Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelle-Calédonie

 | 
Claude E. Payri

Partie 5. Des espèces sensibles dans un espace fragile. Gestion, protection et conservation

Chapitre 46. Les récifs et lagons néo-calédoniens au patrimoine mondial de l’Unesco

Myriam Marcon

Texte intégral

Ilot N’dué, lagon Sud. © P.-A. Pantz

Une reconnaissance internationale vectrice d’actions et de cohésion

1« Les lagons de Nouvelle-Calédonie : diversité récifale et écosystèmes associés » ont rejoint la prestigieuse Liste du patrimoine mondial en 2008. Grâce à un important soutien de l’Initiative française pour les récifs coralliens (Ifrecor), les acteurs néo-calédoniens se sont fédérés et ont présenté une candidature collégiale.

2Depuis, les efforts et engagements autour de la protection des récifs, élément majeur du bien inscrit, n’ont cessé de se multiplier. Alors qu’on ne comptait qu’un comité de gestion au moment de l’inscription, ce sont aujourd’hui 13 comités de gestion qui sont au chevet des zones composant le bien. Représentatifs des populations locales (secteurs coutumier, institutionnel, économique, touristique, de l’enseignement, associatif, etc.), ils élaborent et mettent en œuvre les plans de gestion des différentes zones composant le bien, dont la finalité principale est le maintien de l’intégrité de ce dernier. En 10 ans, dix plans de gestion ont ainsi vu le jour.

Un travail en réseaux pour plus d’efficacité

3L’existence du Conservatoire d’espaces naturels (CEN), structure notamment en charge de la coordination pour la gestion du bien néo-calédonien inscrit au patrimoine mondial, permet d’offrir une plateforme d’échanges entre les gestionnaires. Depuis sa création, le CEN s’attache à produire des outils d’animation de réseau : le forum des comités de gestion, les formations, l’organisation d’échanges d’expériences sont autant de moyens de renforcer les compétences des comités de gestion et d’accroître l’efficacité des actions.

Boat Pass, lagon Nord. © P. A. Pantz

4Des supports de communication et de sensibilisation variés, élaborés par le CEN, permettent de promouvoir la convention du patrimoine mondial et d’inciter à de bonnes pratiques. On citera par exemple « Mon nom est lagons », une vidéo visant à sensibiliser les touristes, ou l’exposition « Les gardiens du trésor », autant d’outils mis à disposition des acteurs néo-calédoniens impliqués dans la gestion de ce patrimoine.

5L’inscription sur la Liste du patrimoine mondial permet également aux parties prenantes de Nouvelle-Calédonie de bénéficier des expériences d’autres gestionnaires de sites marins dans le monde. Les conférences organisées par le Centre du patrimoine mondial sont des opportunités d’échanges très riches, notamment sur les problématiques d’échelle mondiale, comme le changement climatique, le tourisme de croisières, etc.

6L’Ifrecor, coordonnée localement par le CEN depuis 2016, est une plateforme supplémentaire pour engager des réflexions et des actions en faveur de la protection des récifs et des écosystèmes associés.

Attention les yeux !

7Avec cette inscription au patrimoine mondial, une attention accrue est prêtée aux lagons et récifs de Nouvelle-Calédonie. Les populations, les institutions, les associations, les chercheurs, accordent aujourd’hui plus que jamais une vigilance renforcée à ce joyau reconnu de tous.

Table des illustrations

Légende Ilot N’dué, lagon Sud. © P.-A. Pantz
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 878k
Légende Boat Pass, lagon Nord. © P. A. Pantz
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28289/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteur

Gestion du bien inscrit au patrimoine mondial
Conservatoire d’espaces naturels
BP 10
98860 Koné, Nouvelle-Calédonie

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site