Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelle-Calédonie

 | 
Claude E. Payri

Partie 2. Les récifs coralliens, un réservoir de vie

Chapitre 10. Les invertébrés marins de Nouvelle-Calédonie

Gustav Paulay

Texte intégral

A : Galathea n. sp., une espèce nouvelle de Galathée de Nouvelle-Calédonie. B : Calcinus spicatus, une espèce endémique subtropicale méridionale ; l’espèce s’étend de la Nouvelle-Galles du sud aux îles Gambier. © G. Paulay

Une biodiversité insoupçonnée

1La faune marine de Nouvelle-Calédonie est l’une des plus étudiées et des plus diversifiées du Pacifique, avec plus de 9 000 espèces recensées dans la littérature. Cependant, une grande partie des recherches scientifiques se sont concentrées sur les eaux profondes, tandis que les organismes récifaux ont été moins étudiés.

2Des études faunistiques et taxinomiques ciblées démontrent néanmoins que les récifs néo-calédoniens sont parmi les plus riches d’Océanie. Par exemple, alors que seules quatre espèces de langoustines du genre Galathea avaient été recensées en Nouvelle-Calédonie, une étude publiée en 2015 a porté ce chiffre à 34 espèces, dépassant ainsi toute autre région du monde. Bien que la plus grande diversité du genre se situe dans les zones récifales, la moitié des espèces néo-calédoniennes proviennent des eaux profondes, suggérant qu’il reste encore beaucoup à documenter, comme démontré par la description récente d’une nouvelle espèce. La faune récifale néo-calédonienne est également remarquable par ses diverses relations biogéographiques et son endémisme significatif.

Une richesse exceptionnelle en habitats

3Les récifs abritent la plus grande biodiversité marine grâce à leur complexité structurelle offrant divers micro-habitats où loge une variété déconcertante d’organismes. Les récifs sont avant tout complexes à l’échelle microscopique – une seule tête de corail peut héberger des centaines d’espèces animales. Cette complexité est encore accrue dans les grands systèmes récifaux et à diverses échelles où se crée une mosaïque d’environnements selon l’exposition, la profondeur, la distance à la côte et aux eaux océaniques, etc. La diversité des habitats et des espèces augmente donc rapidement avec la taille et la complexité des récifs.

4Avec la deuxième plus longue barrière de corail au monde, la Nouvelle-Calédonie fait partie des grands hotspots de la diversité marine. Les récifs de l’archipel s’étendent des eaux tropicales aux eaux subtropicales, et des récifs océaniques aux baies envasées sous l’influence des apports terrigènes. La géologie complexe de la Grande Terre crée des habitats uniques et inhabituels qui abritent une vie marine saisissante. Les baies envasées abritent des coraux fluorescents qui flottent littéralement sur la vase (encadrés 6 et 7), les coraux mous et les éponges s’ancrent dans les sédiments, tandis que les cauris sont déformés et plus foncés (mélaniques), probablement en raison de l’impact des métaux lourds lessivés des roches ultramafiques. À l’opposé, les récifs autour des îles calcaires comme Maré et les récifs océaniques d’Entrecasteaux sont à l’extrémité océanique du spectre récifal. La diversité des habitats récifaux y est plus grande que n’importe où ailleurs en Océanie, à l’exception de la Nouvelle-Guinée.

Le lien entre biodiversité et latitude

5En plus de la taille et de la diversité des habitats, la géographie et l’âge des paysages sous-marins sont des facteurs importants de diversité biologique. Ainsi, on observe un changement net de la diversité dans le Pacifique selon la latitude et la longitude. La diversité à l’échelle mondiale culmine dans la région indo-malaise du Pacifique ouest, alors qu’elle diminue vers l’est à travers le Pacifique. La Nouvelle-Calédonie se situe proche de ce centre de diversité mondiale.

6La relation inverse entre la diversité et la latitude est le schéma biogéographique le plus frappant sur Terre. Les tropiques abritent la plus grande diversité, mais la plupart des espèces tropicales se répartissent largement entre les tropiques du Cancer et du Capricorne et il y a peu de différenciations dans la diversité au sein de cette zone. Autour des tropiques, une faune supplémentaire, subtropicale, fait son apparition, et de nombreuses espèces sont restreintes à une étroite ceinture latitudinale. La Nouvelle-Calédonie est au carrefour de ces deux grands biomes, enrichie par des espèces de ces deux régions. Elle abrite une faune tropicale indo-pacifique, ainsi que des espèces qui vivent exclusivement dans une bande étroite allant de l’Australie subtropicale jusqu’à Pitcairn et à l’île de Pâques. Une partie de cette faune subtropicale a une distribution anti-tropicale, mettant ainsi en évidence des liens intéressants avec le nord-ouest du Pacifique et le biote régional japonais.

La biodiversité cachée

7La diversité tend à s’accumuler avec le temps – les jeunes écosystèmes ne sont pas aussi riches que les anciens. La Nouvelle-Calédonie est le seul microcontinent tropical en Océanie, un fragment de Gondwana plus ancien que les îles océaniques du Pacifique. Alors que l’île a subi une submersion et qu’elle a émergé depuis l’Oligocène, les habitats peu profonds ont probablement persisté dans la région depuis le Mésozoïque. L’impact de l’âge sur la diversité et l’endémisme du biome terrestre de Nouvelle-Calédonie est très connu. La présence de nombreuses lignées anciennes endémiques suggère que l’âge géologique joue un rôle important comme cela a été particulièrement bien démontré pour le biome des eaux profondes. Le grand système de barrière récifale lui-même est un produit du temps et contraste avec la diversité plus limitée des récifs et des habitats entourant les jeunes îles volcaniques du Vanuatu voisin.

8L’endémisme marin reste peu exploré autour des récifs néocalédoniens. Il y a des espèces endémiques très évidentes, comme l’holothurie Holothuria altaturricula, mais dans l’ensemble le niveau d’endémisme est modeste (environ 5 % dans les holothuries en eaux peu profondes). Toutefois, la révolution de la taxonomie moléculaire a montré que de nombreuses espèces que l’on croyait répandues sont en réalité des complexes de formes endémiques qui ont échappé aux taxonomistes précédents. Par exemple, les travaux génétiques ont montré que le gastéropode Astralium « rhodostoma » en Nouvelle-Calédonie, correspond à deux espèces, toutes deux endémiques.

9La symbiose est une source majeure de diversité dans tous les écosystèmes, et en particulier sur les récifs. Les hôtes sont divers, avec l’abondance des grandes éponges, des cnidaires, des échinodermes et des bâtisseurs de tubes comme les polychètes chaetoptères. Certains des taxons les plus diversifiés de Nouvelle-Calédonie sont symbiotiques, tels que les crabes galathoïdes, les gastéropodes eulimidés et les palourdes galeommatoïdienne. Les symbiotes comprennent également des groupes animaux inhabituels tels que les Aceola (vers plats), les cténophores et les Entoprocta. Le genre polychète Chaetopterus est plus abondant et diversifié en Nouvelle-Calédonie que partout ailleurs dans les tropiques. L’un de ses symbiotes, Tetrias fischerii, a été décrit à partir d’un spécimen provenant de Nouméa et connu jusqu’à présent uniquement à partir d’un seul holotype sec, pourtant il s’agit d’un des crabes les plus communs autour de Nouméa.

Symbiontes inhabituels.
A : Loxosomella n. sp., un entoprocte sur une éponge.
B : Le cténophore benthique Coeloplana n. sp. symbiotique sur le corail Trachyphyllia geoffroyi.
C : L’acoèle Waminoa ? sur Porites.
D : Le polychète Chaetopterus luteus à l’extérieur de son tube.
E : Dianajonesia sp., un pousse-pied symbiotique sur Nautilus macromphalus.
F : Tetrias fischerii, un crabe (pea crab) symbiotique avec Chaetopterus. © G. Paulay

Exemples de la faune bivalve galeommatoïdienne très riche de Nouvelle-Calédonie. Ces petites palourdes, typiquement symbiotiques, constituent le groupe de bivalves le plus diversifié de Nouvelle-Calédonie. © G. Paulay

Table des illustrations

Légende A : Galathea n. sp., une espèce nouvelle de Galathée de Nouvelle-Calédonie. B : Calcinus spicatus, une espèce endémique subtropicale méridionale ; l’espèce s’étend de la Nouvelle-Galles du sud aux îles Gambier. © G. Paulay
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/27971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende Symbiontes inhabituels.A : Loxosomella n. sp., un entoprocte sur une éponge.B : Le cténophore benthique Coeloplana n. sp. symbiotique sur le corail Trachyphyllia geoffroyi.C : L’acoèle Waminoa ? sur Porites.D : Le polychète Chaetopterus luteus à l’extérieur de son tube.E : Dianajonesia sp., un pousse-pied symbiotique sur Nautilus macromphalus.F : Tetrias fischerii, un crabe (pea crab) symbiotique avec Chaetopterus. © G. Paulay
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/27971/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Exemples de la faune bivalve galeommatoïdienne très riche de Nouvelle-Calédonie. Ces petites palourdes, typiquement symbiotiques, constituent le groupe de bivalves le plus diversifié de Nouvelle-Calédonie. © G. Paulay
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/27971/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 415k

Auteur

Biologie marine
Florida Museum of Natural History
Université de Floride
Gainesville FL32611-7800, USA

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site