Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelle-Calédonie

 | 
Claude E. Payri

Partie 4. Paroles, pratiques et représentations autour des récifs

Chapitre 28. Trois millénaires au vent des récifs

Christophe Sand

Texte intégral

Ile des Pins se détachant sur l'horizon. © P.-A. Pantz

La barre d’écume à l’horizon d’une nouvelle terre

1Dans le monde d’îles du pays néo-calédonien, les brisures d’un récif ne sont jamais loin du regard des clans côtiers. Approchant du ressac produit par les vagues s’enroulant sur le corail de surface, les premiers explorateurs de langues austronésiennes, qui s’approchèrent il y a environ 3 000 ans de cette masse énigmatique et apparemment sans fin que constituait sur l’horizon la côte nord-est de la Grande Terre, ont recherché des passes. À ce moment unique et fugace d’histoire qu’est la première découverte d’une nouvelle terre, les marins n’étaient pas intéressés par les richesses potentielles de l’environnement marin, mais par la promesse de l’eau douce, là-bas, à terre, dans le prolongement de la passe que doublait leur pirogue à balancier. Ces découvreurs océaniens étaient originaires de la région du « grand triangle de corail » très loin dans le nord-ouest, entre Asie du Sud-Est insulaire et nord de la Mélanésie. La connaissance des récifs faisait partie de leur bagage culturel et de leur mémoire ancestrale depuis que l’homme est homme. Ils comprirent ainsi rapidement, lors de l’exploration de la Grande Terre néo-calédonienne, qu’ils étaient confrontés à l’un des ensembles coralliens les plus étendus qu’ils aient jamais observé, hors de proportions avec tout ce qu’ils avaient pu découvrir depuis qu’ils avaient quitté les côtes des îles Salomon, peuplées il y a plusieurs dizaines de milliers d’années, pour s’aventurer à travers des îles et des archipels qu’aucun homme n’avait explorés avant eux.

Figure 1 : Forme possible d’une pirogue ayant servi au premier peuplement de l’archipel néo-calédonien il y a 3 000 ans. © C. Sand

Quand les récifs étaient vraiment « vierges » de tout impact anthropique

2Ces premiers groupes de navigateurs avaient un objectif principal en se lançant vers l’inconnu au-delà de l’horizon sur leurs pirogues (fig. 1) : découvrir une nouvelle terre et y fonder une implantation pérenne. Ceux qui abordèrent les côtes de l’archipel néo-calédonien constatèrent bien vite que les vents les avaient menés vers des latitudes plus froides que celles dont ils étaient originaires et que la géologie de la Grande Terre était bien différente de tout ce qu’ils avaient pu voir au cours de leurs voyages. Leur environnement terrestre familier était le bord de mer, avec un choix préférentiel clairement pensé pour implanter leurs sites de premier peuplement : une plage à proximité d’une source d’eau douce, proche d’un platier récifal côtier pour se nourrir, le tout situé face à un accès rapide vers la haute mer à travers une passe dans le récif. Les sites de Naïa, Nessadiou, Koné ou Koumac sur la côte ouest, Goro ou Pouebo sur la côte est, Keny ou Patho aux îles Loyauté comportent toutes ces spécificités.

Vue de la dune de premier peuplement de Patho sur la côte orientale de Maré aux îles Loyauté. © C. Sand

3Si les fouilles archéologiques ont mis au jour avant tout des vestiges matériels liés à la terre dans ces sites de premier peuplement, comme des poteries décorées de la tradition Lapita et des haches en pierre, l’étude des vestiges de coquillages montre une tradition d’exploitation de tous les milieux marins disponibles. La présence de gastéropodes de type trocas et cônes est un signe qu’au moins une partie de la collecte se faisait sur un environnement récifal. De même, les ossements de poissons découverts dans les poubelles des sites Lapita aux îles Loyauté montrent la prédominance d’une pêche de Scaridae (poisson-perroquet), habitant dans un milieu de corail, probablement pêchés avant tout au filet, certains poissons carnivores de lagon étant pris grâce à des hameçons simples en coquillage.

4Il est difficile d’imaginer aujourd’hui ce que devait être la richesse de ces environnements marins de l’archipel néo-calédonien lors du premier peuplement il y a 3 000 ans, avant que les ramassages répétés de coquillages et le développement de la pêche par des groupes progressivement de plus en plus nombreux ne diminuent de façon significative les densités trophiques. Sur la côte centre ouest de la Grande Terre, où le lagon est peu étendu et le grand récif est d’un accès rapide à partir de la plage, les études archéologiques ont montré que l’économie des groupes côtiers de Deva a été pendant très longtemps fortement dépendante des produits de la mer. Afin d’éviter une surexploitation trop intense du milieu récifal, les familles ont, durant près de deux millénaires, vécu sur une organisation territoriale semi-nomade à faible densité de population, se déplaçant régulièrement d’une zone à une autre le long de la côte pour ne pas épuiser les ressources.

De la terre sur le corail

5Mais ce serait une erreur de croire qu’à lui seul le prélèvement direct par l’homme a progressivement appauvri les récifs coralliens au cours des siècles et des millénaires qui ont suivi le premier peuplement. Un phénomène indirect massif a grandement contribué à changer les caractéristiques des lagons de la Grande Terre néo-calédonienne : l’érosion terrestre. En effet, les Océaniens sont des agriculteurs, planteurs de tubercules d’ignames et de taros, mais également de bananiers, des cannes à sucre etc. Pour étendre leurs champs, les descendants des premiers défricheurs Lapita ont progressivement brûlé les forêts sèches ou humides qui couvraient la grande majorité des environnements terrestres de la grande île.

6Dans un milieu tropical où le feu naturel est extrêmement rare et où s’étaient développées au cours du temps des couches épaisses de sols humifères, la disparition des arbres a entraîné un processus répété d’érosion des sols de surface, qui se sont vus arrachés vers les bas de pentes lors des épisodes climatiques pluvieux de type cyclones, les alluvions étant entraînées par les creeks et les rivières jusqu’aux estuaires. Ceux-ci se sont progressivement retrouvés envasés, engendrant l’élargissement des plaines côtières parfois sur plusieurs kilomètres, avec le développement de mangroves au-dessus des anciennes plages de sable corallien (fig. 2).

7Les particules fines de sédiment étaient, elles, entraînées en mer, venant se redéposer sur les spores de corail dans un processus que l’on qualifierait aujourd’hui de « pollution ». Ce déséquilibre infligé aux milieux récifaux proches des estuaires a impacté en cascade l’ensemble de la chaîne alimentaire, des poissons se nourrissant de corail jusqu’aux variétés de coquillages.

Vivre dans un environnement de corail fossile

8Les traditions d’adaptation des groupes installés sur les îles Loyauté, à l’est de l’archipel néo-calédonien, formés de récifs coralliens fossiles surélevés, ont été profondément influencées par ce milieu naturel spécifique. Un des challenges de la vie sur des îles de karst est l’absence de cours d’eau, la porosité du sol ne permettant pas la formation de creeks. Si, dans un premier temps, les groupes implantés en bord de mer ont prélevé toute une partie de leur eau douce à partir des écoulements de la lentille d’eau douce (lentille de Ghyben-Herzberg) sur les plages à marée basse, ceci n’a plus été possible lorsque certaines familles, attirées par des sols agricoles plus fertiles, ont commencé à s’installer sur les plateaux intérieurs. La présence d’écoulements côtiers signifiait que de l’eau était présente dans la masse calcaire et, pour le vérifier, des expéditions ont été organisées dans les grottes perçant les plateaux coralliens des îles Loyauté. Ces explorations difficiles et dangereuses, éclairées simplement par des torches en feuilles séchées, ont permis de découvrir des zones d’écoulement de l’eau par percolation en goutte à goutte à partir des plafonds, quand ce n’était pas de véritables vasques naturelles étanchéifiées par les dépôts millénaires de calcite qui étaient localisées. Les hommes ont alors rituellement organisé génération après génération des visites dans les entrailles de la Terre pour en rapporter de l’eau douce. Ils ont marqué leur passage en imprimant leurs mains au pochoir sur les parois des grottes, ont positionné de grandes coquilles de bénitier ou de nautile pour récolter les gouttes tombant du plafond, ont aménagé de véritables sentiers souterrains pour se guider dans la pénombre et sont parfois allés jusqu’à créer des vasques artificielles afin de faciliter l’accumulation d’eau.

Figure 2 : Extension de l’estuaire de la rivière de la Koné au cours des derniers 3 000 ans. Les codes correspondent aux différents sites Lapita de la plage de Foué, qui est le site éponyme de Lapita. © C. Sand

Vasque artificielle constituée de blocs de stalactites brisés, construite dans une grotte de l’île de Tiga pour récolter l’eau d’infiltration. © C. Sand

La nacre des monnaies kanak

9À partir de la fin du premier millénaire de notre ère, le développement de nouvelles traditions culturelles à travers l’archipel néo-calédonien a permis l’émergence d’un « ensemble culturel traditionnel kanak », caractérisé par une intensification massive de l’utilisation du milieu naturel. Ceci a engendré en particulier une sédentarisation des clans sur des terroirs et une plus grande attention portée à la protection de l’environnement insulaire. Cette évolution culturelle a été marquée également par l’apparition de nouveaux objets d’échanges entre groupes, avec en particulier la conceptualisation d’une forme unique de monnaie traditionnelle, spécifiquement kanak.

Monnaie kanak à pendeloques en nacre. © C. Sand

10Celle-ci se caractérise par la présence de toutes petites pendeloques en nacre, taillées de façon minutieuse afin de pouvoir comporter des projections latérales perpendiculaires à l’axe central ainsi qu’un trou millimétrique d’attache au corps de la monnaie, fait à l’aide de fibres végétales et de poils de roussette tressés. Les coquilles de nacre utilisées pour la réalisation de ces objets de quelques centimètres de longueur étaient prélevées sur les environnements récifaux. Les traditions du centre de la Grande Terre racontent que les fabricants de monnaie kanak de la région de Houaïlou, sur la côte Est, traversaient la chaîne centrale en suivant des chemins coutumiers pour venir chercher cette matière première dans la région de Bourail sur la côte Ouest, où le grand récif a la particularité d’être à seulement 1,5 km du bord de mer.

11Quand l’équipage de James Cook aborda la région de Balade, dans le nord-est de la Grande Terre, en septembre 1774, les marins anglais purent observer à plusieurs reprises au cours de leur rapide séjour le départ des pirogues allant à la pêche sur le grand récif. Ce lien immémorial des Kanak à la mer est matérialisé à travers l’archipel par la découverte de coquilles marines jusqu’au fond des vallées et des plateaux lors des inventaires archéologiques. Ces coquilles étaient transportées vivantes, en même temps que les paquets de sel séché indispensable à la cuisine, dans le cadre des échanges entre groupes côtiers et groupes de l’intérieur.

Grande pirogue double évoluant dans une baie de l’Ile des Pins. © Musée d’Océanie, la Neylière/dessin d’après nature de P. Bournigal

Représentations de tortues peintes sur la paroi d’une grotte du cap Bocage (Houaïlou). © C. Sand

12Mais les études archéologiques montrent aussi que le monde marin était illustré dans l’art pariétal, à travers des représentations de tortues ou de poissons. Ces dessins et gravures sur les parois des grottes ou les dalles de sable cimenté des plages sont le témoignage laissé à la postérité par ces « hommes de la mer » au retour des pirogues lors des grandes pêches sur les récifs néo-calédoniens. Placée dans sa cavité protectrice en haut du piton de Faténaoué-Hwatenewe, la momie du chef Hmaè Kahouta, « homme de la terre » porte elle aussi son regard – au-delà de la plaine de Témala – vers la grande passe dans le récif de Voh, lieu de cheminement des âmes pour rejoindre le « pays des morts ».

Bibliographie

Références bibliographiques

BOYER P. (éd.) 1997 La mer : espace, perception et imaginaire dans le Pacifique sud. Paris, L’Harmattan, 443 p.

SAND C., S. BEDFORD (éds), 2010 Lapita. Ancêtres océaniens, Oceanic Ancestors. Paris, Somegy Éditions d’Art/Musée du Quai Branly, 352 p.

SAND C., BOLE J., OUETCHO A., 1998 « Traces ». 3 000ans de patrimoine archéologique calédonien. Nouméa, Les Cahiers de l’Archéologie en Nouvelle-Calédonie. (Nouméa), 8, 62 p.

SAND C. et al., 2008 Parcours archéologique. Deux décennies de recherches du département Archéologie de Nouvelle-Calédonie (1991-2007). Nouméa, Les Cahiers de l’Archéologie en Nouvelle-Calédonie, 17, 278 p.

Annexes

Encadré 22. Fortifications mégalithiques en corail fossile

Si les cavités dans le corail fossile ont servi de façon originale de sources d’eau douce pour les habitants des îles Loyauté, le karst a aussi été exploité de façon régulière comme matériau de construction. Le cas le plus spectaculaire d’aménagement se trouve sur le plateau central de l’île de Maré, où les habitants ont construit au cours du premier millénaire de notre ère des fortifications mégalithiques. Celles-ci ont été édifiées en extrayant de carrières à ciel ouvert implantées au pied des pitons de karst de gros blocs monolithiques de corail fossile. Certains de ces blocs pouvaient peser plusieurs tonnes chacun et devaient être tirés à la force des bras jusqu’au chantier de construction, situé parfois à plusieurs kilomètres du lieu d’extraction. Là, ils étaient placés les uns au-dessus des autres jusqu’à plus de 4 m de hauteur, afin de former l’entourage de murs de 10 m de large sur plusieurs centaines de mètres de longueur. Ces forts comportaient des portes monumentales, où étaient placés certains des blocs les plus volumineux.

Entrée monumentale du fort mégalithique de Hnakudotit, construit sur le plateau de Maré avec des blocs de corail fossile. © C. Sand

Table des illustrations

Légende Ile des Pins se détachant sur l'horizon. © P.-A. Pantz
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Figure 1 : Forme possible d’une pirogue ayant servi au premier peuplement de l’archipel néo-calédonien il y a 3 000 ans. © C. Sand
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Vue de la dune de premier peuplement de Patho sur la côte orientale de Maré aux îles Loyauté. © C. Sand
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Figure 2 : Extension de l’estuaire de la rivière de la Koné au cours des derniers 3 000 ans. Les codes correspondent aux différents sites Lapita de la plage de Foué, qui est le site éponyme de Lapita. © C. Sand
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28154/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende Vasque artificielle constituée de blocs de stalactites brisés, construite dans une grotte de l’île de Tiga pour récolter l’eau d’infiltration. © C. Sand
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28154/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Monnaie kanak à pendeloques en nacre. © C. Sand
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28154/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Grande pirogue double évoluant dans une baie de l’Ile des Pins. © Musée d’Océanie, la Neylière/dessin d’après nature de P. Bournigal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28154/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Représentations de tortues peintes sur la paroi d’une grotte du cap Bocage (Houaïlou). © C. Sand
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28154/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Entrée monumentale du fort mégalithique de Hnakudotit, construit sur le plateau de Maré avec des blocs de corail fossile. © C. Sand
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28154/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 438k

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site