Version classiqueVersion mobile

Trente ans de lutte contre l’onchocercose en Afrique de l’Ouest. Traitements larvicides et protection de l’environnement

 | 
Laurent Yaméogo
, 
Christian Levêque
, 
Jean-Marc Hougard

Préface

Boakye A. Boatin

Texte intégral

1En moins d’une décennie, le développement durable est devenu le leitmotiv de toutes les actions de développement. Le développement durable ne signifie pas pour autant une protection aveugle et inconsidérée de l'environnement. Son but ultime est en effet de rechercher des compromis entre, d'une part, un développement dont l’objectif essentiel reste l'amélioration des conditions de vie des sociétés humaines et le bien-être de l’homme et, d’autre part, une bonne gestion de l'environnement et de ses ressources.

2Pour y parvenir ; il est parfois nécessaire de modifier le cours des choses. Car à côté des nombreux biens et services qu'elle nous prodigue (ressources vivantes, eau, sols, etc.), la nature est également une importante source de nuisances pour l’homme. Ainsi, diverses maladies sont le produit de la co-évolution entre l’homme et ses parasites, et personne ne remettra en cause la nécessité de les contrô1er. Tous ceux qui ont vécu près des fleuves africains il y a quelques décennies se souviennent des nombreuses endémies qui sévissaient dans des milieux naturels encore peu modifiés par les activités humaines. Certaines de ces endémies perdurent encore, mais nous sommes en mesure aujourd’hui, dans la majorité des cas, d’en contrôler l'extension et la virulence.

3Le contrôle d'une endémie parasitaire comme l'onchocercose s'est inscrit dans une perspective de développement durable. Il n’était pas acceptable que les populations vivant dans les vallées fertiles continuent à souffrir de cette maladie, ou soient contraintes par la cécité de se replier sur des terres pauvres et arides. À partir des années 1970, la sécheresse persistante, s'ajoutant à la croissance démographique, imposait aussi de rendre à l'agriculture les terres riveraines irrigables infestées pour accueillir les populations de paysans chassées des terres desséchées. Tous les moyens technologiques disponibles ont donc été mis en œuvre pour lutter l’onchocercose. Cette lutte a été dirigée contre son vecteur une simulie, puis son parasite. La stratégie première de lutte consistant en un contrôle chimique des larves de ce vecteur dans les gîtes larvaires des rivières, il a fallu parallèlement s’attacher à la préservation de l’environnement aquatique qui fournit aux sociétés riveraines l'eau et des ressources biologiques. C’est dans cet esprit qu'a été lancé le programme de lutte contre l’onchocercose en Afrique de l’Ouest (Onchocerciasis Control Programme in West Africa : OCP).

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search