améliorer ces systèmes traditionnels pour accroître les surfaces cultivables en agriculture pluviale. Ils recommandent en particulier de diminuer les superficies des bassins et d’adopter des constructions qui suivent réellement les courbes de niveau, aussi faibles soient-elles. Dans ces environnements contraignants la moindre augmentation de la production peut permettre aux plus pauvres de survivre.

Références

84Critchley, 1990 ; Mohamed-Abdi, 2000 ; Pérouse de Montclos, 1997 ; Prinz, 1996 ; Reij, 1990.

Fiche 27. Le tabiâ tunisien

Nomenclature

85Tabiâ est un terme tunisien désignant la levée de terre qui borde les jardins privatifs au voisinage des villes. Par extension, le terme désigne toutes les levées de terre, basses ou hautes, barrant les versants ou les ravines. Il est aussi attribué à un type d’aménagement de versant destiné à collecter les eaux de ruissellement, à condenser les brumes matinales, à réduire l’ensablement, à fixer le sol et à limiter la divagation des troupeaux. Lorsque le tabiâ barre une ravine (et non pas un versant), il retient un jesser et on parle alors de jessour pour l’ensemble ainsi formé. C’est d’ailleurs à ce titre que la structure est bien connue. Avec les meskat et les jessour (à la structure desquels ils contribuent), les tabiâ font partie du groupe des levées de terre dont l’Afrique du Nord s’est fait une spécialité.

Localisation géographique

86Les tabiâ sont fréquents sur le littoral tunisien au sud de Sousse, là où la pluviométrie est comprise entre 100 et 250 mm par an. La pente sur laquelle ils sont installés ne doit pas dépasser 3 % et le sol doit être profond pour assurer une bonne infiltration de l’eau. Des structures similaires sont retrouvées le long du désert occidental d’Égypte, au nord-ouest du Néguev, sur les littoraux chiliens et péruviens, au sud-ouest de l’Australie et au Mexique (Basse-Californie). Ils ont été signalés en Turquie.

Conduite technique

87Traditionnellement, ces levées de terre sont construites en courbes de niveau, perpendiculairement aux vents secs du sud et du sud-est (sirocco ou chergui) qui provoquent des déplacements de sable. Elles sont constituées d’une longue banquette principale pouvant atteindre 100 m de longueur sur une hauteur de deux à cinq mètres et de deux bras perpendiculaires placés à chaque extrémité, de 30 m de longueur tout au plus. Un parement de pierres sèches protège les banquettes qui sont souvent équipées de déversoirs latéraux. Plusieurs tabiâ sont construits en ligne le long de la pente, à des écartements variables. Les deux tiers de la pente amont sont occupés par une aire de ruissellement, souvent laissée en pâture. Chaque tabiâ est muni d’un seuil de déversement par lequel les excédents s’écoulent vers les tabiâ situés en aval.

Autour du golfe de Gabès se rencontrent les tabiâ.

88Les tabiâ sont alimentés par un impluvium ou par un cours d’eau temporaire dont le flux est dérivé. L’eau s’accumule derrière les banquettes de retenue jusqu’à ce qu’elle atteigne une hauteur de 20 cm environ puis elle est évacuée par le déversoir. Par ailleurs, une suralimentation hydrique pouvant aller de 20 à 150 mm/an est assurée par la condensation des rosées sur le tabiâ lui-même et sur les feuilles des arbres cultivés. On a montré que ces systèmes réduisent à zéro les écoulements en bas de pente, régulent les ruissellements et alimentent les cultures par une quantité d’eau sept fois supérieure à celle produite par un événement pluvial moyen. Derrière les tabiâ, on cultive essentiellement des arbres fruitiers (oliviers, amandiers, pistachiers, vigne) mais aussi de l’orge, des lentilles ou des haricots en inter-rangs. Au voisinage des agglomérations, ils sont plantés de figuiers de Barbarie, de vignes, de figuiers et d’amandiers. L’atmosphère brumeuse crée un rayonnement solaire diffus qui facilite la photosynthèse des oliviers et de l’orge.

Diverses illustrations de tabiâ dans le centre de la Tunisie. © IRD/J.-P. Montoroi

Diverses illustrations de tabiâ dans le centre de la Tunisie. © IRD/J.-P. Montoroi

Bassin versant de l’oued El Maarouf (Tunisie centrale).

Bassin versant du lac collinaire d’El Gouazine, aménagement en banquettes anti-érosives (région de Kairouan Ousseltia).

Paysage agricole (orge), région de T’hala. Dans le bassin versant expérimental de Chaffaï, l’aménagement des versants en banquettes anti-érosives (tabiâ) est matérialisé par la bande plus verte, pour la conservation des sols et des eaux.

Histoire et société

89Très anciennes, ces structures font partie des techniques de captage des eaux de ruissellement mises au point avant même l’arrivée des Romains par les différentes populations qui vivaient dans ces régions arides : tribus berbères puis Phéniciens. Elles leur ont permis d’y subsister et de développer des civilisations prospères durant des centaines d’année. Au moment de la colonisation romaine (du iie au viie siècle) puis de la domination arabe, ces systèmes préexistants ont été développés, sans doute vers les meskat et les jessour. Les tabiâ ont subsisté jusque dans les années 1960 date à laquelle beaucoup d’entre eux ont malheureusement été détruits sur injonction de l’État tunisien. Actuellement, ils sont reconstitués, en courbes de niveau le plus souvent et pour soutenir des plantations d’oliviers, mais leur développement reste difficile.

Les tabiâ, levées de terre en courbe de niveau.

90Leur désaffection est, là comme ailleurs, due aux migrations qui dépeuplent ces régions et les privent de la main-d’œuvre indispensable à l’entretien de ces systèmes.

Références

91Alaya et al., 1993 ; Blady, 1997 ; Ennabli, 1993 ; Nasri et al., 2004 ; Ouessar et al., 2002.

Fiche 28. Le khadin du Rajasthan

Nomenclature

92Le terme khadin (également appelé dhora) désigne au Rajasthan une cuvette naturelle en bas de pente dans laquelle les ruissellements se rassemblent naturellement. Mais l’homme aménage des impluviums et une série de canaux pour collecter les eaux sur le versant, y freiner leur infiltration et les conduire jusqu’à cette cuvette. C’est le système khadin adapté aux cultures hivernales. Il se rapproche du système ahar observé au nord de l’Inde (Bihar). Ce sont deux exemples de collecte des ruissellements par grandes zones de capture. Enfin, les tajamares du Paraguay ou les khoki du Turkmenistan ressemblent au khadin à ceci près qu’ils sont avant tout des zones de stockage de l’eau et non des aires de culture.

Localisation géographique

93Le système khadin est utilisé près de Jaisalmer, grande ville du Rajasthan située en bordure du désert du Thar, à l’extrémité occidentale de l’Inde. On le retrouve dans les districts de Jodhpur et Bikaner. C’est une zone de montagnes basses et de plaines désertiques, au sol maigre et caillouteux, à la végétation rare. Les pluies de mousson y parviennent en averses entre juillet et septembre et sont suivies d’une longue période de sécheresse. La pluviométrie annuelle oscille entre 150 et 300 mm. Les températures estivales sont caniculaires et l’évaporation est intense.

94Des systèmes similaires ont aussi été pratiqués par les Nabatéens dans le Néguev, sans doute par les anciens Mésopotamiens et très loin de là, par les communautés du Colorado (USA) il y a cinq cents ans. Au Bihar, le système ahar est un peu différent puisqu’il capte à la fois l’eau de la rivière en crue, par un long canal, et collecte les eaux de mousson dans des bassins pourvus sur trois côtés de levées de terre (le quatrième côté étant ouvert à la pente).

Les khadin se situent dans des zones de montagnes basses au sol caillouteux.

Conduite technique

95Toute la technique repose sur le choix d’un bon emplacement. Il s’agit d’une dépression naturelle pourvue d’un socle de gypse couvert d’une épaisseur de terre suffisante pour accumuler l’eau. La mise en valeur débute par l’établissement d’une ferme et la construction d’un grand barrage en terre (100 à 300 m de long) en bas de pente, destiné à retenir l’eau mais aussi le sol. Au-dessus, les versants proches sont aménagés en impluvium et un système de canaux et de tranchées est agencé pour capter et diriger les ruissellements vers la zone de culture. Leur sol caillouteux limite l’infiltration des eaux qui s’écoulent vers le bas-fond, entraînant avec elles des sédiments. La cuvette est elle-même équipée d’un drain circulaire facilitant la répartition de l’eau et de déversoirs latéraux drainant les excédents des pluies torrentielles. La superficie de la zone de captage doit être 8 à 15 fois supérieure à celle des zones de culture, ces dernières étant en moyenne de 10 ha à 14 ha.

Les khadin sont aménagés dans les bas-fonds, ici près de Jaisalmer, au Rajasthan.

96Dans cette région, les principales activités agricoles se font durant l’été torride (juillet à septembre) dans les plaines et aucune culture n’est pratiquée dans les khadin à cette période. Seul le bétail pâture au pourtour du bas-fond, y abandonnant ses excréta fertilisants. L’eau d’une pluie même légère inonde très vite le bas-fond, laissant une terre boueuse riche en sédiments. Elle s’infiltre dans le sol et recharge par endroits la nappe souterraine. Durant tout l’été, le khadin se gorge d’eau, l’excédent étant lui-même acheminé hors de la zone par de nouvelles tranchées. À la fin de l’automne, les récoltes usuelles ont eu lieu et la saison agricole commence dans les khadin. Le sol des fermes, imbibé d’eau et spongieux, est labouré puis le grain est semé. Durant l’hiver, l’humidité du sol est suffisante pour maintenir les cultures d’autant plus qu’en cette saison l’évaporation est faible. La récolte du froment et du pois chiche a lieu en mars. D’année en année, les sols s’approfondissent, s’enrichissent en sédiments charriés des collines et deviennent de plus en plus profonds et efficaces pour retenir l’eau et garantir une bonne fertilité.

Structure d’un khadin.

Histoire et société

97Bien que des vestiges laissent supposer une utilisation bien antérieure (3 000 ans), les premiers khadin connus sont aménagés au xve siècle par les Brahmans Paliwal de Jaisalmer. Ce sont à l’origine des habitants du désert, végétariens, qui quittent les régions de Pali et Marwar pour venir s’installer près de Jaisalmer au xiiie siècle. Ils investissent les bas-fonds, y aménagent les khadin et y cultivent toutes sortes de plantes, même durant les années de sécheresse. Ils pratiquent aussi un peu d’élevage. L’architecture de leurs villages aux larges rues et aux façades sculptées témoigne d’une civilisation avancée et prospère qui a su cultiver le désert et aménager des villes selon un plan d’urbanisme très moderne. Mais les éleveurs semi-nomades du désert se mettent à jalouser la réussite des Paliwal et des dissensions de plus en plus fortes s’élèvent entre les différents groupes sociaux. Les éleveurs s’attaquent aux canaux, amènent leurs troupeaux dans les khadin et harcèlent les Paliwal qui parviennent pourtant à défendre leur agriculture et les infrastructures qui la supportent. Au xixe siècle, la situation empire car les Rajput qui dirigent Jaisalmer se joignent aux nomades pour persécuter les Paliwal. Les khadin sont accusés de capter toute l’eau disponible et de provoquer les sécheresses qui se multiplient. En réalité, dans un contexte de sécheresses récurrentes, la population de Jaisalmer s’accroît, l’agriculture conventionnelle se développe et gêne la libre circulation des troupeaux, engendrant les conflits habituels, si bien que les nomades, secondés par les gens de Jaisalmer détruisent de nombreux khadin. En 1825, las de tant de persécutions, les Paliwal finissent par quitter leurs villages et leurs fermes, en abandonnant leurs biens. Avec eux les khadin disparaissent.

98Il a fallu dès lors attendre la fin du xxe siècle pour que les gouvernements se souviennent de l’efficacité de ces systèmes et les réparent progressivement afin d’améliorer la production agricole d’une population en constante augmentation démographique vivant dans un environnement totalement dégradé. Depuis une cinquantaine d’années, les fermes khadin partiellement abandonnées sont remises en état, généralement avec succès, par les paysans soutenus par les projets de développement. Actuellement plus de 500 d’entre elles ont été reconstituées, ce qui correspond à une surface de 12 150 hectares et de nombreuses autres ont été créées, de plus faible dimension. Chacune d’elle est gérée collectivement par 4 à 8 familles. Leur prospérité ancienne, suivie d’un abandon puis d’une réhabilitation, témoigne parfaitement du rôle important que jouent les facteurs sociaux dans l’aménagement d’un terroir, et de l’ambiance conflictuelle propre aux zones arides. Aujourd’hui, les villages désertés des Paliwal sont devenus une attraction touristique et les guides se plaisent à raconter l’histoire malheureuse et les multiples talents de ce peuple industrieux que les générations antérieures ont pourtant chassé des khadin, eux-mêmes abandonnés suite à la jalousie qu’ils provoquaient. Ils sont aujourd’hui réhabilités pour nourrir les plus pauvres, sous l’impulsion des ONG. Est-ce que les structures sociales actuelles vont les rendre durables ?

Références

99Agarwal et Narain, 1997 ; Government of India, 2002 ; Kerr et Sanghi, 1992 ; Kolarkar et al., 1983 ; Prasad Mertia et Narain, 2004 ; Kolavalii et Whitaker, 1996 ; Sharma et Smakhtin, sd ; Tewari, 1988 ; http://www.rainwaterharvesting.org/​Rural/​Traditional2.htlm

Notes

1 Référence de Ileia newsletter.

2 http://pdf.wri.org/wr2000-agroecosystems-machakos

3 Cité par Houimly et P. Donadieu dans le Dictionnaire arabe-français, 1971.

Table des illustrations

Légende Lignes d’oliviers dans un champ de blé au Maroc
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Quelques exemples de fossés et gradins aménagés sur pente (d’après Critchley et al., 1994).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Quelques exemples de terrasses aménagées sur pente (d’après Critchley et al., 1994).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende L’archipel du Cap-Vert et ses neuf îles volcaniques.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Lignes de pierres en courbes de niveau :a) terrasses nivelées ;b) terrasses non nivelées.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Aménagement végétal de murettes isohypses (d’après Barry et al., 1995 b).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Île São Vicente à 800 m d’altitude. Essai de valorisation de terrains volcaniques très riches dans un milieu semi-aride, sur des pentes de 40 à 70 %. Pour améliorer les rendements, un projet a été développé qui consiste à planter des haies vives en courbes de niveau et à couvrir le terrain de paillage pour protéger la terre.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Légende Les paysans plantent du maïs dont ils récoltent les fanes pour le bétail et, deux ans sur trois, ils obtiennent 1 000 kg de grains par hectares. Les photos montrent la situation en saison sèche et en saison des pluies.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 741k
Légende Le fanya juu est une agriculture d’altitude dans la région de Machakos.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Le modèle fanya juu au Kenya.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Coupe du modèle : fossé à l’aval et gradin à l’amont.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Culture en poquets : modèle en damier (d’après Needham et Bray, 1984).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Sur le plateau mossi, les habitations sont isolées au milieu des champs. En saison sèche, le sol paraît encroûté et blanchi en surface, d’où le nom de « zipellé ». Les paysans préparent leur terre avant les premières pluies en creusant des trous de 40 cm de diamètre et 20 cm de profondeur.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Légende Répartition de la culture du zaï : le plateau dogon au Mali et le Yatenga au Burkina Faso.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende Schéma du zaï (d’après Roose et al., 1993).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende La terre extraite de chaque trou est disposée en demi-lune à l’aval et une à deux poignées de poudrette sont déposées dans le trou. Avant les premiers orages, les paysans sèment douze graines de mil ou de sorgho.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Légende Au bout de deux mois, le sorgho atteint deux mètres et va produire, même dans des sols gravillonnaires peu fertiles, autant de paille et de grains que la moyenne régionale (6 à 8 quintaux/ha/an).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Légende Par ailleurs, les eaux d’infiltration vont améliorer l’alimentation de la nappe souterraine et faire germer les graines de légumineuses arbustives qui vont permettre de réinstaller un système de production agro-sylvo-pastoral en milieu dégradé (Burkina Faso).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Légende Lieux d’implantation principaux des teras : la région de Kassala et la plaine de Butaba.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Légende Schéma des teras au Soudan (d’après Critchley, 1990 et Van Dijk et Ahmed, 1991).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Dans les negarim, un impluvium recueille les eaux de ruissellement.(Sources : Rocheteau et al., 1988, cité par Prinz et Malik sd)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Le désert du Néguev en Israëlhttp://www.mnemotrix.com/​adasr/​
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende La région de Sousse où 200 000 ha de meskat sont aménagés.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Dans la région de Kairouan, la pluviosité est trop faible (300 mm) pour la culture de l’olivier. Le système du meskâ consiste à laisser le sommet de la colline surpâturé et à recueillir les eaux de ruissellement le long du versant dans des cuvettes successives où poussent les oliviers. Entre les lignes de cuvette, on élève un bourrelet de terre pour maîtriser le ruissellement et protéger les sols.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Légende Schéma d’un meskâ (adapté de Prinz et Malik, sd ; El Amami, 1977).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende La région du Hiiraan, où les gawan sont aménagés sur les collines encadrant la rivière Shabeelle.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Schéma d’un des nombreux types de gawan (adapté de Critchley, 1990, Reij, 1990 ; Prinz, 1996).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Autour du golfe de Gabès se rencontrent les tabiâ.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Diverses illustrations de tabiâ dans le centre de la Tunisie. © IRD/J.-P. Montoroi
Légende Bassin versant de l’oued El Maarouf (Tunisie centrale).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Bassin versant du lac collinaire d’El Gouazine, aménagement en banquettes anti-érosives (région de Kairouan Ousseltia).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Paysage agricole (orge), région de T’hala. Dans le bassin versant expérimental de Chaffaï, l’aménagement des versants en banquettes anti-érosives (tabiâ) est matérialisé par la bande plus verte, pour la conservation des sols et des eaux.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Les tabiâ, levées de terre en courbe de niveau.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Les khadin se situent dans des zones de montagnes basses au sol caillouteux.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Les khadin sont aménagés dans les bas-fonds, ici près de Jaisalmer, au Rajasthan.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Structure d’un khadin.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2863/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search