Version classiqueVersion mobile

Agriculture biologique en Martinique

 | 
Martine François
, 
Roland Moreau
, 
Bertil Sylvander

Synthèse et recommandations

Question 4. Quels sont les effets du développement de l'agriculture biologique sur la société (activités sociales, culturelles...) ?

Texte intégral

1Les études portant sur les effets de l'AB sur la société, ses différentes catégories d'activités et les rapports humains, sont peu abondantes. Ces dernières concluent toutefois en faveur d'effets sociaux positifs de l'agriculture biologique.

L'AB source d'emploi, d'activités et de revenus

2Une étude menée en France et en Europe sur la contribution de l'agriculture biologique au développement de l'emploi montre, qu'à quantités produites égales, l'agriculture biologique génère plus d'emploi (20 % en moyenne) que l'agriculture conventionnelle ; c'est la contrepartie de coûts de production plus élevés. Cette étude se place dans le cadre du développement de l'agriculture biologique certifiée en Europe, et comptabilise les emplois officiellement déclarés par les agriculteurs biologiques.

3Dans le cas de la Martinique, l'importance d'une économie informelle dans le secteur de l'agriculture et/ou des jardins familiaux est reconnue par les économistes. Cette activité permet à la fois de générer du travail pour ceux qui produisent et/ou vendent du travail ou des produits agricoles, et de produire un « avantage consommateur » pour ceux qui achètent les produits moins cher que s'ils avaient été élaborés dans les conditions de l'économie formelle. Ainsi, cette activité informelle bénéficie à la fois aux catégories sociales de bas ou moyens revenus, par l'emploi ou l'activité, et aux catégories de moyens ou hauts revenus, par l'achat de biens à un prix modéré.

4Une étude menée en 1991 sur 700 individus et 500 activités informelles montre que l'activité agricole génère des revenus pour les personnes à bas revenus, mais aussi pour des ménages aux revenus qualifiés de « moyens ». L'activité de production agricole (jardin, petit élevage, avec une commercialisation de proximité ou de voisinage) est particulièrement adoptée par des personnes disposant par ailleurs d'un emploi dans le secteur formel, qui leur procure des avantages sociaux mais leur laisse le temps pour une autre activité. Cette pluriactivité peut aussi s'exprimer dans le cadre du secteur agricole formel.

5L'expérience de Cuba a montré que l'organisation des jardins en zone périurbaine peut augmenter de façon significative la couverture des besoins locaux par les produits du pays. En Martinique, ces jardins « insérés dans la ville », liés à la pluriactivité ou au secteur informel, existent également. Pour l'instant, ils ne sont en général pas cultivés en AB ou en AE, mais ils pourraient l'être. Certains experts pensent que certains de ces jardins sont proches de l'AE ou du « jardin créole », mais d'autres soulignent que le manque de formation des cultivateurs peut entraîner une utilisation inadéquate des fertilisants et des produits phytosanitaires, ce qui est aussi préjudiciable à l'environnement et à la santé des agriculteurs s'ils les appliquent sans précautions.

6Une action pourrait être envisagée pour diffuser les techniques de l'agriculture agro-écologique auprès de ces cultivateurs de jardins. Cette action aurait également l'avantage d'alerter sur les dangers de l'utilisation inadéquate des produits phytosanitaires. Toutefois, compte tenu du caractère informel de la production, les modalités de communication pour toucher ces cultivateurs restent à déterminer.

L'agriculture biologique et la santé publique

7L'agriculture biologique diminue l'exposition des agriculteurs et des travailleurs agricoles aux pesticides et produits de traitement toxiques, potentiellement nuisibles pour leur propre santé. C'est d'ailleurs, pour certains agriculteurs en métropole, une raison à leur conversion à l'agriculture biologique (arboriculture).

8Le lien entre la consommation de produits biologiques et la santé du consommateur n'est pas clairement établi par la recherche. Pourtant, la majorité des consommateurs de produits Bio et certains médecins pensent que consommer ces produits est meilleur pour la santé, mais les résultats de recherche qui tendraient à le montrer ne font pas consensus dans la communauté scientifique.

9Une expertise réalisée par l'Afsaa en 2003 sur la qualité des produits biologiques par comparaison avec les produits d'agriculture conventionnelle conclut d'abord à la faiblesse du nombre des études réalisées et à leur disparité.

10Les produits d'agriculture biologique peuvent présenter des avantages nutritionnels (teneur en vitamine С pour les pommes de terre, minéraux, vitamines et fibres pour les céréales, fer et magnésium pour les légumes, polyphénols pour les légumes et les vins, différences de profil en acides gras pour les viandes), mais ces derniers demeurent faibles.

11La qualité sanitaire est équivalente. Certains produits d'AB présenteraient un risque théorique en mycotoxines (pommes), contrebalancé par la fraîcheur des produits. Les taux de résidus en pesticides sont inférieurs pour les produits d'AB mais certains produits autorisés en AB (produits naturels complexes) nécessitent une homologation, et certains produits vétérinaires autorisés en AB requièrent une évaluation toxicologique. La teneur des produits en nitrates et le risque d'ESB sont plus faibles pour les produits d'agriculture biologique.

12Si la consommation de produits biologiques se traduit par un lien entre alimentation et santé dû aux caractéristiques propres des produits, celui-ci est faible selon l'expertise de l'Afssa, à proportion de la différence qualitative au regard de la ration alimentaire.

13Cependant, le fait de consommer des produits biologiques peut s'accompagner chez les consommateurs d'une modification du régime et des habitudes alimentaires, qui pourrait avoir une influence sur la santé. L'expertise de l'Afsaa signale l'intérêt de cette question mais constate que les études épidémiologiques font défaut pour conclure.

14En ce qui concerne les insecticides organochlorés qui pourraient être présents sous forme de traces dans certains produits d'agriculture cultivés sur des sols contaminés, la Cire (Cellule interrégionale d'épidémiologie) Antilles-Guyane à la demande du Département santé environnement de l'InVS à réalisé une étude sur les dangers des organochlorés retrouvés dans l'environnement aux Antilles. Cette étude a permis de conduire les premières étapes de l'évaluation des risques : sélectionner les substances concernées, identifier les effets sanitaires à étudier et procéder à une analyse critique des valeurs toxicologiques de référence.

15L'effet neurotoxique, hépatotoxique et sur les organes reproducteurs mâles et femelles, ainsi que l'effet cancérigène du chlordécone, sont établis chez l'animal ; les effets chez les rongeurs sont semblables pour le mirex, la dieldrine et les isomères du HCH (hexachlorocyclohexane). L'analyse toxicologique développée dans ce document révèle des lacunes dans les connaissances, notamment l'incertitude sur les VTR (valeurs toxicologiques de référence) résultant de l'utilisation incontournable des données animales pour leur établissement. Pour le chlordécone, le mirex et la dieldrine, les données toxicologiques sont incomplètes et une caractérisation des risques encourus n'est envisageable que pour la caractérisation des risques non cancérigènes. Pour les isomères du HCH, les données toxicologiques sont complètes et une caractérisation est envisageable pour les risques cancérigènes et non cancérigènes.

16Actuellement, les analyses d'eau, de sol et de légumes racines (dachines et patates douces) en Martinique mettent en évidence une contamination de ces milieux par les substances organochlorées. En Martinique, la mesure des quantités de pesticides dans l'environnement réalisée entre 1998 et 2001 fait principalement état de contaminations des sols par le chlordécone, le bêta HCH, la dieldrine et le mirex, ainsi que de contaminations de légumes racines toujours par le chlordécone. L'exposition de la population deviendra effective si elle se trouve en contact avec les milieux contaminés. Compte tenu des éléments précédents et du mode de vie de la population antillaise, L’InVS conclut que l'on peut s'attendre à une exposition qui reste à quantifier. En attendant, des mesures visant à réduire l'exposition ont été immédiatement prises, fixées par l'arrêté préfectoral du 20 mars 2003 imposant des analyses préventives des sols avant la mise en culture de légumes racines.

L'AB participe d'une démarche de développement rural « durable »

17Un programme de recherche européen a évalué plusieurs dizaines d'initiatives dans le domaine de l'agriculture biologique et a conclu qu'elle participe à un développement local en réseaux, souvent multisectoriel (liaison avec le tourisme, l'artisanat...), qui connecte les territoires ruraux à l'économie globale (exportation de produits Bio sur des « niches de marché »).

18L'agriculture biologique, comme d'autres modes de production alternatifs au productivisme des dernières décennies, s'accompagne dans la grande majorité des cas de la constitution de réseaux locaux multisectoriels, connectés à l'économie et à la société globales. L'AB peut notamment favoriser des liens entre agriculture et agrotourisme. Au travers de ces réseaux et par l'application de ses principes de base (races et variétés d'origine ancienne, bien-être animal, fraîcheur des produits, approvisionnement local, attention apportée aux bilans énergétiques...), l'agriculture biologique participe activement à la création ou à la reconstitution d'un lien entre l'agriculture, le terroir, l'alimentation, si celui-ci a été distendu.

19Ce faisant, elle contribue à recréer, particulièrement pour des urbains et des touristes, un lien avec le territoire qu'ils habitent ou qu'ils visitent. Ce lien peut s'exprimer par les produits qu'ils achètent en circuits courts, mais aussi par le contact direct d'ordre plus général qu'ils peuvent avoir avec le producteur. L'alimentation fait partie du patrimoine culturel du territoire, et cet effet de renforcement de l'identité culturelle locale se constate même si la surface consacrée à l'agriculture biologique est faible relativement à celle occupée par l'agriculture conventionnelle.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search