Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelle-Calédonie

 | 
Claude E. Payri

Partie 2. Les récifs coralliens, un réservoir de vie

Chapitre 17. Les serpents marins des récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie

François Brischoux, Xavier Bonnet, Richard Shine et Claire Goiran

Texte intégral

Laticauda laticaudata (tricot rayé bleu) évoluant sur un fond sableux avec de nombreux terriers, sans doute à la recherche d’une proie. © IRD/P. Laboute

Généralités sur les serpents marins

1Au cours du Miocène, le clade des serpents a connu quatre événements indépendants de transition vers la vie marine, qui ont donné naissance à quatre groupes phylogénétiques utilisant de manière plus ou moins extensive le milieu marin. Seuls deux de ces groupes sont présents en Nouvelle-Calédonie, les Laticaudinae (tricots rayés) et les Hydrophiinae (« vrais » serpents marins). Ils font partie des Elapidae. Ces deux groupes phylogénétiques contiennent les serpents les mieux adaptés au milieu marin. Ils sont largement distribués dans les récifs coralliens des océans Indien et Pacifique, dont les récifs de Nouvelle-Calédonie. Les Laticaudinae sont amphibies et ovipares : ils s’alimentent en mer mais doivent revenir à terre pour toutes les autres activités (digestion, reproduction, dont la ponte des œufs, etc.). Sur les huit espèces de tricots rayés reconnues actuellement, deux sont présentes en Nouvelle-Calédonie, dont une est endémique. Il s’agit du tricot rayé jaune (Laticauda saintgironsi) et du tricot rayé bleu (Laticauda laticaudata, largement distribué). Les Hydrophiinae sont souvent qualifiés de serpents marins « vrais ». En effet, ce sont les espèces de ce groupe qui se sont émancipées de la plupart des liens avec l’environnement terrestre ancestral. Ils sont vivipares et passent l’entièreté de leur vie en mer sans jamais revenir à terre. Ce groupe phylogénétique est très riche : sur environ 70 espèces qui le composent, 12 sont présentes en Nouvelle-Calédonie.

Les Laticaudinae (tricots rayés)

2Les deux espèces de tricots rayés de Nouvelle-Calédonie sont largement réparties à travers le lagon : la plupart des îles et îlots du lagon néo-calédonien abritent des populations de l’une ou de l’autre espèce, le plus souvent des deux à la fois. À terre, comme la plupart des espèces de serpents, les tricots rayés vivent cachés dans des abris qui les protègent des températures excessives, de la déshydratation et des prédateurs. Si la plupart des îles et îlots du lagon offrent une diversité d’habitats suffisamment riche pour convenir aux deux espèces, certaines caractéristiques de l’environnement terrestre sont cruciales pour leur présence. En effet, le tricot rayé jaune est plus terrestre que le tricot rayé bleu. Il a de meilleures capacités locomotrices à terre et peut donc accéder plus facilement à des micro-habitats situés sur le littoral (chaos rocheux, terriers d’oiseaux marins, entrelacs de racines, arbres tombés, etc.). Le tricot rayé bleu, moins terrestre, n’est présent que si ce type de micro-habitat est situé au plus près de la zone de balancement des marées. Contrairement au tricot rayé jaune, cette espèce utilise d’ailleurs très volontiers comme abri les rochers situés directement dans la zone de balancement des marées.

Accouplement de tricots rayés jaunes (Laticauda saintgironsi, endémique) sur l’îlot Améré (réserve intégrale Merlet). Une femelle est courtisée par plusieurs mâles. © X. Bonnet

3La physionomie des îlots et du littoral influence également la structure des populations de ces serpents. En effet, toutes les îles et îlots du lagon n’offrent pas les caractéristiques écologiques qui conviennent à toutes les étapes de leur vie. Par exemple, les œufs n’ont pas les mêmes besoins que des juvéniles en croissance ou que des adultes qui se reproduisent. Si certains sites sont favorables à tous ces stades de vie, la démographie des populations de tricots rayés néo-calédoniens peut également se structurer géographiquement. Certains sites jouent le rôle de nurserie en abritant principalement des sites de pontes et des nouveau-nés (par exemple, l’île Ouen), d’autres présentent des populations constituées essentiellement d’individus adultes (par exemple l’îlot Améré au sein de la réserve Merlet). Enfin, d’autres sites peuvent abriter tous ces stades de vie (par exemple, l’île Verte ou l’îlot Signal). Cette structuration des populations à large échelle spatiale à travers le lagon de Nouvelle-Calédonie a des conséquences importantes en termes de biologie de la conservation. En effet, des perturbations locales (par exemple sur un îlot clé assurant le rôle de nurserie, ou hébergeant une population de reproducteurs adultes) pourraient avoir des conséquences populationnelles à très large échelle et affecter d’autres populations relativement distantes.

4Les tricots rayés utilisent le milieu marin pour se nourrir, principalement de poissons anguilliformes (congres, murènes et poissons-serpents). Collectivement, les deux espèces de tricots rayés de Nouvelle-Calédonie consomment un très grand nombre d’espèces (au moins 43 espèces différentes), dont la plupart sont des prédateurs benthiques, sédentaires et situées très haut dans la chaîne alimentaire. De fait, en s’alimentant sur ces prédateurs supérieurs, les tricots rayés jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement des réseaux trophiques. La population d’un site comme l’îlot Signal (environ 4 000 serpents) peut consommer plus de 45 000 poissons anguilliformes par an, ce qui représente une biomasse de 1,5 t. En outre, ces serpents permettent d’échantillonner de manière efficace ce compartiment cryptique de l’ichthyofaune lagonaire. L’étude de leur régime alimentaire a permis de révéler la présence d’au moins 15 espèces de poissons anguilliformes qui n’avaient pas encore été observées en Nouvelle-Calédonie. Dans la plupart des cas, les densités estimées de ces poissons prédateurs ont été largement revues à la hausse, grâce à l’étude du régime alimentaire des tricots rayés.

5Il est important de noter que les deux espèces de tricots rayés de Nouvelle-Calédonie sont très complémentaires et permettent l’échantillonnage d’un grand nombre d’habitats. En effet, le tricot rayé jaune est plutôt spécialiste des espèces de poissons anguilliformes qui vivent dans les anfractuosités des récifs. Cette espèce consomme au moins 34 espèces différentes inféodées aux fonds durs. Le tricot rayé bleu consomme plutôt des espèces de fonds meubles (vasières, zones sableuses, herbiers) et, si son régime alimentaire est également essentiellement constitué de poissons anguilliformes, il intègre bien volontiers d’autres espèces de poissons comme les poissons-chats ou les poissons-fléchettes. Sur les fonds meubles, le tricot rayé bleu peut consommer jusqu’à 28 espèces différentes.

6Leur caractère emblématique fait des tricots rayés des icônes de la Nouvelle-Calédonie. Mais plus que de simples animaux marins charismatiques, ils jouent un rôle clé dans le fonctionnement du lagon de Nouvelle-Calédonie. Ce sont également des modèles particulièrement pertinents pour examiner des questions de recherche fondamentale (par exemple le retour vers la vie marine), de fonctionnement des écosystèmes à large échelle (à travers le rôle dans les réseaux trophiques) ou en biologie de la conservation (par la structuration spatiale de leurs populations).

Régurgitation d’une murène (Gymnothorax eurostus) par un tricot rayé jaune (Laticauda saintgironsi). Cette technique a permis de révéler la richesse spécifique des poissons anguilliformes de Nouvelle-Calédonie. © X. Bonnet

Les Hydrophiinae (serpents marins « vrais »)

7Contrairement aux tricots rayés, les serpents marins faisant partie des Hydrophiinae sont vivipares et passent toute leur vie en mer. Ils sont très diversifiés à la fois d’un point de vue écologique et morphologique. Ils sont répartis en deux groupes. Les serpents du premier groupe consomment des œufs de poissons, principalement ou occasionnellement, alors que les serpents du second groupe capturent des poissons. En Nouvelle-Calédonie, ce premier groupe est représenté par trois espèces : l’aipysure de Dubois (Aipysurus duboisii), l’aipysure lisse ou serpent olive (A. laevis) et le serpent à tête de tortue, (Emydocephalus annulatus). Le second groupe est représenté en Nouvelle-Calédonie par neuf espèces, appartenant toutes au genre Hydrophis : H. coggeri, H. curtus, H. laboutei, H. macdowelli, H. major, H. ornatus, H. peronii, H. platuruset H. spiralis. D’une manière générale, les serpents du groupe Aipysurus-Emydocephalus fréquentent plutôt les habitats récifaux peu profonds. Le serpent à tête de tortue se nourrit exclusivement d’œufs de poissons (blennies, gobies et poissons demoiselles). Il n’est pas venimeux. Il est extrêmement sédentaire, au point que les populations vivant à l’anse Vata et à la baie des Citrons sont différentes génétiquement. Les Aipysurus ont un régime alimentaire plus varié. Ils consomment des poissons de diverses espèces et éventuellement des œufs de poissons ou des crustacés. Le serpent olive (A. laevis) est le plus connu car il est très abondant en Nouvelle-Calédonie et il s’approche souvent des plongeurs.

Tricot rayé jaune (Laticauda saintgironsi) évoluant dans une algueraie de l’îlot Amédée. © IRD/P. Laboute

Aipysurus laevis. © UNC/C. Goiran

Hydrophis major avalant un poisson-chat (Plotosus lineatus). © UNC/C. Goiran

8Le genre Hydrophis s’est diversifié d’une manière exceptionnellement rapide depuis seulement quelques millions d’années. Il comporte environ 50 espèces qui exploitent des proies très différentes. Certaines sont très spécialisées et ne consomment qu’une espèce de proies, d’autres sont généralistes. Ces espèces peuvent vivre dans des écosystèmes plus profonds que les serpents du groupe Aipysurus-Emydocephalus, voire complètement au large en ce qui concerne H. platurus. Cela n’empêche pas certaines espèces comme H. major, H. peronii et H. coggeri de fréquenter aussi des baies peu profondes comme la baie des Citrons.

9Certaines espèces, comme H. macdowelli et H. coggeri, possèdent une petite tête qu’ils peuvent enfoncer dans les terriers à la recherche de poissons anguilliformes, alors que d’autres, comme H. major, ont une grosse tête qui leur permet de capturer et d’ingérer des poissons d’un diamètre impressionnant par rapport à celui de leur corps. Le régime alimentaire d’H. major est bien connu puisque cette espèce chasse de jour, dans les zones peu profondes, où il est facile à observer. En Nouvelle-Calédonie il se nourrit exclusivement de poissons-chats, Plotosus lineatus. L’effectif de la population d’H. major autour de la presqu’île de Nouméa est en cours d’étude. Il est probable qu’elle s’élève à quelques centaines d’individus. Cette population de prédateurs exerce une pression non négligeable sur la population de P. lineatus. Ce poisson-chat, qui possède un mucus toxique et des épines vénéneuses, est une espèce envahissante en Méditerranée où elle a un impact négatif sur la pêche.

10Représentant l’extrême d’un mode de vie marin chez un serpent, H. platurus est une espèce de taille modeste (environ 70 cm) complètement pélagique. Il se nourrit essentiellement de larves de poissons qui se concentrent à la surface océanique sous les débris flottants. Il occupe une aire de distribution remarquablement vaste, couvrant les océans Indien et Pacifique tropicaux. Bien qu’elle ne soit pas très commune en Nouvelle-Calédonie, cette espèce très particulière pénètre parfois dans le lagon néo-calédonien.

Le tricot rayé jaune (Laticauda saintgironsi) plus terrestre que le tricot bleu (Laticauda laticaudata) s’observe fréquement sur les plages des îlots. © P.-A. Pantz

Emydocephalus annulatus. © UNC/C. Goiran

Accouplement Aipysurus laevis. © IRD/E. Folcher

11La Nouvelle-Calédonie présente un environnement très favorable à l’étude des serpents marins vrais. En effet, elle possède des écosystèmes récifaux et lagonaires riches et diversifiés qui hébergent de nombreux serpents. Parmi ces écosystèmes, certains, comme la baie des Citrons sont faciles d’accès, ce qui permet l’étude des populations de serpent sur le long terme. Deux espèces de serpents marins vrais font l’objet de recherche actuellement en Nouvelle-Calédonie : Emydocephalus annulatus et Hydrophis major. Ces recherches ont pour but la connaissance de l’écologie de ces espèces et la manière dont elles s’adaptent aux modifications de leur environnement.

Annexes

Encadré 17. Pourquoi les serpents marins viennent-ils voir les plongeurs ?

Curieux, ce serpent s’approche d’un scientifique (mission aux Chesterield, CHEST 2015). © IRD/C.E Payri

Les serpents terrestres ne viennent jamais observer les humains de près. Ils les fuient le plus souvent. Les serpents marins, au contraire, ne les évitent pas et ils viennent même parfois les examiner de près. À quoi est due cette différence de comportement ?

Les serpents n’ont pas une vue très perçante. Pour identifier les autres animaux qu’ils rencontrent (proie, partenaire sexuel ou autre), ils collectent avec leur langue des molécules qu’ils ont émises dans le milieu et les analysent dans l’organe voméro-nasal situé dans leur palais. Les serpents terrestres peuvent ainsi recueillir des molécules dans l’air ou sur le sol pour connaître l’identité des autres animaux qui partagent leur milieu. Dans le milieu marin, les molécules émises par un animal sont trop rapidement dispersées dans l’eau pour que les serpents puissent les utiliser comme source d’information. Ils sont donc obligés de prélever directement les molécules avec leur langue sur l’animal qu’ils veulent identifier. Pendant la période de reproduction, généralement en hiver, les mâles inspectent très activement leur environnement à la recherche de femelles. Ils viennent souvent examiner les plongeurs, mais dès qu’ils ont constaté que ces derniers n’étaient pas des partenaires potentiels, ils s’en éloignent. Les humains interprètent parfois ce comportement comme une attaque, mais ce n’est que de la curiosité.

Table des illustrations

Légende Laticauda laticaudata (tricot rayé bleu) évoluant sur un fond sableux avec de nombreux terriers, sans doute à la recherche d’une proie. © IRD/P. Laboute
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28046/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 993k
Légende Accouplement de tricots rayés jaunes (Laticauda saintgironsi, endémique) sur l’îlot Améré (réserve intégrale Merlet). Une femelle est courtisée par plusieurs mâles. © X. Bonnet
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28046/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Légende Régurgitation d’une murène (Gymnothorax eurostus) par un tricot rayé jaune (Laticauda saintgironsi). Cette technique a permis de révéler la richesse spécifique des poissons anguilliformes de Nouvelle-Calédonie. © X. Bonnet
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28046/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Tricot rayé jaune (Laticauda saintgironsi) évoluant dans une algueraie de l’îlot Amédée. © IRD/P. Laboute
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28046/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende Aipysurus laevis. © UNC/C. Goiran
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28046/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Légende Hydrophis major avalant un poisson-chat (Plotosus lineatus). © UNC/C. Goiran
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28046/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Légende Le tricot rayé jaune (Laticauda saintgironsi) plus terrestre que le tricot bleu (Laticauda laticaudata) s’observe fréquement sur les plages des îlots. © P.-A. Pantz
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28046/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Légende Emydocephalus annulatus. © UNC/C. Goiran
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28046/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Légende Accouplement Aipysurus laevis. © IRD/E. Folcher
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28046/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Légende Curieux, ce serpent s’approche d’un scientifique (mission aux Chesterield, CHEST 2015). © IRD/C.E Payri
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/28046/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

Auteurs

Biologie évolutive des squamates
Centre d’études biologiques de Chizé
CNRS UMR 7372-Université de La Rochelle
405, route de Prissé-la-Charrière
79360 Villiers-en-Bois, France

Biologie de la conservation des reptiles
Centre d’études biologiques de Chizé
CNRS UMR 7372-Université de La Rochelle
405, Route de La Canauderie
79360 Villiers-en-Bois, France

Biologie de l’évolution (spécialité reptiles)
School of Biological Sciences
A 08
Université de Sydney
NSW 2006, Australie

Biologie marine
UNC
ISEA Université de la Nouvelle-Calédonie
BP R4
98851 Nouméa, Nouvelle-Calédonie

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site