Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agricultures singulières

 | 
Éric Mollard
, 
Annie Walter

Partie 1. Maîtriser l’eau

Introduction à la partie 1

Texte intégral

Village de transmigrants à Palingkau (Kalimantan-Centre) dans le cadre des grands projets de développement des vastes zones marécageuses.
© P. Levang

1Les milieux humides sont présents partout dans le monde et sous tous les climats. Ils recouvrent une surface somme toute assez réduite (6 %) mais présentent une large diversité de formes selon qu’ils se situent le long des berges et des deltas des fleuves, au bord des lacs et des étangs ou qu’ils forment des tourbières, des vasières ou des marais, des lagunes ou des marécages. Les tourbières sont composées de débris végétaux dégradés dans des milieux humides, où les plantes poussaient à l’origine. Elles se sont formées, il y a plus de 10 000 ans, dans des sols gorgés d’eau et sous des climats frais et pluvieux. Les vasières sont formées de sédiments transportés par les fleuves, de sables apportés par les vents, d’eau douce venue des pluies et d’eau salée venue de la mer. On appelle marais la partie supérieure des vasières, recouverte uniquement lors des grandes marées ou des tempêtes. Elle donne lieu aux marais salants et aux mangroves, ces dernières ayant une végétation particulière, adaptée à la salinité. Les lagunes, situées entre terre et mer, sont des écosystèmes fragiles en perpétuel équilibre entre les forces terrestres et marines qui les animent. Les marécages, quant à eux, sont alimentés en eau douce provenant soit de la nappe phréatique qui affleure le sol dans les zones basses soit des débordements des grands fleuves au niveau de leur delta.

2Les milieux humides ont tous, quel que soit leur situation géographique, des fonctions multiples et importantes. Outre leur simple rôle de réservoir hydrique puisqu’ils accumulent les eaux de pluies ou celles issues de la fonte des neiges, ils régulent les crues des rivières, épurent les nappes phréatiques, retiennent les sédiments et contribuent à garantir la diversité animale et végétale, en particulier le long des cours d’eau. La flore et la faune des milieux humides sont, en effet, toujours spécifiques. Certains fournissent des ressources naturelles utiles. La tourbe, employée comme source d’énergie domestique, est récoltée dans les tourbières ; les laîches et les roseaux sont collectés pour des usages variés dans les marais et aux bords des lacs. Un grand nombre de plantes alimentaires ainsi que des poissons ou de petits gibiers sont fournis par les zones humides. Ces milieux jouent parfois un rôle de protection, comme ce fut le cas du Bajío qui barre les Hauts Plateaux mexicains sur plus de 200 km et a longtemps protégé les civilisations sédentaires de la Méso-Amérique en filtrant les incursions chichimèques. Zones de chasse, de pêche et de collecte, barrières protectrices ou zones de refuge, les milieux humides offrent souvent des paysages d’une grande beauté. Les hommes les exploitent très tôt et partout, y trouvant un sol fertile ainsi que des ressources faunistiques et floristiques variées.

3Un grand nombre de milieux humides a ainsi été mis en valeur. Les exemples sont innombrables. Il y a plus de 9 000 ans, les populations autochtones de Papouasie Nouvelle-Guinée pratiquent l’une des formes d’agriculture les plus anciennes dans les zones marécageuses de Kuk. Bien plus tôt, une certaine forme de culture a sans doute commencé là, en enfonçant un tubercule (en l’occurrence un taro) dans les boues marécageuses. Au Moyen Âge, les maraîchers cultivent le Marais à Paris et les mares des zones basses, situées au pied des cathédrales, donnent aux maragers la possibilité d’approvisionner les marchés urbains en légumes. Aux xve et xvie siècles, les Aztèques implantent les chinampas dans les lacs des vallées de Mexico. Certains milieux de taille réduite fournissent des ressources complémentaires à des communautés humaines installées à proximité, sur des terres moins inondées, tandis que d’autres, de superficie plus vaste, accueillent des sociétés humaines sédentaires qui s’y implantent, malgré l’excès d’humidité, l’abondance des moustiques et la difficulté des communications. Il s’agit parfois de communautés marginales, fuyant des populations agressives ou dominantes. Mais, certains affirment que quelques populations des marais choisissent délibérément ce lieu d’implantation en le jugeant très favorable (Serpanti, 1965 ; Heider, 1970). Elles y trouvent la sécurité, certes, mais aussi des protéines fournies par les poissons, les petits mammifères ou les oiseaux ainsi qu’une grande abondance de produits végétaux.

Lac Titicaca sur l’Altiplano bolivien à 3 800 m d’altitude.

4Suivant les contextes, l’aménagement agricole de ces zones soutient une agriculture principale ou bien vient en complément d’une agriculture pluviale dominante, indépendamment des lieux de résidence des populations concernées. Dans la plupart des cas l’agriculture humide de marais s’allie à l’agriculture sur sol sec mais s’inscrit de façon diverse dans le système agraire en fonction des conditions environnementales, des types de société, de leur plante alimentaire de base ou de leur lieu de résidence habituel. Selon les cas, et les thèses, le marécage ou le marais sont abandonnés quand ils deviennent impraticables (difficulté de maintenance ou érosion trop forte) ou au contraire quand l’agriculture pluviale sur sol sec redevient productive (innovation technique ou amélioration climatique). La puissance de la mécanisation actuelle et l’assainissement des vallées font également oublier à quel point l’humidité a été autrefois l’objet d’une gestion de tous les instants. Il y a quelques décennies encore, des rigoles cloisonnent les prés, des fossés à ciel ouvert sont entretenus en permanence, les formes seules de labours offrent des variétés saisissantes : dressées ou couchées, en planches, à plat ou en billons, piquées ou ouvertes, refendues ou en adossée. Les milieux humides, quant à eux, sont soigneusement aménagés et parfois recopiés. Une pléthore de modalités d’adaptation à l’humidité ou de lutte contre les excès d’eau permet ainsi aux producteurs d’accéder durant des siècles à des terres riches en matière organique, bien que lourdes et difficiles à travailler. À partir du xxe siècle, l’exploitation des milieux humides s’accroît soudainement et entraîne la disparition de près de la moitié d’entre eux. Les pratiques agricoles drainent l’eau de ces milieux, y rejettent des polluants tels que l’azote, le phosphore ou des pesticides, détruisent par leurs aménagements les bords des cours d’eau et les espèces qu’ils abritent. Même une agriculture adaptée, comme celle des jardins flottants sur le lac Inle au Myanmar, produit en elle-même des déchets organiques qui comblent le lac et soutient indirectement une population en pleine croissance qui asphyxie à son tour les eaux par ses nombreux déchets.

Les marais de Kaw en Guyane.

5Pour protéger ces milieux si utiles, une charte intergouvernementale a été signée le 2 février 1971, à Ramsar en Iran. Depuis, le 2 février est devenu, chaque année, la journée mondiale des zones humides. La charte concerne toutes les nappes, qu’elles soient naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires ; toutes les eaux, qu’elles soient stagnantes, vives, douces, saumâtres ou bien salées, les littoraux jusqu’à six mètres de profondeur à marée basse, les rizières et les lacs de barrages. Elle précise que l’activité agricole doit elle aussi contribuer à préserver la richesse de ces milieux. La recherche agronomique, par conséquent, doit s’attacher à mettre au point des conduites de culture performantes tout en respectant un cahier des charges sur le volume et la qualité des écoulements. L’exemple des nombreuses agricultures singulières qui se sont déployées durant des siècles dans ces milieux fragiles offre un panorama des solutions possibles dont peuvent s’inspirer agronomes et décideurs de la société civile bien qu’elles ne soient pas, bien sûr, des solutions toutes faites. La mise en valeur de ces milieux dépend a priori de facteurs divers tels que l’outillage disponible, le travail d’aménagement initial, l’appropriation foncière, le marché urbain, l’organisation sociale ou la configuration politique locale. Tous ces facteurs interagissent et se conditionnent les uns les autres pour aboutir à un équilibre toujours instable entre facteurs techniques, sociaux et cognitifs, garant de la survie d’une agriculture singulière. Mais la plupart des faciès se prêtent à des aménagements progressifs à la portée des paysans, individuellement ou en communautés, et sans intervention nécessaire de l’État. L’exploitation des milieux humides varie ainsi de la simple adaptation sans aménagement, où le milieu originel est apparemment préservé, jusqu’à l’artificialisation absolue sans banalisation.

6La lecture de la documentation concernant les types d’agriculture en milieux humides révèle quelques confusions, sans doute parce que beaucoup d’entre eux ont disparu ou ne subsistent qu’à l’état de reliques et parce qu’ils partagent certaines similitudes. Ainsi, les cultures de décrue sont mêlées aux cultures de berges, les jardins flottants sont confondus avec les chinampas (qui ne flottent pas) et les camellones sont assimilés aux chinampas ou aux hortillonnages. Ces derniers systèmes sont, en bloc, rapprochés des systèmes agro-piscicoles. Pourtant, ces types d’agricultures sont différents bien que parfois difficiles à distinguer. Les types d’agriculture en milieu humide peuvent se classer en quatre catégories principales, présentées chacune dans un chapitre, en suivant grosso modo des modes d’artificialisation croissants.

7Le premier chapitre traite des agricultures qui transforment peu ou pas le milieu et sont menées sur les berges des rivières ou sur les bords des cuvettes et des lacs en récession. Il s’agit des cultures de décrue auxquelles les cultures de berges sont associées. Dans les premières, les plantations suivent le retrait progressif de l’eau tandis que dans les secondes, l’aménagement est effectué à la morte-saison, lorsque la crue s’est retirée. Les cultures de décrue nécessitent très peu d’aménagements surtout lorsqu’elles sont réservées à des plantes aquatiques comme le riz ou le taro. Les cultures de berges s’appuient sur des aménagements sommaires, renouvelés tous les ans. Bien souvent, il faut l’avouer, ces deux modes de culture sont intriqués et bien difficiles à distinguer.

8Le deuxième chapitre présente un autre groupe d’agricultures qui réclament généralement peu d’aménagements, transforment faiblement le milieu et se déroulent au sein même des lacs et des cours d’eau. Certaines, comme les jardins flottants démontrent qu’une forte intensité culturale peut se conjuguer avec une artificialisation réduite et un outillage rudimentaire. D’autres, comme les chinampas du Mexique représentent au contraire une agriculture intensive aboutissant à l’aménagement complexe d’un lac peu profond. Ce qui distingue ces agricultures, c’est qu’elles sont toujours menées au ras d’une eau permanente, tout au moins durant le cycle cultural. Elles annoncent l’exploitation permanente des marais, dont les chinampas, d’ailleurs, en sont l’un des exemples.

9Le troisième chapitre aborde des aménagements plus importants qui, au fil du temps, aboutissent parfois à des paysages anthropisés impressionnants. C’est le grand groupe des hortillonnages et des techniques associées, dont les fonctions sont multiples. Il s’agit en effet de drainer l’eau excédentaire des zones marécageuses mais aussi d’assurer une irrigation constante aux plantes. Tous ces ensembles sont fondés sur la succession régulière de planches de culture et de canaux de drainage. Mais certains, comme les camellones, se déploient dans des plaines inondables où les canaux ne sont pas toujours en eau alors que d’autres comme les hortillonnages sont installés dans des zones marécageuses où les canaux sont en permanence en eau. Dans quelques milieux, comme les bords des lacs, la distinction est parfois difficile à faire.

Mangrove de Nouvelle-Calédonie.

10Le quatrième chapitre présente quelques exemples d’aménagements complexes observés en milieu humide. Certains, comme le pasang surut en Indonésie permet de transformer progressivement et durablement un milieu marécageux en terres cultivables assainies. D’autres s’intègrent à différents modes d’agriculture, comme par exemple la riziculture de mangrove en Casamance qui est étroitement associée à une riziculture irriguée classique. Les derniers associent simultanément ou alternativement l’agriculture et la pisciculture, exploitant de façon intégrée les étangs et les terre-pleins. Ainsi, les étangs de la Dombes et les étangs à digues cultivées en Chine représentent les modes d’aménagement les plus aboutis d’un milieu humide, où l’eau et la terre sont exploitées à part égale. Si des poissons peuvent être élevés dans les canaux des hortillonnages, la pisciculture ne s’y est pas développée et associée à l’agriculture, comme dans ces deux derniers exemples.

Table des illustrations

Légende Village de transmigrants à Palingkau (Kalimantan-Centre) dans le cadre des grands projets de développement des vastes zones marécageuses.© P. Levang
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 795k
Légende Lac Titicaca sur l’Altiplano bolivien à 3 800 m d’altitude.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 650k
Légende Les marais de Kaw en Guyane.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2856/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 801k
Légende Mangrove de Nouvelle-Calédonie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2856/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1001k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540