Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agricultures singulières

 | 
Éric Mollard
, 
Annie Walter

Partie 1. Maîtriser l’eau

Chapitre 2. Cultiver dans l’eau

Texte intégral

Le taro des marais (Cyrtosperma chamissonis) au Vanouatou.

1Les bords des lacs et des rivières ont depuis toujours attiré les hommes par leur richesse en plantes, en animaux, en poissons et en eau potable. Des communautés humaines parfois importantes ont bâti des cités lacustres. D’autres ont installé de véritables villages flottants sur les lacs, en vivant à bord de leurs bateaux. Mais bien peu ont pratiqué l’agriculture dans ces milieux aquatiques. Pourtant, on relève en différents endroits du monde des conduites agricoles qui y sont totalement adaptées.

2Mise à part la culture des plantes aquatiques telles que le cresson ou la châtaigne d’eau, elles concernent avant tout des espèces végétales qui poussent dans des eaux courantes peu profondes telles que le taro ou le riz. Le taro (Colocasia esculenta (L) Schott) pousse naturellement dans des endroits ombragés et humides ou franchement inondés à condition que les eaux ne soient jamais stagnantes. Il a été très tôt domestiqué par l’homme puis est devenu, dans la région Asie-Pacifique, une plante de base importante. Il est cultivé sur sol sec (en agriculture pluviale), sur sol humide (en agriculture drainée) ou carrément dans l’eau en le plantant dans le lit des cours d’eau ou en aménageant pour lui des bassins inondés. Cette dernière méthode, qui suppose l’élaboration d’un système d’irrigation complexe, est traitée au chapitre 9 (L’irrigation et ses fonctions annexes). Mais, en Mélanésie, on observe encore aujourd’hui des jardins de taro plantés dans les boues à l’émergence des sources, dans le lit des rivières ou sur les berges humides des ruisseaux. Ils sont utilisés en appoint des cultures principales et témoignent des premiers pas agricoles de l’humanité. C’est cette méthode que nous avons choisie de présenter dans ce chapitre (Taro en culture inondée). Le riz est une autre plante que l’on cultive directement dans l’eau. Certaines variétés poussent dans plus d’un mètre d’eau, leurs tiges s’allongeant avec les crues. Ces riz ont été autrefois largement cultivés sur les berges inondables, alimentant des populations nombreuses. Comme nous le verrons, le riz flottant est encore cultivé de nos jours, en Afrique et en Asie.

3Dans certains cas, un sol artificiel est totalement créé au sein des milieux hydriques de façon à obtenir de véritables parcelles de culture, sur lesquelles les plantes sont installées. Ces modes d’agriculture peuvent être très intensifs comme le démontre la culture sur jardins flottants. Ceux-ci reposent sur la création de radeaux constitués de matières végétales mêlées à des sédiments fertiles, flottant sur l’eau d’un lac. Dans certaines régions, ce ne sont pas les jardins qui flottent mais des étables ! En période de crue, l’Amazone s’élève de 15 mètres à Manaus et recouvre plus de 30 km de varzea. Cette forêt inondée pose des problèmes de logistique aux éleveurs des grandes fazendas car il faut trouver un endroit où parquer les troupeaux. Aussi, de vastes étables flottantes montées sur des radeaux ancrés, les marombas, montent et descendent avec le flot jusqu’à ce que les animaux puissent à nouveau paître en terre sèche. L’affouragement est résolu en prélevant les algues dans le courant.

4Un autre exemple est donné par le maa micronésien qui est un petit monticule construit en période sèche dans un bas-fond marécageux. Quand l’eau monte, seuls les taros qu’on y cultive surnagent, laissant croire à l’existence d’un jardin flottant. À des milliers de kilomètres de la Micronésie, les Mexicains ont jadis utilisé des techniques très proches de celle du maa pour aménager les chinampas, l’un des exemples le plus spectaculaire d’agriculture sur milieu humide. Elles sont constituées d’un sol artificiel végétal, comme celui des jardins flottants, mais le lac étant peu profond, elles sont fixées au sol comme les maa. De plus, c’est là leur particularité, elles sont permanentes et nombreuses, transformant toute la surface du lac en un paysage anthropisé luxuriant.

5Tous ces modes de culture assurent la sécurité alimentaire des communautés qui les pratiquent mais restent souvent complémentaires d’une agriculture plus importante. Les jardins flottants produisent un surplus commercialisable et s’intègrent dans des réseaux d’échange entre groupes ou communautés voisines. Les chinampas ont nourri la capitale de l’empire aztèque.

fiche 6. Le tarso en culture inondée (Annie Walter)

Nomenclature

6Le taro (Colocasia esculenta) a besoin de beaucoup d’humidité pour sa croissance. Il est généralement planté dans des clairières de forêt humide, sur des bas-fonds marécageux drainés ou bien sur des parcelles irriguées (voir Taro en bassins irrigués). Mais les cultivateurs profitent aussi de tous les espaces humides pour y placer quelques boutures et cultivent le taro sur de petits îlots de plantation situés aux zones d’émergence des sources, le long de berges humides ou au fil de l’eau. On cultive de la même façon le taro des marais (Cyrtosperma chamissonis (Schott.) Merrill). Cet ensemble de procédés est regroupé sous le terme de « culture inondée ». Nous la donnons en exemple car elle est sans doute l’un des plus anciens modes de culture pratiqué par l’homme.

Localisation géographique

7Des taros cultivés sur les berges ou aux zones d’émergence des cours d’eau ont été observés au Vanouatou. Cet archipel est situé dans l’océan Pacifique, entre 13° et 21° de latitude. Il est formé d’une vingtaine d’îles habitées et de nombreux îlots, au relief marqué et à l’activité sismique forte. Son climat tropical humide est soumis aux alizés du sud-est et la pluviométrie annuelle varie de 4°000 mm au nord à 1°500 mm au sud. Le taro est cultivé dans l’ensemble de l’archipel et les taros en culture inondée se rencontrent dans la plupart des îles. Ils peuvent être observés dans toute la zone de répartition actuelle de l’espèce, c’est-à-dire dans la zone tropicale, particulièrement dans la région Asie-Pacifique.

Terrasses aménagées dans le lit d’un petit ruisseau pour la culture inondée du taro (Vanouatou).

Conduite technique

8Au Vanouatou (île de Santo), on plante des taros sur les berges des torrents saisonniers, en début de saison des pluies, ou à longueur d’année lorsque le cours d’eau est plus stable. Ce type de culture est élémentaire mais efficace. Les taros sont simplement plantés au fil de l’eau ou dans les boues des berges humides. Quand les aménagements sont présents, ils sont temporaires et entièrement renouvelés après chaque récolte. Quelques terrasses grossières et de faible dimension, soutenues par un muret, retiennent les sédiments et l’eau. Une fois nivelées, elles accueillent des boutures qui sont irriguées en permanence par une eau claire. Ces parcelles fournissent un complément aux cultures principales de taro, préservent la biodiversité locale et procurent un aliment en cas de besoin.

Taro implanté dans le lit d’un petit ruisseau (Vanouatou).

9À Samoa, et sans doute ailleurs, les boutures sont aussi placées dans des trous creusés au bâton dans les boues bordant les cours d’eau. Quand son niveau augmente, l’eau remplit les trous et laisse en se retirant des sédiments utiles à la croissance de la plante qui pousse aisément dans des boues humidifiées ou inondées à condition que l’eau ne stagne jamais.

Histoire et société

10L’ancienneté de la technique remonte sans doute très loin dans la préhistoire, à une époque où l’homme est passé de la cueillette des taros sauvages à leur culture. Il a commencé par protéger puis multiplier la plante dans son habitat naturel, les berges humides, les sources et les bas-fonds. Au cours des siècles, ou plutôt des millénaires, la végéculture se développe, la société devient plus complexe, et les techniques de culture du taro évoluent, permettant l’aménagement de larges parcelles soutenant des sociétés plus complexes. Mais on continue accessoirement de planter des taros au fil de l’eau.

11Aujourd’hui, au Vanouatou, aucune communauté n’a le privilège de ce mode de culture et ces lopins sont surtout aménagés en appoint des cultures principales. Leur dimension et leur durée d’utilisation varient en fonction de l’importance de l’écoulement hydrique. Dans certaines îles, comme Santo, ces parcelles servent de pépinières dans lesquelles les différents cultivars existant dans la communauté sont regroupés et préservés. Certains sont d’abord testés dans les grandes parcelles puis conservés s’ils s’avèrent utiles. D’autres parcelles sont aussi plantées occasionnellement dans les cours d’eau des zones forestières, afin que chaque voyageur puisse s’approvisionner et prendre un repas rapide avant de poursuivre sa route. Elles assurent aussi une nourriture de secours quand les cyclones ravagent les jardins. La culture du taro inondé, peu développée, entre presque toujours dans des stratégies de gestion du risque et concourt très peu à l’alimentation quotidienne des communautés locales.

Références

12Bonnemaison, 1991 ; Matthews, 1995 ; Speiser, 1990 ; Spriggs, 1981 ; Stroebel, 1998 ; Walter et Tzerikiantz, 1999.

fiche 7. Le riz flottant

Nomenclature

13Il existe 22 espèces de riz (Oryza spp.) dont deux seulement sont des cultigènes : O. sativa en Asie et O. glaberrima en Afrique. La première a été domestiquée en Chine et dans le nord de l’Asie du Sud-Est, il y a plus de 7 000 ans, la seconde est apparue plus récemment, vers 1 500 avant J.-C., dans le delta du Niger (Mali). Ces espèces ont donné plus de 100 000 variétés adaptées à des écosystèmes différents. Parmi elles, il existe une variété de riz tout à fait originale dont les tiges flottent et s’allongent de 5 à 10 cm par jour en suivant la montée des eaux. Elles atteignent plus de 5 mètres, les feuilles et la panicule restant toujours en surface. C’est le riz flottant, dont la culture est l’une des plus insolites et se pratique dans plus d’un mètre d’eau. Elle se distingue de la riziculture menée dans les zones où la profondeur de l’eau n’excède pas un mètre. Cette dernière utilise des variétés de riz à port érigé et à allongement rapide, certaines pouvant d’ailleurs survivre à une courte submersion. Elle se distingue aussi des cultures de riz sur jardins flottants, menées sur des radeaux de végétation flottante et non dans le sol.

Localisation géographique

14En Asie, le riz flottant serait originaire du lac Tonlesap, situé dans la cuvette centrale du Cambodge. En saison sèche (décembre à mars), le Tonlesap est une vaste zone lacustre de 2 500 km2 dont la profondeur est en moyenne de deux mètres. Les eaux se déversent dans la rivière Tonlesap, rejoignent le Mékong à Phnom Penh au site des Quatre Bras, puis s’évacuent en mer de Chine. En saison pluvieuse (de mai à octobre), les grandes crues de mousson du Mékong peinent à s’évacuer dans le delta totalement inondé. Elles refluent dans la rivière Tonlesap, la forcent à inverser son cours et alimentent alors le lac Tonlesap. Le niveau de ce dernier s’élève à une hauteur de 15 m et sa surface augmente de quatre à cinq fois, inondant d’abord la ceinture forestière qui l’entoure puis les plaines situées en périphérie. Les eaux charrient de grandes quantités d’alluvions ainsi qu’une abondante vie organique. Ce phénomène particulier règle toute la vie animale et humaine de la région. Le riz flottant, à l’origine une plante sauvage, est cultivé sur toutes les terres inondables tandis que les rizières inondées ou irriguées sont placées à la périphérie du lac en pleine expansion.

15Le Mékong, quant à lui, termine son cours par un vaste delta qui couvre environ 20 % du territoire vietnamien. Les grandes crues du Mékong provoquent un fort alluvionnement dans cette région et inondent annuellement un tiers du delta. Les terres acidifiées et salinisées durant la période sèche, en raison d’une forte évaporation, sont lavées par les crues, dès les premières pluies de mousson. Le riz flottant est cultivé dans les eaux profondes sur les terres annuellement couvertes de plus d’un mètre d’eau, soit une zone potentielle de plus de 500 000 hectares.

16En Asie, on cultive encore le riz flottant dans les vastes cuvettes qui ponctuent les grands fleuves non endigués et leur delta (Chao Phraya, Ganges et Irrawaddy). On le retrouve donc en Thaïlande, au Bangladesh, en Birmanie, et à Sumatra.

  • 1 Les travaux de Thom et Wells (1987) servent d’appuis à la présentation de ce mode d’agriculture.

17En Afrique, c’est une culture importante du delta intérieur du Niger (Mali), à la confluence des fleuves Bani et Niger1. La zone, bien étudiée, présente elle aussi une succession de grandes crues et décrues. C’est une terre très plate et fertile d’environ 50 000 km2 qui se compose de plaines d’inondation, de bras morts et de lacs. Elle se divise, au sud en un delta vif sujet aux inondations annuelles et au nord en un delta mort de type lacustre. Dans cette région où la pluviométrie est comprise entre 200 mm et 600 mm, la crue permet de développer différents systèmes agropastoraux. Lors des grandes pluies saisonnières, d’énormes quantités d’eau sont déversées dans le delta vif puis s’écoulent vers le nord en inondant plus de 20 000 km2. Les lacs et les étangs de la zone lacustre sont alors remplis avant de se vider progressivement en saison sèche, au moment du retrait des eaux. Les lacs situés le plus au nord restent vides en années sèches. La superficie inondée varie notablement d’une année sur l’autre aussi la culture du riz flottant se pratique-t-elle essentiellement dans la zone toujours inondée du delta vif.

Les aires de culture du riz flottant au Cambodge (lac Tonlesap), au Vietnam (delta du Mékong) et au Mali (delta intérieur du Niger).
(Sources : Gourou, 1984 ; Thom et Wells, 1987)

Conduite technique

18Toujours fondé sur des variétés de riz à longues tiges, ce mode d’agriculture se pratique traditionnellement de façon similaire au Mali, au Vietnam, au Cambodge et dans les autres pays d’Asie. Ces variétés sont très sensibles aux variations des niveaux d’eau, elles sont asphyxiées par les crues impétueuses et se dessèchent quand l’eau est insuffisante. Néanmoins, elles permettent aux paysans de cultiver des terres totalement inondées et ont sans doute été progressivement sélectionnées et améliorées pour cet usage.

Troupeaux dans une bourgoutière du delta du Niger.

19Une paire de bœufs ou de buffles intervient aux premières pluies pour éliminer par un labour léger les chaumes non pâturés et nettoyer le sol. Le riz est très tôt semé à la volée afin que les jeunes pousses aient déjà atteint une hauteur de 30 cm quand la crue arrive. La montée des eaux ne doit être ni précoce ni tardive, progresser lentement et durer plusieurs mois. Une crue trop précoce emporte les jeunes semences. À l’inverse, une crue tardive ou inexistante provoque le dessèchement des jeunes pousses ou leur étouffement par les mauvaises herbes qui sont normalement noyées en début de cycle. Les deux premiers mois après le semis sont donc cruciaux pour la culture. Par la suite, l’élévation de l’eau ne doit pas excéder l’allongement journalier des tiges sous peine, là encore, de noyer les jeunes plants. Enfin, la crue doit durer au minimum deux mois pour obtenir l’élévation optimale des panicules.

20Comme on le comprend, la riziculture flottante est une technique délicate. Les paysans doivent prévoir chaque année, comme ils le peuvent, l’arrivée et l’intensité de la crue de façon à choisir la date du semis et la localisation des parcelles. Pour minimiser les risques, ils disposent de plusieurs moyens. Ils peuvent replanter les semences à partir de pépinières où le riz a été arrosé à la main, construire des digues de terre pour ralentir une crue précoce ou trop rapide ou au contraire freiner la décrue. Ces digues empêchent aussi certains poissons herbivores d’envahir les rizières et d’endommager les plants. Malgré ces fortes contraintes, la crue annuelle renouvelle la fertilité du sol, évite la jachère improductive, irrigue et élimine les ravageurs en plus des mauvaises herbes. La récolte est réalisée à la faucille, en pirogue quand la décrue est tardive, et requiert l’aide de saisonniers. Cette culture extensive n’utilisant aucun engrais donne des rendements relativement bas (1 à 2 t/ha au Vietnam). Mais la productivité du travail est remarquable et permet à une famille de mettre en culture une grande superficie et d’obtenir un surplus substantiel. Malgré tout, ce riz se cultive surtout au sein de petites exploitations. Si la surface disponible est plus faible ou si le marché n’est pas attrayant, la famille dispose alors de temps libre. Sa contrainte majeure est le caractère fantasque des crues.

Histoire et société

21En Asie, la culture du riz flottant est ancienne, comme en témoignent celles qui ont été pratiquées au Cambodge et en Thaïlande. Au Cambodge, la productivité de la riziculture flottante contribue à l’émergence du royaume Khmer (800-1432) dont la capitale, Angkor, est située à proximité de la rive nord du lac Tonlesap. L’aléa des crues du Mékong ne permet pas aux Khmers de dépendre uniquement de la riziculture flottante et la base alimentaire du pays est fournie par la riziculture inondée qui se développe à cette époque. Malgré tout, la riziculture flottante fournit des surplus importants, prélevés par le royaume pour nourrir son armée, alimenter sa capitale et soutenir sa puissance conquérante. Les aménagements hydrauliques nécessaires sont en partie assurés par le travail des producteurs soumis par le pouvoir à des corvées durant la morte-saison. Au xxe siècle, les Khmers rouges entreprennent, sans grandes connaissances, des travaux hydrauliques pour développer la riziculture irriguée, aux dépens de la riziculture flottante, ce qui engendre de graves perturbations écologiques et se solde par un échec. Aujourd’hui, le riz flottant est toujours cultivé dans le lac, en complément de la pêche et de la riziculture inondée. Mais le Tonlesap se comble progressivement. La sédimentation est intense, aggravée par la surexploitation des forêts inondables autour du lac. La population importante, concentrée dans des villages lacustres, déverse aussi de grandes quantités de déchets dans le lac qui contribuent à sa pollution.

22Au Vietnam, dans le delta du Mékong, la riziculture flottante est récente. Elle est introduite au début du xxe siècle dans une région où seul le riz pluvial est pratiqué, complété par la culture fruitière, le maraîchage et l’exploitation des forêts résiduelles. Le riz flottant s’ajoute très vite à la culture du riz pluvial, sans la concurrencer directement puisqu’il ne fait que récupérer des terres inondées inutilisables. En 1930, grâce au delta du Mékong, le Vietnam devient le deuxième exportateur de riz au monde. La culture du riz flottant poursuit son expansion jusque dans les années 1970. Mais l’introduction de nouvelles techniques d’irrigation permet alors aux paysans de cultiver toute l’année, y compris en saison sèche. Le système se transforme de nouveau et, progressivement, le riz flottant laisse la place à de nouvelles variétés de riz irrigué. Sa culture ne représente plus actuellement que 1 % du système de production global. Le delta du Mékong produit aujourd’hui 50 % du riz vietnamien, d’importants tonnages de poisson, des fruits, des légumes et de la canne à sucre.

Champ d’expérimentation agronomique sur riz flottant au Vietnam.

23En Thaïlande, les crues sont plus régulières dans les cuvettes naturelles autour de Sukhotaï et d’Ayuthaya. Le royaume a prospéré en comptant davantage sur la riziculture flottante que celui du Cambodge et n’a pas eu besoin, comme ce dernier, de mener des aménagements coûteux. La Thaïlande, à côté de la Birmanie, a été un exportateur précoce de riz et le pays n’aurait, dit-on, jamais connu de famines. Le roi Ramkhamhaeng a fait graver dans une stèle en 1292 : Il y a du riz dans les rizières et du poisson dans l’eau. Il soulignait ainsi la prospérité du pays et mentionnait le caractère hiérarchisé de la société où chacun doit tenir sa place. La riziculture de crue a pu, jusqu’à présent, être préservée, car les territoires concernés servent de tampon où sont dirigées les crues exceptionnelles pour protéger les grandes villes, comme Bangkok. Mais la multiplication des barrages jugule les crues et remet en cause l’utilité de ces territoires. C’est particulièrement le cas des fleuves internationaux, comme le Mékong, sur lesquels les pays amont édifient de nombreux barrages. Ceux-ci limitent les crues et régularisent l’étiage en saison sèche. Ils fournissent de l’hydroélectricité, de l’eau d’irrigation et participent au développement du transport fluvial. Mais une crue moins intense affecte les productions exceptionnelles de poissons et de riz du Tonlesap et réduira, dans une proportion mal connue encore, la capacité à dessaler les terres du delta.

Récolte du riz d’eau profonde dans le delta de Chao Phraya en Thaïlande.

24La riziculture de crue est également ancienne dans le delta du Niger et le royaume de Ségou a profité de la riziculture flottante, sans grand aménagement. Elle s’intègre aujourd’hui dans des systèmes de production à prédominance pastorale. Parmi les nombreux groupes ethniques qui composent cette région densément peuplée (35 hab./km2), les Peuls, majoritaires, pratiquent l’élevage et quittent le delta vif au moment des pluies. Tandis que les pêcheurs bozo et somono remontent le fleuve avec eux, en suivant le poisson, les Nono et les quelques Songhaï cultivent le riz flottant et le riz irrigué. À la saison sèche, les éleveurs et les pêcheurs redescendent au sud, les premiers pour mener paître leurs troupeaux sur les pâturages, les seconds pour pêcher. Dans la zone lacustre, les Bambara cultivent le millet. Les territoires ethniques sont en réalité fortement entremêlés et si les diverses activités, liées au contexte environnemental, permettent le développement de toute la région, les conflits sociaux ne manquent pas d’apparaître. Entre les éleveurs prédominants et les cultivateurs de riz, la lutte est souvent ouverte pour le contrôle des terres. Par ailleurs, la survenue des sécheresses et la croissance démographique engendrent des contraintes écologiques et sociales de plus en plus fortes qui tendent à déséquilibrer le système productif complexe de la région. Certains ont proposé de stabiliser les crues, mais cette solution risque de faire disparaître la riziculture flottante, ainsi d’ailleurs que les cultures de décrue, et menace directement la survie des communautés qui s’adonnent à cette pratique.

Vannage du riz après le retrait des eaux (Thaïlande).

25Comme ces quelques exemples le montrent, la culture du riz flottant est délicate et repose sur la gestion et la transmission des savoirs touchant à la plante et aux crues, alors que les aménagements sont réduits. Elle s’intègre dans des systèmes écologiques et agraires complexes. Elle implique aussi une adaptation des comportements humains, qu’il s’agisse de suivre les crues ou d’organiser un habitat adapté. Aujourd’hui, les techniques de culture du riz flottant ont peu évolué. Le tracteur remplace parfois les animaux de trait. L’utilisation de l’engrais, qui est emporté par l’eau, est impossible mais un traitement herbicide limite l’envahissement par les mauvaises herbes jusqu’à l’arrivée de la crue. La récolte reste souvent manuelle sauf pour les variétés dont l’épi parvient à se redresser après la décrue, auquel cas une moissonneuse-batteuse peut être utilisée. La qualité médiocre du riz et les faibles revenus générés ne permettent plus aujourd’hui de mener cette activité à plein-temps. Cette culture qui a permis jadis de fonder des royaumes paraît peu adaptée au monde moderne. Pourtant, bien qu’elle soit progressivement remplacée au Vietnam et menacée au Mali, on sème toujours à la volée des variétés traditionnelles. Vingt-cinq à trente pour cent des terres rizicoles, soumises à de fortes crues, sont encore cultivées en riz flottant. Pour un temps encore, l’esprit de la riziculture de crue est préservé.

Références

26Calas, 2006 ; Chamard et al., 1997 ; Chang, 1995 ; Gourou, 1972, 1984 ; Leng, 1987 ; Noray (DE), 2003 ; Son Dang Kim, 1998 ; Thom et Wells, 1987.

fiche 8. Les jardins flottants

Nomenclature

27On appelle jardins flottants des radeaux végétaux naturels formés par l’enchevêtrement des racines et radicelles de plantes aquatiques ainsi que des assemblages de faisceaux de roseaux ou de bois sur lesquels on dispose des boues et de la végétation coupée. Ils servent de planches de culture ou de pépinières. Les Chinois les nomment chia thien ou feng thien, les Birmans kywan : myo.

28Les chinampas de Mexico ou les hortillonnages près du marché flottant de Bangkok sont parfois dénommés jardins flottants, ce qu’ils ne sont pas, bien que certains auteurs estiment que les chinampas, dont personne n’a vu la construction, aient pu, à l’origine, flotter. Sur le lac Tchad, des îles flottantes naturelles servent aux pêcheurs, qui doivent se déplacer sous peine de s’enfoncer dans l’eau, mais là encore, il ne s’agit pas de jardins flottants.

Localisation géographique

29Les jardins flottants sont situés sur quelques grands lacs, en Asie, en Amérique latine et en Afrique. Au Myanmar, ceux du lac Inlé, décrits par les colons anglais, ont été redécouverts lors de l’ouverture des frontières. Le lac Inlé occupe le fond du bassin de Yaungshwe, situé dans la partie méridionale du plateau Shan qui l’encadre à l’est et à l’ouest. Le fossé d’effondrement dans lequel le lac se situe s’élève à environ 900 mètres d’altitude et jouit d’un climat subtropical d’altitude et d’une pluviométrie annuelle de 1 300 mm. Les températures sont froides la nuit et les brouillards fréquents. C’est un lac peu profond (5 m maximum), long (22 km) et étroit (3 à 6,5 km). Il est bordé au nord par des zones marécageuses, présente peu de fluctuations saisonnières mais s’engorge rapidement. La zone marginale du lac est garnie d’une végétation aquatique dense qui forme des îles flottantes finissant par fixer les alluvions apportées par les cours d’eau. Dans certains endroits, la plaine alluviale gagne ainsi progressivement sur les zones lacustres, le phénomène s’accentuant avec la propagation rapide des jacinthes d’eau. Les jardins flottants sont présents sur tout le lac mais plus abondants sur sa rive occidentale.

30Les jardins flottants du Cachemire sont moins connus. Ils sont pourtant nombreux sur les petits lacs de cette vallée, célèbre pour la beauté de ses paysages et la qualité de ses vergers. La vallée du Cachemire, dont le fond s’élève à 1 500 m d’altitude, est entourée des hauts sommets himalayens et s’étend sur 140 km. Son climat tempéré s’accompagne de neiges hivernales, d’étés chauds et de nuits froides. La pluviométrie est faible. De nombreux lacs, dont le lac Dahl, soutiennent des jardins flottants.

31Dans le sud de la Chine, les jardins flottants ont été présents sur la plupart des lacs, comme le lac Tien près de Kunming au Yunnan. Le lac Kasumigaura au Japon aurait peut-être également connu cette agriculture singulière. À Yap, en Micronésie, le taro est parfois cultivé sur de petits jardins flottants découpés dans la végétation de marais, qui se distinguent des maa. Au Mexique, il existe sur le lac Texcoco de petites parcelles flottantes utilisées comme pépinières avant le repiquage sur les chinampas.

Conduite technique

32Les anciens auteurs chinois ont distingué deux types de radeaux, les plates-formes en bois et les radeaux de roseaux (Zizania caduciflora ou Zizania latifolia selon les auteurs). Les premiers sont obtenus en tissant des bois souples jusqu’à obtenir une plate-forme flottante sur laquelle sont empilées des boues fertiles et des lianes de Zizania. Par ailleurs, les tiges et les rhizomes du Zizania s’enroulent les uns aux autres jusqu’à former, au bout d’un certain temps, un tapis épais qui flotte lors des crues. C’est dans ce tapis que les radeaux végétaux ont été directement taillés. Radeaux de bois et radeaux végétaux, amarrés au rivage, ont supporté des cultures de riz.

33En Birmanie (Myanmar), les îles flottantes sont actuellement construites dans des tapis de jacinthes d’eau aux racines enchevêtrées. Cette plante (Eichhornia crassipes) est d’origine brésilienne et semble avoir été introduite en Asie du Sud-Est, et au lac Inlé, dans les toutes premières années du xxe siècle. Elle représente en réalité une véritable nuisance, du fait de sa croissance rapide, de sa propension à s’enrouler, s’amasser et former de véritables nappes végétales épaisses, denses et infranchissables. De plus, ces dernières retiennent les alluvions et provoquent un retrécissement de la zone lacustre. Ces nappes flottent et bien vite d’autres espèces végétales s’y implantent (Phragmites spp., Typha sp. et même quelques Salix sp.). Le tapis aquatique, avec plus d’un mètre d’épaisseur, supporte à terme le poids d’un adulte qui peut le traverser rapidement.

Au Cachemire et au Myanmar, des planches de cultures maraîchères

34Les Intha qui peuplent les bords du lac ont su tirer parti de cette plante nuisible pour en faire un sol cultivable. Ces îles végétales appartiennent à tout le monde, et chacun peut en récupérer une portion et la marquer provisoirement d’un long bambou dressé. À la fin de la saison des pluies, la végétation est égalisée et brûlée pour alléger le chaland, puis, au moyen d’une grande scie, le jardinier et son assistant tranchent des bandes de 10 mètres de long sur un à deux mètres de large. Fermement arrimée à une pirogue, la bande est halée sur le lac et le long des canaux jusqu’à son emplacement définitif, près du village sur pilotis où elle est ancrée. Une fine couche de boue est prélevée sur les berges et au fond du lac au moyen d’un panier à très long manche, puis elle est mêlée à des algues et étalée sur le radeau. Les semences sont alors déposées sur ce lit fertile. Elles sont parfois protégées du soleil par un auvent végétal et certaines espèces sont palissées, y compris au-dessus des canaux qui séparent les jardins alignés en véritable flotte. De petites îles attachées près des maisons servent de pépinières et sont semées en une seule espèce. Lors du repiquage sur les îles flottantes, les plantes sont disposées seules ou en rangs alternés de deux espèces, par exemple oignon et piment ou aubergine et piment. Les opérations culturales se font en pirogues, l’irrigation des cultures étant assurée en enfonçant l’île sous le poids du fermier. Tomates, piments, aubergines, concombres, oignons, haricots et fleurs sont produits en saison sèche, époque de morte-saison pour la riziculture et de cours élevés sur le marché. La durée de vie de ces jardins flottants est de quelques années.

35Sur le lac Dahl, et autres lacs de la vallée du Cachemire, la technique du jardin flottant est similaire à celle du lac Inlé. On commence par couper des sortes de radeaux de plusieurs mètres de long, dans la végétation épaisse poussant sur les berges du lac. Puis ces radeaux végétaux, libérés du fond et des berges en coupant les dernières racines, sont halés jusqu’à un endroit propice peu profond. Ils sont alors fixés au fond du lac par deux pieux placés aux angles. Après quelque temps, la végétation continuant de croître, ils sont fermement fixés par les racines des plantes aquatiques. Ce sont donc des jardins flottants qui ne flottent plus vraiment. Sur ces radeaux alignés, les paysans aménagent de petites buttes de terre et de limon prélevés sur les berges du lac, puis y cultivent des légumes, tomates ou concombres principalement.

Le lac Inlé et ses jardins flottants (Myanmar).

36À Yap dans le Pacifique, la végétation de marais est coupée sur une petite surface, empilée puis brûlée. Un sillon est découpé tout autour de la parcelle ainsi préparée afin de la détacher de la végétation environnante. Toutes les racines qui la retiennent au fond sont également coupées de façon à obtenir une parcelle flottante. Terres et sédiments qui se trouvent sous la parcelle sont récoltés à la main et placés sur le radeau végétal pour empêcher la végétation de repousser. Les taros Colocasia et Cyrtosperma sont alors plantés sur ce jardin flottant, leur corme se développant vers le bas. Les taros ainsi produits sont sains et de bonne qualité.

Histoire et société

37Les Chinois ont pratiqué la culture du riz sur les radeaux flottants, en bois ou végétaux, depuis les dynasties Tang et Song (du viie au xiiie siècle). C’est donc une technique ancienne, qui avait régressé avant de réapparaître en Birmanie et au Cachemire, sans doute avec l’introduction de la jacinthe d’eau.

38Le bassin du lac Inlé est densément peuplé et comprend plusieurs ethnies. Les plus nombreux sont les Shan, suivis des Pa’o, reconnaissables à leur costume noir. Puis viennent les Intha, les Danu, les Taungyo, les Kayah et les Birmans. Les Shan, anciens résidents de la région, occupent les vallées rizicoles. Les Pa’o sont des arboriculteurs, et cultivent la mandarine et le café dans les endroits propices. Les Intha, fuyant la région de Tenasserim alors en guerre avec les Thaïlandais, arrivent dans le bassin du lac Inlé au milieu du xive siècle. Là, ils s’installent sur les berges du lac, dans des maisons sur pilotis. Ils sont aujourd’hui plus de 70 000. Les Intha sont étroitement associés au lac et à ses berges et se divisent en jardiniers des îles flottantes, groupés dans des villages lacustres au milieu du lac, et en riziculteurs et arboriculteurs des plaines alluviales, répartis sur les berges. Tous s’adonnent aussi à la pêche et pratiquent une ou deux activités artisanales, de très haut niveau. Le tissage de la soie et la construction des pirogues sont parmi les plus renommées. Cette spécialisation dans les tâches de production, en partie liée à l’implantation géographique de l’habitat, permet tout à la fois un négoce entre les différents groupes Intha et un commerce lucratif vers l’extérieur. On date mal l’ancienneté des jardins flottants. Ont-ils été inventés au moment de l’arrivée des Intha sur les bords du lac ? Ont-ils été développés par les Intha à cette époque, à partir d’une pratique antérieure des communautés Shan ? On l’ignore. Mais l’arrivée de la jacinthe d’eau, en offrant de nouvelles opportunités et en permettant aux jeunes ménages sans terre de s’adonner au maraîchage lacustre a sans conteste développé cette pratique et renforcé la division du travail entre les deux communautés d’Intha. Les plus démunis, ceux qui avaient peu ou pas d’accès à la terre ont su saisir cette opportunité et se construire ainsi une place au sein de la communauté.

Jardins flottants sur le lac Inlé (Myanmar).

39Avant la guerre indo-pakistanaise, la vallée du Cachemire est un lieu de villégiature pour sa fraîcheur estivale. La famille des Moghol, puis les hauts fonctionnaires de l’Empire britannique y trouvent refuge au moment des chaleurs brûlantes qui désolent le Sind et le Pendjab. Comme il est difficile pour les étrangers d’acquérir des terres, les Britanniques construisent alors de grands bateaux en cèdre dans lesquelles ils résident avec leur famille, durant l’été. La vallée a été pendant longtemps isolée et difficile d’accès ce qui a contraint la population locale, en pleine croissance, à assurer sa production alimentaire de façon autonome. Toute la terre arable est consacrée à la culture des céréales, le riz dans les plaines irrigables, le maïs sur les versants, l’orge et le mil en altitude. En raison des difficultés d’approvisionnement et des risques de famines, l’exportation du riz est interdite. On cultive aussi traditionnellement de nombreux arbres fruitiers, pommiers, abricotiers et poiriers dont l’exportation procure des revenus. La culture du mûrier pour l’élevage du ver à soie est active. C’est dans ce contexte que l’agriculture sur jardins flottants est mise au point, entièrement consacrée à la production de légumes frais. Parmi les neuf groupes ethniques qui peuplent la vallée du Cachemire, on distingue les riziculteurs des plaines alluviales, les plus anciens, et les Hanji, qui, comme les Inthas, occupent les lacs et leurs berges, s’adonnant au maraîchage sur les jardins flottants. Autrefois paysans sans terre vivant sur des bateaux, ils sont progressivement devenus des jardiniers performants vivant du commerce de leurs légumes et de leur pêche. Comme les Inthas, ils ont d’abord dû assurer leur subsistance en détournant à leur profit une plante a priori nuisible, puis au prix d’un lourd travail et de beaucoup d’imagination, ils ont ensuite trouvé une place enviable au sein du système économique régional.

Une femme transporte des poteries, produits de l’artisanat local, entre les planches des jardins flottants (lac Inlé).

40Les jardins flottants sont toujours associés à une population dense et viennent en complément d’une riziculture de plaine. Là où ils sont pratiqués, la société est divisée en groupes séparés menant des activités différentes et complémentaires, ce qui permet à l’ensemble des communautés de la région d’atteindre des niveaux de vie relativement élevés, comparés aux standards locaux. Le maraîchage de qualité produit sur les jardins flottants est donc une production commerciale ou d’échange, destinée à toute la communauté locale, le surplus abondant étant ensuite commercialisé vers l’extérieur. Mais l’accès aux ressources reste difficile. Harlan, un généticien américain qui voyageait en 1926 dans la vallée du Cachemire, à la recherche de nouvelles variétés de blé et de légumineuses, a signalé la menace régulière du vol pur et simple des plates-formes horticoles, difficilement identifiables.

41De nos jours, les radeaux en bois ont disparu et les jardins flottants disparaissent progressivement en raison de l’élimination agricole des roselières due à l’ouverture progressive des champs de culture et de la continuelle poussée démographique. À long terme, l’accélération des déboisements alentour contribuera à combler les lacs peu profonds et les pompages réduiront l’alimentation des nappes phréatiques. À court terme, le désenclavement des vallées desserre l’étau céréalier et les légumes sont maintenant cultivés sur la terre ferme. Les troubles politiques et la fermeture des frontières ont sans doute contribué à préserver l’essence des jardins flottants, mais les migrations rendent le mode de vie traditionnel moins attractif. Finalement, seul l’écotourisme est en mesure de préserver, sinon l’âme, du moins les formes originales de cette agriculture aquatique. Quant à la durabilité qui lui est attachée, est-ce qu’elle convient aux populations ? Aujourd’hui, plus de 30 000 personnes vivent sur le lac Dal et approvisionnent en légumes la région entière. Mais les jardins flottants génèrent des déchets végétaux importants qui concourent à combler un lac déjà asphyxié, sans parler de la pollution engendrée par les déchets de ces milliers de personnes. Elles-mêmes dénoncent les risques écologiques encourus et la disparition progressive d’un des plus beaux lacs du monde. Avec lui, les jardins flottants disparaîtront.

La végétation coupée est acheminée par barque et servira à la fabrication ou à l’entretien des jardins flottants (lac Inlé, Myanmar).

42Dans des zones radicalement différentes, au Bangladesh où les crues du Gange et du Brahmapoutre recouvrent le delta plusieurs mois par an, des programmes de développement ont tenté de promouvoir des jardins flottants faute de terres exondées.

Références

43Bruneau et Bernot, 1972 ; Falanruw, 1993 ; Harlan, 1926 ; Needham, 1984 : 120-121 ; Uhlig et Kreutzmann, 1995 : 202-203 ; YOU, 1991.

fiche 9. Le maa micronésien

Nomenclature

44Maa désigne à Puluwat en Micronésie un îlot surélevé en milieu marécageux. Il a été décrit sur des atolls micronésiens mais existe sans doute ailleurs, sous d’autres noms. Il représente un type de culture fondé sur l’aménagement de buttes dans des milieux inondables de très petite surface. Il peut être associé à des îlots flottants.

Localisation géographique

45Le maa est pratiqué à Yap et sur les atolls Puluwat et Ulithi qui font tous partie des États fédérés de Micronésie, ou Carolines. Mis à part Yap qui peut être considérée comme une île haute, ces États comprennent plus de 600 atolls coralliens d’origine volcanique. Ils se divisent eux-mêmes en quatre États : Yap auquel appartient l’atoll Ulithi, Chuuk où est situé l’atoll Puluwat, Pohnpei et Kosrae. La population totale s’élève à un peu plus de 100 000 habitants répartis sur seulement 64 atolls et sur Yap. Ce sont des terres basses composées de sable et de corail. Elles offrent une faible superficie de terre cultivable et sont le plus souvent divisées elles-mêmes en plusieurs îlots. Chacune a ses caractéristiques propres, en fonction de sa taille, de sa topographie, de son sol et de sa disponibilité en eau douce. Le sol constitué de carbonates de magnésium et de calcium, est pauvre en fer. Il est recouvert d’une couche d’humus d’épaisseur variable. Les pluies alimentent une lentille d’eau douce qui se forme au-dessus de l’eau de mer et se situe généralement au centre des plus grands atolls. La topographie générale d’un atoll comprend un lagon aux plages sableuses, un centre marécageux mais couvert d’humus et une périphérie caillouteuse. Le climat tropical s’accompagne de pluies abondantes (2 600 mm par an), survenant en ondées fréquentes, aussi la plupart de ces îles sont recouvertes d’une végétation assez luxuriante. Malgré tout, les plus petites d’entre elles sont vites affectées dès que la fréquence ou l’importance des pluies diminue. Les cyclones balayent régulièrement la région entraînant l’inondation des terres basses, la salinisation du sol, la destruction des jardins et des maisons et, autrefois, la famine. Les conditions de vie sur un atoll sont donc difficiles, pourtant des communautés humaines y vivent en cultivant toutes les parcelles disponibles dont les terres marécageuses centrales.

46Des modes de cultures similaires ont été décrites à Hawaii et à Fidji. Il est probable qu’elles existent ailleurs, dans l’aire de répartition des taros (Colocasia esculenta) et des taros de marais (Cyrtosperma chamissonis). Le maa et les systèmes apparentés décrits plus loin préfigurent l’aménagement des grands ensembles chinampas au Mexique.

Conduite technique

47Comme dans la plupart des Carolines, le taro est une plante prestigieuse à Puluwat et Ulithi, utilisée dans les cérémonies et les rituels. Sa culture réclame beaucoup de soins et de savoir-faire. À la saison sèche, on plante dans le sol d’une dépression plus ou moins asséchée, des troncs de cocotier et de pandanus (Pandanus spp.), de façon à former une cuvette grossièrement ovale, parfois rectangulaire ou triangulaire. Puis celle-ci est comblée progressivement d’ordures, de troncs et de végétation en décomposition récoltée dans les jachères et les anciens maa, de façon à obtenir une hauteur de 1 m environ dont la moitié supérieure est constituée d’un sol artificiel friable et organique d’environ 50 cm d’épaisseur. Les côtés sont garnis de demi-noix de coco et de frondes de cocotier tressées, pour maintenir le sol en place et par souci esthétique puis le sommet est couvert de terre et de boue. À la fin de la saison sèche, on plante le taro ou le taro de marais sur ces îlots, séparés les uns des autres par des canaux de drainage de 1,5 m de large. Lorsque les pluies surviennent et comblent la dépression, ils semblent flotter sur l’eau.

48Certains auteurs ont décrit à Hawaii, une technique de culture drainée apparentée au maa. Elle est menée dans des zones marécageuses couvertes de broussailles (Sida fallax). Celles-ci sont coupées et empilées jusqu’à former un plot de forme ronde ou ovale généreusement recouvert des boues retirées du marécage environnant. Ou bien, lorsque les roseaux sont de grande taille, ils sont courbés et attachés ensemble puis recouverts de terre et de boue pour former un monticule arrondi autour duquel un canal de drainage est creusé.

La fédération des États de Micronésie, montrant l’empire de Yap dans lequel existait un système d’échanges hiérarchisé de biens et de tributs. Les atolls Ulithi et Puluwat, où le maa a été observé, en faisaient partie.
(Source : Belwood, 1979)

49Les taros sont ensuite plantés directement sur ces buttes. Dans l’un et l’autre cas, il s’agit d’aménager un monticule fixe de matières végétales et de boues sur lequel des taros sont plantés. Mais tandis que le maa est inondé, la technique hawaïenne assure un drainage autour des jardins.

50Une autre technique intéressante a été mentionnée à Fiji et à Hawaii. Elle est certainement présente dans d’autres îles du Pacifique. Cette fois, elle est employée non pas dans un milieu marécageux mais au sein de véritables tarodières en bassins irrigués. Au centre de chaque bassin en eau on construit des monticules de terre enrichie de matières végétales. On y plante des taros de haute qualité ainsi que quelques bananiers et plants de canne à sucre. Une autre variante de cette technique est utilisée lorsque les rendements de la tarodière déclinent. On alterne alors les bassins de culture inondés avec des lits de culture surélevés, de forme rectangulaire, recouverts de feuilles de bananier et de frondes de cocotier.

Histoire et société

51On connaît peu de chose sur la préhistoire des îles Carolines qui ont sans doute été peuplées il y a environ 3 000 ans par des navigateurs du complexe culturel Lapita. Les sociétés montrent une forte influence du Vanouatou, État mélanésien situé dans le Pacifique Sud-Ouest. Au moment du contact européen, les îles occidentales des Carolines font partie de ce que l’on appelle l’empire de Yap. Elles sont toutes reliées au sein d’un système d’échange hiérarchisé au sommet duquel se situe Yap. Chaque lignage matrilinéaire de Ulithi, la plus proche de Yap, est subordonné à un lignage patrilinéaire de ce dernier (district de Gagil) et domine lui-même un lignage matrilinéaire de Woleai, qui domine un lignage matrilinéaire de Italuk et ainsi de suite jusqu’aux atolls Namonuito, Pulap et Pulusuk. À intervalles réguliers (deux à trois ans), des demandes de tributs, de dons ou d’offrandes religieuses partent de Yap et circulent d’îles en îles puis les objets remontent en sens inverse pour finalement parvenir à Yap. En échange, et selon la même voie, Yap envoie des dons aux îles extérieures. Ce système complexe, religieux, politique et économique, permet à des atolls isolés et fragiles de bénéficier de produits de première nécessité en provenance d’écosystèmes différents. Il garantit ainsi, au prix d’une grande hiérarchisation politique, la survie de tous. Les atolls les plus orientaux, dont Puluwat, cessent d’adhérer à ce système d’échanges avant la Première Guerre mondiale, alors que les Carolines sont sous administration allemande. Les autres îles l’abandonnent peu à peu avant 1945, alors qu’elles sont sous domination japonaise. Aujourd’hui, pourtant, les mêmes liens inter-insulaires relient ces communautés. Ils sont fondés sur une organisation sociale particulière, caractérisée par une segmentation importante de la population en clans, sous-clans, lignages et groupes ainsi que par des liens complexes de mariage, d’héritage, d’adoption et d’échange entre ces différentes composantes. De cette façon, chaque atoll et chaque habitant peuvent survivre aux catastrophes naturelles et aux aléas de la vie.

Taros de marais cultivés sur les maa en Micronésie.

Taros de marais cultivés sur les maa en Micronésie.

Paillage de feuilles de cocotier séchées sur une parcelle de taro.

Petit canal entre deux planches de taro à Mogmog dans les îles Ulithi.

Occupation de l’espace et culture sur maa dans les atolls micronésiens.
(Sources : mailto:http:/www.pacificworlds.com/yap/land/%20area.cfm ; Falanruw, 1993)

52Le taro est sans doute introduit sur ces îles par les premières populations. Base de l’alimentation et des échanges rituels que les atolls entretiennent, il a pu s’implanter puis se multiplier durant des millénaires, malgré des conditions difficiles et les risques omniprésents. À côté des maa, on trouve aujourd’hui des parcelles de taro drainé, des taros cultivés en fosse (voir Jardins d’atoll en fosse) et même des taros cultivés dans les containers de ciments (Kazutaka et Michio, 2003) laissés par les armées japonaises et américaines. Toutes ces parcelles sont de très petite taille et sont cultivées en propre par un individu qui en a la responsabilité plus que la propriété. Cette culture est plutôt pratiquée par les femmes à qui on apprend dès le plus jeune âge la construction des maa, les soins à accorder aux taros et tous les savoir-faire nécessaires à l’obtention de beaux tubercules. Les hommes participent à ces travaux mais se dédient plus spécialement aux activités de pêche. Les uns et les autres travaillent généralement en petits groupes, sur la base des liens de parenté. Dans ces univers fragmentés géographiquement et socialement, où les ressources sont rares et la terre précieuse, la vie est possible grâce à la solidarité entre les groupes, dont le maa et les taros sont les symboles. C’est sans doute pour cette raison que la technique, mise au point il y a des millénaires, a su traverser les siècles jusqu’à nos jours. Elle témoigne néanmoins, comme les tecallis, d’un certain isolement des populations qui la pratiquent, mais non d’une marginalisation sociale, bien au contraire. De plus, le manque d’eau et de terre rend cette culture difficile, si bien que seuls quelques îlots supportent encore les maa, remplacés ailleurs par des containers de ciments garnis de compost et gérés de façon communautaire, alors que le maa était possédé individuellement.

Références

53Alkire, 1965 ; Barrau, 1961 ; Belwood, 1979 ; Earle, 1978 ; Falanruw, 1993 ; Kazutaka et Michio, 2003 ; Kirch, 1994 ; Manner, 1992, 1993.

fiche 10. Les chinampas (Mexique)

Nomenclature

54Les chinampas sont construites en empilant des matières végétales et de la terre sur le fond d’un lac peu profond, jusqu’à ce que le sommet de la planche dépasse le niveau de l’eau. Le nom dérive des termes nahuatl chinamitl (bassin entouré de roseaux) et pan (au-dessus de la surface). Les chinampas permettent de récupérer des zones marécageuses pour l’agriculture mais, au niveau de la planche, la fonction essentielle est l’irrigation. Elles se distinguent des camellones des plaines inondables en ce sens que les chinampas sont séparées par des canaux toujours en eau. Bien que leur construction soit similaire, elles se différencient aussi des jardins flottants, puisqu’elles ne flottent pas. De plus, elles représentent un mode de récupération des zones marécageuses, auxquelles le lac peu profond peut être assimilé, tandis que le jardin flottant est une construction de sol directement sur une nappe liquide plus profonde. Enfin, les chinampas peuvent être assimilées à un type particulier d’hortillonnage bien qu’elles s’en distinguent sur un point. Le drainage est effectué en créant une parcelle de terre au-dessus de la nappe d’eau tandis que l’hortillonnage allie le creusement de canaux et la surélévation des parcelles déjà existantes. En réalité, la construction des chinampas repose aussi sur l’assainissement du site, en étendant les canaux au-delà de la surface du lac.

Localisation géographique

55Les chinampas sont aménagés sur les lacs de la vallée de Mexico (Xochimilco, Chalco, Xaltocán, Texcoco et Zumpango), large bassin enserré au milieu de montagnes d’origine volcanique. La vallée est située à 2 200 m d’altitude. En l’absence de drainage naturel, elle est couverte de plusieurs lacs étagés, dont quatre surplombent de plus de 3 mètres le cinquième, le lac Texcoco. C’est donc vers lui que se déversent tous les lacs échelonnés dans la vallée. C’est aussi le plus grand. En été, les cinq lacs fusionnent en un seul nommé alors le lac de la Lune. Le climat tempéré s’accompagne de pluies estivales. La pluviométrie est de 600-700 mm par an mais elle a dû être plus élevée au xvie siècle et lorsque les chinampas ont été construits. Bien que le niveau du lac soit relativement stable, l’histoire rapporte plusieurs épisodes de crue ayant entraîné de fortes inondations. À l’arrivée des Aztèques, cette zone lagunaire est insalubre, marécageuse et couverte de roseaux et de joncs. Mais lorsque les Espagnols y pénètrent, la vallée est luxuriante, couverte de planches de culture où s’épanouissent diverses espèces alimentaires. Entre-temps, la technique sophistiquée des chinampas a été mise au point.

Conduite technique

56Au Mexique, les chinampas ont été créés de préférence dans la zone centrale des lacs où la permanence de l’eau garantit un bon niveau de production tout au long de l’année. Leur construction a été faite il y a très longtemps et n’est connue que par quelques sources écrites. Quelques incertitudes demeurent donc quant à leur mode réel de construction. Elle rappelle celle des maa encore mis en œuvre en Micronésie et débute comme celle des jardins flottants. Il faut tout d’abord couper à la coa (sorte de long bâton muni d’une lame en métal) de larges bandes dans l’épaisse végétation aquatique qui couvre le lac. Ces bandes, qui flottent encore, sont halées jusqu’à un endroit choisi, puis empilées les unes sur les autres du fond du lac jusqu’à une hauteur dépassant de plusieurs centimètres la surface de l’eau. On y dépose ensuite des boues prélevées sur d’anciens chinampas et au fond du lac. Cela fait, le paysan prépare des branchages (Salix acumilata ou Salix bonplandiana) qu’il plante tout autour de la planche en les tressant de façon lâche afin d’obtenir une fascine solide. Ces branches prennent racines au fond du lac et finissent par pousser. Outre leur aspect décoratif, elles protègent les chinampas de l’érosion, du vent, du froid et des fortes pluies, le fixent solidement au sol, attirent une microfaune utile et procurent un peu d’ombre. En l’absence de pluie, les cultures sont irriguées par l’infiltration de l’eau au travers du manteau végétal poreux, infiltration favorisée par l’étroitesse des bandes de culture.

Ancienne zone lacustre dans la vallée de Mexico (adapté de Coe, 1964 ; Moriarty, 1969).

57On prépare alors une pépinière, sur une bande transversale située à l’une des extrémités de la nouvelle planche ou sur un jardin flottant. L’utilisation de ces derniers comme pépinières a induit en erreur les premiers observateurs qui ont conclu que les planches de culture flottaient, ce qu’elles ne font pas ! Le mode de préparation des pépinières est sans doute l’aspect le plus caractéristique du modèle chinampas. La bande transversale est entourée de petits bourrelets de façon à former un casier de 3 à 10 cm de profondeur. Un compost épais mais liquide, fait d’un mélange de boue et d’herbe, est étalé sur toute la surface du casier. Une fois qu’il est bien sec, ce qui prend quelques jours, il est découpé en carrés de 5 à 10 cm en fonction des plantes que l’on souhaite y établir. Un petit trou est creusé au doigt au centre de chaque carré. Les graines y sont glissées puis sont couvertes de fertilisant naturel (animal, voire humain). Il faut encore les couvrir d’une fine couche de paille et les protéger par des auvents de roseaux, érigés çà et là. Si le temps est trop sec l’arrosage se fait à la main, à partir de l’eau du lac. Quand les graines ont germé, le paysan retire un à un les carrés prédécoupés contenant chacun une plantule. Après avoir rejeté les plants malades, il place les autres dans des paniers et transporte le tout en pirogue jusqu’à la chinampa de culture où ils sont repiqués.

58Cette dernière, qui vient juste d’être récoltée, est nettoyée avant le repiquage, labourée puis recouverte d’une couche de boue, prélevée à l’aide d’un panier fixé au bout d’un long manche (le zoquimaitl). Cet outil rappelle celui qui est actuellement utilisé dans l’aménagement des jardins flottants. Des trous sont immédiatement creusés dans le sol préparé. De fines boues diluées sont versées dans chacun d’eux, puis un petit bloc de terre supportant sa plantule y est glissé. Une autre couche de terre et de fertilisant est placée autour de la plante puis un paillage est fait et des treillis végétaux installés. Le sol est régulièrement fertilisé par des couches de boue ou de plantes aquatiques, ce qui permet de pratiquer une agriculture intensive, année après année. Différentes espèces végétales sont cultivées sur ces jardins. À côté du maïs et des haricots, poussent des légumes tels que la tomate, le piment, l’oignon, la coriandre, la carotte, les pois ainsi que des fleurs et de petits arbres fruitiers. Le lac fournit des poissons et la volaille s’établit parfois entre les cultures.

Histoire et société

59Lorsque les Espagnols de Cortés pénètrent dans la vallée de Mexico, au xvie siècle, ils découvrent un paysage lacustre d’une extrême beauté. Toute la vallée jusqu’au bassin lacustre Xochimilco-Chalco est occupée par des lacs, des marais et des bas-fonds couverts de planches de culture. Les villes, telles que Mizquic, Cuitlahuac et Xochimilco ainsi que de nombreux hameaux sont installés directement sur des îles lacustres artificielles construites par les hommes. Tenochtitlán, la grande capitale aztèque, est elle-même bâtie sur une île au milieu du lac Texcoco. L’empire aztèque est alors à son apogée.

Schéma des chinampas.
(Sources : Coe, 1964 ; Moriarty, 1969)

60L’origine des chinampas, ces planches de culture qui ont tant impressionné les Espagnols, se situe dans le bassin lacustre de Xochimilco-Chalco mais leur ancienneté est peu connue. L’occupation de la vallée de Mexico est attestée 6 000 ans avant Jésus-Christ. Alors que les zones arides du Mexique sont peuplées par des groupes de chasseurs-cueilleurs mobiles, les conditions plus humides et tempérées du bassin de Mexico autorisent l’installation résidentielle, à longueur d’année, de communautés humaines qui exploitent les ressources sylvestres environnantes, puis pratiquent sans doute un peu d’agriculture. Au premier millénaire avant Jésus-Christ, les implantations humaines se font sur les piémonts et les bords des marais. Les communautés villageoises vivent de l’horticulture et de l’artisanat, comme l’ont montré des fouilles archéologiques récentes sur les bords du lac Chalco ou sur les rives de Zahopilco-Tlapacoya, où de larges plaques de guano de chauve-souris, habituellement utilisé comme engrais, sont datées de 800 av. J.-C. (Niederberger Betton, 1985). En 650 de notre ère, la chute de Teotihuacán disperse toute la population dont une large partie migre près du lac Chalco. Les lacs sont alors d’un niveau élevé et inondent l’ensemble du bassin. Néanmoins, et bien que les vestiges agricoles datant de cette époque rappellent les camellones, ces champs surélevés classiques de l’Amérique latine, il est possible que les premières chinampas aient été créées à cette période, pour soutenir une population devenue nombreuse dans un environnement pauvre en terres fertiles. Par la suite, l’histoire du peuplement et la transformation hydrographique de la vallée créent les conditions favorables au développement des chinampas. Après une longue errance, les Aztèques venus des plaines du nord s’installent sur le lac Texcoco, alors une lagune marécageuse couverte de roseaux, et créent Tenochtitlán en 1325. À partir du xiiie siècle, le réseau hydrographique de la vallée s’assèche en partie, laissant des lacs peu profonds, favorables à l’installation des chinampas, alors que les terres sont rares pour nourrir une population en pleine croissance. Les terres de berges sont insuffisantes, celles des pentes difficiles à irriguer aussi ne reste-t-il que le lac lui-même pour survivre. Si les chinampas ont existé avant l’implantation des Aztèques, il est certain que ces derniers les ont développées eux-mêmes quand ils se sont installés dans la vallée de Mexico. La période d’expansion maximale se situe entre 1400 et 1600 et s’accompagne d’une importante augmentation de la population dont l’organisation sociale devient complexe. Les paysans qui cultivent les chinampas assurent ainsi la formation et le développement de l’empire aztèque, grâce à une forte production agricole permettant d’alimenter les cités et les armées. On pense qu’une superficie de 9 000 ha nourrit à cette époque 100 000 personnes. Les populations citadines de Mexico et des autres villes de la vallée sont ainsi en partie nourries par les grandes quantités de produits cultivés sur les chinampas puis acheminés quotidiennement en pirogue vers les marchés urbains quand ils ne sont pas directement versés comme taxes. Le reste est fourni par les tributs vivriers offerts par les populations vassales et des basses vallées (Balsas en particulier).

61Plusieurs facteurs ont contribué à cette réussite. Tout d’abord les conditions climatiques et hydrologiques sont favorables à ce mode d’agriculture. Ensuite, une administration forte et bien organisée contrôle l’ensemble des aménagements agricoles. Ainsi, l’ensemble des planches de culture longées par des canaux de circulation, est orienté selon un axe sud/sud-ouest à nord/nord-est. Les vastes parcelles sont protégées par des digues communautaires et le niveau de l’eau est constamment régulé par des séries d’écluses, de rigoles et de barrages. Enfin, l’augmentation de la population accroît la force de travail nécessaire à cette agriculture intensive. La rotation des cultures, la fertilisation incessante des planches, la grande diversité des espèces permettent de cultiver tout au long de l’année, en évitant les ravageurs et en respectant la fertilité du sol.

62Dans ce contexte, l’arrivée des Espagnols a trois conséquences majeures : l’introduction de nouvelles plantes, la destruction de l’empire aztèque et l’assainissement du bassin. La chute de l’empire aztèque entraîne la détérioration de tout le système hydraulique de la vallée en détruisant les structures administratives qui permettaient son contrôle. L’assainissement progressif entrepris par les Espagnols (drainage, percement de puits et construction de routes praticables par les charrois) entraîne alors la réduction des zones à chinampas, aggravée par une salinisation des sols et le comblement des lacs. Ce dernier est dû à un surpâturage, sur les pentes, du cheptel ovin introduit par les Espagnols. Néanmoins, la diversité accrue des productions et le maintien des techniques pratiquées par les paysans permettent au système de perdurer sur une surface réduite.

63De nos jours, légumes et fleurs arrivent par camion et non plus par pirogue mais les chinampas continuent d’approvisionner Mexico. L’expansion de la ville exerce une forte pression sur eux : l’eau et l’air sont pollués, les terres agricoles sont réduites, la cité prélève pour ses besoins une eau qui finit par manquer à l’agriculture. Malgré les risques actuels engendrés par les perturbations écologiques de la région, la salinité des sols et le manque d’eau, la multiplication des ravageurs ou des maladies et les fluctuations du marché, les paysans continuent de cultiver les chinampas qu’ils ont reconvertis avec un certain succès à la floriculture (fleurs coupées et plantes ornementales). Ils créent (ou réhabilitent) des formes de collaboration sociale (échanges de travail et de services), diversifient leur travail (emploi rémunéré à la ville) et leurs cultures. Une quarantaine d’espèces légumières sont aujourd’hui cultivées pour l’auto-consommation des producteurs et le maraîchage vendu en ville. Le maintien de cette large biodiversité s’accompagne maintenant de manipulations génétiques sur le stock végétal. Enfin, l’écotourisme contribue, faiblement, au maintien de cette culture ancienne.

Références

64Armillas, 1971 ; Ballweber, 1996 ; Coe, 1964, 1994 ; Jimenez-Osornio et Del Amo, 1988 ; Jimenez-Osornio et Gomez-Pompa, 1991 ; Moriarty, 1969 ; Parsons, 1976 ; Parsons et al., 1985 ; Salas, 1988 ; Torres-Lima et al., 1994 ; West et Armillas, 1950 ; Wilken, 1985, 1987.

Notes

1 Les travaux de Thom et Wells (1987) servent d’appuis à la présentation de ce mode d’agriculture.

Table des illustrations

Légende Le taro des marais (Cyrtosperma chamissonis) au Vanouatou.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Légende Terrasses aménagées dans le lit d’un petit ruisseau pour la culture inondée du taro (Vanouatou).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende Taro implanté dans le lit d’un petit ruisseau (Vanouatou).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Les aires de culture du riz flottant au Cambodge (lac Tonlesap), au Vietnam (delta du Mékong) et au Mali (delta intérieur du Niger).(Sources : Gourou, 1984 ; Thom et Wells, 1987)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1011k
Légende Troupeaux dans une bourgoutière du delta du Niger.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Légende Champ d’expérimentation agronomique sur riz flottant au Vietnam.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Récolte du riz d’eau profonde dans le delta de Chao Phraya en Thaïlande.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Vannage du riz après le retrait des eaux (Thaïlande).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Au Cachemire et au Myanmar, des planches de cultures maraîchères
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1009k
Légende Le lac Inlé et ses jardins flottants (Myanmar).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Jardins flottants sur le lac Inlé (Myanmar).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Une femme transporte des poteries, produits de l’artisanat local, entre les planches des jardins flottants (lac Inlé).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende La végétation coupée est acheminée par barque et servira à la fabrication ou à l’entretien des jardins flottants (lac Inlé, Myanmar).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende La fédération des États de Micronésie, montrant l’empire de Yap dans lequel existait un système d’échanges hiérarchisé de biens et de tributs. Les atolls Ulithi et Puluwat, où le maa a été observé, en faisaient partie.(Source : Belwood, 1979)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Taros de marais cultivés sur les maa en Micronésie.
Légende Paillage de feuilles de cocotier séchées sur une parcelle de taro.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Légende Petit canal entre deux planches de taro à Mogmog dans les îles Ulithi.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Légende Occupation de l’espace et culture sur maa dans les atolls micronésiens.(Sources : mailto:http:/www.pacificworlds.com/yap/land/%20area.cfm ; Falanruw, 1993)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Ancienne zone lacustre dans la vallée de Mexico (adapté de Coe, 1964 ; Moriarty, 1969).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Schéma des chinampas.(Sources : Coe, 1964 ; Moriarty, 1969)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2858/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540