Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agricultures singulières

 | 
Éric Mollard
, 
Annie Walter

Partie 1. Maîtriser l’eau

Chapitre 4. Aménager les marais et les étangs

Texte intégral

Aménagement traditionnel des mangroves en basse Casamance (Sénégal).

1Les quatre modèles d’agriculture présentés dans ce chapitre sont autant de façons d’aménager un vaste territoire marécageux ou semé d’étangs. Le premier (système parang surut à Kalimantan) se rapproche des hortillonnages. Mais il illustre surtout la façon de mettre en valeur un marais en le transformant progressivement au fil du temps en rizières puis en plantations pérennes de cocotiers ou de fruitiers. La succession des aménagements et des cultures permet de rentabiliser de façon optimal le travail consenti au départ.

2Le deuxième modèle illustre la façon dont les mangroves peuvent être récupérées pour l’agriculture. L’exemple choisi, la riziculture de mangrove en Casamance, montre comment un système d’agriculture drainée s’intègre à la riziculture irriguée, le long d’un gradient qui s’étend des piémonts jusqu’à la mer. Mais il peut exister seul, comme à Yap (Micronésie) où la culture du taro de marais dans les zones de mangrove est pratiquée indépendamment des autres types d’agriculture. Dans un premier temps, la construction d’une digue en travers de la baie isole une portion de terre bientôt recouverte d’une nappe d’eau douce flottant sur l’eau salée. La végétation de marais disparaît au profit d’un manteau herbeux riche en débris organiques, de plus en plus épais. Lorsque l’herbe est dense et le substrat boueux important, on creuse un canal de drainage à une extrémité de la parcelle et on défriche la végétation en l’empilant sur place. De petites parcelles sont alors aménagées sur cet engrais naturel pour y cultiver le taro de marais (Cytosperma chamissonis) et le taro.

3Les deux derniers, les digues à mûriers en Chine et les étangs de la Dombes en France, montrent comment pisciculture et agriculture peuvent s’intégrer en utilisant simultanément, ou successivement, les étangs fertilisés par les résidus agricoles et les plates-formes enrichies des résidus d’étangs. Dans l’un et l’autre cas, ces systèmes ont été aménagés pour répondre à une demande commerciale : celle de la soie en Chine pour répondre au marché international et celle du poisson dans l’est de la France pour approvisionner les marchés lyonnais.

Coucher de soleil hivernal sur la Dombes (étang Petit Guerrier, Saint-André-le-Bouchoux, France, 2003).

4D’autres exemples pourraient être donnés, comme les wei thien des anciens Chinois. Il s’agissait en réalité de sites poldérisés entourés d’une digue haute et divisés en petits plots de culture, sur lesquels on implantait aussi des arbres et des maisons. Tous ces systèmes, hautement productifs, reposent néanmoins sur un équilibre fragile et sur une gestion continuelle du milieu. Ils nécessitent, au moins à certains moments de l’année, une grande main-d’œuvre pour aménager l’espace et entretenir les infrastructures établies. Aujourd’hui, le système agro-piscicole de la rivière des Perles est tendu et les Dombes sont en pleine transformation. Ces systèmes performants qui suscitent l’admiration et inspirent encore les projets de développement agricole en milieux humides sont appelés à s’adapter aux contingences modernes, s’ils veulent survivre.

Fiche 15. Pasang surut en Indonésie (Patrice Levang)

Nomenclature

5Appelé sawah pasang surut en indonésien, ou encore système Banjar ou Bugis, ce système de culture permet la mise en valeur agricole de marécages côtiers grâce à une utilisation judicieuse du jeu de battement de la marée et à un remplacement progressif de la rizière par une plantation de cocotiers ou de fruitiers. Pasang surut signifie « flot et jusant » et rappelle l’importance déterminante de la marée dans la viabilité de ce système de culture. Banjar ou Bugis font référence aux groupes ethniques à l’origine du système ou de son développement.

6La mise en valeur des vastes marécages côtiers du sud de Bornéo (Kalimantan) pose d’innombrables problèmes au développeur. Dans ce milieu amphibie presque rigoureusement plat, un drainage léger après défriche permet plus ou moins d’évacuer les eaux stagnantes grâce au jeu de battement de la marée. Les rizières ainsi créées donnent des rendements de l’ordre de 2 à 3 tonnes de paddy par hectare pendant les trois premières années. Au-delà, les rendements décroissent rapidement, et ce pour de multiples raisons. Tout d’abord, le drainage trop léger ne permet ni d’évacuer l’excès d’acidité ni d’empêcher la salinisation des rizières. Ce problème pourrait éventuellement être corrigé par des aménagements plus importants. Toutefois, l’effet bénéfique de l’apport de cendres par le brûlis s’estompe rapidement, les infestations de ravageurs se multiplient, et l’absence de travail du sol pour éviter l’oxydation de la pyrite provoque le foisonnement rapide des adventices. L’abandon quasi obligatoire des rizières au bout de quelques années de culture ne permet pas ainsi de rentabiliser des aménagements plus coûteux.

7Les paysans du sud de Bornéo ont trouvé une solution élégante pour rentabiliser le travail investi dans la mise en valeur des marécages : la transformation progressive des rizières en plantations pérennes de cocotiers ou de fruitiers.

Localisation géographique

8Rizières et plantations en pasang surut occupent de vastes espaces dans les zones marécageuses côtières du sud de Kalimantan (des fleuves Barito à Mentaya) et de l’est de Sumatra dans les provinces de Riau, Jambi et Sumatra-Sud (des fleuves Inderagiri, Batang Hari à Musi). La technique s’est maintenue dans toutes les zones où elle a été introduite et s’est même étendue considérablement jusque dans les années 1980.

9Le climat des régions concernées est de type équatorial insulaire avec des précipitations élevées toute l’année (pluviométrie annuelle comprise entre 2 000 et 2 800 mm) avec cependant une saison moins pluvieuse en juillet-août.

10Les milieux les plus favorables à la mise en œuvre de la technique sont les plaines littorales basses soumises au battement de la marée et couvertes d’une forêt marécageuse sur tourbe d’une hauteur de 10 à 12 m avant défriche. Les sols sont développés à partir de sédiments d’origine détritique déposés en zone côtière. Ces dépôts argileux riches en pyrite sont habituellement recouverts de 30 à 100 cm de tourbe.

Conduite technique

11Dans les conditions naturelles, l’inondation permanente crée des conditions réductrices et les pH restent proches de la neutralité. Par contre, l’aération du sol provoque une oxydation de la pyrite qui produit de l’acide sulfurique et fait passer brutalement le sol de la neutralité à la forte acidité. Le pH peut tomber à 3, voire 2. L’acidification génère des toxicités ferriques et aluminiques ainsi que des déficiences en phosphore préjudiciables à pratiquement toutes les cultures.

12Pour éviter l’acidification des sols potentiellement sulfatés acides, il convient de limiter le drainage au strict minimum et surtout d’éviter toute aération brutale des couches riches en pyrite. Pour ce faire, les paysans sont très attentifs à limiter le travail du sol à la couche superficielle et à contrôler rigoureusement le jeu de battement de la marée pour maintenir l’inondation permanente des couches profondes. À l’inverse, l’aération massive du sol peut également donner de bons résultats en conditions de forte pluviosité. La création de planches surélevées, alternant avec des fossés de drainage, assure le lessivage de l’acidité produite par l’oxydation de la pyrite. Cette méthode permet la mise en culture des planches mais rend plus problématique celle des fossés, surtout pendant les trois premières années. Le trait de génie des paysans Banjar et Bugis va consister à utiliser le jeu de battement de la marée pour à la fois drainer et irriguer les terrains à mettre en valeur. La création progressive de planches exondée – destinées aux cultures pérennes – s’accompagne du creusement de larges fossés de drainage – destinés à la riziculture.

13Les sites privilégiés sont situés à proximité d’une rivière, en arrière du bourrelet de berge. Perpendiculairement à la rivière, les paysans creusent un canal de drainage primaire appelé handil qui peut s’enfoncer sur plusieurs kilomètres à l’intérieur du marécage, tant que l’effet de la marée reste perceptible. Perpendiculairement au canal primaire et à espacements réguliers, chaque paysan membre du handil creuse ensuite un canal de drainage secondaire – parit- autour duquel il développera sa parcelle. Au sein de la parcelle, la terre des fossés de drainage tertiaires est entassée sur les planches afin que ces dernières restent exondées à marée haute. Le percement du bourrelet de berge raccorde les handil au cours d’eau, alors que des portes sommaires permettent de bloquer l’entrée ou la sortie de l’eau des drains secondaires. Le secret de l’opération consiste à maintenir la profondeur des fossés de drainage dans la limite du jeu de battement de la marée. À marée haute, le phénomène de mascaret provoque le reflux des eaux douces vers les parcelles aménagées et assure l’irrigation des cultures. Lorsque l’eau atteint son niveau le plus haut, la porte est fermée. À marée basse, on assure ainsi un dénivelé important entre les niveaux d’eau dans les parcelles et dans la rivière. L’ouverture de la porte permet alors d’évacuer les eaux les plus acides des parcelles par un effet de chasse d’eau. En cas de sécheresse prolongée, le paysan peut également maintenir la porte fermée à marée basse, afin de maintenir un niveau d’eau suffisant dans les parcelles et d’éviter ainsi l’oxygénation des couches profondes riches en pyrite.

En Indonésie, le pasang surut a permis l’aménagement des marécages côtiers du sud de Kalimantan et de l’est de Sumatra.

Organisation du handil (1 brassée ≈1,7 m).

Lot type, le long du handil.

Évolution de la plantation de rambutan.

14L’importante quantité de travail nécessaire à la création d’une cocoteraie ou d’un verger est répartie sur de nombreuses années. En général, les deux premières années suivant la défriche d’une parcelle sont consacrées à la riziculture. À partir de la troisième année, les Banjars construisent progressivement des planches espacées de 4,5 m environ, entre les fossés de drainage tertiaires. Ces planches sont complantées de cocotiers (ou de fruitiers comme le ramboutan), de bananiers, de caféiers, d’agrumes et de divers légumes. Les intervalles restent réservés au riz. Ensuite, année après année, les planches sont élargies au détriment des intervalles. Les productions de bananes et de légumes sont progressivement relayées par celle de café, d’agrumes et de noix de coco (ou de ramboutan). À partir de la neuvième année, la cocoteraie (ou le verger) est en place, entre les planches ne subsistent plus que d’étroits fossés de drainage. Pour compenser la disparition du riz, une nouvelle parcelle peut être défrichée un peu plus loin. Le front de colonisation progresse.

Plantation en pasang surut à Kalimantan © P. Levang

Plantation en pasang surut à Kalimantan © P. Levang

Handil, au départ simple fossé de drainage creusé à la bêche. Progressivement élargi et approfondi par le battement de la marée et les curages, le handil devient canal d’irrigation et de drainage, et le principal axe de communication.

Jeune plantation d’agrumes et rizière intercalaire. Année après année, les diguettes sont élargies au détriment de la rizière.

Plantation mature de ramboutan (Nephelium lappaceum). Au bout d’une dizaine d’années, la rizière a cédé la place à un simple fossé de drainage.

Cocoteraie mature. De la rizière intercalaire ne subsiste plus qu’un fossé de drainage.

15En transformant progressivement les rizières en cocoteraies ou en vergers, les paysans ont su tirer parti des contraintes du milieu naturel tout en valorisant au mieux et à chaque étape le travail investi dans la mise en valeur. Les coûts en travail sont répartis sur une dizaine d’années. Le riz et accessoirement la vente de bois valorisent le travail de défriche et de creusement des canaux ; bananes et légumes, puis café et agrumes permettent d’attendre l’entrée en production des cocotiers ou des ramboutans. La réalisation de planches exondées avec un contrôle rigoureux des fonctions d’irrigation et de drainage (le transport des noix de coco peut également être assuré par flottaison dans les canaux) par le battement de la marée permet de s’affranchir des problèmes d’acidification et de salinisation des sols. Le remplacement de la culture vivrière par des cultures pérennes moins exigeantes permet d’éviter les problèmes liés à la baisse de la fertilité chimique des sols, de contrôler les adventices par le biais de l’ombrage et d’éviter les infestations de nuisibles (rats, insectes, etc.). À l’inverse, la disparition progressive de la culture vivrière au profit d’une culture de rapport peut également présenter des inconvénients. Pour assurer l’autosuffisance en riz de la famille, les paysans sont contraints de créer de nouvelles plantations tous les dix ans, ou de maintenir certaines parcelles en riziculture. Pour une famille paysanne, la dépendance économique stricte d’une production de rapport présente un risque élevé en cas d’attaque parasitaire grave ou en cas de chute des cours. Ainsi, la faiblesse persistante du prix des noix de coco suite au développement rapide de la culture de palmier à huile en Indonésie a considérablement ralenti l’extension de ce système de culture sur les côtes de Sumatra au cours de la dernière décennie.

Histoire et société

16Les premières mentions d’une mise en valeur des marécages côtiers à proximité de l’estuaire du Barito dans le sud de Bornéo datent de 1824. Plusieurs rapports mentionnent le développement rapide de rizières, probablement par des Dayak Ngaju et des colons Banjar, suite à l’éradication de la piraterie au sud de Bornéo par le colonisateur hollandais en 1817. La pax neerlandica imposée par le colonisateur allait favoriser la mise en valeur des marécages côtiers par ceux-là même auparavant responsables de l’insécurité. Par ailleurs, le fort accroissement de la population Banjar au début du xixe siècle allait trouver dans ces terres vierges un exutoire tout naturel. Dans ce front pionnier actif, les colons Ngaju et Banjar se contentent tout d’abord de créer des rizières, régulièrement abandonnées au bout de quelques années pour de nouvelles défriches.

17La mise au point de la technique de conversion des rizières en cocoteraies est plus tardive et probablement à mettre à l’actif de colons chinois installés dans l’ouest de Bornéo (1840) et de migrants Bugis (1850) originaires de Sulawesi. On suppose que c’est autour de 1885 que des pionniers Banjar installés à Riau (Sumatra) auraient découvert ces techniques au contact de colons Bugis, avant de les introduire chez eux dans le sud de Bornéo, où le système allait connaître sa plus grande extension. Au tournant du siècle, la conversion des rizières en plantations (cocotiers, caféiers voire hévéas) devint la règle. Après la Seconde Guerre mondiale, les mêmes techniques furent adaptées à d’autres plantes pérennes, essentiellement des fruitiers comme le ramboutan.

18Jusque dans les années 1960-1970 le système allait s’étendre à l’ensemble des zones côtières du sud de Kalimantan, de Riau et de Jambi à Sumatra. À partir des années 1960, des variantes de ces systèmes furent développées par les autorités dans le cadre des programmes de transmigration. Poursuivant un triple objectif de désengorgement des îles centrales de l’archipel, de développement des îles périphériques, et de construction nationale par brassage de population, le gouvernement indonésien a organisé le déplacement de populations originaires de Java et de Bali vers les îles de Sumatra, Kalimantan, Sulawesi et Papouasie-Occidentale dans le cadre de gigantesques projets de colonisation agricole. Dans les zones côtières, souvent installés en dépit du bon sens bien au-delà de la zone de battement de la marée, la plupart de ces projets connurent un échec rapide.

19Depuis la fin des années 1980, l’extension du système est considérablement ralentie. D’une part, les zones les plus favorables sont déjà développées, d’autre part, le lourd investissement en travail rebute la plupart des paysans, plus enclins à rechercher des emplois salariés. Aujourd’hui, les migrations entre zones rurales font moins d’émules. Les nouveaux migrants sont davantage attirés par les villes où ils espèrent faire fortune rapidement.

Références

20Collier, 1980 ; Collier et al., 1984 ; Knapen, 2001 ; Levang, 1997 ; Sevin, 1985, 1990.

Fiche 16. La riziculture de mangrove en Casamance

Nomenclature

21La riziculture en Casamance est un type d’agriculture intensive pratiquée dans l’écosystème salé occupé jadis par des mangroves. L’usage de l’eau de mer, les quelques ethnies impliquées et des outils spécifiques font partie de sa singularité. On l’appelle aussi riziculture repiquée sur plaine salée ou encore rizières salées.

Localisation géographique

22La mangrove est une formation végétale arborée qui borde les estuaires et les deltas de l’ensemble de la zone inter-tropicale. On la trouve aussi dans les zones désertiques bordant la mer Rouge. La plus grande extension se trouve en Indonésie qui regroupe de multiples îles bien arrosées et bordées de plaines littorales. La surface mondiale des mangroves diminue : 1 % entre 1990 et 2000, davantage en Asie du Sud-Est et en Amérique latine du fait des élevages de crevettes qu’en Afrique.

23Les arbres de la mangrove, les palétuviers, sont principalement des genres Rhizophora et Avicennia. Ils colonisent les vasières d’estuaires abritées des vagues mais soumises à la marée. Ils s’accommodent des sols salés et du manque d’oxygène grâce à leurs racines aériennes et leurs pneumatophores.

24Toutefois, la riziculture de mangrove ne concerne que quelques pays relativement arrosés d’Afrique de l’Ouest. Il s’agit principalement de la frange côtière qui part de la Gambie jusqu’au Sierra Leone où elle couvrait environ 200 000 ha en 1986 (Écoutin, 1999). Sur le plan géographique, sont concernés de petits fleuves côtiers aux crues modérées. Sur le plan culturel, seuls quelques groupes ethniques sont impliqués.

Conduite technique

25Comme pour la mangrove à laquelle elle se substitue après défrichage, la riziculture doit résoudre le problème du sel et de l’acidité des sols. À cette condition, elle est très productive et pérennise les traditions locales tout en construisant les magnifiques paysages d’une agriculture véritablement marine.

26L’aménagement commence par le brûlis des « bois salés » et le nettoyage de la végétation, qui est moindre sur les clairières aux sols fortement acides (appelés tannes). On construit une digue de ceinture qui fait 1 mètre de hauteur. Elle protégera le riz contre les marées et emmagasinera l’eau douce ou salée selon les saisons. Sa partie basse est régulièrement percée par des buses en palmier évidé qui peuvent être fermées. Des diguettes internes et des drains facilitent la maîtrise de l’eau à l’intérieur d’une zone de plusieurs centaines d’hectares. Il faudra alors entre trois à six ans de dessalement progressif des sols avec l’eau douce régulièrement évacuée vers la mer pour voir apparaître une végétation naturelle proche des besoins du riz, qui signale le début de la culture.

27La lutte contre le sel et l’acidité mobilise toutes les dimensions de l’agriculture. Sur le temps long, les producteurs ont sélectionné de nombreux cultivars de riz adaptés à cette forme d’agriculture, mais aussi dotés de paramètres organoleptiques appréciés par la population. Sur le cycle pluriannuel, l’entretien collectif des infrastructures dans des estuaires en perpétuel mouvement et la gestion des eaux douces et salées sont essentiels au succès. Tout d’abord, le seul cycle de culture annuel a lieu durant la saison des pluies. Si l’eau douce vient à manquer, on évite de drainer même si une submersion haute gêne la croissance du riz. Au pire, on abandonne le casier jusqu’à ce que la pluviométrie redevienne suffisante (environ 1 500 mm par an). La seule crainte d’une sécheresse fait maintenir des hauts niveaux d’eau dans les casiers. Dans le Sierra Leone, avec une pluviométrie plus haute (4 000 mm par an), on vide régulièrement les casiers à marée basse et on ne construit pas de réels billons contrairement au nord où ils limitent le contact des racines avec le sel (Écoutin, op. cit.).

28Le stockage d’eau douce force l’eau salée à s’enfoncer au-delà de la profondeur des racines. L’astuce suprême est l’usage de l’eau de mer qu’on laisse envahir les parcelles en saison sèche quand la récolte est réalisée. Au moins trois raisons conduisent à cet acte subtil.

Dans les mangroves en basse-Casamance, présence des digues mères et diguettes, bassins piscicoles et rizières endiguées.

29D’abord, une bonne partie des sols de mangrove contient du soufre sous forme de pyrite, en particulier quand les crues ne rafraîchissent pas le sol régulièrement. L’inondation de saison sèche évite l’exposition à l’air, l’oxydation des sols et leur acidification comme sur les tannes vifs. L’eau salée élimine aussi les adventices amphibies dont le contrôle, difficile dans le riz, exigerait des labours profonds et des sarclages laborieux. Enfin, l’eau de mer basique et chargée de matière organique fertiliserait le sol : directement par la sédimentation des vases transportées et indirectement en neutralisant l’acidité, fournissant des éléments utiles aux plantes comme le magnésium (Écoutin, op. cit.).

30La mise en culture chaque année exige de grandes quantités d’eau douce pour éliminer l’eau salée, une partie des nutriments étant alors exportée. De toute façon, la fertilité est assurée par l’épandage de fumier animal en début de cycle. Comme la profondeur de l’eau n’est pas totalement maîtrisée, car elle dépend de la pluie, il n’est pas possible de semer à la main. La pénible opération du repiquage est donc nécessaire à partir de pépinières semées en avant-saison. Les plants repiqués sont parfois relativement âgés (plus d’un mois) pour éviter les dommages causés par les crabes attirés par les pousses tendres. Cette riziculture singulière, très localisée dans le domaine des mangroves, conduit à s’interroger sur les singularités écologiques ou sociales qui la rendent possibles.

Histoire et société

31« Les Noirs font des champs de riz dans ces plaines ; ils font des levées de terre à cause du fleuve mais, malgré cela, le fleuve les rompt et inonde bien des fois les rizières », écrivait d’Almada en 1584 (cité par Marzouk, 1984). Ce type de riziculture date donc de plusieurs siècles au moins et il semble que les crues étaient alors plus destructrices. En fait, les chercheurs s’accordent pour faire remonter la riziculture de mangrove au moins jusqu’au IIe siècle avant J.-C., date à laquelle sont attestées des vagues de migration vers les littoraux. C’est à ce moment-là que la bêche kajendu, typique de cette riziculture, a été consolidée par un embout en fer (Marzouk, op. cit.). En revanche, on ignore quelle fut la riziculture originelle à partir de laquelle eut lieu la diversification des rizicultures. En effet, deux civilisations agricoles et alimentaires se partagent l’Afrique de l’Ouest : celle de l’igname au centre et celle du riz à l’ouest. Comme en Asie, le riz a néanmoins été domestiqué en Afrique avec des variétés typiquement africaines. Cette domestication a donné lieu à de multiples agricultures : riz de bas-fonds, culture pluviale, riz flottant, etc.

Aménagement traditionnel et construction de digues en terre pour l’exploitation rizicole et halieutique de la mangrove.

32L’hypothèse de Pélissier (1966) repose sur la notion de peuplement refuge. Les ethnies sans autorité centrale ont été repoussées par les puissants royaumes guerriers, commerçants et esclavagistes qui devaient par la suite s’islamiser (Cormier-Salem, 1999). Elles se seraient alors réfugiées dans les zones marécageuses du littoral où l’intensification agricole avec des techniques spécifiques, à l’image de l’histoire des Pays-Bas, a permis un accroissement démographique sans précédent en même temps qu’elle préservait leurs traditions. D’autres auteurs nuancent les peuplements refuges en soulignant que la mangrove a toujours accueilli les migrants, parias et exclus non islamisés des autres sociétés.

33Quoi qu’il en soit, la riziculture de mangrove se caractérise par la bêche appelée kajendu chez les Joola (avec des variantes de forme et de nom dans les autres ethnies). Elle a la forme d’une pelle allongée, principalement en bois, et emmanchée, curieusement, d’un manche démesuré. Le kajendu est poussé dans l’argile humide et régulièrement retourné pour réaliser un labour, dresser des billons ou ériger une diguette. Une personne, parfois deux, la manie. Plus curieusement encore, la présence de bovins N’dama dans ces régions, race résistante à la trypanosomiase, n’a pas conduit à la culture attelée selon de probables croyances culturelles. En revanche, les bovins sont nécessaires pour la fertilisation des parcelles, ce qui a limité, peut-être, l’extension de la riziculture de mangrove là où cette race existait sur les confins littoraux occidentaux de l’Afrique de l’Ouest.

34Dans ce type de riziculture, chaque ménage a une parcelle ou un groupe de parcelles disposées transversalement pour bénéficier de la gamme de conditions de culture depuis le bord de l’estuaire jusqu’à l’intérieur des terres. Les familles ont aussi accès à d’autres ressources : pêche, récolte des produits de la mangrove, plantation d’anacardier, rizière à l’amont qui traduit la multiplication des sources de revenus ainsi qu’une gestion du risque (Écoutin, op. cit.). En effet, dépendre de la seule riziculture de mangrove revient à dépendre du caprice des crues ou de l’envahissement du riz par l’eau de mer. Par ailleurs, certaines ethnies ne vendent pas le riz de mangrove, qui sert aux cérémonies. Les autres productions sont en revanche vendues. Au-delà des familles réduites ou des ménages qui ont la charge des digues et diguettes bordant leurs parcelles, le lignage est à la base de la gestion collective. Un chef de lignage prestigieux peut mobiliser des familles dépendantes pour construire une rizière et la partager. Les innovations peuvent être nombreuses comme l’introduction de variétés ou la modification des labours. À l’époque coloniale, il semble que des rizières du Saloum aient été transformées en salines suite à la demande des commerçants du nord (Cormier-Salem, 1999). Sur le plan social toutefois, ces ethnies sans autorité centrale (elles fonctionnent par un conseil des anciens dans chaque village) ont maintenu les prérogatives traditionnelles concernant la division du travail entre hommes et femmes et selon les générations. Par exemple, seuls les hommes mariés de plus de 45 ans peuvent construire et réparer les digues de ceinture.

35Cette tradition sociale pose de plus en plus de problèmes. En effet, les jeunes sont appelés vers les villes, réduisant la main-d’œuvre nécessaire aux tâches agricoles. Les gros travaux restent pourtant essentiels dans des estuaires aux formes mouvantes, s’ensablant d’un côté alors que la ligne de bord de mer s’enfonce dans les terres à d’autres endroits et menace les digues. Finalement, la diminution de la pluviométrie dans cette région accuse les difficultés mais n’explique pas à elle seule la réduction des surfaces en riziculture de mangrove.

Références

36Cormier-Salem, 1999 ; Écoutin, 1999 ; Marzouk Schmitz, 1984 ; Pélissier, 1966.

37http://www.fao.org/​forestry/​foris/​webview/​wmatlas/​index.jsp?siteId=5321&sitetreeId=25700&langId=1&geoId=0

38http://www.glomis.com/​ GLOMIS- : GLObal Mangrove database and Information System

39http://www.zhw1.info/​010ArchivesArticles/​010Art4LaMangrove.htm

40http://www.wcmc.org.uk/​marine/​data/​coral_mangrove/​marine.maps.main.html

Fiche 17. Les digues à mûrier en Chine du Sud

Nomenclature

41Le système des digues à mûriers est une forme d’agriculture complexe, dans laquelle l’étang et la plate-forme de culture sont des unités de production intégrées, le rendement de chacune d’elles étant supérieure à ce qu’il serait si elle était seule. Il associe la pisciculture, la culture de mûriers pour la sériciculture, la production de fruits et de légumes, la riziculture et l’élevage de porcs et de volailles. Il représente l’une des formes les plus achevées d’intensification de l’agriculture préindustrielle.

Localisation géographique

42L’agriculture intégrée est bien représentée et diversifiée en Chine et au Vietnam. En Thaïlande, elle est moins développée et plus récente. Mais il semble que le delta de la rivière des Perles, dans la province Guangdong (entre autres districts : Chunde, Nanhai, Zhongshan, Xinhui, Heshan), ait l’exclusivité mondiale de l’association du mûrier et des étangs piscicoles, du moins sur une superficie aussi grande (200 000 hectares environ). Le même système est pratiqué, sur de plus petites surfaces, dans l’est de la Chine. Dans les deltas du nord, les gelées endommagent les mûriers tandis qu’au sud, la chaleur limite la pisciculture. Par endroits, la crue est trop destructrice.

43Le delta de la rivière des Perles est une région de 12 000 km2 dans laquelle convergent de larges fleuves : Xijiang, Beijiang et Zhujiang. Il y a 900 ans, c’était une vaste zone marécageuse fréquemment inondée. Le delta se présente aujourd’hui comme un semis d’étangs de moins d’un hectare séparés par des terre-pleins d’une dizaine de mètres de large, le tout étant surplombé ça et là par de petites collines. Le sol alluvial est riche en matières organiques. La pluviométrie annuelle, principalement estivale, est de 1 200 à 1 800 mm. Ces fortes précipitations engendrent l’inondation des zones basses, aggravée par l’augmentation des ruissellements d’amont, suite à la déforestation. Le climat est tempéré avec des températures hivernales de 13 °C et estivales de 28 °C. La région est sujette aux sécheresses de printemps, aux pluies de mousson et aux cyclones l’été.

Conduite technique

44Le système est composé d’étangs dont la profondeur dépasse deux mètres, alternés avec de larges planches de culture qui surplombent l’eau à un mètre de hauteur. Les étangs et les digues occupent une surface équivalente avec un léger avantage pour les étangs (55 %).

45Les étangs sont creusés ou aménagés dans les zones basses inondées, en évacuant les boues sur les terres émergées voisines. Une application de chaux et de tourteau de thé qui apporte des éléments nutritifs, est pratiquée dans le fond des cuvettes puis elles sont mises en eau. Diverses espèces de carpes forment l’essentiel de l’empoissonnement et s’établissent en trois niveaux différents. Entre deux eaux, la carpe chinoise herbivore (Ctenopharyngodon idella) se nourrit des feuilles de mûriers et des déchets de magnanerie régulièrement rejetés. À l’étage supérieur, les carpes argentées (Carassius auratus) ou à grosse tête (Aristichthys nobilis) se nourrissent de plancton, lui-même alimenté par les déjections de toutes ces carpes, qui risqueraient sinon de polluer l’eau. Au fond, les carpes communes (Cyprinus carpio) trient les déchets et consomment les résidus des diverses déjections. Les poissons bénéficient au départ de la richesse des sols alluviaux, régulièrement enrichis par les eaux du fleuve et les infiltrations en provenance des terre-pleins. De manière additionnelle, ils sont alimentés par des tourteaux de soja et des déchets de toutes sortes produits dans les fermes installées sur les plates-formes. Peu de nourriture est achetée à l’extérieur et le rendement en poissons dépasse trois tonnes par hectare, ce qui en fait un élevage hautement performant. L’étang reste en eau toute l’année, les empoissonnements et les pêches étant pratiqués de façon échelonnée.

46Les terre-pleins sont plantés de mûriers (Morus alba) et de canne à sucre (Sacharum officinarum), placés sur des digues séparées. Les feuilles de mûrier sont récoltées sept à huit fois par an pour nourrir les vers à soie et le dévidage des cocons suit la même fréquence.

Delta de la rivière des Perles (province de Guangdong), d’après Ruddle et al., 1983.

47Les arbres sont remplacés tous les six à dix ans pour garantir une bonne production de feuilles. Les fermiers curent les étangs deux à trois fois par an et placent les boues fertilisées ainsi obtenues sur les planches de cultures. En plus des mûriers et des cannes à sucre, les paysans cultivent sur les terre-pleins des bananiers, des agrumes, des litchis, des fleurs et des légumes. Les légumes, cultivés toute l’année, bénéficient également des résidus fertiles issus de la culture de champignons et prospèrent sous les mûriers qui ont perdu leurs feuilles. De plus, des treillis sont tendus sur les talus au-dessus des canaux et supportent des cultures de melons et de concombres. Là encore, l’achat d’engrais minéral n’est pas utile et les rendements sont élevés. Les élevages de vers à soie, de volailles (poulets et canards) et de porcs, dont les excréments enrichissent également les eaux, sont menés sur les digues.

48Le bilan énergétique est très favorable du fait du recyclage des éléments nutritifs produits par les feuilles de mûriers, les déchets des vers, l’eau des filatures, les mélasses de sucreries et le lisier de porc. Un hectare de mûriers génère 240 kg de soie brute et un supplément de plus d’une tonne et demie de poisson. La carpe chinoise herbivore tient ici le rôle du ruminant de la polyculture européenne pour la transformation des éléments assimilables par les plantes. Enfin, les excédents de pluie sont drainés dans les canaux qui irriguent les plantes par capillarité en cas de sécheresse.

49Il existe aussi des complexes de digues à canne à sucre/étang piscicole, plus simples et moins efficaces que celui fondé sur le mûrier, ainsi que des systèmes à base de fruits ou de fleurs.

Histoire et société

50La première mention des digues à mûrier dans la rivière des Perles apparaît au ixe siècle, mais le système est peu développé. À cette époque, la forte complémentarité entre les élevages de vers à soie et de poissons n’est pas encore reconnue et le mûrier n’est pas la culture principale. Au Moyen Âge, la région est surtout réputée pour le frai récolté sur la végétation aquatique dans les bras des fleuves. Puis le delta bénéfice des premiers aménagements visant à drainer les marais. Les bras morts barrés facilitent la pêche à l’étiage, les digues pérennisent les étangs et le réseau devient suffisamment efficace pour autoriser des établissements à l’année. Les paysans pêchent et plantent des arbres fruitiers sur les digues. Ils écoulent facilement le poisson et les fruits vers la ville, par voie fluviale. Les agriculteurs cultivent aussi du riz pour leur propre consommation et commencent à implanter le mûrier sur les digues.

51Au xvie siècle, le commerce international de la soie est en pleine expansion et la demande en soieries devient très forte. Puis, toute l’exportation de la soie est interdite sauf à partir de Guangzhou (Canton). Dès lors, le delta de la rivière des Perles, déjà favorisé commercialement, saisit cette opportunité et étend ses surfaces de mûriers au détriment de ses arbres fruitiers. L’accumulation des déchets de la sériciculture autour des maisons pose bientôt des problèmes sanitaires majeurs. Les paysans se résolvent alors à les jeter dans les étangs et découvrent à cette occasion qu’ils profitent à leurs poissons ! Dès lors, il n’est plus nécessaire d’acheter les fourrages onéreux pour la pisciculture. Le système intégré fondé sur la culture du mûrier et l’étang à poissons vient d’être découvert et va se développer, engendrant dans toute la région une économie florissante.

Les digues à mûriers qui enserrent des bassins piscicoles relèvent d’un système artificiel traditionnel qui remonte à la Chine antique. Elles prospèrent dans le lac Taihu (province de Jiangsu) et dans le delta de la rivière des Perles (province de Guangdong).

52Malheureusement, dans les années 1930, la soie exportée subit le choc de la grande dépression et met en péril la prospérité de la zone qui survit néanmoins en complétant la traditionnelle sériciculture par l’installation de sucreries et le développement de la culture de cannes à sucre. Les systèmes canne à sucre/étang piscicole sont plus simples et moins efficaces que les systèmes à base de mûrier mais restent très performants. De nouveau, durant l’invasion japonaise (1938-1945), la sériciculture chinoise décline face à la concurrence des soies du Japon. Parallèlement, le prix du riz augmente fortement. Face à la montée du prix du riz qu’ils doivent acheter, ne le produisant pas, et à la baisse de leurs revenus issus de la vente de la soie, les paysans du delta abandonnent progressivement les étangs et leurs mûriers.

53Dans les dernières décennies, le retour de l’économie de marché a redonné un avantage à l’agriculture intégrée à faibles coûts et à forte intégration technique et commerciale. C’est le renouveau des systèmes mûriers/étangs piscicoles qui deviennent alors un modèle d’aménagement pour toutes les zones inondables. Depuis l’instauration du régime communiste, en 1949, jusqu’aux années 1980, une organisation rationnelle et scientifique tente de favoriser les interactions productives de l’industrie sucrière et des filatures. Par ailleurs, de nouvelles zones piscicoles se créent dans la région mais elles ont moins de terre-pleins, présentent donc moins d’interactions et sont moins performantes. L’usage d’aliments composés, l’achat d’engrais minéral, une meilleure protection sanitaire, des souches améliorées de poissons et un travail moindre améliorent les performances piscicoles. L’horticulture, à son tour, profite des avantages indéniables procurés par l’irrigation à partir des étangs. L’élevage du canard et du porc se développe et la récolte du frai naturel est toujours pratiquée. Les activités variées menées dans le delta exigent une main-d’œuvre abondante tout au long de l’année, ce qui procure des emplois et des revenus réguliers à de nombreux paysans.

54Les facteurs écologiques particuliers, l’ouverture de marchés lucratifs, la haute densité de population, l’évolution historique particulière et l’absence d’emplois alternatifs ont conditionné la réussite des digues à mûriers de la rivière des Perles. Aujourd’hui, le système devient « tendu », c’est-à-dire qu’il a atteint un degré de sophistication difficilement améliorable sans remise en question substantielle. L’introduction de nouvelles espèces, plus productives ou plus résistantes aux maladies, est difficile. Le recours aux pesticides est limité afin de protéger les poissons. Le passage à l’agriculture industrielle, ici chimique et génétique, conduit à une certaine spécialisation. De plus, depuis les réformes sociales entreprises en Chine dans les années 1980, le ménage doit assumer au quotidien la gestion des ressources productives. Des disparités dans la réussite, les revenus et les niveaux de vie des ménages risquent de déséquilibrer le système. Parfois, l’étang et la planche à mûriers sont gérés par différents propriétaires qui ne coopèrent pas nécessairement entre eux. La force de travail s’oriente vers les activités non agricoles générant des salaires qui comptent aujourd’hui pour près de la moitié des revenus de la paysannerie.

55Les avantages de la polyculture de climat tropical à forte densité de population en termes de répartition du risque, d’interactions biologiques positives (fertilisant, ravageurs) et d’étalement du travail ont amené de nombreux gouvernements à l’appliquer pour leurs propres paysans. C’est oublier les conditions historiques de leur exercice, des siècles de succès ne garantissant pas nécessairement celui d’aujourd’hui. Alors que dans la rivière des Perles, le système rencontre des difficultés, des systèmes de culture intégrée, rappelant le modèle des digues à mûriers, sont développés à petite échelle dans d’autres régions du monde par les organisations de développement agricole. Leur succès est espéré par tous mais non garanti.

Références

56Chan, 1985 ; Luo et Han, 1990 ; Luu et al., 2002 ; Marten, 1986 ; Pant et al., 2005 ; Ruddle et al., 1983 ; Ruddle et Zhong, 1988 ; Zhong, 1987, 1989, 1990 ; Zhong et al., 1997.

Fiche 18. Les étangs de la Dombes (France) (Laurence Bérard ; Philippe Marchenay)

Nomenclature

57La Dombes est le siège d’une agriculture d’étang singulière et localisée qui fait se succéder périodiquement pisciculture et céréaliculture sur une même surface. Les régimes de faire-valoir et les modes d’appropriation du sol, la diversité des utilisateurs du milieu, le système d’exploitation, l’organisation sociale, le poids des activités cynégétiques constituent les principaux paramètres qui déterminent le fonctionnement de ces étangs « cultivés » de façon extensive. Ici, le paysage présente la particularité de changer complètement de physionomie d’année en année, au fil des périodes d’eau et d’assec. Ce système hydraulique agro-piscicole est l’un des plus grands ensembles d’étangs continentaux exploités en France. L’origine et le sens du mot Dombes, difficiles à vérifier, continuent de faire débat. Le s final n’implique pas l’idée de pluriel, puisque les locaux disent « la » Dombes. Il est assez généralement admis que cette forme représente une désinence contractive du bas latin pagus dumbensis.

Localisation géographique

58La Dombes fait partie du département de l’Ain et se situe au nord-est de Lyon. C’est un plateau faiblement ondulé, légèrement incliné vers Bourg-en-Bresse, dont l’altitude moyenne avoisine 280 mètres. Ses limites sont bien marquées au sud, à l’est et à l’ouest, le plateau dominant les cours d’eau respectifs du Rhône, de la Saône et de l’Ain par des abrupts – les côtières – de 50 à 120 mètres de dénivelé. Au nord, les limites sont plus floues et le passage de la Dombes à la Bresse s’effectue insensiblement à la hauteur de Servas. La « Dombes des étangs », constitue le cœur de cette région originale. La Dombes administrative définie par l’Insee, comporte une trentaine de communes dont les plus importantes sont Chalamont, Villars-les-Dombes, Saint-Paul-de-Varax et Saint-André-de-Corcy.

59Il y a 250 000 ans environ, les invasions glaciaires ont joué un rôle important dans la constitution des paysages actuels. En effet, elles sont à l’origine, à la fois du relief peu marqué de collines morainiques et de la qualité des sols caractérisés par leur imperméabilité, due à une forte teneur en argile. La quasi-absence de pente et la nature des sols ont permis l’installation des étangs ; elles sont aussi responsables de la difficile mise en valeur des terres.

60Le climat est de type continental avec des hivers froids et des étés chauds, les brouillards sont fréquents. Dépassant le millier, d’une surface allant de 5 à plus de 100 ha, les étangs couvrent environ 11 000 ha, soit 10 à 12 % de l’occupation des sols en zone centrale, après avoir inondé jusqu’à un cinquième du territoire au xixe siècle.

Conduite technique

Circulation de l’eau et travaux du sol

61Les étangs de la Dombes sont avant tout – d’un point de vue historique et écologique – des plans d’eau peu profonds à vocation cyprinicole… Le savoir-faire s’est par conséquent organisé autour de la carpe jusqu’à nos jours.

62Ce système d’exploitation original fait alterner l’élevage de poisson pendant la période en eau (appelée évolage, du latin eve, l’eau) et la culture de céréales en assec, selon un cycle régulier. Traditionnellement, une année d’assec avec culture d’avoine était suivie de deux années d’eau. Aujourd’hui, maïs, avoine ou – plus rarement – blé sont cultivés, avec une nette tendance à l’allongement de la période en eau, d’une durée pouvant aller jusqu’à quatre ou cinq années.

63L’eau joue un rôle fondamental en Dombes. Tour à tour maudite, convoitée ou attendue, elle est à l’origine des réseaux parfois denses de fossés destinés à faire écouler les eaux en excès et à alimenter les étangs. Ces derniers se remplissent uniquement par les eaux pluviales qui ruissellent sur les bassins versants et par celles qui arrivent des vidanges ou des trop-pleins des étangs supérieurs. Chaque étang possède un fossé de vidange et un fossé d’arrivée d’eau. Les eaux superflues sont évacuées par l’ébie (trop-plein). Ces différents fossés communiquent très souvent entre eux et reçoivent les eaux « de terres », formant un réseau hydrographique d’une complexité variable selon la topographie, le nombre et la superficie des étangs. Les exploitants interviennent sur ce réseau en barrant ou laissant s’écouler l’eau, selon qu’ils en ont besoin ou non, à l’aide de « pelles » ou de barrages nommés ici « batardeaux ».

64Pour « faire un batardeau », on a recours au « clavage », opération que l’on retrouve souvent en Dombes. Il s’agit de malaxer de l’argile soigneusement choisie avec une certaine quantité d’eau de manière à obtenir un mélange imperméable. La terre clavée est également utilisée pour construire les digues d’étangs et colmater d’éventuelles fuites. La surveillance des chaussées et le repérage des « ratières » (fuites provoquées la plupart du temps par les rats musqués) sont d’autres tâches importantes, tout comme l’est le nettoyage régulier des grilles situées aux arrivées d’eau pour que l’eau ne soit pas stoppée par les feuilles lors de son écoulement. Certains travaux ne sont pas indispensables, mais prônés par les exploitants les plus attentifs. Pour améliorer la production, certains épandent des engrais dans l’eau, à partir d’un bateau ; toutefois, il est plus habituel de disposer du fumier en tas sur l’assec, avant la remise en eau à l’automne. Le faucardage est également pratiqué si nécessaire, pour limiter l’extension des végétaux aquatiques envahissants.

65La terre en suspension dans l’eau se dépose peu à peu dans le bief et la pêcherie ; au bout de quelques années d’évolage, il devient nécessaire de les curer pour dégager la boue qui gêne les opérations de pêche. Ces travaux s’effectuent aujourd’hui à l’aide d’un bulldozer ou d’une pelle hydraulique ; hier ils étaient effectués à la main ou avec la « pelle à bœufs ».

66L’étang temporairement asséché est cultivé au même titre qu’une terre, avec quelques soins particuliers : ainsi, les travaux d’assainissement préalables pour faire égoutter l’étang sont plus importants que ceux d’une terre ; une fois ressuyé, le sol d’étang doit « être pris à temps » car il sèche plus rapidement qu’une terre ordinaire. Le labour en billons bombés a longtemps été pratiqué ; le labour en planches l’est encore fréquemment s’il s’agit ensuite de semer de l’avoine ; ce sont des techniques complexes de travail du sol, autrefois adoptées pour toutes les céréales en Dombes. La culture d’assec, liée à de nombreuses contraintes sociales et techniques, est rarement rentable aujourd’hui et certains étangs sont simplement « retournés », voire fraisés au cultivateur rotatif puis laissés « à soleil ».

La Dombes des étangs dans le centre-est de la France.

La pêche

67Chaque année d’eau, les étangs sont alevinés, vidés puis pêchés à l’automne suivant. Tous les quatre ou cinq ans en moyenne, ils sont pêchés au printemps et laissés à sec, en général un été durant, pour être cultivés. Carpes, tanches, gardons, rotengles et brochets sont élevés dans les mêmes étangs, mais la carpe est la seule espèce à faire l’objet d’une production d’alevins séparée, dans de petits étangs de pose ou d’empoissonnage réservés à cet effet. On distingue traditionnellement les « feuilles » (alevins d’un été), les « panots » (alevins de deux étés) et les mères (terme désignant les géniteurs mâles ou femelles). Pour « empoissonner un étang », on compte en moyenne 120 panots, 10 kg de tanches, 15 kg de blanc (gardons et rotengles) et quelques brochets à l’hectare, mais ces chiffres sont ajustés par l’exploitant en fonction de la nature des fonds et de la qualité de l’eau.

Vidange de l’étang Bataillard avant la pêche. On distingue bien les chaumes du maïs cultivé lors de l’assec précédent. Saint-André-le-Bouchoux, hiver 2005.

68Phase la plus spectaculaire de l’évolage, la pêche se déroule à l’automne ou en hiver, voire au printemps lorsque l’étang est mis en assec. Elle a lieu tous les ans pour les étangs de pêche réglée (étangs marchands) et les étangs d’empoissonnage. La première phase consiste à « faire couler l’étang » : le thou (ouvrage muni d’une bonde, permettant de retenir l’eau ou de l’évacuer) est ouvert assez longtemps à l’avance et on règle le débit de manière à ce que l’étang puisse être péché à la date fixée. Il doit conserver alors la quantité d’eau nécessaire pour permettre au poisson de rester en vie, sans toutefois qu’un niveau trop élevé ne gêne les opérations. Le camion du poissonnier stationne sur la chaussée, le matériel est sorti. Deux équipes, une de chaque côté du bief (fossé creusé dans la partie basse de l’étang et orienté plus ou moins perpendiculairement au thou en direction de la queue d’étang), tirent le filet perpendiculairement en direction de la pêcherie. Le poisson est alors rassemblé dans le filet formant une grande poche. Les trieurs prennent place autour de la « gruyère » (table de tri allongée), les porteurs à côté des « filochons » (grosses épuisettes sans manche), remplacés de plus en plus par des caisses en plastique. Le « pêcheur » commence à sortir le poisson et à le déverser dans la gruyère à l’aide de l’« arvot » (large épuisette au long manche). Le poisson est rapidement trié et entreposé dans les filochons ou les caisses, enlevés au fur et à mesure pour être pesés sur la chaussée, puis reversés dans les cuves du camion-vivier. Un deuxième puis un troisième coup de filet seront donnés. Différents types de filets sont utilisés, chacun ayant une maille adaptée à la taille du poisson que l’on souhaite pêcher. Si l’étang est ensuite mis en assec, il faut sortir la totalité du poisson ; s’il est remis en eau, on « reverse » la quantité nécessaire de blancs, tanchons et filatons (petits brochets) en cours de pêche, derrière le filet, pour empoissonner. On laisse « un bon fond de pêche » avec le poisson resté dans l’étang. Le poisson est toujours vendu vivant. Une fois l’opération terminée, si l’étang n’est pas mis en assec, le thou est fermé et l’étang reprend l’eau.

Culture d’avoine dans un étang en assec. Au premier plan, le thou, puis la pêcherie, prolongée par le bief. La chaussée est traditionnellement plantée d’aulnes glutineux. Étang Renolly à Saint-Paul-de-Varax, juin 2005.

Histoire et société

69Le premier témoignage indiscutable de la présence des étangs en Dombes date du xiiie siècle. En 1230, selon M.-C. Guigue (1857), la charte de fondation de la Chartreuse de Poleteins fait état d’un étang donné par Marguerite de Beaujeu qui l’avait fait construire. Les étangs sont considérés d’ « intérêt public » au xve siècle. Il suffit dès lors d’être propriétaire d’un point bas et d’avoir les moyens pour construire un étang, en inondant au besoin les terres voisines. De ce droit d’inondation découle la dissociation de la propriété de la terre et de l’eau. Tout un ensemble de droits et d’usages s’instaurent, identifiant les droits et les devoirs respectifs des nombreux propriétaires et usagers de l’eau et du sol. Une première polémique vit le jour en pleine période révolutionnaire, associant les étangs au système féodal. Au siècle suivant, une seconde polémique, autrement plus virulente, se déroula sur le terrain de l’hygiène et de l’agronomie et faillit conduire à leur disparition. Le nombre des jours maigres qui inclut les quarante jours du Carême, les mercredis, vendredis et samedis jusqu’au xvie siècle, demeure important les siècles suivants. L’étang qui se pêche alors à cette époque constitue une source importante de revenus. La carpe, poisson très résistant, s’élève assez facilement.

70Aujourd’hui, la pisciculture, extensive, occupe une place à part dans l’agriculture dombiste. Une certaine inertie continue d’être observée, liée aux structures foncières impliquant des propriétaires peu concernés par la rentabilisation de leur bien. En effet, plus de 80 % des étangs sont exploités par des citadins, lyonnais pour beaucoup, par l’intermédiaire de gardes, de régisseurs ou de fermiers intéressés au rendement. La rentabilité économique est très variable selon les modes d’exploitation choisis. Les étangs exploités en fermage ou en propriété directe par des agriculteurs affichent des rendements souvent supérieurs. Les travaux d’entretien sont assurés dans le cadre de l’exploitation ; de façon ponctuelle, des améliorations sont apportées à la gestion de l’eau, la fertilisation, l’aménagement des étangs.

Après l’assec, le thou est refermé dès la récolte terminée ; l’étang « reprend l’eau » pour une année d’élevage de poissons. Étang Renolly, Saint-Paul-de-Varax, printemps 2000.

La chasse

71La chasse joue un rôle capital en Dombes. Associée à l’étang et à la grande propriété citadine, elle ne laisse de place ni aux sociétés communales ni aux associations locales de chasseurs. La location du droit de chasse s’est beaucoup développée depuis une trentaine d’années, perturbant l’organisation cynégétique dans cette région, en raison des prix élevés pratiqués. Ainsi, la chasse en Dombes concerne une classe aisée et citadine et exclut la majorité des Dombistes. En revanche, il existe un usage local, remontant vraisemblablement au xviie siècle, qui autorise les habitants de l’ancien arrondissement de Trévoux – l’actuelle Dombes – à pratiquer la « passe au gibier d’eau », ou « affût », sur tous les chemins communaux classés de leur commune. Cet usage fut à l’origine de tensions parfois très vives ; il est beaucoup mieux compris des propriétaires dombistes de longue date – connaissant les usages locaux et conscients de leur valeur symbolique – que des nouveaux venus ou des locataires de chasse voyant là une atteinte à la propriété. La « passe au canard » est le type de chasse le plus caractéristique ; le chasseur, posté sur la rive, attend le passage du gibier : morillons, milouins, colverts, chipeaux, souchets.

72Malgré des intérêts souvent divergents, il existe en Dombes un modus vivendi entre pisciculteurs, agriculteurs et chasseurs. La chasse n’a pas – comme en Sologne – éclipsé les autres activités, et il faut compter avec elle. Elle joue un rôle économique non négligeable et contribue, par les capitaux qu’elle apporte, au maintien de l’étang.

Entretien de la biodiversité et espèces invasives

73Ce mode original de culture extensive, par l’alternance des périodes de mise en eau et d’as-sec – cultivé ou non – engendre de la diversité biologique à différents niveaux. En effet, les pratiques d’exploitation mises en œuvre entraînent un rajeunissement cyclique de l’écosystème, créant en permanence de la biodiversité animale et végétale. Comme les étangs sont peu profonds et leurs rives en pente douce, des associations végétales aux exigences écologiques différentes s’installent, parfois le temps d’un cycle agro-piscicole : espèces de pleine eau, immergées, émergées, phytoplancton, etc. À leur tour, des espèces animales, zooplancton, insectes, invertébrés, mammifères et oiseaux investissent les lieux au fil des inondations et des assèchements temporaires.

Scène de pêche en Dombes. Dans le filet, le pêcheur prend le poisson avec son « arvot », avant de le déverser dans la table de tri, appelée « gruyère ». D’un côté, les hommes trient le poisson ; de l’autre, les porteurs attendent que les filochons soient remplis pour les transporter jusqu’au camion-vivier. Étang La Tour, Saint-Paul-de-Varax, hiver 2005.

74Jusque récemment, les prédateurs du poisson, notamment hérons et mouettes, ne provoquaient pas trop de dégâts et étaient tolérés tant bien que mal par les exploitants. Mais aujourd’hui, la pisciculture d’étang est très sérieusement menacée par l’invasion du grand cormoran qui prend des proportions inquiétantes. À cela s’ajoute la présence d’autres indésirables : des mammifères tels le rat musqué ou le ragondin, qui peuvent endommager les chaussées, ainsi que des poissons comme la perche soleil, le poisson chat et un petit poisson du genre Pseudorasbora qui entrent en concurrence alimentaire avec les espèces commercialisées.

Commercialisation et perspectives

75La dernière enquête nationale sur la pisciculture d’étangs française indique pour la Dombes une production moyenne brute à l’hectare de 240 kg, toutes espèces confondues (Le Quéré et Marcel, 1999), la production globale oscillant entre 1 000 et 1 400 t. Ce chiffre peut atteindre 400 kg chez certains exploitants, toutefois la tendance est sérieusement à la baisse depuis quelques années. La carpe représente 50 à 60 % du tonnage de poisson d’étang, soit 800 t en 2006 ; elle est traditionnellement vendue vivante en Allemagne, pays consommateur qui apprécie tout particulièrement la qualité de ce poisson élevé en extensif dans les zones piscicoles françaises. Toutefois, le marché s’est recentré sur la France, en particulier la région du Sundgau en Alsace. Un atelier de filetage existe depuis une vingtaine d’années en Dombes, absorbant partiellement la production ; la partie restante des carpes est vendue pour repeupler rivières et plans d’eau. Les autres espèces de poisson sont toutes commercialisées pour le repeuplement.

76Le prix de la carpe payé au producteur reste très bas, ce qui n’encourage pas les efforts d’innovation dans les méthodes d’élevage ! On observe quelques initiatives intéressantes : créations d’écloseries performantes pour la production d’alevins, développement de techniques d’apport de complément alimentaire, notamment avec nourrisseurs sur les étangs.

Au printemps, les étangs sont souvent couverts d’un tapis flottant de renoncules aquatiques en fleurs (Ranunculus aquatilis L.). Étang Bataillard, Saint-Paul-de-Varax, juin 2004.

77Les producteurs et les négociants développent actuellement un projet de valorisation de la carpe, et plus généralement des poissons d’étangs de la Dombes, à travers une indication géographique protégée (IGP). Cette démarche s’appuie sur tous les acteurs de la filière piscicole. Elle est amplement justifiée par les atouts dont bénéficie la carpe et qui marquent sa spécificité à travers son histoire, les modalités de son élevage, les relations que ce singulier système hydraulique agro-piscicole entretient avec le paysage.

Références

78Bérard, 1983, 1985, 1989, 1994 ; Bérard et Marchenay, 1981 ; Bossi, 1808 ; Egloff, 1937 ; Fléchet, 1967 ; Guigue, 1857 ; Lebreton, Bernard, Dupupet (dir.), 1991 ; Le Quéré et Marcel, 1999 ; Manceron, 2005 ; Perceveaux, 1962, 1972 ; Rivoire et Truchelut, 1881 ; Sceau, 1980 ; Truchelut, 1904.

Table des illustrations

Légende Aménagement traditionnel des mangroves en basse Casamance (Sénégal).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Coucher de soleil hivernal sur la Dombes (étang Petit Guerrier, Saint-André-le-Bouchoux, France, 2003).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Légende En Indonésie, le pasang surut a permis l’aménagement des marécages côtiers du sud de Kalimantan et de l’est de Sumatra.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Légende Organisation du handil (1 brassée ≈1,7 m).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Lot type, le long du handil.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Évolution de la plantation de rambutan.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Plantation en pasang surut à Kalimantan © P. Levang
Légende Handil, au départ simple fossé de drainage creusé à la bêche. Progressivement élargi et approfondi par le battement de la marée et les curages, le handil devient canal d’irrigation et de drainage, et le principal axe de communication.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Jeune plantation d’agrumes et rizière intercalaire. Année après année, les diguettes sont élargies au détriment de la rizière.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Plantation mature de ramboutan (Nephelium lappaceum). Au bout d’une dizaine d’années, la rizière a cédé la place à un simple fossé de drainage.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Légende Cocoteraie mature. De la rizière intercalaire ne subsiste plus qu’un fossé de drainage.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Légende Dans les mangroves en basse-Casamance, présence des digues mères et diguettes, bassins piscicoles et rizières endiguées.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende Aménagement traditionnel et construction de digues en terre pour l’exploitation rizicole et halieutique de la mangrove.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Légende Delta de la rivière des Perles (province de Guangdong), d’après Ruddle et al., 1983.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Les digues à mûriers qui enserrent des bassins piscicoles relèvent d’un système artificiel traditionnel qui remonte à la Chine antique. Elles prospèrent dans le lac Taihu (province de Jiangsu) et dans le delta de la rivière des Perles (province de Guangdong).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende La Dombes des étangs dans le centre-est de la France.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Vidange de l’étang Bataillard avant la pêche. On distingue bien les chaumes du maïs cultivé lors de l’assec précédent. Saint-André-le-Bouchoux, hiver 2005.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Culture d’avoine dans un étang en assec. Au premier plan, le thou, puis la pêcherie, prolongée par le bief. La chaussée est traditionnellement plantée d’aulnes glutineux. Étang Renolly à Saint-Paul-de-Varax, juin 2005.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Légende Après l’assec, le thou est refermé dès la récolte terminée ; l’étang « reprend l’eau » pour une année d’élevage de poissons. Étang Renolly, Saint-Paul-de-Varax, printemps 2000.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Légende Scène de pêche en Dombes. Dans le filet, le pêcheur prend le poisson avec son « arvot », avant de le déverser dans la table de tri, appelée « gruyère ». D’un côté, les hommes trient le poisson ; de l’autre, les porteurs attendent que les filochons soient remplis pour les transporter jusqu’au camion-vivier. Étang La Tour, Saint-Paul-de-Varax, hiver 2005.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Légende Au printemps, les étangs sont souvent couverts d’un tapis flottant de renoncules aquatiques en fleurs (Ranunculus aquatilis L.). Étang Bataillard, Saint-Paul-de-Varax, juin 2004.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2860/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 516k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540