Version classiqueVersion mobile

Agriculture biologique en Martinique

 | 
Martine François
, 
Roland Moreau
, 
Bertil Sylvander

Première partie. Synthèse et recommandations. Version française

Objectifs et méthodes de l'Expertise collégiale en général

Mise en œuvre de l'expertise « Agriculture biologique en Martinique » en particulier

Marianne Berthod-Wurmser

Texte intégral

1L'agriculture biologique en Martinique est le cinquième ouvrage de l'IRD publié dans la collection « Expertise collégiale ». D'autres expertises, en préparation, seront prochainement publiées dans cette même collection. Toutes ont répondu aux mêmes objectifs généraux et ont été élaborées selon la même méthode, dont on rappelle d'abord ici brièvement les lignes générales.

2Les expertises collégiales sont engagées par l'Institut de recherche pour le développement « sur commande », pour éclairer la décision politique et le débat public sur des enjeux de société : mettre la recherche et les connaissances des chercheurs à la disposition de la collectivité fait partie des missions des établissements publics de recherche.

3Cependant, il n'entre pas dans la fonction d'un établissement scientifique de dresser pour les pouvoirs publics des « projets d'action » : les choix d'action sont éminemment politiques, ils font appel à d'autres données, extérieures au monde scientifique. En mettant au point la méthode des Expertises collégiales, plus modestement, l'IRD entend contribuer à rassembler, sur un sujet donné, les connaissances disponibles dans la littérature spécialisée, à en préciser la portée dans le cas spécifié, à distinguer les conclusions fermes, sur lesquelles les scientifiques peuvent se mettre d'accord, à identifier les points encore controversés et préciser les domaines sur lesquels les travaux disponibles sont insuffisants pour en tirer quelque conclusion pratique que ce soit.

4Trois réalités doivent être prises en compte pour réaliser une expertise utile et fiable :

  • Le temps de la décision n'est pas celui de la recherche : il est souvent beaucoup plus court. Les citoyens ont besoin que des mesures soient prises vite – parfois en urgence. L'expertise collégiale est organisée pour faire le point sur les connaissances existantes dans la littérature internationale : elle ne comporte pas de collecte de données ou d'exploitations complexes nouvelles.
  • La question posée concerne rarement une discipline unique : « toutes les facettes » du problème posé doivent être éclairées en tenant compte de la littérature la plus récente. C'est pourquoi un collège d'experts suffisamment divers, très interdisciplinaire, est mobilisé. Les conclusions d'ensemble sont débattues et assumées collectivement, en toute responsabilité. L'IRD fait assurer une relecture du rapport par des personnalités extérieures au groupe d'auteurs pour en vérifier la complétude, que l'exposé est clair et conforme à la littérature internationale. Les groupes d'experts restent maîtres de leurs conclusions.
  • Enfin, le décideur comme le citoyen maîtrisent rarement le langage souvent hermétique des différentes disciplines scientifiques. Pourtant, le débat public nécessite qu'ils aient un accès direct aux raisonnements et aux conclusions des scientifiques-experts. Ceux-ci doivent donc se plier à un double exercice : présenter leurs analyses dans leur langage habituel pour assurer la « traçabilité » de leurs raisonnements et élaborer une synthèse accessible aux non-spécialistes, simple et assez concise.

5L'agenda des expertises, ainsi que la forme des publications, sont fixés en fonction de ces réalités. En particulier, la première et l'ultime phase de l'expertise ont pris une forme originale pour répondre à ces exigences.

  • Avant même de réunir le groupe d'experts, les questions à poser à ces derniers sont mises au point d'un commun accord entre institutions commanditaires (qui souhaitent en général s'entourer d'acteurs-partenaires directement intéressés) et scientifiques au cours d'un « atelier initial ». Il faut, en effet, s'entendre précisément sur les attentes réciproques. D'une part, certaines questions, cruciales pour la décision, ne relèvent pas d'une approche scientifique ; il convient de les écarter. D'autre part, pour cibler leurs conclusions, les scientifiques doivent être guidés par une bonne connaissance du contexte dans lequel des décisions doivent être prises. Il n'est pas exclu qu'ils prennent connaissance du terrain si nécessaire.
  • Après rassemblement des données et analyses que peut apporter chaque scientifique-expert dans son champ de compétence, c'est la confrontation des connaissances et des avis d'une douzaine d'entre eux parfois plus – qui doit être organisée sous forme de synthèse lisible et publiée. Au total, fréquemment, ces synthèses, qui représentent un travail considérable rarement réalisé sous cette forme, ont une portée (scientifique comme pratique) qui va bien au-delà de la région ou du pays concerné. C'est pourquoi la publication de la synthèse est systématiquement bilingue (français et anglais).

6La présente expertise « Agriculture biologique en Martinique » a été réalisée dans cette perspective.

7L'IRD a répondu à une commande du Conseil général de la Martinique. Avant de décider s'il faut encourager et faciliter le développement de l'agriculture biologique comme une solution possible à l'évolution défavorable du secteur agricole martiniquais, le Conseil général désirait être éclairé sur la nature exacte de ce type d'agriculture. Il souhaitait savoir quelles en sont les données techniques et financières actuellement connues et ses possibilités de développement, avec les avantages et les inconvénients prévisibles, en Martinique.

8Le cahier des charges mis au point au cours d'un atelier initial a comporté six questions (voir annexe 1). Un collège de dix-sept scientifiques a été réuni sous la présidence de Bertil Sylvander (voir la composition du groupe en annexe 2). Les experts ont pu brièvement prendre contact lors d'un séjour de quelques jours à la Martinique avec de nombreux acteurs locaux grâce à une quarantaine d'entretiens. Des avis ou des contributions ont en outre été demandés à une dizaine de spécialistes. Au total, une bibliographie de quelque 700 références a été examinée.

9Une présentation des principales conclusions de l'expertise a été organisée à Fort-de-France à l'initiative du Conseil général, au cours de laquelle les experts ont pu relever remarques et questions complémentaires dont ils se sont efforcés de tenir le plus grand compte. Enfin, le rapport a été soumis à quatre relecteurs extérieurs dont les observations ont également conduit à une amélioration de la présentation du rapport.

10Conformément aux choix établis pour cette collection, le lecteur trouvera dans l'ouvrage lui-même la synthèse et les conclusions du groupe d'experts, en français et en anglais ; le CD-Rom inclus dans la couverture contenant les huit chapitres analytiques sur lesquels s'appuie cette synthèse.

11Que soient remerciées très vivement toutes les personnes qui ont bien voulu contribuer à la réalisation de cette publication : aux experts eux-mêmes revient la responsabilité de l'expertise et l'essentiel du travail considérable qu'ils ont accompli sous la présidence de Bertil Sylvander. Que soient remerciées également l'ensemble des personnalités, et notamment Messieurs Baraër (Cirad) et Leimbacher (Inra), qui ont bien voulu soit apporter leurs contributions spécialisées, soit échanger avec les experts sur leur expérience à la Martinique même, ainsi que les scientifiques des diverses institutions de recherches des Antilles qui ont fait part de leurs connaissances, de leurs données et de leurs avis sur les premières versions de ce rapport. Enfin, un grand merci pour leur lecture approfondie et compétente à Urs Niggli (FIBL), Lukas Kilcher (FIBL) et à Isabelle Savini (Inra).

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search