Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agricultures singulières

 | 
Éric Mollard
, 
Annie Walter

Introduction

Éric Mollard et Annie Walter

Texte intégral

1Il y a près de 10 000 ans, les groupes de chasseurs-cueilleurs qui peuplaient alors la terre ont commencé à protéger les plantes puis à les cultiver, donnant progressivement naissance à ce que l’on appelle aujourd’hui l’agriculture. Son émergence s’est produite séparément et indépendamment en plusieurs endroits du monde à partir desquels elle s’est répandue. L’agriculture, vue comme l’ensemble des travaux effectués par l’homme dans le but de produire des végétaux qui lui sont utiles, n’est pas née soudainement mais fut plutôt l’aboutissement d’un lent processus dont les différentes phases se sont succédé plus ou moins graduellement selon les lieux et selon les plantes. Les premières cultures ne concernaient pas une seule plante mais un ensemble d’espèces, au sein desquelles l’une d’entre elles prédominait. Il s’agissait presque toujours d’une céréale ou d’une plante à racine ou tubercule : l’orge et le froment au Moyen-Orient, le taro et l’igname en Océanie, le sorgho en Afrique, le mil en Chine, le maïs et le haricot en Amérique du Sud. Les premiers aménagements consistaient simplement dans le choix d’une parcelle reproduisant naturellement le milieu d’origine de la plante convoitée ou bien dans la simple transplantation de cette espèce vers un milieu anthropisé, comme le village. Simultanément, l’homme s’est déplacé, a investi des milieux nouveaux et s’est parfois installé, par choix ou par nécessité, dans des lieux particulièrement hostiles qu’il a dû aménager et cultiver.

2Progressivement, l’agriculture s’est transformée ainsi que les sociétés qui la pratiquaient et les milieux qui la soutenaient. Elle est devenue de plus en plus complexe et a généré au cours du temps des formes variées qui résultent d’une adéquation entre un climat, un sol, une plante et une communauté humaine. Presque toutes impliquent une transformation du paysage au bénéfice des cultures et témoignent d’une artificialisation plus ou moins poussée de l’environnement, obtenue par des techniques différentes, sans que l’on puisse, à leur simple vue, associer une fonction définie aux structures qui les composent. Les digues, les trous, les terrasses ou les murets, traduisent de nombreuses fonctions qui existent souvent de façon simultanée au sein d’une même agriculture. Ainsi, en zone aride montagneuse, une terrasse conserve l’eau, évite l’érosion et fournit un terrain plat pour les cultures. En zone humide, un fossé draine les excédents d’eau mais irrigue aussi les plantes en période sèche. Un aménagement entrepris dans un but donné peut présenter une fonction secondaire avantageuse. Par exemple, le replat d’une terrasse construite pour aménager la pente rend l’irrigation commode, la terre d’une butte rehaussée pour ameublir le sol facilite le désherbage et la récolte.

3Aucun mode de culture n’existe de façon isolée. Au sein des multiples formes agricoles existantes ou ayant existé, chacune d’elles s’associe à d’autres dans la gestion logique et raisonnée d’un territoire par une communauté humaine. En Mélanésie, on observe ainsi, dans un même espace géré par un même groupe social, une tarodière irriguée à côté d’un jardin d’ignames sur défriche brûlis, d’une plantation de cocotiers et de plates-bandes maraîchères. L’ensemble forme ce que l’on appelle un système de cultures. Comme l’ont écrit Mazoyer et Roudart (1997), il s’agit d’ensembles organisés dépendant tout à la fois de l’écosystème qui les soutient et du système social qui les gère, l’un et l’autre ne pouvant être que particulier à un moment donné et dans un lieu donné. L’écosystème comprend lui-même des éléments divers, et le système social présente toutes sortes de facteurs qui interagissent : type d’outillage, modes d’accès à la terre, statut social des producteurs, organisation politique, utilisation finale de la production agricole. Les facteurs à prendre en compte sont donc nombreux, sans même parler des conditions historiques, économiques ou démographiques au sein desquels ils se situent. En conséquence, les modèles d’analyse théoriques qui sont élaborés rend(ent) compte des formes d’agriculture les plus répandues et les plus durables mais ne rend(ent) pas compte des particularités de forme et de destin de chaque agriculture singulière (Mazoyer et Roudart, 1997 : 47). De plus, chaque élément de l’ensemble et l’ensemble lui-même ne sont jamais statiques, mais évoluent et se transforment continuellement, donnant régulièrement naissance à un nouveau type de système de cultures. Cette agrodiversité permet une adaptation continuelle, et par là même durable, des communautés à leur milieu. Les agricultures ont parfois été mises au point par des groupes marginalisés repoussés dans des environnements hostiles (comme les Dogons au Mali) mais le plus souvent, elles sont le fait de groupes sociaux stables qui ont su mettre à profit l’une des caractéristiques de leur environnement, ou qui ont su créer un équilibre, au terme d’une série d’expériences plus ou moins réussies, entre les besoins de leurs plantes, les potentialités de leur milieu et les nécessités de leur organisation sociale. Chaque type d’agriculture témoigne donc d’une étape précise dans une série évolutive au cours de laquelle d’autres types d’agriculture l’ont précédé puis lui ont succédé. Beaucoup d’entre elles ont été totalement éliminées et ne subsistent plus que sous la forme de vestiges archéologiques, d’autres se maintiennent au prix d’une créativité constante, aux marges des grandes agricultures ou dans des zones isolées et continuent à être pratiquées au quotidien en maints endroits du monde.

Agriculteurs de l’Altiplano foulant des pommes de terre.

4Alors que les actions de développement agricole cherchent à privilégier les solutions alternatives, nous avons remarqué qu’un certain nombre d’agricultures n’était connu que de quelques observateurs. Mentionnées dans des revues très spécialisées, la plupart sont peu étudiées ou apparaissent sous des vocables vernaculaires différents. Si les meskat de Tunisie ont fait l’objet d’abondantes études, on connaît moins les qochas d’Amérique latine, les khadin du Pakistan, les cordons lagunaires de Tunisie ou les fosses jardins de l’Océanie. Or, à défaut d’être largement représentée d’un point de vue géographique, chaque agriculture est significative des relations particulières que l’homme noue avec les plantes cultivées, le milieu et les autres groupes sociaux. Elles révèlent toutes que le destin ultime d’un marais ou d’un désert n’est pas nécessairement la poldérisation ou la grande irrigation, que l’endiguement et les barrages ne sont pas les seules solutions au contrôle des crues. Elles démontrent toutes que des pratiques de conservation de l’eau ou du sol ont été mises en œuvre depuis toujours par les sociétés traditionnelles.

5Les agricultures parlent surtout des réalités vécues par les paysans. La rationalité paysanne, d’abord individuelle, nourrit une rationalité collective à laquelle elle ne peut être réduite même si cette dernière l’inspire à son tour ou la contraint partiellement. Elle conduit à des formes d’aménagement astucieuses qui ont su montrer leur efficacité et engendrer une certaine prospérité. Toutes les agricultures présentées dans cet ouvrage (et il y en a sans doute beaucoup d’autres) portent la marque de l’entreprise paysanne, de la validité des savoir-faire locaux, de l’adaptation progressive aux processus évolutifs dont les paysans ont une connaissance fine, de l’esprit innovateur d’un monde rural trop souvent jugé statique. En un mot elles parlent de ceux qui, depuis des millénaires, doivent produire pour eux et pour les autres les plantes alimentaires dont nous dépendons.

6L’ouvrage que nous présentons n’est pas un essai d’analyse théorique des systèmes agraires du monde, ce qui a, d’ailleurs, déjà été réalisé. Un inventaire exhaustif des différents types d’agriculture qui ont existé ou existent encore est quant à lui impossible et présente peu d’intérêt puisque l’agriculture est dynamique, mouvante et toujours locale. Plus modestement, ce livre propose un panorama des principaux types d’agriculture que nous avons pu recenser lors de nos enquêtes et, le plus souvent, dans la littérature spécialisée. Nous avons choisi les exemples de façon à illustrer les principaux milieux, les différentes parties du monde et les grands types d’agriculture, comme l’irrigation ou les champs surélevés. Les modes de culture les plus originaux ont été privilégiés, à condition que les informations les concernant soient suffisantes. L’ouvrage est destiné à centraliser et organiser une masse de données très hétérogènes, afin que chacun puisse trouver rapidement au fil des pages les renseignements essentiels concernant le type d’agriculture qui l’intéresse. Ce livre n’est pas un manuel de solutions toutes faites capables de répondre aux nombreux problèmes techniques que le monde agricole se pose, mais plutôt un recueil de solutions possibles destinées à susciter l’imagination et proposer des idées. Bien qu’il fasse entièrement appel aux savoirs traditionnels des communautés non industrialisées, il n’est pas un hymne au passé agricole de l’humanité. Par contre, et c’est peut-être là son principal objectif, il rend compte de l’imagination, de l’adaptabilité, de l’endurance et des qualités d’observation des communautés humaines qui, dans les milieux les plus défavorables ou les conditions les plus hostiles, ont su trouver une solution pour cultiver et survivre. Il ne s’agit donc pas de protéger à tout prix tel ou tel type d’agriculture mais plutôt de comprendre les principes qui les sous-tendent, de reconnaître la valeur des savoirs populaires et l’efficacité des modes de gestion paysanne, afin d’en tenir compte dans l’adaptation des modes d’agriculture traditionnels au monde moderne. L’ouvrage est centré tout particulièrement sur les agricultures des milieux hostiles, marais, cordons lagunaires, déserts et tous ces lieux dans lesquels on ne s’attendrait pas, au premier abord, à trouver des champs verdoyants ni même des populations durablement installées. Nous y avons ajouté quelques types d’agricultures qui, sans être pratiquées dans des milieux réellement ingrats, témoignent néanmoins d’une adaptation réelle et astucieuse à des environnements restreints.

Culture attelée dans les rizières en Inde.

Sarclage-buttage de plants de maïs par une paysanne bamileké au Cameroun.

7Les agricultures choisies sont classées en trois sections principales, correspondant à trois grands types de milieux. À l’intérieur de chaque partie, les agricultures similaires sont regroupées en chapitres. La première traite des modes de culture en milieu humide, des berges de rivières jusqu’à l’aménagement des deltas en passant par la culture des marais et l’association entre agriculture et pisciculture. À côté des systèmes simples, comme l’aménagement d’une berge, on trouvera les systèmes complexes représentés par les hortillonnages ou les digues à mûrier. La deuxième partie réunit les agricultures des zones arides, qui sont parmi les plus anciennes et les plus nombreuses. Là encore, on peut observer des modèles d’une grande simplicité, comme les petits bourrelets de terre placés le long de faible pente jusqu’aux systèmes nabatéen ou autres aménagements de versant, d’une grande complexité. La dernière partie présente des agricultures pratiquées dans des milieux variés. Il s’agit de formes d’irrigations singulières ou de fonctions particulières de l’irrigation ; des techniques de fertilisation du sol parmi lesquelles on trouvera le billonnage aux fonctions multiples. Le dernier chapitre a été consacré à la plante, pour ne pas oublier qu’elle reste au centre de toute agriculture. Certaines des agricultures présentées dans cette troisième partie auraient pu trouver leur place dans l’une ou l’autre des deux premières, dans la mesure où elles sont pratiquées dans des milieux humides ou arides. Néanmoins, il nous a semblé important de bien individualiser certaines techniques, pratiquées dans toute sorte de milieux (telle que la fertilisation des terres) et de conserver à la plante, et à ses besoins, le dernier mot, dans un ultime chapitre.

8L’ouvrage se présente comme un manuel où chaque entrée ou fiche correspond à un type d’agriculture pratiquée autrefois ou aujourd’hui, quelque part dans le monde. Étudiants et chercheurs y trouveront surtout les informations principales concernant des types d’agricultures peu connues, complétées par un certain nombre de références leur permettant de poursuivre leurs propres recherches et par des croquis (ou photographies) illustrant les données. Mais le texte se veut avant tout accessible au plus grand nombre. Nous avons donc évité, dans la mesure du possible, l’emploi des termes scientifiques et la présentation de données numériques ou très spécialisées. Ainsi conçu, l’ouvrage apparaîtra pour certains insuffisamment documenté, pour d’autres comme une succession d’exemples anecdotiques. Mais, nous l’espérons, l’ensemble témoigne à la fois de la multitude des solutions locales mais aussi de la similitude des solutions apportées par des sociétés parfois très éloignées. Nous avons pour cela effectué de nombreux renvois (en couleur) au fil des chapitres et des fiches pour bien souligner que les solutions apportées localement sont rarement isolées. Les hortillonnages européens, les chinampas de Mexico, les camellones andins et les champs de taro drainés océaniens ont finalement beaucoup de points communs.

Carte de situation des agricultures à travers le monde.

9Chaque agriculture est traitée en plusieurs paragraphes donnant des informations sur sa nomenclature, sa localisation géographique, ses aménagements techniques et le contexte historique et social dans lequel elle est pratiquée. Certains exemples concernent des vestiges archéologiques, même si la plupart des agricultures traitées sont encore pratiquées de nos jours. À ce propos, il faut souligner que les grands ensembles archéologiques ou actuels n’ont pas été aménagés en une seule fois, ni même utilisés de façon continue. Les tarodières irriguées sont construites au fil des ans, en ajoutant progressivement de nouveaux bassins aux précédents. Les champs drainés de taro en Papouasie Nouvelle-Guinée et les camellones sud-américains ont été exploités de manière discontinue, comme en témoignent les phases d’abandon entre deux phases d’utilisation. La documentation relative à certains types d’agriculture est abondante, aussi avons-nous essayé de retenir uniquement les références principales et faciles d’accès, des plus anciennes aux plus récentes. Pour la plupart, elle est réduite à quelques articles sur lesquels le texte s’appuie entièrement. Dans tous les cas, les références des sources utilisées sont intégralement citées à la fin de chaque fiche puis données de façon complète en fin d’ouvrage. Plusieurs auteurs, dont nous-même, ont également accepté de contribuer à ce manuel, en traitant des agricultures qu’ils avaient personnellement étudiées. Leur nom signe alors le sujet qu’ils ont rédigé et nous les en remercions. Certains d’entre eux se sont retrouvés, à la fin des années 1990, au Laboratoire d’études agraires à Montpellier, en provenance de différentes parties du monde. Les discussions que nous avons eues ensemble, les observations différentes que nous avions faites et notre intérêt collectif pour ces formes d’agricultures si variées, et parfois si performantes, nous ont finalement donné l’idée de cet ouvrage. C’est donc aussi nos expériences et notre enthousiasme que nous aimerions faire partager à un large public.

Table des illustrations

Légende Agriculteurs de l’Altiplano foulant des pommes de terre.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Légende Culture attelée dans les rizières en Inde.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Sarclage-buttage de plants de maïs par une paysanne bamileké au Cameroun.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2853/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Légende Carte de situation des agricultures à travers le monde.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2853/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 318k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540