Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agricultures singulières

 | 
Éric Mollard
, 
Annie Walter

Partie 1. Maîtriser l’eau

Chapitre 3. Surélever les cultures

Texte intégral

Marais de l’Akagera au Rwanda.

1Les États ont asséché des marais en y aménageant un exutoire associé à un réseau de fossés de drainage. Mais dans beaucoup d’endroits et à toutes les époques, des paysans ont assaini les marais en réalisant des aménagements qui embrassent une gamme complète de dispositifs du plus élémentaire au plus sophistiqué. Un grand nombre d’entre-eux alternent des planches de culture exondant les racines des plantes avec des canaux drainant la parcelle. Ils sont l’objet de ce chapitre.

2Il est parfois délicat de différencier une culture drainée, d’une culture en planches surélevées, intercalées à des canaux d’irrigation car tout se résume à une succession de planches et de canaux. Les dimensions des planches (longueur, largeur et hauteur) ainsi que la profondeur et la largeur des canaux varient en fonction de la topographie des lieux, de la configuration du réseau hydraulique et du type de plantes cultivées. On a bien montré qu’une même technique peut, sous des apparences similaires, répondre à des fonctions contrastées que seule l’analyse des pratiques, c’est-à-dire des manières et usages, peut éclairer (Sigaut, 1975). Dans ce cadre, l’hydrologie locale, l’histoire des aménagements, la périodicité des cultures et les objectifs de production poursuivis par les producteurs amènent à distinguer les différentes fonctions assurées par ce type d’aménagement. Plusieurs points sont à considérer.

3Tout d’abord, l’usage est saisonnier ou permanent. La culture saisonnière est liée à l’assèchement des canaux, à la survenue d’une crue ou bien, dans les pays tempérés, à l’été. Dans ce cas, les canaux ne sont pas en eau de façon permanente alors que dans les zones marécageuses ils le sont, permettant de cultiver à longueur d’année des plantes adaptées. On distingue ensuite les aménagements destinés en priorité à assainir un site de culture (les canaux sont toujours en eau comme dans les zones marécageuses) et ceux destinés à drainer les parcelles (les canaux sont saisonnièrement en eau comme dans le cas des ados ou camellones en plaine inondable). Enfin, on peut drainer à la fois le site et les parcelles. Ainsi, dans les zones de mangrove, la construction d’une digue séparant le site de la mer, permet un assèchement partiel des terres. Les parcelles sont ensuite drainées en creusant des canaux dans le substrat boueux. La riziculture de mangrove en Afrique ou la culture du taro dans les mangroves de Micronésie (Yap) sont de bons exemples de ce type d’aménagement. Dans les marécages situés à proximité des fleuves ou des lacs, il est aussi nécessaire d’installer des digues et des canaux de dérivation pour maîtriser les crues occasionnelles comme au Mexique (Tlaxcala) ou en Bolivie (waru-waru du lac Titicaca). Dans ces cas-là, les fonctions de drainage et d’irrigation se confondent et se succèdent.

4La diversité de ce type d’aménagement, fondé sur la succession de planches surélevées et de canaux en eau, reflète les adaptations locales, aussi la nomenclature est imprécise. Le terme de « billons chinois » est réservé aux gros billons élevés chaque saison dans les rizières. Quant aux dénominations anglophones et hispanophones : raised beds, drained fields, ridged agriculture, poldered fields, campos elevados, camellones, elles s’appliquent aussi bien à de simples ados et à des billons classiques pour l’irrigation à la raie qu’aux différents types d’hortillonnage. Seul le français semble disposer d’un terme particulier qui est un régionalisme picard.

5Dans ce chapitre, le terme d’hortillonnage est donc réservé à des planches de culture surélevées, de 80 cm de hauteur minimum, permanentes et séparées par des fossés parallèles ou des canaux disposés à angle droit, en eau toute l’année, dont la fonction de drainage est primordiale, la fonction d’irrigation y étant associée. On exclut donc des hortillonnages le groupe des simples ados construits en vallée inondable (comme dans les camellones sud-américains) ainsi que les systèmes fondés sur des planches de faible élévation supportant des cultures pour lesquelles aucune fonction d’irrigation n’est mentionnée.

6En Europe, les hortillonnages se blottissent au cœur des villes, par exemple sous les cathédrales d’Amiens et de Bourges. On en trouve dans la campagne à proximité de Saint-Omer dans le marais audomarois et dans le marais poitevin. En Amérique latine, on retrouve des systèmes similaires en usage au Mexique (Tlaxcala) ou bien à l’état de vestiges en Bolivie sur les bords du lac Titicaca (waruwaru). Au Guatemala, les tablones placés dans les basses vallées ou les deltas sont des formes d’hortillonnage et leur présence est suspectée dans les zones marécageuses d’altitude. En Asie, il existe des hortillonnages très productifs en Thaïlande mais en Birmanie et au Vietnam, leur développement est encore limité. En Océanie, les grands aménagements situés dans les zones marécageuses et destinés à la culture du taro ou de la patate douce y sont assimilés. En Indonésie, les systèmes surjan à Java et pasang surut à Kalimantan sont en pleine activité. Mais s’agissant d’une conversion au cours du temps de tout un territoire, ils seront traités dans le chapitre 4. En Afrique, les fonds de vallée du Rwanda sont aménagés en hortillonnages, qui pourraient également exister sur les rives du lac Tchad. Trois exemples d’hortillonnage ont été retenus, parmi de nombreux autres : les jardins drainés cultivés en patate douce par les Dugum Dani de Papouasie-Occidentale ; les hortillonnages picards, à l’origine du terme, et les hortillonnages poldérisés de type thaïlandais.

fiche 11. Les camellones sud-américains (Pierre Gondard)

Nomenclature

7Depuis les années 1960, l’aménagement ancien des vallées saisonnièrement inondables a retenu l’attention des archéologues, des géographes et plus récemment des agronomes. L’alternance maintes fois répétée d’un champ surélevé et d’un fossé, la trace de canaux, parfois de digues ou d’autres terrassements, déconnectés de tout usage actuel, surprennent. On s’interroge sur leur origine, leur fonction, leur potentialité pour le futur.

8L’anglais les désigne sous les termes descriptifs suivants : raised field, ridged field, drained field ou encore ridge and furrow. L’espagnol « camellones », très répandu, est consensuel parmi les chercheurs mais peut signifier d’autres réalités pour les paysans d’aujourd’hui. Les termes de waru-waru et de pijal sont très localisés, ce dernier n’étant connu que d’une poignée de chercheurs. Le vocable castillan de « camellón » a lui-même au moins trois autres sens. Un premier renvoie aux traces que les pieds des mules laissent dans les chemins argileux des versants andins. La forme du modelé et la signification du mot sont proches de l’expression française « tôle ondulée » qui évoque bien l’image de l’alternance maintes fois répétée de creux et de bosses parallèles, comme il s’en forme aussi sur les pistes routières mal entretenues. Les deux autres sens sont agricoles : celui de « rang butté » apparaît dans un texte des Relations géographiques des Indes de 1582, et celui de « monticules de terre artificiels » créés dans le lit majeur des oueds (quebradas) est utilisé par les habitants de la zone sahélienne au nord du Pérou.

9À l’article Camellón, le dictionnaire de l’Académie royale de la langue espagnole renvoie simplement au mot « caballón » qui lui est défini comme « la terre entre deux sillons », « la terre levée pour butter les légumes » ou encore « en irrigation, [la terre] que l’on place pour contenir les eaux ou les orienter ».

10Le terme « caballón » est homonyme du provençal et du languedocien « cavalhon ». Le même phonème est passé en français sous la graphie « cavaillon » (Petit Robert). Sa signification actuelle est singulièrement plus étroite qu’en espagnol. Le mot n’est plus employé qu’en viticulture pour désigner la tranche de terre qui subsiste entre les ceps après le labour, et que l’on ôte à la fin de l’hiver avec la décavailloneuse.

11En français, le terme ados paraît approprié, en particulier dans l’acception liée à l’assainissement du sol : « longue portion de terre bombée, de faible largeur (5 à 7 m) établie en vue d’un assainissement » (Larousse agricole) et par extension pour le drainage du site. La définition reprend à la fois le modelé et la fonction essentielle du camellón. C’est donc la traduction que nous adopterons, à la suite de Morlon (1992-1998).

12Le terme waru-waru est unanimement utilisé au Pérou pour désigner les ados, alors qu’en réalité, il n’apparaît ni dans les dictionnaires aymara, ni dans les dictionnaires quechua anciens. Huaru est un suffixe aymara qui signifie haut et profond, ou bien un terme placé devant le mot qu’il qualifie pour signifier « nombreux ». Dans les dictionnaires de quechua, le même terme désigne tout autre chose, soit une construction sommaire permettant de franchir un cours d’eau, soit un terrain pierreux ou un tas de pierre. C’est donc dans la langue aymara, dont l’influence s’étendait jusqu’aux rives du lac Titicaca, qu’il faudrait rechercher l’origine du terme waru-waru.

13Le terme pijal, peu connu, est issu d’une langue aujourd’hui perdue, située au nord des Andes équatoriennes, avant la domination Inca (Caillavet, 1983). Il désigne les ados, mais renverrait plus au site de « terrain humide » qu’au modelé.

Localisation géographique

14Depuis les premières identifications dans les llanos (plaines) de Mojos en Bolivie, la vallée du fleuve San Jorge en Colombie et les llanos de l’Orénoque, les surfaces reconnues de champs élevés ont constamment progressé. L’observation systématique des quelques grandes plaines inondables, puis l’attention portée aux alentours des premiers sites signalés, ont permis de mieux mesurer l’extension réelle de ce type d’aménagement (tabl. 1).

Tableau 1
Évolution de la reconnaissance des surfaces aménagées en camellones au fur et à mesure des découvertes effectuées en Équateur, dans la plaine côtière du Guayas et dans les vallées intra-andines du nord du pays.

15Au fur et à mesure que les recherches progressent, le nombre des sites reconnus et les superficies mesurées augmentent. L’extension des surfaces aménagées serait, dans l’état actuel des inventaires, de l’ordre d’une dizaine de milliers de kilomètres carrés, dont 600 000 ha dans les llanos de Mojos en Bolivie, 200 000 ha dans la basse vallée du Río San Jorge en Colombie, et 82 000 ha autour du lac Titicaca, au Pérou et en Bolivie. Onze autres sites ou groupes de sites sont recensés (voir la carte).

16Qu’il s’agisse des savanes tropicales ou des altiplanos andins, tous ces sites ont en commun d’être localisés sur des terrains de très faible pente, souvent situés dans des bassins de subsidence au mauvais drainage naturel, soumis au rythme contrasté d’inondation et de sécheresse, suivant le rythme des saisons. La construction des champs surélevés dans cette situation de plaines saisonnièrement inondables ne laisse que peu de doute sur une fonction essentielle du façonnement, le drainage ; tous les auteurs s’accordent sur ce point. Il est cependant nécessaire de considérer séparément l’assainissement de la parcelle et le drainage du site, cette distinction fondant la différence avec les chinampas (les canaux sont toujours en eau).

1 Hertenrits
2 Makuxí
3 Karinya
4 Caño Guanaparo
5 San Jorge
6 Savane de Bogota
7 Guayas
8 Lac Titicaca
9 Llanos de Mojos
10 Guato
11 Lerma Valley
12 Nord des Andes équatoriennes
13 Lac Tolita (Équateur), Tumaco (Colombie)
14 Guyane française
Les sites de camellones dans les plaines inondables d’Amérique du Sud (d’après Denevan, 1970, complété par l’auteur).

Conduite technique

17La construction de champs surélevés au-dessus du niveau originel du sol, par accumulation de terre provenant du creusement des fossés adjacents, est abandonnée depuis longtemps. Les traces de ces aménagements sont pour la plupart passées inaperçues jusqu’à ce que l’observation systématique des photographies aériennes n’entraîne, à partir des années 1960, l’explosion de surfaces reconnues. Sur ces documents, la physionomie de la végétation varie entre le champ et le fossé, soulignant la persistance d’un micro-relief peu visible sur le terrain. On peut distinguer trois formes principales de champs surélevés : les plates-formes, les monticules et l’alternance maintes fois répétée d’un champ surélevé allongé et d’un fossé. Les plates-formes, bien qu’également entourées de fossés, se reconnaissent à leurs dimensions massives (25 m de large, 400 m de long et 15 à 60 cm de hauteur). Plus rares, les alignements de buttes circulaires de 2 m de diamètre ont également été décrits au Surinam, en Guyane et à l’ouest du Mato Grosso. Les champs surélevés qui alternent régulièrement avec les fossés sont plus étroits que les plates-formes, sans que l’on puisse sérieusement établir une dimension moyenne. Disons qu’elle se situe aux alentours de 6 à 8 mètres de large, avec d’énormes variations d’un site à l’autre et sur un même site, mais n’atteint que rarement les 20 m. Les longueurs les plus fréquentes mesurent quelques dizaines de mètres, bien que celles supérieures à 100 m ne soient pas rares. Les hauteurs actuellement observables sont généralement modestes, de l’ordre de quelques dizaines de centimètres.

Camellones préhistoriques en lignes, Llanos de Mojos, Amazonie bolivienne.

18L’observation aérienne permet de relever différents modèles d’organisation structurant les ensembles de champs surélevés. À la suite de plusieurs auteurs, on reconnaît :

  • un modèle « aligné » : les champs étroits (7 à 8 m de large) et longs (jusqu’à 500 m) sont placés perpendiculairement à la pente ;
  • un modèle « riverain » : les champs sont disposés perpendiculairement au lit du fleuve ou aux canaux dans lesquels débouchent les fossés ;
  • un modèle à « endiguement irrégulier » : plusieurs champs sont ceints par une digue ;
  • un modèle « en échelle » : les champs grossièrement alignés mesurent de 15 à 25 m de large et de 30 à 70 m de long ;
  • un modèle « en damier » : des groupes de 4 à 20 champs, de 5 à 20 m de large et 2 à 40 m de long, sont disposés perpendiculairement les uns aux autres ;
  • des modèles « en éventail », « en arête de poisson », « en pelure d’oignon » regroupant plusieurs champs de forme semi circulaire et s’apparentant probablement à une variante du modèle « peigné » (Smith et al., 1968) ou aux « champs courbes » (Patiño, 1998).

Avantages

  • Dans des zones de faible pente et de mauvais écoulement naturel on élève le niveau du champ au-dessus de celui de la crue. Les quelques dizaines de centimètres exondés suffisent à assainir le sol et éviter l’asphyxie des plantes, qu’il s’agisse des tubercules andins ou du manioc des basses terres, tous très sensibles à un excès d’humidité.
  • Par ailleurs, il est possible que le modèle d’organisation de ces champs corresponde à différents objectifs de gestion de l’écoulement de l’eau. Ainsi, le modèle « riverain » ou « linéaire » favorise l’évacuation de la crue. Le modèle « en damier » freine la circulation de l’eau et tend à retarder son écoulement, le site étant lui-même drainé par des canaux qui longent ou parfois traversent ces champs.
  • La prolongation de l’humidité (de durée variable suivant les années), au-delà de la saison des pluies ou pour étendre une crue trop faible, peut être également recherchée. En effet, à trop se focaliser sur la période d’inondation on risquerait d’oublier que la sécheresse saisonnière constitue sous ces latitudes une limite aussi radicale de l’activité agricole que l’excès d’eau. Ainsi, dans la plaine de Cayambe un modèle « en damier » est entouré de digues en demi-lunes orientées, ouvertes vers l’amont, de telle sorte qu’elles devaient accumuler l’eau entre les champs élevés et non pas l’empêcher d’entrer.
  • L’eau assurant un rôle de régulateur thermique, les fossés permettent également de diminuer l’impact des gelées dans les hautes terres andines. Néanmoins, la diminution du risque de gelée n’était pas l’objectif premier des constructeurs de champs surélevés.
  • La régénération de la fertilité du champ surélevé était en grande partie assurée au moment du curetage des fossés par l’apport du matériel d’érosion, du limon et des végétaux décomposés qui s’étaient accumulés dans les drains.

Histoire et société

19Mis à part les quelques ados reconstruits par différents programmes d’archéologie appliquée au développement, la plupart des formes et des sites reconnus sont certainement antérieurs à la colonisation espagnole. Juan de Castellanos (1536) mentionne des chaussées, des traces d’habitat et de vieux champs surélevés (camellones) dans un secteur non précisé des llanos. Tout cela paraît déjà abandonné dans les premières années qui suivent la conquête. Fray Jacinto de Carvajal (1647) évoque également des façonnements en terre dans les llanos. La description la plus précise est celle du Père Gumilla qui observait, au xviiie siècle, une pratique curieuse des habitants de la savane (campos limpios) : avec les pelles… ils élèvent la terre (dans les endroits humides) de part et d’autre du fossé (surco), en recouvrant la paille et le foin avec la terre extraite d’un côté et de l’autre et ensuite ils sèment leur maïs, manioc et autres racines et partout beaucoup de piment.

20Il n’est cependant pas certain que l’observation du Père Gumilla s’applique à la construction d’un ados. Dans un premier article, Denevan date les camellones du Guayas de 500 apr. J.-C., ceux du Surinam de 700 apr. J.-C., et ceux de Barinas au Venezuela (Denevan, 1974), entre 1000 et 1400 apr. J.-C. Pour les aménagements du bassin du Guayas, Marcos (1982) s’appuyant sur les travaux de Parsons et Shelmon (1981) avance une date très ancienne des débuts du IIe millénaire av. J.-C. Pour ceux de La Tolita, au nord-ouest de la côte quatorienne, Tihay et Usselmann (1998) proposent 300 à 400 av. J.-C., pour le début des terrassements. Au nord du lac Titicaca, Erickson propose une première période de construction et d’utilisation entre 1000 av. J.-C. et 300 apr. J.-C., suivie d’un abandon pendant plusieurs siècles et une deuxième période de construction et d’utilisation qui débuterait vers 1000 apr. J.-C. et se poursuivrait jusque vers 1450, au moment de la conquête inca dans la région. Au sud du lac, les dates proposées par Kolata et rapportées par Bouysse Cassagne (1992) correspondent à l’époque de Tiwanaku IV (350-750 apr. J.-C.). Ces terres riveraines auraient été de nouveau en production entre 750 et 1100 apr. J.-C..

21Nous disposons donc, pour les ados du bassin Titicaca, d’une séquence géo-historique continue et cohérente pendant 2 500 ans, de 1000 av. J.-C. à 1450 apr. J.-C. Ces centres agricoles correspondent aux noyaux géographiques des sociétés qui se sont développées sur les rives du lac. Leur déplacement correspond aux migrations des centres de pouvoir : la culture Pucará au nord-ouest du lac, recouvre la première période d’agriculture sur ados datée par Erickson. La culture Tiahuanaco au sud du lac, pendant la période d’effacement du nord, coïncide avec la datation des ados du sud faite par Kolata. Le développement de Collas au nord-ouest du lac, après l’effacement de Tiwanaku coïncide avec la deuxième période d’agriculture sur ados datée par Erickson. Une telle coïncidence entre zone d’agriculture intensive et centres de pouvoir ne saurait être fortuite. Elle n’en est pas moins délicate à interpréter.

22La focalisation de l’observation sur quelques aspects techniques spécifiques de la production risque d’occulter l’intérêt d’un système complexe d’utilisation d’un milieu inondable ou humide, dont la production agricole n’est qu’un des éléments. Certains auteurs soulignent opportunément la complémentarité nutritive des hydrocarbones des tubercules, produits sur les champs surélevés, et des protéines, fournies par la pêche et la chasse (Plazas, 1981 pour la vallée du Río San Jorge et Erickson, 1986 pour les llanos de Mojos). L’existence des canaux artificiels permet l’élevage du poisson et facilite la pêche dans les zones éloignées des fleuves. Les voies d’eau sont aussi importantes pour les échanges.

23On a également remarqué que les camellones sont systématiquement groupés, par 4, 5 ou 6 (+ multiples ou sous-multiples). Grâce aux travaux d’ethnohistoire de Caillavet (1983) sur les débuts de la colonie, il nous semble que, dans le cas du modelé « en damier », l’unité foncière ne serait pas les camellones pris séparément mais les regroupements de ceux-ci. Ces petits « paquets » de camellones pouvaient donc composer les éléments de petites propriétés privées composées de parcelles dispersées.

24Il est aujourd’hui bien difficile de déterminer la quantité de main-d’œuvre nécessaire à la construction des camellones et de la population qu’ils pouvaient nourrir. Cette question se double d’une autre non moins redoutable : comment se fait-il que des sites si intensément aménagés soient maintenant quasi vides d’hommes ?

25Il est probable que l’aménagement n’ait pas été le fruit d’une décision soudaine de transformer du jour au lendemain quelques centaines ou quelques milliers d’hectares et donc que la construction des ados s’étale dans le temps. Suivant certains auteurs, elle aurait pu être réalisée progressivement au sein des groupes familiaux. L’entretien apparaît ensuite comme un processus cumulatif, beaucoup moins contraignant, bien que tout aussi nécessaire.

Camellones contemporains construits en 2000 et entretenus, El Pigual, Puyo, province de Pastaza, Équateur.

Camellones anciens réhabilités, bord du lac Titicaca au nord de Puno (Pérou).

26Il nous paraît cependant que plusieurs milliers d’hectares aménagés en ados ne peuvent être gérés par quelques individus ou familles isolées ; il y faut une coordination supérieure. On constate en effet que la plupart de ces aménagements ont été réalisés sur le territoire de sociétés dont on sait qu’elles avaient atteint un degré avancé de différenciation interne et d’organisation hiérarchique.

27Le va-et-vient de la construction/utilisation entre les sites du nord-ouest du lac Titicaca et ceux du sud montre également des abandons définitifs ou temporaires, liés aux évolutions politiques locales. On peut ainsi associer les ados non seulement à la présence d’une population agricole suffisamment nombreuse pour les construire et les entretenir, mais encore à un certain type d’organisation sociale. Dépassant les seuls groupes familiaux, il repose sur des chefferies ou, dans certains cas, constitue des États centralisés.

28Les ados et autres terrassements spécifiques des plaines inondables ont traversé les siècles. Mais s’ils ont pu subsister jusqu’à nous c’est parce qu’ils s’inscrivent dans des zones de très faibles densités, soit régionales comme les Mojos ou le San Jorge, soit locales à l’intérieur d’haciendas. Dans presque tous les cas c’est l’élevage extensif, moins perturbateur du sol, ou les régions vides d’hommes, qui ont protégé les formes héritées d’une agriculture relativement intensive et d’une population nombreuse. Ailleurs les ados sont maintenant effacés par le labour ; la trace n’en subsiste plus que dans les photographies aériennes anciennes. Ce n’est pas le milieu qui a changé, mais la société qui le met en œuvre et construit des paysages… qui nous paraissent si naturels.

Références

29Bouchard, 1995 ; Bouysse-Cassagne, 1992 ; Caillavet, 1983 ; Denevan, 1970 ; Erickson, 1980, 1986 ; Gondard, 1984, 2006 ; Gondard et Lopez, 1983, 2006 ; Kolata, 1991 ; Morlon, 1992 ; Nordenskiöld, 1916 ; Parsons et Shelmon, 1981 ; Plazas et Falchetti de Sáenz, 1981 ; Rostain, 1991 ; Smith et al., 1968 ; Tihay et Usselmann, 1998 ; Valdez, 2006 ; Zucchi et Denevan, 1974.

fiche 12. Les jardins drainés des Dugum Dani de Papouasie-Occidentale1

Nomenclature

30Ce type de culture permet d’assainir un site mal drainé, en altitude comme en plaine, en creusant des canaux et surélevant des planches de culture de façon à contrôler la nappe d’eau et fournir aux plantes l’humidité dont elles ont besoin. La présence de l’eau évite aussi la prolifération des mauvaises herbes et entretient la fertilité du sol. Le paysage aménagé ressemble à un damier de plots cultivés séparés par des fossés toujours en eau. La technique s’apparente aux hortillonnages et s’adresse ici à la culture des tubercules : taro ou patate douce.

Localisation géographique

31La culture drainée a tout d’abord, et pendant longtemps, permis de cultiver le taro (Colocasia esculenta) puis a été adaptée à la culture de la patate douce (Ipomoea batatas (L) Lamk), introduite il y a environ 500 ans. Elle est répandue dans tout le Pacifique mais elle prédomine en Nouvelle-Guinée depuis les basses vallées encaissées jusqu’à 2 000 mètres d’altitude. Parmi les zones remarquables, citons les plaines marécageuses de la vallée de la Baliem, en Papouasie-Occidentale, aménagées par les Dani, les bords du lac Paniai où les Kapauku cultivent la patate douce, les cuvettes de la région de Tari occupées par les Huli, celles de la baie de Milne, les marais du plateau Nembi, ainsi que les vestiges archéologiques de Kuk dans la haute vallée de la Wahgi.

32On retrouve la culture drainée au Vanouatou, dans les vallées fermées du centre de Pentecôte et à Aneytium ; en Nouvelle-Calédonie ; aux îles Cook ; à Wallis et Futuna, dans les îles Horn ; à Fidji dans les zones de Lakeba, de Batiki et de Moala ; à Samoa ; aux îles de la Société ; à Tubuai et à Rurutu ainsi que dans certaines régions d’Hawaii.

33L’exemple développé ici est celui des grands jardins drainés où les Dugum Dani ont cultivé la patate douce. Leur territoire est situé à 1 650 mètres d’altitude dans les montagnes centrales de la Nouvelle-Guinée, autour de la vallée de la Baliem (Papouasie-Occidentale) qui mesure environ 60 km de long sur 20 km de large et se trouve entourée de hautes montagnes culminant à plus de 2 500 m. Elle est traversée par la rivière Baliem qui, en sortant des vallées escarpées, s’élargit et s’écoule lentement avant d’atteindre et de traverser les mangroves de la côte Asmat. C’est une zone marécageuse sillonnée de longues bandes de terre et de nombreux cours d’eau issus des montagnes avoisinantes. Le climat est très stable et ne présente que de faibles variations annuelles. Les pluies, estimées à 2 000 mm par an, sont plus abondantes en février et mars. Les températures oscillent entre 15 °C et 26 °C. Adossés aux montagnes et situés sur les premiers contreforts, les Dani font face à leurs jardins drainés implantés dans le fond de la vallée. Découverte en 1938 par l’expédition Archbold, la vallée Baliem comptait 50°000 personnes dans les années 1970. Elle s’inscrit dans une aire culturelle plus vaste comprenant en particulier les Dani occidentaux à l’ouest et les Pesegem au sud.

Conduite technique

34Le site se présente comme une succession de planches surélevées, entrecoupées d’un lacis de drains sans qu’il soit possible de repérer un modelé spatial particulier. Les canaux sont larges (2 m à 5 m), profonds (plus d’un mètre) et remplis de boues fertiles provenant de l’érosion des plates-formes et de l’accumulation de débris végétaux. Ils dessinent un véritable labyrinthe, isolant des planches aux formes variées, rarement rectangulaires comme c’est habituellement le cas dans ce type de culture.

35Des canaux secondaires croisent des canaux plus importants qui rejoignent à leur tour un cours d’eau ou une zone de drainage naturelle. Quelle que soit la forme ultime que revêt la surface aménagée, petite parcelle polymorphe soutenant des cultures mixtes ou grande parcelle rectangulaire pour la monoculture de la patate douce, la construction des planches surélevées et des drains est identique.

36À l’ouverture d’un jardin, les Dani défrichent une parcelle en commençant par abattre les petits arbres et les buissons puis en déracinant les plantes. Lorsque cette végétation a séché, elle est empilée puis brûlée. Le sol est ensuite retourné. Tout ce travail est effectué par les hommes à l’aide de haches, autrefois en pierre, et d’un bâton à fouir. Vient ensuite l’ouverture des canaux. En réalité, lorsque les Dani ont été découverts, ils menaient déjà une horticulture de drainage dans la vallée si bien qu’il n’était plus nécessaire de creuser les canaux, hormis dans certaines zones marécageuses périphériques non encore cultivées. Il faut néanmoins, chaque année, remettre les anciens canaux en activité après une longue jachère. En général, leur curage est fait par une équipe d’hommes qui reversent les boues fertiles sur le dessus des planches initialement débroussaillées. Ces boues sont ensuite étalées avec soin sur toute la surface.

La vallée de la Baliem en Papouasie-Occidentale.

37Les femmes prennent le relais et forment, à la surface des larges planches, des séries de petits monticules (40 cm de hauteur) au centre desquels elles plantent une ou deux boutures de tige de patate douce fraîchement coupée. Sur le pourtour de la parcelle, près des berges, les monticules sont creusés d’un petit trou dans lequel une bouture de taro est plantée afin qu’elle bénéficie tout au long de sa croissance des infiltrations d’eau venues des berges. La patate douce préfère les sols plus secs, c’est pourquoi elle est cultivée au centre de la planche. Puis des boues fertiles sont amassées sur tous les monticules. Les mois suivants, on désherbe et on coupe le sommet des grosses lianes pour qu’elles se ramifient. La récolte progressive des tubercules se fait durant plusieurs mois puis le jardin est abandonné aux porcs qui viennent déterrer les derniers tubercules pour s’en nourrir. La parcelle est alors mise en jachère durant quatre à cinq années, parfois plus.

38En raison de la stabilité du climat équatorial, il n’y a pas de saison particulière pour planter ou récolter, les planches surélevées pouvant accueillir différentes plantes ou, au contraire, être dédiées à une seule culture (patate douce). Durant les mois de fortes pluies, les canaux drainent l’excédent d’eau. Mais durant les mois plus secs, ils irriguent aussi les plantations. La parcelle surélevée a donc pour but de mettre les racines hors d’eau tout en garantissant une humidité suffisante. Les canaux ont aussi une fonction importante de fertilisation en concentrant une boue riche en éléments organiques. La hauteur des planches s’élève au cours des cycles de culture successifs par accumulation de ces boues.

39D’autres communautés de Papouasie Nouvelle-Guinée cultivent les zones marécageuses, selon une technique similaire à celle employée par les Dani, mais en y apportant quelques variations. La culture drainée revêt ainsi différents aspects en fonction des lieux, des époques et de l’objectif de production.

40Les Kapauku de Papouasie-Occidentale, qui cultivent aussi la patate douce, construisent des parcelles surélevées de forme rectangulaire entourées d’une grille régulière de drains. Les lits de culture formés en retournant soigneusement la terre et en l’amassant sont enrichis en engrais végétal (herbe, feuille, mousse) avant d’être cultivés. Après la récolte, les canaux sont curés et la boue ainsi prélevée est jetée sur le lit surélevé, préalablement enrichi d’une nouvelle couche d’engrais végétal. De cette façon, la parcelle peut être cultivée sans interruption durant de nombreuses années. Sur l’île Fréderic-Henri au sud de la Nouvelle-Guinée, on cultive le taro qui réclame plus d’humidité que la patate douce. Les vastes zones marécageuses sont rarement exondées et les planches cultivées sont faiblement surélevées (une cinquantaine de centimètres tout au plus) et très larges (6 m sur 100 m en moyenne). Elles sont désherbées, puis les herbes sèches sont brûlées et réparties sur toute la surface de la parcelle. Chaque bouture de taro est alors plantée, buttée à l’aide de terre recueillie dans les canaux drainés et recouverte d’herbe flottante. Dès que les feuilles du taro ont atteint une haute taille, le petit monticule est de nouveau recouvert d’herbe et de terre. Chaque plant butté est ainsi régulièrement enrichi de boues ou d’herbes coupées, la technique associant la culture drainée sur planches surélevées et le buttage. En saison des pluies, les plates-formes sont inondées et seuls les petits monticules surnagent, telles des îles minuscules. En saison sèche et une fois la récolte terminée, les monticules sont brisés et la planche est laissée en jachère au moins un an.

41Lorsque les boues ne sont pas assez fertiles, de l’engrais végétal est ajouté au sommet des planches, qu’il s’agisse d’herbes, de frondes de cocotier ou même de vieilles nattes de pandanus. Sur l’île d’Aneityum au Vanouatou, l’engrais composé de feuillages particuliers est déposé non pas au sommet mais à environ 50 cm de profondeur, puis la terre est amassée sur ces feuilles. L’avantage de cette technique est d’assurer une bonne irrigation souterraine, de reconnaître la profondeur jusqu’à laquelle le fossé doit être creusé et de garantir une fertilisation adéquate. Après la récolte le sol est retourné, fertilisé et régulièrement reconstruit en planches surélevées. Cet aménagement demande une abondante main-d’œuvre mais les rendements sont bons, avoisinant annuellement 30 à 50 t/ha.

Vue aérienne schématique des jardins drainés plantés de patates douces en Papouasie-Occidentale (d’après Heider, 1970).

Histoire et société

42À l’origine, la culture drainée a permis de cultiver le taro. Elle a été rendue célèbre par les découvertes archéologiques faites au site de Kuk dans les hautes montagnes de Papouasie Nouvelle-Guinée. Ce site a révélé que les ancêtres des Papous pratiquaient une forme d’agriculture, il y a plus de 9 000 ans, ce qui en recule considérablement l’origine dans cette région du monde. L’apparition du système de drainage est beaucoup plus tardive et date tout au plus de 2 500 ans avant l’époque actuelle. Il n’a pas été mené de façon continue au cours des millénaires. Pratiqué une première fois durant plus d’un millénaire, il a été interrompu durant quelques centaines d’années avant de reprendre plus tard. De nouveau abandonné il y a 1 200 ans, sans doute à la suite d’une éruption volcanique, il a été remis en vigueur il y a 250 ans. Par la suite, le système a été considérablement réduit et finalement abandonné. Durant de longues périodes, le drainage n’a donc pas été pratiqué, ce qui pose le double problème de son adoption et de son abandon.

43J. Golson (1981), qui a étudié le site en détail, a établi que l’agriculture de marais a pu être au cours du temps la composante majeure du système vivrier ou une composante mineure, largement complétée par l’agriculture sur défriche brûlis. Selon lui, il semblerait que le drainage ait été pratiqué chaque fois que des contraintes d’ordre environnemental n’ont plus permis une production satisfaisante de l’agriculture sur défriche brûlis, qu’il s’agisse des retombées d’une éruption volcanique ou de l’épuisement de la terre consécutif à des jachères trop courtes n’autorisant plus une régénération forestière correcte. Dès qu’une innovation technique est survenue (travail du sol, introduction de la patate douce, adoption de la culture sur billons fertilisés), pour rétablir une bonne productivité de l’agriculture sur sol sec, la culture drainée a été progressivement ou partiellement abandonnée. D’autres auteurs, comme N. Modjeska (1977), adoptent une thèse opposée, assurant que la rentabilité des jardins drainés de taro est telle, qu’ils n’ont été abandonnés qu’au moment où ils sont devenus impraticables (catastrophe naturelle, mauvaise maintenance, érosion trop forte).

Une équipe d’hommes retire des boues sédimentées au fond des canaux d’irrigation et les étale au sommet des planches de culture (Papouasie-Occidentale).

44Lorsque, peu avant le contact européen, la patate douce a été introduite en Papouasie Nouvelle-Guinée, la culture drainée des marais a été adaptée pour répondre aux besoins de cette nouvelle espèce qui préfère les sols plus secs.

45Quant aux Dugum Dani, on ne sait pas exactement quand ils ont investi la vallée de la Baliem et quand ils ont commencé à aménager leurs magnifiques jardins drainés. Ont-ils été, auparavant, des cultivateurs de taro ? Au milieu du xxe siècle, la société est organisée selon des groupes territoriaux et des lignées patrilinéaires. Il n’y a pas de chefs héréditaires ou élus mais des leaders qui émergent progressivement au sein de leurs communautés et que l’on appelle les big men. Les Dugum Dani s’inscrivent dans des réseaux d’échanges importants, le long desquels circulent les haches de pierre, le sel et les produits forestiers. Les échanges sont fréquents avec leurs voisins immédiats, consistant en produits d’artisanat, porcs et productions vivrières. Mais les Dani de la vallée restent en dehors de la modernité et montrent peu d’attrait pour les produits nouveaux, qu’il s’agisse du maïs, de l’évangile ou des soins de santé, pourtant largement acceptés par leurs voisins de l’Ouest. Ils restent des horticulteurs dont la subsistance est assurée par les grands jardins drainés et conservent leur système politique, social et religieux. Les jardins sont complétés par l’élevage du porc et par d’autres formes d’agriculture, jardins de défriche brûlis sur les versants où l’on plante surtout le taro et jardins de village où l’on cultive le bananier, la canne à sucre et le tabac. De larges portions de terre marécageuse appartiennent à quelques hommes qui la transmettent à leurs fils mais en distribuent l’usage aux membres de leur communauté. Néanmoins, les jardins appartiennent à ceux qui les cultivent, durant tout le temps où ils le font. La terre est suffisante et les disputes sont rares. L’horticulture est entièrement tournée vers la subsistance d’une communauté traditionnelle même si, au niveau individuel, des surplus sont produits pour assurer les échanges entre lignées et les fêtes.

Un gros tronc sert de passerelle pour traverser le canal d’irrigation séparant deux planches de culture (Papouasie-Occidentale).

46Aujourd’hui, la vie traditionnelle des Dugum Dani s’est profondément transformée et la culture des jardins drainés a considérablement décliné, sous l’effet de causes variées. La dépopulation initiale puis l’émigration ont diminué les forces de travail nécessaires à l’aménagement et à l’entretien des parcelles. L’augmentation plus récente de la population et la conversion des parcelles à l’agriculture commerciale (cacaoyer, caféier) ont accaparé les terres. Les perturbations sociales, au premier rang desquelles on place la disparition d’une autorité traditionnelle capable d’organiser les travaux d’aménagement et de faire respecter les modes d’utilisation de la terre, sont également invoquées. Enfin, des causes purement techniques existent aussi, parmi lesquelles on trouve les viroses végétales, les ravageurs de culture (Papuana spp.), le manque de boutures, la baisse de la fertilité des sols, des techniques mal maîtrisées par une population partiellement acculturée, le remplacement des cultures anciennes par des espèces nouvelles plus faciles à cultiver, l’adoption de nouvelles plantes alimentaires plus valorisées, les désastres naturels qui poussent les cultivateurs lassés vers d’autres formes de culture. Les causes de ce déclin sont complexes, générales à la Papouasie Nouvelle-Guinée et souvent spécifiques du cas observé. Actuellement, la vallée de la Baliem et ses habitants, qui s’intéressaient médiocrement au monde moderne, sont devenus une destination touristique. Ils ont conservé leur type d’habitat et leurs costumes mais ont perdu les savoirs et les structures sociales indispensables au maintien des grands jardins drainés.

Références

47Barrau, 1958 ; Bonnemaison, 1991 ; Brass, 1941 ; Buck, 1944 ; Curry, 1962 ; Di Piazza, 1990 ; Falanruw, 1993 ; Farrell et Ward, 1962 ; Golson, 1977 ; Golson, 1981, 1989 ; Gorecki, 1979 ; Handy et Handy, 1972 ; Heider, 1970 ; Modjeska, 1977 ; Pospisil, 1963 ; Purwanto, 1997 ; Serpenti, 1965 ; Spriggs, 1981.

fiche 13. Les hortillonnages picards (France)

Nomenclature

48Le terme hortillon date du xve siècle et dérive de l’ancien picard ortel (jardin) lui-même issu du bas latin hortellus (petit jardin). Plus tard, au xixe siècle, on trouve le terme d’hortillonnage (dérivant à son tour d’hortillon) et désignant tout à la fois, toujours en Picardie, des marais entrecoupés de canaux, où l’on pratique la culture maraîchère, et le mode de culture lui-même pratiqué dans ces marais. Celui qui cultive un hortillonnage s’appelle l’hortillonneur ou plus rarement, l’hortillon ou encore l’hortilloneux. Les canaux se nomment les rieux et les îlots d’alluvion supportant les cultures des aires.

49L’hortillonnage picard est de facture identique aux chinampas et aux hortillonnages thaïlandais traités plus loin. Ce sont des planches de culture de 0,80 m à 1,50 m de hauteur organisées en longues plateformes de 50 mètres à plus de 100 mètres de long et séparées entre elles par des canaux étroits toujours en eau. Comme au Mexique et en Thaïlande, le transport des producteurs et des outils, ainsi que l’acheminement des produits maraîchers vers les marchés urbains se font au moyen de barques à fond plat souvent relevées à la proue ou à la poupe (les barques à cornet d’Amiens).

Localisation géographique

50Les hortillonnages picards se localisent exclusivement à Amiens et dans les communes avoisinantes (Camon, Longueau et Rivery). Ce sont donc des zones marécageuses où on cultive des légumes, à la confluence de la Somme et de l’Avre. Aujourd’hui, les 300 hectares d’hortillonnages sont insérés dans le tissu urbain, à proximité de la cathédrale et de bien des résidences. C’est une région de canaux, d’étangs et d’îlots d’alluvion. Amiens, toutefois, n’a pas le monopole en France de cette technique agricole. On trouve aussi des hortillonnages à Bourges, nichés sous la cathédrale en plein centre-ville, en milieu rural comme dans le marais audomarois à proximité de Saint-Omer, dans le Marais poitevin et dans les marais bretons à l’estuaire des fleuves côtiers. Ces équipements dans l’ouest de la France ont toutefois rarement servi pour la production horticole. Nous n’avons pas pu identifier en Europe d’autres zones d’hortillonnages.

51Le climat d’Amiens, caractéristique du nord de la France, présente des étés frais et des hivers rigoureux, même si l’influence atlantique le tempère tout en accroissant la pluviosité. Les cultures sont donc faites au printemps puis en été, en irriguant. Les crues surviennent principalement en période humide, souvent au printemps. Avant leur régulation par les grands ouvrages, les petites rivières comme la Somme pouvaient présenter des crues particulièrement destructrices bien qu’elles bénéficiassent habituellement d’un régime régulier. À l’époque, ce risque élevé pousse les hortillonneurs à diversifier leurs activités, vers des emplois en ville, la culture d’autres terres exondées, l’exploitation de la tourbe, la pêche, voire la chasse aux cygnes telle qu’elle était pratiquée pour le compte des abbayes au Moyen Âge.

Conduite technique

52Les hortillonnages en France sont connectés à des rivières moyennes au débit d’étiage suffisant, dont la crue hivernale nettoie la terre de ses ravageurs (avant l’usage des produits de synthèse). Cette jachère en eau renouvelle aussi la fertilité des sols par le dépôt des limons et évite les années de « repos » autrefois nécessaires aux terres cultivées. Au fil du temps, les zones marécageuses ont été totalement aménagées par les hommes qui ont creusé les canaux de drainage, régulièrement fertilisé les planches de culture par les boues extraites et constamment consolidé les berges en utilisant des rondins de bois ou des planches (aujourd’hui des tôles). Il arrive parfois que des inondations catastrophiques aient lieu, comme ce fut le cas à Amiens en 2001. Dans ce cas, les plantations sont abîmées, les berges sont fragilisées et les producteurs accèdent difficilement à leurs parcelles, car le courant est trop fort. Si l’eau est l’outil de travail des hortillonneurs, l’excès d’eau en est la crainte permanente. Certaines des rivières ont été régulées par des digues, barrages et vannes, mais ce n’est pas le cas de la Somme ni de l’Yèpres à Bourges ou de l’Aa à Saint-Omer.

Les jardins picards dans les communes avoisinantes d’Amiens (d’après Larcher, 2005).

53La largeur des planches de cultures est de 4 à 5 mètres. À Saint-Omer, elle en fait le double car les producteurs ont comblé certains fossés pour donner davantage de surface à la culture du chou-fleur et des choux de plein champ. Mais ce type de stratégie doit être limité car, en bouchant trop de canaux, on s’aperçoit que le drainage devient difficile. La surface des canaux et fossés occupe entre le quart et le tiers de la surface totale. L’irrigation est pratiquée à l’aide d’un tuyau d’arrosage qui plonge dans le canal dans lequel est pompée l’eau. À Saint-Omer, ce sont des canons à eau qui sont utilisés.

54À Amiens, les quelques hortillonneurs qui continuent à cultiver pour vendre leur production se sont mécanisés et doivent donc transporter par barque leur petit tracteur sur chaque planche. À l’exception du producteur qui s’est spécialisé dans la production biologique, les hortillonneurs traitent leurs planches de culture de la même manière que sur la terre ferme avec une grande variété de productions pour alimenter les différents marchés de la région. Soutenus par l’association de sauvegarde des hortillonnages et les efforts de la municipalité, les hortillonneurs bénéficient d’aides pour acheter les planches libérées par leurs anciens propriétaires et peuvent ainsi agrandir progressivement leurs terres. Le maintien des berges qui, autrefois, était un labeur permanent et manuel devient un problème grave de nos jours car la mécanisation de cette tâche est difficile. Divers types de protection de berges ont été testés avec succès avec la préoccupation de ne pas porter atteinte au patrimoine paysager. Certaines plantes sont conseillées ainsi que des palplanches végétales.

Histoire et société

55La légende locale voudrait que Jules César ait mentionné les hortillonnages lors de sa conquête des Gaules. Plus sérieusement, les historiens voient débuter les hortillonnages au Moyen Âge, que ce soit de manière individuelle comme à Amiens ou par l’entremise des abbayes qui bâtissent des digues comme sur l’Aa. Les fameuses associations flamandes d’usagers, les wateringues, sont également mises en place à cette époque pour gérer collectivement l’eau et diminuer les conflits. En effet, l’eau est souvent en excès ou insuffisante si bien qu’elle occasionne de nombreux conflits entre les parties amont et aval ou entre les secteurs productifs. À Bourges par exemple, l’appropriation individuelle des usages aux dépens des congrégations ou des nobles conduit à des crises à répétition entre les meuniers, dont les besoins en eau sont constants dans l’année, et les hortillonneurs. À Bourges toujours, les centaines d’hectares d’hortillonnage se situent en plein centre-ville et occupent un espace revendiqué pour la création d’infrastructures publiques, de lotissements ou encore de zones commerciales. Les débats publics sont vifs, d’autant plus que les hortillonnages sont devenus de petits jardins privatifs sans réelle production agricole.

56Les hortillonnages urbains d’Amiens ne sont pas non plus exempts de problèmes. Le débat urbain est moins vif car des associations dynamiques gèrent et protègent ce milieu singulier.

Hortillonnage à Amiens (France).

57La fréquentation touristique est croissante depuis plusieurs années grâce aux visites, aux expositions organisées et à son marché sur l’eau avec barques à cornets. Par ailleurs, six ou sept agriculteurs produisent actuellement un maraîchage de qualité à destination des marchés et des grandes surfaces locales, en développant un label d’origine (les « Tchiots légumes »). Dans ces deux cas, comme pour les chinampas de Mexico, l’hortillonnage est incorporé dans le tissu urbain et est devenu un patrimoine soumis à des facteurs inédits qui peuvent conduire à leur perte ou à leur patrimonialisation. Menacés à Bourges où ils sont privatifs, ils semblent mieux protégés à Amiens où les associations de producteurs allient technique ancienne et label de qualité pour de nouveaux marchés. Florissants au xixe siècle, les hortillonnages ont failli disparaître mais ils pourraient être sauvés par leur label et par le tourisme. Ils sont en voie d’être classés Site d’Intérêt Mondial par l’Unesco.

Références

58Billaud, 1984 ; Devaux, 1984 ; Dubois, 1913 ; Larcher, 2005 ; Limouzin, 1994 ; Musset, sd ; Negre, 1983 ; Rattel, 1980.

59http://www.ac-amiens.fr/​lycee80/​lahotoie/​hortus/​bilaninter.html.

60http://www.patrimoine-defrance.org/​mots/​mots-acade-47-23341.html

Hortillonnage à Bourges (France).

fiche 14. Les hortillonnages thaïlandais (Éric Mollard)

Nomenclature

61Nous avons défini les hortillonnages comme des planches longues et étroites de culture surélevées par rapport à un réseau de canaux toujours en eau. La plupart du temps, ils sont utilisés pour des productions arboricoles ou maraîchères à plus haute valeur ajoutée que la culture des céréales. En Thaïlande, nous distinguons trois types d’hortillonnages : la planche basse pour l’horticulture avec endiguement individuel, la planche haute pour un verger avec endiguement individuel et la cocoteraie ouverte au battement des marées sur le littoral.

Localisation géographique

62En Asie, les hortillonnages se développent de manière spectaculaire sur les littoraux des pays ouverts au marché international, comme en Indonésie. En Thaïlande, la zone concerne le delta du Chao Phraya, plus particulièrement l’ouest du bas delta qui dispose des meilleures conditions d’approvisionnement en eau douce toute l’année. Comme on le voit, les deux conditions d’un marché dynamique pour les productions maraîchères et d’accès permanent à l’eau sont nécessaires.

63Le delta du Chao Phraya est en fait alimenté par plusieurs fleuves, dont le Chao Phraya au centre. À l’est, le Bang Pakong est alimenté par les collines relativement sèches de la frontière avec le Cambodge, ce qui conduit les eaux salées du golfe de Thaïlande à remonter assez haut dans le fleuve en saison sèche, empêchant de nombreuses cultures. Au contraire, à l’ouest, le Mae Klong est alimenté par la chaîne montagneuse bien arrosée qui fait frontière avec Myanmar. Les eaux salées sont complètement refoulées vers la mer et les eaux douces permanentes, qui restent sous l’influence des marées, sont le lieu d’origine des hortillonnages en Thaïlande.

En Thaïlande, la pratique de l’hortillonnage se concentre surtout dans le delta du Chao Phraya.

Conduite technique

64De nos jours, l’hortillonnage est créé sur une rizière avec des moyens mécaniques. Des entreprises privées se chargent d’ériger une digue de 1,50 à 2 mètres de hauteur autour de la parcelle qui couvre couramment 0,5 ha et peut aller jusqu’à 10 ha dans le cas de compagnies qui produisent des orchidées. Un système de pompe permet d’extraire l’eau de la parcelle. Les planches elles-mêmes sont érigées ensuite : les basses destinées au maraîchage sont créées manuellement pour que le sol reste meuble alors que les hautes pour les vergers sont élevées avec des moyens mécaniques. Cette artificialisation du terrain permet de s’affranchir des crues et de bénéficier d’eau d’irrigation en toutes circonstances. Il en ressort une variété extrême de productions depuis des haricots ou des melons relativement courants jusqu’aux vergers de manguiers, de litchis ou même à la vigne dont le raisin de table est exporté. Le système technique est complété par de petits bateaux-pompes poussés dans les fossés en eau de la parcelle pour irriguer, pour traiter les cultures ou pour emporter la production vers la ferme qui se dresse sur une plate-forme insérée dans la digue.

65Au sein de la parcelle hortillonnée, on retrouve la grande diversité des pratiques maraîchères. Par exemple, les haricots, la vigne ou encore les courges sont palissés sur des bambous qui enjambent les fossés. On trouve fréquemment un petit sentier avec rebord autour de la planche pour éviter l’érosion des talus et faciliter les opérations sur les plantes. L’irrigation peut se faire aussi par des systèmes d’asperseurs en PVC ou, pour la vigne, par des asperseurs fixes que l’on ne démonte qu’au terme de plusieurs années. Enfin, des filets de protection limitent les intrusions d’insectes pour les orchidées ou donnent l’ombrage nécessaire aux plants de coriandre.

66Pour les vergers, l’exploitation est plus simple une fois que les bananiers, pomme douce, papayer, etc. ont atteint leur taille adulte car l’irrigation n’est plus nécessaire. Les racines plongent suffisamment profondément dans la planche pour s’alimenter en eau et les canaux se couvrent de nénuphars car les bateaux-pompes ne sont plus nécessaires. En revanche, l’utilisation intense de produits de synthèse empêche d’élever des poissons dans les canaux. Au terme de plusieurs années de culture une inondation de la parcelle est réalisée sur plusieurs semaines pour éliminer les ravageurs. En ce qui concerne les cocoteraies littorales, les planches sont de factures identiques, mais la digue reste ouverte. En effet, le battement des marées renouvelle l’eau douce dans la parcelle. Elle est toutefois fermée en cas d’inondations ou bien d’intrusion d’eau saumâtre ou d’eau de mer. Le chevelu racinaire des cocotiers est tel que toute la planche doit être détruite et reconstruite lorsque les arbres, ayant été abattus, on veut procéder à une nouvelle plantation.

Histoire et société

67En Thaïlande aux alentours de Bangkok, les hortillonnages sont signalés par les voyageurs dès le xviiie siècle. À la fin du xixe siècle, c’est le tour des marais approvisionnés en eau douce par le Mae Klong (la rivière Kwaï du roman de Pierre Boule paru en 1952) et le canal côtier nouvellement creusé pour des raisons de commerce régional. La crue y est peu profonde, inférieure à un mètre, et régulière.

68Les producteurs entourent leur parcelle d’une digue pour se protéger des incursions d’eau de mer et des crues et pour allonger la période de culture. La submersion de chaque parcelle est mise à profit épisodiquement.

69Dans les années 1960, la Thaïlande régularise les fleuves par des barrages, ce qui donne aux riziculteurs la possibilité d’établir de nouveaux hortillonnages dans des zones plus éloignées. De nos jours, ils ne cessent de s’étendre pour répondre à la demande mondiale de fleurs, de légumes et de fruits. Les marchés flottants, devenus obsolètes, sont aujourd’hui le témoin touristique d’une agriculture paysanne de delta.

70La proximité d’un marché national ou l’existence d’une demande internationale conditionne l’activité horticole. Dans certains cas, l’État a été en mesure d’entreprendre et de gérer des équipements lourds d’aménagement de marais. En Thaïlande, les paysans étendent les hortillonnages en dehors de toute intervention publique si ce n’est les canaux de communication creusés entre les rivières du delta à la fin du siècle dernier et les barrages pour l’irrigation dans les années 1960, qui ont involontairement facilité le travail des paysans. L’exemple thaïlandais est également révélateur des conditions d’exercice des agricultures extensives et intensives. Par ses exigences en main-d’œuvre, l’horticulture familiale autorise l’exploitation d’un hectare, deux tout au plus. Elle est souvent considérée comme le résultat de la pression démographique qui se combine avec une demande maraîchère. En fait, la condition d’une forte démographie n’est pas nécessaire comme le montre la coexistence d’une riziculture extensive avec une horticulture plutôt intensive à la fin du siècle dernier dans le delta du Chao Phraya. Ce n’est pas non plus un facteur culturel comme pourrait le suggérer la partition entre une riziculture de crue par les Thaïs et le maraîchage par les Chinois. En effet, la différenciation ethnique des activités peut résulter d’une différence d’alimentation, de connaissances pratiques, de l’inclinaison au commerce (piment, oignon et concombres), de regroupement ethnique, de restriction dans l’accès à la terre, d’évitement des corvées auxquelles étaient soumis les Thaïs, d’une « monétarisation » et d’une articulation au marché différente. La controverse n’est pas close, mais les avantages économiques des deux systèmes étaient à l’époque équivalents.

Préparation des oignons sur hortillonnage (Banglen, Thaïlande).

Raisin de table sur hortillonage (Damnoen Saduak ; Thaïlande).

71Un hortillonnage n’est jamais totalement à l’abri d’une sécheresse ou d’une crue. En Thaïlande, les grandes crues consécutives de 1995 et 1996 ont détruit de nombreux vergers, en particulier les manguiers, protégés dans les hortillonnages. L’exhaussement des digues individuelles par des sacs de terre s’est accéléré après une intervention royale auprès du gouvernement. Sur le plan économique, la forte valeur ajoutée des productions horticoles conduit au remboursement rapide d’un équipement dont l’espérance de vie est quasiment infinie si le curage des fossés et le façonnage des talus sont régulièrement pratiqués. L’engouement pour l’horticulture et les hortillonnages repose aussi sur la décongestion des trésoreries paysannes. En effet, l’économie thaïlandaise a connu depuis 1980 une très forte croissance. Dans l’industrie, le commerce ou l’immobilier, les hommes d’affaires en quête de liquidités spéculent sur les terrains pour cautionner leurs emprunts auprès des banques. L’envolée du prix de la terre agricole a alors autorisé les nombreux petits propriétaires à emprunter pour s’équiper et améliorer les aménagements de leurs hortillonnages.

Barque équipée pour l’arrosage (Damnoen Saduak).

Références

72Choisy, 1976 ; Doras, 1996 ; Mollard, 1999 ; Takaya, 1987.

Notes

1 Ce texte a été rédigé, pour l’essentiel, à partir des travaux de Heider (1970). Aujourd’hui, les jardins drainés ont subi d’importantes transformations comme le montre Y. Purwanto en chapitre 11 (Wen hipere, jardin de patates douces en Papouasie-Occidentale).
Anciennement appelée Irian Jaya, la dénomination Papouasie-Occidentale a été adoptée en 2001 par le gouvernement indonésien pour désigner cette province qui, par la suite, a été scindée en deux provinces : Papua et Irian Barat.

Table des illustrations

Légende Marais de l’Akagera au Rwanda.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Tableau 1Évolution de la reconnaissance des surfaces aménagées en camellones au fur et à mesure des découvertes effectuées en Équateur, dans la plaine côtière du Guayas et dans les vallées intra-andines du nord du pays.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende 1 Hertenrits2 Makuxí3 Karinya4 Caño Guanaparo5 San Jorge6 Savane de Bogota7 Guayas8 Lac Titicaca9 Llanos de Mojos10 Guato11 Lerma Valley12 Nord des Andes équatoriennes13 Lac Tolita (Équateur), Tumaco (Colombie)14 Guyane françaiseLes sites de camellones dans les plaines inondables d’Amérique du Sud (d’après Denevan, 1970, complété par l’auteur).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Camellones préhistoriques en lignes, Llanos de Mojos, Amazonie bolivienne.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Camellones contemporains construits en 2000 et entretenus, El Pigual, Puyo, province de Pastaza, Équateur.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Camellones anciens réhabilités, bord du lac Titicaca au nord de Puno (Pérou).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende La vallée de la Baliem en Papouasie-Occidentale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Vue aérienne schématique des jardins drainés plantés de patates douces en Papouasie-Occidentale (d’après Heider, 1970).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Une équipe d’hommes retire des boues sédimentées au fond des canaux d’irrigation et les étale au sommet des planches de culture (Papouasie-Occidentale).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Un gros tronc sert de passerelle pour traverser le canal d’irrigation séparant deux planches de culture (Papouasie-Occidentale).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Les jardins picards dans les communes avoisinantes d’Amiens (d’après Larcher, 2005).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Hortillonnage à Amiens (France).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Légende Hortillonnage à Bourges (France).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende En Thaïlande, la pratique de l’hortillonnage se concentre surtout dans le delta du Chao Phraya.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Légende Préparation des oignons sur hortillonnage (Banglen, Thaïlande).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Raisin de table sur hortillonage (Damnoen Saduak ; Thaïlande).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 813k
Légende Barque équipée pour l’arrosage (Damnoen Saduak).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2859/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540