Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agricultures singulières

 | 
Éric Mollard
, 
Annie Walter

Partie 1. Maîtriser l’eau

Chapitre 1. Suivre la décrue

Texte intégral

Riziculture de décrue le long de la rivière Nam Hou au Laos.

1Dans les régions qui présentent une saison des pluies très marquée, les fleuves, les lacs, les cuvettes et les bas-fonds se remplissent puis débordent au moment des pluies. Puis l’eau se retire, laissant subsister en début de saison sèche des mares temporaires et des bras morts qui s’assèchent progressivement. La culture de décrue se pratique sur ces terres exondées, en suivant au fur et à mesure le retrait de l’eau. Les semailles ont lieu très tôt, parfois en fin de saison humide, car les plantes subsistent uniquement grâce à l’eau emmagasinée temporairement dans le sol. La culture de décrue, d’ailleurs, ne convient qu’aux plantes peu sensibles à la sécheresse, comme le sorgho ou le pois-chiche. La pratique du repiquage permet toutefois de mieux suivre le retrait des eaux et de profiter à chaque fois de l’humidité qu’il libère. La culture de décrue revêt des modalités nombreuses en fonction de la saison, du climat, de la topographie, de l’origine de l’eau, de l’amplitude des crues et de la vitesse de son retrait, de la taille des parcelles et des coutumes de ceux qui la pratiquent. C’est une culture très ancienne. Quelques-uns des premiers foyers de l’agriculture néolithique se constituent autour des grands fleuves et de leurs crues saisonnières. En Mésopotamie les premiers systèmes de culture apparaissent sur les terres alluvionnées de décrue du Tigre et de l’Euphrate ; en Chine la riziculture aquatique se développe dans les bassins de lœss autour du fleuve Jaune. Plus tard, les grandes civilisations hydrauliques de l’Antiquité, dont les plus connues sont celles des Mésopotamiens entre le Tigre et l’Euphrate ou celles de la haute et basse Égypte autour des crues du Nil, émergent de ces milieux. La culture de décrue est pratiquée, souvent dès la préhistoire, dans les cuvettes situées le long des grands fleuves : Danube en Europe, Sénégal, Niger, Zambèze et Zaïre en Afrique, Amazone, Rio São Francisco, Mississippi, ou Colorado en Amérique. On la retrouve dans la vallée de l’Indus, dans certaines régions côtières du Mexique, en Argentine, dans les vallées côtières du Pérou et sans doute dans bien d’autres régions.

2La décrue offre a priori d’excellentes conditions agricoles. Les laisses renouvelées annuellement présentent une étendue variable selon l’amplitude de la montée des eaux mais la terre est toujours ameublie et fertilisée par l’inondation et l’apport de sédiments fins. À la décrue, lorsque le sol gorgé d’eau s’assèche progressivement, la vie microbienne dégrade les matières organiques et alimente les cultures en éléments minéraux. Il s’agit donc d’un labour naturel autorisant un repiquage immédiat ou un simple semis à la volée, sans autre préparation du sol. Les mauvaises herbes sont peu abondantes faute de graines dans le sol et les sarclages sont généralement aisés. La mise en œuvre des cultures ne nécessite aucun outillage particulier et la productivité est élevée. Cette agriculture comporte pourtant quelques inconvénients liés pour la plupart au caractère erratique des crues. L’arrivée, l’ampleur et le retrait des eaux sont imprévisibles. Lorsqu’elles sont trop précoces ou trop tardives, tumultueuses ou insuffisantes, elles détruisent les récoltes et engendrent de graves famines. Il faut également se protéger contre un retour de crue toujours possible qui vient noyer les cultures en place. Pour élargir la disponibilité spatiale en eau et tirer un profit maximal de la fertilité, des systèmes variés d’irrigation sont mis en place et la culture de décrue s’est très vite associée à la culture irriguée. Ce type d’agriculture réclame beaucoup de travail et absorbe une main-d’œuvre abondante pour installer puis entretenir différents aménagements destinés à maîtriser au mieux les crues, puis pour semer et repiquer les plantes.

3Dans les régions désertiques ou pauvres en ressources naturelles, le long du Tigre, du Sénégal, du Niger et surtout du Nil, la culture de décrue est essentielle pour assurer la subsistance de populations regroupées sur les lisérés fertiles. Une autorité centrale est mise en place pour coordonner la construction des aménagements, régler les conflits hydrauliques et protéger les communautés contre les incursions des nomades vers ces zones prospères. Chargée d’assurer la sécurité agricole en sécurisant les surfaces de vasières, en régulant les fluctuations des crues et en prévenant les raids des nomades, l’autorité centrale accapare bien vite les surplus paysans, devient plus complexe et donne progressivement naissance aux empires antiques.

  • 1 Les mots en couleurs dans le texte signalent un renvoi aux fiches.

4En dehors des grands fleuves et des grands aménagements entrepris par les sociétés hydrauliques, la culture de décrue est une culture de contre-saison, minoritaire au sein du système agraire dans lequel elle prend place. Comme il s’agit d’une culture de saison sèche, elle complète les productions de saison des pluies comme le mil au Sahel, le riz pluvial en Asie, le maïs et le haricot en Amérique latine. Localisée à quelques endroits propices, elle concerne généralement des parcelles maraîchères dont la surface n’est jamais bien grande. Elle permet de cultiver des plantes à cycle végétatif court et rend viable le système agraire en fournissant aux paysans de quoi manger entre deux récoltes de plantes prédominantes. Elle nécessite peu d’aménagements mais un grand savoir-faire et beaucoup de travail. La main-d’œuvre est familiale et souvent féminine. Dans ces contextes, la culture de décrue est pratiquée par des populations isolées ou marginalisées qui mettent à profit la morte-saison pour tenter d’améliorer leurs ressources alimentaires, leurs revenus ou leur accès à la terre. Dans le nord de Madagascar, la riziculture de décrue1 se pratique par les Sakalaves autour des grandes mares résiduelles après les pluies. Au Sénégal, les paysans exploitent en famille les bras morts qui subsistent après la crue du fleuve pour semer du sorgho à l’aide d’un outillage élémentaire. Elle permet enfin, dans certaines régions, de coloniser des vertisols argileux, comme c’est le cas du sorgho muskuwaari qui est repiqué en complément du sorgho pluvial et du coton. De nos jours, la régularisation des cours d’eau par des barrages et le développement des techniques d’irrigation ont entamé la superficie des zones inondables et réduisent l’importance des cultures de décrue. Elle reste pourtant essentielle pour ceux qui survivent parfois grâce à elle.

5La culture de berge est proche de la culture de décrue. Elle s’en distingue car elle ne suit pas le retrait des eaux mais s’établit sur les berges exondées après le retrait des eaux et réclame quelques aménagements temporaires.

6Généralement, c’est une culture d’appoint qui demande elle aussi un grand travail et un arrosage à la main dès que la terre est desséchée. La technique des tecalli, au Mexique, en est un des nombreux exemples. Parfois, la culture de berge est dominante et s’associe à une culture sur défriche brûlis, à la pêche, à la chasse ou à la cueillette, selon les configurations locales. On peut citer en exemple la culture menée par les populations des plaines inondées du Pérou amazonien (Hiraoka, 1985). Les groupes d’Indiens acculturés résidant dans la région de San Jorge (Pérou) cultivent ainsi chaque année les terres inondées par les crues de l’Amazone, au moment de son retrait. Les semailles commencent en mai, juste après que les eaux se soient retirées, et sont rapidement menées car la décrue ne dure pas plus d’un mois. On plante dans les boues humides le maïs, les haricots, le riz, le melon et l’arachide. Les parcelles sont de petite taille, multiples et souvent éloignées, ce qui oblige les paysans à un labeur bien organisé et intense, durant toute la saison de culture.

7Des bancs de sable apparaissent parfois dans le lit des grands fleuves et sont mis à profit pour l’agriculture. Ainsi, en Chine du Sud, le lit du Yangzi laisse à découvert de nombreux bancs de sable. Certains, vastes au point d’accueillir quelques maisons, sont aménagés pour la culture du riz. C’est une forme simple de champs poldérisés, protégés des crues par une digue circulaire et drainés par de nombreux canaux qui assurent accessoirement l’irrigation des plantes en saison sèche. D’autres sont plus petits et disparaissent souvent au milieu du fleuve, submergés et déplacés par la crue. Ces jardins de sable plantés dans le lit du fleuve ne sont pas affectés par les crues et les sécheresses et assurent des récoltes constantes... jusqu’à leur disparition !

fiche 1. La riziculture de décrue à Madagascar

Nomenclature

8La riziculture de décrue désigne les modes de culture du riz où la mise en place des plantations se fait en suivant la décrue des eaux. Elle est singulière car elle s’adresse à une plante aquatique, le riz, qui tire normalement avantage de l’inondation elle-même. À Madagascar, le riz ainsi produit se nomme vary amin’ny ranovory (c’est-à-dire le riz de décrue) ou vary ranovory.

Localisation géographique

9Ce type de riziculture est pratiqué dans l’ouest de Madagascar sur les bords des lacs de la basse Tsiribihina (province de Mahajanga). Il y a quelques décennies, il était plus développé qu’aujourd’hui, dans les conditions particulières qui avaient cours avant l’indépendance du pays.

10Situé près de la côte ouest de Madagascar, la vallée de la Tsiribihina jouit d’un climat chaud avec une température moyenne annuelle de 26 °C. La hauteur des pluies de décembre à mars varie de 800 mm à 1°000 mm, provoquant l’inondation de la zone. De nombreuses dépressions marginales sont occupées par des lacs se répartissant de part et d’autre de la Tsiribihina et de ses méandres. Ces dépressions communiquent avec le fleuve par des chenaux qui traversent le bourrelet de berge. Ils se remplissent à la saison des pluies, et se vident lentement en saison sèche (Marchal et Dandoy, 1972). Dans cette vallée, le lac Bemarivo s’étend sur 5°000 ha, coupé de la Tsiribihina par ses bourrelets de berge puis par des terrasses inondables, son seul exutoire étant la rivière Kindroma qui se déverse dans la Tsiribihina. Durant la saison des pluies, les eaux de la rivière Kindroma remplissent le lac. Les sols des terrasses inondables, siège privilégié de la culture de décrue, sont de type hydromorphe, argilo-limoneux.

Région de Bemarivo (d’après Marchal et Dandoy, 1972).

Riziculture de décrue dans le delta de la Tsiribihina (Madagascar).

Conduite technique

11Dans les vallées inondables (baiboho) du Bemarivo et de la Tsiribihina, des lacs temporaires se remplissent chaque année en saison des pluies, tandis que le lac Bemarivo lui-même se gonfle, alourdi des eaux de la Kindroma. Puis, en saison sèche, les eaux se retirent progressivement et mettent à nu des vasières dans lesquelles les paysans installent aussitôt des pépinières, selon le procédé appelé « dokodoko ». En mai, au début de la saison sèche, une simple diguette est élevée sur une parcelle de quelques mètres carrés, située en bordure de l’eau, afin de retenir l’eau qui se retire. Le riz y est semé en semis dense. Trois semaines plus tard, en juin, la pépinière est repiquée sur une nouvelle parcelle aménagée à la limite du lac, selon la même technique. Le processus se répète une ou deux fois encore, en déplaçant à chaque fois la pépinière jusqu’au repiquage définitif dans le lac résiduel. En octobre, la récolte a lieu sur un terrain devenu sec. Le rendement de cette culture sans labour ni engrais atteint deux tonnes par hectare, ce qui est appréciable. Mais le renouvellement régulier des repiquages nécessite beaucoup de travail et, par conséquent, une main-d’œuvre suffisante.

Histoire et société

12À l’origine, le riz vary amin’ny ranovory est traditionnellement cultivé par les éleveurs Sakalava, autour des lacs situés sur leur territoire. C’est pour eux un appoint alimentaire puisque les troupeaux constituent leur principale source de revenus. Au moment de la colonisation du pays, ces régions de pâturage en apparence peu exploitées attirent les investisseurs et, dans les années 1930, des concessions sont octroyées aux grandes compagnies coloniales, comme la Seita, pour produire du coton et du tabac sans irrigation car la nappe phréatique superficielle se lève et s’abaisse au rythme des cuvettes de débordement. La productivité de ces deux cultures est par conséquent excellente.

13Les compagnies coloniales refoulent progressivement vers les collines avoisinantes ou vers d’autres régions peu peuplées, les communautés d’éleveurs qui, par la force des choses, délaissent leurs lacs et le riz de décrue. Or, des migrants apparaissent dans le sillage des grandes compagnies coloniales. Ils cherchent à la fois à acquérir les terres libérées par les éleveurs et non occupées par les grandes exploitations, et à pallier les maigres performances de leur propre culture, celle du vary asara (ou riz de saison des pluies). Ils s’intéressent très vite à la riziculture de décrue autour des lacs, technique qu’ils commencent à pratiquer avec profit. Leur succès est tel que, bientôt, les compagnies finissent par suspendre les contrats des épouses d’ouvriers en saison sèche afin de libérer ainsi une force de travail prête à s’impliquer dans les repiquages successifs.

14La riziculture de décrue conduite par les épouses d’ouvriers et les immigrants est compréhensible dans la mesure où elle se pratique durant des périodes de disponibilité, et dans la mesure où ces milieux humides ont été libérés par ses occupants traditionnels. En revanche, il est plus délicat de comprendre pourquoi les Sakalaves l’ont pratiquée car les repiquages successifs demandent beaucoup de travail par rapport à d’autres rizicultures comme celle du riz flottant. Mais les éleveurs devaient de toute façon se regrouper dans le baiboho en début de saison sèche, pour faire bénéficier leurs troupeaux d’un pâturage encore possible dans ces zones où l’humidité persiste plus longtemps qu’ailleurs. De plus, la riziculture flottante est moins prenante que la culture de décrue, mais elle est moins rentable.

15La colonisation a ouvert des routes et des marchés et les anciens carcans en place depuis l’avènement du royaume Merina se sont relâchés. De plus, l’abaissement des anciennes taxes a incité les paysans à produire à des fins commerciales. La riziculture de décrue a donc été le produit d’une configuration sociale de salariat agricole, d’émancipation sociale des communautés d’origine et d’appropriation des vasières (le piquetage des parcelles au centre de certains lacs signale l’appropriation de son usage) sous le couvert de la paix et des grandes concessions coloniales. La riziculture de décrue a décliné en raison de la quantité de travail demandé et de l’impossibilité d’intensifier les cultures. Pourtant, dans la région du lac Bemarivo, elle est toujours pratiquée, intercalée entre la culture du riz de saison des pluies (vary tsipala), la plus productive, et celle du riz de saison sèche (vary be).

Références

16Lapaire, 1976 ; Le Bourdiec, 1980 ; Marchal et Dandoy, 1972 ; Neuvy, 1981 ; Raison, 1984 ; Ratsimbazafy, 1967.

fiche 2. Le sorgho de décrue dans la vallée du Sénégal (Xavier le Roy)

Nomenclature

17Le sorgho de décrue se cultive en début de saison sèche, dans des terres exondées, encore gorgées d’eau par leur submersion prolongée en saison des pluies. Bien adapté aux zones à disponibilité en eau contrastée au cours de l’année, où l’abondance d’eau alterne avec une longue période de sécheresse, il permet une utilisation différée de la ressource. Ainsi, la plante se développe sans pluie, puisant, grâce à son système racinaire profond, l’eau emmagasinée dans le sol.

  • 2 Les termes vernaculaires en italiques sont en pulaar, le dialecte peul de la vallée du Sénégal. Po (...)

18Dans la vallée du fleuve Sénégal, le sorgho de décrue se singularise par l’absence de repiquage. Appelé localement samme2, il se sème dès le retrait de l’eau, dans des cuvettes de décrue – dénommées kolangal – du lit majeur ou waalo. Le faible investissement en travail du semis direct autorise l’ensemencement rapide de vastes étendues, au rythme de la décrue.

19Cette pratique se différencie des sorghos repiqués, « muskuwaari » au nord du Cameroun, « masakwa » au Nigeria et « berbere » au Tchad. Elle se distingue aussi de formes non strictement de décrue, car à cheval sur la saison des pluies et sur la saison sèche, tels le sorgho « baburi » au nord du Cameroun, repiqué en fin de saison des pluies, et le sorgho « kobeye » dans le delta intérieur du fleuve Niger qui, semé ou repiqué après la décrue de fin de saison sèche, achève son cycle en saison des pluies.

Localisation géographique

20La vaste plaine alluviale, en moyenne vallée du fleuve Sénégal, représente le domaine de prédilection du sorgho de décrue. Cette plaine, dont la densité démographique varie de 5 à 50 hab./km2, s’étend sur plus de 400 kilomètres, de l’aval de Bakel à Richard-Toll. De 10 à 25 km de large, elle couvre plus de 800°000 hectares. Le fleuve suit une pente très douce (1 à 2 cm par km) et dessine de nombreux méandres, d’où un faible écoulement des eaux.

21Les parties déprimées du lit majeur forment de nombreuses cuvettes, propices à la culture du sorgho. Leurs sols argileux proviennent de la décantation des eaux de crue, par précipitation des éléments en suspension et en solution. Ces sols hollalde, de teinte brun foncé à brun clair, lourds et peu perméables, sont profonds (0,50 à 3 m).

22Le climat est de type sahélien. Une steppe à épineux couvre le sol par endroits. Les températures vont de 15° en janvier à 45 °C en juin. L’évaporation et l’évapotranspiration potentielle se montrent élevées. Les pluies annuelles oscillent entre 200 et 700 mm, concentrées sur deux mois. Mais cette pluviosité locale ne joue qu’un rôle mineur sur le niveau du fleuve. Les précipitations importantes dans les massifs du haut bassin, dans le Fouta-Djalon en Guinée, déclenchent la crue annuelle et déterminent son ampleur.

23La crue conditionne les surfaces exploitables pour le sorgho de décrue. Quatre facteurs entrent en jeu : la durée de la submersion, la hauteur des eaux, la vitesse et la date de leur retrait. Une grande variabilité caractérise l’inondation et explique les fluctuations importantes des superficies en sorgho de décrue.

Conduite technique

24Deux critères guident le choix d’un terrain pour la culture du sorgho. Une submersion suffisamment longue – 3 à 4 semaines – est nécessaire. Mais le retrait ne doit pas être trop tardif, pour assurer la floraison avant l’arrivée des vents chauds.

25Le niveau de l’eau dépend de la décrue du fleuve, de l’évaporation de l’eau et de son infiltration, qui provoque l’engorgement du sol. La vidange rapide d’une cuvette permet l’ensemencement de vastes étendues. Lorsque l’eau se trouve piégée dans une zone basse, elle forme une mare, qui se résorbe progressivement (photos 1 et 2). Dans ce cas, le semis s’échelonne sur plusieurs semaines, au fur et à mesure de la baisse de l’eau, en bandes concentriques. Le semis ne se fait jamais en boue, mais doit attendre le ressuyage de la surface, soit une à deux semaines après la décrue. Une croûte superficielle se forme alors.

26La culture du sorgho se décompose en quatre opérations : le semis, le sarclo-binage, la protection de la culture, la récolte. Le semis requiert trois personnes et obéit à une stricte division du travail, que traduit l’utilisation de trois outils spécifiques. La grande houe, appelée tongu ou njinndanngu, comprend un manche en bois fourchu, renforcé par une ligature en cuir, sur lequel s’emboîte un fer tranchant, transversal au manche. Le luugal, long bois sculpté ressemblant à un pilon, orné de plusieurs renflements et à l’extrémité inférieure pointue, sert de plantoir. La petite calebasse ou horde, contient la semence.

27Le semis se réalise généralement en novembre. La photo 1 visualise le rituel de ce chantier. Tout d’abord, un homme – généralement le chef de famille – armé de la grande houe, découpe la croûte superficielle, créant une petite excavation dans le sol. Une femme – souvent son épouse – y perce un trou, en abaissant avec force le grand plantoir. Une jeune fille puise dans la calebasse une pincée de graines, qu’elle jette dans le trou. Souvent, des graines de haricot niébé sont ajoutées dans quelques poquets. Parfois, un quatrième opérateur recouvre la semence d’une poignée de terre fine.

28L’entretien se borne à un passage avec la woronge, houe à manche court, pour combiner sarclage et binage. Les herbes sont enlevées à ce moment-là et aucun travail du sol ne se fait avant le chantier de semis.

29La défense de la culture joue un rôle primordial dans la réussite du sorgho de décrue. Une clôture de branchages d’épineux (premier plan de la photo 2) interdit au bétail l’accès de la cuvette de sorgho. À partir de l’épiaison, la lutte contre les oiseaux s’avère indispensable, pour limiter leurs ravages. Il est fréquent de voir les panicules en bordure de cuvette protégées par des feuilles de sorgho, des herbes, des morceaux de plastique ou de tissu (photo 3). Le gardiennage, permanent durant la journée, revient surtout aux enfants. Ils chassent les nuages d’oiseaux, par des cris, en frappant des objets métalliques et à la fronde (photo 4).

30La récolte s’étire de fin février à mi-avril. Le pédoncule se coupe à la faucille (photo 5). Après séchage et regroupement des panicules en tas, la production s’évalue en volume, au moyen de paniers ou de bassines. Les plus beaux épis sont mis de côté pour le semis de l’année suivante. La récolte se fait par cuvette entière sur une brève période ; selon la date du semis, les pieds de sorgho ont alors une maturité hétérogène. Les pieds les plus tardifs se coupent en vert, pour nourrir les petits ruminants d’embouche domestique. Le battage avec des bâtons – par les hommes – et le vannage – par les femmes – bouclent l’itinéraire technique. Une cuvette récoltée se voit alors abandonnée à la vaine pâture.

31Le sorgho de décrue compte de nombreux avantages pour les populations de la vallée du fleuve Sénégal. Il valorise de vastes terres, fertilisées par les crues, tout en permettant une culture de saison sèche. Il affranchit de la pluviosité locale, faible et capricieuse. Il écarte tout risque économique. En effet, non seulement l’investissement en travail demeure réduit, mais il ne s’effectue qu’une fois les conditions hydrologiques connues. Surtout, le sorgho de décrue ne demande pas d’investissement financier : aucun aménagement, travail exclusivement manuel, pas d’engrais, ni de pesticide.

32En revanche, le sorgho de décrue suscite une profonde incertitude, par sa dépendance vis-à-vis de la crue, imprévisible et d’ampleur très variable d’une année à l’autre. De plus, sa forte extensivité (de 1 à 10 quintaux à l’hectare) suppose de vastes superficies.

Histoire et société

33Le sorgho de décrue se cultive depuis des siècles, sur les deux rives du fleuve Sénégal, selon des techniques qui semblent immuables. Il se rencontre dans l’ensemble de la moyenne vallée du Sénégal, depuis les Soninkés en amont jusqu’aux Wolofs en aval, sans oublier les Maures. Mais ce sont les Toucouleurs et, dans une moindre part, les Peuls, qui lui réservent la place la plus importante. Jusque dans les années 1970, cette céréale représente leur principale production et leur première source alimentaire.

34Chaque année, un mouvement pendulaire se cale sur les saisons, avec une dualité de résidences et d’aires de culture. En saison des pluies, le mil suna se cultive dans le jeeri, plateau sableux qui surplombe la plaine alluviale. En saison sèche, de nombreux villages se déplacent pour plusieurs mois à proximité de leurs cuvettes de décrue, pour y semer le sorgho. Sur les berges (falo) se pratique un jardinage : maïs, niébé, patate douce, tomate.

Sorgho de décrue dans le département de Podor (Sénégal) © X. Le Roy

Sorgho de décrue dans le département de Podor (Sénégal) © X. Le Roy

1 – Chantier de semis
Le chef de famille découpe la croûte du sol avec la grande houe tongu, sa femme perce un trou avec le plantoir luugal, sa fille y dépose sept graines de sorgho.

2 – Sarclage-binage
Clôture d’épineux au 1er plan, sarclage et binage du sorgho au 2e plan, mare en cours de résorption au 3e plan.

3 et 4 – Lutte contre les oiseaux
Emmaillotage des panicules, chasse des oiseaux à la fronde.

5 – Récolte à la faucille

35Avant les premières pluies suivantes, une migration inverse permet de préparer les futures parcelles de saison des pluies.

36Plusieurs textes attestent l’ancienneté de la culture de décrue dans la vallée du Sénégal. Dès le xie siècle, l’érudit et encyclopédiste arabo-andalou Abou Oubayd Al Bakri signale que ses habitants sèment deux fois par an, la première pendant la saison de la crue du Sénégal, la seconde plus tard dans la terre qui a gardé son humidité. En 1675, Louis Moreau de Chambonneau, représentant de la Compagnie du Sénégal sous Louis XIV, évoque également un double semis annuel, celui du mil en juin et celui du sorgho après que les eaux soient tout à fait retirées. En février 1818, l’explorateur Gaspard Théodore Mollien mentionne des plantations de sorgho à la végétation vigoureuse, sur les terres alluviales. En novembre 1824, l’explorateur René Caillié s’étonne de la manière « vicieuse » mais qui donne peu de peine, de semer le sorgho, quand les eaux du fleuve commencent à baisser : trous faits avec un grand piquet, trois ou quatre grains mis dans chaque trou. En 1918, Yves Henry, directeur de l’Agriculture aux colonies, décrit la culture du sorgho dans la Vallée, sur les terres fortement mouillées par la crue. L’itinéraire technique que détaille l’agronome Jacques Maymard en 1957 correspond exactement aux pratiques actuelles.

37La culture du sorgho de décrue reflète la stricte hiérarchie sociale de la société toucouleur, qui se stratifie, depuis la classe dominante et majoritaire des torodo, jusqu’aux descendants de captifs (maccudo), en passant par les hommes libres de statut inférieur, généralement regroupés en castes, ancrées sur un monopole professionnel (pêche, travail du métal, du bois, du cuir, tissage, griots). L’accès aux cuvettes de décantation révèle l’inégalité sociale et économique de la population toucouleur, avec une rude disparité dans les droits fonciers. À l’opposé des bénéficiaires de grandes étendues dans le lit majeur, les catégories du bas de l’échelle sociale ne peuvent y accéder qu’à travers le rempeccen, une forme de métayage.

  • 3 En 22 ans, de 1972 à 1993 inclus, seules 3 bonnes crues surviennent : 1974, 1975, 1988.

38À partir de 1972, la société toucouleur engage une profonde mutation agraire. Le système de production, qui sous-tend cette organisation inégalitaire, s’effondre. Plusieurs années de grave sécheresse et de crues faibles3 sapent les deux piliers de l’économie agricole que sont le sorgho de décrue et le mil d’hivernage.

39Le riz les supplante. L’introduction de l’agriculture irriguée sécurise l’activité agricole, grâce à la maîtrise de l’eau. L’attribution des parcelles irriguées se fait de manière égalitaire, ignorant les contextes social et foncier. Deux barrages assurent une disponibilité abondante en eau tout au long de l’année : celui de Diama, construit en 1986 près de l’embouchure, empêche la remontée de l’eau de mer, et celui de Manantali un an plus tard en amont stocke une partie de la crue (cf. carte). Trois cycles annuels de culture peuvent ainsi se succéder.

40Le sorgho de décrue se voit-il exclu de ce nouveau système agraire ? Oui : pendant une vingtaine d’années, il subsiste en tant que trace du système antérieur. Soudain, il ressurgit en 1994. L’année suivante, le succès est tel que, dans la moitié occidentale du département de Podor, les superficies de sorgho surpassent celles relevées en 1970, avant la période de sécheresse. Nous nous appuyons sur quatre villages de cette zone : Ngaolé, Ouro-Madio, Guédé-Village, Nguendar. En 1995, le sorgho y occupe la moitié de l’ensemble des superficies cultivées, avec 14 ares par habitant et 1,3 hectare par exploitation.

41Si la reprise des crues, soutenues par des lâchers au barrage de Manantali, redonne accès aux cuvettes de décrue, ce regain du sorgho s’explique également par d’autres motivations. Tout d’abord, le sorgho de décrue agit comme marqueur foncier, qui permet de réactualiser et de réaffirmer les droits coutumiers d’accès à la terre, mis à mal par la répartition des périmètres irrigués. En deuxième lieu, il délivre du risque économique que l’agriculture irriguée introduit par le recours à l’emprunt, pour payer le coût hydraulique et les façons culturales motorisées, pour acheter les engrais, les désherbants et les produits de traitement. L’endettement – amplifié par la dégradation du contexte rizicole, suite à la dévaluation du franc CFA le 12 janvier 1994, puis à la libéralisation de cette filière – barre la route du crédit aux membres de nombreux périmètres irrigués. De plus, le sorgho de décrue écarte les problèmes générés par la gestion collective des périmètres irrigués, brutalement transférée aux organisations paysannes, suite au désengagement de l’État. Enfin, cette céréale appréciée perpétue les anciennes habitudes alimentaires.

42Pourtant, sorgho de décrue et agriculture irriguée se concurrencent. Une rivalité spatiale se fait jour : la majeure partie des périmètres irrigués occupe des terres jadis affectées au sorgho de décrue, l’endiguement les protégeant des crues stérilise de vastes pans de la plaine alluviale, ce qui interdit ou limite la culture du sorgho. Les deux types de culture entrent aussi en compétition dans le calendrier de travail : le semis du sorgho coïncide avec la récolte du riz d’hivernage, la récolte du sorgho avec la mise en place du riz de contre-saison chaude.

La vallée du fleuve Sénégal.

43Ce succès inattendu n’a pas levé les deux contraintes majeures qui pèsent sur le sorgho de décrue. L’incertitude empêche toute programmation de la part des agriculteurs, la crue demeurant ignorée à l’avance. Aucune publicité n’est faite sur l’arrivée de l’onde de crue, pourtant connue quelques semaines auparavant, du fait de sa lente propagation. En 1996 et en 1997, les superficies de sorgho chutent sévèrement, pour remonter en 1998, avec des surfaces supérieures à celle de 1995. Dans les quatre villages du département de Podor, la superficie de sorgho de décrue par habitant est de 1 are en 1996, 3 ares en 1997, 18 ares en 1998. En 1999, l’ampleur de la crue, pourtant atténuée par le barrage de Manantali, est telle qu’elle provoque de nombreux dégâts, dans certains villages et sur plusieurs aménagements hydro-agricoles. Suivent trois années médiocres, puis une bonne crue en 2003. Mi-2002, un nouvel élément intervient dans la gestion du barrage de Manantali : la mise en service des turbines pour la production électrique, au profit du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal. En cas de mauvaise pluviosité dans le haut bassin, le dilemme s’avère cruel, entre un soutien de crue et la crainte d’hypothéquer la production électrique des mois futurs. Pour la première fois, l’arbitrage s’opère en 2004 : le barrage retient toute l’eau en saison des pluies et il n’y a pas de culture de décrue cette année-là. De fait, le calcul économique ne se montre guère en faveur de la culture extensive du sorgho.

44Cette extensivité constitue la seconde contrainte du sorgho de décrue. Même si, les bonnes années, il représente une part importante des surfaces exploitées, il ne contribue que modestement au revenu agricole. En 1998, alors que le sorgho de décrue couvre 54 % des surfaces cultivées par les quatre villages du département, il ne participe qu’au dixième du revenu agricole dans un échantillon représentatif de 132 exploitations. Certes, des aménagements légers permettraient de faciliter la pénétration de la crue, d’en allonger la durée ou d’en accélérer la vidange. Avec des apports d’engrais et l’achat de semences sélectionnées, ils amélioreraient les performances du sorgho. Mais ces investissements briseraient la clé du succès de cette pratique culturale, par les problèmes de coût, d’entretien et de gestion collective qu’ils introduiraient.

45En réalité, culture de décrue et agriculture irriguée appartiennent à deux sphères différentes, qui se juxtaposent au sein du nouveau système agraire. Ces deux formes de culture interfèrent peu. Le sorgho de décrue ne réapparaît pas au détriment des cultures irriguées, comme le révèle l’absence de liaison négative entre eux. Ainsi, le coefficient de corrélation, entre les superficies irriguées et celles en sorgho de décrue par exploitation, s’avère légèrement positif (0,2) dans les six cents exploitations des quatre villages, pour l’ensemble des quatre années contrastées 1995 à 1998. Le sorgho est tributaire de la crue ; les cultures irriguées reposent sur l’accès au crédit.

46Quel avenir envisager pour le sorgho de décrue dans la vallée du Sénégal ? Il dépend de la gestion du barrage de Manantali, qui tente de concilier différents objectifs. La production d’électricité se montre compatible avec les besoins en eau de l’agriculture irriguée, mais elle entre en concurrence avec la culture de décrue. Quoique la décision ne soit pas définitivement arrêtée par les trois pays impliqués, un compromis se dessine : un soutien de crue fin août assure une surface minimale de sorgho si le barrage est suffisamment rempli. En dessous d’une certaine cote du plan d’eau dans la retenue, la culture de décrue se voit sacrifiée au profit de la production électrique, comme c’est le cas en 2004.

47En dépit de l’incertitude et de la grande variabilité qui le caractérisent, le sorgho de décrue peut encore avoir un horizon devant lui. Le ballet majestueux de la grande houe tongu et du long plantoir luugal, le chant des enfants qui surveillent les vastes cuvettes kolangal, continueront probablement à rythmer les années favorables.

Références

48Bader et al., 2003 ; Boutillier et al.,, 1962 ; Boutillier et Schmitz 1987 ; Caillié, 1996 ; Delolme, 1937 ; Henry, 1918 ; Lericollais et Schmitz, 1984 ; Lericollais, 1997 ; Le Roy, 2000 ; Maymard, 1957 ; Michel, 1973 ; Mollien, 1967 ; Ritchie, 1967 ; Rivière-Honegger et Ruf, 2000 ; Slane, 1965.

fiche 3. Les sorghos repiqués muskuwaari au Cameroun (Christian Seignobos)

Nomenclature

49Le terme muskuwaari désigne dans le nord du Cameroun des sorghos repiqués de contre-saison. Au Nigeria, on parle de masakwa et, au Tchad, de berbere. Ce sont des variétés de Sorghum durra et durra caudatum à tiges courtes, aux panicules semi-compactes à compactes et à pédoncule droit ou crossé. Quoique typés, ces sorghos se caractérisent par une grande hétérogénéité.

50Occupant des vertisols jusqu’alors incultes, cette culture a permis le développement du coton dans le Nord-Cameroun à partir de 1955. Elle dégageait de bonnes terres pour les cultures sous pluie tout en favorisant un rattrapage vivrier. De plus, le muskuwaari s’insère au mieux dans le calendrier agricole, en le prolongeant. L’accroissement spectaculaire de cette culture de saison sèche a revêtu de 1955 à 1975 les traits d’une véritable révolution verte. Les programmes de développement ne l’ont pourtant pas accompagnée et n’ont que tardivement, dans les années 1990, manifesté leur intérêt.

Localisation géographique

51Ce sont les Kanuri, population du Bornou (Nigeria) qui, dans les zones amphibies de la région du Balge, ont pu être les « inventeurs » du masakwa. Son ancienneté est difficile à préciser, car la technique du muskuwaari a connu des périodes d’expansion et de rétraction. Au xixe siècle, le muskuwaari s’est diffusé grâce à des Kanuri qui, depuis le Bornou, ont suivi les Peuls dans leurs conquêtes des plaines du Cameroun septentrional. Par la suite, les Peuls, partout présents, assureront sa vulgarisation, lui conférant, jusque dans les années 1960, le rôle de référent identitaire.

52Les muskuwaari occupent aujourd’hui un large espace du Nigeria au Soudan. Leur domaine climatique dans le bassin du lac Tchad se situe entre les isohyètes 900 et 500 mm. Quant à leur affinité édaphique, elle va aux terres inondables d’argile à montmorillonite couvertes de fentes de retrait pendant les périodes sèches. Ces « terres cassées » sont appelées karal en langue peule, et berbere en arabe du Tchad. La culture de ces sorghos repiqués se pratique également sur les laisses de certains fleuves.

Conduite technique

53Les opérations culturales sont identiques dans toute l’aire des muskuwaari, qu’elles se réalisent dès l’arrêt des pluies dans les zones semi-humides des plaines du Diamaré, ou dès le retrait des eaux sur les rives de la Bénoué.

54Les pépinières sont mises en place à la fin du mois d’août et produisent des plants en quarante jours, avant l’apparition du premier nœud. Les plants sont repiqués en octobre, à l’aide d’un plantoir, selon un écartement de 0,80 à 1,20 m, ce qui évite de reprendre l’emplacement des précédents pieds, et à une profondeur de 0,20 à 0,35 m, variant en fonction de l’humidité du sol. Chaque parcelle de karal dispose d’un petit puisard aménagé qui retient l’eau pour arroser le plant dès son introduction et limiter ainsi le stress du repiquage. La densité peut atteindre 10 000 plants/ha, avec des rendements de 1 000 kg/ha.

55Des stratégies ont été élaborées de longue date comme, par exemple, celle qui consiste à placer, en périphérie de grandes soles de sorghos repiqués, des variétés amères ou à grains irisés qui dissuadent les attaques aviaires, protégeant au centre les meilleures variétés de muskuwaari.

56La fertilité de ces couches d’argile n’est pas limitative, seule importe la quantité d’eau tombée, si bien que tout va se jouer sur la façon de retenir l’eau des pluies. On essaie de la piéger par des casiers de diguettes, de plus en plus serrés en allant vers les zones de topographie haute, et cela sur des dizaines, voire des centaines, d’hectares en continu. Cette contention en eau favorise la venue de certaines graminées, que l’on va démultiplier en ensemençant ces karal en Setaria sp., ce qui conduit à un couvert graminéen mono-spécifique anthropisé. Cette végétation herbacée dense crée une forme de « jachère dérobée » qui, fauchée après la fin des pluies, va rapidement sécher. Intervient alors un savant brûlis produisant un feu rapide qui éradiquera les adventices. On récolte, pour cela, une graminée qui servira d’étoupe, Loudetia togoensis. Celle-ci croît en peuplement pur, sur des sols halomorphes incultes qui forment des îlots au sein des espaces de karal. Un bon brûlis évitera tout sarclage ultérieur. Mais cette culture accapare de nombreux pâturages potentiels. Les autorités traditionnelles veillent, en effet, au retrait total des troupeaux pendant la saison des pluies, afin d’éviter le piétinement des diguettes et le tassement de la terre. Les troupeaux réinvestiront les karal après la récolte des muskuwaari, vers mi-janvier, mi-février. Des variétés dominantes, comme le safraari, produisent une canne sucrée, particulièrement appétée par le bétail et qui fait même l’objet d’une commercialisation.

L’avenir de la « mouskouariculture »

57Depuis le début des années 1980, le pivot de l’agrosystème dans les plaines du Diamaré n’est plus le coton, mais le muskuwaari. La concurrence inexorable du maïs venu du sud, qui fait reculer les sorghos sous pluie, ne le concerne pas. Le muskuwaari est, de plus, gratifié d’un bon pouvoir de conservation. Gustativement apprécié des consommateurs, il ne cesse de progresser. Culture sûre en ce qu’elle n’est pas tributaire des pluies, elle a néanmoins besoin de fraîcheur en décembre-janvier au moment de l’épiaison. Son intérêt est tel qu’en 2005 des rogations ont eu lieu dans les mosquées du Diamaré pour « faire venir le froid » et l’harmattan.

58On ne peut que souligner l’étonnante plasticité et le pouvoir d’adaptation de la culture des muskuwaari. Elle s’empare de sols à simple affinité vertique qui se trouvent comme « apprivoisés ». Aussi s’éloigne-t-on de plus en plus des premiers karal d’élection des sorghos repiqués, ce qui retarde d’autant la surpression foncière annoncée. La culture du karal est néanmoins victime de son succès et le prix de la « corde » (= 1/4 d’ha) ne cesse de croître. Avec l’évolution des moyens de transport, les parcelles de karal sont plus souvent dissociées des terroirs. Paysans et citadins louent et achètent des parcelles parfois fort loin.

59Cette culture fait aussi l’objet de critiques car elle présente des traits qui la rendraient préjudiciable à l’environnement. Elle s’accompagne, en effet, non seulement d’une éradication des ligneux sur les parcelles pour limiter la concurrence pour l’eau, mais aussi en bordure des surfaces emblavées afin que les arbres ne servent pas de reposoirs aux vols d’oiseaux granivores attirés par l’unique culture de saison sèche.

60Cette inquiétude est renforcée, depuis 2000, par l’arrivée, dans l’aire des muskuwaari, des pesticides et surtout des herbicides. Le goulot d’étranglement de la culture a toujours été la mise en place rapide du brûlis/repiquage. Il fallait, pour cela, une main-d’œuvre salariée abondante, qui correspondait au gros des dépenses des exploitations. Les herbicides, passés de la spéculation cotonnière à la culture des muskuwaari, permettent, par leur rapidité d’exécution, de limiter ce recrutement et de réaliser de substantielles économies.

Le sorgho repiqué dans le nord du Cameroun

61De 2000 à 2005, les « mouskouariculteurs » se lancent dans des essais divers. Certains sont « tout herbicide », d’autres pratiquent un traitement une année sur deux ou trois, afin de ne pas compromettre le renouvellement du tapis graminéen, seul garant contre l’érosion. C’est toute une paysannerie qui teste et s’interroge, mobilisant tous ses savoirs sur les muskuwaari, confrontés à cette nouvelle donne : l’herbicide. Elle cherche, année après année, à trouver l’invariant caché…

62Le nord du Cameroun ne peut se passer de la culture de ses sorghos repiqués, mais le défi technique actuel, joint au spectre d’une crise foncière à court terme, ébranle la confiance que le paysan plaçait, il y a peu encore, dans son muskuwaari.

Références

63Kirscht, 2001 ; Mathieu, 2000 ; Raimond, 1999 ; Seignobos, 2000.

Muskuwaari dans la région de Maroua.

Muskuwaari sur sol faiblement vertique aménagé avec des diguettes.

fiche 4. Les tecalli du Mexique

Nomenclature

  • 4 La description des tecalli s’appuie entièrement sur les travaux de Del Amo et al., 1988.

64Les paysans installés le long du cours moyen du Balsas, dans l’État de Guerrero (Mexique) appellent tecalli un système de culture qui associe des trous (ou poquets) creusés dans le sable de la plage (les tecalli proprement dits) et des planches plus larges qui servent de pépinières ou de planches de culture (macatl, xonomacalli, macalli ou ascalli selon les espèces végétales plantées). C’est un type peu connu de culture de berge qui se rapproche de la culture en trous, développée dans le chapitre 5 (Collecter les pluies) et s’apparente à une culture hydroponique4. En nahuatl, le terme tecalli signifierait « trou ». En espagnol, on parle d’arenales, qui signifie culture sur sable. C’est un très ancien modèle des « cultures d’humidité » (de humedad) propres à l’Amérique latine.

Localisation géographique

65Les tecalli sont pratiqués durant la saison hivernale, sur les berges sableuses du moyen Balsas (Mexique). Né dans l’État de Puebla, le fleuve Balsas est l’un des plus longs du Mexique et parcourt 840 km en traversant plusieurs États avant de se jeter dans l’océan Pacifique. En eau toute l’année, il représente une voie de communication importante entre les montagnes centrales et l’océan. Son cours moyen (ou Balsas-Mezcala) débute après avoir reçu les eaux de la rivière Amacuzac et se termine un peu après sa sortie de l’État de Guerrero. Dans son cours moyen, le fleuve s’élargit, devient moins profond et dessine de larges méandres. C’est l’une des régions les moins peuplées du Mexique (45 hab./km2), à une altitude variant de 700 à 1 800 mètres. Le climat alterne une saison hivernale relativement sèche, et une saison estivale pluvieuse, la pluviométrie annuelle oscillant entre 600 et 1 200 mm. Les crues estivales inondent les berges du fleuve puis laissent de larges plages sableuses et caillouteuses à découvert, lors de la décrue.

Le cours moyen du Balsas (Balsas-Mezcala) où les tecalli sont aménagés (d’après Armillas, 1949).

66Les tecalli auraient aussi été pratiqués à Tepecuilco et dans l’État du Michoacán.

Schéma des tecalli et macalli du Rio Balsas (adapté de del Amo et al., 1988).

Conduite technique

67De novembre à mai (en saison sèche), le niveau d’eau est bas dans le Balsas, libérant une vaste zone sableuse. Cette plage découverte est divisée en sections d’une vingtaine de mètres, représentant chacun un site de culture. Chaque site est clôturé par des branchages d’épineux, le huixoral, destinés à protéger les cultures contre les chèvres et le bétail des rancheros. Un système de petites tranchées peut y être installé, pour préserver la zone de l’érosion hydrique. En novembre, en début de saison sèche, le sol est préparé à la main, utilisant des pelles, des machettes et des houes. Des planches de culture, de vingt centimètres de haut et de 1,5 m à 3 m de côté, sont alignées perpendiculairement à la rivière. Ce sont les macalli (macatl au singulier) dont les bords sont renforcés par des fascines et des pierres. C’est sur la moitié supérieure de la plage, et donc à l’arrière des macalli, que sont creusés les tecalli proprement dits. Disposés tous les mètres, les trous mesurent de 30 à 40 cm de diamètre et de 40 à 60 cm de profondeur. Enfin, tout à l’arrière on installe des vergers d’arbres fruitiers.

68En décembre, une fois les planches installées et les trous creusés, les semailles ont lieu de façon un peu différente dans les macalli et les tecalli. Dans les macalli on sème des graines d’oignon, de coriandre, d’ail, de haricot et de courge ainsi que des boutures de patate douce. Les semences sont couvertes de sable pour réduire l’évaporation et tempérer la chaleur du sol, puis d’un engrais naturel, prélevé dans les fourmilières, et enfin de feuilles de palme qui les protègent des oiseaux et de la chaleur. Ultérieurement, les jeunes plants seront transplantés sur des planches plus larges situées un peu à l’arrière et ils seront de nouveau fertilisés.

69Les tecalli sont quant à eux successivement comblés avec une couche de sable, une couche d’engrais naturel (fèces de chèvre, d’âne ou de vache) puis encore une couche de sable. Les derniers 10 cm restent vides. On sème dans le trou ainsi rempli melon, pastèque, maïs, haricot, patate douce, tomate, souci, tournesol et piment, à une profondeur de 5 à 20 cm. Lorsque la plante germe, on ajoute de l’engrais à base de guano de chauve-souris extrait des grottes proches. L’application de l’engrais se fait loin des racines pour éviter de les brûler. Ce fertilisant, de même que celui extrait des fourmilières est d’un usage ancien chez les Indiens. Il est 10 fois plus riche que le fumier de bétail tandis que le matériau issu des fourmilières l’est de deux à quatre fois plus. Un paillage de chaumes de sésame évite aux tiges rampantes des plants de pastèque et de patate douce d’être brûlées sur le sable. L’arrosage n’est pas vraiment nécessaire dans les planches humides situées tout près des berges. Par contre, les planches situées à l’arrière et plus encore les tecalli doivent être arrosés quotidiennement à la main, au moyen d’un arrosoir.

70Les cultures et les récoltes s’échelonnent jusqu’à la saison des pluies suivantes lorsque le niveau du Balsas remonte et recouvre la plaine inondable. Les paysans retournent alors dans leurs champs principaux où ils sèment le maïs, le sésame et le haricot. Puis, en octobre et novembre ils cultivent les champs situés juste au-dessus de la plaine inondable et produisent encore un peu de maïs ainsi que des pastèques. Un nouveau cycle de tecalli commence alors. Étant donné que chacun cultive les plantes de son choix et les associe à sa façon, on note de nombreuses variantes dans la technique des tecalli.

Histoire et société

  • 5 Moreno Toscano (1968) cité par Del Amo et al. (1988) et traduit par nous.

71La vallée du Balsas, peuplée depuis près de 20 000 ans, est une très ancienne zone de domestication des plantes. On a ainsi montré que la téosinte (Zea mays L subsp. parviglumis), l’ancêtre du maïs, y a été domestiquée il y a plus de 7 000 ans5 ainsi que le haricot (Phaseolus vulgaris) et la courge (Cucurbita angyrosperma). La vallée est alors occupée par des bandes de chasseurs cueilleurs qui se déplacent le long du Balsa puis se sédentarisent progressivement. Durant le premier millénaire avant Jésus-Christ, la vallée accueille des agriculteurs de la civilisation olmèque, comme en témoignent les ruines de Tlacozotitlán, récemment mises à jour. Au premier millénaire, alors que la civilisation de Teotihuacán domine la Méso-Amérique (400 av. J.-C.-650 apr. J.-C.), la vallée est occupée par les Mezcal qui assurent le commerce interrégional. Après la chute de Teotihuacán sous l’invasion des Mixtèques venus du nord, il faut attendre le xiie siècle pour qu’un autre groupe nomade, les Aztèques (de langue nahuatl), s’installent après une longue pérégrination dans le bassin de Mexico, fondent Tenochtitlán et dominent la région (Piperno et Pearsall, 1998). Lorsque les Espagnols arrivent, des groupes composites (les Chontales, les Coixcas, les Mixtecos, les Cuitlaltecas, etc.) issus de migrations successives peuplent la vallée, sous la domination des conquérants aztèques.

72L’origine des tecalli est inconnue mais elle est certainement préhispanique car la technique est déjà mentionnée en 1579 : Deux rivières se rejoignent dans ce village. Sur les plages, ils cultivent du maïs, du coton et des melons, et cela, sur des terrains qui restent sans eau après la décrue. Ce mode de culture, largement répandu en Amérique centrale, aurait été pratiqué tout le long du cours moyen du Balsas, principalement par les Chontales puis les Coixas (de langue nahuatl). Au moment de la conquête, les Espagnols ouvrent des mines et installent de grandes haciendas agropastorales dans la région. Les Indiens y travaillent en masse mais continuent de pratiquer des tecalli sur les berges du Balsas, pour leur propre subsistance. En 1949, Armillas observe encore ce mode de culture, le long du Balsas.

73Aujourd’hui, ce sont les descendants de ces Indiens, majoritairement de langue nahuatl, qui continuent à pratiquer les trous sur les plages du fleuve. Les communautés indigènes sont très pauvres et vivent dans des hameaux isolés, sans électricité et sans eau. Elles pratiquent presque exclusivement une agriculture de subsistance fondée sur la culture pluviale du maïs et du haricot, en saison humide, complétée en octobre et novembre par une petite agriculture utilisant les condensations atmosphériques. Dans ce contexte, les tecalli complètent l’agriculture pluviale de saison des pluies et produisent un maraîchage bienvenu durant la saison sèche. Ils équilibrent donc le système agraire et permettent aux paysans d’échapper aux disettes des périodes de soudure. La préparation des planches et des trous, les repiquages, l’irrigation quotidienne, le paillage et la recherche des fertilisants réclament une grande force de travail, mais celle-ci est disponible à cette époque, alors que les gros travaux agricoles de l’été sont terminés.

Autre type de culture de berges sur les rives du São Francisco (Nordeste, Brésil).

74Privés de leurs communaux par l’extension des élevages menés par les rancheros, accédant difficilement à des emplois dans les grands ranchs ou en ville, les communautés indiennes mettent ainsi à profit l’oisiveté de la morte-saison pour s’assurer quelques revenus complémentaires en pratiquant un peu d’artisanat et en vendant les surplus de pastèques ou de patates douces cultivés dans les tecalli.

75Mais l’essentiel de la production, très diversifiée, est consommé par les familles. L’isolement physique de ces populations se double actuellement d’un isolement social, aussi le maintien d’une telle agriculture témoigne en réalité d’une marginalité accrue et d’une réelle pauvreté. Malgré tout, le transfert constant de cette technique, de la période préhispanique jusqu’à nos jours, a permis à des générations de paysans de survivre.

Références

76Del Amo et al., 1988, 2002 ; Armillas, 1949, 1984 ; Moreno Toscano, 1968 ; Piperno et Pearsall, 1998.

fiche 5. Les jardins de sable en Chine du Sud

Nomenclature

77On désigne sous ce nom des bancs de sable situés dans le Yangzi et aménagés pour la culture du riz. On les nomme sha tien en chinois et sandfield en anglais. Certains ont la particularité de migrer au fil de l’eau, c’est-à-dire de disparaître puis de réapparaître éventuellement un peu plus loin. On les nomme alors han chiang chih thien ou « champs disparaissant dans le Yangzi ». Il ne faut pas confondre les jardins de sable aménagés en Chine du Sud avec le paillage de sable et de graviers pratiqué en Chine du Nord (voir Les champs sablés en Chine du Nord). Ils sont peu mentionnés dans la littérature.

Localisation géographique

78Ils sont fréquents au sud de la Chine, sur les bancs sableux entourés de roseaux situés sur les berges du Yangzi (ou Yangzijiang ou Chang Jiang) ou entre le Yangzi et le Huai (ou Huai He). Le Huai He, affluent du Huang He (fleuve Jaune), draine vers le sud et le Yangzi une vaste plaine plate dans la province Jiangsu, puis une région couverte d’un lacis de petits canaux, de bras morts, de rivières et d’étangs. La région jouit d’un climat sub-tropical humide et supporte une pluviométrie annuelle de 800 à 1 200 mm. Les pluies violentes, courtes et fréquentes, surviennent au printemps et durant l’été. Des typhons frappent fréquemment la région.

Le fleuve Yangzi.

Conduite technique

79Le jardin de sable est un des nombreux types de champs poldérisés que l’on rencontre, partout dans le monde, dans les zones basses et marécageuses. Ces îlots de sable au sol fertile sont protégés des crues du Yangzi par une digue de terre, circulaire et assez haute. De larges bosquets de roseaux les bordent et un canal les traverse, permettant d’amener l’eau du fleuve jusqu’au milieu des champs. Quand les pluies sont insuffisantes, ces derniers sont alors irrigués. Au contraire, quand la crue est particulièrement importante, un déversoir draine les excédents hydriques vers l’extérieur. À l’intérieur, la parcelle est drainée par un lacis de fossés qui la divise en sections de superficie variable, où l’on cultive le riz. Lorsque l’îlot est vaste et stable, les habitations des paysans sont installées entre les champs et des mûriers sont plantés tout autour. À l’abri des crues et de la sécheresse, les jardins de sable assurent des récoltes constantes en riz, et un petit maraîchage. Parfois, de petits îlots apparaissent et disparaissent dans le Yangzi. Ils sont alors simplement endigués et cultivés le temps de leur présence.

Dans la province Jiangsu en Chine se situe la zone principale des jardins en bancs de sable.

Histoire et société

80Le moyen Yangzi et le haut Huai sont connus pour être des centres d’origine et de diversification du riz cultivé dont les vestiges retrouvés dans cette région datent d’au moins 8 000 ans (Wang et al., 1995 ; Chen et Jiang, 1997). De plus, l’origine des champs poldérisés est ancienne en Chine (sans doute un siècle avant Jésus-Christ). Ils sont très nombreux dans la région du bas Yangzi, depuis les Han (- 206 à 220) jusqu’au viiie siècle environ, puis disparaissent pour réapparaître sous les Song (960-1279). On peut supposer que, dans la région de leur implantation actuelle, l’aménagement des jardins de sable a accompagné celui des champs poldérisés, dont ils sont l’une des formes les plus anciennes. Dès l’époque des Han, l’aménagement des jardins de sable temporaires (ceux qui sombrent dans le fleuve) a pu être très prisé par une population désireuse de se soustraire partiellement à la lourde pression fiscale. En effet, ces jardins sont exemptés de charges fiscales puisqu’ils n’existent pas réellement !

Schéma des jardins sur banc de sable dans le sud-ouest de la Chine (repris de Needham et Bray, 1984).

81Quoi qu’il en soit, leur développement est avéré au cours de la dynastie Song, lorsque les invasions qui touchent les régions nordiques poussent vers le Yangzi un grand nombre de réfugiés. En particulier, les Song du nord de la Chine, déjà malmenés par la poussée des tribus d’origine mongole (Liao) et tibétaine (Tangut), doivent fuir vers le sud quand, en 1126, les Jürgen d’origine mandchoue s’emparent de Kaifeng (Le Lièvre, 2004). L’afflux de nouvelles populations démunies engendre alors une pression démographique sur les terres et pousse à la recherche de nouvelles parcelles cultivables. La récupération des zones marécageuses et des îlots sableux se développe à cette époque. C’est donc en partie le manque de terre dans une région déjà fortement peuplée qui a poussé les migrants vers la culture des îlots sableux.

82Les jardins de sable s’intègrent dans une région largement dominée par la riziculture intensive alors que la culture du sorgho, du maïs, du coton et l’élevage des porcs se pratiquent dans le nord du Jiangsu. Aujourd’hui, ils sont tous endigués et maintenus en permanence sur les berges du Yangzi. Ils ont pour la plupart évolué vers des champs poldérisés dont l’extension est contrôlée par les autorités locales. La culture des champs de sable, qui disparaissent souvent dans les crues du Yangzi, est donc délaissée ou ne subsiste que localement, dans des lieux isolés.

Références

83Chen et Jiang, 1997 ; Le Lièvre, 2004 ; Needham et Bray, 1984 ; Wang et al., 1995.

Notes

1 Les mots en couleurs dans le texte signalent un renvoi aux fiches.

2 Les termes vernaculaires en italiques sont en pulaar, le dialecte peul de la vallée du Sénégal. Pour simplifier, seul le singulier est utilisé. Les mots dans d’autres langues ou dialectes figurent entre guillemets.

3 En 22 ans, de 1972 à 1993 inclus, seules 3 bonnes crues surviennent : 1974, 1975, 1988.

4 La description des tecalli s’appuie entièrement sur les travaux de Del Amo et al., 1988.

5 Moreno Toscano (1968) cité par Del Amo et al. (1988) et traduit par nous.

Table des illustrations

Légende Riziculture de décrue le long de la rivière Nam Hou au Laos.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Légende Région de Bemarivo (d’après Marchal et Dandoy, 1972).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Riziculture de décrue dans le delta de la Tsiribihina (Madagascar).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Titre Sorgho de décrue dans le département de Podor (Sénégal) © X. Le Roy
Légende 1 – Chantier de semisLe chef de famille découpe la croûte du sol avec la grande houe tongu, sa femme perce un trou avec le plantoir luugal, sa fille y dépose sept graines de sorgho.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende 2 – Sarclage-binageClôture d’épineux au 1er plan, sarclage et binage du sorgho au 2e plan, mare en cours de résorption au 3e plan.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende 3 et 4 – Lutte contre les oiseauxEmmaillotage des panicules, chasse des oiseaux à la fronde.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 5 – Récolte à la faucille
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende La vallée du fleuve Sénégal.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Légende Le sorgho repiqué dans le nord du Cameroun
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Muskuwaari dans la région de Maroua.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Légende Muskuwaari sur sol faiblement vertique aménagé avec des diguettes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Le cours moyen du Balsas (Balsas-Mezcala) où les tecalli sont aménagés (d’après Armillas, 1949).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Schéma des tecalli et macalli du Rio Balsas (adapté de del Amo et al., 1988).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Autre type de culture de berges sur les rives du São Francisco (Nordeste, Brésil).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Légende Le fleuve Yangzi.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Dans la province Jiangsu en Chine se situe la zone principale des jardins en bancs de sable.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende Schéma des jardins sur banc de sable dans le sud-ouest de la Chine (repris de Needham et Bray, 1984).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2857/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540