Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelle-Calédonie

 | 
Claude E. Payri

Préface

Une impérieuse urgence

Jean-Paul Moatti

Texte intégral

Vue du récif-barrière à Poé, sur la côte ouest de la Grande Terre. © P.-A. Pantz

1Exceptionnelle réserve de biodiversité marine, barrière protectrice du littoral face aux colères de l’océan, ressource économique clé et précieux patrimoine culturel pour de nombreuses populations insulaires et côtières, les récifs coralliens sont aujourd’hui l’un des écosystèmes les plus menacés de notre planète. Sous l’effet combiné du réchauffement climatique et de l’urbanisation accélérée des zones littorales, 20 % des récifs coralliens dans le monde ont déjà été détruits sans espoir de retour, et 70 % supplémentaires pourraient disparaître à court ou moyen terme. Préserver ces écosystèmes et mettre en place des modes de gestion durable de ces milieux vulnérables est bien une impérieuse urgence au cœur des Objectifs de développement durable (ODD) adoptés pour l’horizon 2030 par les Nations unies et la totalité de leurs Etats membres.

2Abritant la deuxième plus grande barrière corallienne du monde après celle de l’Australie, la Nouvelle-Calédonie est en première ligne de ce défi international. Les recherches dédiées aux récifs et lagons de l’archipel néo-calédonien ont une longue tradition historique qui a commencé avec les expéditions du Capitaine Cook au XVIIIe siècle. Elles se sont accélérées au cours du dernier demi-siècle en même temps que la communauté scientifique se mobilisait pour la préservation des récifs coralliens aux côtés de nombreux autres acteurs, ONG et institutions gestionnaires en charge de la protection et de la conservation de l’environnement et du patrimoine. Par sa présence de longue date dans la zone intertropicale et dans les territoires français d’outre-mer, plus particulièrement dans la zone Pacifique en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française, l’Institut de recherche pour le développement a vocation à s’engager résolument dans ce champ de recherches, qui appelle une approche interdisciplinaire combinant sciences biologiques, physiques, environnementales, humaines et sociales.

  • 1 L’Institut de recherche pour le développement (IRD), l’Université de la Nouvelle-Calédonie (UNC), l (...)

3Associant une centaine d’experts issus d’organismes de recherche, d’universités et d’institutions en charge de la préservation de l’environnement et du patrimoine1, tant néo-calédoniens que métropolitains, le présent ouvrage offre un état des connaissances les plus actuelles sur les récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie. Il permet d’appréhender l’extraordinaire diversité de ces récifs coralliens en lien avec l’histoire géologique et l’environnement marin, leur fonctionnement et les interactions entre la multitude d’organismes qui les composent ou qu’ils abritent. L’ouvrage met aussi en exergue comment, depuis 3 000 ans, ces lagons et récifs offrent aux populations calédoniennes tout autant des ressources qu’un espace de vie et d’expression, occupant une place essentielle dans la culture Kanak. Enfin, les auteurs interrogent la capacité de résilience de cet écosystème face aux menaces induites par le réchauffement climatique et les autres changements environnementaux globaux et ils présentent différents dispositifs mis en place pour les préserver.

4La publication de cet ouvrage tombe doublement à pic : 2018 a été déclarée « année internationale des récifs coralliens », en même temps qu’est célébré le dixième anniversaire de l’inscription par l’Unesco au patrimoine de l’humanité de 15 000 km2 de récifs et lagons de Nouvelle-Calédonie. De surcroît, dans un contexte international où les mises en cause irrationnelles ou politiquement téléguidées de la science tendent à se multiplier, cet ouvrage illustre, de façon exemplaire, comment une recherche multidisciplinaire rigoureuse peut être mise au service d’une gestion durable d’un patrimoine naturel d’exception, non seulement pour les populations de Nouvelle-Calédonie et du Pacifique mais pour l’humanité toute entière.

Carte de la Nouvelle-Calédonie, voyage du Capitaine Cook, 1774. © Gallica/BNF

Notes

1 L’Institut de recherche pour le développement (IRD), l’Université de la Nouvelle-Calédonie (UNC), l’Ifremer, Aquarium des lagons (ADL), le Service géologique de la Nouvelle-Calédonie (SGNC), l’Institut archéologique de Nouvelle-Calédonie et du Pacifique (IANCP), l’Agence de développement de la culture Kanak (ADCK), les services des 3 provinces en charge de la gestion des récifs et lagons, le Conservatoire d'Espaces Naturels de Nouvelle-Calédonie (CEN), la Direction des affaires maritimes de la Nouvelle-Calédonie en charge du Parc Naturel de la Mer de Corail (DAM).

Table des illustrations

Légende Vue du récif-barrière à Poé, sur la côte ouest de la Grande Terre. © P.-A. Pantz
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/27824/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Carte de la Nouvelle-Calédonie, voyage du Capitaine Cook, 1774. © Gallica/BNF
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/27824/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site