Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelle-Calédonie

 | 
Claude E. Payri

Partie 5. Des espèces sensibles dans un espace fragile. Gestion, protection et conservation

Chapitre 39. Les tortues marines de Nouvelle-Calédonie

Tyffen Read et Richard Farman

Texte intégral

La tortue bonne écaille (Eretmochelys imbricata) est en danger critique d'extinction. Cette espèce est chassée pour la qualité des écailles de la carapace. © G. Boussarie

1Cinq des huit espèces de tortues marines recensées au niveau mondial fréquentent les eaux de Nouvelle-Calédonie. Leurs effectifs varient toutefois considérablement puisque l’observation de la tortue olivâtre Lepidochelys olivacea reste anecdotique et la conséquence sans doute d’animaux égarés, et celle de la tortue luth Dermochelys coriacea confidentielle car elle ne fait que transiter par la zone économique. Par contre, la tortue verte Chelonia mydas, la tortue grosse tête Caretta caretta et bonne écaille Eretmochelys imbricata sont fréquemment observées dans le lagon. Au niveau mondial, les tortues vertes et les tortues bonne écaille sont classées en danger et la grosse-tête comme vulnérable par l’IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature).

Deux sites majeurs de ponte

2La Nouvelle-Calédonie abrite deux sites de ponte majeurs pour les tortues vertes et les tortues grosses-têtes dans le Pacifique Sud-Ouest, seconds en importance seulement après ceux de l’Australie et unique autre site de reproduction pour le reste du Pacifique insulaire pour les grosse-têtes.

3Les tortues vertes de Nouvelle-Calédonie proviennent de différents groupes génétiques, principalement celui des récifs d’Entrecasteaux (indépendant), celui de la mer de Corail dont font partie les tortues qui pondent sur les atolls Chesterfield et ceux du nord et du sud de la grande barrière australienne. Il y a très peu d’échanges entre ces différents groupes. Les femelles montrent en effet un très fort taux de fidélité à leurs sites de pontes pendant une même saison (une femelle va pondre plusieurs fois pendant la saison), mais aussi entre les saisons successives. L’intersaison a été estimée à en moyenne à 8,35 ± 3,30 années.

4Si on retrouve des sites de nourrissage des tortues vertes sur l’ensemble du lagon, notamment la côte Ouest, les sites de ponte sont principalement cantonnés au nord de la grande Terre et aux Loyauté. Les principaux échanges entre les sites de nourrissage et les sites de ponte ont été documentés entre l’Australie et la Nouvelle-Calédonie laissant présager l’existence de corridors de migration entre les deux pays, mais aussi « intra-muros ».

5En effet, 61 % des tortues vertes du Grand Lagon Sud (GLS) proviennent du site de ponte des récifs d’Entrecasteaux, 24 % de ceux d’Australie et moins de 5 % au groupe « Chesterfield/mer de Corail ». On ne connaît pas les effectifs des tortues vertes qui se nourrissent en Nouvelle-Calédonie. On estime à plusieurs milliers le nombre de femelles qui fréquentent le site de ponte aux récifs d’Entrecasteaux et quelques centaines supplémentaires pour le reste du lagon et autant pour les Chesterfield. La fréquence des tailles de la population du GLS est déséquilibrée avec une forte prédominance des juvéniles (88 %). Cela s’explique par un important recrutement de nouveaux animaux facilement identifiable à la couleur de leur plastron. Par contre l’absence d’adultes est préoccupante.

Tortue grosse tête équipée d'une balise émetrice pour étudier la migration de l'espèce entre les sites de ponte et de nourrissage. © Aquarium des Lagons

Déplacements des populations de tortues et impact anthropique

6Dans cette zone, on a estimé que le domaine vital d’un animal est en moyenne de 54 km2 avec toutefois une importante variabilité d’une zone à l’autre et pas d’échange entre les zones.

7La pêche professionnelle à la palangre a peu d’impact sur les populations de tortues vertes (une prise entre 2006 et 2008 et trois en 2016). Par contre les pêches autorisées par dérogation pour les cérémonies coutumières ont été estimées à 500 individus en 2014. Des animaux sont également prélevés illégalement sans qu’on puisse aujourd’hui en estimer l’importance.

Ponte de Chelonia mydas. © G. Boussarie

Au terme de longues apnées, les tortues remontent respirer en surface. Chelonia mydas. © G. Boussarie

8Les tortues grosses-têtes appartiennent au groupe génétique du Pacifique sud-ouest. Il y a très peu d’échanges entre les différents groupes génétiques de cette espèce (seulement cinq au niveau planétaire), ce qui constitue une contrainte importante au niveau de la gestion : l’effort de conservation devra s’appliquer sur l’ensemble des classes d’âge, notamment les plus jeunes, capturées dans les prises accessoires des pêcheries sud-américaines. Là encore, les échanges entre la Nouvelle-Calédonie et l’Australie ont été documentés, notamment à partir de femelles marquées sur le site de la roche percée qu’on a suivi jusqu’en Australie (Moreton Bay, le Cap York et dans le golfe de Carpentarie)… ou « bifurqué » vers la Papouasie Nouvelle-Guinée (les îles Trobirand). Quant aux juvéniles, leurs déplacements sont étroitement associés à l’isotherme 19 °C qu’ils vont suivre jusqu’en Nouvelle-Zélande où ils vont séjourner quelque temps avant de se lancer dans la traversée du Pacifique jusqu’aux côtes de l’Amérique du Sud… avant de revenir recruter dans les habitats côtiers de la région.

9Comme pour la tortue verte, on ne connaît pas les effectifs des grosses-têtes se nourrissant dans le lagon néo-calédonien. On estime à une cinquantaine le nombre de femelles qui fréquente le principal site de ponte de la roche percée à Bourail et au moins autant disséminées sur les îlots du lagon du Grand Sud pour l’essentiel, mais aussi dans le nord. Les femelles montrent un très fort taux de fidélité à leurs sites de pontes pendant une même saison, mais aussi entre les saisons de pontes successives. L’intervalle intersaisons est de 2,84 ± 1,27 années et l’intervalle entre les pontes d’une même saison est de 15,14 ± 1,44 jours. Les tortues grosses-têtes ne sont pas pêchées, mais le braconnage des œufs a été signalé à la roche percée (13 % des nids pillés). Il n’y a eu aucune prise accidentelle par la flottille palangrière de Nouvelle-Calédonie entre 2006 et 2008. Par contre, jusqu’à 3 000 tortues sont capturées annuellement par les pêcheries péruviennes dont heureusement 92 % sont réputées être relâchées vivantes. La ponte de tortues imbriquées n’a jamais été observée en Nouvelle-Calédonie à ce jour. C’est d’ailleurs l’espèce la moins connue et sans doute la moins abondante, même si on la rencontre souvent en plongée (zone de nourrissage). Toutefois, un groupe génétique non identifié a été répertorié dans plusieurs sites de la région, qui pourrait s’expliquer par l’existence d’un site de ponte dans les eaux néo-calédoniennes.

Tortue grosse tête (Caretta caretta) évoluant sur la pente externe du récif. © J.-L. Menou

10Toutes les espèces de tortue marine sont intégralement protégées à l’international par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) et localement par les codes de l’environnement des provinces Nord et Sud et des textes réglementaires de la province des Îles et de la Nouvelle-Calédonie. Outre la capture, la perturbation la détention et la destruction de toutes les espèces sont également interdites la destruction des nids et la vente des œufs ainsi que la commercialisation de quelque nature que ce soit. Compte tenu du statut de conservation de ces espèces (vulnérable ou en danger), de leur valeur patrimoniale, notamment pour les populations locales et de l’importance de la Nouvelle-Calédonie pour la conservation à l’échelon régional, un plan d’action local est en cours de réalisation pour établir les ordres de priorités et répartir les tâches, pour lutter notamment contre les effets du changement climatique qui impacteront les sites de ponte (érosion du littoral, élévation de la température des nids, modification du sexe ratio…). Comme la tortue, il faut savoir partir à point… la persévérance permet de réussir même sans les meilleurs atouts.

Bibliographie

Référence bibliographique

BOYLE et al., 2009 Evidence for transoceanic migrations by loggerhead sea turtles in the southern Pacific Ocean. Proceedings of the Royal Society B-Biological Sciences, 276 : 1993-1999.

Table des illustrations

Légende La tortue bonne écaille (Eretmochelys imbricata) est en danger critique d'extinction. Cette espèce est chassée pour la qualité des écailles de la carapace. © G. Boussarie
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
Légende Tortue grosse tête équipée d'une balise émetrice pour étudier la migration de l'espèce entre les sites de ponte et de nourrissage. © Aquarium des Lagons
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28232/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Légende Ponte de Chelonia mydas. © G. Boussarie
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28232/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Au terme de longues apnées, les tortues remontent respirer en surface. Chelonia mydas. © G. Boussarie
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28232/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Tortue grosse tête (Caretta caretta) évoluant sur la pente externe du récif. © J.-L. Menou
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28232/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 421k

Auteurs

Biologie marine (spécialité tortues)
Aquarium des Lagons
BP 8185
98807 Nouméa, Nouvelle-Calédonie

Aquarium des Lagons
BP 8185
98807 Nouméa, Nouvelle-Calédonie

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site