Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agricultures singulières

 | 
Éric Mollard
, 
Annie Walter

Partie 2. Cultiver les terres arides

Introduction à la partie 2

Texte intégral

Attrape-brouillard en forme d’arbre fontaine un jour de brume dans la région du sanctuaire de la Cruz de Los Humilladeros (île de El Hierro, Canaries). (Installation par Natural Aqua dans le cadre du projet européen Dysdera.)
© C. Sanchez Recio

1Les régions arides sont des milieux hostiles, caractérisés par le manque d’eau, des températures souvent élevées, une végétation pauvre et des sols érodés. Elles occupent le tiers des terres émergées. La vie s’y maintient difficilement et pourtant des communautés humaines importantes s’y sont installées et y pratiquent depuis des temps reculés une agriculture marquée par des moyens ingénieux pour retenir l’eau et le sol, se protéger du vent et du froid nocturne, éviter la salinité des terres et se prémunir contre les épisodes de sécheresse. Paradoxalement, dans ces univers où il faut gérer avant tout le manque chronique d’eau et les sécheresses, il faut également savoir faire face à de violentes inondations saisonnières, dues à des orages violents.

2L’aridité se définit non seulement par une pluviométrie annuelle basse mais aussi en fonction de la périodicité des pluies. Dans les zones arides, la pluviométrie annuelle est comprise entre 100 mm à 300 mm, dans les zones semi-arides entre 300 mm et 600 mm. Plus la pluviométrie est basse, plus la variabilité des précipitations est grande et moins la survenue des pluies est prévisible. Il peut s’agir de fines ondées localisées ou d’orages violents qui arrivent de façon erratique ou en pics saisonniers, parfois trop tard pour irriguer les cultures. En hiver, les pluies s’accompagnent de températures trop basses pour une bonne croissance des plantes, en été des températures trop hautes provoquent une évaporation intense. Les différences thermiques exacerbées conditionnent une végétation clairsemée de steppe et de savane, incapable de maintenir en place les sols rares balayés par des vents desséchants. Les cultures sont soumises à des risques de gelée matinale, principalement en altitude, et subissent durant le jour une très forte évaporation qu’il faut compenser par un apport d’eau suffisant et un bon drainage pour laver la terre des sels accumulés. La couche d’humus est faible, sinon inexistante et les sols nus sont érodés par les écoulements qui y creusent facilement des ravines et des ornières. Les sols sableux laissent l’eau s’infiltrer trop rapidement tandis que les autres, parfois de véritables carapaces, accélèrent le ruissellement. Pluies rares et imprévisibles, grandes différences thermiques, érosion du sol par le vent et les pluies, maigre végétation sont ainsi des traits communs à toutes les zones semi-arides. Mais elles se distinguent les unes des autres par de nombreux caractères qu’il s’agisse de la topographie (plaine ou montagne), de la saisonnalité des pluies (estivales ou hivernales), de la durée de la saison humide ou de la nature des sols (alfisols, vertisols, ferrasols ou autres) eux-mêmes sujets à une faible infiltration, au crevassement, à l’encroûtement et à la salinité. La pression anthropique et l’élevage fragilisent encore ces milieux.

3Pour faire face à ces contraintes, les communautés humaines ont mis au point des modes de gestion de l’espace et de ses composantes appropriés aux conditions climatiques. Elles choisissent des plantes qui supportent le climat, adoptent des pratiques culturales spécifiques et mettent au point des aménagements variés, adaptés à la topographie de la zone – plaine, montagne ou région côtière – dont elles préservent globalement l’équilibre écologique. Les plantes doivent présenter une certaine profondeur racinaire, une maturation rapide, une faculté de dormance durant la période sèche et une croissance correspondant à la période de disponibilité de l’eau. Dans les déserts tempérés on cultive ainsi de tout temps des arbres fruitiers, tels que l’olivier, l’amandier, le figuier, l’abricotier, le pistachier ou le dattier. Actuellement, d’autres plantes adaptées à la sécheresse sont à l’étude, telles que le jojoba (Ziziphus mauritiana Lamk), des variétés de mil (Pennisetum americanum L.), des haricots (Vigna unguiculata L, Vigna radiata L) et le sésame (Sesamum indicum). Les semis sont répétés deux ou trois fois si nécessaire, parfois plus, de façon à ce qu’un nombre suffisant de graines semées parvienne à maturité. Ils sont menés sur une large surface à une certaine profondeur afin de bénéficier du maximum d’humidité et d’éviter une germination intempestive, à la suite d’une petite pluie. Les Hopi et les Zuñi, dans le sud-ouest des États-Unis plantent ainsi des variétés de maïs à une profondeur trois fois supérieure à celle habituellement adoptée dans les régions plus humides (Vasey, 1992 : 134). La densité des plantes est limitée afin de conserver l’humidité du sol et freiner l’évaporation. Une jachère labourée et désherbée est pratiquée, l’année suivant la jachère produisant presque deux fois plus que les années précédentes. Cette technique fait partie des agricultures rencontrées dans les steppes de l’ancienne Union soviétique, au Canada, dans les grandes plaines des États-Unis, en Australie et sur le pourtour méditerranéen. Soulignons qu’à l’encontre des thèses de Boserup, 1970, les jachères longues sont de peu d’utilité en zone aride et elles y sont rares.

4Mais tout cela ne suffit pas. Il faut encore collecter et stocker l’eau, ralentir et concentrer les ruissellements, dévier l’eau des rivières ou plus souvent des oueds pour irriguer les champs, atténuer l’érosion du sol, diminuer l’évaporation, se protéger du vent et recharger la nappe phréatique. Les cultures mises en place favorisent à leur tour la rétention de l’humidité et la stabilité des sols. Chaque communauté a su mettre à profit son imagination, ses savoirs et les potentialités du milieu pour mener une agriculture prospère sous ces climats défavorables. En zone semi-aride, là où les pluies sont régulièrement réparties, l’objectif principal est de retenir les ruissellements et de freiner l’érosion des sols. Sur les pentes faibles (inférieures à 20 %), la construction d’obstacles filtrants peut être suffisante, qu’il s’agisse de haies, de rideaux d’arbres, de bandes de cultures, ou d’alignements de matériaux divers : branchages, résidus de culture, pierres. Mais dès que la pente est forte ou la pluviométrie franchement insuffisante, les paysans aménagent le terrain en disposant sur les versants des levées de terre, des gradins et des fossés ou toute autre structure destinée à collecter la moindre goutte des eaux de ruissellement. Ils dérivent et retiennent les eaux de crue au moyen de barrages, de diguettes, de canaux et de rigoles. Ils favorisent la condensation des brouillards sur des structures de pierres, tempèrent l’évaporation en couvrant la surface des champs et creusent des puits ou des galeries pour capter les eaux souterraines.

Paysan de Fogo, île du Cap-Vert.

5Ces techniques alternatives sont l’objet d’une abondante littérature depuis quelques années, en tout cas plus que pour d’autres milieux écologiques. Plusieurs auteurs ont tenté de dresser une classification de ces types d’agricultures, en fonction de l’origine de l’eau collectée (eau de surface, eau atmosphérique ou eau souterraine), du lieu où elle est utilisée (in situ ou sur des champs placés à quelque distance) et de son mode de stockage (directement dans la parcelle à cultiver ou dans des réservoirs à partir desquels les cultures sont ultérieurement irriguées). Les auteurs anglo-saxons (Critchley et al., 1994 ; Prinz et Malik, sd) réservent le terme water harvesting (collecte des eaux) à l’ensemble des techniques permettant de collecter et concentrer l’eau en milieu aride, précisant ensuite s’il s’agit d’eau de pluie (rainwater harvesting), d’eau de crue (floodwater harvesting), d’eau atmosphérique (fog and dew harvesting) ou d’eau souterraine (groundwater harvesting). Les termes run off farming ou watertable farming désignent ensuite l’usage agricole qui est fait de cette eau collectée. Nous avons, dans ce chapitre, suivi la classification la plus classique qui distingue :

  • L’agriculture fondée sur la collecte des eaux de surface (water harvesting). Elle se rencontre dans les zones arides et semi-arides de tous les continents. La méthode qui caractérise ces types d’agriculture consiste à recueillir les eaux de pluie avant leur infiltration dans le sol et à les diriger là où elles doivent s’infiltrer pour alimenter les cultures. On en distingue deux groupes principaux qui seront traités en deux chapitres différents. Le premier utilise les eaux de pluie ruisselant sur des pentes plus ou moins fortes (rainwater harvesting) (chapitre 5), le second des cours d’eau temporaires ou des écoulements de ravines grossis par des pluies rares et soudaines, parfois violentes (floodwater harvesting1) (chapitre 6). Les agricultures fondées sur le captage des eaux dans des cours d’eau permanents, non traitées ici, utilisent des techniques similaires. L’une et l’autre peuvent récupérer avec profit les sédiments charriés par les eaux de crue.
  • L’agriculture fondée sur la collecte des eaux atmosphériques, brouillards ou rosées matinales (fog and dew harvesting), encore appelées précipitations occultes. Elle est essentiellement appliquée sur les versants des montagnes côtières, là où les brumes matinales se condensent sur la végétation ou sur des capteurs artificiels. On y associe toutes les techniques permettant de modérer l’évaporation causée par les hautes températures et les vents desséchants (chapitre 7).
  • L’agriculture fondée sur le captage des eaux souterraines (groundwater harvesting). Il s’agit de soutirer les eaux de la nappe phréatique, par capillarité lorsqu’elle est haute, au moyen de galeries drainantes ou de puits situés dans le champ lorsqu’elle est plus basse. Elle englobe tous les moyens destinés à utiliser les fines lentilles d’eau douce qui surnagent sur des eaux saumâtres (chapitre 8). Ce sont les cultures de bas-fonds en zone aride.

6Les agricultures en zones arides s’inscrivent dans des modes extensifs ou intensifs et elles sont mises en œuvre sur des surfaces variables. Les trous ou cuvettes concernent un mètre carré ou deux ; les levées de terre en courbes de niveau humidifient quelques ares ; les jessour ou les aménagements des Zuñis concernent des lignes complètes de ravines ou des versants entiers. L’objectif majeur, dans ces régions à la climatologie instable, est de sécuriser les productions en profitant des années humides sans tout perdre en période de sécheresse. L’agriculteur ne calque donc pas ses décisions sur l’année moyenne mais profite souvent de la complémentarité des milieux, sur le même terroir, en cultivant des parcelles dans des milieux différents, de façon à minimiser les risques. Il adopte aussi des stratégies destinées à faire face au pire, quitte à produire moins en temps normal.

7Cette section est tout entière consacrée à la collecte d’eau rare et occasionnelle, immédiatement accaparée pour l’agriculture en milieu aride. Les techniques de stockage des eaux de pluie (dans le sol, des bassins ou des citernes) et leurs méthodes de transport ne sont abordées que brièvement, de même que le grand groupe des terrasses qui retiennent aussi les sédiments. Les systèmes de stockage sont surtout présents en Inde et en Asie mais on les retrouve aussi en Amérique latine et en Europe. Ils permettent de conserver les eaux de ruissellement ou les eaux d’orages pour un usage ultérieur. En Chine, dans les régions arides couvertes de lœss, ils sont construits à la sortie des ravins ; en Équateur, ils sont aménagés dans les cendres volcaniques du sous-sol. En Europe, les aiguiers du Vaucluse sont des bassins creusés dans la roche, en aval de vastes dalles de pierres, elles-mêmes creusées de sillons drainants (Pirenne, 1978). Dans les régions semi-désertiques du sud-est de l’ancienne URSS on observe des séries de dépressions naturelles de un à douze hectares, appelées padiny (Kovda, 1961). Occupant 5 % du territoire, elles emmagasinent l’eau de pluie et celle libérée par la fonte des neiges. Cette eau retenue dans les sols humifères et profonds est ultérieurement récupérée pour l’agriculture au moyen de puits. Des citernes ont également été construites dans le désert du Néguev, avant l’arrivée des Nabatéens, peuple caravanier à l’origine de la cité de Pétra. Creusées dans les collines, elles stockaient l’eau des violents orages, acheminée par une série de petits canaux et de barrages. On retrouve les mêmes assemblages dans le désert du Thar en Inde. Les qochas (voir chapitre 9, partie 3), peuvent aujourd’hui encore servirent de réservoirs naturels. Citons encore les sahrij, khazzan, limans (Soudan). L’existence des sédiments qui engorgent les réservoirs et diminuent leur capacité, est déplorée par toutes les administrations de ce type d’ouvrage. Pourtant, certains paysans en tirent profit et y récupèrent chaque année un volume substantiel de sédiments fertiles. Les systèmes de transport sont aussi très variés mais nous ne traitons que le cas des galeries drainantes (qanât, khettara et foggara), spécifiques des zones arides. Le groupe des terrasses est universel et bien documenté. Seules sont incluses ici les terrasses de pentes spécifiquement conçues pour ralentir et stocker les ruissellements.

8Enfin, un grand nombre de structures issues des agricultures préindustrielles sont aujourd’hui des ruines dont on ignore l’usage exact. Par exemple, l’interprétation des hoyas, dépressions arrondies ou rectangulaires encore visibles sur le littoral péruvien, varie selon les auteurs : bassins naturels recreusés de façon à atteindre par capillarité la nappe souterraine (Ojeda Enriquez, 1987) ou bien réseau de digues destiné à maîtriser les crues d’une rivière proche (Knapp, 1982). Une lecture attentive permet d’ailleurs de penser que les deux explications sont recevables, mais pour des vestiges différents et contigus.

L’agriculture au Sénégal.

9Les populations établies dans ces régions arides présentent aussi une organisation sociale appropriée qui leur permet de mobiliser facilement la force de travail nécessaire à la mise en œuvre des aménagements et de régler sans trop de conflits la juste distribution de l’eau. La survie dans les milieux arides repose bien souvent sur une grande solidarité entre les membres d’une même communauté, sur une gestion collective des ressources, sur l’entraide et les échanges qui permettent de franchir le cap des mauvaises années et parfois sur une autorité centrale forte, capable d’organiser les travaux et de garantir les droits sur le sol et, plus que tout, sur l’eau. Pour la plupart, elles partagent les mêmes intérêts et présentent un haut degré de cohésion sociale. Dans certaines régions, l’agriculture vient en complément de l’élevage qui reste l’activité majeure. Mais des civilisations importantes d’agriculteurs sont nées dans les zones arides, telle que l’Égypte, la Mésopotamie, l’Amérique centrale ou le nord de la Chine. On parle à leur propos de civilisations hydrauliques, car elles reposent sur une excellente maîtrise technique et sociale de l’eau.

Champs sur l’Altiplano bolivien.

10L’adéquation parfaite entre le milieu, l’homme et le type d’agriculture n’est jamais définitive dans la mesure où l’environnement se transforme progressivement sous l’effet des activités humaines en général et de l’agriculture en particulier. La salinité du sol s’aggrave au cours de l’irrigation, les canaux s’ensablent et les impluviums se fissurent. Les conflits armés, les migrations et la diffusion des plantes entraînent également des changements culturels et des transformations des systèmes agricoles. Un exemple de ces mutations conjointes est fourni par les populations du Néguev qui ont géré durant plusieurs siècles un environnement en constante évolution (Evenari et al., 1982).

11Le transfert de ces technologies se heurte donc à des contraintes techniques, mais aussi à des contraintes sociales tant il est vrai que toutes ces agricultures correspondent à une adéquation locale et singulière entre un milieu, une société et une époque. Une technique qui nécessite une bonne coopération entre les membres d’un groupe ne peut pas être transférée, par exemple, là où la gestion sociale repose sur l’individualisme ou lorsque coexistent des communautés hétérogènes grossies par une émigration récurrente. La place de l’agriculture au sein de la société a changé et si certains paysans continuent d’innover pour garder la possibilité de vivre sur leurs terres, d’autres font le choix d’une autre vie. Il faut aussi en tenir compte.

Notes

1 Le terme floodfarming est parfois attribué à l’ensemble des systèmes qui utilisent soit l’eau de ruissellement, soit l’eau de crues saisonnières (Bryan, 1929).

Table des illustrations

Légende Attrape-brouillard en forme d’arbre fontaine un jour de brume dans la région du sanctuaire de la Cruz de Los Humilladeros (île de El Hierro, Canaries). (Installation par Natural Aqua dans le cadre du projet européen Dysdera.)© C. Sanchez Recio
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Paysan de Fogo, île du Cap-Vert.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2862/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Légende L’agriculture au Sénégal.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2862/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Légende Champs sur l’Altiplano bolivien.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2862/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 885k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540