Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelle-Calédonie

 | 
Claude E. Payri

Épilogue

En Nouvelle-Calédonie, la mer ne sépare pas les hommes, elle les lie

Didier Poidyaliwane

Texte intégral

Totems de St. Maurice, île des Pins. © P.A. Pantz

1Cet ouvrage nous rappelle que la Nouvelle-Calédonie représente un espace maritime exceptionnel et comprend un littoral développé, de grands lagons et des récifs coralliens d’une biodiversité de premier ordre. Il nous montre aussi que l’écosystème corallien résulte d’interactions permanentes entre la mer et la terre et que l’accroissement démographique et le développement des activités humaines ont engendré au fil du temps des transformations qui ont laissé quelques stigmates. En dépit d’un environnement globalement encore bien préservé, la Nouvelle-Calédonie n’échappe pas à l’évolution sociale et économique du monde avec ce qu’elle a de positif mais aussi de négatif pour l’environnement marin.

2Comme indiqué au long des chapitres, cet écosystème extraordinaire de richesses et de diversités est, du fait de sa nature complexe, fragile et vulnérable. Les processus d’adaptation et de résilience sont eux aussi complexes et les recherches sur la résistance des communautés coralliennes aux modifications de l’environnement et aux changements climatiques en sont encore à leurs balbutiements. L’ouvrage met en particulier en lumière le site unique de Bouraké où coraux et mangroves parviennent à vivre dans des conditions proches de celles prédites pour la fin de ce siècle. Cet exceptionnel observatoire naturel devrait permettre à l’avenir aux scientifiques de mieux comprendre les capacités d’adaptation des coraux et alimenter cette fois avec des données grandeur nature, les modèles prédictifs qui ne se basent pour l’heure que sur des mesures en laboratoire, réduisant ainsi les incertitudes sur les projections et les scénarios futurs.

3L’écosystème corallien représente pour les Calédoniens un patrimoine naturel et culturel fondamental et vital, il nourrit les hommes dans tous les sens et participe pleinement à la construction des codes de fonctionnement des sociétés et de leurs identités. Le continuun écologique mis en avant par les scientifiques tout le long de l’ouvrage connu dans la culture Kanak a été façonné pendant des millénaires d’une manière équilibrée entre la nature et les Hommes. L’approche n’est pas rompue par la mort puisque des nombreuses zones « tabou » ou « cimetières » des esprits des morts sont fréquentes dans le lagon autour de la Grande Terre et les Îles loyauté.

4Edifiées, codifiées et cartographiées depuis longtemps, des règles de partage, de protection des territoires par les groupes claniques et tribaux coexistent et parfois se chevauchent avec les règles institutionnelles de gestion des espaces.

5Les savoirs des populations en lien avec la nature et ceux des scientifiques doivent relever les défis à venir de coproduire des normes mieux ajustées aux enjeux écologiques et socio-culturels.

6Les paysages marins offrent par leur beauté et leur diversité un terreau fertile à de nouvelles initiatives porteuses d’avenir pour le développement harmonieux de la Nouvelle-Calédonie. Aussi leur maintien en bon état écologique conditionne-t-il cette réussite. Conscients de cet enjeu, les services en charge de la gestion de l’environnement ont mis en place depuis deux décennies un réseau d’aires marines protégées, accompagné de textes réglementant les espèces iconiques et menacées ainsi que les activités dans ces espaces protégés. L’accession au label patrimoine mondial de plus de la moitié des surfaces de récifs et lagons ceinturant la Grande Terre a marqué un virage dans les actions de conservation avec la mise en place de comités de gestion dans chacune des aires protégées. Après dix ans d’existence, 13 comités de gestion et plusieurs associations fédérés autour des collectivités, du Gouvernement et du Conservatoire des Espaces Naturels agissent pour la protection de ces lagons et récifs. Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a souhaité aller plus loin en créant en avril 2014 le parc naturel de la mer de Corail, qui englobe toute la zone économique exclusive calédonienne et représente une des aires marines protégées les plus étendues de la Planète. La récente validation d’un plan de gestion et les divers arrêtés qui en découleront réglementeront les activités au sein de cet espace. La sanctuarisation des récifs isolés du très grand plateau des Chesterfield–Bellona à l’ouest de la Grande Terre et des récifs de Pétrie et de L’Astrolabe à l’est devrait limiter les impacts des activités humaines sur ces milieux exceptionnels et préservés.

7Mais le défile plus difficile à relever sera sans doute celui d’un développement d’usages durables, responsables et respectueux à la fois de la nature et des hommes. Certains chapitres de cet ouvrage ont montré que les activités touristiques et de loisirs, essentielles pour l'économie du pays et son ouverture au monde, ne sont pas exemptes d'implications dans la dégradation des écosystèmes récifo-lagonaires, que ce soit par la construction d’infrastructures ou par les activités déployées dans le lagon.

8La diversité biologique en général et celle associée aux récifs coralliens en particulier représentent un atout majeur pour le développement de la Nouvelle-Calédonie. Beaucoup reste encore à découvrir et à comprendre de cet espace qui s’étend depuis les abysses colonisés par des coraux profonds jusqu’aux eaux claires des lagons qui abritent une multitude de coraux constructeurs de récifs. Cet écosystème, qui constitue également un patrimoine immatériel, source de savoirs, de mythes, de légendes et de rites, nécessite un recensement précis des savoirs traditionnels avant qu’ils ne s’éteignent avec les Anciens.

9Les écrits rassemblés dans cet ouvrage témoignent à la fois des efforts de recherche et des échanges entre disciplines différentes que le lagon a su faire dialoguer dans le souci de mieux comprendre pour mieux préserver ce bien commun. Le parc naturel de la mer de Corail, condensé de vie, source de bio-inspiration et enjeu de territoire et de liens, inscrit désormais la Nouvelle-Calédonie dans une politique ambitieuse de préservation et d’utilisation durable de l’espace océanique et place notre petit archipel du Pacifique dans le grand concert mondial des nations maritimes.

Table des illustrations

Légende Totems de St. Maurice, île des Pins. © P.A. Pantz
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28295/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 892k

Auteur

Membre du gouvernement en charge des affaires coutumières, de l’écologie, du développement durable, des relations avec le Sénat coutumier et des conseils coutumiers, des terres coutumières

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site