Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelle-Calédonie

 | 
Claude E. Payri

Partie 5. Des espèces sensibles dans un espace fragile. Gestion, protection et conservation

Chapitre 37. Les requins aux abonnés absents

Laurent Vigliola, Jean-Baptiste Juhel, Laurent Wantiez et Michel Kulbicki

Texte intégral

Requins gris de récif enregistrés par une stéréo-caméra appâtée au récif de l’Astrolabe. © IRD/L. Vigliola

1Bien qu’ils soient parmi les plus puissants prédateurs des océans, les requins sont en réalité très vulnérables et plusieurs espèces font face à un risque important d’extinction dans tous les océans du monde. Des études récentes révèlent que 97 millions de requins sont tués chaque année par la pêche et que certaines populations ont chuté de 99 % (WORM et al., 2013). Contrairement aux autres poissons qui pondent des millions d’œufs chaque année, les requins ne peuvent mettre au monde que quelques nouveau-nés au cours de leur vie. Par exemple, le requin gris de récif, Carcharhinus amblyrhynchos, atteint la maturité sexuelle à 10 ans, âge à partir duquel les femelles pourront donner naissance de un à cinq jeunes tous les deux ans, la période de gestation durant une année. Avec une reproduction aussi lente, il faudra des décennies pour que les populations décimées de requins se reconstituent.

  • 1 http://pristine.ird.nc
  • 2 http://apex.ird.nc

2Avec une population humaine relativement faible au regard de la taille du lagon, une pêche industrielle au requin historiquement absente et depuis peu formellement interdite, les requins de Nouvelle-Calédonie auraient dû être relativement épargnés. Ce n’est pas le cas. Dans le cadre des projets Pristine1 et Apex2, nous avons déployé 385 stations de caméras appâtées et réalisé 2 790 plongées sous-marines pour échantillonner les communautés de requins de récifs sur l’ensemble de l’archipel de la Nouvelle-Calédonie.

Carcharhinus amblyrhynchos (requin gris de récif) ; l'attitude des deux animaux évoque un rapprochement pour probablement s'accoupler. © M. Juncker

Figure 1 : Abondance des requins en fonction de l’isolement des récifs de l’archipel de Nouvelle-Calédonie par stéréo-caméra appâtée (gauche) et par recensement visuel en scaphandre autonome (droite). Source : JUHEL et al., 2017

3Nos résultats révèlent que la diversité et l’abondance des requins de récif sont maximales dans les récifs isolés de l’archipel, situés à plus de 25 h de trajet de la capitale Nouméa, à l’abri de la plupart des impacts humains, mais que ces animaux emblématiques ont quasiment disparu des récifs proches des populations humaines (JUHEL et al., 2018). L’impact est très sévère avec une abondance en requins qui chute de 97 % et leur richesse spécifique de 94 % dans les récifs à moins d’une heure de navigation de Nouméa par rapport aux récifs isolés (fig. 1).

4De nombreuses hypothèses pourraient expliquer cette disparition dont les causes exactes ne sont pas identifiées. Par exemple les effets rémanents d’une pêche ancienne, la pêche illégale ou accidentelle, la surexploitation des proies, la dégradation de l’habitat, la pollution, ou le dérangement lors de la reproduction. Quelles qu’en soient les causes, la disparition des requins est inquiétante car, comme tous les grands prédateurs, les squales ont un rôle structurant majeur dans les écosystèmes naturels (RUPPERT et al., 2018). Néanmoins, des solutions existent. Les grandes réserves marines intégrales (supérieures à 200 km2), où la présence humaine est strictement interdite, ont des effets positifs sur l’abondance et la diversité des requins. La création de ce type de réserve implique de grands espaces et un certain isolement, conditions réunies dans les vastes lagons sud et nord notamment, mais aussi dans l’immense parc naturel de la mer de Corail, où les requins ont pour l’instant trouvé un dernier refuge. Les Néo-Calédoniens ont encore la possibilité de protéger efficacement et durablement les requins des récifs du Caillou.

Bibliographie

Références bibliographiques

JUHEL J.B. et al., 2018 Reef accessibility impairs the protection of sharks. Journal of Applied Ecology, 55, 673-683.

RUPPERT J.L.W. et al., 2018 Human activities as a driver of spatial variation in the trophic structure of fish communities on Pacific coral reefs. Global Change Biology, 55 : 1-11.

WORM B. et al., 2013 Global catches, exploitation rates, and rebuilding options for sharks. Marine Policy, 40 : 194-204.

Notes

1 http://pristine.ird.nc

2 http://apex.ird.nc

Table des illustrations

Légende Requins gris de récif enregistrés par une stéréo-caméra appâtée au récif de l’Astrolabe. © IRD/L. Vigliola
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Carcharhinus amblyrhynchos (requin gris de récif) ; l'attitude des deux animaux évoque un rapprochement pour probablement s'accoupler. © M. Juncker
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28223/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende Figure 1 : Abondance des requins en fonction de l’isolement des récifs de l’archipel de Nouvelle-Calédonie par stéréo-caméra appâtée (gauche) et par recensement visuel en scaphandre autonome (droite). Source : JUHEL et al., 2017
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28223/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

Auteurs

Écologie marine, fonctionnement des communautés
Université de Montpellier
UMR Marbec (IRD, UM, Ifremer, CNRS)
Place Eugène Bataillon
34095 Montpellier, France

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site