Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Nouvelle-Calédonie

 | 
Claude E. Payri

Partie 4. Paroles, pratiques et représentations autour des récifs

Chapitre 29. Des récifs, une parole et des hommes

Emmanuel Tjibaou

Texto completo

L’embouchure de la rivière Ouaième. © P.-A. Pantz

1En Nouvelle-Calédonie, comme dans de nombreuses sociétés insulaires du Pacifique, le rapport au monde marin et aux terres récifs qui en émergent est essentiel si l’on veut comprendre l’organisation politique et sociale des groupes humains de ces régions. Ici, la mer et les récifs sont le prolongement direct de la terre sur laquelle s’appliquent les devoirs, pratiques et obligations de la coutume kanak. Le parallèle entre les représentations rattachées à l’espace foncier et l’espace maritime peut s’expliquer de différentes raisons, d’une part les sociétés insulaires développent toutes des qualités de navigateurs connaisseurs de l’océan, d’autre part l’ensemble de ces groupes sociaux pensent leur origine mythologique comme issue de la mer.

« Le chemin des morts »

  • 14 Ouaième : rivière Weyem située sur le nord-est du littoral bordant la commune de Hienghène. Ce cour (...)
  • 15 Tiduuwon : toponyme en langue fwâi de Hienghène, désignant un lieu-dit situé à l’embouchure de la r (...)

2Une des clés de compréhension de ce rapport particulier entre homme, récif et mer émerge des représentations rattachées à ce qu’on appelle communément « le chemin des morts » dans le nord-est de la Nouvelle-Calédonie. Ainsi sur l’ensemble de la région de Hienghène, dans l’intérieur des vallées comme sur l’ensemble du littoral, il est usuellement reconnu que, à la mort d’une personne, son esprit se détache de son enveloppe corporelle pour parcourir un sentier qui le mènera de l’intérieur des terres, lieu d’habitation du défunt (creek vers les vallées, cours d’eau vers les crêtes de montagnes) jusqu’à l’entrée de la rivière Ouaième14. Ce sentier des esprits se prolonge dans le fond de la rivière auprès du gardien du passage nommé Hwaiwai vers le royaume des esprits situé face à la passe de Hienghène aux limites du récif de Tao. Il est nommé en langue fwâi de Hienghène sêêdanne vi danu, signifiant littéralement le « chemin des esprits ». Ce cycle d’achèvement-dessèchement du processus vital chez l’homme kanak constitue une séquence initiatique qui rappelle son propre cheminement : l’individu émerge du flot de la matrice originelle où dansent les esprits au fond des océans, nommé Tiduuwon15. Toute sa vie, l'Homme imprime dans le sol un éloignement de cet océan des origines que son esprit retrouve à la mort. Paradoxalement, dans la région nord, les représentations associées tant au récif qu’au monde sous-marin témoignent autant de la légitimité de la mort que de la nécessité de la vie.

Ilot Kaavo marquant l’entrée du sentier des morts, Nord de Belep. © E. Tjibaou

3Deux personnages mythiques de cet espace du royaume des morts, Doibat et Hwaiwai, représentent cette toute-puissance originelle. Doibat, puissance spirituelle du monde sous-marin, a le corps recouvert de plantes, d’arbres, c’est lui qui garde l’entrée du royaume des morts sur l’archipel des Belep au nord de la Grande Terre ; il est d’une grandeur inégalée et son siège est à Lolon (Belep). Il malmène l’esprit des morts qui se présentent à lui avant de les faire rentrer par un passage sous-marin après l’île de Pott au nord des Belep. Hwaiwai est le gardien de l’entrée du royaume des morts dans la rivière Ouaième à Hienghène. Il attend avec une torche sous l’eau l’esprit du défunt qu’il jauge avec un pieu posé sur le lobe de l’oreille de celui qui arrive pour vérifier qu’il a les oreilles bien percées, signe de son initiation par les vivants. Les deux personnages mythiques se placent à l’entrée du monde sous-marin pour veiller que ces espaces ne soient pas déflorés par les vivants, Doibat est représenté avec des plantes sur tout le corps et Hwaihwai se transforme en requin ou dugong. Tous deux organisent le passage des esprits défunts du monde des vivants terrestres à celui des esprits surnaturels sous-marins selon des épreuves établies qui conforteront le bon fonctionnement du royaume des morts et permettront de signaler toute intrusion.

Espèces marines et lieux de sens pour les hommes

4Certaines espèces de la faune sous-marine sont particulièrement associées à ce cheminement de l’esprit sous la mer telles que le requin, le requin-pèlerin, la baleine ou encore le cachalot et leurs apparitions à la surface dans ces zones sont interprétées comme la manifestation des esprits du royaume des morts. Ces animaux emblématiques des forces spirituelles marines se retrouvent également dans nombre de mythes d’origine de cette région du nord de la Nouvelle-Calédonie. La place de ces espèces mythiques au cœur du milieu marin et ses affleurements de surfaces que sont les récifs marquent non seulement l’emprise de la connaissance des Kanak de leur milieu, mais aussi la puissance évocatrice de l’imaginaire sur ces espaces. Ici les récifs, langues de sable, petits îlots, pentes sous-marines, passes sont autant de marqueurs mythiques ou historiques du savoir humain à un moment de son parcours de vie. La relation entre homme, récif et mer est perçue comme une entité particulière où l’individu se retrouve à naviguer au sein d’une communauté originelle densément peuplée et qui répond à des codes spécifiques. L’apprentissage de ces règles de cohabitation entre les espèces sous-marines et humaines s’apprend depuis le plus jeune âge à l’occasion de jeux, veillées contées et s’accompagne de rites à effectuer pour respecter les entités vivantes présentes sous les océans. À la connaissance du chemin des alliances coutumières pour quelqu’un originaire de l’intérieur des terres, celui du littoral devra répondre par la maîtrise des courants marins, passes et alizés pour devenir un homme accompli.

Vue de la passe de Fayawa depuis Mouli, Ouvéa. © P.-A. Pantz

  • 16 Jahma : genre de tradition orale dans les langues de Hienghène (fwâi, némi, pijé, jawé). Il est sou (...)
  • 17 Huremeno : littéralement « bout de voyage » en langue fwâi de Hienghène. Ce rituel est réalisé à te (...)
  • 18 Hiri ne buai : littéralement « interdiction crier », en langue fwâi de Hienghène.

5La thématique des récifs et de la mer dans les récits sacrés jahma16 de la région de Hienghène-Pouebo et sur le nord de la côte est inscrite la place de l’océan comme un continuum de l’espace terrestre. Il est assujetti à des autorités coutumières qui assument la gestion et l’entretien de ces zones immergées. Les traditions orales rattachées à ces thématiques rendent comptent d’une organisation politique spécifique propre aux espaces sous-marins auxquels les visiteurs doivent le respect (par exemple le geste coutumier de huremeno17 avant la pêche sur certaines zones ; hiri ne buai18, ne pas crier lorsque l’on passe à certains endroits, etc.).

6Il faut aussi rappeler que ces espaces, même sans indication de présence humaine peuvent relever de différents statuts :

  • « mer coutumière » dépendant d’une chefferie à terre (Hienghene-Pouebo) ;

  • « mer coutumière » dépendant d’une chefferie mythique immergée issue d’une mythologie (Belep) ;

  • point remarquable du relief (récif frangeant, affleurant, langue de sable, patate corallienne…) relié à une tradition orale (histoire de Rat et Poulpe à Tiga) ;

  • point remarquable du relief associé à une vague de migration ancienne (zone des Pléiades Héo à Ouvéa lié aux relations matrimoniales avec la chefferie Bouarate de Hienghène) ;

  • point distinct du relief sous-marin associé à des rituels de pêche spécifique (passe de Mangalia et de Weyem pour les requins entre Hienghène et Touho). Ces zones sont sous l’autorité de clans identifiés et reconnus dans la société kanak.

7Ces quelques exemples marquent définitivement l’emprise du monde kanak sur des zones que l’on pourrait considérer comme libres de toute emprise humaine. Les récifs près de la Grande Terre et des îlots comme le récif-barrière et les passes qui existent entre les récifs sont connus et marquent les chemins kanak, des vivants comme des morts. L’existence de la société kanak depuis près de 3 000 ans sur la Grande Terre a inscrit aussi fortement dans la mémoire et sur les récifs tant les tragédies que les victoires de son peuple.

Anexos

Encadré 23. Discours de deuil à l’adresse des clans maternels

Ce discours est dit en langue paicî par le chef d’Ometteux (Poindimié, nord-est de la Nouvelle-Calédonie) Umätu Michel Tiapi Gönô et recueilli par Dominique Paabu Oye en juillet 2005 à la tribu de Bayes Poindimié.

Le préposé à la parole (au discours) va dire, en substance : « Nous vous avons invité et appelé à accourir par ce chemin, à rentrer par cette allée et à venir vous présenter ici parce que l’os du pied (le tibia) de votre neveu a éclaté et s’est brisé, et le vital qui est en lui s’est aussi brisé, et il n’est plus au milieu de cette assemblée. Il n’a plus ce qui fait vivre et parler et marcher, il a tourné le dos au soleil et à la lune. Il a été aspiré par le tourbillon du diable, là-haut au milieu des airs, et emporté par le courant en bas dans l’étendue d’eau sans horizon, et il a été rejeté [comme épave] sur le platier [récif corallien frangeant, massif corallien contigu à la terre] à Wénégéi19. Et il est rentré dans la danse à Pijèpaa20 [la danse des morts]. Vous allez l’emmener là-haut sur la pierre dont il est issu, sur la pierre objet de ses respects et de ses interdits. Vous allez le confier à la tombe et au pays des ténèbres. Voici l’arbre, l’arbre sapin qui symbolise la disparition de votre neveu. Vous allez le prendre et l’amener à X [sont ici cités les noms du clan et des sous-clans de l’oncle maternel qui ne peuvent être révélés hors d’un cercle restreint de personnes]. Voilà c’est fini. »

« Pwi a popai â nä-é i nä pââ : “bë to mä paci pââ nä-guwë itë-mê nä-näigé bèè-nî nä guwë tö-mê nââ görö-igé bèèni nä guwë tö-mê nau coo-nî nä taö mä mä-biti i duru-â pwi nîaa go-wë nä ta-biti i jawé wâdo-é nä tiëu-é géé nââ pa-banä utê go-rë nî ba é-jè ningä mä cèkëé mä cö-mä-cö é nä-cëù tärä tötù mä parui â-jè cëù-é i u-kärä-duée dö gopaé-ré-näo â-jè dëti-é i duru-jawé wâ-boo nä-jawé tacî â-jè tagötù-é nä-gö i paara kë wânâgëi â é-jè pärä nä i cäbu-kë-Pijèpaa guwë mwâ popaé dö-nö-gö i atù nyââ kêê nä-ia-é té-géé-goo i atù au-pi-too mä au-paa-pwicî kêê guwë töpwö-é nââ näcè oolaa mä cè pwaduu wëé-nî i upwârâ cämù kärä nä-tiëu pwi nîaa go-wë guwë mwâ pa-dön ââ… wëé-nî â näbwé” ». Extrait du Rapport Paicî-Cèmùhî 2006. Enquêtes du département patrimoine et recherche, ADCK-CCT, Conseil coutumier Paicî-Cèmùhî (2006).

Notas

14 Ouaième : rivière Weyem située sur le nord-est du littoral bordant la commune de Hienghène. Ce cours d’eau est relativement connu dans la région pour la place symbolique qu’il prend dans les traditions orales notamment comme porte vers le royaume des morts. Il s’agit du dernier cours d’eau traversé par un bac à moteur en Nouvelle-Calédonie.

15 Tiduuwon : toponyme en langue fwâi de Hienghène, désignant un lieu-dit situé à l’embouchure de la rivière Ouaième, près de la passe.

16 Jahma : genre de tradition orale dans les langues de Hienghène (fwâi, némi, pijé, jawé). Il est souvent traduit par « mythe » du fait des thématiques qu’il traite : peut être notamment évoquée l’origine des clans, d’une pharmacopée, d’une danse, etc. Ce genre peut aussi témoigner de la représentation d’une organisation politique, de règles à respecter.

17 Huremeno : littéralement « bout de voyage » en langue fwâi de Hienghène. Ce rituel est réalisé à terre comme en mer lorsque l’on pénètre un espace habité par des hommes ou des esprits. Il est effectué par le visiteur qui, en déclinant son identité, présente une offrande à son hôte visible ou invisible.

18 Hiri ne buai : littéralement « interdiction crier », en langue fwâi de Hienghène.

19 Wénéguei : toponyme, nom de clan et chefferie du sud de l’atoll d’Ouvéa sur l’une des trois îles Loyauté (Nouvelle-Calédonie).

20 Pijèpaa : toponyme et nom de clan de la zone nord de la Nouvelle-Calédonie. Ce patronyme est associé généralement au statut de ceux qui effectuent les rites funéraires à l’intérieur d’une chefferie.

Índice de ilustraciones

Leyenda L’embouchure de la rivière Ouaième. © P.-A. Pantz
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28160/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 828k
Leyenda Ilot Kaavo marquant l’entrée du sentier des morts, Nord de Belep. © E. Tjibaou
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28160/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 720k
Leyenda Vue de la passe de Fayawa depuis Mouli, Ouvéa. © P.-A. Pantz
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28160/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 493k

Autor

Patrimoine et recherche
Agence de développement de la culture kanak (ADCK)
Rue des Accords de Matignon
BP 378
98845 Nouméa, Nouvelle-Calédonie

© IRD Éditions, 2018

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

open access

Brindado por L’éditeur de ce site