Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelle-Calédonie

 | 
Claude E. Payri

Partie 3. Des récifs impactés mais résistants

Chapitre 26. La mobilité des îlots du lagon néo-calédonien : vulnérabilité ou résilience ?

Myriam Vendé-Leclerc et Manuel Garcin

Texte intégral

Îlot Larégnère vu du ciel, un îlot au milieu du lagon. © province Sud/M. Dosdasne

Des structures géomorphologiques singulières

1De nombreux îlots coralliens, de tailles diverses, allant de quelques mètres carrés à plusieurs hectares sont présents dans le lagon néocalédonien. Ces accumulations sableuses plus ou moins végétalisées, aussi nommées cayes, reposent sur de larges plates-formes récifales ou sur le récif-barrière. Ces îlots sont le résultat d’une accumulation de sédiments biodétritiques issus du démantèlement des édifices coralliens sous l’action des houles et des tempêtes.

2Ces îlots constituent des espaces où les aspects environnementaux, culturels, sociétaux et économiques se mêlent. En effet, ils jouent un rôle capital dans les écosystèmes riches et spécifiques du lagon néocalédonien. Ils sont notamment des sites de nidification pour les tortues et les oiseaux marins. Certains bénéficient de mesures de protection environnementale grâce à un classement en réserve provinciale, voire gouvernementale, pour les îlots éloignés.

3Ils ont également une grande importance dans la culture et le mode de vie néo-calédonien. Ils sont des lieux privilégiés pour la plaisance, la pêche ou encore les sports nautiques. La fréquentation n’a cessé de croître ces dernières années, ce qui a permis le développement d’une économie basée sur des activités récréatives avec la mise en place d’équipements et de services spécifiques.

4Les questions récurrentes posées par la population et les collectivités locales concernent d’une part leur évolution actuelle et d’autre part leur devenir, notamment dans la perspective du changement climatique et de l’élévation du niveau de la mer. La compréhension de la dynamique des îlots intéresse les décideurs et les organismes gestionnaires de ces espaces, mais aussi les scientifiques, particulièrement ceux travaillant sur les impacts du changement climatique sur les zones côtières.

Une vingtaine d’îlots scrutés à la loupe

5Dans ce contexte, l’Observatoire du littoral de Nouvelle-Calédonie (Oblic) a commencé en 2013 une étude portant sur l’évolution récente et future de 21 îlots néo-calédoniens afin de fournir des clés de compréhension sur leur fonctionnement morpho-dynamique, les liens entre les facteurs de forçage (vents, vagues, niveau d’eau, etc.) et leur évolution, et enfin d’apporter des éléments de réponse sur leur avenir.

Figure 1 : Localisation des 21 îlots étudiés dans le lagon calédonien. Altimétrie : gouvernement de la Nouvelle-Calédonie ; bathymétrie : SMITH et SANDWELL, 1997

6La majorité de ces îlots est localisée dans le lagon ouest, quatre dans le lagon est et un au sud de l’île des Pins (fig. 1). Ces îlots sont situés dans des contextes différents et variés, notamment au regard de leur position par rapport au récif-barrière ou aux passes et de leur exposition aux vagues. La plupart sont peu ou pas aménagés et certains d’entre eux peuvent être très fréquentés. Seuls trois îlots sont modérément à très fortement anthropisés avec notamment des actions visant à lutter contre l’érosion de leur rivage.

7Ces îlots ont fait l’objet d’observations géomorphologiques et sédimentologiques lors de campagnes de terrain sur une période allant de 2013 à 2016. Ces données recueillies sur le terrain ont permis d’identifier les caractéristiques géomorpohologiques des îlots, de cartographier les processus morpho-sédimentaires actifs affectant la côte de chaque îlot (érosion, accrétion, stabilité) pour finalement les comparer, voire les classer.

8Ces observations ont été complétées par l’analyse de l’évolution temporelle des îlots à l’aide d’images satellite et de photographies aériennes anciennes. La durée couverte par les reconstitutions de chaque îlot est variable en fonction de la disponibilité de ces supports : les images satellite couvrent la dernière décennie, alors que les photographies aériennes historiques couvrent une période allant de 10 à 70 ans, pour quelques îlots seulement. Une approche classique consistant à utiliser la limite de végétation permanente comme ligne de référence et indicateur de la mobilité du trait de côte a été adoptée. À partir de la cartographie de cette limite, une analyse de la dynamique des îlots d’une échelle pluriannuelle à pluridécennale et une évaluation de leurs trajectoires évolutives ont pu être réalisées.

9De plus, les facteurs de forçage ont été analysés afin de comprendre les interactions qu’ils peuvent avoir entre eux et leurs liens potentiels avec la dynamique géomorphologique des îlots. Les modifications de l’hydrodynamisme local et régional (climats de vagues, courants) et de la cyclogénèse (intensité et fréquence des événements extrêmes tels que les dépressions tropicales et les cyclones) constituent des facteurs possibles de dégradation ou au contraire de régénération de la morphologie des îlots. La variation de la hauteur moyenne de l’océan peut également agir sur leur évolution naturelle. Celle-ci est liée au phénomène de variation climatique interannuelle Enso (El Niño-Southern Oscillation), à la remontée relative du niveau marin (sous l’influence du climat et des mouvements verticaux du sol), mais aussi aux changements d’origine anthropique.

Des îlots aux caractéristiques variées

10Les analyses montrent une grande diversité des caractéristiques selon les îlots en termes de superficie (de 360 000 à 180 m ²) et de forme (ovoïdale, oblongue, triangulaire…). Des tendances d’évolution très différentes au cours des dernières décennies sont également mises en évidence, aussi pour des îlots situés dans la même zone géographique. La répartition des processus affectant la côte de chaque îlot (érosion, accrétion, stabilité) est la suivante : 54 % de la longueur cumulée des côtes des îlots est actuellement en situation d’érosion, 30 % est stable et 16 % est en accrétion. Les situations sont donc très variables, certains îlots sont relativement stables dans le temps tandis que d’autres évoluent très vite et voient leurs surfaces diminuer significativement.

11Tous les îlots montrent à l’heure actuelle qu’au moins 50 % de leurs côtes sont affectées par l’érosion et pour plusieurs d’entre eux ce taux atteint 100 %. Toutefois, cette érosion peut aussi indiquer une migration de l’îlot ou une adaptation de sa géométrie. En effet, les îlots sont par nature beaucoup plus mobiles que les littoraux de la Grande Terre ou des îles Loyauté. Les îlots montrant une tendance significative à l’accrétion et à la croissance de leur surface au cours des dernières années sont très rares et ceux en situation de stabilité représentent moins d’un tiers de l’ensemble des îlots étudiés.

Évolution temporelle de l’îlot Larégnère de 1982 à 2012. Source : GARCIN et VENDE-LECLERC, 2015

Les beachrocks, composante essentielle de nombreux îlots

12Les beachrocks (encadré 20) ont également été cartographiés. Ils constituent une protection naturelle contre le recul du trait de côte notamment lorsque plusieurs générations sont présentes sous forme de bancs successifs. Les îlots dont les beachrocks ont une altitude supérieure à celle du niveau marin actuel (probablement formés lors du haut niveau marin de l’Holocène, entre 6 000 et 2 800 ans BP) sont souvent moins soumis au phénomène d’érosion de leur rivage. Ces îlots ont généralement des superficies et des altitudes moyennes sensiblement plus élevées que celles des autres. Néanmoins, dans quelques cas, la présence de beachrocks n’a pas empêché l’érosion de certains îlots ainsi que leur destruction partielle, voire totale. Il s’agit le plus souvent d’îlots de surface relativement modeste, de faible altitude et donc probablement plus récents que ceux précédemment évoqués. Les variations du niveau marin rendent ces îlots beaucoup plus vulnérables à l’érosion.

Le cycle de vie des îlots, de leur naissance à leur disparition

13Ces analyses conduisent à proposer un schéma du cycle de vie des îlots définit en plusieurs stades d’évolution. Ces stades sont contrôlés par différents paramètres environnementaux tels que les conditions hydrodynamiques locales, la variation des climats de vents et de vagues au cours du temps, ainsi que l’évolution du récif et du niveau marin relatif. Six stades constituent ce cycle de vie des îlots néocalédoniens : la nucléation, la croissance, la maturité, la décroissance, la relique et la disparition (fig. 2).

14À chacun des îlots étudiés, un stade a ainsi pu être attribué. Les changements des facteurs de forçage ainsi que la géomorphologie actuelle ou héritée conduisent les îlots à évoluer d’une étape à l’autre. Mais ces phases ne s’enchaînent pas nécessairement de façon séquentielle et un retour à un stade antérieur est possible.

Figure 2 : Les différents stades évolutifs des îlots calédoniens.
Stade 1 : nucléation. Stade 2 : croissance. Stade 3a : mature stable. Stade 3b : mature migration. Stade 3c : mature adaptation. Stade 4 : décroissance. Stade 5 : relique. Stade 6 : disparition.

Le futur des îlots : disparition ou adaptation ?

15La question de l’avenir d’un îlot peut donc être abordée à travers différents critères qui constituent un facteur de résilience ou au contraire de fragilité : son évolution passée, son stade actuel, l’intensité des processus morpho-sédimentaires actuels et ses caractéristiques morphologiques. Il convient également de prendre en compte l’évolution future des paramètres environnementaux comme les oscillations climatiques des cycles Enso, qui influencent le niveau moyen de la mer dans le Pacifique sud-ouest ou les événements extrêmes qui peuvent avoir un impact élevé sur la morphologie de l’îlot à très court terme avec parfois des effets irréversibles sur les îlots. De plus, à ces phénomènes naturels s’ajoutent le changement climatique et la montée progressive du niveau de la mer induits par les activités humaines. En utilisant ces données et informations, un indice d’espérance de vie indiquant le futur plausible de chaque îlot a été défini. Cet indice est classé sur une échelle de 1 à 5, de la situation la plus stable à la situation la plus critique.

Figure 3 : Répartition des îlots en fonction de leurs évolutions futures plausibles (en %). Source : GARCIN et al. 2016b

16À partir de cette classification et en partant du postulat que la situation environnementale actuelle reste stable, il a été déterminé que, sur les 21 îlots étudiés, 19 % sont dans une situation très critique qui peut conduire à leur disparition très probable dans un futur proche (quelques années) (indice 5) ; 9 % des îlots sont dans une situation critique avec une disparition probable dans le futur proche et une disparition très probable à moyen terme (prochaines décennies) (indice 4) ; 19 % des îlots montrent des modifications rapides de leur morphologie qui pourraient les mettre en péril à moyen terme (sur une décennie) mais pas dans le futur proche (indice 3) ; 10 % des îlots ne sont pas menacés à l’échelle du temps court et moyen car de taille et altitude moyennes avec des surfaces qui augmentent ou décroissent de manière modérée (indice 2) et 43 % ne sont pas menacés car stables ou en situation de croissance, avec de grandes surfaces et des altitudes relativement élevées (indice 1) (fig. 3). Ces résultats montrent que les situations sont contrastées d’un îlot à l’autre, voire, dans certains cas, pour des îlots proches.

17Il convient également de souligner que les incertitudes sont plus grandes pour l’avenir à moyen et long terme en raison de la vitesse d’élévation future du niveau marin. Les incertitudes sont également liées à l’atteinte potentielle d’une valeur de seuil limite qui conduirait à une modification de la capacité de résilience des îlots. De plus, les changements de température des océans et de leur acidité influent de manière significative sur la santé et la croissance des récifs, entraînant ainsi une modification de leur rôle protecteur des zones côtières et de leur fonction de producteur de sédiments biodétritiques qui participent au budget sédimentaire des îlots.

18À l’avenir, l’évolution des îlots du lagon néo-calédonien sera très variable en fonction de leur capacité de résilience face aux menaces que constituent les changements climatiques globaux.

Les îlots, indicateurs des effets du changement climatique

19Les îlots sont caractérisés par une grande sensibilité face aux évolutions des conditions météo-marines et climatiques. Le nombre de facteurs de forçage jouant un rôle dans leur évolution y est plus réduit et leurs impacts sur la dynamique côtière y sont plus directs et plus facilement détectables. La compréhension de ces processus à l’échelle des îlots permet par conséquent d’acquérir une meilleure connaissance des phénomènes à une échelle plus large. Les îlots du lagon constituent ainsi des indicateurs des changements environnementaux pour la Nouvelle-Calédonie et peuvent servir de site de référence pour le suivi des impacts de l’élévation du niveau marin et du changement climatique.

Bibliographie

Références bibliographiques1

GARCIN M. et al., 2016a Lagoon islets as indicators of recent environmental changes in the South Pacific. The New Caledonian example. Continental Shelf Research, 122 : 120-140.

GARCIN M., et al 2016b – Observatoire du littoral de Nouvelle-Calédonie Bilan des activités 2015, Typologie, méthodes et suivi des sites pilotes.

BRGM/RP-65637-FR, 169 p., 148 fig., 14 tabl., 2 annexes.

GARCIN M., VENDE-LECLERC M., MENGIN M., 2017 Observatoire du littoral de Nouvelle-Calédonie. Bilan des activités 2016. Rapport BRGM/RP-66941-FR, 130 p.

SMITH W. H. F. et SANDWELL T., 1997 Global seafloor topography from satellite altimetry and ship depth soundings, Science, 277 : 1957-1962.

Annexes

Encadré 20. Ce que nous disent les beachrocks

Les beachrocks (ou grès de plage) sont des roches sédimentaires formées au niveau de la zone intertidale par cimentation carbonatée des sables de plage et des sédiments bioclastiques et biodétritiques. Cette induration précoce se produit uniquement pendant les périodes de stabilité des plages et parallèlement au rivage ; les beachrocks ont donc, au cours du temps, fossilisé les lignes de rivage des îlots indiquant la localisation, l’orientation et la forme des anciennes plages ainsi que la paléo-morphologie de l’îlot. Ils permettent ainsi d’évaluer la surface passée de l’îlot, de détecter les secteurs où des reculs du trait de côte se sont produits et donnent donc des indications précieuses sur l’évolution de l’îlot dans le temps.

Plusieurs générations de beachrocks qui résultent de la fossilisation d’anciennes plages successives, sud-est de l’îlot Larégnère. © M. Vendé-Leclerc

Notes

1 Références bibliographiques complètes disponibles à cette adresse : https://dimenc.gouv.nc/geologie-observatoire-du-littoral-de-nouvelle-caledonie-oblic/telechargement-oblic

Table des illustrations

Légende Îlot Larégnère vu du ciel, un îlot au milieu du lagon. © province Sud/M. Dosdasne
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Légende Figure 1 : Localisation des 21 îlots étudiés dans le lagon calédonien. Altimétrie : gouvernement de la Nouvelle-Calédonie ; bathymétrie : SMITH et SANDWELL, 1997
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Évolution temporelle de l’îlot Larégnère de 1982 à 2012. Source : GARCIN et VENDE-LECLERC, 2015
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28133/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Figure 2 : Les différents stades évolutifs des îlots calédoniens.Stade 1 : nucléation. Stade 2 : croissance. Stade 3a : mature stable. Stade 3b : mature migration. Stade 3c : mature adaptation. Stade 4 : décroissance. Stade 5 : relique. Stade 6 : disparition.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28133/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Figure 3 : Répartition des îlots en fonction de leurs évolutions futures plausibles (en %). Source : GARCIN et al. 2016b
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28133/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Plusieurs générations de beachrocks qui résultent de la fossilisation d’anciennes plages successives, sud-est de l’îlot Larégnère. © M. Vendé-Leclerc
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28133/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

Auteurs

Géomatique et géologie
Dimenc
Service de la géologie de la Nouvelle-Calédonie
BP N2
98849 Nouméa, Nouvelle-Calédonie

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site